Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-10020-1
  • ISSN: 2261-1851
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-10020-1.p.0515
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 16/11/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
515

Résumés

Introduction

Contrairement à la notion relativement circonscrite de virilité, la sphère du masculin demeure, du fait de son apparente évidence, peu définie et souvent irréductible à une représentation binaire qui loppose à sa contrepartie féminine. Il sagit dune notion fluide, en perpétuelle renégociation, qui fait jouer une série de strates au fonctionnement inclusif – puisquil nest pas réservé à lun ou lautre sexe – tout autant quexclusif – puisquil se définit toujours contre un autre aux contours changeants.

Ariane Bayle, « Portrait du médecin du xvie siècle en héros viril »

Cet article propose détudier la manière dont le discours de médecins, anatomistes et chirurgiens du xvie siècle, tels que Vésale, Paré ou Joubert, utilise un modèle héroïque viril, venu dune longue et ancienne tradition, pour décrire la figure du bon médecin et la relation médecin-patient au début de lépoque moderne.

Marion Bonneau, « Le traitement des femmes dans le traité hippocratique des Épidémies. Les maladies générales ont-elles un sexe ? »

La présente contribution sintéresse aux indices dune différence des sexes à lœuvre dans plusieurs traités du Corpus hippocratique, les Épidémies. Elle cherchera les sens quil est possible den donner, en examinant à la fois les constitutions climatiques exposées dans ces ouvrages, qui présentent régulièrement des disparités hommes-femmes, et certaines fiches individuelles de malades femmes, dans lesquelles sont notées de manière concordante lapparition des règles et la fin de la maladie.

516

Catherine Deutsch, « Masculinité, virilité et musique dans lItalie de la Renaissance »

À partir dun corpus iconographique et théorique, cet article examine les mutations du discours sur le caractère viril et efféminé de la pratique musicale qui sopérèrent durant le xvie siècle en Italie. Après avoir analysé la pratique polyphonique comme un entre-soi masculin fortement érotisé, létude trace la façon dont les musiciens parvinrent à contrer les accusations formulées à lencontre de la musique, accusée dêtre un art efféminant, pour lériger en activité éminemment virile.

Éliane Viennot, « Féminiser la langue française ou la démasculiniser ? De lintérêt de lhistoire dans les luttes présentes »

Les personnes favorables à une meilleure représentation des femmes dans la langue prônent sa « féminisation ». Et celles qui sy opposent invoquent le respect de son « génie ». En réalité, le français est structurellement capable de traiter les deux sexes à égalité, mais il a été délibérément masculinisé par des intellectuels opposés à cette perspective. Longtemps ignorées, leurs réformes nont abouti que grâce à des institutions puissantes, en soulevant au passage des contestations permanentes.

Anne Tomiche, « Genre et avant-gardes du début du xxe siècle. Un anachronisme fructueux ? »

Cet article explore la nature et la portée de lanachronisme quil y a à envisager les avant-gardes artistiques et politiques du début du xxe siècle à laide des outils et des catégories du « genre » (gender). Où y-a-t-il anachronisme ? et quel peut être lintérêt denvisager la question de lanachronisme à propos des avant-gardes du début du xxe siècle ?

Natacha Salliot, « Les déplacements du masculin dans la littérature de dévotion (France, 1600-1625). Une nouvelle virilité pour une nouvelle spiritualité ? »

Au début du xviie siècle, une nouvelle rhétorique dévotionnelle, déplaçant les codes du masculin, participe dune lutte plus large contre le protestantisme et ses codes culturels, et redéfinit un chrétien idéal en repensant la 517question des vertus et des passions. Sont ainsi valorisées certaines qualités, comme lhumilité et la douceur, tandis que des vertus plus spécifiquement masculines deviennent lapanage de figures féminines, comme le montrent certains textes de Louis Richeome.

