Aller au contenu

Bibliographie

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0514-3
  • ISSN: 2108-5900
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3953-7.p.0109
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 11/06/2012
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
109

BIBLIOGRAPHIE

Pour l’une des œuvres les plus commentées de la littérature du Moyen Âge, il faut s’attendre à une importante bibliographie, en constante augmentation. La partie de Jean de Meun, la plus lue et la mieux connue dès l’époque médiévale (voir P. P. -Y. Badel, Le Roman de la rose au xive siècle) est aussi celle qui inspire le plus la critique moderne, à cause de sa richesse et des problèmes, surtout idéologiques, qu’elle soulève. À noter, une présence importante des ouvrages et articles anglo-saxons.

On trouvera des bibliographies étoffées dans les ouvrages de F. Gunn (1952), D. Poirion (1974), K. Ott (1980) et A. Strubel (1984, 2002), ainsi que dans des mises au point bibliographiques comme celle d’H. M. Arden (The Roman de la rose. An annotaded Bibliograpy, Garland, 1993), celles d’H. Braet (« Autour de la Rose 1990-2005 », De la Rose, Texte, image, fortune, Louvain, Peeters, 2006 -« Autour de la Rose II », Nouvelles de la Rose, 2012).

Des sites Internet comme Regesta Imperii (http://opac.regesta-imperii.de/) permettent de compléter et d’actualiser les données (ainsi, 386 entrées pour « Roman de la rose », 70 pour « Guillaume de Lorris », 160 pour « Jean de Meun »).

le texte

Éditions

Langlois, E., Paris, Firmin Didot,1914-1924, 5 vol. (SATF).

Lecoy, F., CFMA, Paris, Champion, 1965-1970, 3 vol. (Manuscrit BN fr.1573).

Poirion, D., Garnier-Flammarion, 1974 (Manuscrit BN fr 25523 et éd. Meon).

Édition et traduction

Strubel, A., Le Livre de Poche, « Lettres Gothiques », 1992 (Manuscrit BN fr 12786 pour Guillaume, avec la « conclusion anonyme » et BN fr 378 pour Jean).

110

Traductions

Jeanroy, B. A., Paris, Boccard, 1938.

Lanly, A. Paris, Champion, 1971-1975, 5 vol. (d’après l’édition Lecoy).

Mary, A., Paris, Payot, 1928.

Recueils d’articles
et numéros spéciaux de revues

Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, éd. J. Dufournet, Paris, Champion, 1984 (Collection « Unichamp »).

Rethinking the Roman de la rose. Text, image, reception, éd. K. Brownlee-S. Huot, Philadelphia, Univ. of Pennsylvania Press, 1992, X (Middle Ages Series).

Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, II, 1978 (Actes du Colloque de Göttingen, 1978).

De la Rose. Texte, Image, Fortune, études publiées par C. Bel et H. Braet, Louvain, Peeters, 2006.

Nouvelles de la Rose. Actualité et perspectives du Roman de la rose, éd. D. Gonzales-Doreste-M. Del Pilar Mendoza Ramos, Universidad de la Laguna, 2011.

Ouvrages

Sur l’ensemble de l’œuvre

Mises au point sur l’état de la recherche

Di Stefano, G., « Situations de la Rose », Littératures. Mélanges pour le 15Oe anniversaire de l’Université Mc Gill, Montréal, 1971, p. 61-72.

Ott, K. A., Der Rosenroman, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1980 (Beiträge der Forschung, 143).

Ott, K. A., « Neuere Untersuchungen über den Roman de la rose. Zum gegenwärtigen Stand der Forschung », Zeitschr. für Rom. Phil., CIV, 1988, p. 80-95.

111

– Études généralistes

Arden, H., The Romance of the Rose, Boston, Twayne Publishers, 1987.

Batany, J., Approches du Roman de la rose, Paris, Bordas, 1973 (Bordas Études).

Blamires, A., G. C. Holian, The Roman de la rose Illuminated, Cardiff, Univ. Of Wales Press, 2002.

Fleming, J. W., The Roman de la rose : a study in allegory and iconography, Princeton UP, 1969. – Reason and the Lover, Princeton UP, 1984 (CR. HILL, Speculum LX, 1985, p. 973- 977).

Gunn, F., The Mirror of Love. A Reinterpretation of the Roman de la rose, Lubbock Texas, 1952.

Heller-Roazen, D., The Roman de la rose and the Poetics of Contingency, John Hopkins UP, 2003.

Huot, S., Dreams of lovers and lies of poets : poetry, knowledge and desire in the Roman de la rose, Oxford, Legenda, 2010 (Modern Humanities Research Association).

Kay, S., The Roman de la rose, Londres, Grant-Lutler, 1995 (Critical Guides to French Texts, 110).

Louis, R., Le Roman de la rose ; essai d’interprétation de l’allégorisme érotique, Paris, Champion, 1974.

Luria, R. M., A reader’s guide to the Roman de la rose, Hamden, Archon Books, 1982.

Minnis, A. J., Lifting the Veil. Sexual/Textual Nakedness in the Roman de la rose, London, Kingshall, 1995.

Minnis, A. J., Magister Amoris, The Roman de la rose and Vernacular Hermeneutics, Oxford UP, 2001.

Poirion, D., Le Roman de la rose, Paris, Hatier, 1974 (Connaissance des Lettres).

Roy, B., Une culture de l’équivoque, Presses de l’Univ. de Montréal-Champion-Slatkine, 1992.

Strubel, A., Le Roman de la rose, Paris, PUF, 1984.

Strubel, A., La Rose, Renart et le Graal, Paris, Champion, 1989 (chapitre ii 3).

Strubel, A., Grant senefiance a. Littérature et allégorie au Moyen Âge, (collection « Essais et synthèses »), Champion, 2002.

– Littérature critique sur Guillaume de Lorris

Collins, J. R., Ovidian Stories in Medieval Vernacular Narrtive Poetry, Univ. de Stanford, 1971, Diss. Abstracts, XXXI, 1975-1976.

Hult, D. F., Self-fulfilling Prophecies. Readership and Authority in the first Roman de la rose, Cambridge U. P., 1986.

Kelly, D., Internal difference and meanings in the Roman de la rose, Madison, Wisc., Univ. of Wisconsin Press, 1995.

112

O’Leary, S. J., A semiotics of allegory (an allegory of semiotics) : a study of Guillaume de Lorris’Roman de la rose, Madison, 1980.

Sur Jean de Meun

Cohn, N., The Worldview of a 13th Century Parisian Intellectual. Jean de Meun and the Roman de la rose, Durham, 1961.

Gaglardi, A., Il filosofo e la rosa : il Roman de la rose di Jean de Meun, ETS, Pise, 2010.

Hilder, G., Der scholastische Wortschatz bei Jean de Meun. Die Artes Liberales, Tübingen, Niemeyer 1972 (Beiträge zur Zeitschrift für Romanische Philologie, 129).

Mueller, F. W., Der Roman de la rose und der lateinische Averroismus des 13en Jahrhunderts, Francfort, Klostermann, 1947.

Nykrog, P. P., L’amour et la rose. Le grand dessein de Jean de Meun, Lexington, French Forum Publishers 1986 (Harward Studies in Romance Languages, 41).

Pare, G., Le Roman de la rose et la scolastique courtoise, Paris, Vrin, 1941.

Pare, G., Les Idées et les Lettres au xiiie siècle. Le Roman de la rose., Montréal, 1947.

Payen, J. C., La Rose et l’Utopie. Révolution sexuelle et communisme nostalgique chez Jean de Meun, Paris, Editions Sociales, 1976.

Pelen, M. M., Latin poetic irony in the Roman de la rose, Liverpool, Wolfeboro, NH, F. Cairns, 1987.

Stakel, S., False roses : structures of duality and deceit in Jean de Meun’s Roman de la rose, Saratoga, California, Anma Libri, 1991.

Articles

études sur l’ensemble du texte

Arden, H. M., « Le château de Jalousie dans le Roman de la rose », Les Realia dans la littérature de fiction au Moyen Âge, éd. D. Buschinger-W. Spiewock, Greifswald, 1993, p. 1-9.

Bourget, C., « Allégorie et déconstruction dans le Roman de la rose », Chimères, XXIV/1, 1977-1978, p. 41-52.

