Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-08219-4
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08221-7.p.0187
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 24/07/2019
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
187

Résumés

Marcos Gleizer, « Spinoza et la théorie cartésienne de la libre création des vérités éternelles »

Larticle examine comment la thèse cartésienne de la libre création des vérités éternelles a été reçue et travaillée par Spinoza, aussi bien comme interprète de Descartes que comme philosophe. Lexamen du travail critique et reconstructif par lequel Spinoza intègre dans son système ce quil juge être le noyau vrai de cette thèse illustre la complexité du rapport de proximité et distance qui lie ces deux philosophes, complexité sur laquelle Jean-Marie Beyssade a toujours attiré lattention.

Yannis Prelorentzos, « Le rôle et les usages de Spinoza dans la philosophie de Bergson »

Bien que Spinoza ne compte pas parmi ses interlocuteurs principaux, quil récuse son influence et critique sévèrement sa méthode systématique et certaines de ses théories capitales (concernant Dieu, la nature, la durée, le parallélisme psycho-physique etc.), Bergson en fait un éloge appuyé. Y décelant « des poussées dintuition qui font craquer le système », Bergson ressent chez lui « latmosphère où réellement le philosophe respire » et, en ce sens, ne craint pas daffirmer que « tout philosophe a deux philosophies : la sienne et celle de Spinoza ».

Ulysses Pinheiro, « La mort de Spinoza selon Lucas et ses enjeux philosophiques. La gloire en tant que définition génétique du salut »

À partir de certains passages contenus dans la biographie de Spinoza écrite par Jean-Maximilien Lucas, cet article examine en quel sens laffect de la gloire est lopérateur conceptuel qui expose la genèse de lamour intellectuel de Dieu dans la cinquième partie de lÉthique, cest-à-dire, en quel sens il est lélément central de la « définition génétique » de ce type damour.

188

Lia Levy, « Affectio et affectus. Commentaires sur lunité architectonique de lÉthique »

Cet article vise à placer les rapports entre affectio et affectus au centre de lunité architectonique de lÉthique. La définition daffectus permet de connaître la vraie nature de laffection, montrant que ce concept ne peut pas signifier un état mais doit désigner une disposition, ou une variation de la puissance. Ainsi le couple affectio/affectus articule toutes les parties de lÉthique, en régissant non seulement la construction du problème éthique, mais aussi sa solution chez Spinoza.

Chantal Jaquet, « La reconnaissance ou gratitude chez Spinoza »

Paradoxalement, dans le Court Traité, la gratitude ne se rencontre pas chez un homme parfait. Il sagit den comprendre les raisons, danalyser lévolution de la pensée de Spinoza à ce sujet dans lÉthique afin de déterminer sil peut y avoir un bon usage des bienfaits et de la reconnaissance et si lhomme libre doit toujours sefforcer de les éviter autant quil peut en allant jusquà revendiquer une forme dingratitude vis-à-vis de la foule ignorante.

Charles Ramond, « Préférence et justification. Propositions spinozistes pour une séparation du théologique et du politique »

Un immanentisme spinoziste refuse de soumettre la politique à la morale. Si le « péché » ne peut se concevoir « que dans lÉtat », la politique doit être tout autre chose que le respect de « valeurs » supérieures. La démocratie nest « absolue » que lorsque les « préférences » ont le pas sur les « justifications », quelles soient morales ou argumentatives. Nos républiques vertueuses ont encore un effort à faire pour atteindre à la loi démocratique des comptes immanents.