Caroline Fischer, « Lhomme qui critiquait les hommes, aussi par la bouche des femmes »

Dans ses Ragionamenti (Dialogues de courtisanes, 1534-1536), lArétin prétend reprouver la gent féminine ; néanmoins, il se sert dun personnage féminin pour dessiner une image peu flatteuse de ses congénères. Dès la dédicace, il critique âprement les grands seigneurs, pour montrer ensuite des figures masculines qui varient entre dominants, dominés et méchants. Lauteur se sert de différents filtres littéraires pour dévaloriser les hommes dans un texte censé « corriger les femmes ».

Nathalie Grande, « Masculinités rêvées. La végétalisation des héros chez les conteuses (fin du xviie – début du xviiie siècle) »

La métamorphose végétale des héros masculins sobserve chez plusieurs conteuses au tournant des xviie-xviiie siècles, où elle prend différents sens selon les autrices : effet de lincompatibilité des sexes selon Catherine Bernard, elle trahit au contraire chez Mme dAulnoy le désir dune sexualité masculine passive, non invasive, et dautant plus jouissive, quand à linverse Mme de Murat sen sert pour assouvir un fantasme de castration.

Jean-François Lattarico, « Aux frontières du masculin. Landrogynie (anti)-héroïque dans les premiers romans italiens du xviie siècle »

Le roman italien signale peu de temps après sa naissance, dans les années 1630, une véritable crise du héros. Celle-ci remet en cause les valeurs viriles de la force et du courage, au profit de sentiments plus raffinés et dune apologie assumée du désir charnel. Se met en place ainsi une nouvelle cartographie du masculin, fondée sur le trouble identitaire, qui soppose à la tyrannie des apparences et aux codes imposés par les préceptes religieux.

518

François Lecercle, « La masculinité inquiète du théâtrophobe. Théâtre et effémination »

Les polémiques contre le théâtre ont, à travers les siècles, dénoncé le trouble que les représentations jettent sur les identités de genre. Elles les accusent en particulier defféminer acteurs et/ou spectateurs. Constamment reprise de la Grèce antique à lEurope moderne, en passant par les Pères de lEglise, la dénonciation de leffémination est loin dassurer le triomphe de lordre phallocratique puisquelle traduit une incertitude profonde sur les valeurs quelle entend défendre.

Delphine Amstutz, « Le favori travesti dans les romans baroques. Une représentation “perplexe” de la masculinité »

Honni ou admiré, le favori royal incarne au premier xviie siècle un modèle de perfection masculine. Deux longs romans du premier xviie siècle, Alexandre et Isabelle dAntoine Humbert de Queyras (1626) et Iphigène, rigueur sarmatique de Jean-Pierre Camus (1625), interrogent, sous le prétexte du travestissement de leurs héros, les identités sexuelles et les stéréotypes genrés, et proposent une application politique et théologique singulière du mythe antique dIphis et Iante.

Barbara Muller, « “Cesse, mon frère, je te prie : et ne joue pas avec ce langage efféminé sur un sujet aussi sérieux” (Cymbeline, Shakespeare). La virilité des métaphores dans les romances de William Shakespeare »

À linstar de Quintilien, les rhétoriciens anglais de la Renaissance prescrivent lusage viril des figures de style. Dans les romances, Shakespeare fait fi de ces recommandations : il dote les personnages masculins de métaphores « efféminées » et met au jour la porosité des frontières entre les genres par le truchement du discours figuratif. Dès lors, ces pièces invitent le spectateur à interroger la sexualisation du discours et la « peur de leffémination » qui se cristallise à la Renaissance. 

Lise Wajeman, « Lanachronisme, un outil faillible. Questions de genre dans la théorie de lart au xvie siècle »

En observant quelques représentations de la femme dans la théorie de lart à la Renaissance, on constatera que malgré la misogynie commune, les 519traités peuvent préférer la femme comme genre à la femme comme sexe. Car la femme vaut mieux comme construction culturelle que comme réalité naturelle : elle nest pas un bon sujet, mais un bon genre dobjet. Lanachronisme de notre regard contemporain sur ces questions nous force à une réélaboration permanente qui fait la richesse de nos interprétations.

