Aller au contenu

Comptes rendus

  • Type de publication: Article de revue
  • Revue: Revue européenne de recherches sur la poésie
    2018, n° 4
    . varia
  • Auteurs: Dotoli (Giovanni), Duclos (Michèle), Frosin (Constantin), Leopizzi (Marcella), Selvaggio (Mario), Devincenzo (Giovanna), Cavallini (Concetta)
  •  
  •  
  • Pages: 239 à 264
  • ISBN: 978-2-406-08814-1
  • ISSN: 2492-7279
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08815-8.p.0239
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Revue européenne de recherches sur la poésie, n° 4
  • Date de parution: 26/12/2018
  • Année d’édition: 2018
  • Langue: Français

  • Article de revue: Précédent 21/22 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
239

Michèle Clément, Une poétique de crise. Poètes baroques et mystiques (1570-1660), Paris, Classiques Garnier, 2018, « Bibliothèque de la Renaissance ».

Cest la réédition bienvenue du livre portant ce même titre paru en 1996, dans la collection « Bibliothèque littéraire de la Renaissance » dirigée par Claude Blum. Lauteur, professeur de littérature française du xvie siècle à lUniversité de Lyon II, est bien connue pour ses recherches sur cette période, notamment : Le Cynisme à la Renaissance (Genève 2005), LÉmergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (Saint-Étienne 2008), Étienne Dolet. 1509-2009 (Genève 2012), édition de La Gélodacrye de Jacques Grevin, Les Chansons spirituelles de Marguerite de Navarre, et Microcosme de Maurice Scève.

Louvrage souvre par une citation extraordinaire de Sponde : « Où tarresteras-tu, mon Ame ? où trouveras-tu ceste grandeur infinie que tu cherches ? Sortons du monde, car elle ny est point. Le commencement du monde est desjà une limitation du monde, et sa forme une autre » (Méditation sur le psaume XLVIII). On est déjà au cœur de ce livre. Le baroque, longtemps si mal compris en France avant les années 1960, prend le chemin correct de la mystique. Religion, baroque, mystique sur la même lignée, dans les textes, où tout se fait universel et communication.

Il y a une « coïncidence entre lapogée de la littérature mystique et le développement de lère baroque à la fin du xvie siècle et au début du xviie, de même quil y a coïncidence entre les aires des deux phénomènes, à savoir la vieille Europe de lOuest : Portugal, Espagne, France, Italie et pays rhéno-flamands » (p. 9-10).

Baroque et mystique apparaissent comme en relation continue, ont des points communs, surtout dans la poésie, objet de cette recherche. La poésie mystique devient un accès privilégié du baroque, dont la notion est de nos temps un peu en crise. Larchéologie du savoir de Michel Foucault aide à aller loin. Le corpus examiné concerne les poètes : Chassignet, Sponde, Chandieu, La Ceppède, Pierre de Croix, Lazare 240de Selve, Hopil, Auvray, Martial de Brives et Zacharie de Vitré, un groupe suffisant et maîtrisable pour définir une méthode et confirmer une belle hypothèse.

On ne pourra plus étudier la poésie française entre 1570 et 1660, sans tenir compte des propositions fascinantes de Michèle Clément.

Giovanni Dotoli

Université de Bari Aldo Moro

Cours de Civilisation française
de la Sorbonne

*
* *

Hélène Fiesqui, anthologie, dossier et notes réalisés par, Combats du 20e siècle en poésie, lecture dimage par Sophie Barthélemy, Paris, Folio Plus Classiques, 2015, 262 p., « Anthologie ».

Lauteur fixe quelques questions centrales de lengagement des poètes au xxe siècle : la guerre de 1914-1918, lengagement communiste, la seconde guerre mondiale, la négritude.

Les poèmes choisis appartiennent à : Guillaume Apollinaire, Blaise Cendrars, Louis Aragon, Jacques Prévert, Max Jacob, Pierre Jean Jouve, Paul Éluard, Louis Aragon, Henri Michaux, Jean Tardieu, René Char, Paul Éluard, Pierre Emmanuel, Paul Valet, Eugène Guillevic, Georges Perros, Léon Laleau, Léon-Gontran Damas, Aimé Césaire, Jacques Roumain, Léopold Sédar Senghor, David Diop.

Le dossier du livre concerne lanalyse de Les Constructeurs du peintre Fernand Léger (1950), la poésie engagée, lécrivain à sa table de travail, la guerre dEspagne, lengagement en prose.

241

Cest un petit livre très utile pour les étudiants et pour comprendre ce qui sest vraiment passé en un siècle qui a vu le carnage de deux horribles guerres mondiales.

Contre loubli et la tendance à la réduction des événements, voilà des textes qui nous induisent à réfléchir, à aimer les luttes des poètes, qui ne sont pas des gens la tête en lair, mais très souvent des modèles de vertu engagée.

Giovanni Dotoli

*
* *

Eva Kushner, Pontus de Tyard et son œuvre poétique, Paris, Classiques Garnier, 2018, « Bibliothèque de la Renaissance ».

Cest la réédition bien attendue du livre portant ce même titre paru en 2001, dans la collection « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », dirigée par Claude Blum. Eva Kushner, professeur de littérature française et comparée à lUniversité de Toronto, est lauteur de nombreuses études sur Pontus de Tyard et sur le dialogue à la Renaissance. Elle dirige lédition critique des Œuvres complètes de Tyard à paraître aux Classiques Garnier et la série « Renaissance » de lHistoire comparée des littératures de langues européennes.

Nous sommes face à une recherche de grande importance pour situer Pontus de Tyard (1521-1605) en son temps. La plupart des études le place uniquement dans la perspective de la Pléiade, dont il fait partie, de son rôle de pont entre Lyon et Paris, de son pétrarquisme et de son platonisme. Sa personnalité poétique est presque partout absente. Aucune grande thèse avant ce livre. Le personnage épouvante-t-il pour sa profondeur, ses œuvres, le panorama vaste quil touche ?

242

Eva Kushner analyse toute étude davant, surtout celles de Jean Baillou, de mon ancien ami Silvio Baridon, de Kathleen Hall, John A. McClelland et John C. Lapp, et profite avec attention de lédition précédente de quelques œuvres, les Discours philosophiques, Les erreurs amoureuses, le Premier et le Second curieux. Mais on navait pas de synthèse. Ce livre est une synthèse heureuse, entre textes, biographie, documents souvent inédits et contextes.

