Aller au contenu

Chronologie de Francis Coventry

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-09172-1
  • ISSN: 2258-3556
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-09172-1.p.0037
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 18/03/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
37

Chronologie
de Francis Coventry

1725 Naissance à Yewden Manor, dans le sud du Buckinghamshire, de Francis Coventry, fils de Thomas Coventry et de Gratia-Anna-Maria Brown. Le manoir est hérité de la première épouse de son père, Mary Green, décédée en août 1718, et Francis porte le nom dun demi-frère décédé en bas-âge1. Thomas Coventry a déjà cinq enfants de sa première épouse (Thomas, William, Mary, Elizabeth et Judith) et deux de sa seconde épouse (Anne et Arabella). Le 18 juillet, baptême à léglise paroissiale de Hambleden.

1726 Naissance de son frère George. Mort de sa mère Gratia-Anna-Maria le 17 décembre.

1727 Thomas Coventry se remarie avec Jane Gratwick, dont il aura une fille, Jane.

1733 Henry Coventry, cousin germain de Francis, obtient sa licence ès lettres de luniversité de Cambridge à Magdalene College.

1735 Le demi-frère aîné de Francis, Thomas, est reçu au barreau2.

1736 Publication, jusquen 1744, de Philemon to Hydaspes : Or, the History of False Religion in the Earlier Pagan World, cinq dialogues écrits par Henry Coventry sous le pseudonyme de Philemon3.

1739 Le 28 août, le second demi-frère de Francis, William (1715-1803), épouse Elizabeth Hart à St Christopher, dans les Antilles, où il est marchand.

38

1741 Publication des Athenian Letters (1741-1743), roman épistolaire à plusieurs mains où sont signées de linitiale O deux lettres de Henry Coventry, qui ont pour sujet les hiéroglyphes égyptiens4.

1742 Francis fréquente le prestigieux Eton College jusquen 1744.

1746 Le 7 mars, Francis est admis comme pensionnaire5 à luniversité de Cambridge (Magdalene College), où il bénéficie du programme instauré par Daniel Waterland, principal depuis 1714. Le programme comprend des cours de mathématiques, de physique newtonienne, de géographie et dastronomie, ainsi que de lettres classiques, de logique et de métaphysique6.

1749 Il obtient sa licence ès lettres le 9 février7 et reçoit probablement les ordres.

1750 Début de sa carrière littéraire avec la publication anonyme de Penshurst, poème dédié à « William Perry, Esq., and the Honourable Mrs Elizabeth Perry », cette dernière étant lhéritière de la propriété familiale des Sidney. Son frère William sinstalle à New York avec sa famille8.

1751 En février, publication anonyme de The History of Pompey the Little par Mary Cooper, à Londres. Deux autres éditions (« The Second Edition ») sont tirées la même année par Mary Cooper puis par George Faulkner, à Dublin. On lui attribue également la publication anonyme de An Essay on the New Species of Writing Founded by Mr. Fielding, publié par William Owen9.

De février à avril, critique de Pompey the Little par John Cleland dans les numéros 4, 5 et 6 de la Monthly Review.

39

En mars, décès de son oncle William, 5e comte de Coventry, qui lègue titre, fonctions et pouvoir à son fils George. Le 6e comte de Coventry (1722-1805) désigne alors son cousin germain Francis pour le bénéfice de la paroisse dEdgware (comté du Middlesex) dont il devient le pasteur titulaire. George entreprend à Croome laménagement dun jardin paysager, Croome Park, dont il confie la conception et la direction à Lancelot « Capability » Brown, et qui sera la première réalisation de larchitecte paysager.

Critique élogieuse de Pompey the Little par Lady Bradshaigh dans une lettre à Samuel Richardson.

Le 3 mars, Thomas Gray identifie lauteur de Pompey the Little dans une lettre à Horace Walpole.

Le 16 mars, en Irlande, Mrs Delany sinterroge sur la réception de Pompey the Little à Londres.

En avril, Mathieu Maty annonce Pompey the Little à son lectorat français dans le quatrième numéro de son Journal Britannique (1750-1757), à la fin de la rubrique « Nouvelles littéraires ».