Marie-Pierre Harder, « Être ou ne pas être un homme. Mythopoétiques dune virilité “en crise” (?) dans les reconfigurations discursives de la fable dHercule à la croisée des chemins, de la Renaissance aux Lumières »

Cet article propose une analyse intersectionnelle des reconfigurations discursives de la fable dHercule à la croisée des chemins dans les cultures européennes de la Renaissance aux Lumières afin de cartographier et dhistoriciser les divers modèles de masculinité quelles ont (re)produits. En questionnant, mais aussi en queerisant, cette fabrique mythopoétique dune virilité « en crise » dans ses coordonnées anciennes, cest aussi ses contours contemporains quil sagit de problématiser.

Frank Estelmann, « Avant et après, le masculin dans les fictions de guerre de 14-18 contemporaines »

Larticle sengage à explorer dans quelques fictions de guerre contemporaines – que lauteur a toutefois mises dans une perspective historique – quelques pistes de réflexion sur le rôle du masculin dans le roman de 14-18. Ce dernier les amène à reconnaître des ruptures entre le projet de lhétéronormativité analysé par Judith Butler et la performativité ou la mise en forme littéraire du masculin dans ces textes.

Françoise Le Borgne, « La virilité des Amérindiens au xviiie siècle »

La question de la virilité des Amérindiens traverse le xviiie siècle, reformulée en fonction des approches multiples que suscite laltérité « sauvage » : tour à tour idéalisée, dénoncée, instrumentalisée, la figure de lIndien dAmérique constitue lun des avatars où sincarne la progressive remise en cause du modèle aristocratique « galant » au profit dune virilité roturière, compatible avec les valeurs citoyennes et guerrières et les valeurs familiales promues par la Révolution.

520

Audrey Gilles-Chikhaoui, « Érotisation du corps masculin dans LHeptaméron, entre polyphonie et polyscopie »

Les représentations du corps masculin érotisé semblent peu présentes dans LHeptaméron. La tension érotique autour de ces corps naît cependant des motifs de la parole et du regard dans les nouvelles 9, 14, 43 et 50 et proposent ainsi une réflexion sur la virilité renaissante.

Isabelle Imbert, « Homme dOrient, Homme dOccident. La virilité comme marque daltérité durant la période moderne »

Résultat du mouvement initié de lEurope vers lIran, les relations de voyage se multiplient au début du xviie siècle et fournissent un large nombre de descriptions dhommes iraniens de tous les milieux sociaux. Ces textes permettent danalyser les prismes culturels au travers desquels les Européens sentrevoient et définissent leur propre masculinité. La réciproque est également abordée par létude des peintures persanes contemporaines montrant les Européens et leur mode de vie.

Jean-Damien Mazaré, « Si le ruban de lâge classique fait lhomme, la femme, ou la machine à écrire »

Sous lAncien Régime, le port du ruban na pas de signification proprement féminine ou masculine : le ruban a plutôt une fonction sémiologique, performant ou échouant à performer une différence des sexes fondées sur dautres critères (historiques, économiques, sociaux, politiques…) que le critère du sexe. Nombre de fictions de lâge classique utilisent ainsi le port du ruban comme un révélateur du rapport problématique entre les genres.

Anne Debrosse, « Visages dhommes, persona de femmes »

Larticle sattache à poser un premier jalon pour répondre à la question suivante : les autrices ont-elles été volontiers utilisées comme modèles, au sens plein du terme, par les écrivains ? Si Ovide et Horace ne font pas mystère de leur dette envers Sappho, ils semblent constituer une anomalie dans lhistoire, puisque si les traces dévocation dautrices sont assez faciles à trouver, leur utilisation comme véritables modèles est rarissime. Il sagit den comprendre les raisons.

521

Emmanuel Buron, « Massinisse ou laliénation dans les tragédies dAntoine de Montchrestien et de Nicolas de Montreux »

Cette communication analyse le rôle de Massinisse dans les Sophonisbe de N. de Montreux et dA. de Montchrestien (publiées en 1601). Après la victoire de Rome comme en France après les guerres de religion, le développement dun État centralisé impose un modèle de masculinité fait de maîtrise de soi (Scipion) contre une virilité héroïque faite de force et de passion. Massinisse apparaît comme aliéné et comme barbare quand il épouse contre Rome la cause de Sophonisbe et de lAfrique.

