Aller au contenu

Bibliographie

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0336-1
  • ISSN: 2105-9950
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4164-6.p.0375
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 13/12/2011
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
375

Bibliographie

Bibliographie relative au livre III d’Amadis de Gaule

Pour la bibliographie générale (textes et études critiques) relative au cycle des Amadis, nous renvoyons à celle qui a été fournie au premier livre des Amadis de Gaule, éd. crit. M. Bideaux, Paris, Champion, 2006, p. 131-1571. Ne sont mentionnés ci-dessous que les ouvrages parus depuis la remise du manuscrit établi pour cette édition, ou présentant un intérêt particulier pour le livre III. L’édition du texte espagnol utilisée par le traducteur est, comme pour le livre I, celle de Rome, 1519. Sans indication de lieu d’édition : Paris. La localisation des exemplaires français a bénéficié du concours précieux de Madame Geneviève Guilleminot-Chrétien, Réserve de la Bibliothèque nationale de France et de Madame Juliette Jestaz, conservatrice des livres et manuscrits à la Bibliothèque de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris. L’annotation a tiré le plus grand profit de l’édition des quatre premiers livres du roman espagnol établie par Juan Manuel Cacho Blecua (Garci Rodriguez de Montalvo, Amadis de Gaula, Madrid, Catedra, 1991, 2 vol.).

Les éditions françaises du livre III d’Amadis de Gaule : description et localisation

Si l’on excepte l’essai de réécriture dont a fait l’objet le premier livre en 1544, la carrière éditoriale du livre III confirme celle de ses devanciers : une cadence annuelle régulière de publication des originales puis, alors qu’Herberay des Essarts a délaissé l’entreprise sans avoir encore trouvé de successeurs, le souci du consortium d’éditeurs de soutenir l’attention

376

du public en lui offrant des réimpressions des premiers in-folios ; dans la décennie 1550-1560, alors qu’une nouvelle génération de traducteurs assure, toujours en grand format, la continuité du cycle français, la mise sur le marché d’in-8o répondant aux besoins d’un lectorat moins aisé ; puis la réunion, dans les Flandres espagnoles, de deux collections in-4o (Plantin-Waesberghe et Sylvius) manifestant que, si les éditeurs parisiens se détournent des Amadis, les lecteurs français n’en font rien. Le dernier surgeon, lyonnais, œuvre de Rigaud et de Didier, témoigne, par l’emploi du format in-16, que la recherche d’une clientèle intéressée par des volumes de petite dimension restait toujours d’actualité2.

Cet intérêt soutenu engendre un corpus respectable : douze éditions sur un espace de trente-cinq années. Mais s’il a provoqué l’empressement des libraires à répondre à la demande, il ne les a pas conduits pour autant à une égale vigilance à l’égard du texte. La plupart de ces rééditions sont paresseuses, indifférentes aux scories présentées par leurs devancières et surtout peu soucieuses de le modifier délibérément pour produire des variantes significatives. Deux exemples seulement : une ligne manquante dès l’édition in-8o de 1550 (chapitre v, variante h) n’est jamais suppléée par les éditions ultérieures ; une bourde présente dans l’édition originale (ch. iii : « porter à sa tante » pour « porter à sa tente ») corrigée en 1547, mais reprise en 1550, doit attendre la dernière édition (1577) pour être rectifiée.

Le choix d’une édition de base ne s’en trouve pas simplifié. Constellée de négligences et de bévues, l’originale de 1542 ne saurait être retenue. Mais sa médiocrité ne l’a pas empêchée d’être suivie assez docilement, dans l’ensemble, dès l’impression du livre in-octavo. Les modifications apportées en 1547 (édition B) révèlent un parti pris sensible de modernisation de la langue et des graphies, même s’il n’est pas constant. Directive du traducteur ou initiative de l’imprimeur ? il est difficile de se prononcer, et cette modernisation des graphies est moins nette dans les derniers chapitres. Les premiers comportent des corrections souvent pertinentes, sans aller jusqu’à la variante stylistique et sans prouver nullement l’intervention d’Herberay. Bonnes ou mauvaises, les modifications introduites par B n’ont guère été conservées après 1548 (sauf par les éditions in-8o de 1548) :

377

on préfère alors revenir au texte de 1542. François Didier, à qui l’on doit la dernière publication du livre avant celle-ci, assure son lecteur que le texte a été « reveu, outre les precedentes impressions, et corrigé en une infinité de passages qui estoyent corrompuz ». Il s’en faut de beaucoup : l’examen des variantes en témoigne. On verra encore que B et C sont identiques, que E, F et H présentent beaucoup d’affinités et que le texte des impressions in-8o de 1550 (E) paraît avoir servi de souche à toutes les suivantes, éditions anversoises comprises.

Si l’édition de 1547 a été retenue ici comme texte de base, c’est moins pour ses mérites propres que pour sa position dans la séquence chronologique. Cette année-là, en effet, paraît le dernier volume des Amadis (livre VIII) traduits par Herberay des Essarts, qui se détourne ensuite du cycle amadisien. On ne peut donc tout à fait exclure qu’il en ait revu le texte, même si une telle intervention paraît peu probable. Faute de mieux, a donc été préférée ici la dernière version publiée par l’auteur français alors qu’il était encore engagé dans la traduction du roman espagnol.

Édition A (1542)

Le tiers livre de Amadis de Gaule, contenant les guerres et discordz qui survindrent en la grand Bretaigne, et es environs. À l’occasion du mauvais conseil que receut le Roy Lisuart de Gandandel et Brocadan contre Amadis et les siens. Dont depuis maintz bons Chevaliers d’une part et d’aultre finirent cruellement leurs jours. Paris, 1542

Achevé d’imprimer du 1er décembre 1541 (Sertenas, Janot).

Liminaires : deux pièces de vers de Mathurin Beheu, bailli de Ginaudan et vers grecs de Lascaris.

