Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-06591-3
  • ISSN: 2494-6109
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06592-0.p.0445
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 03/11/2017
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
445

Résumés

Mathieu Duplay, « “Es inevitable la muerte del Papa”. Souveraineté et abjection dans Under the Volcano »

Dans Under the Volcano, le discours articulé est mis à mal. Les formes de la souveraineté, y compris politique et spirituelle, sont en crise : le sentiment obsédant de létrangeté du langage sape lillusion de maîtrise, déjà compromise par les vicissitudes des personnages. Le désaisissement du sujet de la parole – qui concerne aussi le lecteur – se laisse analyser à la lumière des thèses de Giorgio Agamben sur l« état dexception » et sur la « relation de ban ».

Chris Ackerley, « The Aryan Ambiguity of Malcolm Lowrys In Ballast to the White Sea »

Un tapuscrit retrouvé de In Ballast to the White Sea a été publié en 2014. Cet article y repère un thème majeur, la « connexion norvégienne ». En 1931, Lowry rencontra Nordahl Grieg, auteur de The Ship Sails On, dont les convictions socialistes entrent dans le débat. Lowry, conscient de la perversion du thème nordique par lidéologie nazie, avait prédit linvasion de la Norvège. Avec son sens aigu des crises politiques de son temps, ce roman peut ainsi trouver sa place dans lœuvre.

Christine Vandamme, « Lintertextualité dans Under the Volcano. Jeu de bascule entre mécanique tragique et retournement carnavalesque »

Cet article interroge les effets de lintertextualité dans le Volcan où deux mécaniques sopposent : lune privilégie laléatoire ; lautre, tragique, suggère une vision déterministe. Létoilement intertextuel et les ramifications signifiantes ouvrent sur des interprétations allant contre une lecture paranoïaque du monde. Le jeu de bascule entre monologisme tragique et dialogisme carnavalesque pose la question de lengagement entre humain et inhumain, sens et non-sens, et entre texte et lecteur.

446

Nigel Foxcroft, « From the Zapotecs to the Aztecs. The Day of the Dead and the Cosmic and Shamanic Phantoms of Malcolm Lowry »

Malcolm Lowry assista à la fête du Jour des Morts à Cuernavaca en novembre 1936. Une analyse détaillée met en évidence son intérêt pour le double héritage aztèque et hispanique du Mexique. Son paradis dEridanus recherche une harmonie avec lesprit des morts et les états successifs de lâme. Conscient des dettes du passé et des péchés de lhumanité, Lowry réalise une synergie entre les concepts cosmiques, shamaniques et animistes et la dimension divine des civilisations aztèques et zapotèques.

Annick Drösdal-Levillain, « La dimension du sacré dans “The Forest Path to the Spring” »

Malcolm Lowry évoque le caractère universel et sacré du paysage de Colombie-Britannique à travers trois objets : une raffinerie, un phare et un ponton, le narrateur-protagoniste se percevant lui-même comme « transilluminé ». Eridanus est aussi le reflet à peine déformé de la péninsule du Wirral, en face de Liverpool où Lowry a grandi. Pour le protagoniste, la conscience du sacré peut aussi surgir de leffroi qui saisit lêtre, par exemple lors de la rencontre du couguar sur le sentier de la source.

Mark Deggan, « Islands in the mind. Cinematography and synaesthesia in Malcolm Lowrys October Ferry to Gabriola »

Dans ce roman posthume, limagination littéraire de Malcolm Lowry associe les conventions sensorielles du cinéma aux jeux de la synesthésie. Le traitement atmosphérique de la côte ouest du Canada reflète la structure narrative et les contenus affectifs liés aux personnages, et la fin épiphanique vient nouer ensemble les réflexions intérieures et la conscience objective. Larticle propose une série de comparaisons avec Ultramarine et la nouvelle de Joseph Conrad, « The Secret Sharer ».

