Aller au contenu

Comptes rendus / Bibliographie / Chronique

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1185-4
  • ISSN: 2262-2004
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4006-9.p.0061
  • Éditeur: Rougerie
  • Date de parution: 07/12/2012
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
61
COMPTES RENDUS

TR[STAN IjHERMITE, Le Page disgracié. Edition présentée, établie et
annotée par Jacques Prévot, dans Libertins du XVlle siècle, t. I, Gallimard,
Bibliothèque de la Pléiade, 1998, 17,5x11, t.xxxvlll — 1725 pages.

C'est à Jacques Prévot que nous devions déjà l'édition du Page, pré-
sentée dans la populaire collection Folio-Classique (1994 ). Cette nou-
velle édition, fondée comme la précédente sur le texte de l'édition origi-
nale de 1643, en est la reprise, amplifiée quant au commentaire, et
surtout insérée dans un ensemble de textes plus ou moins bien connus (à
côté de Tristan, Théophile de Viau, Cyrano, nous rencontrons aussi dans
ce volume Dassoucy, Gabriel Naudé et Pierre Gassendi). Cette mise en
perspective exceptionnelle du roman, que certains ne manqueront sans
doute pas de discuter, donne à notre avis, beaucoup de poids au propos
déjà tenu en 1994, repris e[ développé ici, et qui met magistralement en
lumière l'originalité et la valeur éminemment critique en son temps de
l'entreprise de Tristan. Tristan appartient, de tout son être, et de tout
son génie de créateur, à ce courant de pensée qu'est, dans la France du
XVIIe siècle hérissée de dogmatismes et de conventions en tout genre, le
libertinisme, un libertinisme infiniment plus complexe et varié dans ses
manifestations que ce que les siècles suivants se plairont à associer à un
tel mot : irréligion, et liberté des moeurs. Le Page disgracié, c'est avant
tout, roman de l'incertitude et de l'échec, une prise de parti contre la
morale héroïque et ses stéréotypes et contre les certitudes et les délices
empoisonnés qu'elle engendre. Et le non-conformisme de l'écrivain, qui
rappelle celui de Théophile dans sa contestation des modèles roma-
nesques et des modes d'écriture strictement balisés, rejoint celui du gen-
tilhomme assez lucide pour dénoncer la vanité et le danger des idées
communément reçues dans une société plus en recherche, sinon en désar-
roi, qu'elle ne veut ordinairement se l'avouer. Dans le concert du Grand
Siècle, Tris[an, notamment avec son Page, fait entendre, écrit Jacques
Prévot, « une voix différente [...] preuve de sa modernité ».

Jean-Pierre Chauveau



BIBLIOGRAPHIE

1997

(365) BENOIT Claude, « Séduction et illusion dans Le Page disgracié
de Tristan L'Hermite » , El acte de la seducciôn en los siglos XVII y XVIII.
Ed. Dolores Jimenez y Elena Real Ramos. Valencia. Univ. de Valencia,
Dep. de Filologia Francesa i Italiana, 1997, p. 15-26.

(366) DELIGNON Brnno, « Curiosité et origine du récit dans Le Page
disgracié de Tristan L'Hermite », L'Incipit [Actes du colloque des 29 et
30 mars 1996, Faculté des lettres et des langues de l'université de
Poitiers], prés. par Liliane Louvel. Poitiers, Univ. de Poitiers, 1997,
p. 183-190.


61

62 (367) LAFFONT-BOMPtANI, Dictionnaire encyclopédique de la littéra-
ture française. P., Laffont, Bouquins, 1997, p. 621, 1057.

1998

(368) BERREGARD Sandrine, « Tristan poète de l'amour est-il un
précurseur des romantiques ? », C. T.L.H., XX, p. 52-62.

(369) BERTAUD Madeleine, Le XVII~ siècle. Littérature française.
Nlle éd. augm., Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1998, p. 34-36, 79.

(370) Cahiers Tristan L'Hermite, XX, 1998, « Tristan poète de
l'amour ». Mortemart, Rougerie, 1998, 72 p. Cf. S. Berregard, L. Grove,
N. Mollet, C. Rizza, Tristan I :Hermite. Comptes rendus, Bibliographie,
Chronique.

(371) GROVE Laurence, « Glasgow University Library SMAdd.392 :
treize poèmes inédits de Tristan ? » C.T.L.H. XX, p. 29-39.

(372) MALLET Nicole, « Les plaintes de la mal aimée : passion et
scénographie dans la tragédie d'Osman », C.T.L.H. XX, p. 17-27.

