Aller au contenu

Présentation

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-08200-2
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08202-6.p.0007
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 11/05/2019
  • Langue: Français

  • Article de collectif: 1/23 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
7

Présentation

Quelles soient mouvement vers le haut ou vers le bas, la forme adjectivale lyrique, attestée en français dès le xvie siècle, et la forme substantive lyrisme, en usage depuis le xixe siècle, renvoient, par-delà les genres littéraires, à lénergie que le discours insuffle au texte, par la vigueur dun style, en relation avec des conditions de réception qui lui confèrent une singularité énonciative et une forme de vie particulière. Traversant les époques et les cultures, une notion aussi complexe ne saurait être définie ou circonscrite une fois pour toutes. Sy ajoute un problème terminologique : ladjectif et le substantif, employés tant par les spécialistes de la littérature que dans le langage de la vie courante, convoquent des contenus variés. Par ailleurs, lorsque cette notion est associée aux problématiques liées à lénonciation, le questionnement se multiplie, dautant que celles-ci ont fait lobjet de maintes discussions, théorisations et conceptualisations.

Le présent ouvrage sattache à décrire le fonctionnement énonciatif de la poésie lyrique moderne, par lanalyse des enjeux discursifs, historiques et culturels qui sy trouvent impliqués. Il se propose délucider les conditions de production et de réception du discours lyrique, et dexpliciter les effets argumentatifs, rhétoriques et pragmatiques véhiculés par celui-ci.

Les études réunies dans ce collectif montrent que si lon ne dispose pas dune définition du lyrisme qui soit la même pour différents usages, époques ou cultures, lon peut tout de même rendre compte de scènes dénonciation lyriques, en fonction de scénographies spécifiques à chaque discours. Les approches adoptées ici sont différentes, allant de la phénoménologie, qui conçoit le lyrisme comme une manifestation du sujet dans le monde du texte, aux théories du langage, qui sont en quête de traits linguistiques caractéristiques.

Dans le chapitre inaugural, Dominique Maingueneau observe, à juste titre, que la « catégorie du lyrisme nest pas un concept qui a été 8élaboré de toutes pièces par des chercheurs [], mais le produit dune longue sédimentation à lintérieur dune vaste aire culturelle ». Cest la raison pour laquelle le linguiste en vient à sappuyer sur « des traits qui sont référés tacitement à un corpus prototypique historiquement circonscrit », en loccurrence, en France, celui de la poésie romantique.

Per Aage Brandt aborde la question de lénonciation poétique, en proposant que, même si elle échappe aux définitions transhistoriques, une telle énonciation nen reste pas moins pourvue de ses modes dinscription propres : à la différence de la chanson, elle est une voix sans corps, qui retient lattention de lénonciataire à partir notamment de son organisation rythmique.

En se fondant sur la théorie des actes de langage, Marc Dominicy remarque pour sa part que le poète ne « communique » ni « nasserte aucun contenu propositionnel », comme le ferait un énoncé courant. Lauteur vise ainsi à caractériser les « états mentaux que lorganisation linguistique attribue à divers sujets de conscience ».

Pour Christian Doumet, lénonciation lyrique formule lexpérience de la perte, et une telle expérience ne peut être réduite à celle dun manque subjectif, parce quelle est dessence temporelle plutôt que de nature événementielle. Elle rend la perte signifiante lorsquelle dit à la fois ignorer ce qui manque et le rechercher, tout en le redoutant pourtant.

Laure Himy-Piéri met laccent, quant à elle, sur la différence entre lautobiographie et la poésie lyrique, qui tient au déplacement du thème du passé personnel vers la saisie de lexpérientiel. Le lyrisme nadvient que là où il y a métalepse, cest-à-dire quand le discours de poésie ou de prose fait entrer le lecteur dans lespace du texte, pour lui donner à voir le monde et donc à le ressentir comme sien.

Nancy Murzilli rappelle que certains excès, dans les tentatives de catégorisation du sujet lyrique, ont pu empêcher de saisir la relation active que la lecture instaure avec le texte poétique. Dans cette optique, le statut de lénonciation poétique dépendrait des conditions de sa réception, selon une vision pragmatique de la textualité, de ses usages et contextes.

La deuxième partie de louvrage permet de comprendre comment les notions de lyrisme et de sujet lyrique ont pu se sédimenter en France au xixe siècle et quels sont les procédés internes mis en œuvre dans la production de la poésie lyrique de ce siècle.

9

Jean-Michel Maulpoix place la notion de lyrisme dans une dynamique de lélévation et de la célébration. Dans sa perspective, un poète comme Victor Hugo est celui qui dit le vivant après lavoir sondé en ses diverses manifestations. Pour Ludmila Charles-Wurtz, le personnage lyrique hugolien dans Les Contemplations na pas didentité sociale, ce qui fait de lui un être ayant une « position de parole ». Elle semploie à le démontrer par une mise en relief de la structure de cette œuvre. Amir Biglari, pour sa part, en centrant son propos sur lanalyse des pronoms personnels, étudie le fonctionnement et les effets pragmatiques de la polyphonie et de la plasticité énonciative qui caractérisent le même recueil hugolien.

Si le premier grand modèle lyrique français, au xixe siècle, est Victor Hugo, cest parce quil servira de mage, en aspirant au sublime de lomniscience, puis de contre-modèle ou de repoussoir, aux yeux des poètes des générations suivantes, qui adopteront un profil bas : Baudelaire et Rimbaud, de même que les poètes ouvriers, que lon aurait tort de négliger en tant que lyriques, de par lintérêt quils portent au trivial, au grotesque, voire au réalisme sordide. Si la notion de lyrisme peut être comprise comme un registre, une tonalité, cest bien parce que le texte donne à entendre une voix. Mais, dans la mesure où cette voix est la manifestation la plus évidente du sens éthique et politique du poème, un tel phénomène ne saurait se réduire à sa seule valeur expressive.