Le 27 mai, Lady Luxborough pense que lauteur de Pompey the Little est Fielding, comme en témoigne une lettre à William Shenstone.

En juin, arrivée à Londres des sœurs Gunning, venues de Dublin, et qui font sensation dans la haute société10.

En juillet, annonce, début de traduction, et critique par Mathieu Maty de la deuxième édition de Pompey the Little dans le cinquième numéro de son Journal Britannique, au début de la rubrique « Nouvelles littéraires ».

Le 1er août, limprimeur William Bowyer est flatté quun ami lui attribue la rédaction de Pompey the Little11.

En octobre, décès du père de Francis à Greenwich, dans le Kent.

Son frère Thomas devient sous-directeur de la South Sea Company pour une durée de dix-sept ans.

Le 2 novembre, Francis reçoit de Robert Dodsley la somme de 30 livres en vue de la publication de lédition revue et corrigée.

40

1752 Le 16 février, Lady Mary Wortley Montagu fait la critique élogieuse de Pompey the Little dans une lettre à sa fille Lady Bute.

Le 5 mars, le 6e comte de Coventry épouse Maria Gunning à St Georges Church12.

Le 25 mars, Francis fait son testament : il lègue toutes ses possessions à sa sœur aînée Anne, demoiselle domiciliée à Reading13.

Francis obtient sa maîtrise ès lettres.

Publication en son nom dune édition revue et corrigée de Pompey the Little (« The Third Edition ») dans laquelle figure la dédicace à Fielding.

Publication de la première traduction de Pompey the Little, en français, par François-Vincent Toussaint, celle-ci sappuyant sur une des trois premières éditions de 1751. Elle est éditée au Pays-Bas et en France.

Le 29 décembre, décès de Henry Coventry.

1753 Publication de la « Fourth Edition » par George Faulkner à Dublin.

Publication dans le journal The World dun essai sur le goût en matière de jardin paysager, la référence en la matière étant la réalisation de « Capability » Brown à Croome pour le compte de son cousin Georges William. Francis dédicace à ce dernier une réédition de Philemon to Hydaspes écrit par leur cousin Henry Coventry, et dont Francis a hérité des droits dauteur.

Le 1er août, Friedrich Melchior von Grimm fait la critique de la traduction de Toussaint dans son bulletin littéraire.

1754 Francis est emporté par la variole à lâge de 28 ans. Il est enterré le 9 janvier à Edgware, Little Stanmore, sous lautel de St Lawrences Church.

1756 Publication dune version allemande de Pompey the Little par Johann Jacob Dusch, qui sappuie sur la traduction française de Toussaint. Elle offre un frontispice représentant une assemblée mondaine.

1758 Publication posthume de « Ode to the Honourable **** » dans le volume 6 du recueil de poèmes de Dodsley.

41

1760 Publication dune version italienne de Pompey the Little par Gasparo Gozzi, qui sappuie sur la traduction française de Toussaint. Elle présente deux gravures de facture modeste.

1761 Réédition de lédition de 1753 par Robert Dodsley.

1766 Publication dune version russe de Pompey the Little par Gour Ivanov, qui sappuie sur une traduction allemande dune édition de 1751. Elle nest pas issue de la version française car elle conserve les noms de personnages dorigine.

1773 Publication de la « Fifth Edition » de Pompey the Little par I. Dodsley.

1782 Publication de l« Inscription for the Famous Oak at Penshurst, the Sydney Family Estate », avec « To the Honourable Wilmot Vaughan, in Wales » et « Penshurst », dans le volume 4 du recueil de poèmes de Dodsley.

Publication dune version allemande de Pompey the Little par Johann Friedrich Jünger, qui se fonde sur la dernière édition anglaise. Y figure un frontispice de Chrétien-Théophile Geyser, professeur de dessin à lacadémie de Leipzig, et quatre gravures originales de Daniel Chodowiecki, futur directeur de lacadémie royale de peinture de Berlin.

1784 Publication dune imitation française de Pompey the Little par J.-H.-D. Briel, qui se fonde sur la dernière édition anglaise.

