Aller au contenu

[Introduction de la troisième partie]

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-09863-8
  • ISSN: 2262-4309
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-09865-2.p.0307
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 24/06/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
307

La période 1591-1606 est un moment charnière de lhistoire de France avec lembrasement de lensemble du royaume par la huitième guerre civile, laffaiblissement de lautorité royale face aux gouverneurs et à la Ligue puis laffirmation progressive dHenri IV qui fonde la dynastie des Bourbons, pacifie le royaume et commence sa reconstruction. Pour Henri de La Tour, cette période est également décisive, comme en témoigne son changement de dénomination dans les sources après son mariage avec Charlotte de La Marck en octobre 1591 et sa réception comme maréchal de France lannée suivante. Pierre de lEstoile, après lavoir désigné comme « vicomte de Turenne » parle désormais de lui en le nommant « maréchal de Bouillon » ou le « duc de Bouillon1 ». Cest donc désormais sous cette appellation quil est le plus connu dans les sources. En devenant prince de Sedan, il jouit pour la première fois dun double statut : il est à la fois un prince souverain allié au roi de France, dépositaire et défenseur des intérêts de la maison de La Marck, tout en demeurant un de ses sujets.

Les sources permettant létude sont plus nombreuses et variées que pour les périodes précédentes : mémoires de ses contemporains et journal de Pierre de lEstoile, correspondance en pleine croissance avec 336 lettres écrites et 228 lettres reçues par lui entre 1591 et 1606 – soit respectivement 37,04 % et 27,5 % du corpus actuellement recensé de 1555 à 1623 –, des pièces comptables éparses, le dossier de succession de son épouse Charlotte de La Marck, des libelles portant sur son action comme chef de guerre et sur laffaire Biron, et les pièces du parlement de Paris concernant cette dernière.

Le duc de Bouillon offre ainsi un visage complexe : à la figure classique du dissident au sein du parti protestant sajoutent celles du chef de guerre victorieux – à Stenay, Dun-sur-Meuse et en Picardie – et du prince souverain législateur, fondateur dune académie, bâtisseur et défenseur dune enclave calviniste face à la Lorraine. Il est ainsi possible de rendre compte de la diversité de ses échelles daction – la principauté de Sedan, le nord-est du royaume, lEurope – et de la tension dynamique issue de son double statut.

1 P. de lEstoile, Registre-journal du règne de Henri III, éd. M. Layard et G. Schrenck, Genève, Droz, 1992, p. 114, 151 et 224 ; P. de lEstoile, Journal de lEstoile pour le règne dHenri IV, t. I : 1589-1600, éd. Louis-Raymond Lefèvre, Paris, Gallimard, 1948, p. 185-186.

Chapitre d’ouvrage: Précédent 10/22 Suivant