Aller au contenu

Avant-propos

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-08744-1
  • ISSN: 2555-2376
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08745-8.p.0017
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 27/02/2019
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
17

Avant-propos

Que na-t-on tenté pour éviter, ignorer ou expulser le sens ? On aura beau faire : cette tête de méduse est toujours là, au centre de la langue, fascinant ceux qui la contemplent.

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, vol. 1, Gallimard, 1966, p. 126.

En 1883, Bréal proposait lhellénisme « sémantique » pour distinguer létude des « lois intellectuelles du langage1 ». Ainsi, la sémantique interpelle tous ceux qui sintéressent à la pensée, à la connaissance ou encore à la communication interhumaine. Elle se pose comme théorie du signe et du sens et se situe donc au cœur des Sciences Humaines. Cest en cela quil nexiste pas une sémantique mais des sémantiques : celle qui sintéresse aux langues naturelles à travers létude du lexique, de la morphologie et de la syntaxe ; celle, plus logique, qui étudie les langues artificielles ; celle qui mène une réflexion philosophique sur le sens linguistique et le langage ; etc. Il va de soi que les méthodes et les objets détude diffèrent dune sémantique à lautre mais que le sens reste au centre des recherches de tous ceux qui se heurtent à lui.

La fin de lhégémonie structuraliste qui avait mis en avant les thèses de Saussure ou de Greimas, puis larrivée des théories des opérations énonciatives avec Benveniste, Culioli et Ducrot ont permis lentrée en scène du paradigme cognitiviste avec des auteurs actuels comme Rastier, Kleiber et Fuchs où le langage est porteur de l« expérience de pensée », du logos, plus que de celle du corps. Puis les analyses a-référentielles de 18la signification, comme lapproche constructiviste de Cadiot et Visetti où le caractère holiste de linterprétation sappuie sur la relation entre perception et langage, et sur lanalogie entre construction de formes dans lactivité perceptive et construction de formes sémantiques dans lactivité de langage.

Cest également cette vision holiste et non plus parcellée du texte qui sous-tend lapproche sémiotique, comme celle de Jean-Claude Coquet pour qui le langage renvoie aussi à la réalité du corps tout entier, percevant, connaissant, parlant, pulsionnel, en lien étroit avec la nature, la phusis (cf. Coquet, 2015, p. 15).

Toutes ces évolutions ont un impact sur la façon daborder les processus mis en jeu a priori et pendant lacte de traduction. Une traduction cohérente nécessite que le traducteur se fonde sur une réflexion, voire une théorie des mécanismes de construction du sens du texte source afin dopérer la transposition vers une autre langue naturelle en texte cible. Ce positionnement indispensable vis-à-vis du texte source, sans ouvrir sur la recherche duniversaux du langage, a guidé les différentes approches traductives présentées dans ce volume, en envisagent le processus de traduction comme une démarche qui va de la microgenèse du sens des lexies à une sémantique interprétative des textes.

Lapproche analytique adoptée dans ce volume explorera donc parallèlement le processus de traduction et le processus de la construction du sens du texte. Les approches contemporaines, quelles se fondent sur la perception ou la représentation, seront privilégiées et porteront ainsi à la connaissance du lecteur un panorama de la réflexion traductologique de ces dernières années. Cette présentation permettra à ceux désireux détudier le domaine de la traductologie de mieux comprendre, dune part la complexité de lopération de traduction en léclairant en amont par les mécanismes dexploration des possibles du processus créatif, et dautre part de sinterroger sur lélaboration du sens du texte entreprise au moment de lacte de re-création quest le texte traduit.

Les contributeurs, traductologues à part entière (praticiens, théoriciens et historiens de la traduction) ou bien chercheurs issus des disciplines des sciences du langage, des langues, de la littérature comparée, de la 19philosophie ou du vaste domaine de laudio-visuel ont cherché à jeter des ponts interdisciplinaires pour éclairer les trois champs traductologiques de la pragmatique, qui étudie les pratiques de la traduction, de lanalytique, qui étudie les traductions et de la critique, qui étudie les discours sur la traduction.

Florence Lautel-Ribstein
et Carmen Pineira-Tresmontant

1 Langue française, « La sémantique », Larousse, 4, décembre 1969, p. 5.

Article de revue: Précédent 4/41 Suivant