La notion elle-même de Pléiade va changer, en senrichissant. Ce qui compte pour lauteur cest justement « lindividualité de notre poète » (p. 7), sur la lignée du modèle de Verdun-L. Saulnier, et la direction sage et précise de Robert Aulotte. Pierre de Ronsard et Joachim Du Bellay en gagnent.

Pontus de Tyard se révèle comme un grand poète et un grand philosophe, lié à la science de son temps. Lhorizon historique aide lauteur à compléter le cadre. Et voici « de nouveaux champs de découverte à mesure que les horizons des études portant sur la Renaissance sélargissaient en direction de linterdisciplinarité et de linternationalité » (p. 8). La Contre-Réforme elle aussi prend une autre lumière.

Après une biographie précise – la première –, tout sunifie autour dune œuvre originale ayant une « spécificité esthétique » (p. 9), dans lunité totale des textes.

Giovanni Dotoli

*
* *

Gérard Pirlot, La colère de Rimbaud. Le chagrin dArthur, Paris, Imago, 2018, 414 p.

Lauteur de ce livre est un psychanalyste, un pédopsychiatre et un professeur de psychopathologie à lUniversité de Toulouse. Il avait donc 243toutes les qualités pour aller à la recherche de la colère et du chagrin dArthur Rimbaud, ce poète qui est devenu le mythe de toute la poésie, des jeunes de toute terre, et dune façon daffronter la vie en lutteur didéal.

Rimbaud apparaît comme « lorbe dun destin » (p. 7-32), le jeune du parti pris, le subversif né, lêtre de la colère. Le chagrin denfance va tout conduire. Linnocence sera volée. La relation dabsence avec le père assume toute son importance. Le poète se fait des fantasmes. Il vit en un monde fantasmatique.

Le regard de lécolier est en colère. Les fugues sont la vie, vers les chemins des sublimations. Le trauma de la puberté va inonder le cœur et le corps de Rimbaud. Il est en conflit avec le monde et avec soi-même. Le vagabondage est la solution, avec lérotisation de la pensée, la révolte sociale, un moi qui se démarque des autres, les voyances sublimes, le refus du réel, les heurs et malheurs de la bisexualité.

Sexe, drogue et création poétique sur la même lignée. Il faut réinventer lamour ! Tout est combat infini et inédit. Les conflits inondent la poésie. Les voix intérieures sont polyphoniques comme la vie. Les voix psychiques parlent la langue de la poésie nouvelle.

Mais la rupture est aux aguets. Et cest les voyages vers limpossible. « Marcher, négocier, explorer, la peur au ventre » et « fatigue, dépression et ennui africains » (p. 265-276). Les deuils saccumulent. LAfrique est une saison en enfer. Limpasse existentielle est là. Et tout se fait agonie et « éclat létal de lidéal » (p. 303). « Posséder la vérité dans une âme et un corps » (p. 316), cest le seul but possible.

Un livre à lire avec la plus grande attention, sur le fil dun projet important et dune lecture de lâme et de la poésie dArthur Rimbaud.

Giovanni Dotoli

244

*
* *

Yalla Seddiki, Rimbaud is Rimbaud is Rimbaud is Rimbaud. Rien de nouveau chez Rimbaud, Paris, Non Lieu, 2018, 262 p.

Yalla Seddiki est docteur en Lettres modernes de lUniversité Paris IV-Sorbonne. Sa thèse, qui est à lorigine de ce livre, est le fruit de la collaboration avec lun des plus grands rimbaldiens au monde, Pierre Brunel.

Lauteur affronte lune des questions cruciales de la biographie dArthur Rimbaud : celle de lauteur réel des Illuminations. Cest une question qui revient de temps à autre. La critique se demande souvent qui est le véritable auteur de ce chef-dœuvre. Est-ce vraiment Rimbaud ? Ou cest le poète Germain Nouveau ? Sagirait-il dune « grossière erreur » ? De lecture des documents, des textes, de la biographie du trio Rimbaud-Nouveau-Verlaine ?

Arthur Rimbaud serait-il le simple « scribe » des Illuminations ? Lauteur, le seul, le vrai, serait-il le grand poète Germain Nouveau, un immense auteur que la critique a injustement sous-estimé ?

Yalla Seddiki est un maître de lecture documentée, en profondeur. Sous la direction sage et compétente de Pierre Brunel, il affronte toutes les exégèses précédentes, toute déclaration et tout commentaire qui voudraient déposséder Rimbaud de son chef-dœuvre.

La critique ponctuelle des favorables à lattribution des Illuminations à Germain Nouveau porte à une conclusion précise et inattaquable : la philologie, la correspondance, les textes eux-mêmes – surtout – portent à la seule conclusion possible : « Rimbaud is Rimbaud ». À partir de ce livre, il sera difficile de retourner sur ce sujet. Germain Nouveau reste un immense poète, mais ce nest pas Rimbaud. Il y a un seul Rimbaud, le vrai : Arthur. Les surréalistes à la Breton et à lAragon, qui penchent du côté de Nouveau, ont tort.

Giovanni Dotoli

245

*
* *

Jean-Luc Steinmetz, Le Paris de Rimbaud, Paris, Éditions Alexandrines, 2018, 124 p., « Le Paris des écrivains ».

Lauteur de ce livre est un rimbaldien de fer. Poète lui-même de grande qualité, auteur des livres Arthur Rimbaud. Une question de présence (1991), Les femmes de Rimbaud (2004), Lautre saison (2013), et éditeur des Œuvres complètes dArthur Rimbaud chez Garnier-Flammarion, 1989, réédition 2010, et de la Correspondance (2015), il avait toute qualité pour nous présenter un Rimbaud parisien, dans cette belle collection où ont déjà paru les Paris de Jean Cocteau, Alexandre Dumas, Jacques Prévert, Marcel Proust, Jean-Paul Sartre, Honoré de Balzac, Molière, Victor Hugo, Émile Zola, Charles Baudelaire, Louis-Ferdinand Céline, Blaise Cendrars, Gérard de Nerval, Colette, etc.

Arthur Rimbaud est en bonne et belle compagnie, mais son Paris est autre. Cest le Paris de la fugue, du poète nomade et de « lhomme aux semelles devant » (p. 101). Cest dans la capitale que lauteur dUne saison en enfer passe une période cruciale, de 1870 à 1873. « Parisien temporaire », il va à droite et à gauche présenter ses poèmes révolutionnaires, fréquente les lieux de la poésie nouvelle, vit en de nombreux gîtes occasionnels, à un moment fondamental de lhistoire de France.