Braet, H., « Le Roman de la rose, espace du regard », Studi francesi, XXXV, 1991, p. 1-11.

Braet, H., « Der Rosenroman, Roman im Blick »,Träume im Mittelalter : Ikonologische Studien, éd. A. Paravicini-Bagliani et G. Stabile, Stuttgart-Zürich, Belser, 1989, p. 183-192.

113

Braet, H., « L’illustration de l’illustration. L’exemple de l’image dans le Roman de la rose », Mélanges M.-R. Jung, éd. L. Rossi, 1996, Alessandria, Del Orso, 1996, p. 491-504.

Chondromachidis, H., « Les motivations de la métaphore dans le Roman de la rose », Studia Romanica Posnaniensia, V, 1983, p. 3-11.

Defourney, M., « Le Roman de la rose à travers l’histoire et la philosophie », Marche Romane, XVII, 1967, p. 53-60.

Di Stephano, G., « Situation de la Rose », Mélanges 150e anniversaire, Université McGill, Montréal, Hurtubise, 1971, p. 61-71.

Fleming, J. V., « A Poetic Gambit in the Roman de la rose », Romance Philology, XXXIII, 1979-1980, p. 518-522.

Freemann, M. A., « Problems in Romance composition : Ovid, Chrétien de Troyes and the Roman de la rose », Romance Philology, XXX, 1976-1977, p. 158-168.

Gallent-Fasseur, V., « Des deux arcs d’Amour à la maison de Fortune : grâces et disgrâces selon le Roman de la rose », Le beau et le laid au Moyen Âge, CUERMA, 2000, p. 105-121.

Gunn, A. M. F., « Teacher and Student in the Roman de la rose : A Study in Archetypal Figures and Patterns », L’Esprit Créateur, II, 1962, p. 126-134.

Hefferman, C. F., « The bird-snare figure and the love-quest of the Roman de la rose », The Spirit of the Court, éd. S. Burgess-R. A. Taylor, Cambridge, 1985, p. 179-184.

Heller, S. G., « Light as Glamour : The Luminescent Ideal of Beauty in the Roman de la rose », Speculum, LXXVI, 2001, p. 934-959.

Hult, D. F., « Vers la société de l’écriture : Le Roman de la rose », Poétique, L, 1982, p. 155-172.

Hult, D. F., « Closed Quotations : The SpeakingVoice in the Roman de la rose »,Yale French Studies, LXVII, 1984, p. 248-269.

Jackson, W. T. H., « Allegory and allegorization », Mél. A. W. Thompson, 1964, p. 161-175.

Kanduth, E., « Der Roman de la rose – Ein Bildungsbuch », Zeitschrift für Romanische Philologie, LXXXVI, 1970, p. 509-524.

Knoespel, K. J., « Fable and the Epistemology of Expanding Narrative : An Example from the Roman de la rose », Hartford Studies in Lit., XVII/2, 1985, p. 28-39.

Lecoy, F., « Sur la date du Roman de la rose », Romania, LXXXIX, 1968, p. 554-555.

Lepage, Y. G., « Le Roman de la rose et la tradition romanesque au Moyen Âge », Études Littéraires, avril 1971, p. 91-106.

Leupin, A., « L’hérésie littéraire : Paradigmes textuels dans le Roman de la rose », De la Rose, éd. H. Braet, Peeters, Louvain, 2006, p. 59-80.

114

Leupin, A., « The Roman de la rose as a Möbius Strip. (On interpretation) », The medieval author in French Literature, 2006, p. 61-76.

Lewis, S., « Images of Opening, Penetration and Closure in the Roman de la rose », W&I. 1992 / 8 : 215-242.

Mac Kinley, K. L., « The Psychological interiority in medieval allegory », Analecta Husserliana, XLI, 1994, p. 93-105.

Miermowski, J., « L’alchimie du Roman de la rose et les limites de l’allégorie », Conjunctures. Medieval studies in honor of Douglas Kelly, éd. K. Busby et N. J. Lacy, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1994 (Faux Titre, 83).

Minet-Mahy, V., « Le songe. De la mort de l’auteur à la naissance du lecteur », Le Rêve Médiéval, éd. A. Corbellari-J.-Y. Tilliette, Genève, 2007, p. 193-220.

Nichols, I. C., « The Rhetoric of Sincerity in the Roman de la rose », Mél. E. Billings Ham, éd. U. T. Holmes, Hayward, Calif. State College, 1967, p. 115-129.

Nichols, I. C., « Le nom de la mélancolie : l’exemple du Roman de la rose », Études en hommage à J. Cerquiglini, éd. Y. Foehr-Janssens et al., 2003, p. 139-156.

Nichols, I. C., « Rethinking Texts through Contexts : The Case of le Roman de la rose », Text und Kontext, éd. E. Müller-Lückner, Munich, 2007, 245-270.

Payen, J. C., « L’espace et le temps dans le Roman de la rose », Romanische Zeitschrift für Literaturgeschichte, II, 1978, p. 253-258.

Payen, J. C., « A semiological study of Guillaume de Lorris », Yale French Studies, LI, 1974, p. 170-184.

Poirion D., « From Rhyme to Reason : Remarks on the Text of the Roman de la rose », Rethinking the Roman de la rose. Text, image, reception, éd. K. Brownlee-S. Huot, Philadelphia, Univ. of Pennsylvania Press 1992, X (Middle Ages Series), p. 65-78.

Pomel, F., « Avatars allégoriques du locus amoenus : paysage et subjectivité dans quelques récits de songe du Roman de la rose à Froissart », Le paysage allégorique entre image mentale et pays transfiguré, dir. C. Imbert et P. Maupeu, PU Rennes, 2011, p. 51-70.

Rossman, V. R., « The Art of Contradiction in the Roman de la rose », Beiträge zum Romanischen Mittelalter, Zeitschrift für Romanische Philologie Sonderdruck, 100, éd. K. Baldinger, Tübingen, Niemeyer, 1977, p. 270-281.

Steinle, E. M., « Versions of authority in the Roman de la rose. Remarks on the use of Ovid’s Metamorphoseis in Guillaume de Lorris and Jean de Meun », Mediaevalia, XIII, 1987, p. 189-206.

Tavera, A., « Héritage sémantique, héritage moral. À propos des allégories du Roman de la rose », 18e congrès International de Linguistique et de Philologie.Trèves 1986, éd. D. Kremer, Tübingen, Niemeyer, 1988, p. 323-344.

Van Dyke, C., « Ironic Allegory. The Roman de la rose », The fiction of truth. Structures of meaning in narrative and dramatic allegory, Ithaca, Cornell U. P. P. 1985, p. 69-105.

115

Vantuono, W., « “Cleanness” and the Roman de la rose », English Language Notes, XXVI/2, 1988, p. 1-6.

Vitz, E. B., « The “I” of the Roman de la rose », Medieval narrative and modern narratology. Subjects and objects of desire, New York-Londres, New York U. P., 1989, p. 38-63.

Zschiegner, C., « Wortfeld Untersuchungen zum Rosenroman : Der Wortschatz der zwischenmenschlichen Beziehungen », Diss., Innsbruck, 1971.

Zumthor, P., « Récit et anti-récit : le Roman de la rose », Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975 (« Narration and anti-narration in the Roman de la rose », Yale French Studies, LI, 1974, p. 185-204).

l’amour et sa représentation

Botturff-Botturff, D., « Le Roman de la rose and the Sophistry of Love », French Review, XLV, Special Issue III, 1971, p. 52-58.

Dahlberg, C., « Love and the Roman de la rose », Speculum, XLIV, 1969, p. 568-584.

Kay, S., « The Roman de la rose and the invented Bouquet. Reflection of love », Mythes à la Cour, Mythes de la Cour, éd. A. Corbellari, Droz, 2010.

Lanly, A., « La séduction dans le Roman de la rose », Mél. L. Versini, éd. R. Marchal-F. Moureau, Paris, Klincksieck, 1997, p. 19-28.

Micha, A., « Le Roman de la rose ou l’art d’aimer », Magazine Littéraire, CCCXXXI, 1995, p. 23-25.

