Aller au contenu

Principes d'édition et règles de transcription

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0395-8
  • ISSN: 2108-9884
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3962-9.p.0013
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 27/03/2012
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
13
PRINCIPES D'ÉDITION

ET RÈGLES DE TRANSCRIPTION



Les textes ont été, toutes les fois que c'était possible, collationnés sur
les autographes. Nous nous sommes efforcés de respecter les textes manus-
crits, en conservant cependant un permanent souci de lisibilité.

En ce qui concerne les datations, on peut noter que Vigny — à quelqués
étourdéries près —datait ses lettres dans la majorité des cas. Il existe
néanmoins quelques billets ou lettres non datés, quelques lettres de
Vigny adressées à des destinataires non identifiés, et aussi quelques
lettres ou surtout billets non datés émanant de ses correspondants. On a
essayé, grâce aux allusions, aux adresses ou aux cachets postaux, de les
situer avec le maximum de précision. En l'absence d'indices significatifs,
on a placé les lettres ou billets soit à la fin de l'année concernée, si on a
pu la déterminer, soit à la fin du volume, dans le cas où l'on n'a pu pré-
ciser l'année à l'intérieur d'une période délimitée par l'adresse —par
exemple pour certaines invitations mondaines. Chaque lettre présente
une date en tête du texte ; celle-ci est placée entre crochets droits, s'il
s'agit d'une déduction ou d'une hypothèse des éditeurs, ou si ce n'est pas
en cet endroit qu'elle figure sur l'autographe (dans ce dernier cas, la date
est répétée à l'endroit réel). Lorsqu'il ne s'agit pas de Paris, le lieu de
rédaction a également été restitué entre crochets droits.

Quand on dispose de brouillons, on a procédé à l'établissement de
variantes, appelées dans le texte par des lettres minuscules. Ces mêmes
appels sont utilisés pour indiquer des particularités orthographiques
intéressantes ou les ratures de l'épistolier dans sa missive. Les notes
explicatives sont, quant à elles, appelées par des exposants chiffrés.

Dans le but de faciliter la lecture, l'orthographe a été modernisée,
notamment pour les pluriels en ens ou ans et pour les imparfaits en oi,
et corrigée lorsqu'elle était fautive. Si Vigny était en général très attentif
à son orthographe, il n'en va pas de même avec certains de ses corres-
pondants — et correspondantes... Les noms de personnes et les noms de
lieux ont également été orthographiés selon l'usage actuel, certaines
graphies pittoresques étant signalées en variantes.

Les abréviations ont été complétées par des lettres placées entre
crochets droits. Seules les plus usuelles ont été conservées (St, fg, titres

14 de noblesse). Devant la diversité des graphies rencontrées, il a été décidé
d'uniformiser les abréviations de Madame, Mademoiselle et Monsieur,
en Mme, Mlle et M. En revanche, nous avons scrupuleusement respecté
la graphie des signatures.

L'accentuation, très souvent défectueuse, a été restituée.

La ponctuation a posé de nombreux problèmes. En règle générale,
nous nous sommes attachés à intervenir le moins possible. En particulier,
nous nous sommes gardés d'ajouter des virgules souvent inutiles et nous
avons respecté l'utilisation du tiret, parfois très fréquent sous la plume
de Vigny.

Les majuscules ont toutefois été systématiquement restituées aux
noms propres et en début de phrase.

Les alinéas ont été respectés, sauf en ce qui concerne les dates que
Vigny dispose souvent sur deux ou trois lignes et que nous avons trans-
crites en continuité.

Enfin signalons que, pour faciliter la lecture de la Correspondance,
nous avons regroupé en fin de volume, dans la Table signalétique des
lettres, les informations concernant l'aspect rnatériel des autographes,
les lieux de conservation et, éventuellement, les publications antérieures.

Les lettres de ce volume, préparé sous la direction de Madeleine
Ambrière, ont été éditées et annotées par

André Jarry  :1831 ;

Roger Pierrot et Loïc Chotard  :1832 ;

Thierry Bodin  :1833 ;

Arlette Michel et Nathalie Basset  :1834 ;

Madeleine et Francis Ambrière  : janvier-septembre 1835.

Article de collectif: Précédent 2/20 Suivant