Aller au contenu

Introduction
Les modèles économiques de la gratuité

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-06841-9
  • ISSN: 2554-9626
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06842-6.p.0043
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 10/03/2017
  • Périodicité: Semestrielle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
43

Introduction

Les modèles économiques de la gratuité

Faouzi Bensebaa

Rares sont les pans de léconomie ou de la société qui ne sont pas concernés aujourdhui par la gratuité. Celle-ci touche tant la sphère économique que la sphère culturelle ou encore la sphère sociale. Les fourmis ont-elles définitivement triomphé des cigales ? Est-ce lavènement du client/utilisateur new age, réticent à toute forme de paiement monétaire ? Sont-ce les nouveaux habits de lhomo economicus ? La radinerie est-elle devenue tendance ? (Bomsel, 2007, 2015). Le consommateur est-il devenu utilitariste, voire hédoniste, centré sur ce quon lui apporte ? Et quelles similitudes pouvons-nous trouver entre la gratuité issue de lunivers marchand et celle octroyée par le service public ?

À lorigine, la gratuité était liée à léchange désintéressé et au don. Elle était également associée à une approche visant lémancipation sociale. Elle échappait dans cette veine au monde marchand et à celui du profit. À titre dexemples, en matière de libération sociale, tant lécole publique que les universités (du moins dans certains pays comme la France) et les bibliothèques publiques reposaient sur un modèle proposant laccès pour tous à des biens et des services quasiment sans rémunération. Ce mode de fonctionnement – encore présent, peu ou prou, dans un certain nombre de pays – tout en réifiant la notion de service public1, ambitionnerait dépouser lidéal démocratique censé permettre à tout le monde de disposer des mêmes chances, particulièrement en matière déducation, de formation et de culture.

44

Au cours de la dernière décennie, la gratuité a émergé comme business model dans lunivers des entreprises numériques. Les utilisateurs des services de ces firmes se sont vu offrir la possibilité daccéder sans coût à de multiples fonctionnalités. Lorsque ces internautes se connectent à Linkedln, stockent ou partagent des fichiers via Dropbox ou Boxnet, regardent la télévision via Tv-direct, Play-tv ou Hulu, ou cherchent lâme sœur sur Match, ils expérimentent directement le modèle de la gratuité. La gratuité concerne également les relations entre les firmes (BtoB) à linstar de Box (stockage de données), Splunk (intelligence opérationnelle, cest-à-dire la transformation des données machines en données opérationnelles) et Yammer (réseau social privé visant à faciliter la collaboration entre les employés) (Vineet, 2014).

Cette gratuité peut être associée aux nouvelles générations habituées aux connexions Internet gratuites (wifi), à regarder des films en streaming, à employer des logiciels libres daccès et à des informations et connaissances fournies sans rétribution. Elle témoigne de modes de vie basés sur la mobilité, la portabilité et linstantanéité. Elle correspond également aux mutations sociétales, parmi lesquelles le processus d« individualisation » (Blumler et Kavanagh, 1999, p. 21), caractérisé dune part, par la progression des aspirations personnelles et consuméristes et dautre part, par laffaiblissement du respect des institutions établies (partis politiques, religion, etc.). Enfin, elle a été rendue possible par léclosion tous azimuts dInternet, par la baisse du coût de traitement et de diffusion de linformation ainsi que par la crise économique (baisse du revenu disponible) et écologique (réchauffement climatique, pollution, etc.).

Cette gratuité sest développée comme fondement de modèles économiques pionniers. En effet, au moyen de la publicité qui a permis lémergence de ce qui a été appelé le modèle de la radio2, la gratuité devient le socle de certains types de transactions. Cette gratuité agit comme un aimant pour attirer les consommateurs et clients, dont la représentation du prix a complètement changé. Une fois ces derniers captés, il faut les fidéliser et les pousser à acquérir ce qui est payant, source par définition du chiffre daffaires et de la rentabilité. Dit autrement, quand la cession 45dun bien ou dun service seffectue de manière gratuite, celui qui bénéficie de cet échange devient lui-même le produit par excellence. Dans cette perspective, la gratuité cherche à accaparer le plus grand nombre possible de produits (à savoir les clients/consommateurs) pour en faire une base ou une masse substantielle. À celle-ci est proposé un ensemble de produits et services dérivés grâce auxquels les firmes parviennent à rendre leurs activités monétisables. De même, les annonceurs, à qui est offerte cette masse, paient la possibilité dêtre vus (Zeghout, 2014).

Plusieurs facteurs contribuent au recours à une approche fondée sur la gratuité. Comme évoqué ci-dessus, appréhendée comme outil marketing puissant, la gratuité permet à une nouvelle entreprise de se déployer dune manière substantielle et dattirer une masse significative dutilisateurs. Les entreprises attirées par ce mode de fonctionnement ne sont toutefois pas de pure players de la gratuité, cest-à-dire adeptes du tout gratuit. Certains acteurs hybrident en effet le modèle : la gratuité proposée nest pas totale, elle est conjuguée avec du payant, donnant naissance au modèle freemium. La démarche choisie conduit les utilisateurs à essayer dans un premier temps une version gratuite mais aux fonctionnalités réduites dun service, dun logiciel, etc. et à payer, dans un second temps, laccès à lensemble des fonctionnalités.