Zink, M., « Die Liebe im Rosenroman », Das Schicksal der Liebe, éd. D Kamper et C. Wulf Berlin, Quadriga Verlag, 1988, p. 130-149.

problèmes d’idéologie et de philosophie

Bernardo, A. S., « Sex and Salvation in the Middle Ages. From the Roman de la rose to the Divine Comedy », Italica, LXVII, 1990, p. 305-31.

Mancini, M., « Il “Roman de la rose” e l’Illuminismo del XIII secolo », Mappa della letteratura europea e mediterranea, éd. G. M. Anselmi, Milan, Bruno Mondadori, 2000, p. 72-96.

Payen, J. C., « Le Roman de la rose et la notion de carrefour idéologique », Romanische Zeitschrift für Literaturgeschichte, I, 1977, p. 193-203.

Payen, J. C., « Éléments idéologiques et revendications dans le Roman de la rose », Littérature et société au Moyen Âge. Actes du colloque d’Amieuns, 1978, Paris, Champion, 1979, p. 285-299.

116

articles et contributions sur la première partie

Questions diverses

Battaglia, S., « Il Roman de la rose di Guillaume de Lorris », La conscienza letteraria, Naples, 1963, p. 417-434.

Bianchini, S., « Guillaume de Lorris e una sua lettura. Problemi di intertestualita su un tema fisso », Prassi Intertestuale, 1996, p. 81-124.

Brooks, L. C., « Learning, experience and narrative stance in Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », French Studies, XLIX, 1995, p. 129-14.

Brooks, L. C., « Inclusion and exclusion in Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », Florilegium, 15, 1998, p. 167-184.

de Casas, F., « Arboles, cardos y flechas en el Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Estudios de filologia francesa, XVI, 1996, p. 29-40.

Defourmy, M., « Observations sur la première partie du Roman de la rose », Mélanges R. Lejeune, Gembloux, 1969, p. 1163-1170.

Fleming, J. V., « The Garden of the Roman de la rose : Vision of Landscape or Landscape of Vision ? », Dumbarton Oaks Colloquium on the History of Landscape Architecture, 9,1986, p. 199-234.

Gonzalez Doreste, D., Braet, H., « Del Jardin de Lorris a los jardines de Conty. La deconstruccion de un sueno », Jardines secretos. Estudios en torno al sueno erotico, éd. J. Aceron-P. P. Sola, Lleida, 2008, p. 55-70.

Hernandez Alvarez, V., « Le Roman de la rose : regard et spectacle, espace du désir », Nouvelles de la Rose. Actualité et perspectives du Roman de la rose, éd. D. Gonzales-Doreste-M. Del Pilar Mendoza Ramos, Universidad de la Laguna, 2011, p. 255-280.

Heywood, M. M., « The Withered Rose : Seduction and the Poetics of Old Age in the Roman de la rose of Guillaume de Lorris », French Forum, 25, 2000, p. 5-22.

Hicks, E., « La mise en prose des formes allégoriques. Hypostase et récit chez Guillaume de Lorris », Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, éd J. Dufournet, Paris, Champion, 1984 (Collection « Unichamp »), p. 53-82.

Hicks, E., « De l’histoire littéraire comme cosmogonie », Critique, mai 1974, p. 511-519.

Hicks, E., « Donner à voir. Guillaume de Lorris ou le roman impossible », Études de Lettres, Lausanne 3-4 (juill-déc 1994), p. 93-103.

Kamenetz, G., « La Promenade d’Amant comme expérience mystique », Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, éd. J. Dufournet, p. 83-104.

Mancini, M., « Guillaume de Lorris. Un’estetica della meraviglia e della crudeltà », Literaturgeschichte und Verstehen. Mélanges U. Mölke, éd. H. Huddo et U. Schöning, Heidelberg, Winter, 1997, p. 311-323.

117

Nichols, S., « Ekphrasis, Iconoclasm and Desire », Rethinking the Roman de la rose.Text, image, reception, p. 133-166.

Ott, K. A., « Pauvreté et Richesse chez Guillaume de Lorris », Roman. Zeitschrift für LiteraturGeschichte, II, 1978, p. 224-240 (repris de « Armut und Reichtum bei Guillaume de Lorris », Beiträge zum Romanischen Mittelalter, Zeitschr. für Rom. Phil. Sonderdruck, 100, éd. K. Baldinger, Tübingen, Niemeyer, 1977, p. 282-305.

Payen, J. C., « A semiological Study of Guillaume de Lorris »,Yale French Studies, LI, 1975, p. 170-174.

Pensom, R., « L’allégorie de Guillaume de Lorris », Studi Francesi, XXVI, 1982, p. 450-457.

Planche, A., « “Cheveux ot blons come bacins” : sur un vers de Guillaume de Lorris dans le Roman de la Frose », Romania, CXV, 1997, p. 547-552.

Planche, A., « La fleur noire : sur un vers du Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Romania, CXIII, 1992-1995, p. 227-233.

Poirion, D., « Guillaume de Lorris alchimiste et géomètre », L’Information Litt., XXXVI, 1984-1, p. 6-11.

Ribard, J., « Introduction à une étude polysémique du Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Mélanges F. Lecoy, Paris, Champion, 1973, p. 519-528.

Stone Jr., D., « Hierarchies and Meanings in the Roman de la rose », French Forum, VI, 1971, p. 5-12.

Stone Jr., D., « Old and New Thoughts on Guillaume de Lorris », Australian Journal of French Studies, II, 1965, p. 157-170.

Strubel, A., « Avatars de la personnification, entre image et discours », Nouvelles de la Rose, p. 281-298.

van den Boogaard, N., « Le Roman de la rose de Guillaume de Lorris et l’art de mémoire », Jeux de mémoire. Aspects de la mnémotechnie médiévale, éd. B. Roy-P. et P. Zumthor, P. U. de Montréal, Vrin, 1985, p. 85-90.

Verhuyck, P. P., « Guillaume de Lorris ou la multiplication des cadres », Neophilologus, LVIII, juillet 1974, p. 283-293.

Songe, vérité et senefiance

Accarie, M., « La vie n’est pas un songe. Théorie et pratique chez Guillaume de Lorris », Contemporary readings of Medieval Literature, éd. G. Mermier, Ann Arbor, 1989,p. 115-144.

Androese, A., « Guillaume de Lorris e la controversia sulla veridicita del sogno », Il discorso polemico, 2010, p. 141-160.

Baumgartner, E., « The play of Temporalities, or the Reported Dream of Guillaume de Lorris », Rethinking the Roman de la rose. Text, image, reception, p. 22-38.

118

Blumenfeld-Kosinski, R., « Overt and covert. Amorous and Interpretative Strategies in the Roman de la rose », Romania, CXI, 1990, p. 432-453.

Blumenfeld-Kosinski, R., « Remarques sur songe/mensonge », Romania, CI, p. 385-390.

Dahlberg, C., « Macrobius and the unity of the Roman de la rose », Studies in Phil., LVIII, 1961, p. 573-582.

Dornbusch, J., « “Songes est senefiance” : Macrobius and Guillaume de Lorris’Roman de la rose », Translatio Studii. Mél.K. Uitti, éd. R. Blumenfeld, Kozinski et al., Amsterdam, Rodopi, 2000, p. 105-116.

Dragonetti, R., « Une métaphore du sens propre dans le Roman de la rose », Digraphe, XXI, oct. 1979, p. 69-85.

Kelly, D., « Du narcisse des poètes à la rose des amants. Le jeu de la vérité chez Guillaume de Lorris », Et c’est la fin pour quoy nous sommes ensemble. Mél. Jean Dufournet, éd. J. C. Aubailly et al., Paris, Champion, 1993 (Nouvelle bibl. du Moyen Âge, 25), p. 793-800.

Owen, D. D. R., « Calogrenant and the Dreamer. The inspiration for the Roman de la rose », Forum for modern language studies. Oxford, 1997, p. 328-340.

Pickens, R. T., « Somnium and Interpretatio in Guillaume de Lorris », Symposium, XXVIII, 1974, p. 145-186.

Ronchi, G., « Il sogno di Guillaume de Lorris », Medievo Romanzo, XIII, 1988, p. 409-414.

Strubel, A., « Écriture du songe et mise en œuvre de la senefiance dans le Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, op. cit., p. 145-179.

Uitti, K. D., « Cele qui doit estre Rose clamee (Rose, vv. 40-44) : Guillaume’s Intentionality », Rethinking the Roman de la rose, p. 39-64.