Exemplaires : BnF Rés. Y2 94 et 106, Microfilm M 14242(3) (Sertenas) et Numm 52934 (Janot) – représentant l’exemplaire BL 12403 h.14 (3)– ; Sorbonne R.ra.125(3) ; Beaux-arts Paris (Rés. Masson 354, Longis) ; BM Lyon Rés. 107713 (Janot) ; Berlin SB ; Bonn UB ; PL Boston ; Budapest, Raday K ; Cambridge Mass ; BU Gand ; HUL ; Kalocsa K ; BN Lisbonne ; BL (Janot, 12403.h.14(3) ; Cambridge Trinity College (Longis) ; SB Münich (P.o. hisp. 4 et P.o. hisp. 1020 q-3) ; Columbia New York ; Oxford TIL, BNC Rome ; ONB Vienne.

Édition B (1547)

Exemplaires : BnF Rés. Y2 118 et 130 ; BnF Numm 5118 et 52935 (Groulleau) ; (Dans l’exemplaire numérisé 5118), imprimé par Groulleau pour Sertenas, qui représente notre texte de base, la page 47 ro est paginée « X », cependant que la page 65 ro réapparaît après la page 65 vo) ; Ars. (Sertenas) Fol. BL.958 Rés. (I,3), relié avec I,1, 1548, Sertenas et I,2, Longis, 1541 ; Chantilly ; Grenoble ; BM Lyon Rés. 157929 ; SB Berlin ; UB Bonn ; Raday K. Budapest ; Harvard ; K. Kalocsa ; BN Lisbonne ; BL (634.l.20.(3) ; SB Munich (2 P.o. hisp.6) ; New York PL ; Oxford ; ONB ;Vienne.

Liminaires : les deux pièces de M. Beheu.

BM Lyon 157929 : la fin du livre imprimé manque, complétée par une copie ms (f. 92 ro -95 vo).

378

Édition C (1548)

Paris (Janot, Sertenas, 1548 in-fol. Achevé d’imprimer du 1er décembre 1547 (ex. Vat.). Réimpression à l’identique de l’édition B (Sertenas, 1547) ; L’édition C n’a donc pas été prise en compte lors du relevé des variantes.

Exemplaires : BM Besançon 8661 ; HUB Berlin ; BN Lisbonne ; Rome, Vat. Capponi II,6 ; FSL Washington.

Édition D (1548)

(Groulleau, Sertenas, Longis), Paris, 1548, in-8o, 120 f.

Exemplaires : Beaux-arts Paris, Rés. Masson 230 (l. I à IV) ; BN Lisbonne ; Munich (2 P.o. hisp. 9-3) ; U. Berlin, Dortmund, Hambourg, Weimar, Wolfenbüttel.

H. Vaganay avait noté (« Les éditions in-octavo de l’Amadis en français », Revue hispanique, LXXV, 1929, p. 4) « l’extrême rareté » de la réédition in-8o des huit premiers livres, faite en 1547-1548, rareté « dont nous ne connaissons pas les causes » ; il n’avait « même jamais vu signaler le livre III », dont il inférait la date de 1548, pour sa réimpression dans cette série (I et II sont réimprimés en 1547, IV à VII ayant été réimprimés en 1548).

Privilège pour « les quatre premiers livres, dedans six ans, à compter du jour qu’ilz seront achevez d’imprimer ».

L’édition D suit le texte de B, avec lequel elle présente peu de différences notables.

Édition E (1550)

Groulleau, Longis, Sertenas, 1550, in-8o. Feuillets mal numérotés : 127-128-131-130-131-132 (sans confusion dans le texte)

Exemplaires : BnF Rés. pY2 3148 (3), relié avec l. IV (Groulleau) ; Ars.(Longis) 8oB.29391(2), pièce no 2 d’un recueil factice ; Harvard ; PL Cleveland ; LB Gotha ; BL (Sertenas, 12450.bbb.3 et 1074.c.1.(1) ; Augsbourg (Groulleau) ; Göttingen et Tübingen (Longis).

Deux liminaires de Beheu (avec « les motz gracieulx »).

Édition F (1555)

Le troisiesme livre d’Amadis de Gaule, mis en francoys par le Seigneur des Essars Nicolas de Herberay, Commissaire ordinaire de l’artillerie du Roy, et Lieutenant en icelle, es païs & gouvernement de Picardie, de monsieur de Bris-//sac, Chevalier de l’ordre, grand maistre & Capitaine general d’icelle artillerie. Acuerdo Olvido. Avec privilege du Roy.

Le privilège est daté de Compiègne, le 2 septembre 1554.

Paris (Groulleau, Longis, Sertenas), 1555, in-8o, 168 f.

Exemplaires : BnF NUMM 52936 (Sertenas) ; Ars.(Longis) Rés. 8oB.29391(2) ; Carpentras N 657 (Longis) ; Harvard ; PL Cleveland ; LB Gotha ; BL (Sertenas, 12450.bbb.3 et 1074.c.1.(1) ; Augsbourg (Groulleau) ; Göttingen et Tübingen (Longis).

L’ex. Ars. Longis. est relié à la suite du l. II (Longis, 1555) et paginé I-CLXVIII f.- Liminaires : les deux pièces de Beheu. Table et liminaires sont insérés avant la fin du l. II.

379

Édition G (1557)

Le Troisiesme Livre d’Amadis de Gaule, mis en françois par le seigneur des Essars Nicolas de Herberay,

Paris (Groulleau, Longis, Sertenas, 1557), in-8o, 208 fo.

Exemplaires : BnF (Sertenas) Rés. Y1340 ; Ars. (Longis) Rés. 8-BL-29393 (3) ; Rostock (Groulleau).

Liminaires : les deux pièces de Beheu.

Édition H (1560)

Le troisiesme livre d’Amadis de Gaule, mis en françoys par le Seigneur des Essars Nicolas de Herberay, Commissaire ordinaire de l’artillerie du roy, et Lieutenant en icelle, es païs et gouvernement de Picardie, de monsieur de Brissac, Chevalier de l’ordre, grand maistre et capitaine general d’icelle artillerie. Acuerdo Olvido. Paris (Groulleau, Longis et Le Mangnier, Sertenas), 1560, in-8o.

Exemplaires : BnF (Sertenas) Rés. Y1340, Rés. Y6212 (Groulleau), Rés. 132 (Longis-Le Mangnier) ; Florence (BNC) ; BM La Rochelle ; BL ; BN Madrid ; HSAL New York ; Francfort (Groulleau) ; Stuttgart (Groulleau).

Comme les deux précédentes in-8o, cette édition présente les deux pièces liminaires données par Mathurin Beheu en 1542 et 1547.