(373) RIZZA Cecilia, « La mythologie dans Les Amours », C.T.L.H.

XX, p. 5-16.

(374) TRISTAN L :HERMITE, « Poèmes retrouvés », C. T.L.H. XX,
p. 40-51.

1999

(375) ASSAF Francis, « Le corps baroque dans les histoires
comiques », Littératures classiques : « Le baroque en questions) », dir. par
Didier Souiller, 36, 1999, p. 90-92.

(376) VUILLERMOZ Marc, dir. Dictionnaire analytique des oeuvres
théâtralès françaises du XVII`' siècle, P., Champion, 1999, pals. [ouvres
étudiées : La Mariane, La Mort de Sénèque, La Folie du sage; Le Parasite ].





CHRONIQUE


ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 12 JUIN 1998. —Elle se tient à la
Maison du Limousin, 30 rue Caumartin, Paris IXe, sous la présidence de
M. Jacques Morel. Sont présents : Mmes Francine Arnold, Sandrine
Berregard, Françoise Graziani; MM. Amédée Carriat, Jean-Pierre
Chauveau, Boris Bonné, Roger Guichemerre, Yves Le Flao, Jacky
Marcelot, Jean Mesnard, Jacques Morel, Jacques Prévot. Se sont excu-
sés : Mmes Y. Bellenger, N. Mollet, A. Mansau; MM. P. Dandrey,
A. Blanc, M. Dutreuil, R. François, A. Génetiot, E. Guitton. Pouvoirs
reçus : 51.

Rapport moral. Après lecture et approbation du procès-verbal de
l'assemblée générale du 13 juin 1997, le président J. Morel constate avec
satisfaction qu'avec près de 140 adhérents notre association, entrée dans
sa vingtième année, maintient la stabilité de ses effectifs. Il annonce la
très proche parution du numéro XX des Cahiers, qui renferme une


62

63 contribution exceptionnelle : celle du professeur Laurence Grove, de
l'université de Glasgow, lequel révèle la découverte, dans un recueil
d'emblèmes de 1609, de pages intercalaires manuscrites avec des poèmes
inconnus de Tristan. Aux remerciements qu'il adresse au professeur
Laurence Grove, J. Morel en joint d'autres qui vont aux éditions
Rougerie, pour le soin apporté à la présentation de ces poèmes, et au
Centre national du livre, pour l'aide substantielle qu'il apporte à notre
publication. À noter que ce numéro XX comporte des tables décennales

1989-1998.

Rapport financier. Le trésorier Jean Michaud fait état de la situation
suivante de notre trésorerie : Recettes 21 174 F (dont cotisations 10693 F,
ventes de Cahiers 491F, subvention du CNL 10000 F); —Dépenses 1988 F,
la facture Rougerie afférente à l'impression du n° XX des Cahiers restant
à venir (dont secrétariat et frais de poste 1113 F, location de la salle pour
l'A.G. de juin 750 F).

Les deux rapports sont approuvés à l'unanimité.

Conseil d'administration. Sont renouvelables les mandats de
Françoise Graziani, Patrick Dandrey, Henri Gerbaud, Massimo
L'Hermite, Alain Niderst, Louis Pérouas, René Rougerie, Jean Serroy,
Amédée Carriat, Jean-Pierre Chauveau. Ils sont reconduits à l'unanimité.
Mme Madeleine Bertaud ne se représentant pas, est remplacée par Mlle
Sandrine Berregard.

Projets. lef Cahiers Tristan L'Hermite n° XXI (1999). Titre retenu :
(en concordance avec le thème du tome 1 des tBuvres complètes à
paraître en 1999) : « Tristan : Proses ». Nous avons déjà, en attente depuis
un an, un article de Mme Catherine Thiollet sur Le Page disgracié. Se pro-
posent pour apporter leur contribution, ou seront sollicités : Bernard
Bray, André Gendre, Anne Tournon... — 2e Édition des ouvres complètes
chez Champion : doivent être remis à l'éditeur à la fin de l'été, les textes
du tome I (Proses, dir. Jean Serroy) et du tome V (Théâtre II, dir. Roger
Guichemerre).

Renouvellement du bureau. À la fin de la séance, le conseil d'admi-
nistration procède au renouvellement du bureau. Les treize sociétaires
présents reconduisent à l'unanimité sa composition actuelle : Jacques
Morel président, Jean-Pierre Chauveau et Françoise Graziani vice-prési-
dents, Amédée Carriat secrétaire, Jean Michaud trésorier.

