Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07088-7
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07090-0.p.0359
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 09/02/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
359

Résumés

Loïc Nicolas, « Introduction. Apprivoiser la précarité : un art (principalement) rhétorique »

Cette introduction invite à mettre au défi nos réflexes sociaux et à regarder le supplément de signification mais surtout defficacité quil peut y avoir à reconnaître la précarité et à lassumer. Lintention est, dune part, de signaler la qualité supérieure que le « sens du précaire » confère aux valeurs, aux arguments, aux notions, aux actions et aux choix, dautre part, de pointer les moyens disponibles pour convertir le « moins » en « plus ».

Salvatore Di Piazza, « Penser la précarité avec Aristote »

Cet article montre quil existe chez Aristote une véritable épistémologie de la précarité fondée sur lincertitude du processus de connaissance et de prise de décision qui se déploie dans le monde des Hommes. Lequel est complexe et flou. À cet égard, la théorie de la connaissance formulée par Aristote refuse deffacer ou de nier la spécificité de lêtre humain. Au contraire, elle sefforce de bâtir un modèle épistémologique taillé à la mesure de celui-ci et en prise sur son caractère concret, « réel ».

Francesca Piazza, « Taking aim and hitting the target. Some remarks on the Aristotelian notion of eustochia »

Cette contribution porte sur la notion aristotélicienne deustochia (qui désigne la connaissance intuitive ; le fait de viser juste) et sintéresse successivement à la construction des syllogismes, à la réalisation de la vertu et au façonnage des métaphores. Trois situations qui sont traversées par lincertitude et le flou. Lanalyse permet, dès lors, dapprécier ce qui caractérise leustochia en propre, à savoir, la faillibilité, dune part, la vitesse, de lautre.

360

Manfred Kraus, « Précarité épistémologique et pouvoir persuasif du logos chez Gorgias daprès Eugène Dupréel »

Eugène Dupréel, qui portait un regard nouveau sur lhistoire de la philosophie grecque, fut lun des premiers intellectuels à défendre la réhabilitation des anciens sophistes. La lecture et les analyses quil donne de leurs idées savèrent très originales. Cet article aborde lattitude de Dupréel face à ce quil nomme les « sources de Platon », puis examine sa lecture des doctrines de Gorgias. Chez celui-ci, comme chez son interprète belge, on mesure la force des liens tissés entre précarité et pratique de la persuasion.

Pierre Chiron, « Isocrate, ou la persuasion sans vérité »

La « philosophie » sans fondement « scientifique » dIsocrate na pas eu de succès posthume. Reposant sur le perfectionnement du logos, elle ne manque pourtant pas dintérêt quant au sens du précaire dans son approche rhétorique. Seront interrogés ici : le contexte historique de création de lœuvre dIsocrate, la singularité de ce dernier en tant que « sophiste », le mode de diffusion de ses idées, son programme éducatif, et finalement le mélange dégotisme et de fragilité qui accompagne son programme politique.

Marco Mazzeo, « Apologie dun killer. Expérience empirique et dialectique péirastique »

Le constat initialement posé est double : 1) la précarité est un élément constitutif de notre nature néotène ; 2) le monde productif contemporain tend à constituer cette précarité en obligation. Afin dinterroger la relation entre ces deux points, ce texte sintéresse aux modalités ambiguës de la dialectique péirastique. Une relecture dAristote permet alors de saisir le lien étroit entre la notion dempeiria et le verbe peirao. Ceci vient, dès lors, éclairer un aspect potentiellement subversif de la précarité humaine.

Mauro Serra, « The tragedy of reason. Living in a pluralistic society »

Dans notre monde où tout est contingent et indéterminé, pluriel et précaire, avons-nous vraiment besoin de rhétorique ? Cest à cette question que veut répondre le présent texte. Lequel sattache surtout à dégager les éléments dune possible épistémologie sophistique. Lapproche est historique autant 361que théorique, et sappuie sur une relecture de lÉloge dHélène de Gorgias. La rhétorique est présentée comme une boîte à outils à laide desquels lindividu progresse en liberté dans le monde social et politique.

Sebastiano Vecchio, « “Calculer sur limprévu”. Abduction et suggestion chez Peirce »

À la lumière de linfluence quEdgar A. Poe a pu avoir sur les idées et lœuvre de Charles S. Peirce, cette contribution étudie les rapports entre labduction et la suggestion. Utilisée par Peirce dans des contextes psychologiques bien déterminés, cette dernière notion a trait au processus dassociation didées, partant, au fait daborder ensemble ce que nous navions jamais imaginé pouvoir réunir. Lexpression avancée par Poe, « calculer sur limprévu », permet de dessiner une approche peircienne de la précarité.

Sémir Badir, « La sémiologie en apophase »

Le sémiologue, tout autant que le rhétoricien, cherche à composer sa pratique du savoir avec le précaire et lincertain. Les cours donnés par Roland Barthes au Collège de France constituent, à cet égard, un exemple à méditer. Le sémiologue simule le monde plus quil ne le représente. Il délivre un savoir « dartiste » à lécoute des nuances flottant autour de lui, et prend le contre-pied du savoir positif, pour mieux le révéler. Cest ici le prix que lhomme concède pour devenir, à son tour, un objet des sciences.