Selon H. Vaganay (« Les éditions in-octavo de l’Amadis en français », Revue hispanique, LXXV, 1929, p. 30), Groulleau 1550 (éd. E) =Longis-Le Mangnier 1560 (éd. H) « se répondent page à page. Il en est sans doute de même de l’édition de 1555 ». Il n’existe en effet entre ces éditions que d’infimes différences lors des rappels aux changements de page. F (1555, in-8o) présente également un texte très proche des deux précédentes.

Édition I (1561)

Le troisiéme livre d’Amadis de Gaule. Mis en François par le Seigneur des Essars Nicolas de Herberay, Commissaire ordinaire de l’artillerie du Roi, et Lieutenant en icelle, és pais et gouvernement de Picardie, de Monsieur de Brissac, Chevalier de l’ordre, grand Maitre et Capitaine general d’icelle artillerie. Acuerdo Olvido. À Anvers, Chés Jean Waesberghe, sus le Cemetiere notre Dame, à l’Ecu de Flandres, sus le Marché des Toiles. MDLXI. Avec Privilege du Roi. Imprimé pour Plantin.

Exemplaires : BnF Rés. 630 et Numm 54556(3) ; Sorbonne R.ra.402(I)8o ; Münich P.o. hisp. 3 ; Stuttgart ; Chicago V 1565-A-458 ; BL 12450.d.22(3) ; Cambridge, Mass.

Édition J (1573)

Le troisieme livre d’Amadis de Gaule : Mis en François par le Seigneur des Essars Nicolas de Herberay, Commissaire ordinaire de l’artillerie du Roy, et Lieutenant en icelle, es païs et gouvernement de Picardie, de Monsieur de Brissac, Chevalier de l’ordre, grand maistre et capitaine general d’icelle artillerie. ACUERDO OLVIDO. En Anvers, par Guillaume Silvius, imprimeur du Roy. L’an M.D.LXXIII.

Anvers, Sylvius, 1573, in-4o, deux col.

Exemplaires : Ars. Rés.8oB.29383(II,1), relié avec l. IV ; BL C.97.b.20(3).

Dans l’ex. Ars., une note mss indique qu’il est identique à 1561 Plantin-Waesberghe in-4o

Liminaires : les deux pièces de M. Beheu.

380

Édition K (1575)

Lyon, B. Rigaud et Jean d’Ogerolle, 1575, in-16, 456 p., table à la fin.

Exemplaires : BnF Rés.Y2 1415 (J. d’Ogerolle) ; BL (245.s.3) ; Münich (P.o. Hisp. 15).

Édition L (1577)

LE TROISIESME LIVRE D’AMADIS DE GAULE, Mis en François par le Seigneur des Essars Nicolas de Herberay, Commissaire ordinaire de l’artillerie du Roy, & Lieutenant en icelle, és païs et gouvernement de Picardie, de Monsieur de Brissac, Chevalier de l’ordre, grand maistre et Capitaine general d’icelle artillerie. Reveu, outre les precedentes impressions, et corrigé en une infinité de passages qui estoyent corrompuz. ACUERDO OLVIDO. Lyon, François Didier, 1577, in-16, 215 f.

Exemplaires : BnF Rés.Y2 6213, Rés. Y2 1364 et Numm 52937 (=Cambridge, Mass.) ; Sorbonne R.ra.9(3) in-24o ; Versailles A 12o E 40 B ; Berlin ; BL(1075.a.7 et G. 16675), Dresde ; Munich P.o. hisp. 1020 q-4 ; Chicago, Cambridge UL.

Lacune et erreur de pagination dans le chap. xi de l’exemplaire numérisé de la BnF.

Études critiques

Amezcua, J., « La oposición de Montalvo al mundo del Amadís de Gaula, NRFH, XXI, 1972, p. 320-337.

Avalle-Arce, Juan Battista, Amadís de Gaula, el primitivo y el de Montalvo, Mexico, FCE, 1990.

Avalle-Arce, Juan Battista, Amadís de Gaula-Tirant lo Blanc : Tirant lo Blanc-Amadís de Gaula, Actes del Symposion Tirant lo Blanc [colloque Barcelone, novembre 1990], Quaderns Crema, Assaig, 1993.

Bideaux, Michel, « La topique des lieux dans les premiers livres des Amadis », dans La topique de l’espace dans les fictions d’Ancien Régime, éd. Nathalie Ferrand, Louvain-la-Neuve, 2004, p. 76-88.

Cacho Blecua, Juan Manuel, « El entrelazamiento en el Amadís y en las Sergas de Esplandían », Studia in honorem Martín de Riquer, Barcelona, Quaderns Crema,1986, t. I, p. 235-271.

Cacho Blecua, Juan Manuel, « Nunca mamò leche de mugier rafez. Notas sobra la lactancia. De El Libro de Alexandre a don Juan Manuel », Actas del I Congreso de la Asociación Hispánica de Leteratura Medieval, Barcelona, PPU.

Cervantès, Miguel de, Don Quixote, éd. Vicente Gaos, Editrice Grados, Madrid, 1987.

Chênerie, Marie-Louise, Le Chevalier errant dans les romans arthuriens en vers des xiie et xiiie siècles, Genève, Droz, 1986.

Conihout, Isabelle de, « Un amateur inconnu de romans de chevalerie, le peintre Daniel Dumonstier » (1574-1646). Paris, Bibliothèque Mazarine, 2009.

Coville, Alfred, La Vie intellectuelle dans les domaines d’Anjou-Provence de 1380 à 1435, Paris, Droz, 1941.

Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne (Lyon, B. Buyer 1472), éd. François Roudaut, Éditions Classiques Garnier, série « Romans de chevalerie de la Renaissance », 2009.

Guillerm, Luce, Sujet de l’écriture et traduction en France autour de 1540. Aux Amateurs de livres, 1988.

Jones, George F., « El papel del beso en el cantar de gesta », BRABL, XXXI (1965-1966), p. 105-118.

Kappler, Claude, Monstres, démons et merveilles à la fin du Moyen Âge, Payot, 1980.

Le Chapelain, André, Traité de l’amour courtois, éd. Claude Buridant, Klincksieck, 1974.