Le pays est occupé, la Commune montre toute sa cruauté, la Troisième République vient de naître, de façon houleuse. Arthur Rimbaud est le poète de lavenir. Il crie au vent de Paris sa poésie, fréquente cafés et cercles, entre autres les Vilains-Bonhommes et les Zutistes.

Cest un jeune à la recherche de sa vie, insupportable avec la plupart des gens quil rencontre, notamment avec Charles Cros et Paul Verlaine lui-même. Rimbaud est un flâneur tragique de Paris. Il déambule partout, tente de vivre, « mal nourri, mal logé » (quatrième de couverture), en écrivant « certains de ses plus étonnants poèmes ». De Bastille à Saint-Michel, de la rue des Beaux-Arts au passage Choiseul, du Palais-Royal à Saint-Sulpice, le voilà par brasseries et gares, jardins et hôtels, musées et théâtres. Et bien sûr, il fréquente le passage de lEnfer et la rue dEnfer.

246

Un petit livre passionnant qui se lit comme un roman.

Giovanni Dotoli

*
* *

Jean-Michel Maulpoix, Les 100 mots de la poésie, Paris, Presses Universitaires de France, 2018, 128 p., « Que sais ? ».

Jean-Michel Maulpoix est la personne juste pour ce type de livre. Il est grand poète et grand universitaire. Son dernier recueil de poèmes, Lhirondelle rouge (2017), a reçu le prix Alain-Bosquet et Roger-Kowalski. Ses réflexions sur la poésie sont extrêmement importantes. Il a aussi fondé en 1984 le revue « Recueil », rebaptisée « Le Nouveau Recueil », en 1995, depuis 2008 revue en ligne, contenant des articles courts, essais de critique ou textes de création, avec lintervention bienvenue aussi des lecteurs.

Lauteur a tout à fait raison, en affirmant en quatrième de couverture qu« irréductible à une définition simple, la poésie peut être appréhendée à partir dune constellation de mots qui léclairent par facettes, des mots qui sont la chair même du poème ».

Les cent mots essentiels de la poésie vont, par ordre alphabétique, de acte à voix. Quelques exemples : pour la lettre O, obscurité, ode, on, Orphée, pour la lettre P, paysage, performance, poème, poète, prose poétique / poème en prose, pour la lettre I, idéal, identité, ignorance, image, inspiration, intensité.

Pour confirmer que le champ de la poésie est presque le même pour tout poète, je rappellerai que la plupart des mots choisis par lauteur coïncident avec les entrées de mon Dictionnaire des citations de mon cœur. On trouvera bien sûr des mots-clefs, qui depuis la nuit des temps sont 247au cœur de la poésie : amour, beauté, fenêtre, langue, mémoire, rêve, rythme, silence, vie. Et aussi la surprise dun verbe, faire, de deux adverbes, dedans et dehors, et dun adjectif, céleste. Naturellement, les pronoms personnels je et tu ne pourraient pas manquer. Gestes, mouvements, pensées, expérience, espaces, objets et formes, tout concourt à la création de la poésie, parce que la poésie est le monde, cest-à-dire lêtre humain.

Cet abécédaire poétique, ce dictionnaire, si lon veut ce riche alphabet, narre le lien évident entre la texte poétique et la vie. Tout en étant le résultat dun « filtre dun choix subjectif » (p. 5), comme tout poème, ce livre très utile à lire comme un roman de la langue de la poésie, dit « la forme du monde » (p. 4).

Giovanni Dotoli

*
* *

Marc Alyn, Le temps est un faucon qui plonge. Mémoires, Paris, Pierre Guillaume de Roux, 2018, 210 p.

Jai eu la chance de connaître Marc Alyn de visu, après avoir aimé le poète et autrefois le chroniqueur de poésie dans « Le Figaro littéraire ».

Marc Alyn est né en 1937 à Reims. Il a reçu le prix Goncourt pour lensemble de sa poésie. À vingt ans, il est déjà Prix Max Jacob. Sa vie est un symbole : soldat en Algérie, voyageur en Orient et à Venise, éditeur et créateur de la collection « Poésie Flammarion », ami des grands tels Pieyre de Mandiargues, Roger Caillois et André de Richaud, il sest révélé comme un grand écrivain avec Le piéton de Venise et Monsieur le chat.

Nous sommes face à lun des plus grands poètes du xxe et du xxie siècle.

248

Ce poète immense a décidé de conter ici ses mémoires. Et quelles mémoires ! Pas une narration, mais plutôt des vies, la sienne et celle des autres qui ont traversé la sienne. On le suit a Paris, en Slovénie, en Bosnie, en France, en Orient, au Liban, à Venise, … et à Montmartre.

Dans ces mémoires, cest le temps du temps qui avance : celui du cœur et du secret de la poésie. Avec sa lampe de poète, Marc Alyn va à la recherche de son monde, de son passé, de ses amis, des écrivains quil a aimés et quil aime. Il les (re)découvre sous le silence des étoiles, « sans attenter à la majesté de lobscur ».

La ligne de la vie se trace delle-même, comme celle qui va du cœur au soleil. Et on découvre la façon décrire du poète, en ces moments de silence quaimait tant Charles Baudelaire.

Cest dans le silence que se crée la poésie, que le poète entend les petits bruits du monde, lesquels sont des étincelles de lâme et du ciel. Les talons dun passant deviennent le rythme du monde. Marc Alyn aime cette phrase sublime de Guillaume Apollinaire : « Jentends revenir mes pas ». Et il se demande : qui suis-je ? Dans quel temps vis-je ?

Lenfance revient avec toute sa magie. Je lis en quatrième de couverture : « Ces mémoires inspirés feront entrer le lecteur dans la ronde dune bohème heureuse et lentraîneront dans le sillage dune aventure de lâme et de la création éternellement recommencée en dépit des périodes de vaches maigres, des séparations et des pertes irrémédiables ».

On ne pourrait pas mieux dire. Jinvite le lecteur à lire et à goûter ces mémoires de vie poétique. Il en sortira plus amoureux de la vie quavant.

Giovanni Dotoli

249

*
* *

Nohad Salameh, Marcheuses au bord du gouffre. Onze figures tragiques féminines, Bruxelles, Éditions de la Lettre volée, 2017.

