Aller au contenu

Résumés des contributions

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-2955-2
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-2957-6.p.0273
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 17/06/2014
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
273

Résumés des contributions

Étienne Beaulieu, « La pensée inachevée : l’essai selon Joseph Joubert ».

Inaugurant une étrange tradition des écrivains sans écrits, Joseph Joubert (1754-1824) a laissé dans ses cahiers manuscrits quelques essais inachevés qui ne le sont pas par des circonstances extérieures, mais bien par une impossibilité intrinsèque de donner forme à sa pensée et peut-être à la pensée elle-même.

Joseph Joubert (1754-1824) inaugurated a rather strange tradition of writers without writings. External factors cannot explain the unfinished essays left behind in his notebooks ; rather, they are testament to what was, for Joubert, the impossibility of giving form to his thoughts, and perhaps to thought itself.

Sébastien Baudoin, « Chateaubriand essayiste dans l’Essai sur la littérature anglaise : de l’art de la digression constructive ».

Dans l’Essai sur la Littérature anglaise, Chateaubriand cède à son goût pour la compilation et la digression. Ce qui pourrait paraître un défaut de l’œuvre se révèle être son principe de composition insoupçonné : par un procédé de digression constructive, Chateaubriand, écrivain mosaïste, ne s’écarte de son propos que pour mieux le renforcer. Dans cette œuvre rhapsodique, la valorisation des « génies-mères » trouve son point d’orgue dans la silhouette de l’auteur lui-même.

In the Essai sur la littérature anglaise, Chateaubriand gives in to his taste for compilation and digression. What might seem to be a fault of the work emerges instead as its secret organising principle : through a process of constructive digression, Chateaubriand takes leave of his subjects in order to better emphasise them. In this rhapsodic work, the valorisation of “génies-mères” reaches its grand finale in relation to the author himself.

274

Jean-Pierre Bertrand, « Peut-on définir causerie ? Le cas Sainte-Beuve ».

Recueillant des articles parus dans Le Constitutionnel entre 1849 et 1861, les Causeries du lundi ont été rassemblées entre 1850 et 1861 dans quinze volumes, parus chez Garnier. Témoignage sur l’actualité intellectuelle du Second Empire naissant, cette œuvre critique interroge les fondements historiques et sociaux de la littérature. Cet article suit la genèse de ce projet, en montrant en quoi il relève d’un véritable essai qui a eu pour effet de faire de la causerie un genre à part entière.

The Causeries du lundi, published in fifteen volumes between 1850 and 1861 by Garnier, gather together articles by Sainte-Beuve which first appeared in Le Constitutionnel between 1849 and 1861. Testament to the intellectual life of the Second Empire, the collection of criticism interrogates the historical and social foundations of literature. This article follows the genesis of the project, revealing the extent to which it emerges from a genuine desire to make the “causerie” a genre of its own.

Nader Hakim, « L’essai dans la littérature juridique française du xixe siècle ».

Cette étude développe une double hypothèse sur l’essai juridique au xixe siècle. D’abord, celle d’une absence relative mais significative avant 1880, faute de normalisation des écrits juridiques. Ensuite, à l’extrême fin du siècle, la présence d’essais juridiques, liée à une mutation qui fait de ceux-ci des lieux d’expression où les juristes échappent à l’objectivisme de la production juridique, où ils s’expriment plus librement et où sortent de la technicité des œuvres juridiques.

This study develops a two-fold hypothesis concerning the nineteenth-century legal essay. Firstly, that the essay was relatively -but significantly – absent before 1880, due to a lack of standardised legal writings. The second hypothesis is that key changes at the tail-end of the century transformed the essay into a space in which legal practitioners could escape the objectivity or technicality of legal production and express themselves more freely.

Cornelia Klettke, « L’essai d’un portrait de l’intellect en tant que simulacre : Paul Valéry, Introduction à la méthode de Léonard de Vinci (1894) ».

L’essai de Valéry, dit conceptuel, est plutôt poétique et se fonde sur une « logique imaginative » qui travaille sur les métaphores pour refléter les

275

phénomènes de l’esprit d’un « homme universel », qui se distingue au premier chef par son « étendue mentale » et sa « continuité ». En concrétisant des visions abstraites, Valéry crée un portrait de l’intellect, forcément incomplet, de l’« homme tout intelligence », qui se révèle un mythe de la modernité.

Valérys essay is said to be conceptual but might better be described as poetic. It is based on an “imaginative logic” which works with metaphors used to reflect the mind of the “universal man”, who distinguishes himself through his “mental reach” and “continuity”. By rendering an abstract vision concrete, Valéry creates a portrait of the “pure” intellectuals intellect – inevitably incomplete – and shows it be a myth of modernity.

Edyta Kociubinska, « L’essai sur le dandysme est-il un essai dandy ? Du dandysme et de George Brummell de Barbey d’Aurevilly ».