Lida de Malkiel, Maria Rosa, « El desenlace del Amadis primitivo », Romance Philology, VI, 1953, p. 253-289 ; repris dans Estudios de Literatura española y comparada, Buenos Aires, 1969, p. 149-156.

381

Maravall, José Antonio, Utopía y contrautopía en el « Quijote », Santiago de Compostela, 1976.

Menendez y Pelayo, Marcelino, Orígenes de la novela, Madrid, de Bailly et Ballière, 1925, t. I, p. clxxxvi-cccxci.

Navarro González, A., El mar en la literatura medieval castellana, U. de la Laguna, 1962.

Place, Edwin B., « Fictional Evolution : The Old French Romances and the Primitive Amadis reworked by Montalvo », PMLA, LXXI, 1956, p. 521-529.

Rabelais, François, Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon, Gallimard, Pléiade, 1994.

Rank, Otto, Le mythe de la naissance du héros, Paris, Payot, 1983.

Réau, Louis, Iconographie de l’art chrétien, PUF, 1955.

Riquer, Martín de, Estudios sobre el Amadís de Gaula, Barcelone, Sirmio, 1987.

Robreau, Yvonne, L’honneur et la honte. Leur expression dans les romans en prose du Lancelot-Graal (xiie-xiiisiècle), Genève, Droz, 1981.

Rodríguez-Moñino, Antonio R., « El primer manuscrito del Amadís de Gaula », dans « Relieves de erudición : de Amadís a Goya ». Estudios literarios y bibliográficos, Valence, Editorial Castalia, 1959, p. 19-38 (première publication : BRAE, XXXVI, 1956, p. 199-225).

Roubaud, Sylvia, Le roman de chevalerie en Espagne. Entre Arthur et Don Quichotte, Champion, 2000.

Stegagno Picchio, Luciana, « Fortuna iberica di un topos letterario : la corte di Costantinopoli dal Cligès al Palmerín de Olivia », dans Studi sul Palmerín de Olivia, vol. III, Saggi e ricerche, Pisa, 1966, p. 99-136.

Weber de Kurlat, Frida, « Estructura novelesca del Amadís de Gaula », Revista de Literaturas Modernas, 5, 1967, p. 29-54. 

Williams, Grace S., « The Amadis Question », Revue hispanique, XXI, 1909, p. 1-167.

Le roman de chevalerie de la Renaissance :
complément bibliographique

La liste d’ouvrages et articles ci-dessous est destinée à compléter la bibliographie contenue dans l’édition critique du premier livre d’Amadis de Gaule (Champion, 2006, p. 131-157) ; elle intègre des informations fournies par Véronique Duché et Jean-Claude Arnould dans leur édition du Cinqiesme Livre d’Amadis de Gaule (Classiques Garnier, 2009, p. 507-510).

Acebrón, Julián, « Del artificio narrativo a la digresión sermonaria. Dos singulares lances en los libros v y vi del Amadís », Scriptura, 11 (1996), p. 7-30.

Arnould, Jean-Claude, « Langues et définition de l’identité française dans le livre v d’Amadis », colloque international Langues et identités culturelles dans l’Europe des xvie et xviie siècles, 13-15 novembre 2003, collection Europe xvi-xvii, Université de Nancy 2, 2005, vol. 2, p. 319-330.

Arnould, Jean-Claude, « Pour une poétique de l’eau dans le roman à la Renaissance », In Aqua Scribis – Le thème de l’eau dans la littérature, Gdansk, Wydawnictwo Univewersytetu Gdanskiego, 2005, p. 25-32.

382

Avalle d’Arce, Juan Battista, « Amadis de Gaula-Tirant lo Blanc : Tirant lo Blanc-Amadis de Gaula, Actes del Symposion Tirant lo Blanc (colloque Barcelone, novembre 1990), Quaderns Crema, Assaig, 1993, p. 7-19.

Bach, Chrétien, Amadis des Gaules, introd. Anthony Ford, Farnborough, Gregg, 1972 (fac-simile éd. 1779).

Baker, M.J., « France’s First sentimental Novel and Novel of Chivalrie », BHR 36, 1974.

Barbera, Jean-Marie, éd. Actes del Coloqui international Tirant lo Blanc, Centre aixois de recherches hispaniques, Publicaciones de l’Abadia de Montserrat, 1997. Contient (c : texte catalan ; f : texte français) :

Barbera, Jean-Marie, « Présentation de T. », p. 11-42 (c, f).

Chiner, Jimeno, Jaume Josep, « Autour d’une feuille manuscrite de T. », p. 43-74 (c, f)

Beltran Llavador, Rafael, « La muerte de Tirant : elementos para una autopsia », p. 94 (c)

Chauchadis, Claude, « Le combat chevaleresque dans T., p. 95-110 (f).

Courcelles, Dominique de, « Le retour en Occident après la perte de l’empire chrétien d’Orient : un parcours au masculin et au féminin dans T. », p. 111-122 (f).

Perujo Melgar, Joan Maria, « Le hérisson et l’exemplum de la vigne raconté par Hyppolite dans T. », p. 123-144 (c,f).

Haufi Valls, Albert Guillem, « Manus habent : autour des euphémismes amoureux de type militaire dans T. », p. 145-218 (c, f).

Alemany Ferrer, Rafael, « À propos des épisodes africains de T. et de Curial et Güelfa », p. 219-338 (c, f).

Zimmermann, Marie-Claude, « Agir et parler dans l’écriture de T. Recherches sur le lexique et le rythme », p. 239-260 (f).

Barbera, J.M., « L’anamorphose de la mort dans T. », p. 261-284 (f).

Martinez, Thomas, « De la comtesse de Warwic à la princesse Carésine : la présence de Sénèque dans T. », p. 285-322 (c, f).

Ferrando i Frances, Antoni, « À propos du cadre historique de Curial et Güelfa et de la possible intentionnalité du roman », p. 323-408 (c, f).

Picquet, Théa, « T. et le roman chevaleresque italien », p. 409-429 (f).

Rubiera y Mata, Maria Jesus, « T. et l’Islam », p. 429-436 (f).

Calco, Rigal, « Cesareo. : aspects de la traduction italienne de T. », p. 437-460 c, f).

Bensoussan, Mathilde, « T. au 18e siècle ; l’adaptation française du comte de Caylus », p. 469-477 (f).

