Aller au contenu

Avertissement

  • Type de publication: Chapitre d’ouvrage
  • Ouvrage: Les Diaboliques
  •  
  •  
  • Pages: I à II
  • Collection: Classiques Jaunes, n° 488
  • Série: Littératures francophones

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1464-0
  • ISSN: 2417-6400
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-1464-0.p.0007
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 08/04/2014
  • Langue: Français

  • Chapitre d’ouvrage: 1/20 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
7
AVERTISSEMENT


rT-+our doit être manifesté... Malheur à celui par

1 qui le scandale arrive; mais il faut que le scan-
dale arrive n, déclarait iadis André Gide dans une de ses
premières ¢uvres.

N ÿ a-t-i! pas ainsi un scandale des Diaboliques ?Mais
quel scandale 1 Par la faute ou !a volonté de qui 1 Pour
quelles raisons secrètes 1 Et quelle peut être enfin !a signi-
fuation des anges noirs 1... Le sens profond, le double sens
des Diaboliques n'apparaissent, me semble-t-il, que progres-
sivement, après confrontation du personnage, de !'homme, de
leur ouvre; à travers !es partis pris ou les décdarations
o~rcielles, et pour ainsi dire par élimination des hypothèses.

Une démarche dialectique tendait ainsi à s'imposer, qui
satisfasse à !a fois !a claire logique du lecteur et !'énigmatique
logique de !'auteur abordé : il faut d'abord prendre acte de
l'éclat soudain causé par !e livre saisissant d'un vieux journa-
liste longtemps silencieux, et presque oublié comme romancier,
— personnage hasardeusement connu, quand ce n'est pas
facheusement; puis s'en aller beaucoup plus loin que ce capitan
scandaleux, à la recherche d'un homme d~cile et secret.

Barbey d'Aurevilly est un être que l'on admire de loin,
qui horripile de plus près, puis que l'on se prend à aimer
fraternellement, quand, derrière ses ponts-levis désuets, au
c¢ur de son labyrinthe, on découvre !e pauvre seigneur solitaire
qui se promène dans une grande ¢uvre pleine de cruauté lucide,
mais aussi de nostalgies rentrées.

Cetie intimité vivante, !e recours à certaines sources

8 oubliées, des lettres inédites aussi et des documents révéla-
lateurs, m'ont aidé à en réaliser les conditions, tout en me
permettant de tracer ici, en faligrane de l'étude psychologique,
les grandes lignes de la première édition critique des Diabo-
liques.

Dans un monde où la réalité n'est pas la sueur du rêve, je
n'ai certes point la prétention d'avoir atteint pleinement mon
but; beaucoup d'intercesseurs, par leur sympathie active,
m'en ont du moins facilité l'approche. Les grands libraires
de haute culture que sont M. G. Blai~ot, —mécène des Cahiers
aurevillyens, — MM. P. Berès et Chalvet m'ont fait
libéralement profater de leurs connaissances particulières.
M. A. Monmélien m'a oaavert avec munificence son admi-
rable collection aurevillyenne, de même que M. K, Simonson,
dont les trésors sont sans nombre. A M. A. Valseur, col-
lectionneur heureux et libéral, je sais gré de pièces impor-
tantes. Au chanoine de Laugardières, humaniste charmant,
je rends grâce pour certains documents rares, qui m'ont
aidé à mieux éclairer la Pagure de la baronne de Maistre.
Sans MM. ,J. Fauvel et G. le Barbanchon, je n'aurais pas
été initié à certains hôtels de Valognes. Comment, enfin,
remercier M. P. Leberruyer, conservateur du Musée Barbey
d'Aurevilly àSaint-Sauveur-le-Vicomte, dont la ferveur amie
égale l'érudition ? ,]e lui dois des livres, des photographies,
des précisions, sans compter des jours àSaint-Sauveur-le-
Vicomte, àValognes et à Carteret —pays fées de Barbey
— qui ne sont pas le mains précieux.

Pour railler la sympathie commune que des êtres séparés se
découvrent envers un même écrivain, on emploie parfois, avec
quelque légèreté, le mot de chapelle. Dieu soit loué qu'il y
ait aussi de ces chapelles, puisque je puis en remercier de
tout cour les desservants.

Prague-Paris.

Chapitre d’ouvrage: 1/20 Suivant