Aller au contenu

Message aux participants du colloque "Langue et cultures de la Méditerranée dans le dictionnaire"

  • Type de publication: Article de revue
  • Revue: Les Cahiers du dictionnaire
    2015, n° 7
    . Langues et cultures de la Méditerranée dans le dictionnaire
  • Auteur: Rey (Alain)
  •  
  • Résumé: Les dictionnaires sont les témoins d’un phénomène global : ­c’est ­l’étude des univers ­culturels multiples, dans le temps et dans ­l’espace, qui ­s’exprime en eux. Sur la lignée de ­l’héritage gréco-latin, il faut évoquer ­l’héritage essentiel, prodigieux, par lequel ­l’italien, le français, ­l’espagnol, le catalan, le portugais, le provençal et ­l’occitan, le romanche de Suisse, le roumain, se sont ­constitués, et qui a pénétré par emprunts en ­d’autres langues, et notamment ­l’anglais.
  •  
  • Pages: 15 à 17
  • Revue: Les Cahiers du dictionnaire, n° 7

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-6087-6
  • ISSN: 2262-0419
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-6087-6.p.0015
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 12/02/2016
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
15

MESSAGE AUX PARTICIPANTS
DU COLLOQUE « LANGUES ET CULTURES
DE LA MéDITERRANéE
DANS LE DICTIONNAIRE »

Chers Collègues, amis et amies,

Chers Giovanni Dotoli et Pierluigi Ligas,

Chère Zosi Zografidou,

Chère langue et très chère civilisation plurimillénaire de la Grèce,

je vous adresse un message attristé mais chaleureux. Attristé parce que je me réjouissais de retrouver un pays que jaime et de découvrir une ville que je voulais connaître, parce que jai participé avec joie à tous les colloques sauf un, organisés par mon ami fraternel, Giovanni Dotoli, parce que le programme de ce colloque est riche, varié, passionnant, parce quenfin je suis navré de ne pouvoir évoquer avec vous, dans les dictionnaires de toutes langues et au-delà, dans la planète-langage, lhéritage gréco-romain dans les langues de lOccident, et parce que la joie de retrouver des amis et den faire de nouveaux et de nouvelles va mêtre refusée, dans ce pays aujourdhui éprouvé, dont nous sommes nombreux à nous sentir solidaires. Tous ces privilèges me sont enlevés par un minuscule perturbateur biologique, qui pourtant porte un nom merveilleusement symbolique. Car je suis la victime sacrificielle, non pas dun dieu, mais du PROTEUS MIRABILIS, ce germe capable de métamorphoser ce dieu de lOcéan, Proteos, devin qui ne prophétise quenchaîné, et qui sévade en prenant mille formes. Son nom venu du mythe grec, son qualificatif latin montrent déjà que ces deux langues sont partout, y compris dans la terminologie scientifique la plus moderne. Et on le combat, ce germe, par des « antibiotiques » où sexprime le mot grec, encore, de « la vie ».

16

Javais lintention dévoquer lhéritage essentiel, prodigieux, par lequel litalien, le français, lespagnol, le catalan, le portugais, le provençal et loccitan, le romanche de Suisse, le roumain, se sont constitués, et qui a pénétré par emprunts en dautres langues, et notamment langlais. Outre lhéritage latin, en effet, des vagues demprunts à la langue hellénique de la Grèce, grâce à linfluence culturelle de la pensée et du récit, dHésiode, dHomère, en passant par Socrate, Platon, Aristote, Sophocle ou Aristophane (le tout de la poésie dramatique) au texte évangélique et à la littérature grecque moderne. Le latin, et Cicéron tout le premier, sest pénétré de grec. Le grec fut une passion européenne avec la Renaissance. Des dizaines de langues en ont été enrichies. Dans notre domaine, le jardin des mots, ceux d« encyclopédie », tout-à-fait grec, et celui de « dictionnaire », parfaitement latin, témoignent de ces deux sources inépuisables.

Cest aussi par le grec que laristotélisme, la mathématique de Pythagore et dEuclide ont inséminé la pensée arabe, dont la langue, en retour, a stimulé la connaissance dans toutes les langues de lOccident, y compris lallemand, avec Goethe, Hölderlin, Nietzche et tant dautres, ou langlais, à partir de Shakespeare. Le vocabulaire technoscientifique mondial, par diffusion planétaire, est aujourdhui pénétré par ce quon a appelé en France « le jardin des racines grecques ». Sans oublier que, grâce aux saints Cyrille et Méthode, la langue slave de Russie sécrit avec des caractères décriture issus de ceux du grec. Ainsi, la Méditerranée, lEurope entière, puis de nouveaux mondes après lexpansion européenne, furent le lieu immense déchanges entre de nombreuses cultures. En retour, quelques langues alimentées par le grec et le latin ont fourni à la Grèce, à lItalie, de nombreux mots pour dire la modernité. Le français en est une.

Langues et culture, tout autour du MARE NOSTRUM, ont toutes des dettes envers le grec et le latin. Jai montré récemment comment la langue arabe, le turc, le persan, avaient enrichi le français, souvent par ces intermédiaires que furent litalien (Sicile, Venise, Gênes), le latin médiéval, le grec byzantin, le castillan, le catalan, le portugais, le provençal. Un magnifique concert méditerranéen, en vérité.

Dans ce colloque, les dictionnaires sont les témoins dun phénomène global : cest létude des univers culturels multiples, dans le temps et dans lespace, qui sexprime en eux. Giovanni Dotoli le sait plus

17

quaucun autre, car en lu le poète, le passeur culturel et langagier, donne au lexicographe une VIRTÙ communicative.

Chers collègues, chers amis, je serai avec vous desprit et de cœur, tout en cherchant pour le corps la restauration de ce précieux pouvoir, celui de la rencontre et de léchange.

Alain Rey

Éditions Le Robert – Paris

Article de revue: Précédent 2/29 Suivant