Bagnyon, Jehan, L’histoire de Charlemagne (parfois dite le Roman de Fierabras), éd. Hans Erich Keller, Genève, Droz, TLF, 1992.

Beltran, R. et Izquierdo, J., « T. : bibliographie essentielle », p. 477-484.

Baret, Eugène, De l’Amadis de Gaule et de son influence sur les mœurs et la littérature au xvie et au xviie siècle, 1873 ; réimp. Genève, Slatkine, 1977.

Baret, Eugène, Études sur la rédaction de l’Amadis de Gaule par Garcí Ordonez de Montalvo, A. Durand, 1853 (même ouvrage).

Beaulieu, Jean-Philippe, « Le roman chevaleresque tardif », présentation dans Études françaises, XXXII, 1 (1996).

Bettoni, Anna, « Claude Colet et l’Histoire palladienne », dans Gruppo di studio…(voir réf. à Cappello, S., dans M. Bideaux, éd. Amadis I, 2006, p. 143)

Bideaux, Michel, « Le chevalier Filistel chez les bergers de Juliette » Devis d’amitié, Mélanges en l’honneur de Nicole Cazauran, éd. Jean Lecointe, Catherine Magnien, Isabelle Pantin, Marie-Claire Thomine, Champion, 2002, p. 265-277 (sur Nicolas de Montreux).

383

Bideaux, Michel, « Le roman de chevalerie de la Renaissance : héritage ou innovation ? Pour un état présent de la question », Du roman courtois au roman baroque (colloque Saint-Quentin, juillet 2002), éd. Emmanuel Bury et Francine Mora, Belles-Lettres, 2004, p. 25-34.

Bideaux, Michel, « Les topoï dans les romans de chevalerie de la Renaissance : l’exemple du premier livre des Amadis », Homo narrativus (actes du colloque SATOR, Montpellier, 1997), éd. N. Ferrand et M. Weil, Publications de l’Université de Montpellier III, 2001, p. 119-139.

Bideaux, Michel, « La topique des lieux dans les premiers livres des Amadis », Locus in fabula. La topique de l’espace dans les fictions françaises d’Ancien Régime, éd. Nathalie Ferrand, Louvain-La-Neuve, Peeters, 2004, p. 76-88.

Bideaux, Michel, « Les romans de chevalerie : romans à lire, romans à vivre », dans Le roman français au xvie siècle, ou le renouveau d’un genre dans le contexte européen, éd. Michèle Clément et Pascale Mounier, P.U. Strasbourg, 2005 (actes du colloque de Lyon II, 11-12 octobre 2002), p. 173-187.

Bideaux, Michel,« Permanence du romanesque dans l’imaginaire du xvie siècle », dans Le Romanesque aux xive et xve siècles, éd. Danielle Bohler, actes du colloque de Bordeaux, juin 2003, Eidôlon, Cahiers du LAPRIL, n 83, P.U. Bordeaux, 2009, p. 269-280.

Bideaux, Michel, « Quand la théologie s’invite dans une chevalerie : sur un épisode du quinzième livre d’Amadis de Gaule » (Mélanges Franco Giacone, à paraître).

Blanco, Antonio, Esplandián. Amadís. 500 años, Valladolid, Diputación Provincial, 1998.

Blom, Helwi, « La présence de romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des xviie et xviiie siècles », dans La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, (colloque de Troyes, novembre 1999), éd. Thierry Delcourt et Elisabeth Parinet, Troyes, La Maison du Boulanger, 2000, Études et rencontres de l’École des Chartes, p. 51-67.

Bloomis, A.S., Arthurian Literature in the Middle Age. A collaborative History, Oxford Clarendon Press, 1974.

Bognolo, Anna, La finzione rinnovata. Meraviglioso, corte e avventura nel romanzo cavalleresco del primo Cinquecento spagnolo, Pisa, ETS, 1997.

Bollème, Geneviève, La Bible bleue. Anthologie d’une littérature populaire, Flammarion, 1975.

Bosch, Siegfried, « Les fonts orientals del Tirant lo Blanc », Estudis Romanics, 2, 1949-1950.

Bouchard, Mawy, « Culture profane et tradition aulique. (Les Angoysses douloureuses et « l’Amadis de Gaule », dans Avant le roman. L’allégorie et l’émergence de la narration française au xvie siècle, Amsterdam, Rhodopi, 2006, p. 191-202.

Bougeant, Guillaume-Hyacinthe, Voyage merveilleux du Prince Fanférédin dans la Romancie (1735), p. 59-60, éd. moderne Jean Sgard et Géraldine Sheridan, PU Saint-Étienne, 1992.

Bourgueil, Georges, éd. Amadis de Gaule (I-V), Albi, Éditions Passage du Nord-ouest, 2008, 833 p.

Braga, Theophilo, Historia dos novellas portuguezas de cavalleria. (T. III : Formaçâo do Amadis de Gaula), Lisboa, 1873.

Brooks, Jeanice, Courtly Song in late sixteenth-century France, U. of Chicago Press, 2000 (chap. iii, « Chivalric Romance, Courtly Love and Courtly Song : Female Vocality and Feminine desire in the World of Amadis de Gaule », p. 1-41).

Burton, David G., « Peña Pobre to Sierra Morena : Cervantes’ Inversion of a Model », Romance Languages Annual, West Lafayette, In, 1990, 2, p. 358-361.

Céard, Jean, « Rabelais lecteur et juge des romans de chevalerie », Études rabelaisiennes, XXII (colloque Tours, 1984), Genève, Droz, 1988, p. 237-248.

Conihout, Isabelle de, Un amateur inconnu de romans de chevalerie, le peintre Daniel Dumonstier (1574-1646). Paris, Bibliothèque Mazarine, 2009.

384

Cooper, Richard, « Notre histoire renouvelée » : the reception of the Romances of Chivalry in Renaissance France (with « bibliography », dans éd. Sydney Anglo, Chivalry in the Renaissance, Woodbridge, Boydell Press, 1990, p. 175-191. Bibliographie, notamment p. 205-238.

Cooper, Richard, « Comic interludes in French Renaissance Prose romance : Aldéno’s amours in Gerard d’Euphrate (1549) », à paraître.

