Aller au contenu

Avant-propos

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-06591-3
  • ISSN: 2494-6109
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06592-0.p.0009
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 03/11/2017
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
9

Avant-Propos

Malcolm Lowry connut au vingtième siècle la gloire littéraire pour son roman paru en 1947, Au-dessous du volcan. Ce dernier fut accueilli comme une parole à la fois prophétique et apaisante, parce que sublime. Après la mort prématurée de lauteur, il fallut que sécoule un certain temps pour quon saperçoive que le Volcan nétait pas seulement un phénomène condensateur des affects de son temps. En dehors du coup dessai qui était déjà un coup de maître, Ultramarine (1933), une œuvre non encore publiée mais loin dêtre embryonnaire, attendait son public. Elle la trouvé essentiellement grâce au fonds darchives détenu par lUniversité de British Columbia à Vancouver. Toute une nouvelle génération de critiques sest penchée sur un corpus remarquablement cohérent malgré lhétérogénéité apparente ; la variété et la richesse des travaux présentés ici par un groupe de chercheurs français et de spécialistes anglophones de Lowry, témoigne de la fécondité, et de la contemporanéité dune œuvre dont le spectre nen finit pas de hanter la littérature.

Ce volume rend hommage à la puissance de linoubliable Volcan, mais aussi à tout ce qui a émergé depuis : le recueil de nouvelles Hear Us O Lord, les romans Dark as the Grave Wherein my Friend is Laid (1961), October Ferry to Gabriola (1970), ainsi que le texte anglais de la longue nouvelle Lunar Caustic dont seule une version française, Le Caustique Lunaire, était parue du vivant de Lowry en 1956 ; enfin, un récit qui devait être une pièce maîtresse de la Divine Comédie Ivre. On le croyait définitivement perdu mais un tapuscrit a refait surface, qui a donné lieu à une publication en 2014 : il sagit de In Ballast to the White Sea, auquel un essai inaugural est consacré ici.

Lowry voulait être un poète, mais se voyait comme un romancier inaccompli. Le recul fait apparaître que la pérennité de sa prose nest pas sans lien avec cette contradiction. La figure qui se dégage au fil des lectures proposées ici est celle dun poète du réel – chaos pulsatile du magma volcanique, maëlstrom en mer ou folie furieuse de lHistoire – que 10ses protagonistes affrontent à un moment ou un autre de leur parcours. Lacte poétique consistera à ne pas reculer devant la tourmente, à en extraire lénergie vitale pour la retourner en vertige créateur dans un monde toujours à refaire. Plutôt que de reprendre pas à pas le plan de louvrage, nous nous efforcerons ici de souligner les lignes de force qui, dans les études proposées par les différents contributeurs à ce volume, font émerger cette figure du poète.

Au littoral

On a peine à ranger Lowry sous létiquette dune identité nationale – il nest ni Américain, ni Britannique, ni Canadien, mais un peu de tout cela et aussi autre chose, lessentiel étant son rapport – et son apport – à la langue anglaise et à la littérature mondiale. De même que pour James Joyce, Joseph Conrad ou Vladimir Nabokov, son œuvre relève moins de la frontière entre nations, que du littoral : elle se situe sur ce bord poreux où se mêlent des éléments hétérogènes et instables comme la terre et leau, le corps et létrangeté de la langue, le sujet et lAutre. Elle touche à une modernité intemporelle et pourtant contemporaine, car elle sancre dans un siècle qui a vu souvrir labysse de toutes sortes « dhorreurs économiques », pour reprendre la phrase de Rimbaud. Lowry est de ceux qui arracheront au vacarme de cette modernité toujours teintée de violence et de dérision pour lui, le bruissement dune langue nouvelle : une langue chargée deffets de vérité qui ne relèvent pas du sens commun, une langue littorale à bien des égards. Ne se plaisait-il pas à se qualifier de « pelagiarist » – homme du rivage (pelagus) et plagiariste à souhait, faiseur de mots volés à la renommée des pères littéraires, et quil saura faire siens ?