Ces transformations tant dans la société que dans lunivers des entreprises indiquent, dune manière non exhaustive, que le réseau (partage, liens horizontaux, etc.) tend à supplanter le marché (du moins dans sa forme originelle), que les services (par exemple, acquisition dun service de transport et non du moyen de transport) remplacent de manière croissante les produits, que les prestataires supplantent les vendeurs, que les utilisateurs se substituent aux acheteurs et que la propriété de biens notamment tangibles devient obsolète. Labonnement et le forfait deviennent dans cette perspective la grammaire de la nouvelle économie. Par exemple, dans le monde de lédition, la propriété des contenus et de linformation est atténuée au profit de laccès à ce contenu et à cette information. Il ne sagit plus à cet égard dacquérir un article, un ouvrage ou une revue, mais daccéder à un contenu. Laccès à ce contenu peut être gratuit ou payant. Dès lors, les détenteurs des droits daccès lemportent sur les producteurs de contenus. Exit donc le contenu et place aux tuyaux ! Lédition scientifique est ainsi susceptible dévoluer en activité rentable, mais aux dépens de la recherche proprement dite.

46

Par ailleurs, comme linformation est devenue foisonnante et que laccès à celle-ci est illimité, il y réinvention de la rareté via le contrôle des usages à linstar de lachat à lexemplaire ou à labonnement. Le résultat est imprévu : concentration accentuée de la propriété des données – le marché devenant fortement oligopolistique – et émergence de laccès limité et temporaire.

Cependant, cette gratuité nest pas sans effet pour les utilisateurs particuliers et pour les firmes. Sans prétendre à lexhaustivité, il y a le souci de la traçabilité (les profils des utilisateurs sont aisément identifiables et mémorisables) et la difficulté de gérer les droits numériques (digital right management ou DRM) des créateurs3. Ensuite, bien que la circulation de linformation, des œuvres et des idées soit relativement aisée, les contrôles, les obstacles et la recherche à tout crin de la marchandisation sont présents de manière croissante. De surcroît, les thuriféraires du modèle payant rejettent la gratuité, la considérant comme synonyme de dépréciation et de déresponsabilisation.

Un autre effet inattendu de la gratuité a trait à lémergence de ce qui est appelé léconomie du partage. Pensée au début comme léchange gratuit de biens et/ou de services, cette économie a fait entrer dans lunivers marchand des services qui sen trouvaient exclus. Ainsi, le co-voiturage monétise lauto-stop et accroît substantiellement ses transactions, la location de logements privés (Airbnb) fonde des marchés novateurs de services, etc. Des modèles inédits remettent en cause dans cette veine lapproche traditionnelle des taxis, du train, de lhôtellerie, de la presse, etc. Mais il est probable que les entreprises de ces différents secteurs finiront par sadapter à cet environnement naissant pour se différencier de façon idiosyncrasique des nouveaux services et faire cohabiter le gratuit, le peu onéreux et le payant, voire le luxueux.

Lengouement pour la gratuité, les conséquences de son développement et lhétérogénéité de ses modes opératoires amènent tant la communauté académique que celle des praticiens à chercher la compréhension profonde des processus sous-jacents aux relations non marchandes. Ils les poussent également à vouloir saisir les mécanismes permettant la pérennité des organisations dont les business models sont fondés sur léchange peu monétaire, voire totalement non monétaire et les interpellent sur les 47questions éthiques relatives à linstrumentalisation de la gratuité et à la protection des données des bénéficiaires de la gratuité.

Les auteurs du dossier « Les modèles économiques de la gratuité4 » cherchent à répondre à ces préoccupations, en explorant de façon originale de nouvelles thématiques et de nouveaux champs dobservation et en soulignant les savoirs acquis en matière dappréhension de la gratuité. Les réflexions menées signifient-elles linstallation ferme de la gratuité dans léconomie et dans la société ou bien le propos doit-il être sérieusement nuancé ? Dans cette veine, la gratuité ne serait quun miroir aux alouettes.

Roland Pérez sintéresse à la gestion de ce quil nomme les organisations humaines finalisées. Celles-ci peuvent être des organisations marchandes ou des organisations non marchandes. Il analyse dans un premier mouvement le système de management des deux types dorganisations quil saisit comme exécution dun modèle économique au moyen dun régime de gouvernance (ou « management du management »). Le système de management va conduire à des effets qui peuvent être marchands ou non marchands, internes ou externes. Dans un second mouvement, Roland Pérez sappuie sur le cadre danalyse adopté pour étudier léconomie numérique portée par ce que Rifkin appelle la 3e Révolution industrielle afin dexaminer larticulation entre le marchand et le non-marchand et porter son regard sur les questions sociétales contemporaines (telles que le développement croissant des services et de limmatérialité, lémergence de nouveaux modèles économiques et les difficultés à les évaluer, la nécessité dinnovations managériales) et sur lopposition entre léconomie de marché (octroyant au marché le primat de la régulation) et la société de marché (conjuguant harmonieusement, dans un jeu à somme non nulle, marché et relations sociales fortes).