Cornillat, François, « ’J’y mettray bien remede’ : le plaisir du roman d’après l’Histoire palladienne de Claude Colet », dans Le Roman français au xvie siècle, op. cit., p. 189-206.

Creuzé de lesser, La Chevalerie, ou les histoires du moyen âge composées de la Table Ronde, Amadis, Roland, Paris, 1839.

Dédeyan, Charles, Le Chevalier Berger ou de l’Amadis à l’Astrée. Fortune, critique et création, PUPS, 2002.

Destouches, André (cardinal), Amadis de Grèce, tragédie, 3e éd., 1712, repr. 1967.

Didot, A.-F., Essai de classification méthodique et synoptique des romans de chevalerie inédits et publiés, 1870.

Duché, Véronique, « Vers un colloque sentimental ? », Réforme-Humanisme-Renaissance, 54, juin 2002, p. 115-137 (« Herberay traducteur de l’Amant maltraicté de s’amye »).

Duché, Véronique, « Herberay des Essarts, « vray Cicero françois », Les Normes du dire au xvie siècle (colloque Rouen, novembre 2001), éd. Jean-Claude Arnould et Gérard Mile-Poutingon, Champion, 2004, p. 107-123.

Duché, Véronique, Herberay traducteur de Diego de San Pedro : « Petit traité de Arnalte et Lucenda », éd. Véronique Duché, Champion, 2005.

Duché, Véronique, « Amadis de Gaule I-V : étude de la temporalité narrative », Tempus in fabula – Topoï de la temporalité narrative dans la fiction d’Ancien Régime, sous la direction de Daniel Maher, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 145-156.

Durán, Armando, « L’amplificatio en la literatura caballeresca española », Modern Language Notes, LXXXVI, 1971, p. 123-135.

Du Verdier, Claude, Le Romant des Romants, où on verra la suite et la conclusion de Don Belianis de Grece, du Chevalier du Soleil et des Amadis, 7 vol., Paris, 1627-1629.

Eisenberg, Daniel, « A Seville 1549 Edition of the Sergas of Esplandián », Journal of Hispanic Philologie, Tallahasee, Fl., 1976, 1/1, p. 61-63.

Foulché-Delbosc, Raymond, « Sergas », Revue Hispanique, 23 (1910), p. 591-593.

Entwistle, William J., « Tirant lo Blanch and the social order at the end of the 15th Century », Estudis Romanics, 2, 1949-1950, p. 149-164.

[Fierabras] Le Rayonnement de Fierabras dans la littérature européenne, éd. Marc Le Person (colloque Lyon III, décembre 2002), CEDIC, Université Jean-Moulin, 2003.

Gagliardi, Donatella « La censura de las ficciones caballerescas en la España del xvi. » Communication à paraître dans actes du colloque international : « Les voies du silence dans l’Espagne des Habsbourg », 27-29 novembre 2009, organisé par Alexandra Merle et Araceli Guillaume-Alonso (CLEA).

Gilman, Stephen, « Bernal Diaz del Castillo and Amadis de Gaula », Studia filologica, Homenaje ofrecido a Damaso Alonso, Madrid, Gredos, 1960-1963, 3 vol.

Giraldez Susan, « “Las Sergas de Esplandian” y la Espana de los Reyes Catolicos, New York, Peter Lang, 2003.

Giraud, Yves, « Les apports du roman espagnol à la Renaissance française : Herberay des Essarts et Diego de San Pedro », Colloquium Helveticum, 16, 1992.

Glaser, E., « Nuevos datos sobre la critica de los libros de caballerias en los siglos xvi y xvii », Anuario de Estudios medievales, III, 1966, p. 393-400.

González, Elroy R. et Roberts Jennifer T., « Montalvo’s recantation, revisited », Bulletin of Hispanic Studies, LV, 1978, p. 203-210.

385

González, Elroy R. et Ph. D. Arguelles, « La Conclusion del Amadis de Gaula : Las Sergas de Esplandián de Garci Rodriguez de Montalvo, Scripta humanistica, 2001.

González, Javier Roberto, « Profecías extratextuales en el Amadís de Gaula y Las Sergas de Esplandián », Incipit, nº 13, 1993, p. 121-141.

González, Elroy R., « La profecía general sobre Esplandián en el Amadís de Gaula », La Cultura Hispánica y Occidente, Mar del Plata, Universidad Nacional de Mar del Plata-Asociación Argentina de Hispanistas, 1997, p. 334-337.

González, Elroy R., « El nacimiento de Esplandián y el folclore », Actas del III Congreso de la Asociación Hispánica de Literatura Medieval (Salamanca, 3 al 6 de octubre de 1989), éd. M. I. Toro Pascua, Salamanca, Biblioteca Española del Siglo xv, I, p. 437-444.

González, Elroy R., « Tradición heroica y eremítica en el origen de Esplandián », Revista de filología española, t. 72, Fasc. 1-2, 1992, p. 133-148.

Gracia, Alonso, Paloma, María, Las señales del destino heroico, Barcelona, Montesinos, 1991.

Guillerm, Jean-Pierre et Luce, « Vestiges d’Herberay des Essarts. Acuerdo olvido », Studi Francesi, LI,1, 2007, p. 3-31.

Hale, Edward Everett, « The Queen of California : the origin of the name of California with translation from the Sergas de Esplandián », San Francisco, Colt Press Series, California Classics, 4, 1945.

Henson, E., The Fictions of romantic chivalry : Samuel Johnson and romance, Rutherford, NJ and London Associated UP, 1992.

Hernandez, Luisa Josefina, La memoria de Amadís, Mexico, 1967.

Horn, Julia R.T., « Die another day. “Amadís de Gaula and the absence of heroic day”, Reading and writing the forbidden », Essays in French studies, Benedicte Facques éd. et al., Reading, The 2001 Group.’03, p. 31-42.

Horn, Julia, R.T., Chivalry and Christianity in Amadis de Gaule, thèse Cambridge 2004 (résumé dans Index to theses LIV, 2005, 976= 54-7615).

Huchon, Mireille, « Les clefs du château d’Apolidon », dans Devis d’amitié (Mélanges Nicole Cazauran), éd. Jean Lecointe et al., Champion, 2002, p. 167-190.

Huchon, Mireille, « La prose d’art sous François Ier. Illustrations et conventions », RHLF 2004, p. 283-303 (Herberay, Amyot, Budé, Rabelais).

