Aller au contenu

Compte-rendu de l’assemblée générale de la SIAM du 16 novembre 2013

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-3038-1
  • ISSN: 2119-9434
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3039-8.p.0011
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 28/07/2014
  • Périodicité: Semestrielle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
11

Compte-rendu
de lAssemblée Générale
de la SIAM du 16 novembre 2013

Après une conférence de Laurent Gerbier portant sur la Société internationale des amis de La Boétie (SIALB), lassemblée générale débute à 15h40.

27 personnes sont présentes. Nicolas Lombart, trésorier et Armelle Andrieux, secrétaire générale détiennent en tout 17 pouvoirs.

Olivier Guerrier, président, présente le bilan moral pour lannée 2012-2013, année riche en actions diverses :

lassemblée générale précédée de la conférence dUlrich Langer,

le colloque du centenaire de la SIAM à Toulouse (dont les actes se trouvent dans le deuxième BSIAM de 2012),

lassemblée hélas avortée du 8 juin,

le colloque de Rouen sur les cannibales, parrainé par la SIAM, qui était représentée par sa secrétaire générale.

Un certain nombre dorientations et de projets sont encore donnés : Olivier Guerrier précise que son actuel mandat prendra fin en avril 2014, que le Bureau désire renouer avec la vulgarisation sous la houlette dArmelle Andrieux, tout en assurant larticulation des deux versants, scientifique et vulgarisation, et quun nouveau colloque sur Montaigne et lErreur organisé par la SIAM va se dérouler fin 2014.

Faisant suite à la conférence de ce jour, O. Guerrier donne tout son sens à la symbiose qui doit exister entre la SIAM et la SIALB. Enfin, il annonce un changement dans la direction éditoriale du Bulletin, celle-ci ayant été prise en main pour le moment par Bérengère Basset.

Le bilan moral est approuvé à lunanimité.

12

Puis, le bilan financier est fait par Nicolas Lombart, qui, précise-t-il, travaille avec un bureau dexperts comptables.

Le bilan fait au 31 décembre 2011 (les bilans 2012-2013 nétant pas prêts), montre que, malgré un solde positif de 5 300 €, la société est dans un creux de vague en ce qui concerne les adhésions, et quen particulier ce sont les adhérents universitaires qui manquent à lappel. Il ajoute que nous navons pas eu de subvention du CNL depuis trois ans, représentant un manque à gagner de 12 000 € environ en tout, mais que la subvention du CESR représente 1a somme 500 €. Notre trésorerie disponible sélève donc à 55 496 €.

À la question : comment toucher plus dadhérents, le trésorier évoque les relances. Il insiste sur le fait que les adhérents les plus fidèles se trouvent hors du monde académique et que lon adhère à la SIAM pour le bulletin.

Olivier Millet précise que la chute des adhésions est un problème général, mais que nous souffrons aussi dun problème de régularité dans la périodicité du Bulletin. Il évoque aussi lidée de placer nos réunions au lycée Montaigne, qui arbore, en outre, un gigantesque portrait de lauteur : le lieu serait lisible et propice à une liaison avec le secondaire.

Ce à quoi Madeleine Lazard ajoute quelle aimerait voir proposer des conférences un peu plus larges de temps en temps ou que nous pourrions faire des conférences juste sur un texte aussi, puisque nous sommes une société damis dauteur.

Le bilan financier est adopté à lunanimité.

Les discussions reprennent sur le Bulletin, lorsque Bérengère Basset met encore en évidence le problème de sa régularité. Elle déplore que ce travail ait dû être fait dans lurgence, alors quil nous faudrait au moins trois numéros davance. Olivier Guerrier avait proposé, dit-il, trois responsables pour prendre la suite de Jean-Yves Pouilloux : Sylvia Giocanti, Dominique Brancher et Bérengère Basset, tout en réaffirmant la vocation scientifique du BSIAM qui, dailleurs, se trouve déjà dans le classement de lAERES (Agence dévaluation de la recherche et de lenseignement supérieur), étant une « revue à comité de lecture international ».

13

Olivier Millet intervient, soulignant quil ne faut pas confondre les genres : un bulletin damis nest pas une revue scientifique et ne nécessite donc pas un véritable comité de rédaction, trop lourd à gérer.

O. Guerrier insiste sur le fait que nous avons pourtant un rôle à jouer en France mais aussi en Europe, tout en soulignant aussi le rôle du site, dont le matériau savère parallèle à celui du Bulletin, sans quils se court-circuitent pour autant.

B. Basset réitère son appel à lui envoyer des articles.

François Roussel se propose alors pour la prospection et la lecture darticles.

Au sujet des colloques, O. Guerrier rappelle que celui qui est organisé par Philippe Desan sous le parrainage de la SIAM, Montaigne à létranger, se déroulera à luniversité de Chicago de Paris les 25 et 26 Avril 2014.

Un autre colloque va être organisé par la SIAM en décembre 2014 sur LErreur chez Montaigne.

De nouveau à propos du bulletin, André Tournon souligne quil serait bon dy réserver une place à des événements qui risquent de passer inaperçu, comme une édition récente des Essais franco-italienne ou une autre franco-espagnole à paraître.

Olivier Millet abonde dans ce sens. Pour lui, une rubrique devrait y exister, sous forme de chronique, signalant les travaux par langue : domaines italien, espagnol, germanique, anglais. On pourrait juste y signaler des parutions. Bernard Sève complète ces propos en disant quil faudrait un responsable pour chaque langue.

Olivier Guerrier ajoute enfin quil nous faudrait officialiser notre partenariat avec la SIALB.

Armelle Andrieux, responsable du volet « vulgarisation et grand public » des actions engagées par la SIAM, annonce quelle renouera avec la tradition des voyages organisés par la SIAM pour ses adhérents. Elle se propose de retourner dans la région de Montaigne (peut-être en avril-mai 2014) et dêtre en particulier accompagnée par Yves Louagie, photographe qui vient de faire paraître un superbe album : Montaigne, pierres et lettres. Même si dautres conférenciers seront évidemment sollicités,

14

un photographe qui sintéresse tout particulièrement à Montaigne nous permettra de changer de regard et de varier nos perspectives. Elle acquiesce également aux remarques de Laurent Gerbier qui a souligné dans sa conférence toute limportance de nouer des relations, aussi, avec le monde de lenseignement secondaire et des lycées.

Marc Foglia, le responsable de notre site internet expose, afin dépuiser lordre du jour, sa situation actuelle, enfin excellente : Alain Baud y travaille bénévolement, lhébergement nous coûtan 80 à 100 € par an. Le site reçoit 1 500 visiteurs par mois, dont un grand nombre issus de Wikipédia. On peut y trouver les annonces des bulletins, de nos actions, de colloques ou déditions.

Lors des questions diverses, Madeleine Lazard, quant à elle, annonce divers événements qui se dérouleront à Brantôme : un colloque Brantôme, homme de guerre, homme de cour les 5 et 6 octobre 2014 et, dès juillet, des promenades, concerts, de lescrime et de la danse autour de ce même thème.

LAG prend fin à 16h50.