La position de marge serait en quelque sorte sa signature, à commencer par sa réponse aux débats de son temps. Le protagoniste de In Ballast to the White Sea vacille entre la tentation du socialisme (la Russie) et celle dune mystique nordique proto-fascisante : cette « ambiguïté aryenne » (Chris Ackerley) fait passer par les défilés de léquivoque la voix puissante des discours idéologiques dominants. La position de marge fait 11aussi le style de vie des personnages de Lowry, vagabonds aux places symboliques toujours instables et dont la condition se trouve élevée à la dignité du symbole. Pour Mathieu Duplay lex-Consul de Under the Volcano incarne le statut dexception inclusive que Giorgio Agamben associe à la figure de lhomo sacer, tant dans lordre politique que celui de la langue : car cest sur la relation de ban que se fonde le pouvoir souverain, voire totalitaire. De là-ban-don à lerrance des identifications vagabondes, il ny a quun pas. Il nest pas rare que ces personnages se fassent bateaux errants ou inversement que ceux-ci se mettent à parler, voire à divaguer jusquà se dissoudre dans de longues rêveries océaniques – par exemple dans « The Bravest Boat » et cette remarquable nouvelle de jeunesse quest « Tramp ».

Lunivers lowryien est empreint de ce quon pourrait dénommer une mystique du réel qui, pourtant, serait toute spirituelle : une religiosité sans religion qui se traduit par une hyperesthésie en lien avec le hors-monde : celui de la mort certes, mais aussi de la renaissance. Le poète sen fait le medium, allant jusquà puiser dans les rites vivifiants du Jour des Morts, dans la tradition des cultures amérindiennes du Mexique que revisite ici Nigel Foxcroft. Cette mystique imprègne aussi les lieux de lentre-deux mondes que hantent les protagonistes : le bateau (« Through the Panama », Ultramarine, October Ferry), lespace naturel du parc dans la cité (« Ghostkeeper », « The Bravest Boat »), lasile qui, dans Lunar Caustic, héberge trois figures de lhomo sacer moderne : le Juif, le Noir, le poète maudit. Noublions pas non plus cet autre lieu du sacré : Eridanus, la ban-lieue située sur un bras de mer au nord de Vancouver où vivent les bienheureux squatters entre la fureur de la ville moderne et la quiétude du bord de mer. Lowry y situe plusieurs des nouvelles étudiées ici. Cest en de tels lieux que le premier couple humain peut se raccorder à la substance du monde, là où la psyché se trouve en résonance avec un espace hyperbolique et polyphonique (Mark Deggan).

La magnifique nouvelle qui clôt le cycle de Hear Us O Lord, « The Forest Path to the Spring », nous ramène au littoral de la vie et du langage. Spring, cest tout à la fois la source, le printemps, le bond jaillissant. Dans une rencontre fulgurante le narrateur entrevoit le couguar, son double totémique ; le chemin vers la source est aussi celui du Sacre du Printemps, le ballet de Stravinsky auquel Lowry rend hommage dans la vie errante et « faunétique » de sa prose. Et comme lindique létymologie 12qui conjoint lhomo sacer au sacré et au sacrifice, lélévation du sacre exige un passage par la souillure et le déchet (Annick Drösdal-Levillain). La vie peut surgir dun lieu aussi inattendu que la raffinerie Shell au large dEridanus. Là se recycle la matière brute, le pétrole issu de la décomposition de matières végétales et mis au service de lindustrie de la guerre. Mais tout dépend de lusage de vie que lon pourra faire du déchet. Par la contingence dune lettre tombée de lenseigne lumineuse, « Hellvue » devient « Hellvue », écho lointain de lhôpital psychiatrique Bellevue de Lunar Caustic où une autre renaissance sera possible.

La langue et limage du corps

Appareiller la langue au corps, cest aussi trouver une manière de faire avec le grouillement qui gît tout contre la vie organisée. Les armées de crabes des profondeurs dans « The Forest Path », les requins qui infestent les eaux du port dans Ultramarine, lactivité des chaudières dans la salle des machines de « Through the Panama » incarnent la proximité de lindomptable. Ce qui remonte encore et toujours, cest la terreur des signes désarrimés, leur flottement et leur tournoiement infini que la tâche première de lécriture sera de contenir : il sagit moins de produire du sens que de « désinterpréter », de calmer le signe, daménager du vide là où ce sera possible, afin quun sujet puisse émerger du magma langagier. Comme chez Joyce, lécriture en chantier permanent renvoie plutôt à lusage de vie quon peut faire de tous ces tourments qui font symptôme. Et à ce titre, lhôpital psychiatrique de « Lunar Caustic » où Sigbjørn renaît à lui-même nest pas la maison de redressement mental quon pourrait attendre, mais le sanctuaire de langoisse universelle, laffect même de notre modernité.