Catherine Delesalle-Nancey, « Corps et âme dans le script de Malcolm Lowry pour Tendre est la nuit »

En contrepoint du Volcan, le scénario de Malcolm Lowry pour le roman de F.S. Fitzgerald tente de réconcilier le corps et lâme ; limage et le son, 447propres au cinéma, ancrent le texte dans les sensations du spectateur, ce qui nempêche pas le signifiant de saffirmer à travers lesthétique expressionniste. Une réconciliation seffectue entre les corps pulsatiles de lhomme, du texte, et le corps sacré du monde. Le script de Lowry se fait corps carnavalesque sans limites, où sincarne la force du vivant.

Pascale Tollance, « “A Ghostly Ballet”. Létrange chorégraphie de “Ghostkeeper” »

Cette nouvelle dallure postmoderniste interroge la nécessité décrire. Elle se scinde entre lhistoire que Tom Goodheart écrit et celle quil aurait voulu écrire, texte fantôme qui le met face au cauchemar de la répétition. Le sens se dérobe, le ballet des personnages se fait tournoiement vertigineux. Tom résiste en écrivant des petits contes sages mais lhistoire fantôme insiste. Faute de vaincre la terreur, il ne reste quà se faire chorégraphe, à faire « swinguer le maelstrom » des mots.

Josiane Paccaud-Huguet, « Aliénation et séparation dans Lunar Caustic »

Dans cette longue nouvelle Malcolm Lowry choisit le cadre dun asile psychiatrique new-yorkais pour sa dramaturgie rimbaldienne où la folie côtoie le génie littéraire, et où la main de Bill Plantagenêt saura retourner le malheur en création. Ce purgatoire lowryen devient le théâtre dune question : comment passer du statut dobjet à la merci dinstances persécutrices, à celui de sujet dune parole susceptible de trouver la voie de ladresse à cet Autre sans visage quest finalement le lecteur ?

Pascale Tollance, « Le stereopticon de Fairhaven. Dédoublement et discordance dans “Present Estate of Pompeii” »

Cette nouvelle italienne nous ramène sous un volcan. Un travail de cadrage et décadrage y juxtapose scènes et tableaux dici et dailleurs, créant un paysage étrange et contrasté. Pompéi peut-il simaginer sans les cendres qui lont recouverte ? Nest-ce pas parmi les ruines que Fairhaven peut comprendre quelque chose à la beauté, à lamour et aux plaisirs ? Langlais bigarré du guide italien fait entendre un texte rabelaisien où le jeu sur la lettre a le pouvoir de tenir langoisse en respect.

448

Claude Maisonnat, « De la nouvelle au script. Voix et regard dans “The Bravest Boat” »

Cette nouvelle de 1954 fit lobjet dune adaptation filmique qui dévoile tout le savoir-faire de Malcolm Lowry. La comparaison entre le texte et sa réécriture intersémiotique laisse voir les enjeux de la mutation dun texte en image. Limportance des didascalies conduit à sinterroger sur le traitement de la voix et du regard. La violence sous-jacente est métabolisée par une stratégie de déposition du regard et de pacification de la voix qui fait la singularité de lécriture lowryenne.

David Large, « Textual ontogenesis. Rethinking paraphrase, plagiarism and pastiche »

Les notions dhéritage darwinien ou de transmission textuelle (J. Kristeva) éclairent le travail de la paraphrase, du plagiat ou du pastiche qui se fait chez Malcolm Lowry à partir de sources variées : livres scolaires de géométrie, dhistoire naturelle, écrivains et poètes. Lanalyse de lettres et de poèmes éclaire la façon dont lœuvre lowryenne se tisse en absorbant toutes sortes décrits, brouillons, journaux qui participent au processus dindividuation du jeune écrivain comme de ses textes.

Catherine Delesalle-Nancey, « Ultramarine. Entre différence et répétition, géométrie variable »

Le premier roman de Malcolm Lowry se présente comme un voyage initiatique pour Dana Hilliot qui doit quitter les berges rassurantes du savoir pour accéder à la connaissance sensible du monde. Hilliot apprend à accepter le chaos comme force – ambivalente – de création, dynamique de lentre-deux, mise en œuvre de linstabilité du signifiant. Dans larticulation entre verticalité et horizontalité, entre différence et répétition, le lecteur se confronte aussi à la géométrie difficile de la création.