Marie Saint Martin, « Un héros “tout hérissé des épines du grec” : fortunes dHippolyte sur le théâtre classique français »

Du modèle tragique grec aux épigones modernes, le personnage dHippolyte subit une série de transformations qui soulignent la dépendance des dramaturges à légard dun public renouvelé, dont les attentes esthétiques, mais également éthiques, dessinent un déplacement important des représentations liées à la construction des figures héroïques masculines. Ces métamorphoses, soutenues par le redéploiement de lintrigue amoureuse, témoignent dune redéfinition en profondeur des passions tragiques.

Florence Dupont, « Anachronismes essentialistes et anachronismes exploratoires dans les études de genre. Un exemple : Médée dEuripide »

Larticle pose comme principe que lanachronisme est une maladie endémique des études anciennes. Ainsi, la Médée dEuripide a fait lobjet de lectures féministes, selon le postulat dune bipartition des sexes qui serait éternelle. En fait, grâce à lanthropologie historique, on voit que cette dernière ne tient pas pour les corpus antiques. Il apparaît que Médée nest pas une « femme » (gunè), mais avant tout un masque, qui performe une voix féminine puis une voix masculine.

Cyril Gendry, « Achille et Patrocle ou la virilité comme bouclier amoureux »

À la fin de la Renaissance, la référence aux deux héros de lIliade Achille et Patrocle a pu permettre dévoquer lamour entre hommes. Cependant, en quelque sorte protégés par leur virilité guerrière, ils nillustrent que de manière 522positive les relations entre les puissants et leurs mignons. Cest ce paradoxe entre des sentiments homosexuels réprouvés et des couples loués à travers des figures mythologiques que cherche à explorer cette étude.

Dominique Bertrand, « Dassoucy, un “mâle étrange” en mal de reconnaissance. Trouble dans la représentation sexuelle »

Le poète Dassoucy, dont la vie scandaleuse le conduisit à trois reprises en prison, tente de conjurer ce traumatisme par un récit burlesque, dans lequel la posture diogénique lui permet dexplorer une relation de soi à soi marquée par un brouillage textuel tout autant que sexuel.

Raphaëlle Brin, « Casanova, icône virile ? Enjeux et ambiguïtés dun “mythe sexuel” »

Fellini tenait Casanova pour une « image sacrée de la virilité » et le définissait en premier lieu par sa puissance sexuelle. Une lecture plus serrée de lHistoire de ma vie révèle cependant la coexistence, sous la plume du Vénitien, dimaginaires opposés. Lun, hérité du modèle libertin, exalte la puissance phallique et définit les contours dune virilité triomphale, idéalement vécue comme héroïque ; lautre semploie à nier la différence des sexes.

Gary Ferguson, « Jeanne Flore pédéraste »

Les Comptes amoureux de Jeanne Flore ont été souvent lus au prisme du sexe supposé de leur auteur : manifeste féministe si lon imagine pour auteur un groupe de femmes, masculiniste dans le cas contraire. Il est possible également de relever la présence dun désir homoérotique, qui fait lobjet dun gommage seulement partiel et demeure en filigrane de la masculinité renaissante.

Nina Hugot, « “Monstre toy non point femme mais homme”. Performances du masculin dans la tragédie humaniste »

Cet article sintéresse à la représentation du masculin dans la tragédie française de la Renaissance. Si nombre de discours normatifs sur le genre apparaissent dans la bouche des personnages, ils sont mis en tension par le constat de comportements transgressifs sur la scène qui prennent, pour le 523masculin, essentiellement la forme de leffémination. Les personnages masculins entendent alors démontrer sur scène leur virilité, indiquant à quel point le genre se construit par la performance même.

Article de collectif: Précédent 32/33 Suivant