Huchon, Mireille, « Traduction, translation, exaltation et transmutation dans les Amadis », Camenae, n. 3, nov. 2007, p. 1-10.

Hurd, Richard, Letters on Chivalry and Romances, 1762, éd. Hoyt Trowbridge, Los Angeles, UCLA, 1962.

Kenny, Neil, « ’Ce nom de Roman qui estoit particulier aux Livres de Chevalerie, estant demeuré à tous les Livres de fiction’. La naissance antidatée d’un genre », dans Le Roman français au xvie siècle, op. cit., p. 19-32.

La Gessée, Jean de, La Grasinde, G. Corrozet, 1578 (voir éd. Livre III, chap. ix).

Lecointe, Jean, « Théorie du récit aux marges de l’épopée et du roman, dans les paratextes des Amadis au xvie siècle en France », Du Roman courtois au roman baroque op. cit., p. 367-381.

Lenglet-Dufresnoy, De l’usage des Romans, 1735, réimp. Slatkine, 1970.

Leonard, Irving A. Books of the Brave : Being an Account of Books and of Men in the Spanish Conquest and Settlement of the Sixteenth-Century New World. Berkeley, University of California Press, 1992 (1re éd. Mexico, 1953).

Leonard, Irving, A., Romances of Chivalry in the Spanish Indies, with registros of shipments of books to the Spanish Colonies, Berkeley, U. of California Press, 1933, repr. 1992.

Libro del Caballero Cifar, éd. Joachim Gonzalez Muela, Clásicos Castalia, 1982.

Libros de caballerías, de Amadis al Quijote : poética, lectura, representación e identidad, éd. Carbajal Eva Belén, Laura Puerto Moro, María Sánchez Pérez, Salamanca, Seminario de estudios

386

medievales y renacentistas, Sociedad de estudios medievales y renacentistas, coll. Publicaciones del SEMYR. Actas n. 3, 2002, 37 p.

Lida de Malkiel, Maria Rosa, « Dos huellas del Esplandian en el Quijote y en el Persiles », Romance Philology, IX, 2 (novembre 1955), p. 156-162.

Lida de Malkiel, Maria Rosa, « Fantasía y realidad en la conquista de América », Homenaje al Instituto de Filología y Literaturas Hispánicas ’Dr. Amado Alonso’ en su cincuentenario : 1923-1973, Buenos Aires, 1975, p. 210-220.

Little, William T., « Spain’s Fantastic Vision and the Mythic Creation of California », California Geographical Society, XXVII (1987), p. 1-38.

Lopez-Estrada, Francisco, “El Tirante castellano de 1511 y otros libros de viajes”, Actes del symposion Tirant lo Blanc, Quaderns Crema, 1993.

Lucía Megías, José Manuel, Libros de caballerias castellanos en las Bibliotecas Publicas de Paris. Catalogo descriptivo, U. de Alcalá et Universita di Pisa. Biblioteca di Studi Ispanici, 2, 1999.

Lucía Megías, José Manuel, Imprenta y libros de caballerias, Madrid, Ollero & Ramos, 2000.

Marinesco, Constantin, « Du nouveau sur Tirant lo Blanch ». Estudis Romanics, IV, 1953-1954, p. 137-204.

Maus de Rolley, Thibaut, « Le globe et le chevalier : variations sur la méditation cosmographique dans la fiction chevaleresque de la Renaissance », dans Les Méditations cosmographiques à la Renaissance, Cahiers V.-L. Saulnier, 26, PUPS, 2009, p. 113-140.

Marín Pina, Maria Carmen, « Aproximación al tema de la virgo bellatrix en los libros de caballerías », Criticón, XLV (1989), p. 81-94.

Martorell, Joanot, Histoire du vaillant chevalier Tirant le Blanc, trad. Caylus, Londres, 1737, 2 vol in-8. Édition moderne par J.M. Barbera, Gallimard, 1997.

Mémoire des chevaliers, éd. Isabelle Diu, et al., (colloque BM Troyes, 2005), Bibl. École des Chartes, 25, 2007.

Mérida Jiménez, Rafael Manuel, « Funcionalidad ética y estética del hada medieval en el Amadís de Gaula y en las Sergas de Esplandián », Congresso Internacional Bartolomeu Dias e a sua época, Porto, Univ. do Porto, 1989, IV, p. 475-488.

Mérida Jiménez, Rafael Manuel, « Urganda la Desconocida o tradición y originalidad », Actas del III Congreso de la AHLM (Salamanca, 3-6 octubre 1989), éd. M.I. Toro Pascua, Salamanca, Biblioteca Española del siglo xv, 1994, II, p. 623-628.

Mérida Jiménez, Rafael Manuel, ’Fuera de la orden de natura’ : magias, milagros y maravillas en el Amadís de Gaula, Kassel, Reichenberger, coll. Teatro del Siglo de Oro. Estudios de literatura n 66, 2001. Bibliogr. p. 409-444.

Morin, Alfred, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes (Almanachs exclus), Genève, Droz, 1974.

Nasif, Mónica, « Aproximación al tema de la magía en varios libros de caballerías castellanos », Amadís de Gaula. (Problemata literaria 6), Kassel, Reichenberger, 1992, p. 135-187.

Neri, Stefano, Antología de las Architecturas maravillosas en los libros de caballerías, Alcalá de Henares, Centro de estudios cervantinos, 2007.

Nisard, Désiré, Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage, 1852 ; réimp. Maisonneuve et Larose, 1968.

Parent, Annie, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle (1535-1560), Genève, Droz, 1974 (p. 106-110 : contrats de librairie d’Herberay des Essarts).

Paynell, Thomas, The Treasurie of Amadis of Fraunce, London, 1568.

Pettegree, Andrew, « Translation and the Migration of Texts », Borders and Travellers in Early modern Europe, Ashgate Publishers, Burlington, Vermont and Aldershot, GB, 2007. (p. 113-125 sur Amadis).

Place, Edwin B., The Amadis of Gaul ; 1 &2 […], texte de 1508, Lexington, UP Kentucky, 1974 ; 3 & 4 : Madrid, Espasa-Calpe, 1975, 1979.