1785 Réédition de Pompey the Little dans le Novelists Magazine.

1787 Publication dans la Bibliothèque universelle des romans dune critique anonyme englobant Le Chien de Boulogne (1669) de lAbbé Torche ainsi que les deux traductions françaises (1752 et 1784).

1797 Publication dune version suédoise de Pompey the Little par Johan Pehr Lindh, qui sappuie sur lédition de 1753.

1799 Réédition par Cooke de Pompey the Little avec de nouvelles gravures.

1800 Réédition par Cooke de Pompey the Little avec de nouvelles gravures.

1802 Réédition de l« Essay on Gardening » par Alexander Chalmers dans un volume de British Essayists.

1803 Critique de la traduction de Toussaint par Nicolas-Toussaint Le Moyne des Essarts dans Les siècles littéraires de la France.

1810 Réédition par Rivington de Pompey the Little dans British Novelists.

1820 Idem.

42

1824 Réédition par Limbird de Pompey the Little avec trois nouvelles gravures.

1830 Idem.

1926 En septembre, première édition critique de Pompey the Little par Arundell del Re avec des gravures de David Jones, en 400 exemplaires.

1974 Édition critique de Pompey the Little par Robert Adams Day.

1975 Réédition de l« Essay on Gardening » par John Duxon Hunt et Peter Willis dans The Genius of the Place ; The English Landscape Garden 1620-1820.

1998 Réédition du premier tome de la traduction de Toussaint par lartiste graveur René Donais à Montréal, avec introduction, frontispice original et cinq thaumatropes gravés en taille-douce.

2008 Édition critique de Pompey the Little par Nicholas Hudson.

1 Il sagit du troisième fils, baptisé le 4 puis enterré le 13 août 1718, de Thomas Coventry et de Mary Green. Voir le registre de la paroisse de Hambleden et Fell, 1892, vol. 1, p. 117-118.

2 (Namier, 1985, p. 265).

3 Philemon to Hydaspes ; Relating a Conversation with Hortensius upon the Subject of False Religion (London, 1736) ; Philemon to Hydaspes ; Relating a Second Conversation… (London, 1737) ; Philemon to Hydaspes ; Relating a Third Conversation… (London, 1739) ; Philemon to Hydaspes ; Relating a Fourth Conversation… (London, 1742) ; Philemon to Hydaspes ; Relating a Fifth Conversation… (London, 1744).

4 Yorke, [1743] 1800.

5 Les « pensioners » sont des étudiants ordinaires sans bourse ni subvention, à la différence des « fellow commoners » qui appartiennent à la classe privilégiée des étudiants (OED).

6 Voir Venn, 1958, vol. 4.

7 Voir Day, 1974, p. xxxvi.

8 Voir John W. Jordan, Colonial And Revolutionary Families Of Pennsylvania [1911], Baltimore, Clearfield, 2004, vol. 1, p. 821 ; New York Gazette, New York, James Parker, 1753, no 569.

9 Les avis restent partagés à ce sujet. Davis Oakleaf, dans son article publié dans le DNB (2004), estime que cette attribution nest pas légitime du fait de la différence de publication : « Although Coventry added a dedicatory epistle to Henry Fielding when he revised Pompey, little supports the occasional attribution to him of An Essay on the New Species of Writing Founded by Mr. Fielding (1751), a pamphlet published by William Owen, not Dodsley ». Cependant il sagit dun fait avéré pour Day (Day, 1974, p. xxxiii) et, pour Nicholas Hudson, cette attribution est plus que justifiée : « I would submit that the “internal” evidence for this attribution (that is, features of its style and content) are considerable » (Hudson, 2008, p. 231). .

10 Maria et Elizabeth, toutes deux nées en 1733. Horace Walpole en témoigne dans une lettre à Sir Horace Mann datée du 18 juin 1751 (Toynbee, 1903, vol. 3, p. 59).

11 Nichols, 1782, p. 362n.

12 Voir le portrait au pastel de Jean-Etienne Liotard, 1750-1755 (Amsterdam, Rijksmuseum).

13 Voir la copie de son testament au Bureau des archives publiques (Fell, 1892, vol. 1, p. i).

Chapitre d’ouvrage: Précédent 4/17 Suivant