Skip to content

Résumés

View all information ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07168-6
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07170-9.p.0267
  • Publisher: Classiques Garnier
  • Parution date: 08-01-2018
  • Language: French
Free access
Support: Digital
267

Résumés

Frédérique Chevillot, « Écrire dans le frimas de la mémoire et du fantasme »

Cet article examine le lieu de mémoire du sentiment amoureux dans son rapport aux représentations du froid chez Amélie Nothomb. La nostalgie sentimentale accomplit une forme de déplacement et de condensation autour du froid et de la neige. Lexpérience que fait Nothomb du refroidissement au moment décrire traduit et son angoisse décriture et le chagrin lié à la recherche du souvenir perdu.

Mark D. Lee, « DHiroshima à Shibuya. Nothomb, Duras et les topiques de la fiction »

À partir dune lecture intertextuelle de Ni dÈve ni dAdam et dHiroshima mon amour cet article interroge linscription de lhistoire personnelle dans une histoire fictive, relatée autour dun lieu de mémoire publique, Hiroshima. Lintertexte révèle un nœud de savoir et non-savoir chez Amélie Nothomb involontairement réactivée sur ce site public et littéraire et qui sous-tend une rupture amoureuse. Un ultime retour au Japon dans La Nostalgie heureuse dénouera cette méconnaissance au carrefour de Shibuya.

Thanh-Vân Ton That, « Lieux, mémoire et identité. Affinités et rencontres entre Amélie Nothomb et Marcel Proust »

Dun siècle à lautre deux écrivains semblent dialoguer autour du récit denfance, de lautobiographie qui affleure et des rapports entre mémoire et écriture. La lecture de la découverte du chocolat blanc à la lumière de lépisode de la madeleine permettra de revisiter les figures familiales des deux univers et de le comprendre comme le point de départ à la fois parodique et sérieux dune quête et dune vocation.

268

Yves-Antoine Clemmen, « Amélie Nothomb à la recherche du temps retrouvé »

Dans cet essai lauteur introduit la possibilité dun cycle accompli entre la publication dHygiène de lassassin et celle de La Nostalgie heureuse. Tous deux 22e roman du personnage fictif pour le premier et de lauteure elle-même pour le deuxième ; tous deux des promesses ouvertes sur lavenir après avoir récupéré, digéré, mythifié et narratologisé le passé et le présent.

Nausicaa Dewez, « Attentat. Du souvenir de lecture à lécriture du souvenir »

Larticle propose de lire Attentat comme lhistoire dun lecteur devenu auteur. Épiphane passe en effet de la lecture de Quo vadis ? à lécriture de son histoire – celle du meurtre dÉthel, sa bien-aimée, quil encorne à la manière des martyrs du livre de Sienkiewicz. Ces deux scènes, de lecture et décriture, placent la mémoire au centre de leur propos : celle du personnage qui plonge dans ses souvenirs, mais aussi celle de lœuvre de Nothomb, dont plusieurs topoï sont convoqués.

Brenda Dunn-Lardeau, « Échos, pastiches et détournements des lieux de mémoire chez Amélie Nothomb. Dialogue avec Platon, Cicéron et Diderot dans Hygiène de lassassin »

Dans le roman dialogué Hygiène de lassassin, le stylisticien perçoit, comme en filigrane, des formes et des tonalités qui rappellent dautres dialogues philosophiques et littéraires, tels ceux du Banquet de Platon et de Jacques le fataliste de Diderot, ou ce pastiche de Cicéron, avoué haut et fort. Dans ce dialogue avec la littérature, serait-ce pour faire jaillir de nouvelles possibilités de sens que Nothomb transpose ces emprunts, voire les détourne de leurs finalités premières ?

Marie-Claire Barnet, « Du vide ou de lenfance “extensible”. Le pays dAmélie Not Home »

Que représente lauto-analyse conjuguée du lieu et du temps de lenfance et de certains mythes fondateurs dans La Nostalgie heureuse (2013) ? Prenant pour point de départ une variante du pays barthésien et du non-lieu zen, cette étude analyse les incessants retours et détours de la géographie psychique dAmélie Notomb. Les masques de lidentité hybride qui nous perdent sur les 269chemins de la lecture et de lécriture dévoilent la profondeur philosophique rarement reconnue de lauteur.

Caroline Verdier, « Centres et périphéries. Mouvements géographiques et identitaires dans Antéchrista dAmélie Nothomb » 

Lieux et identités sont des éléments clés de Antéchrista, et ce chapitre explore le jeu de centre et de périphérie géographique et identitaire qui rythme le roman tout en le mettant en parallèle avec les notions de centre, périphérie et liminalité généralement appliquées aux littératures francophones dites mineures. Ce schéma, sapparentant à la situation géographique et à la posture identitaire décrivains belges par rapport à la métropole, permet une analyse originale du roman. 

Francesca Cervellati, « Jamais était le pays que jhabitais”. Amélie Nothomb au prisme de la critique postcoloniale »

Cet article propose dinsérer Amélie Nothomb parmi les auteurs de la littérature migrante, lisant en perspective postcoloniale des éléments-clés de son œuvre, comme la sensation de non-appartenance, la nostalgie, lincapacité de se rapporter au temps qui passe.

