Aller au contenu

Bibliographie

  • Type de publication: Article de revue
  • Revue: ELFe XX-XXI
    2011, n° 1
    . L’aventure
  • Auteur: Letourneux (Matthieu)
  •  
  •  
  • Pages: 251 à 253
  • ISBN: 978-2-8124-0310-1
  • ISSN: 2262-3450
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4088-5.p.0251
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: ELFe XX-XXI, n° 1
  • Date de parution: 20/10/2011
  • Dernière édition: 2011
  • Langue: Français

  • Article de revue: Précédent 19/19
Accès libre
Support: Numérique
251

Bibliographie

Bakhtine, Mikhail, Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 1984. Dans sa typologie historique du roman, Bakhtine repère les deux grandes formes possibles du genre, forme épisodique paratactique (« roman de voyage ») ou initiatique (« roman d’épreuves »).

Bellet, Roger (dir.), L’Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle, Lyon, Presses de l’université de Lyon, 1985. Ensemble de contributions consacrées au roman d’aventures populaire, par les pionniers des études paralittéraires en France : R. Bellet, J.-C. Vareille, L. Andries, etc.

Boyer, Alain-Michel et Couegnas, Daniel (dir.), Poétiques du roman d’aventures, Nantes, Cécile Defaut, « Horizons comparatistes », 2004. Série d’articles sur le genre entendu dans son sens le plus large, tissant des liens avec la science-fiction, le western, le récit policier, etc.

Brantlinger, Patrick, Rule of Darkness ; British Literature and Imperialism, 1830-1914, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1988. Étude consacrée à la littérature coloniale britannique mettant en évidence les conditions qui ont permis l’avènement du roman d’aventures en Grande-Bretagne et le resituant au sein des productions de la littérature victorienne.

Cawelti, John G., Adventure, Mystery, and Romance ; Formula Stories as Art and Popular Culture, Chicago, University of Chicago Press, 1976. Tentative de définition systématique des formes populaires, à partir de la notion de formula story, situant le roman d’aventures au sein des grands genres, et mettant en évidence certains traits spécifiques de l’écriture et de la lecture sérielles.

Dawson, Graham, Soldier Heroes ; British Adventure, Empire and the Imagining of Masculinities, Routledge, Londres et New York, 1994. Réflexions, mêlant approche littéraire, perspectives psychanalytiques et historiques, portant sur les conditions ayant permis l’émergence d’une culture populaire de l’aventure et de la violence martiale en Grande-Bretagne.

Ferreras, Juan Ignacio, El Triunfo del liberalismo y de la novela histórica (1830-1870), Madrid, Taurus Ediciones, 1976. Dans cet ouvrage, consacré au roman historique espagnol, Ferreras développe la thèse (proposée également dans son étude de la science-fiction) selon laquelle le roman d’aventures serait moins un genre qu’une forme parasite, se nourrissant des autres genres en les vidant de leur contenu pour n’en garder que l’exotisme et l’action.

Green, Martin, Dreams of Adventure, Deeds of Empire, Londres et Henley, Routledge and Kegan Paul, 1979. Green étudie la genèse de l’imaginaire de l’aventure (plutôt que du roman d’aventures) de Defoe au roman d’aventures coloniales en cherchant à en mettre en évidence les fondements historiques, à travers en particulier la tension entre un modèle aristo-militaire et un modèle mercantile.

Guillaud, Lauric, L’Aventure mystérieuse de Poe à Merritt, ou Les Orphelins de Gilgamesh, Liège, éditions du C.E.F.A.L., 1993. Description de quelques-unes des formes de roman d’aventures fantastiques, avec une insistance toute particulière sur le récit de monde perdu, sur lequel Lauric Guillaud avait fait sa thèse.

Guillaume, Isabelle, Le Roman d’aventures depuis L’Île au trésor, Paris, L’Harmattan, 1999. Isabelle Guillaume choisit de délaisser la production populaire pour se concentrer sur les

252

œuvres et les auteurs les plus légitimés, s’intéressant en particulier à la dimension existentielle de l’aventure.