Augustin Voegele, « Discours de lincertain chez Jules Romains. De la rigueur scientifique à limmédiateté musicale »

Jules Romains veut croire que le monde psychique nest pas une chimère. Mais il tient à prouver lexistence de cet autre côté. Raison pour laquelle dune part il adopte une rhétorique scientifique, et dautre part il sattache à dénoncer les tromperies rhétoriques des imposteurs qui mettent en péril lentreprise quil porte. Une ambiguïté se fait jour : celle qui habite toute rhétorique, dans la mesure où un même procédé peut être mis tant au service de limposture quà celui du savoir.

362

Thierry Herman, « Lautorité par là-peu-près. Les hedges dans les écrits universitaires »

Cette étude évoque la problématique de lautorité sui-référentielle dans les écrits argumentés et sintéresse aux modalités énonciatives identifiables dans un corpus dexamens universitaires. Il apparaît que les rédacteurs nont que faiblement recours à des hedges afin datténuer la trop grande force de leurs assertions, et sappuient largement sur des boosters pour les amplifier. Il semble quà linstar de larticle scientifique, lautorité de tels écrits est marquée par la « fragilité » argumentative.

Benoît Sans, « Combattre dans le brouillard. Le général face au flou, de lAntiquité à la pensée stratégique moderne »

À la guerre, le chef darmée doit composer avec une incertitude permanente qui rend son entreprise militaire éminemment fragile. En confrontant les Anciens et les Modernes, cet article explore la façon dont les penseurs de la tradition stratégique occidentale ont géré la précarité du combat. Il apparaît quau fil des siècles une seule figure semble capable dassumer les risques dune telle entreprise et de prendre en charge le flou qui lhabite. Cette figure nest dailleurs pas sans liens avec celle de lantique phronimos.

Jean-Christophe Weber, « Chasser le flou : vers une plus grande fragilité ? Le cas de la pratique médicale »

La technè médicale est lart de faire jouer ensemble raison, émotions et affects, mais aussi savoirs experts et connaissances tacites, puis de les intégrer dans des gestes et des paroles capables de déterminer une trajectoire sans garantie de réussite. Cette technè, où toujours règnent le fragile et le flou, est très précaire. Il nen reste pas moins que son pouvoir est indissociable de sa condition. Car il faut préserver lefficace de la technè malgré sa précarité ; sattaquer à lune risque de faire perdre lautre.

Julie Dainville, « Divination et connaissance dans lŒdipe-Roi »

Cet article explique la manière dont intervient la divination dans la résolution de la crise que traverse la ville de Thèbes dans lŒdipe-Roi de Sophocle. Il montre comment la tension entre deux formes de connaissance 363et de pouvoir – linspiration divine et la légitimité humaine – se voit incarnée par la lutte entre le devin Tirésias et le roi Œdipe. Le but est de mettre en lumière la manière dont la pièce témoigne de la précarité de la condition et de la connaissance humaines dans la philosophie de lépoque.

Michel Briand, « Linterprétation précaire des oracles dans la littérature grecque ancienne. Paradoxes rhétoriques et jeux dénigmes et de fictions »

La précarité caractérise à la fois linterprétation des oracles et la condition humaine quils tâchent de mettre en scène. Cest ce dont témoignent les Olympiques et Pythiques de Pindare, les comédies dAristophane, les romans dHéliodore et Achille Tatius, ou encore lAlexandre de Lucien. La parole poético-rhétorique joue avec les énigmes, autant quavec le sens toujours précaire qui les nourrit. Par le rire ou le récit, elle conjure alors leur forte charge sensorielle, émotionnelle, esthétique et politique.

Célia Gissinger-Bosse, « Limportance du fragile et du flou dans lintime conviction en cour dassises. Prendre le risque de faire un choix »

Centré sur lexpérience du jugement en cour dassises, ce texte questionne lacte de décision des magistrats et des jurés dans le cadre daffaires criminelles, de même que le sens à donner à leur « intime conviction ». Notion qui renferme, dans sa pratique et son histoire, tout le mouvant du droit. Sur la base dentretiens, le but est alors déclairer la place du fragile et du flou dans de tels jugements, mais aussi de montrer que le flou en question permet de réconcilier le doute et la certitude.

Sonia Weber, « Tramalogie ou lArt du Ravaudage »

La fréquentation de jeunes en situation de grande rupture tend à faire voler en éclats les référentiels théorico-pratiques des intervenants. Elle impose à ces derniers de quitter des positions bien établies pour aller à la rencontre des premiers, et dêtre en mesure daffronter des situations éminemment précaires. Le changement éventuel de lun ou lautre de ces jeunes implique de composer avec le fragile et le flou, et dadopter une souplesse toute rhétorique, afin de pouvoir, le moment venu, accueillir le kairos.