† Osamu Hayashi, « Être japonais(e) chez Amélie Nothomb »

Pour Amélie Nothomb le Japon nest pas un pays exotique mais une réalité autobiographique. En examinant Stupeur et tremblements, Métaphysique des tubes et La Nostalgie heureuse cet article examine ce qui pourrait être japonais dans le moi et dans sa structuration telle quils sarticulent dans et par lécriture de Nothomb.

Tara Collington, « La chambre noire. Espace privé et relations interpersonnelles dans lœuvre dAmélie Nothomb »

Les relations interpersonnelles entre les personnages nothombiens sinscrivent souvent dans lespace métaphorique de la « chambre noire ». Cette étude examinera la représentation de lespace et son importance pour la formation de lidentité des personnages et le développement des relations interpersonnelles. 270Ce travail aura recours à certaines notions théoriques tirées du domaine de la psychologie environnementale et étudiera en détail deux textes : Barbe bleue et Antéchrista.

Matthias Kern, « “Lembonpoint gagnant du terrain”. Les correspondances corporelles et identitaires dAmélie Nothomb dans Une forme de vie »

Le corps humain prend la place centrale dans lœuvre dAmélie Nothomb et donne lieu à la mise en question de lidentité. Dans Une forme de vie, ouvrage autofictif et roman à lettres, le corps, lobésité et ses déformations corporelles napparaissent pas seulement comme récurrence thématique, mais le corps entre dans une symbiose paradoxale avec lécriture. Cet article explore le lien entre lécriture, limage du corps et limaginaire identitaire à laide du concept de labjection (Kristeva).

Laureline Amanieux, « Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux. Un documentaire métaphorique »

En 2012, dans le premier documentaire qui lui est consacré, la romancière part sur les traces de ses romans autobiographiques au Japon, après des années dabsence et de malentendus. Notre équipe laccompagne du pays traditionnel de sa petite enfance à un Tokyo frénétique, jusque dans la région ravagée de Fukushima : autant de lieux métaphoriques pour dire son identité, sa vocation décrivain et son engagement. Entre émotion et humour, Amélie Nothomb révèle une part de sa mythologie personnelle. 

Vera Klekovkina, « Chemin transmédiatique dAmélie Nothomb. Souvenirs transmis, retransmis et retranscrits »

Au moyen de quelques notions de Jacques Rancière cet article propose danalyser les micro-événements sensibles qui forment lenchaînement narratif nothombien. Les souvenirs autobiographiques ou autofictionnels, imagés et narrativisés sont marqués par des moments dirruption du réel. Ils sont analysés selon leur pensivité et leur rapport à la quête didentité quentreprend Amélie Nothomb à travers lécriture et la médiatisation de sa vie.

271

Paola Cadeddu, « Au-delà de la traduction miroir. Amélie Nothomb auprès de lecteurs italiens »

La diffusion pour le moins impressionnante dune œuvre protéiforme comme celle dAmélie Nothomb, traduite dans maintes langues et étudiée par les critiques des quatre coins du monde, impose de revoir la réception de cette auteure à travers la loupe de la traduction. À partir de la version italienne de celui qui est peut-être son roman le plus célèbre, Hygiène de lassassin, nous essayerons de comprendre comment le filtre de la traduction a agi sur lidentité de cette écrivaine en Italie.

Patricia Reynaud, « Lhomme traditionaliste est-il le propriétaire idéal ? »

En reprenant le récit de Perrault dans son ouvrage de 2012 Barbe bleue, Amélie Nothomb sapproprie un conte célèbre pour mieux en détourner la légitimité. Elle fait dailleurs tomber le propriétaire dans son propre piège et inverse les polarités du conte. Dans un jeu subtil entre bourreau et victime, la narratrice rend les rôles interchangeables. Ce texte sinscrit dans une post-modernité désenchantée où laristocrate espagnol ne trouve plus ses repères et nest plus à même de dominer.

Carine Fréville, « Retours et réécritures nothombiennes de lenfance et du Japon. Du “choc fondateur” à la “nostalgie heureuse” »

Cet article analyse les rapports entre identité, mémoire et lieu au travers de lespace récurrent, fondamental et fondateur quest le Japon et des problématiques de lidentité et des (ré)écritures du moi chez Amélie Nothomb, dans sa tentative de surpasser la « nostalgie triste » à loccidentale afin datteindre la « nostalgie heureuse » japonaise [natsukashii].

Mark D. Lee et Amélie Nothomb, « Dhier à aujourdhui. Entretien avec Amélie Nothomb »

Cet entretien de mai 2014 aborde des sujets difficiles et joyeux dans lécriture et la vie dAmélie Nothomb : les manifestations de sa crise identitaire, les lieux et le poids de la mémoire, limpact du viol sur sa vie adolescente, son activité épistolaire débordante, la place des nouvelles dans son œuvre et ses rapports avec la Belgique.

Article from a collective work: Previous 23/24 Next