Wright, T. D., « Le cadre du rêve dans le Roman de la rose », Chimères, XV, 1982, p. 43-53.

Métaphore et personnification

Dahlberg, C., « First Person and Personnification in the Roman de la rose : Amant and Danger », Mediaevalia, III, 1977, p. 37-58.

Larmat, J., « Le jardin de Deduit dans le Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Mél. Alice Planche, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 263-272.

Marcinkowska, Z., « La prison amoureuse de Guillaume de Lorris », Médiévales, XIV, 1988, p. 103-112.

Strubel, A., « L’allégorisation du verger courtois », Vergers et jardins dans l’univers médiéval, Senefiance, no 28, Aix-en-Provence, 1990, p. 343-358.

Strubel, A., « L’allégorie et la description : le début du Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Mél. E. Hicks, éd. J. C. Mühlethaler, Lausanne.

Vitz, E. B., « Inside/Outside : First Person Narrative in Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », Yale French Studies, LVIII, 1979, p. 148-164.

119

La rose et l’Amant

Baumgartner, E., « L’Absente de tous bouquets… », Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, op. cit., p. 37-52.

Dahlberg, C., « First Person and Personnification in the Roman de la rose : Amant and Dangier », Mediaevalia, III, 1977, p. 37-58.

Strohm, P. P., « Guillaume de Lorris as narrator and lover in the Roman de la rose », Romanic Rev., LIX, 1968, p. 3-90.

Dangier li vilains

De Weever, J., « Dangier, the Saracen-guardian of the Roman de la rose », Medievalia, XXI, 1996, p. 27-45.

Galpin, S. L., « Dangiers li vilains », Romanic Rev., II, 1911, p. 316-317.

Oiseuse

Alvar, C., « Oiseuse, Vénus, Luxure. Trois dames et un miroir », Romania, CVI, 1985, p. 108-117.

Batany, J., « Miniature, allégorie, idéologie : Oiseuse et la mystique monacale récupérée par la classe de loisir », Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, op. cit., p. 7-36.

Fallend, K., « Oiseuse zwischen courtoisie, Musse und Sünde. Eine umstrittene Figur aus dem Roman de la rose », Zeitschr. Für Rom. Phil., CXXVI, 2010, p. 226-236.

Fleming, J. V., « Further reflections on Oiseuse’s mirror », Zeitschr. für Rom. Philologie, C, 1984, p. 26-40.

Friedman, J. B., « L’iconographie de Vénus et de son miroir à la fin du Moyen Âge », L’Érotisme au Moyen Âge, Coll. de l’Institut d’Études Médiévales, Montréal, 1977, p. 51-82.

Friedrich, E. L., « Oiseuse. An introduction to a homoerotic reading of Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », Chapell Hill, 1999.

Gally, M., « Miroir d’Oiseuse, Miroir de Dieu. Théories de la vision et discours poétique dans le Roman de la rose », L’inscription du regard au Moyen Âge et à la Renaissance, éd. M. Gally et M. Jourde, Fontenay-St Cloud, ENS, 1995, p. 13-35.

Kolb, H., « Oiseuse, die Dame mit dem Spiegel », Germ.-Roman. Monatschrift, XLVI, 1965, p. 139-149 (repris dans E. Koehler, Der altfranzösische Roman, 1978).

Richards, E. J., « Reflections on Oiseuse’s Mirror : Iconographical Tradition, Luxuria and the Roman de la rose », Zeitschr. für Roman. Phil., XCVIII, 1982, p. 296-311.

120

Richards, E. J., « The tradition of otium litteratum and Oiseuse in le Roman de la rose », Studi Francesi, XXXII, 1988, p. 271-273.

Sadlek, G. M., « Interpreting Guillaume’s Oiseuse : Chaucer as Witness ». SCRev.,1993, X (1), p. 21-37.

Sasaki, S., « Sur le personnage d’Oiseuse », Études de langue et littérature française ; XXXII, 1978, p. 1-24 (Soc. Japonaise de Langue et Litt. Française). – Voir aussi Agamben, G., Stanza, la parola e il fantasma nella cultura occidentale, Turin, 1977.

Art d’aimer/Amour

Adams, T., « Performing the Medieval Art of Love : Medieval Theories of the Emotion and the Social Logic of the Roman de la rose of Guillaume de Lorris », Viator, 38/2, 2007, p. 55-74.

Brook, L. C., « Love’s external foes. From the lyric to the Roman de la rose », L’Imaginaire courtois et son double, éd. G. Angeli-L. Formisano, Napoli, Rome-Milan, 1992 (Publ. dell’Univ. Degli Studi di Salerno, Atti, Convegni, Miscellanee, 35).

Demats, P. P., « D’Amoenitas à Deduit. André le Chapelain et Guillaume de Lorris », Mél. J. Frappier, Genève, 1970, I, p. 217-233.

Leicester Jr., H. M., « Ovid enclosed. The God of Love as Magister Amoris in the Roman de la rose of Guillaume de Lorris », Res publica Literaria, VII, 1984, p. 107-129.

Marcinkowska, Z., « La prison amoureuse de Guillaume de Lorris », Médiévales, XIV, 1988, p. 103-112.

Menard, P. P., « La séduction dans le Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Mél. L. Versini, éd. R. Marchal-F. Moureau, Paris, Klincksieck, 1997, p. 261-274.

Payen, J. C., « L’Art d’aimer chez Guillaume de Lorris », Études sur le Roman de la rose de Guillaume de Lorris, op. cit., p. 105-144.

Rychner, J., « La flèche et l’amour », Revue des Sciences Humaines, CLXXXIII, 1981, p. 39-53.

Topsfield, L. T., « The Roman de la rose of Guillaume de Lorris and the Love Lyric of the Early Troubadours », Reading Medieval Studies, I, 1975, p. 30-54.

Uitti, K., « Understanding Guillaume de Lorris. The truth of the couple in Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », Contemporary Readings of Medieval Literature, éd. G. Mermier, Ann Arbor, Mich., 1989 (Michigan Romance Studies, 8), p. 51-70.

121

Narcisse et la fontaine

Parmi les lectures les plus éclairantes, les réflexions de G. Agamben dans Stanzze, sur Narcisse et Pygmalion.

Akbari, S. C., « Medieval optics in Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », Medievalia et Humanistica, XXI, 1994, p. 1-15.

Antonietti, P. P., « C’est li mireors perilleus. Images et miroirs dans le Roman de la rose », Mél. R. Dragonetti, éd. J. R. Scheidegger, Champion, 1996, p. 33-47.

Cocito, L., « La “Fontaine de Berinor” e la “Fontaine d’amour” », Convivium, XXXV, 1967, p. 227-230.

Frappier, J., « Variations sur le thème du miroir, de Bernard de Ventadorn à Maurice Scève », CAIEF, XI, 1959, p. 134-158.

Freeman, M. A., « Problems in Romance Composition : Ovid, Chretien de Troyes and the Romance of the Rose », Rom. Phil., 1976, p. 158-168.

Goldin, F., The Mirror of Narcissus in the Courtly Love Lyric, Ithaca, Cornell UP, 1967.

Harley, M. P. P., « Narcissus, Hermaphroditus and Attis : Ovidian Lovers at the Fontaine d’Amors in Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », PMLA, CI, 1986, p. 324-337.

Heller-Roazen, D.,« “Li mirouers pardurables” : la question du Roman de la rose », Romania, CXXII, 2004, p. 341-370.

Hillmann, L. H., « Another look into the Miror Perilleus. The role of the crystals in the Roman de la rose », Romania, CI, 1980, p. 225-238.

Hult, D. F., « The allegorical Fountain. Narcissus in the Roman de la rose », Romanic Rev., LXXII, 1981, p. 125-148.

Kessler, J., « La Quête Amoureuse et poétique : la Fontaine de Narcisse dans le Roman de la rose », Romanic Review, LXXIII, 1982, p. 133-146.

Koehler, E., « Narcisse, la fontaine d’Amour et Guillaume de Lorris », L’Humanisme médiéval dans les littératures romanes du xii au xive siècle, éd. A. Fourier, Paris, Klincksieck, 1974, p. 147-164.