Jentre de tout cœur dans le corps de ce livre. Un livre unique, sur onze femmes de génie, appartenant à la modernité, lesquelles payent de leur vie un choix de conduite entre tragique et idéal.

En voici les noms, dEurope, et une seule dAmérique : Emily Dickinson, Else Lasker-Schüller, Renée Vivien, Nelly Sachs, Marina Tsvetaïeva, Edith Södergran, Milena Jesenskà, Annemarie Schwarzenbach, Ingeborg Bachmann, Sylvia Plath.

Des femmes insoumises, qui luttent contre tout, la société, la famille, lorganisation du monde, face aux aveugles qui ne veulent pas voir la grandeur de la création féminine. Et toutefois, leurs œuvres bouleversent la littérature moderne, surtout la poésie, et aussi le texte en prose.

La plupart dentre elles choisissent de mourir en pleine jeunesse, entre outrages et indifférence du monde qui les entoure. Dautres se donnent à la drogue, au sexe, à lalcool, à la recherche dun point de repère, dune possible issue.

Ce sont des femmes de révolte, de révolution, dopposition aux conventions ancestrales. Elles vivent à lenvers, contre tous et parfois contre elles-mêmes.

Nohad Salameh, voix marquante de la francophonie, née à Baalbek, ville mythique, au Liban, poète des symboles, auteur dune douzaine de recueils, couronnée par le prix Louise Labé et par le Grand Prix des Gens de Lettres, part à la recherche des « formes de déséquilibre » (Virginia Woolf), au fond de lenfer des écrivaines quelle présente.

Cest un livre consacré à la malédiction du monde féminin qui choisit lécriture ou lart. Arthur Rimbaud lavait dit : le monde ne progressera quau moment où la femme « vivra pour elle et par elle ». « Elle sera poète elle aussi ! La femme trouvera de linconnu ! ». Exactement le parcours des onze femmes poètes de ce livre, ouvertes à lobscur du néant, créatrices bohémiennes, parfois emmurées, anges denfer au bord du désespoir.

250

Nohad Salameh nous fait brillamment comprendre que la littérature nest pas rose et lys, mais aussi et surtout abîme et tragédie, douleur et tristesse infinie. Destin de corps-martyrs, dédale de parcours labyrinthiques, cœurs sanglants, vies cassées par dénormes blessures.

Cest une étude-merveille qui confirme quil faut changer le plan des manuels dhistoire de la littérature française : place à lécriture féminine, hélas trop absente.

Encore une fois, lEurope des lettres apparaît sous le même ciel : celui de la révolte et de laffirmation de sa propre identité, via la rébellion des femmes, trop de fois obscurcie si ce nest niée.

Giovanni Dotoli

*
* *

Jonuţ Caragea, Mon amour abyssal. Poèmes, traduction [du roumain] par Amalia Achard, Brest, Éditions Stellamaris, 2018, 86 p.

Jai eu la chance tout à fait par hasard de connaître Jonuţ Caragea, grâce à mon ami roumain le prof. Constantin Frosin. Je le remercie : jai découvert « un poète », un vrai poète, lun de ceux qui honorent leur pays et la littérature européenne.

Caragea est né à Constanţa, en Roumanie, en 1975. Il est poète, prosateur, critique littéraire, éditeur, auteur daphorismes et promoteur culturel. Entre 2003 et 2011, il vit à Montréal, où il est instructeur sportif et sportif de performance comme rugbyman. En 2008, il devient citoyen canadien. En 2012, il rentre dans son pays natal et sétablit à Oradea.

À lunisson avec le poète Adrian Erbiceanu, en 2008, il fonde lAssociation des Écrivains de Langue Roumaine au Québec et publie la première Anthologie des écrivains roumains de la province du Québec (2009), 251coauteurs Adrian Erbiceanu et Dimitru Scorţanu, ouvrage de référence de la diaspora roumaine.

Il est lauteur dune trentaine de livres de poésie, aphorismes, science-fiction, essais critiques, mémoires et anthologies.

Lœuvre de Jonuţ Caragea est honorée de plusieurs prix importants, lesquels confirment la valeur de son œuvre. Sa poésie est un merveilleux voyage de mémoire et dengagement. Les thèmes quil met en évidence concernent tous la grande question de lêtre au monde.

On la défini « un athlète de la poésie ». En effet, cest un travailleur acharné du mot, qui dans ses poèmes devient lénergie de la vie en un monde clos que le poète veut ouvrir.

Pas une poésie de routine, mais une poésie de la profondeur, qui va au cœur de la matière et à la limite du possible, pour offrir à lhomme le sens vrai de son existence. Une esthétique de lengagement dans limmense, à partir dun point, sa patrie projetée sur le monde.

Dans ce recueil, Jonuţ Caragea se fait plus intime. Il enquête dans le silence de lamour, pour sécrier en soldat de la parole. Mystère de la femme et mystère de la vie se croisent. Le mal senvole. La poésie réalise un miracle : celui de louverture du cœur qui aime. Quelques vers, pour le prouver : « Ferme les yeux / regarde aussi loin que tu peux / et ne pense pas au retour » ; « Je garde le poème en moi » ; « le dernier mot lèche ses blessures » ; « Je disais que lamour cest tout ou rien ».

Les mots ! Jonuţ Caragea vit dans « La maison des mots », magnifique titre dun poème de ce recueil. Il sait que « Seul le poète sait combien de solitude / Se trouve dans la maison de ses mots ». Cette maison est son usine, où il produit de lor : celui de nous faire rêver.

Giovanni Dotoli

252

*
* *

Mohammed Hashas, Intercultural Geopoetics in Kenneth Whites Open World, Cambridge, Scholars Publishing, 2017, 170 p.

Une sorte de prédestination semble avoir présidé à lécriture de ce livre sur Kenneth White et la géopoétique par un ancien étudiant du Professeur Khalid Hajji lui-même naguère étudiant de Kenneth White à la Sorbonne. Des affinités aussi entre le petit villageois de lEst marocain, ladolescent féru de lectures multiples, létudiant ouvert sur le monde, et les données constitutives de la vie et de sa pensée que White après des tentatives dordre sémantique et lexicales a constituées en géopoétique.

Lecteur passionné et ouvert des livres de Kenneth White et par ailleurs enseignant chevronné avant lâge, Hashas a réparti son imposant matériau en trois grandes parties pertinentes et claires :

A) Les grands concepts constitutifs de lœuvre et de la pensée whitienne : « Culture, Place, World » ; « Poetry, Philosophy, Science » ; Intellectual Nomadism.