Guillaumie, Marc, Le Roman préhistorique, Limoges, Pulim, « Médiatextes », 2006. Description d’un sous-genre du roman d’aventures, mettant en évidence le dialogue entre civilisation et sauvagerie qui meut le genre, et les fondements scientifiques de son imaginaire.

Hughes, Helen, The Historical Romance, Londres et New York, Routledge, 1993. Présentation de l’évolution du roman d’aventures historiques aux xixe et xxe siècles révélant en particulier un déplacement de l’aventure vers l’intrigue amoureuse, en même temps que le destinataire aurait glissé du lectorat masculin vers le lectorat féminin.

Jankélévitch, Vladimir, L’Aventure, l’ennui, le sérieux, [1963], rééd. dans Philosophie morale, Paris, Flammarion, « Mille et Une Pages », 1998. Jankélévitch définit l’aventure à travers trois de ses modalités : l’aventure amoureuse, l’aventure esthétique et l’aventure mortelle.

Klotz, Volker, Abenteuer-Romane. Sue – Dumas – Ferry – Retcliffe – May – Verne, Munich, Carl Hauser Verlag, 1979. L’idée de Klotz est que la vogue d’un nouveau roman d’aventures (qu’il assimile largement au roman-feuilleton) au xixe siècle illustrerait les troubles du capitalisme, assumant à la fois un rôle d’explication et de consolation.

Lara Lopez, Alfredo, « La novela de aventuras », La novela popular en España, Madrid, Ediciones Robel, 2000. Panorama d’un roman d’aventures espagnol populaire très largement méconnu en France, qui en décrit les auteurs et les supports.

Letourneux, Matthieu, Le Roman d’aventures, 1870-1930, Limoges, PULIM, 2010. Selon M. Letourneux, le dispositif du roman d’aventures (dépaysement, manichéisme, opposition entre superstructure et logique épisodique) tend à privilégier un dispositif de la mauvaise foi qui valorise de façon dialectique l’affirmation d’un ordre nécessaire et la mise en scène de sa transgression.

Mac Orlan, Pierre, Petit Manuel du parfait aventurier [1920], rééd. in La Clique du Café Brebis, édition définitive suivie du Manuel du parfait petit aventurier, Paris, Gallimard, « N.R.F. », 1951. À travers l’opposition entre « aventurier passif » et « aventurier actif », Pierre Mac Orlan décrit le plaisir parasite et quelque peu pervers de l’amateur du genre.

Mackenzie, John (dir.), Imperialism and Popular Culture, Manchester, Manchester University Press, 1985. Dans la perspective des colonial studies, MacKenzie a rassemblé une série de contributions qui ont le mérite de resituer le roman d’aventures coloniales dans l’ensemble des pratiques populaires.

Nerlich, Michael, Ideology of Adventure, deux volumes, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1987. Description de l’évolution de l’idéologie de l’aventure du Moyen Âge jusqu’au xviiie siècle : selon Michael Nerlich, l’avènement d’une telle idéologie dans sa forme moderne aurait permis le développement de la société capitaliste moderne.

Pozzo, Felice, Emilio Salgari e dintorni, Naples, Liguori editore, 2000. Série de monographies consacrées aux principaux auteurs de romans d’aventures populaires italiens mais aussi aux plus obscurs épigones d’Emilio Salgari.

Ridley, Hugh, Images of Imperial Rule, Londres et Canberra, Croom Helm, 1983. Étude des littératures coloniales française, allemande et anglaise, qui resitue les romans d’aventures de ces différents pays dans une production littéraire plus large et un contexte historique européen.

Rivière, Jacques, Nouvelles études, « Le roman d’aventure » [1913 pour La NRF], Paris, Gallimard, 1947 ; Études (1909-1924). L’œuvre critique de Jacques Rivière à La Nouvelle Revue Française, édition renouvelée. Textes réunis et annotés par Alain Rivière. Préface par Alix Tubman-Mary, Paris, Gallimard, coll. « Les Cahiers de La NRF », 1999. Rééd. aux éditions des Syrtes, Paris, 2000, préface d’Alain Clerval. Rivière propose de faire du « roman d’aventure », entendu au sens large de littérature en actes, une alternative au roman symboliste.