MacCaffrey, P. P., « Le Roman de la rose and the sons of Narcissus », Mediaevalia XI, 1985, p. 101-120.

Mela, C., « Le Miroir Perilleux ou l’alchimie de la rose », Europe, No 654, Le Moyen Âge Maintenant, oct.1983, p. 72-83.

Nouvet, C., « A Reversing Mirror : Guillaume de Lorris’Romance of the Rose », Translatio Studii. Mél.K. Uitti, éd. R. Blumenfeld-Kozinski et al., Amsterdam, Rodopi, 2000, p. 189-205.

Nouvet, C., « Guillaume de Lorris’Rose or the mourning beat of Narcissism », L’esprit créateur, 40, 2000, p. 3-13.

Nouvet, C., « An allegorical mirror : The pool of Narcissus in Guillaume de Lorris’Roman de la rose », Romanic Review, 91, 2000, p. 353-374.

122

Picone, M., « Dante e il mito di Narcisso. Dal Roman de la rose alla Commedia », Rom. Forschungen, 1977-4, p. 382-397.

Rey-Flaud, H., « Le miroir de Narcisse du Roman de la rose. Contribution à une anthropologie littéraire », Sources et Fontaines du Moyen Âge à l’âge baroque, éd. F. Roudaut, 1999, p. 129-137.

Rosenfeld, J., « Narcissus after Aristotle : Love and Ethics in the Roman de la rose », New Medieval Literatures, 9, 2007, p. 1-39.

Rychner, J., « Le mythe de la fontaine de Narcisse dans le Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Le lieu et la formule. Mél. Marc Eicheldinger, Neuchâtel, 1978, p. 33-46.

Steinle, E. M., « Anti-Narcissus. Guillaume de Lorris as reader of Ovid », Classical and Modern Literature, VI, 1985-1986, p. 251-259.

Vinge, L., « The Narcissus Theme in Western European Literature up to the Early 19th Century », Lund, 1967.

Wirth, J., « La fontaine de Narcisse dans le Roman de la rose », Mél. Pierre Vaisse, Lyon, 2005, p. 11-24.

Achèvement/structure

Après l’article d’E. FARAL dans la Revue des Deux Mondes, No 35, 1926, plusieurs critiques proposent l’idée de l’unité voire de l’autonomie de la première partie.

Brook, L. C., « The anonymous conclusion attached to Guillaume de Lorris’ Roman de la rose », Neophilologus, LXXIX, 1995, p. 389-395.

Kelly, D., « “Li chastiaus/Qu’Amors prst puis par ses esforz”. The conclusion of Guillaume de Lorris’Roman de la rose », Univ. of Kansas Humanistic Studies, XLII, 1972, p. 61-78.

Lejeune, R., « A propos de la structure du Roman de la rose », Mél. F. Lecoy, Paris, Champion, 1973, p. 315-348

Meyer, G., « A propos de la structure du Roman de la rose de Guillaume de Lorris », Roman. Zeitschrift für Literaturgeschichte, II, 1978 (Actes du Colloque de Göttingen, 1978), p. 265-268.

Ruhe, E., « In rosa venenum : Das offene Ende des Roman von Guillaume de Lorris », Mél. J.-Ch.Payen, Caen, 1989, p. 323-345.

A contrario, Luciano Rossi, dans une série de publications récentes, avance l’hypothèse d’un auteur unique, Jean de Meun, responsable des deux « états » du texte (voir ci-dessous, « continuation »).

123

Études sur la deuxième partie

Questions diverses

Bloch, R. H., « Jean de Meun and the poetics of the city », Mél.E. Koehler, éd. H. Kraus-D. Rieger, Heidelberg, 1984, p. 43-59.

Hicks, E., « Proverbe et polémique dans le Roman de la rose de Jean de Meun », Richesse du proverbe, éd. F. Suard-C. Buridant, Presses Univ. de Lille III, 1984, p. 113-120.

Continuation/stratégie d’écriture

Badel, P. P.-Y., « Jean de Meun ou la digression impossible », La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge, éd. Ch. Connochie, Senefiance, Presses de l’Université de Provence, 2005, p. 377-390.

Blangez, G., « Comment composait Jean de Meun », Mél.A. Lanly, Nancy, 1980, t. II, p. 31-36.

Bouche, T., « Burlesque et renouvellement des formes. L’attaque du château dans le Roman de la rose de Jean de Meun », Mél. J.-Ch. Payen, Caen, 1990, p. 87-98.

Brownlee, K., « Reflections on the Miroër aus Dames. The Inscribed Reader in Jean de Meuns Roman de la rose », Mimesis. From Mirror to Method, éd. J. D. Lyons et S. Nichols, 1982, Hanover UP.

Gregory, R., « Reading as Narcissism : le Roman de la rose », Sub-stance, 1983, p. 333-370.

Guynn, N. D., « Authorship and sexual/allegorical violence in Jean de Meun’s Roman de la rose », Speculum, LXXIX, 2004, p. 628-659.

Hicks, E., « Sous les pavés, le sens : le dire et le decorum allégorique dans le Roman de la rose de Jean de Meun », Études de Lettres, 2-3, 1987, p. 113-132.

Jung, M. R., « Jean de Meun et son lecteur », Roman. Zeitschrift für LiteraturGeschichte, II, 1978, p. 241-245.

Martin, E., « Away from self-authorship. Multiplyong the “author” in Jean de Meun’s Roman de la rose », Mod. Phil., XCVI, 1989/199, p. 1-15.

Pomel, F., « La Fonction-auteur dans le Roman de la rose de Jean de Meun : le double jeu de la consécration et de l’esquive », Une histoire de la fonction-auteur est-elle possible ?, 2001, p. 89-106.

Regalado, N. F., « The medieval construction of the modern reader : Solomon’s ship and the birth of Jean de Meun », Rereading Allegory…, p. 81-108.

Rossi, L., « Du nouveau sur Jean de Meun », Romania, 121, 2003, p. 430-460.

Rossi, L., « Jean de Meun e Guido Guinizelli a Bologna », Bologna nel Medioevo, Quaderni di filologia romanza, 17, 2003, p. 87-108.

124

Rossi, L., « Encore sur Jean de Meun : “Johannes de Magduno” », « Charles d’Anjou et le Roman de la rose », Cahiers de Civilisation Médiévale, LI, 2008, p. 361-378.

Strubel, A., « Jean de Meun : la digression comme principe d’écriture », La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge…, p. 377-390.

Zumthor, P. P., « De Guillaume de Lorris à Jean de Meun », Mél. F. Lecoy, éd. G. Bianciotto, Paris, Champion, 1973 p. 609-62.

Jean de Meun et les problèmes du langage

Badel, P. P.-Y., « Jean de Meun, le phénix et les logiciens », Romania, CX, 1989, p. 167-180.

Fyler, J., « Love and Language in Jean de Meun », Language and the declining world in Chaucer, Dante and Jean de Meun, Cambridge, 2007.

Hult, D. F., « Language and Dismemberment : Abelard, Origen, and the Romance of te Rose », Rethinking the Roman de la rose…, p. 101-130.

Hult, D. F., « Words and deeds. Jean de Meun’s Roman de la rose and the hermeneutic of censorship », New Literary History, XXVIII, 1997, p. 345-366.

Ineichen, G., « Le discours linguistique de Jean de Meun », Roman. Zeitschrif für LiteraturGeschichte, II, 1978, p. 245-251.

Jung, M. R., « Jean de Meun et l’allégorie », CAIEF, 1976, p. 22-35.

Minnis, A., « From coilles to Bel Chose : Discourses of Obscenity in Jean de Meun and Chaucer », Medieval Obscenities, éd. N. F. McDonald, Woodbridge, p. 156-178.

Planche, A., « Naissance et sens du mot “metaphore” dans le Roman de la rose », Mél. Philippe Ménard, éd. J. C. Faucon et al., Paris, Champion, 1998, p. 1029-1042.

Poirion, D., « Les mots et les choses selon Jean de Meun », L’Information Littéraire, 1974-1, p. 7-11.

Quilligan, M., « Allegory, Allegoresis, and the Desallegorization of Language : The Roman de la rose, the De Planctu Naturae and the Parliament of Foules », Allegory, Myth and Symbol, éd. M. T. Bloomfield-Quilligan, Cambridge Mass., Harvard UP, 1981, p. 163-186.