B) Territoires et trajectoires : les compagnons de route : pour lEurope : Rimbaud, Van Gogh, Nietzsche, Hölderlin, Heidegger ; Amériques : le « Gang du Cosmos, Emerson, Thoreau, Whitman ; Asie : Inde, Chine et Japon mais aussi en coda le monde arabo-islamique, étude à létat encore embryonnaire mais non négligeable ».

C) Du Nomadisme au Monde Ouvert : ici lanalyse se concentre plus précisément et de manière détaillée sur 1) (« Nomadizing : Listening to to Land and Mind ») : les livres de voyage, qui suivent les déplacements physiques et intellectuels du poète au Canada (La Route bleue) puis à travers lEurope avec The Wanderer and his Charts et Across the Territories. 2) la sédentarité (« Dwelling : Into the White World ») à Paris, dans les Pyrénées, à Gourgounel, puis dans La Maison des marées à Gwenved en Bretagne où se précise le sémantisme pluriel du « monde blanc ». 3) (« Writing : From Landscape-Mindscape to Wordscape ») : comment en alternance avec maintes lectures sactualisent nomadisme et intellectualisme chez Kenneth White, aujourdhui depuis sa « librairie » bretonne, 253sous forme manifeste triple de « waybooks », dessais et – pointe de la flèche – de livres de poèmes

Clairs, précis, pertinents, très bien documentés, largement illustrés par des citations de prose et surtout de larges extraits des poèmes, tous ces développements sont employés à propos pour conforter et étayer les affirmations de lauteur.

Cette étude proprement dite est encadrée dune préface sobrement remarquable du professeur Khalid Hajji, President of Brussels Forum of Wisdom and World Peace, et dune intéressante postface du professeur F. Corrado qui enseigne la langue et la culture arabes dans cette même université de Rome où le professeur Hashas lui-même est enseignant en sciences politiques, une postface qui confirme en quelque sorte lentreprise transdisciplinaire du livre en rapprochant les deux grandes composantes dun Orient bouddhique et islamique.

Elle est complétée par une bio-bibliographie qui, malgré quelques oublis comme le Panorama géopoétique (2014) ou Au large de lHistoire (2015), est fort utile.

Par ailleurs fort bien présenté, ce volume manifeste une connaissance approfondie par Hashas de lœuvre de Kenneth White et aussi de ses précédents exégètes. Ses qualités intrinsèques me paraissent le destiner à éclairer une communauté anglophone cultivée et curieuse. Souhaitons-lui dœuvrer par la suite, par delà la frontière des langues à une connaissance plus précise de loriginalité et de la profondeur dune œuvre poétique et intellectuelle parmi les plus vastes et profondes de notre temps.

Michèle Duclos

Université de Bordeaux

254

*
* *

Giovanni Dotoli, Psaumes du temps, Paris, Éditions du Cygne, 2017, 84 p.

Apparemment, ce livre est un recueil de psaumes graduels écrits à partir du psaume Laudate Dominum omnes gentes, sans avoir nullement ni lair ni la chanson dun psautier. Cest plutôt une sorte de composition musicale écrite sur ces textes – tant la musicalité de ces vers simples dépourvus de tout ornement, où la métaphore fait majestueusement défaut, ou alors une paraphrase versifiée de ces textes… Ce qui ne lempêche point dêtre, à linstar de Nerval, un hymnode, tant et si bien que ce recueil sublimement subtil devient une sorte dhymnodie à part, conçue non pas par un religieux, mais par un chantre, un poète se reconnaissant fort religieux.

Comme je connais la subtilité parfois plaisantine de ce Grand Poète, je ne peux mempêcher de penser à : Ps(t) AUM1 du TEMPS / dANTAN (de ce Temps qui tend et sétend à tant de gens, à qui il dit tout le temps : Attends…). Seulement, de ce qui sensuit résulte le profond sérieux du Poète, de sa démarche poétique unique en son genre, comme on le verra par la suite. Heureux (qui) comme Ulysse, il revient sur la question de lerrance, de lexode auquel le peuple élu avait été condamné. Si Benjamin Fondane avoue, dans son Ulysse : « Jétais un grand poète né pour chanter la Joie », alors oui, Giovanni Dotoli est, en effet, né pour chanter la joie !

Jirai jusquà dire que je découvre Giovanni Dotoli en franchisseur de sommets, voire, il saute de sommet en sommet (poétique) en quête de la perfection. Car il vise bien la perfection, laquelle est apparemment impossible, mais non pas pour lui, à en croire son psaume 6. Le silence dormait : « Tu vises limpossible / Vas-y la vie est à toi ». Eh bien, à lire ce recueil singulier entre tous, qui pour moi représente le sommet de sa création, il paraît avoir réussi son coup ! On verra pourquoi : en mêlant 255guématrie2 et numérologie, jai pu découvrir des choses étonnantes, voire époustouflantes ! Notre Poète est aussi philosophe, métaphysicien, gémâtre, etc. !

Ce recueil nous offre trois chapitres de 21 « psaumes ». Dans la Kabbale, le nombre 21 se réfère à la réussite, à la guérison, à lhypnose, à la suggestion et à la conformité, est le symbole de la perfection. Dans la tradition de la Kabbale, le nombre 21 est associé à la sagesse. Cest le nombre de la libération et de lindépendance, est associé à la divination. Non pas en dernier lieu, cest la représentation chiffrée de Dieu et du Temple. Dautre part, 21 renvoie aux vingt-et-un feuillets que comprenait le livre alchimique dAbraham le Juif …Il faut de tout pour faire un monde, dautant que, dans le tarot de Marseille, 21 représente le monde, justement…

Au total, on a 63 psaumes et là, les choses deviennent encore plus intéressantes : les 63 livres dans le Mishna – écrits du judaïsme rabbinique et des pharisiens – regroupés en six grandes sections, appelées en hébreu « sedarim ». Les 63 titres attribués à la Vierge Marie que lon retrouve dans le Livre des Prières des Filles de la charité, qui serait égal, dit-on, au nombre dannées de vie terrestre de la Vierge Marie. Il y a 63 gardiens des portes des sept Palais. Il y a encore les 63 ostraka de Samarie, découverts dans le palais de Jéroboam II. Il y a 63 traités dans le Talmud… La SaG, סג, du Tétragramme correspond au Monde de la Création (20 + 15 + 13 + 15 = 63).