Cet article tente de montrer l’ambiguïté de l’essai aurevillien en soumettant à l’analyse le style étrange de cet ouvrage mi-savant, mi-anecdotique. Barbey traduit la nature bizarre du dandysme en entraînant le lecteur dans un jeu savamment construit : d’un côté, il se fait historien en analysant le dandysme en tant que phénomène historique ; de l’autre, il remplit le rôle d’un moraliste, cherchant à prouver qu’il y a de la profondeur dans cette doctrine.

This article seeks to reveal the ambiguity of the Aurevillien essay through an analysis of the strange style of this half-scholarly, half-anecdotal work. Barbey replicates the bizarre nature of dandyism by enticing the reader into a consciously-constructed game : on the one hand, he poses as a historian, analysing dandyism as a historical phenomenon ; on the other, he acts as a moralist, seeking to prove that there is profundity in the dandys doctrine.

Michela Landi, « La critique ou la vie : Baudelaire essayiste ».

L’essayisme paradoxal de Baudelaire est l’effet dédoublé d’un jeu d’escrime dont il est lui-même la victime et le bourreau : là où l’un attaque, au nom de la vie, l’autre se protège sous le couvert d’une forme. L’adversaire choisi est, ici, Théophile Gautier. Par le jeu mené avec son semblable et son frère, Baudelaire trace son « portrait fatal ».

Baudelaires paradoxical essay-writing practice is like a game of fencing in which the writer is both victim and executioner : when one attacks, in the name of life, the

276

other disguises himself in defence. In this particular case, the chosen adversary is Théophile Gautier. By playing a game with his fellow man and brother, Baudelaire draws his “lethal portrait”.

Irène Langlet, « Le goût du composite : Brillat-Savarin essayiste ».

La Physiologie du goût (1826) de Brillat-Savarin est un parangon d’essai composite. Ce vaste recueil de choses vues, entendues et digérées, conçu sur le modèle des Table talks britanniques, conjugue préceptes et bons mots, anecdotes et recettes, doctes axiomes et digressions ludiques. Ainsi fonde-t-il la gastronomie sur un savoureux décloisonnement des savoirs : sur une articulation nouvelle des sens et de l’esprit – invitant le lecteur à vivre « la grande aventure du désir » (R. Barthes).

Brillat-Savarins La Physiologie du goût (1826) is a paragon of the composite essay. This vast collection of things seen, heard, and digested, modelled on British Table talks, marries precepts with puns, anecdotes with recipes, and learned axioms with playful digressions. He thus founds gastronomy on a flavoursome fusion of knowledge, and a new articulation of mind and body which invites the reader to live the “great adventure of desire” (R. Barthes).

Martine Lavaud, « Théophile Gautier et l’essai : approche journalistique d’un genre ».

Cette étude considère la capacité de la matrice journalistique, formellement hybride et temporellement dynamique, à fabriquer, chez Gautier, de l’essai dont les formes se déclinent en fonction de leurs supports : la revue, la petite presse et la grande presse quotidiennes. L’essai ne pouvait pas mieux s’essayer que dans l’espace relativiste du périodique en tant que lieu d’accélération de l’écriture, hybridation des formes, heurt des individualités.

With a focus on Gautier, this study considers the capacity of the journalistic matrix – formally hybrid and temporally dynamic – to produce an essay whose form varies according to its context : review, daily petit journal or broadsheet. The essay is best tried out in the relativist space of the periodical, a place of fast-paced writing, hybrid forms, and clashing characters.

277

Gaël Prigent, « Le Latin mystique : un essai littéraire ? ».

La difficile définition du genre de l’essai se pose au lecteur du Latin mystique. Gourmont, quant à lui, présente son ouvrage comme un travail « non d’érudition, mais de littérature ». En vérité, c’est un travail d’érudition et de compilation que cette gigantesque anthologie des poètes de l’antiphonaire. Mais c’est plus encore un travail de critique, qu’on peut lire comme un exercice de traduction, voire comme un véritable art poétique symboliste et décadent.

The reader of the Latin mystique faces the difficult question of defining the genre of the essay. Gourmont presents his work as a labour “not of learning but of literature”. In truth, however, this gigantic anthology of antiphonal poets is a work of learning and compilation, but is perhaps better defined as a work of criticism that can be read as an exercise in translation, or even a work of symbolist and decadent poetic art.

Daniel Sangsue, « Vie et opinions : l’essayisme sternien au xixe siècle ».

Dans Vie et opinions de Tristram Shandy, l’autobiographie s’accompagne d’un opinionisme qui relève de l’essayisme. Subjectif et hétérodoxe, satirique et humoristique, l’essayisme de Sterne a inspiré, au xixe siècle, toute une lignée de textes qui s’en réclament en affichant leur filiation dans leur titre. L’article explore cette veine, en étudiant les transformations qu’y subit l’essayisme sternien.