387

Polizzi, Gilles, « Par les fenestres qui lors estoient ouvertes. Le motif de la fenêtre merveilleuse dans les romans de la fin du Moyen Age », Études de littérature et de civilisation médiévales, éd. Chantal Connochie-Bourgne, Publ. Univ. Aix en Provence, Sénéfiance 49 (coll. Cuerma, février 2002). (dont Perceforest, Amadis).

Regnard, Jean-François, La Naissance d’Amadis, Paris, 1694, dans Théâtre de Gherardi, 1700, in-12, t. V. Moniño, Antonio, « Relieves de erudición : de l’Amadis a Goya, estudios literarios y bibliográficos, Valencia, Editorial Castabias, 1959.

Rodriguez Prampolini, I., Amadises de América. La hazaña de Indias come empresa caballeresca, Caracas, Consejo Nacional de la Cultura, 1977, 2e éd.

Rothstein, Marian, « La politesse amoureuse, Amadis de Gaule », Franco-Italica, 15-16, 1999 (p. 179-188).

Rothstein, Marian, Reading in the Renaissance. « Amadis de Gaule » and the lessons of memory, Newark, U. of Delaware Press, 1999.

Rubio Balaguer, José, chap. « Literatura catalana », dans Historia general de las literaturas hispánicas, III, Barcelona, 1953, p. 729-930.

Sales Dasí Emilio José, « Sobre la influencia de las Caídas de príncipes en el Amadís y en Las sergas de Esplandían ». Actas do IV Congresso de Associação Hispânica de Literatura Medieval (Lisboa, 1-5 Outobro 1991), coord. Aires A. Nascimiento y Cristina Almeida Ribeiro. 4 vol., Lisboa, Cosmos, 1993, II, p. 333-338.

Sales Dasí, Emilio José, « Las Sergas de Esplandián : ¿una ficción ejemplar ?, Historias y ficciones : Coloquio sobre la literatura del siglo xv, éd. R. Beltrán, J.L. Canet et J.L. Sirera, Universitat de Valéncia, Departament de Filologia Española, 1992, p. 83-92.

Sales Dasí, Emilio José, « Sobre la influencia de las Caidas de Príncipes en el Amadís de Gaula y Las Sergas de Esplandián », Literatura Medieval, Actas do IV Congresso da Assoçião Hispânica de Literatura Medieval, vol. II, Lisboa, Ediçiões Cosmos,1993, p. 333-338.

Sales Dasí, Emilio José, « ’Visión’ literaria y sueño nacional en las Sergas de Esplandián », Medioevo y Literatura, Actas del V Congresso de la Associación Hispánica de Literatura Medieval, Granada, 1995, p. 273-288.

Sales Dasí, Emilio José, « California, las amazonas y la tradición troyana », Revista de literatura medieval, nº 10, 1998, p. 147-168.

Sales Dasí, Emilio José, « Estructura y técnicas narrativas en las Sergas de Esplandián », Voz y Letra, IX/I, 1998, p. 57-73.

Sales Dasí, Emilio José, « Algunos aspectos de lo maravilloso en la tradición del Amadís de Gaula : serpientes, naos y otros prodigios », Actes del VII Congrés de l’Associació Hispánica de literatura medieval, vol. III, éd. S. Fortuño Llorens et T. Martínez Romero, Castellón, Universidad, 1999, p. 345-360.

Sales Dasí, Emilio José, « Garci-Rodriguez de Montalvo, regidor de la noble villa de Medina del Campo », Revista de Filología Española, LXXIX, 1999, p. 123-158.

Sales Dasí, Emilio José, « Las Sergas de Esplandián y las continuaciones del Amadís (Florisandos y Rogeles) », Voz y Letra, VII/1, 1996, p. 131-156.

Sales Dasí, Emilio José, La figura del caballero en las Sergas de Esplandián, thèse sous la dir. de J. LL. Sirera, Universitat de València, 1994.

Sales Dasí, Emilio José, Las Sergas de Esplandián de Garci Rodríguez Montalvo : (Toledo, Juan de Villaquirán, 1521) : guía de lectura, Alcalá de Henares, Centro de Estudios Cervantinos, 1999.

Schleiner, Winfried, « Laughter and challenges to the other in the French Amadis de Gaula », Sixteenth Century Journal, Kirkville, Missouri, XXXII (2001), p. 91-107 (Sur J. Gohory).

Simon Diaz, José, « Libros de caballerías », dans Bibliografía de la literatura hispánica, 1912-1914, vol. 1, n 4368-4436.

388

Suarez Pallasa, Aquilino, « Estratificación de la onomástica del Amadis de Gaule », Actas de las IVas Jornadas Internacional de Literatura Española, Buenos Aires, août 1993, dans Penna-Rosa, E. et Rosa Rossa, Maria A., Studia Hispánica Medievalia II, Buenos Aires, 1992.

Tressan, comte de, Amadis de Gaule (et Roland l’Amoureux), traduction libre, Hôtel Serpente, 1787, 3 vol.

Van Beysterveldt, Antony, « La transformación de la missión del caballero andante en el Esplandián y sus repercusiones en la concepción del amor cortès », Zeitschrift für romanische Philologie, 97, 1981, p. 352-369.

Verchère, Chantal, « ’En cette tribulation comme au dormir de la mort’ », Le Roman français au xvie siècle, op. cit., p. 163-172.

Vicente, Gil, La Tragicomedia de Amadis de Gaula, éd. Manchester, 1969.

Vogeley, Nancy J., « How Chivalry Formed the Myth of California », Modern Language Quarterly, 62, n 2, June 2001, p. 165-187.

Whitenack, Judith A. « Conversion in the Spanish Romance of Chivalry, 1490-1524 », Journal of Hispanic Philology, 13 (1988), p. 13-39.

Williamson, Edwin, El Quijote y los libros de caballerías [1984], Madrid, Taurus, 1991.

Woledge, Brian, Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, Genève, Droz, 1950.

1 Pour les études non mentionnées dans cette bibliographie ou parues depuis 2002, voir infra, p. 377-384.

2 Un dizain liminaire de Jean Maugis pour la réédition du premier livre en in-8o (1548) avait fourni une claire expression de ce souci d’offrir « Amadis en […] petit volume » aux « Dames de cœur humain » : voir ce texte dans Amadis de Gaule, éd. citée, l. I, p. 51, n. 3.