À lire et à relire ce joyau poétique le souffle coupé, je déclare tout haut : Cest génial ! ! !

Constantin Frosin

Professeur émérite

Université de Galati – Roumanie

256

*
* *

Giovanni Dotoli, Mon rêve à Cordoue / Mi sueño en Córdoba, Paris, LHarmattan, 2017, 184 p.

Le poète fait trêve à la mort et chante la vie. Pour quon ne sen rende pas compte – puisque cest un rêve, non ? et parce que cela doit rester au même niveau de lonirisme, comme de lutopie…, il nous déroute encore plus, car daucuns peuvent lire Mont rêve, ou alors plutôt Mon (t)rêve, ce qui change tout… Avec un Poète dune telle subtilité, tout est possible, on peut sattendre à tout ce quil y a de plus magique et enchanteur !

Dautre part, Cordoue nest quun prétexte, car je pense quil sagit plutôt dun Cœur doux, au centre duquel notre Poète voyage, à linstar dAlice au Pays des Merveilles. Le même regard enchanté, la même joie de la découverte ou des retrouvailles, le même bonheur de savourer les merveilles et dy croire… Croyez cela et lisez Dotoli, au point den faire votre livre de prières, votre missel…

Cest la confession dun Grand Homme de son siècle – le XXI – ce siècle, où il nous dit sa joie de vivre avec la même intensité tant le Passé et lHistoire, que le Présent et la perspective de lAvenir (on sen doute, à tout le moins). Jirai même plus loin : cest le texte de lOde à la Joie, laquelle fait nos délices toutes les fois quon lécoute, mais en se demandant quels pourraient être les mots de cette belle pièce. Les voilà, ils sont enfin là, grâce à Giovanni Dotoli.

Ou alors, ce serait une Laudatio à Dieu, qui a rendu possible la vie, comme quoi je propose plutôt Laudes à la Vie, car notre Poète en chante les louanges et en dit tout le bien possible. La vie est belle et re-belle, donc il ne convient plus quon se rebelle contre la Vie, ni contre Dieu le Seigneur… À rien ne sert de se rebeller, il suffit de savourer la Vie dans toute sa splendeur, comme il suffit de remercier Dieu de tous les détails qui nous rendent la vie belle…

Là où en sont les choses, une première conclusion de ce recueil serait : faut plus quon bêle3 ! Faut quon arrête ça ! La poésie de lHistoire, 257des endroits visités et revisités, illumine le Poète dazur, ce qui nous fait penser à Ungaretti : Millumino dimmenso… quon a traduit assez hâtivement : Je millumine dimmense, que nous traduirions plutôt par : Je resplendis dimmensité… Si lÉternité nest pas mon lot, lInfini par contre menrichit et me fait rayonner de joie, paraît dire Ungaretti, ou du moins on croit entendre Giovanni Dotoli le dire…

Le Poète reprend à sa façon lInvitation au voyage de Baudelaire, voire y répond en arrêtant son choix sur ce Cœur doux de la trépidante civilisation européenne – Cordoue. En plus du luxe, du calme et de la volupté régnant dans la poésie de Baudelaire, sy font place beauté, bonté, générosité et tolérance, amour du prochain et solidarité humaine, la grâce de Dieu et toute sa gratitude qui va au Seigneur, notre Père et notre Pair en même temps, quon se doit de respecter en limitant, en aimant comme il le fait, Lui…

Dans ce recueil singulier, Dotoli ne chante ni la superbe Italie où il est né, ni la suprême France quil adore, mais un pays neutre, comme quoi on ne saurait laccuser de plaider pro domo, ni pro causa sua… Pour tout dire, un recueil merveilleux, quil faut absolument lire !

Constantin Frosin

Professeur émérite

Université de Galati – Roumanie

*
* *

Caroline Crépiat et Lucie Lavergne, sous la direction de, Masques, corps, langues. Les figures dans la poésie érotique contemporaine, Paris, Classiques Garnier, 2017, 502 p.

Cet ouvrage interroge les multiples facettes dans la poésie érotique européenne et du bassin méditerranéen au travers de douze études de 258chercheurs (Yannick Pierrisnard, Sophia Leventidi, Julie Dekens, Serge Martin, Carole Viñals, Bernadette Hildago-Bachs, Matthieu Schoeser, María Castrejón, Claire Placial, Yoann Sarrat, Chaabane Fadila, Claudia Desblaches), dentretiens avec Ana Rossetti et Daniel Aranjo, dœuvres visuelles (illustrations et calligrammes) et de poèmes en plusieurs langues (de : Daniel Aranjo, Véronique Bergen, Éric Brogniet, María Castrejón, Alexandre Coly, Serge Delaive, François Drolet, Txus García, Johan Grzelczyk, Stella Kokkali, Brane Mozetič, Sabine Normand, Françoise Urban-Menninger, Julián Alonso, Camille Aubaude, Irina Breitenstein, Tonio Fonzi, Juan Antonio González Iglesias, Trihn Lo, Louis Latourre, Patrick Le Divenah, Joachim Lemasson, Lisette Lombé, Eduardo Moga, Océane Odyssée, Charles Pennequin, María Ángeles Pérez López, Antonio Portela, Flavia Cosma, Laurent Demoulin, Diane Descôteaux, Marie Gossart, Rafael Pontes, Jean-Pierre Verheggen).

On peut ainsi y trouver : une étude sur lérotisation des figures bibliques dans Sodome de Pierre Emmanuel ; une analyse sur lambiguïté du Cantique des cantiques : lérotisme diffus pouvant être interprété comme louange de la sexualité humaine mais aussi comme figure de lélan vers le divin ; une réécriture sur les personnages dEurydice et Orphée basée sur le langage du corps ; une évocation, au travers de lœuvre du poète Jaime Gil de Biedma, des amours illicites dans le cadre dune société franquiste répressive ; un examen de la notion polysémique de figure ; un essai portant sur la démonstration que le recours aux figures – en particulier la métaphore – est incontournable dans la description de la femme et de lamour ; une réflexion concernant la constatation que jamais les nus ou les poèmes les plus crus ne (re)présentent lobscène sans recourir à des stratégies figuratives ou esthétiques ludiques laissées à lappréciation du lecteur.