Luc Bonenfant soutient quen permettant que les sujets parlent pour leur propre compte, sans éclaireurs, la poésie de la collectivité déplace le lieu de la transcendance et la parole de la multitude se fait porteuse démotion, tel est bien le lyrisme moderne qui saccorde à la prise de parole ouvrière. La forme polyphonique caractéristique du Spleen de Paris témoigne aussi de « limpossibilité dêtre un poète lyrique au sens romantique du terme ». Jean-Michel Gouvard introduit deux nouveaux paramètres relatifs au statut des énonciateurs dans ce recueil : lincertitude et lincomplétude, qui confèrent une tonalité moderne à ces poèmes en prose. Nathalie Watteyne situe dans le double contexte de la crise sociale et du vers le travail de redynamisation lyrique et épique chez le jeune Rimbaud de 1869, celui qui a des accents hugoliens, qui le mène aux vers obscènes ou exaltés écrits dans les semaines davant ou daprès la Commune de Paris.

La notion de sujet lyrique, employée par la critique littéraire allemande et française pour tenir en échec lillusion référentielle, notamment 10lorsquil sest agi de rendre compte de la poésie impersonnelle, a eu ses dérives. Mais les théories du sujet lyrique nen conservent pas moins leur pertinence au moment de débusquer une certaine naïveté du lecteur, avide de lidéal dune transparence à soi du poète qui parlerait au nom de sa propre personne. Quils renvoient à lauteur, au locuteur ou au lecteur, les jeux de voix et de paroles sont au cœur de la réflexion engagée dans la troisième partie de louvrage. Ouverts à différents horizons dattente et aires géographiques et culturelles au xxe siècle, les contributeurs y étudient les enjeux contextuels des formes modernes de la poésie lyrique.

Delphine Rumeau distingue lélégie moderne, en général plus centrée sur la plainte du sujet lyrique, et le tombeau, qui laisse place à la voix de lautre, avant dexaminer différents hommages rendus à Pablo Neruda par des poètes de diverses nationalités. Par-delà le dialogisme qui se met en place, on peut lire dans ces hommages tantôt énergiques, tantôt mélancoliques, adressés au poète engagé, les déceptions causées par les aléas de lHistoire et la désillusion politique.

Ute Heidmann cerne la scène la plus emblématique de lénonciation lyrique : il sagit dOrphée essayant de ramener Eurydice des Enfers par son chant. Dans un dialogue intertextuel avec les Géorgiques, qui a marqué lhéritage européen, le monde infernal de la poésie daprès lHolocauste apparaît comme un travail intense de reconfiguration du sens sur les plans langagier, générique et intertextuel.

Dans un tout autre corpus, Evelyne Gagnon montre que les récits de deuil traversent la poésie québécoise contemporaine, à travers létude de la mélancolie critique chez trois poètes : Paul Chamberland, Louise Dupré et Paul-Chanel Malenfant. La mémoire endeuillée y retrouve sur le mode du récitatif des principes de survivance.

Elisa Bricco explore le parcours du sujet lyrique dans Rose activité mortelle de Cécile Mainardi. Son analyse fait ressortir que la raréfaction pronominale, loin de signifier la fermeture du sujet, traduit le désir de sexprimer à travers des liens avec les autres et, plus généralement, avec le monde.

Chez Pascal Fobah Eblin, lexpérience du « je », dans la poésie africaine de lOuest et du Centre est tout autant celle de la collectivité à laquelle le poète appartient. Mais là où le dédoublement énonciatif permet au poète de sériger en porte-parole de sa communauté, ce « nous » collectif peut être compris comme un discours de séduction, perceptible par les lecteurs qui partagent avec lui les mêmes codes culturels.

11

Enfin, Michelle Monte, à travers une étude comparée, revient sur la question de lénonciateur textuel, dont les jeux de personnalisation sont variables, en fonction des esthétiques particulières à chaque auteur. En labsence de marques déictiques à la première personne, le lecteur se replie sur des marques modales pour saisir des formes de présence subjectives dans le discours, rendues par le rythme, la syntaxe et dautres unités de sens.

Bref, que lon se place du point de vue de lénonciateur (sujet lyrique, personnage fictif ou fantomatique), ou du point de vue de lénonciataire (lecteur potentiel, filial, empirique ou critique), une réflexion densemble sur des scènes dénonciation variées nous a semblé prendre tout son sens, tant pour marquer les usages qui sont faits du poème lyrique moderne que pour relativiser la dimension autobiographique de celui-ci. Les notions de lyrisme et de sujet lyrique, dont les sens nont cessé dêtre reconfigurés par les poètes et revus à leur suite par les critiques, ne peuvent être ramenées à la seule fonction expressive depuis le xixe siècle, non plus dailleurs quêtre appréhendées dans la seule logique des genres littéraires au xxe siècle. Si lon conçoit que la poésie moderne ne mobilise pas forcément un discours à la première personne, ni ne sinscrit désormais sous les seuls traits de la figure archétypale du poète, la matière quon qualifie de lyrique nen reste pas moins aujourdhui encore porteuse dune puissance évocatrice qui suscite ladhésion du lecteur. Les spécialistes ici convoqués nous disent, chacun à sa façon, comment une telle matière sorganise1.

Amir Biglari
et Nathalie Watteyne

1 Nous remercions Anne Marcotte, Jean-Louis Maréchal et Camille Néron pour leur aide à la préparation matérielle de ce livre.