La passion du réel qui anime le travail du poète peut aussi senraciner dans la machine, emblématique de lidiotie dune force qui marche toute seule. La lecture deleuzienne de Christine Texier-Vandamme sattache au « fonctionnement machinique » de « Through the Panama » à partir de la métaphore inédite du « meccano céleste » qui surplombe le canal et anime la machinerie décluses. Le lecteur en vient souvent à 13se demander où est le texte, voire sil y a un texte : seuls les rouages et les montages apparaissent comme à ciel ouvert. Une nouvelle image du corps et du texte se dessine, comme « devenir meccano » et « devenir canal » : un corps non pas construit par des identifications aux modèles culturels des devanciers mais plutôt en devenir perpétuel, sanimant à partir de pièces mécaniques hétéroclites empruntées de ci de là. Par un appareillage singulier au flux parlant du monde, toutes ces mécaniques parviennent canaliser la fuite du sens, à contenir la sauvagerie de la langue à laquelle Lowry avait affaire. Cette sauvagerie, il ne faut pas la faire taire mais la dompter. Dans « Ghostkeeper », nouvelle fondée sur la métaphore de la danse, le texte parvient à désarticuler laffolante « machinerie du sens » qui accable le protagoniste, à nen garder que lénergie pour en faire une singulière chorégraphie (Pascale Tollance). Là où le tourbillon du maëlstrom engendrait une terrifiante entropie, il sagit de « faire swinguer ou danser » la matière en suspension, que lécriture animera dun rythme fait non pas de coupures, mais dun incessant jeu de bascule dun espace-temps à lautre.

Ainsi se dégage un portrait de lartiste. David Large voit létape décisive de la formation de limago du poète dans le moment épiphanique de Ultramarine. La vérité qui se révèle comme par effraction ne vient pas des cieux ni des prédécesseurs littéraires, mais des profondeurs du bateau lorsque Dana perçoit dans le bruit venu de la salle des machines une musique fondée sur les lois invisibles dun ordre mécanique, répétitif, celui-là même qui anime la vie de léquipage à bord. Cest là que Dana trouve la raison de son voyage. Il se séparera des modèles tout en les pillant avec allégresse, jouant entre « fusion » et « fission ». De même lécriture semploiera à transformer les bruits et les voix qui assaillent le protagoniste lowryien. Le chant létal des sirènes se transforme en une création vivante orchestrée à partir de bribes, de scories langagières qui du statut de reste passent à celui de miettes de jouissance pour loreille du lecteur, selon le modèle de la fugue en canon cher à Lowry. Cest là que la vie de lartiste pourra se réinventer.

On la compris, Lowry est moins un constructeur quun « écrivain fouisseur » (Pierre Schaeffer), à limage de lun des animaux fétiches du Volcan, larmadillo (le tatou), petite machine de guerre qui creuse des galeries dans la terre. Ce type décrivain évide le trop-plein de voix, aménage des vacuoles dans la matière signifiante. Au milieu des 14déchets, cendres et poussières tombés de lédifice de la littérature, il ne sarrêtera pas pour contempler la ruine. Il va sen faire comme un squelette externe, à limage de la carapace de larmadillo. Reste à savoir comment lécrivain toujours menacé par sa diarrhea scribendi arrive à prendre corps à lintérieur de la carapace.

Lowry fait la part belle aux symptômes – mélancolie, schizophrénie, paranoïa – qui sont avant tout des maladies de la langue pouvant mener à la dissolution subjective. Ce qui se répète, fait souffrir, voire paralyse, peut se rebrousser en source de création pour peu que lartiste parvienne à retourner le subi en créé, à inventer de nouveaux cadrages pour un nouvel imaginaire. Plusieurs essais dans ce volume rendent compte de tout un travail sur la voix et le regard souvent persécuteurs, par le biais dune écriture-montage qui mérite le nom de « cinématographique » : cest là tout lintérêt des scénarios que Lowry a rédigés pour le roman de F.S. Fitzgerald Tender is the Night (Catherine Delesalle-Nancey) ou pour lune de ses nouvelles préférées, « The Bravest Boat » (Claude Maisonnat).

Les voix, la voix

Lidentité et lautorité font partout question dans les récits où abondent les avatars de lauteur, chez qui le lecteur serait en mal de trouver une intentionnalité claire et une « personnalité » cohérente. Ainsi Sigbjørn Wilderness et Tom Goodheart se trouvent pris dans lhistoire quun autre est en train décrire pour eux (fiction Lowryienne sil en est), impuissants face au déchaînement des signes. La création ne se fait pas ici ex nihilo doù émergerait lauteur démiurge, mais à partir dun trop plein de sens. Lidentité de lauteur/artiste se trouve déchirée entre dune part laliénation aux stéréotypes culturels, la dette impossible aux pères symboliques (Keats, Coleridge, Poe, Melville, Rimbaud et bien dautres), et dautre part la passion où lécriture trouve sa source véritable. En quête dune voix singulière, Lowry recueillera et recyclera les décombres laissés par les devanciers pour composer sa propre voix.