En dépassant la distinction, souvent essentiellement argumentative, qui associe lobscénité provocatrice à la pornographie plutôt quà lérotisme, ce volume met ainsi en évidence que la poésie érotique se décline dans les manifestations les plus diverses allant de la sensualité pudique à lobscénité provocatrice dans la pluralité des langues et la démultiplication des formes. De ce fait, elle est envisagée comme un espace où la sexualité est donnée à voir ou à imaginer, car ce quelle présente renvoie le plus souvent au corps : que ce soit, entre autres, pour en exalter la beauté (cf. la poésie pétrarquiste), en évoquer le désir profond 259(cf. la poésie de Louise Labé), en montrer les comportements (cf. lœuvre du marquis de Sade). Appuyée sur une forme du langage poétique qui voile, dévoile, masque, démasque, modifie, défigure, déchire les corps, la poésie érotique exprime constamment une tension (tension-résistance, tension-allongement-distension, tension-contraction) dans le rapport communicationnel, voire une dialectique dans un espace entre-deux où la figure (s)inscrit et (s)efface pour être toujours recommencée : ce qui nest pas sans rappeler le conte dAmour et de Psyché où lon trouve cet avertissement dÉros à Psyché : « Leur [deux monstres féminins] plan est de tamener à surprendre le secret de ma figure. Or, je te lai dit souvent, tu ne la verras que pour ne plus la voir4 »…

Marcella Leopizzi

Université du Salente – Lecce

*
* *

Hédi Bouraoui, Passerelles. Poésie, Toronto, CMC Éditions, coll. « Nomadanse », 2018, 106 p.

Ce titre menchante : Passerelles. Il y a tout. Le monde comme passerelle. La vie comme un passage. Le dialogue entre les peuples. Lhistoire qui est cours et recours. Et aussi le sens du temps qui passe, comme un vent léger, de civilisation en civilisation, par une infinité de vagues.

Jy vois aussi le refus de la littérature du petit. Et donc la célébration de la littérature de lengagement fort, de la prise de parole face à un monde qui se dégrade, ayant perdu sa route, au jour le jour, daprès une marche quhélas on ne réussit pas à arrêter.

260

Hédi Bouraoui est un écrivain engagé. Pas selon le mot de Jean-Paul Sartre, mais daprès le sens profond de lhumain. Il unit vie et poésie sur sa propre peau. Venu des terres chaudes de la Méditerranée, de cette Tunisie qui est une fleur idéale depuis la nuit des temps – les Romains ont compris que pour transformer la Méditerranée ils devaient détruire cette fleur, sa capitale Carthage et son héros symbolique, Hannibal –, ce poète est un double modèle : dhumanisme et décriture.

Son humanisme est sur la route millénaire de lhistoire du Bassin méditerranéen et simultanément du sens de la parole poétique, qui est parole humaine par excellence. Ses inventions langagières sont des étoiles filantes dans le ciel. Jadore sa nomadanse. Cest la danse du nomade, dUlysse revenu, de lhomo mediterraneus, non pas uniquement de la Méditerranée, mais de toute terre de voyage et daffabulation.

La parole de lauteur de Passerelles rappelle celle de tous les Méditerranéens de lhistoire qui ont traversé le monde, à la recherche de leur vie, du pain, de leau, de leur présence. Hédi Bouraoui se situe sur la lignée dHomère. Il chante lhistoire dans le présent, le passé dans lau jour le jour.

Apparemment, il joue avec les signes, les mots, les sons : en réalité il va à la source de la parole, à lorigine du voyage, des mots et des hommes. Je le définis comme un poète migrateur. Conséquence de toute évidence : il est double, triple et pluriel. Il a deux pays, la Tunisie et le Canada qui la accueilli avec son ouverture et ses beautés, et tant de pays – y compris lItalie, à laquelle il a consacré des livres, en particulier à ma région, les Pouilles, et tout naturellement la France. Mais son vrai pays est le monde. Bouraoui est lécrivain du Tout Monde à la Édouard Glissant.

Entre Orient et Occident, il est à limage de son pays et à limage du monde. Ce qui le fait poète médiateur par excellence. Le centre de la poésie devient alors la passerelle. Il faut passer pour percevoir lessence, pour aller à la recherche de lorigine, pour se brûler par le feu de poésie, et percevoir linfini du vide pascalien.

Ainsi Hédi Bouraoui peut-il être pur et léger, profond et engagé, et mettre à nu la route de la poésie, en en criant la force, pour proposer le salut dans la parole. Ce sera une poésie – et une œuvre – unie, où tout fragment, toute proposition, toute expérimentation, toute arabesque, conduisent à la matière vraie de la poésie.

261

Langue et poésie vont sallier, en un tissage indissoluble, dans une énergie vitale et une densité qui est musique et vie. Oui, Hédi Bouraoui connaît la vraie vie rimbaldienne. Son livre du monde est uni dans le voyage au mystère et par le mystère, sur des permanences essentielles, dont le concept de passerelle est crucial.

Cest comme si lauteur de Passerelles comprenait profondément le rôle de la poésie à notre époque de vitesse et de mort du passé. Pour lui, la poésie est un langage sacré. Il espère quun jour la nuit sera calme, et il crée pour voyager, pour donner une parole à tous, pour aider à retrouver le chemin. Sa poésie est une épopée du réel et de ses points cardinaux, du Canada à Paris, des Scénettes en vécu au Vital, de lIrak occupé à lEspoir moyen-oriental.

Tout est lié par des Ponts, le temps et les terres, les villes et les scènes de la vie. « Ballotté entre Intuition et Imagination », le poète procède par « résonances », invente, dialogue, croise, sécrie. Il sait qu« À limpossible… Nul ne sassoupit ! ». Il passe et il va « Au Mont Royal du Vivre ». Contre André Gide annonçant que l« On ne peut faire de la littérature avec de bons sentiments », il lance justement les sentiments de la vraie vie, du voyage, de la liberté, de la fraternité, de la nature à respecter, contre toute sorte de terrorisme et de fanatisme.

Hédi Bouraoui va « vers linfini de linconnu ! ». « Incurable idéaliste », il recommence tout le temps son « incurable Nomadanse », sorbitant « dans le cycle dune vivance extatique, en naturel ». La « Poésie en feuilles vivantes » est larme la plus innocente et la plus forte contre le mal : les mots pour vaincre les maux. Tout est « Ponts », « nos nécessités ».