Jean de Meun et la personnification

– Figures diverses

Brook, L. C., « Jalousie and jealousy in Jean de Meun’s Roman de la rose », Romance Quarterly, Lexington, KY, XLI, 1994, p. 59-70.

Galpin, S. L., « Fortune’s Wheel in the Roman de la rose », PMLA, XXIV, 1909, p. 332-342.

125

– Raison

Rowe, D. W., « Reason in Jean de Meun’s Roman de la rose. Modes of characterization and dimensions of Meaning », Medievalia, X, 1984, p. 97-126.

Sasaki, S., « Sur le personnage de Raison », Mél. Naruo Sakurai, Tokyo, 1978, p. 1-20.

– La Vieille

Beltran, L., « La Vieille’s Past », Romanische Forschungen, LXXXIV, 1972, p. 77-96.

Hill, T. D., « La Vieilles’s Digression on Free Love. A note on rhetorical structure in the Roman de la rose », Romance Notes, VIII, 1966, p. 113-115.

Wood, C., « La Vieille, Free Love and Boethius in the Roman de la rose », Revue de Littérature Comparée, LI, 1977, p. 336-342.

– Le chapitre de Faus Semblant

Baïka, G., « “Double Talk” (Bilinguium) in Faus Semblans’ Discourse in the Roman de la rose », Scales of Connectivity, éd. P. P. M. Clogan, Lanham, 2009, p. 15-32.

Brownlee, K., « The Problem of Faus-Semblant : Language, History and Truth in the Roman de la rose », The New Medievalism, éd. K. Brownlee et al., John Hopkins UP, 1991, p. 253-271.

Dembowski, P. E., « Le Faux Semblant et la problématique des masques et déguisements », Masques et déguisements dans la litt. médiévale, éd. M.-L. Ollier, Montréal-Paris, Vrin, 1988, p. 43-53.

Denkinger, T., « Die Bettelorden in der französischen Literatur des XIIIen Jahrhunderts, besonders bei Rutebeuf und im Roman de la rose », Französische Studien, II, 1915, p. 286-313.

Emmerson, R. K., Herzman, R. B., « The Apocalyptic Age of Hypocrisy : Faus Semblant and Amant in the Roman de la rose », Speculum, LXII, 1987, p. 612-634.

Fenley, G. W., « Faus-Semblant, Fauvel and Renart le Contrefait : a study in kinship », Romanic Review, XXIII, 1932, p. 323-331.

Mac Kean, M. F., « The Role of Faus Semblans and Asteance Contrainte in the Roman de la rose », Mél. E. B. Ham, éd. U. T. Holmes, Hayward, 1967, p. 103-107.

Keck, S., « Faux Semblant, guerrier du dieu d’Amour », Roman. Zeitschrift für Literaturgeschichte, II, 1978, p. 263-265.

Poirion, D., « Masque et personnification allégorique », Écriture poétique et composition romanesque, Orléans, Éd. Paradigme 1994 (Medievalia, 11), p. 427-441.

126

Poirion, D., « Jean de Meun et la Querelle de l’Université de Paris. Du libelle au livre », Traditions polémiques. Cahiers V. L. Saulnier, 1985, p. 9-19.

Ryding, W., « Faux Semblant : Hero or Hypocrite ? » Romanic Review, LX, 1969, p. 163-167.

Strubel, A., « De Faux Semblant à Fauvel : les limites de la personnification », (Colloque « La Personnification du Moyen Âge au xviiie siècle », nov. 2010, Université Paris X).

Solterer, H., « Le bel semblant : Faus Semblant, semblants romanesques », Médiévales, 6, 1984, p. 26-36.

– Genius et Nature

Baker, D. N., « The Priesthood of Genius : A Study in the Medieval Tradition », Speculum, LI, 1976, p. 277-291.

Brownlee, K., « Jean de Meun and the limits of the Romance : Genius as Rewriter of Guillaume de Lorris », Romance. Generic Transformations from Chretien de Troyes to Cervantes, éd. K. Brownlee et M. S. Brownlee, Hanover, NH, UP of New England, p. 114-134.

Dragonetti, R., « Le “singe de Nature” dans le Roman de la rose », Travaux de Linguistique et de Littérature, XVI/1, 1978, p. 149-160.

Eberle, P. J., « The Lover’s Glass :Nature’s Discourse on Optics and the Optical Design of the Roman de la rose », Univ. of Toronto Quarterly, XLVI, 1977, p. 241-262.

Economou, G. D., « The Charater genius in Alain de Lille, Jean de Meun and John Gower », Chaucer Review, IV, 1970, p. 203-210.

Faghnan, M. E., « Morality in the Roman de la rose : The Misunderstood Figure of Nature », Proceedings of the Patristic, Medieval and Renaissance Conference, Villanova, Penn, 1979, p. 137-141.

Hipolito, T., « Roman de la rose : Nature’s Grace », Comitatus I, 1970, p. 47-79.

Knowlton, E. C., « The allegorical figure Genius », Classical Philology, XV, 1920, p. 380-384.

Knowlton, E. C., « Genius as an Allegorical Figure », Modern Language Notes, XXXIX, 1924, p. 89-95.

Knowlton, E. C., « The Goddess Natura in Early Periods », Journal of English and Germanistic Philology, XIX, 1920, p. 224-253.

Nizsche, J. C., The Genius Figure in Antiquity and the Middle Ages, NY, Columbia UP, 1975.

Raynaud De Lage, G., « Nature et Genius chez Jean de Meun et chez Jean Lemaire de Belges », Le Moyen Âge, LVIII, 1952, p. 125-143.

Strubel, A., « Le discours de Nature dans le Roman de la rose : une mise en scène des savoirs ? » Colloque Paris IV, Savoirs et fiction au Moyen Âge, 2008.

127

Wetherbee, W., « The Theme of Imagination in Medieval poetry and the Allegorical Figure of Genius », Medievalia et Humanistica, VII, 1976, p. 45-64.

Zink, M., « Note sur Raison et Nature dans le Roman de la rose », Bologna nel medioevo, Quaderni di Filologia Romanza, 2004, p. 109-124.

– Satire/ironie/comique

Bouche, T., « L’Obscène et le Sacré ou l’utilisation paradoxale du rire dans le Roman de la rose de Jean de Meun », Le Rire au Moyen Âge dans la Litt. et les Arts, éd. T. Bouché et H. Charpentier, P. P. U. Bordeaux, 1990, p. 83-95.

Calin, W. C., « La Comédie Humaine chez Jean de Meun », Mél. Charles Rostaing, éd. J. de Caluwe, Liège, 1974, p. 101-114.

Cherniss, M. D., « Irony and Authority : The Endig of the Roman de la rose », Modern Language Quarterly, XXXVI, 1975, p. 227-238.

Lynch, K. L., « Mirror or mirage. Jean de Meun and the satire of visionnary failure », The High Medieval Dream Vision. Poetry, Philosophy and Literary Form, Stanford UP, 1988, p. 113-145.

McWebb, C., « Hermeneutics of irony : Lady Reason and the Romance of the Rose », Dalhousie French Studies, LXIX, 2004, p. 3-14.

Payen, J. C., « Le comique de l’énormité. Goliardisme et provocation dans le Roman de la rose », L’Esprit Créateur, XVI/1, 1976, p. 40-60.

Richards, E. J., « Des contraires choses : Irony in Jean de Meun’s Part of the Roman de la rose and the problem of Truth and Intelligibility in Thomas Aquinas », Nouvelles de la Rose, 2011, p. 383-398.

Strubel, A., « Pour une lecture ironique de Jean de Meun : mise au point sur une notion galvaudée », Revue des Langues Romanes, année 2008, CXII/2, p. 113-140.

– Les « meurs femenins »

Friedmann, L. J., « Jean de Meung, antifeminism and bourgeois realism », Modern Phil.ology, LVII, 1959-1960, p. 13-23.

Kay, S., « Women’s body of knowledge. Epistemology and misoginy in the Roman de la rose. », Framing Medieval Bodies, éd. S. Kay et M. Rabin, Manchester-NY, 1994, p. 211-235.

Klein, A., « Die Frau als Heiligen und Hure ? Zur Differenzierung des mittelalterlichen Frauenbildes in Jean de Meuns Roman de la rose », Geschlechtsdiferenzen, 1999.