In the Life and Opinions of Tristram Shandy, autobiography is accompanied by an opinionism which derives from the essay. Subjective and heterodox, satirical and comedic, Sternes essay-writing was to inspire a long line of texts in the nineteenth century whose titles claimed affiliation to the original. The article explores this literary vein, studying the way in which it transformed the Sterne-style essay.

Henri Scepi, « L’essayisme nervalien : étude d’une déviation ».

Cet article se propose d’examiner la catégorie de l’essayisme à laquelle la critique du temps a eu recours pour qualifier la pratique d’écrivain de Nerval, et que Nerval lui-même met en avant dans Les Nuits doctobre. Centrée sur la lecture de ce récit de 1852, l’étude s’attache à démêler les résonances qui, venant des postulats récents du réalisme comme des hypothèses saugrenues de la fantaisie, soutiennent l’essayisme nervalien dans sa dimension expérimentale et pluraliste.

278

This article seeks to examine the category of the essay used by criticism of the time to qualify Nervals writing, and which Nerval himself highlights in Les Nuits d’octobre. Based on a reading of the text from 1852, this study unravels the resonances which, deriving from the recent postulates of realism as much as from the ludicrous hypotheses of fantasy, underlie Nervals essay-writing in its most experimental and pluralist dimensions.

Valérie Stiénon, « Défaire le discours d’autorité. Les Physiologies à la limite de l’essai ».

Leur engagement politique contre le régime de Juillet et leur inscription dans un contexte européen de vulgarisation scientifique ne suffisent pas à apparenter les Physiologies parisiennes des années 1840 à de la prose d’idées. Ces études de mœurs proches de la presse satirique détournent leurs propres structures cognitives pour manifester une forme d’expertise décalée et parodique, sollicitant la dimension créative et contre-idéologique permise par l’indétermination générique de l’essai.

Neither their political stand against the July Monarchy nor their inscription in the European context of scientific vulgarisation is sufficient to link Parisian Physiologies of the 1840s to the prose of ideas. These studies of manners, akin to the satirical press, subvert their own cognitive structures and produce a parodic and off-kilter form of knowledge which appeals to the creative and anti-ideological dimension allowed for by the generic indeterminacy of the essay.

Alexandre de Vitry, « Renan : un éthos politique dans l’essai ? »

Renan, sous les dehors d’un apolitisme savant, construit, par sa pratique de l’essai, un éthos dont la structure même est politique : éthos relationnel, d’abord, dans sa conception de l’écriture comme prolongement de l’échange amical ; éthos communautaire, ensuite, dans la façon dont la représentation de soi s’articule à la représentation d’une cité, restreinte ou universelle.

Through his knowingly apolitical essay-writing practice, Renan constructs an ethos whose very structure is political. This ethos is firstly relational, given his conception of writing as a prolongation of the amicable exchange, and secondly, communitarian, as the representation of the self is articulated in terms of the city, small-scale or universal.

279

Fabrice Wilhelm, « Essayisme et rhétorique chez Taine ».

Taine se présente comme un savant impartial qui applique une méthode naturaliste. La genèse de son intérêt pour la critique et l’histoire fait toutefois apparaître l’influence déterminante des recherches effectuées en classe de rhétorique. Elles l’ont conduit à envisager ses objets d’investigation dans une approche synchronique caractéristique de son positivisme, et ont aussi participé au développement d’un type spécifique d’imagination sympathique, né de l’érudition documentaire.

Taine presents himself as an impartial scholar who employs the naturalist method. Yet the genesis of his interest in criticism and history can be traced to his research into rhetoric. This research led him to approach the subjects of his investigation synchronically, a tendency characteristic of his positivism, and also contributed to the development of a specific type of sympathetic imagination born out of his erudition.

Pierre V. Zima, « L’essayisme de Marcel Proust : une écriture paradigmatique ».

Comme Nietzsche, Proust transforme l›ambivalence, phénomène de crise, en un instrument critique en montrant, dans ses essais et dans son roman, à quel point les extrêmes s›interpénètrent. Cette démarche engendre une écriture orientée vers le paradoxe et la question ouverte : hésitante et autoréflexive, cette écriture privilégie les structures paradigmatiques (associatives) aux dépens des structures syntagmatiques. Au niveau structurel, elle s’apparente au rêve régi par l’association.

Like Nietzsche, Proust transforms ambivalence – the stuff of crisis – into a critical tool, using his essays and novel to demonstrate the extent to which extremes come together. This approach engenders a hesitant and self-reflective mode of writing orientated towards paradox and open questions, and which privileges paradigmatic (associative) structures rather than syntagmatic ones. At the level of structure, this mode is akin to the dream, working by process of association.