253

Sandison, Alan, The Wheel of Empire : A Study of the Imperial Idea in Some Late Nineteenth and Early Twentieth Century Fiction, Londres et New York, Macmillan et Saint Martin’s Press, 1967. Description du contexte culturel ayant permis l’émergence de quelques-unes des figures du genre en Grande-Bretagne – Kipling, Haggard, Conrad, etc.

Schegk, Friedrich (dir.), Lexikon des Reise – und Abenteuer – Literatur, cinq tomes, Meitingen, Corian-Verlag, 1988-89-90-91. Somme bibliographique en cinq gros volumes, plutôt centrée sur le roman d’aventures allemand (ses auteurs, ses genres, ses supports, ses éditeurs), mais s’ouvrant également aux aires françaises et anglo-saxonnes.

Seillan, Jean-Marie, Aux Sources du roman colonial, Paris, Karthala, 2006. À partir d’un large corpus d’œuvres prenant pour toile de fond l’Afrique noire, Jean-Marie Seillan resitue le roman d’aventures dans l’ensemble de la littérature exotique de l’époque.

Simmel, Georg, Philosophie de la modernité, Paris, Payot, « Critique de la politique », 1988. Simmel consacre un long chapitre de sa Philosophie de la modernité à l’aventure, y voyant une structure de signification donnant forme et cohérence aux événements de l’existence.

Steinbrink, Bernd, Abenteuerliteratur des 19. Jahrhunderts in Deutschland, Tübingen, Max Niemeyer, 1983. Présentation des principaux écrivains allemands du genre, précédée d’une étude d’ensemble sur le roman d’aventures.

Stéphane, Roger, Portrait de l’aventurier, Paris, Sagittaire, 1950. Fameuse mythographie de l’aventurier engagé, articulée autour des figures de Malraux, Lawrence et von Salomon. La préface de Jean-Paul Sartre a contribué à faire le succès de l’ouvrage.

Stevenson, Robert Louis, Essais sur l’art de la fiction [1905], Paris, Payot, « Petite Bibliothèque Payot », Documents, 1992. Les réflexions littéraires et artistiques de Stevenson sont toutes articulées autour d’une vision antiréaliste de la littérature, et font de l’aventure, ce double du jeu et de la rêverie enfantine, le nœud définitionnel des idées de l’auteur sur le romance.

Tadié, Jean-Yves, Le Roman d’aventures [1982], Paris, P.U.F., coll. « Quadrige », 1996. Série de monographies, précédées d’une préface synthétique, consacrées aux œuvres d’Alexandre Dumas, de Jules Verne, de Robert Louis Stevenson et de Joseph Conrad.

Taves, Brian, The Romance of Adventure, Jackson, University of Mississippi Press, 1993. En mettant l’accent, dans son étude sur le cinéma d’aventures, sur le cadre historique (par opposition au cinéma d’action), Taves illustre le fait que les définitions des genres populaires peuvent varier d’un média à l’autre.

Thibaudet, Albert, « Le Roman de l’aventure », [1919 pour La NRF] dans Réflexions sur le roman, Paris, Gallimard, 1938. Cet article est repris dans Albert Thibaudet, Réflexions sur la littérature, édition établie et annotée par Antoine Compagnon et Christophe Pradeau, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007, p. 319-333. Le critique Thibaudet tente d’expliquer l’importance du roman d’aventures britannique quand le roman français (incarné selon lui par l’œuvre de Pierre Benoit), trop ancré dans une tradition psychologique, ne parvient pas à trouver une formule satisfaisante.

Venayre, Sylvain, La Gloire de l’aventure, Paris, Aubier, 2002. Étude d’Histoire culturelle mettant en évidence la montée en puissance de l’imaginaire de l’aventure dans la première moitié du xxe siècle.

Zweig, Paul, The Adventurer, Princeton, Princeton University Press, 1974. Description du destin du mythe de l’aventurier au fil des siècles et de sa permanence dans la société occidentale, évoquant tour à tour le héros mythique, le chevalier errant, Robinson, Casanova, et les héros coloniaux.