Payen, J. C., « Amour, mariage et transgression dans le Roman de la rose », Amour, mariage et transgression au Moyen Âge, éd. D. Buschinger et A. Crepin, Göppingen, Kümmerle, 1984 (Göppinger Arbeiten zur Germanistik), p. 335-347.

128

Porter, D., « Rhetorical Phallacies. The poetics of misogyny in Jean de Meun’s discourse of Nature », Mediaevalia, 22, 1998, p. 59-77.

Stäblein, P. P. H., « La femme-pharmakon. L’impur et le mariage dans les trasgression structurales du Roman de la rose », ibid. p. 349-358.

– Mythologie/exempla/sources

Baumgartner, E., « De Lucrèce à Héloïse : Remarques sur deux exemples du Roman de la rose de Jean de Meun », Romania, XCV, 1974, p. 433-442.

Bouche, T., « Ovide et Jean de Meun », Le Moyen Âge, LXXXIII, 1977, p. 71-87.

Brownlee, K., « Orpheus’Song resung : Jean de Meun’s Reworking of Metamorphoses X », Romance Phil., XXXVI, 1982, p. 201-209.

Brownlee, K., « Pygmalion, mimesis and the multiple endings of the Roman de la rose », Rereading Allegory, Mél.D. Poirion, éd. S. Amer et al., Yale French Studies, 95, 1999, p. 193-211.

Cahoon, L., « Raping the Rose : Jean de Meun’s Reading of Ovids Amores », Classical and Modern Literature,VI, 1986, p. 261-285.

Dornbusch, J. M., Pygmalion’s Figure. Reading Old French Romance, Lexington, 1990.

Dragonetti, R., « Pygmalion ou les pièges de la fiction dans le Roman de la rose », Orbis Medievalis.Mél. R. R. Bezzola, Berne, 1978, p. 89-111.

Feldman, B., « The Golden Age and the political theory of Jean de Meun. A myth in Rose Scholarship », Symposium, XXIII, 1969.

Fleming, J. V., « Jean de Meun and the Ancient Poets », Rethinking the Roman de la rose, p. 81-100.

George, F. W. A., « Jean de Meung and the Myth of the Golden Age », The Classical Tradition in French Literature : Mél. R. C. Knight, éd. H. T. Barnwell, Londres, Grant and Cutler, 1977, p. 31-39.

Harris, A. F., « Pygmalion reconfigures Narcissus : Questions of Rewriting and Rereading in Images of the Roman de la rose », Mythes à la Cour, Mythes de la Cour, éd. A. Corbellari, Droz, 2010, p. 337-352.

Heller, S. G., « Fashioning a Woman : The Vernacular Pygmalion in the Roman de la rose », Literacy and the lay reader, éd. P. P. M. Clogan, Lanham, 2000.

Hill, T. D., « Narcissus, Pygmalion and the castration of Saturn. Two mythological themes in the Roman de la rose », Studies in Phil., LXXI/4, 1974, p. 404-426.

Huot, S., « The Medusa Interpolation in the Roman de la rose : Mythographic Program and Ovidian Intertext », Speculum, LXII, 1987, p. 865-877.

Jager, E., « Reading the Roman de la rose inside out. The dream of Croesus as a caveat lector », Medium Aevum, LVII, 1988, p. 67-74.

129

Kay, S., « The birth of Venus and the Roman de la rose », Exemplaria IX/1, 1997, p. 7-37.

Kauke, R., « Jupiter et Saturne chez Jean de Meun », Roman. Zeitschrif für LiteraturGeschichte, II, 1978, p. 258-263.

Leushuis, R., « Pygmalion’s Folly and the Author’s Craft in the Roman de la rose of Jean de Meun », Neophilologus, XC, 2006, p. 521-534.

Man, J., « Jean de Meun and the castration of Saturn », Mél. Peter Dronke, éd. J. Marenbon, Leiden, 2001, p. 309-326.

Milan, P. B., « The Golden Age and the Political theory of Jean de Meung : a Myth in Rose Scholarship », Symposium, XXIII, 1969, p. 137-149.

Ott, K. A., « Jean de Meun und Boethius. Über Aufbau und Quellen des Roman de la rose », Mél. R. Kienast, Heidelberg, 1978, p. 193-227.

Poirion, D., « Narcisse et Pygmalion dans le Roman de la rose », Mél. L. P. P. Solano, éd. R. J. Cormier et U. T. Holmes, Chapell Hill, North Carolina UP, 1970, p. 153-165.

Regalado, N. F., « Des contraires choses : La fonction poétique de la citation et des exempla dans le Roman de la rose de Jean de Meun », Littérature, XLI, 1981, p. 62-81.

Strubel, A., « Saturne, Jupiter et Barat : allégorie et mythologie », Mél. Daniel Poirion, éd. M. Zink et D. Bohler, PUPS, Paris, 1995, p. 403-420.

Thut, M., « Narcisse versus Pygmalion. Une lecture du Roman de la rose », Vox Romanica, XLI, 1982, p. 104-132.

Wirth, J., « La statue de Pygmalion dans le Roman de la rose et l’esthétique de la représentation », Mél. Marcel G. Roethlisberger, Milan, 2007, p. 21-29.

– La pensée de Jean de Meun

Badel, P. Y., « Raison, fille de Dieu et le rationalisme de Jean de Meun », Mél. J. Frappier, Genève, Droz, 1970, I, p. 41-52.

Barnett, J. D., Jr., « Rationalism and Naturalism in Jean de Meun’s Roman de la rose », Univ. of Cape Town Studies in English, IV, 1973, p. 45-55.

Callay, B. L., « Jean de Meun’s Romance of the Rose and the polemic on the theological method : a key to meaning ? », De la Rose…, p. 21-40.

Cherniss, M. D., « Jean de Meun’s Raison and Boethius », Romance Notes, XV, 1974-1975, p. 678-685.

Corbellari, A., « La passion abélardienne de Jean de Meun. Une lecture du Roman de la rose en clé sexuelle et universitaire », Érotisme et Sexualité, colloque 2009, p. 63-68.

Dufournet, J., « Le dessein et la philosophie du Roman de la rose », Acta Litteraria Academiaie scientiarum hungaricae, XXIII, 1981, p. 177-214.

Faral, E., « Le Roman de la rose et la pensée française au xiiie siècle », Revue des Deux Mondes, XXXV, 1926, p. 439-457.

130

Fasseur, V., « Des propriétés des choses selon Jean de Meun », Mél. M.-F. Notz, 2009, p. 287-298.

Francon, M., « Jean de Meun et les origines du naturalisme de la Renaissance », PMLA, LIX, 1944, p. 624-625.

Friedmann, L. J., « Jean de Meun and Ethelred of Rievaulx », L’Esprit Créateur, II, 1962, p. 135-141.

Hatzfeld, H., « La mystique naturiste de Jean de Meun », Wissensch. Zeitschr. der Friedrich Schiller Univ. Jena, V, 1955-1956, p. 259-269.

Heisig, K., « Arabische Astrologie und christliche Apologetik im Rosenroman », Romanische Forschungen, LXXI, 1959, p. 414-419

Hult, D. F., « Poetry and the Translation of Knowledge “in Jean de Meun” », Poetry, knowledge and community in late medieval France, éd. R. Dixon, Woodbridge, 2008, p. 19-41.

Huot, S., « Bodily Peril : Sexuality and the Subversion of Order in Jean de Meun’s Roman de la rose », Mod. Lgge Rev. 95, 2000, p. 4-61.

Kleber, H., « La théorie thomiste du bonheur et ses rapports avec le Roman de la rose », L’idée de bonheur au Moyen Âge, éd. D. Buschinger, Göppingen, Kümmerle Verlag, 1990, p. 235-246.

Kubota, K., « Sur la continuation du Roman de la rose. Monument d’un idéalisme », Études de Langue et de Littérature Françaises, XL, 1982, 1-22.

Lanly, A., « La hardiesse de pensée de Jean de Meun », Linguistique et Philologie, éd. D. Buschinger, 1977, p. 345-358.

Lanson, G., « Un naturaliste du xiiie siècle, Jean de Meun », Revue Bleue, 4e série, IX, 1894-1895, p. 35-41.

