Aller au contenu

Règles d'édition

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-08057-2
  • ISSN: 2491-2530
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08057-2.p.0009
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 19/10/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
9

RÈGLES DÉDITION

Orthographe et syntaxe

Lorthographe a été, dans lensemble, modernisée, même si nous avons laissé subsister, ici ou là, quelques archaïsmes. Ainsi, Grégoire emploie facilement « plutôt » à la place de « plus tôt », expression que nous avons, chaque fois, rectifiée.

Les noms de personnes et de lieux ont été normalisés, autant quil a été possible, car, sagissant des noms de famille, ils concernent des individualités quasi inconnues. Non seulement Grégoire (qui nest pas natif de la région) mais aussi ses correspondants paraissent particulièrement insoucieux dune exactitude littérale dans ce domaine.

Ponctuation

La ponctuation a été largement introduite, car elle est souvent inexistante dans les lettres et parfois fantaisiste.

Localisation

Le lieu de rédaction du document est précisé quand celui-ci en porte la mention explicite. En ce qui concerne Grégoire, il nest presque jamais énoncé, même si ses courriers sont expédiés, soit de son domicile parisien, soit de son bureau de lAssemblée.

10

Terminologie

Les termes suivants interviennent fréquemment dans ce volume et réclament une brève élucidation :

Abdicataires : ce terme renvoie à la catégorie de prêtres, assez nombreux, qui surtout au cours de lAn II ont renoncé à exercer leurs fonctions, en cédant aux pressions populaires ou administratives. Leur démarche peut être assimilée à une démission.

Traditeurs : ce mot renvoie à la même catégorie de prêtres mais qui ont franchi un pas supplémentaire par rapport aux précédents, en remettant à lautorité civile les lettres authentiques et officielles, émanant de la hiérarchie ecclésiastique et attestant de leur ordination sacerdotale. La signification de cette démarche, exigée de ladministration révolutionnaire, reste difficile à apprécier théologiquement mais doit être considérée comme un acte plus grave que la simple adbication.

Incardination : le terme désigne lopération administrative effectuée par la hiérarchie ecclésiastique (lévêque et son conseil) consistant à intégrer officiellement dans les rangs du clergé diocésain, un prêtre venu dailleurs et qui en fait la demande.

Chapitre d’ouvrage: Précédent 2/9 Suivant