Dans le chantier à ciel ouvert de lécriture, les opérations de sauvetage sont toujours à refaire face à laliénation signifiante. Deux références 15majeures ici : la « Nuit de lEnfer » de Rimbaud et le « Dit du Vieux Marin » de Coleridge, qui pèsent de tout leur poids sur le poète. Il sagit à la fois de convoquer les voix des devanciers littéraires, de les faire à la fois siennes et autres, et cela donne une modalité très nouvelle de ce quil est convenu dappeler lintertextualité. Dans « Through the Panama » le diktat de la culpabilité qui plane dans le « Dit du Vieux Marin » perd sa connotation religieuse pour sinsérer dans une forme musicale, un jeu déchos et de réponses associé au chant des moteurs du bateau (Christine Vandamme). Et cet allègement du sens a deux effets : il scande la déferlante menaçante des voix, il libère la signifiance.

Nous assistons alors à la métamorphose de ces voix en voix-de-lécrit dont Claude Maisonnat, reprenant lexpression de Christian Prigent, cerne le travail dans la plus méta-textuelle des nouvelles, « Strange Comfort Afforded by the Profession ». Une voix aphone émerge, qui vient métamorphoser laffect paralysant des voix trop réelles, en « jouissance pour le lecteur ». Cet appareillage ouvre la voie dune énonciation singulière indexée au silence de la lettre, perceptible dans les manifestations rythmiques, les écarts entre les niveaux énonciatifs, les métalepses et paralepses qui parasitent le texte lowryen, faisant trace dun nouage apaisé entre le corps et la langue qui cesse dès lors dêtre menaçante : linter-textualité ainsi travaillée est bien la condition démergence de la voix de lauteur, indissociable du texte où elle prend vie, dissociée de toute « personnalité » sans pour autant être dépersonnalisée.

Il faut aussi que la main qui écrit trouve un destinataire. Le premier titre de « Lunar Caustic » fut « The Last Address » avant de devenir « Swinging the Maëlstrom ». Cette longue nouvelle met précisément en scène le nouage du corps à la langue à travers la question de ladresse qui concerne tout à la fois lhabileté manuelle, la destination de lécrit, et ladresse postale de lécrivain auquel Sigbjørn est venu rendre hommage, Herman Melville – lasile psychiatrique étant situé en face de sa dernière adresse présumée, où fut écrit « Billy Budd ». Lunar Caustic est une histoire de mains : celle, funeste, du chirurgien qui lobotomise ou sonde le cœur du suicidé sans trouver le moindre indice quant à ce qui lui a brisé ce cœur ; celle de lartiste que Sigbjørn découvre en lui après avoir mis la mal-adresse de ses mains trop courtes à lépreuve du piano. Et le caustique lunaire (autre nom du nitrate dargent) utilisé en crayons cautérisateurs pour soigner les maladies dites mentales se 16fait formule poétique pour tirer la vie de la matière même de la folie (Josiane Paccaud-Huguet).

Ainsi le vacarme des voix tonitruantes de notre modernité est devenu danse muette des signes qui vient consacrer lavènement dune écriture vivante – pour peu que le lecteur lui prête sa voix, et par là lui donne corps. Il faut lire Malcolm Lowry, encore. En témoignent les écrivains que le fantôme de Lowry continuera daccompagner, comme Timothy Findley dans les années soixante dix : Sherrill Grace, figure tutélaire des études lowryiennes et biographe de Findley, fait ressortir les affinités entre Under the Volcano et Famous Last Words (1981) : il sen dégage une parole qui soulève les questions éthiques liées à la Seconde Guerre Mondiale : lhubris et léchec dun homme hanté par la culpabilité, taraudé par linsistance du trauma, mais aussi par la nécessité de ne pas céder au désespoir et douvrir les yeux sur le jardin terrestre. Deux entretiens avec des écrivains de notre temps viennent enfin ponctuer ce volume : le premier avec David Markson, lauteur de Going Down (1970) et de Wittgensteins Mistress (1989). Et enfin avec Patrick Deville, qui vient de donner à Lowry une place de choix dans son récit mexicain Viva ! (2015).

Josiane Paccaud-Huguet

Université Lumière Lyon 2