Annick Drösdal-Levillain, « Clarence Malcolm Lowry, leau et le divin. Résonances cosmiques »

Les phénomènes de résonance et de correspondances sont la marque de fabrique de lécriture chez Malcolm Lowry, qui parvient toutefois à maintenir 449un équilibre précaire au bord du gouffre. La nouvelle de jeunesse « Tramps » introduit déjà des éléments comme lambiguïté et la ruse qui tissent un réseau dallusions secondaires mais non moins signifiantes. Une réalité suprasensible entre alors en interaction avec le plan terrestre dont les pontons, les mâts des bateaux, sont autant dorganes de réception.

Pierre Schaeffer, « Esthétique de la mélancolie et poétique de la saturation. La voix/voie Lowry »

À partir de Freud, Starobinski, Fédida et Julia Kristeva, larticle aborde la mélancolie chez Malcolm Lowry comme le deuil impossible de lobjet textuel. Dans le Volcan léternel retour programmé par le dispositif narratif atteste de limpérieuse nécessité douvrir le texte à une herméneutique de linfini. Lowry enfouit ses sources littéraires pour mieux les exhumer et les exhiber. Cette poétique de la saturation procède autant dun fétichisme du mot que dune ouverture à laltérité énonciative.

Claude Maisonnat, « La voix de lécrit dans “Strange Comfort Afforded by the Profession” »

Cette nouvelle à teneur métafictionnelle met en scène les difficultés dun écrivain en devenir. En proie à la tentation du plagiat, à une intertextualité foisonnante, il fait la pénible expérience du doute et de la dépossession. Pourtant une « voix-de-lécrit » (Christian Prigent) silencieuse mais dynamique surgit du corps textuel, lui donne une énergie propre par un jeu de stratégies typographiques, polyglossiques et métaleptiques rappelant que toute écriture est avant tout une traduction.

Mathieu Duplay, « “A Sheet of Music in which the Notes were Hebrew Letters”. La poétique de linscription dans Under the Volcano »

La comparaison entre différents systèmes décriture dans Under the Volcano fait apparaître une hypothèse : le roman met en question la notion même décriture afin de faire place à lexpérience de la lettre appréhendée dans sa matérialité, émergeant au fil dune temporalité du discontinu, associée à de nouvelles modalités de la perception. Lécriture ménagerait ainsi la possibilité dun éclair messianique ; mais une inquiétude surgit : et si le salut espéré, le sens escompté nadvenaient pas ?

450

Christine Vandamme, « Échos intertextuels dans “Through the Panama” »

Dans cette nouvelle, théorisation et pratique de lécriture se croisent et sillustrent. Une intra-textualité complexe aboutit à la disparition de la personnalité de lauteur chère à T.S. Eliot, utilisée comme combustible dans un fonctionnement machinique au sens deleuzien, favorisant une nouvelle dynamique textuelle. Ainsi, si la création se nourrit de la vie de lauteur, ce nest que pour faire fonctionner un corps sans organe et laisser émerger une poétique du fluide et de laléatoire.

Josiane Paccaud-Huguet, « La poétique du rien dans “Through the Panama” »

Comment lécriture peut-elle donner un corps à un sujet menacé de dissolution, sans histoire possible ? Cest lune des questions de ce récit dans le paysage de la modernité. Le texte se présente comme un chantier à ciel ouvert, un traitement du réel brut, du trop de sens persécuteur que lécriture sefforce de pacifier. Lusage singulier de ces riens que sont les bribes de mots, de discours et de textes empruntés permet de fabriquer un squelette externe pour soutenir un récit invertébré.

Sherrill Grace, « Reading the Writing on the Wall. From Malcolm Lowry to Timothy Findley »

Timothy Findley (1930-2002) appartient à la génération décrivains canadiens influencés par Au-dessous du volcan. Lowry et Findley ont vécu et écrit de manière similaire : alcoolisme, rejet de la violence, des idéologies fascistes du vingtième siècle, engagement pour lenvironnement, fascination pour Le Conte de Jeannot Lapin et pour lœuvre de Conrad. Les ressemblances narratologiques et thématiques entre le Volcan et Famous Last Words font du chef-dœuvre de Findley une réponse à celui de Lowry.