Mancini, M., « Parigi 1270. Filosofia e racconto nel Roman de la rose di Jean de Meun », Rivista di Estetica, XXXIV/XXXV, Turin, 1994/1995, p. 3-27.

Poirion, D., « De la signification chez Jean de Meun », Archéologie du Signe, éd. L. Brind’Amour et E. Vance, Recueil d’Études Médiévales, Toronto, 1982, p. 165-185.

Poirion, D., « Alain de Lille et Jean de Meun », Alain de Lille, Gautier de Châtillon, Jakemart Gielee et leur temps, éd. H. Roussel et F. Suard, Lille, 1980.

Polak, L., « Plato, Nature and Jean de Meun », Reading Med.Studies, III, 1977, p. 163-186.

Tillman, M. K., « Scholastic and Averroistic Influences on the Roman de la rose », Annuale Medievale, XI, 1970, p. 89-106.

Walther, H. G., « Utopische Gesellschaftskritik oder satirische Ironie ? Jean de Meun und die Lehre des Aquinaten über die Entstehung menschlicher Herrshaft », Soziale Ordnung im Selbstverständnis des Mittelalters, Berlin, De Gruyter, 1979, p. 84-105.

Wetherbee, W., « The literal and the allegorical : Jean de Meun and the De Planctu Naturae », Medieval Studies, XXXIII, 1971, p. 264-291.

131

– Divers-topique

Galpin, S. L., « Fortune’s Wheel in the Roman de la rose », PMLA, XXIV, 1909, p. 332-342.

Lyons, F., « Some Notes on the Roman de la rose. The Golden Chain and other Topics in Jean de Meun », Mél. Whitehead, 1973, p. 201-208.

Pezard, A., « Lune et Fortune chez Jean de Meun et chez Dante (985-995) », Mél. Italo Siciliano, Florence, 1966, t. II.

Planche, A., « Les Robes du ciel : Autour d’une image de Jean de Meun », Romania, XCVIII, 1977, p. 349-366 – « L’odeur, le cœur et la clarté. Sur un motif du Roman de la rose », Romania, CV, 1984, p. 359-367.

Rimlinger-Leconte, C., « L’Expression métaphorique chez Jean de Meung : Étude du discours de Raison dans le Roman de la rose », Littérature, XLI, 1981, p. 62-81.

Smith, N. B., « In Search of the Ideal Landscape : From “Locus Amoenus” to “Parc du Champ Joli” in the Roman de la rose », Viator, XI, Berkeley, 1980, p. 225-243.

Warren, G., « True and False Gestures in Jean de Meun’s Roman de la rose », Iris, II, 1986, p. 29-37.

manuscrits, fortune de l’œuvre

Badel, P. Y., Le Roman de la rose au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvre, Genève, Droz, 1980 (Publications Romanes et Françaises, 153).

Badel, P. Y., « Alchemical Readings of the Romance of the Rose », Rethinking the Roman de la rose…, p. 262-286.

Badel, P. Y., « Nouvelles allusions au Roman de la rose », Mél. M.-R. Jung, éd. L. Rossi, Alessandria, Del Orso, 1996, p. 475-490.

Baird, J. L., Kane, J. R., La Querelle de la Rose : Letters and Documents, Chappell Hill, Univ. of North Carolina Press, 1978 (North Carolina Studies in the Romance Lang. and Lit., CIC).

Baird, J. L., Kane, J. R., « La Querelle de la Rose. In Defense of the Opponents », The French Review, XLVIII, 1974, p. 298-317.

Dufournet, J., « Le dessein et la philosophie du Roman de la rose », L’Action Littéraire, XXIII, 1981, p. 177-214 (voir aussi Acta literaria Academiae Hungaricae, XXIII, 1981, p. 177-214).

Dufournet, J., « Philippe de Rémy et la réécriture : Jehan et Blonde et le Roman de la rose », Mél. M.-R. Jung, éd. L. Rossi, Alessandria, Del Orso, 1996, p. 505-516.

132

Fourez, L., « Le Roman de la rose de la Bibliothèque de Tournai », Scriptorium, I, 1946-1947, p. 213-239.

Fleming, J. V., The Roman de la rose and its Manuscript Illustrations, Diss. Princeton Univ., 1963.

Fleming, J. V., « The Moral Reputation of the Roman de la rose before 1400 », Romance Philology, XVIII, 1964-1965, p. 430-435.

Hicks, E., Le Débat sur le Roman de la rose, Ed. critique, Paris, Champion, 1977 (Bibliothèque du xve siècle, XLIII).

Hill, J. M. L., Medieval debate on Jean de Meun’s Roman de la rose. Morality versus art, Lewiston, Mellen, 1992 (Studies in Medieval literature, 4).

Hult, D., « Gui de Mori, lecteur médiéval », Incidences, V, janv-avr. 1981, p. 53-70.

Huot, S., The Romance of the rose and its medieval readers : interpretation, reception, manuscript transmission, Cambridge, Cambridge UP, 1993.

Huot, S., « Seduction and Sublimation : Christine de Pizan, Jean de Meun and Dante », Romance Notes, XXV, 1985, p. 361-373.

Huot, S., « Vignettes marginales comme glose marginale dans un manuscrit du Roman de la rose au xive siècle », La Présentation du Livre, Littérales, II, 1986, p. 173-186.

Huot, S., « The Scribe as Editor : Rubrication as Critical Apparatus in two Manuscripts of the Roman de la rose. », L’Esprit Créateur, XXVII, 1987, p. 67-78.

Huot, S., « Ci parle l’aucteur : Rubrication of Voice and Authorship in Roman de la rose Manuscripts », Substance, LVI, 1988, p. 42-48.

Huot, S., « Authors, Scribes, Remanieurs : A Note on the Textual History of the Romance of the Rose », Rethinking the Roman de la rose …, p. 203-233.

Jung, M. R., « Gui de Mori et Guillaume de Lorris », Vox Romanica, XXVII, 1968, p. 106-137.

Jung, M. R., « Der Rosenroman in der Kritik seit dem 18.Jahrhundert », Romanische Forschungen, LXXVIII, 1966, p. 203-252.

Kelly, D., « Amitié comme anti-amour. Au delà du fin’amour, de Jean de Meun à Christine de Pizan », Anteros. Actes du colloque de Madison, mars 1994, éd. U. Langer et J. Miernowski, Orléans, Paradigme, 1994, p. 75-97

Knopp, S., « Chaucer and Jean de Meun as Self-Conscious Narrators : The Prologue to the Legend of Good Women and the Roman de la rose (10307-680) », Comitatus, IV, 1973, p. 25-39.

Kuhn, A., « Die Illustration des Rosenromans », Jahrbuch der Kunsthist. Samml. des allerhöchsten Kaiserhauses, XXXI, 1913-1914, p. 1-66.

Langlois, E., « Gui de Mori et le Roman de la rose », Bibl. de l’École des Chartes, LXVIII, 1907, p. 249-271.

Mac Mumm, M. T., « Representation of the Erotic in Some Illustrated Manuscripts on the Roman de la rose », RLAn., IV, 1992, p. 125-130.

133

Mac Mumm, M. T., « The Iconography of Dangier in the Illustrated Manuscripts of the Roman de la rose », RLAn., V, 1993, p. 86-91.

Nouvet, C., « Les inter-dictions courtoises. Le jeu des deux bouches », Romanic Review, LXXVI, 1985, p. 233-250.

Quilligan, M., « Words and Sex : The Language of Allegory in the De Planctu Naturae, the Roman de la rose and the Faerie Queene », Allegoria, II, 1977, p. 195-216.

Tuve, R., Allegorical Imagery. Some Medieval Books and their Posterity, Princeton UP, 1966.

Walters, L., « Illuminating the Rose : Gui de Mori and the Illustrations of MS 101 of the Municipal Library, Tournai », Rethinking the Roman de la rose …, p. 167-200.

Walters, L., « Author Portraits and Textual Demarcation in Manuscripts of the Romance of the Rose », ibid., p. 359-374.

Zink, M., « Bel Accueil le travesti. Du Roman de la rose de Guillaume de Lorris et Jean de Meun à Lucidor de Hugo von Hofmannstahl », Littératures, XII, 1982, p. 31-40.