Construisons des ponts, sécrie Hédi Bouraoui. Contre horreurs et cassures, mauvaises volontés et armes. À lire en profondeur le poème Les Ponts, dont la dernière strophe est un appel déchirant :

Les ponts ne loupent jamais…

Les connections… Sauf cassures

Délans… ou zizanie absurdité…

Ils ouvrent la plupart du temps

Les vannes du cœur et permettent

Aux bonnes et mauvaises volontés

De vivre la simple joie du bonheur

Fraternité… Solidarité… Liberté…

262

Vivre en poésie : cest lannonce de lauteur de Passerelles. La poésie comme expérience, pour avoir un sens de lavenir. Poésie comme insurrection. Nostalgie de la beauté. Vivre le monde en poésie. Respecter la symphonie de la terre. Ce sont les cris principaux dHédi Bouraoui.

Écoutons-le, en lisant ce livre. Nous apprendrons que la vraie poésie est peut-être le seul chemin dinsurrection qui nous reste.

La parole du poète nest ni folle ni faite de vent.

Cest la parole qui vient de Dieu – pour toute religion –, de la terre et du ciel, et du cœur du poète, le seul qui ait le droit de parler, daprès le mot de Stéphane Mallarmé.

Mario Selvaggio

Université de Cagliari

*
* *

Aurélie Foglia et Laurent Zimmermann, sous la direction de, Lamartine ou La vie lyrique, Paris, Hermann, 2018, 156 p., « Cahier Textuel ».

La collection « Cahier Textuel » senrichit dun volume contenant dix contributions sur Lamartine et la vie lyrique ; les éditeurs Aurélie Foglia et Laurent Zimmerman rappellent que Lamartine, avec ses Médiations poétiques, a été le premier poète à « donner les coordonnées romantiques d“un monde lyrique” » (p. 5). Ce qui pouvait sembler une œuvre sans importance devint au contraire une œuvre fondatrice pour une nouvelle manière de se mettre en relation avec le monde et avec son intériorité. Le poète ne change pas les formes (ode, hymne, élégie), cest le fond de lénonciation qui est différent ; preuve en est que les images, les tournures, saffirment à un niveau presque universel jusquà devenir des lieux communs du romantisme.

263

Les premieres études analysent certaines qualités de lécriture de Lamartine, son lien avec les images visuelles (on propose un rapprochement avec Delacroix dans larticle de Dominique Kunz Westerhoff, « Vision, imagination, figuration : le regard lamartinien », p. 11-32) et avec les sonorités du langage (J.-P. Courtois, « Lamartine poète sonore », p. 33-47). Les trois contributions suivantes projettent lœuvre de Lamartine dans le contexte de la tradition poétique, qui a donné naissance au Romantisme, ainsi que dans le contexte des auteurs contemporains. Ce quon a appelé l« idéalisme romantique » nest pas un souci esthétique qui place le poète en dehors de sa réalité ; Lamartine fut un homme engagé poétiquement et politiquement (A. Vaillant, « Lamartine ou les illusions perdues du Romantisme », p. 49-65 et D. Dupart, « Le rouet est silencieux dans la vallée. Lamartine, Flaubert, Proudhon et Marx », p. 67-79). Cet engagement est renforcé aussi par des renvois politiques que lon trouve dans dautres ouvrages de Lamartine, qui sont aussi analysée dans une ouverture significative et enrichissante (S. Moussa, « La scène du marché aux esclaves dans le Voyage en Orient, dans un discours politique de Lamartine en 1835 », p. 81-90).

Les cinq dernières contributions analysent plus en détail les Méditations poétiques, avec une attention particulière à certains éléments de la poésie de Lamartine. Après lui, ces éléments deviennent topiques de la poésie romantique dans son ensemble. Les contributions de Pinon et Muron (E. Pinon, « Lueurs du doute dans les Méditations poétiques », p. 91-106 ; C. Mauron, « Les anges des Méditations », p. 107-120) concernent la question compliquée du rapport avec le religieux qui engendre le doute, une angoisse de penser qui hante le poète. Les anges, quant à eux, ne sont pas ces idéaux de pureté que lon retrouve dans la beauté de la représentation artistique religieuse qui les concerne ; ils deviennent, sous la plume de Lamartine, des entités complexes, intermédiaires, porteuses aussi de déchéance.

Le poème de Sophie Lauzeau (« Jocelynx, chamane », p. 121-123), poète dont les livres sont « fortement impressionnés par la nature » (p. 123), introduit les deux dernières communications, qui se concentrent sur le thème de la mort (P. Loubier, « Lamartine et la jeune morte (histoire dune méditation infinie) », p. 125-139 et S. Ledda, « Une pierre petite, étroite… Notes sur les tombeaux dans la poésie de Lamartine », p. 141-154). La mort de Julie Charles représente, dans la vie de Lamartine, 264lévénement-charnière qui rassemble le domaine des vivants et celui des morts ; de même, la réalité du tombeau est une sorte de trait dunion avec le monde de lau-delà. Mais le tombeau est aussi une forme poétique pratiquée depuis lAntiquité ; Lamartine ne peut éviter le souvenir et la comparaison en proposant des images de tombeaux et de pierres tombales dans sa poésie. Léventail des études couvre bien les différentes facettes des Méditations poétiques, avec deux mérites principaux : le premier est davoir élargi lanalyse au contexte historique et social où la poésie fut produite, le deuxième davoir fait abstraction du texte pour une réflexion critique qui souvre sur les caractéristiques de la poésie romantique en général, que Lamartine influença énormément.

Concetta Cavallini

Université de Bari Aldo Moro

1 Magistrat de formation, écrivain et poète discret, provincial attaché à son pays natal, le bourg de Canisy dans le Cotentin. Ami de Max Jacob, André Salmon, Jean Paulhan, Pierre Reverdy. Grand Prix de poésie de lAcadémie française en 1970.

2 AUM provient de la fusion des phonèmes sanskrit A, U et M : A représente le commencement, la naissance, U représente la continuation, la vie, M représente la fin, la mort. AUM représente donc la totalité de ce qui existe, elle est ce « qui contient le passé, le présent et le futur, tout en étant dessence autre ».

3 La guématrie est lune des trente-deux règles que les Sages dIsraël utilisent pour interpréter la Torah. Elle est particulièrement répandue parmi les kabbalistes.

4 Id est : se plaindre ou gémir ; parler sur un ton plaintif et larmoyant ou dune manière affectée de sensiblerie (selon le Trésor de la Langue Française Informatisé).