Michel Renault examine les propensions des chercheurs à vouloir quantifier la gratuité selon lidée que ce qui nest pas compté et mesuré na guère dintérêt. Cette propension conduit à tenter de mettre en évidence des approches en matière dévaluation du gratuit. Cette quête de la technicité nest pas sans intérêt mais lauteur considère que la « nature morale » de la quantification devrait être le véritable questionnement. 48Ce questionnement aurait ainsi trait à la délimitation simultanée de ce qui « vaut », de ce qui « compte » et de ce qui est « juste ». La prise en compte de cette nature morale se traduit également, selon Michel Renault, par la considération de lexpérience éprouvée. Dans cette perspective, la prise en compte du gratuit conduit à porter son attention à ceux qui sont touchés par les actions gratuites, quils soient humains ou non humains, directement ou indirectement. Souligner « ce qui compte » équivaut à saisir les dispositifs de régulation des activités produisant de larges « externalités » (tels que les déchets) et à les relier à des institutions de valorisation, dont le travail ne doit pas se contenter de la seule estimation technique. Bien au contraire, la valorisation doit seffectuer avec des jugements de valeur (fondés sur des considérations morales), ce qui équivaut à mettre en exergue, explicitement, lenjeu moral de la démarche. Au final, Michel Renault propose de compter autrement si la nécessité de compter est incontournable ou bien de sabstenir de compter.

Pour sa part, François Masclanis pose la question de la gratuité comme réponse à la crise contemporaine des économies marchandes et aux possibles risques écologiques futurs et tente dy répondre en étudiant le business model des transports publics gratuits, particulièrement celui mis en place par la ville de Muret et par la CAM (Communauté dAgglomération du Muretain), structures administratives de la Région Midi-Pyrénées et du département de la Haute-Garonne. Le développement de ce business model est estimé répondre davantage à des choix idéologiques quéconomiques, puisque la gratuité vise ici un objectif social. La recherche menée – dont les résultats ne sont pas encore disponibles – associe en effet les dimensions sociales, écologiques, économiques et politiques. Elle vise à souligner que compte tenu de la stagnation voire de la baisse du pouvoir dachat des citoyens, de la nécessité de faire diminuer les émissions polluantes, loffre de transports publics gratuits (à limage de ce qui est proposé de manière exceptionnelle lors des vagues de chaleur et des pics de pollution) pourrait être une solution décentralisée, innovante et découplée de toute notion liée au profit économique.

Les recherches, retenues dans ce dossier, nous suggèrent plusieurs voies dexamen de la gratuité, permettant déclairer les modèles en usage et dalimenter, de façon féconde, la réflexion prospective, en tenant compte de la dimension peut-être irréversible du phénomène.

49

Références

Baraud-Serfaty I. (2011), La nouvelle privatisation des villes, Esprit, mars-avril, 149-267.

Blumler J.G. and D. Kavanagh (1999), The Third Age of Political Communication : Influences and Features, Political Communication, 16, 209-230.

Bomsel O. (2007), Gratuit ! Du déploiement de léconomie numérique, Folio.

Bomsel O. (2015), Éloge de la radinerie in D. Bernard, Les nouveaux radins, Marianne, 28 août.

Guiton A. (2015), Pour un vrai débat sur le droit dauteur à lère numérique, Libération, 11 septembre.

Vineet K. (2014), Making “Freemium” Work, Harvard Business Review, 92(5), 27-29.

Zeghout K. (2014), Stratégies et enjeux socio-économiques de ladaptation au numérique : à propos des mutations de la presse britannique ? Études de communication, 43(2), 189-208.

1 Notons cependant lévolution paradoxale du service public vers le marchand : un service minimum gratuit et des services à la carte payants. Cf. Baraud-Serfaty (2011).

2 Le modèle de la radio assure son équilibre financier grâce à la publicité tout en permettant lécoute gratuite aux auditeurs. Il concerne également toute activité tarifant ses produits à prix nul, alors même que ces produits ont un coût, mais qui assure son équilibre financier au moyen de la publicité tout en offrant aux consommateurs des biens et des services à prix nuls ou réduits.

3 Cf. voir le débat virulent entre partisans du droit dauteur et défenseurs de laccès libre dans le cadre du projet de réforme européenne de la création (Guiton, 2015).

4 Dossier faisant suite au colloque international « Les business models de la gratuité, Marx la pensé, GAFA la fait ! », organisé le 9 avril 2015 par lISERAM, laboratoire de lISEG Group, à la Maison de lEurope à Paris.