Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07197-6
  • ISSN: 2494-6109
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07198-3.p.0227
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 27/06/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
227

Résumés

Frédéric Calas, « Imaginaire du voyage et chroniques du moi dans la correspondance de Mme de Sévigné »

Cet article ne porte pas sur la dimension référentielle des voyages dans la correspondance de Mme de Sévigné. Il sintéresse aux façons intimes de voyager de la Marquise. Nous en retenons trois, les voyages par provision, par procuration, par hallucination, toutes trois singulières, toutes trois récurrentes, toutes trois mettant en scène une extraordinaire manipulation : manipulation de soi, de son désir, manipulation de labsence, manipulation de lautre et du manque de lautre.

Josiane Guitard-Morel, « La quête de lailleurs pour lédification de soi dans les Mémoires de Valentin Jamerey-Duval »

La présente étude analyse comment les Mémoires de Valentin Jamerey-Duval composés de 1733 à 1747, restituent litinéraire dun vagabondage initiatique en quête de soi. Débuté en 1708, le voyage à pied ressemble dabord à une fugue puis se poursuit en pèlerinage libre, selon une temporalité subjective qui favorise la construction identitaire. La découverte de lailleurs ouvre laccès à lintériorité.

Nathalie Vuillemin, « Un “Je” peut en cacher un autre. Statut et construction de lintimité dans la correspondance de Joseph de Jussieu »

En mai 1735, Joseph de Jussieu quitte la France à destination du Pérou. Ce qui ne devait être quun voyage savant se transforma en véritable établissement au Pérou. Joseph construit à proprement parler une intimité dans la correspondance quil adresse à ses frères, vouée à remplacer largument scientifique quon attend de lui. Il invente un personnage-écran en usant habilement de la confidence et en évoquant des souffrances physiques et morales bien réelles mais proprement mises en scène.

228

Philippe Antoine, « “Le reste est trop intime”. Indicible et silences dans le Voyage en Orient de Lamartine »

Le Voyage en Orient dAlphonse de Lamartine saffronte à la difficile question de la formulation de lindicible dans le texte viatique. Le poète est à maintes reprises tenté de se taire mais on entend dans cette œuvre, malgré le trop plein dune émotion inexprimable, malgré le caractère imparfait de la langue, malgré les approximations de la traduction… une sorte de murmure qui nous indique la direction à suivre pour approcher le « trop intime ».

Thierry Poyet, « Lhybridité dun genre face à lobsession du moi. Les Pays lumineux de Louise Colet »

Au xixe siècle, Louise Colet connaît le succès avec ses œuvres poétiques mais aussi les récits impudiques de ses amours. Ainsi cite-t-on son récit de voyage Les Pays lumineux, consacré à linauguration du Canal de Suez, pour son évocation de Flaubert… Pourtant, Louise Colet a posé la question de lhybridité du récit de voyage : quest-il lorsque le moi y apparaît obsessionnel ? Entre théâtralisation et œuvre vengeresse, le récit de voyage au féminin interroge la porosité dun genre encore à définir.

Sarga Moussa, « Lintimité en partage ou le “moment” Kuchuk-Hanem chez Flaubert »

En examinant les façons dont Gustave Flaubert relate sa rencontre avec Kuchuk-Hanem dans ses notes et dans sa correspondance et en les comparant avec le récit et les notes de Maxime Du Camp, on saperçoit que cette prostituée est une figure labile. Son corps est dabord décrit de manière réaliste, il fait aussi lobjet dune exposition contrôlée, différenciée chez les deux voyageurs. Une volonté dindividuation, puis desthétisation, prépare, pour Flaubert en particulier, une carrière décrivain en gestation.

Dolores Toma, « Jane Dieulafoy, la voyageuse indiscrète »

La relation de Jane Dieulafoy est emblématique pour la double morale dune voyageuse européenne en ce qui concerne la pudeur et la privacy. Alors que les siennes sont explicitement valorisées, celles des indigènes sont violées avec désinvolture. Les meilleurs exemples en ce sens sont donnés par 229les représentations du corps et les pratiques corporelles mises en regard, en opposition.

Alexandru Matei, « Subversions de lintimité chez Roland Barthes. Voyages à la recherche du neutre »

Roland Barthes nest pas un voyageur en tant que tel. Néanmoins, comme tout intellectuel et écrivain, il a séjourné dans de nombreux pays. Le Maroc et le Japon, notamment, ont marqué son œuvre de manière décisive. Le Maroc est le lieu où sexpriment lérotisme et la sexualité. Le Japon est un lieu culturel que Barthes comprend et ressent en opposition avec lOccident : le lieu du neutre et dune utopie affective dont les images constitueront le sujet majeur de ses derniers écrits.

Gaëlle Loisel, « Fuir lintime. Le voyage selon Grillparzer »

En 1836, Franz Grillparzer entreprend un voyage qui, de Vienne, le conduit à Paris puis à Londres. Le Tagebuch auf der Reise nach Frankreich und England (1836) est le fruit des impressions consignées par lécrivain autrichien. Se distraire, tel est le but affirmé de ce voyage. Cependant, la lecture du journal révèle quil sagit avant tout de se distraire de soi : lintime sy dérobe, lauteur cherche avant à fuir les « pensées secrètes » qui le hantent et quil névoque que par allusions.

Tatiana Antolini-Dumas, « Paradoxes de lintime et singularité de lintimité dans Mes Vacances en Espagne dEdgar Quinet »

Les carnets de voyage et la correspondance dEdgar Quinet permettent de cerner les diverses stratégies qui informent lécriture de lintimité dans Mes Vacances en Espagne. La topographie se révèle tributaire denjeux idéologiques mais également de limage que le voyageur souhaite offrir de lui-même. Au processus dintimisation sajoutent des distorsions, des dénaturations qui changent le lieu dintimité en instrument de connaissance de soi, en espace romanesque initiatique, en labyrinthe…

230

Vanezia Pârlea, « Errance(s) et intimité(s) chez Isabelle Eberhardt »

Le parcours oriental dIsabelle Eberhardt témoigne dune oscillation permanente entre un désir dintimité et dattachement – aux pays, espaces, cultures, êtres rencontrés – et une pulsion contraire derrance, darrachement. À travers une analyse des rapports entre intimité et voyage, cet article en vient à esquisser une typologie des formes dintimité chez cette nomade de profession, telles quelles se déploient à travers des textes comme Sud Oranais ou Écrits intimes.

Diana Samarineanu, « Un “errant par le monde” “entortillé dans le paysage”. De deux hypostases majeures de lhumain dans lœuvre de Julien Gracq »

Si le thème du voyage semble pertinent pour approcher lœuvre de Julien Gracq, celui de lintimité nécessite une redéfinition, étant donné la résistance que lécrivain éprouve vis-à-vis du roman psychologique français. Cest sur le terrain dune ontologie phénoménologique que lintimité se laisse interpréter comme présence au monde. Sa spécificité peut être dégagée par lexamen dhypostases fondamentales de lhumain : l« errant par le monde » et lhomme « entortillé dans le paysage ».

Article de collectif: Précédent 17/18 Suivant