JEAN MICHAUD (1921-1999). —Après quinze années de fidèle
dévouement, Jean Michaud, notre trésorier depuis 1983, s'est éteint à son
domicile de Louveciennes, ce dernier 25 mars, succombant à une inexo-
rable maladie qui l'avait frappé de cécité dans ses derniers mois. Né à
Saint-Laurent (Creuse) le 15 décembre 1921, ancien élève de l'école nor-
male de Guéret, dès 1943 il s'était engagé dans la lutte contre l'occupant,
combattant volontaire de la Résistance (on trouvera son témoignage
dans un ouvrage collectif à paraître). À la fin des hostilités, il poursuit
des études en Sorbonne, est licencié d'histoire en 1947, reçu à l'agréga-
tion en 1952. Pendant plus de vingt ans, il va enseigner l'histoire au lycée
Pasteur, à Neuilly. Parallèlement à son enseignement, il a, depuis 1960,
collaboré avec Isaac, Alba et Pouthas, à la refonte chez Hachette de la
fameuse collection Malet et Isaac, puis à la collection Jules Isaac, les
enrichissant de plusieurs livrets complémentaires àl'usage des profes-

64 seurs. Chez Jean Michaud, l'historien ne saurait être séparé du citoyen :
dévoué à la chose publique, affable autant qu'homme de rigueur, il est
élu conseiller municipal par ses concitoyens de Louveciennes. Toutes ces
tâches ne l'ont pas empêché d'assumer une gestion scrupuleuse des
comptes de notre association. Comment ne pas lui en conserver une vive
gratitude ? Tandis qu'il repose en terre creusoise (à quelque cinq lieues
de Soulier, le berceau de Tristan), nous prions sa femme Magdeleine, ses
enfants et petits-enfants, de trouver ici l'expression de notre sympathie
attristée. — A.C.

QUAND LITTRÉ EXPLORAIT TRISTAN. —Trois cent treize
citations de Tristan dans le Littré : voilà qui peut surprendre, quand un
Gautier ou un Sainte-Beuve sont restés muets à son sujet. On reviendra
plus longuement une autre fois sur la comptabilisation de ces données
(procurée par M. Régis Saint-James) qui place Tristan très loin, certes,
derrière Corneille (3950 ), Molière (3626) et Racine (3290 ), loin encore
après Rotrou (871), mais de peu après Mairet (375). Constatons seule-
ment que Littré a limité sa prospection à trois tragédies, La Mort de
Chrispe (130 ), La Mariane (100) et Panthée (83 ); le poète et l'auteur du
Page sont restés ignorés du lexicographe. Au xtxe siècle, Tristan ne survit
qu'en tant qu'auteur de théâtre.

Cette preuve encore : dans l'énorme pavé de deux fois sept cents
pages grand in-quarto, sur doubles colonnes, qu'a publié en 1836 l'acadé-
micien Pierre-François Tissot, professeur au Collège de France, sous le
titre didactique à souhait Leçons et modèles de littérature française
ancienne et moderne depuis bille-Hardouin jusqu'à M. de Chateaubriand
(J. L'Henry, éd.), Tristan est, là aussi, enrôlé sous la seule bannière de la
« poésie dramatique ». Avec des fragments de Panthée et de La Mariane, il
précède Du Ryer, Rotrou, Mairet, les deux Corneille et Racine... — A.C.

ADHÉSIONS NOUVEL i.FS. — M. Jean-Jacques Chevrie, Estérel 5,
49, rue de Châtenay, 92160, Antony. — M. Pierre Giuliani, 29, rue des
Remparts-d'Ainay, 69002 Lyon. —Mme Isabelle Grellet, 24, rue Visconti,
75006 Paris. —Mlle Bérengère Parmentier, 13, rue des Cordeliers, 64000
Pau. — M. Guillaume Peureux, 182, rue du Faubourg-Saint-Denis, 75010
Paris.

CHANGEMENTS D'ADRESSE. —Boris Donné, 24, rue Auge-
reau, 75007 Paris. — Ulla Kdlving, 2, allée du Château, 01210 Ferney-
Voltaire. —Pierre Lacroix, 49, rue du Docteur-Pouillot, 77000 Melun. —
Louis Oliva, 16, chemin de l'Ancien-Relais, 34600 Hérépian. —Guy Paul
Vincent, 48, rue Botzaris, 75019 Paris.









64