Aller au contenu

Chronique 1983

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1170-0
  • ISSN: 2262-2004
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3991-9.p.0059
  • Éditeur: Rougerie
  • Date de parution: 07/12/2012
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
59
CHRONIQUE 1983

ASSEMBLÉE GENERALE DU 17 JUIN 1983. —Elle s'est tenue
sous la présidence de M. Jacques Morel, président, au Centre d'étude des
XVII° et XVIII° siècles ;une grève des transports a réduit à 11 le nombre
des présents, 57 pouvoirs ont été reçus. Le président se félicite de la
vitalité de l'association (dix adhésions nouvelles compensent les
défections) et remercie l'éditeur Rougerie d'avoir bien voulu donner une
ampleur exceptionnelle à ce numéro V des Cahiers consacré à la poésie,
puis le Centre national des lettres d'avoir porté son aide à 3 500 F pour
l'année écoulée. Il se réjouit de l'audience croissante de Tristan  : Le Page
disgracié a été inscrit au programme de Fontenay La Mort de
Sénèque va être jouée à la Comédie-Française au printemps 1984. En
l'absence de la trésorière, souffrante, A. Carriat présente le rapport
financier, qui se présente ainsi recettes 15 811 F (dont cotisations
S 620 F, CNL 3 500 F) ;dépenses 10 198 F (dont impression des Cahiers
9 000 F) en caisse au 17.6.1983, 5 613 F. I1 est décidé que le Cahier
n° 6 sera consacré aux rapports de Tristan avec les peintres et les musi-
ciens de son temps et, sur une suggestion présentée au conseil d'adminis-
tration du 18 mars, que l'association organisera une Journée Tristan
L'Hermite à Janaillat (Creuse) en ao0t 1984.

GIRAUDOUX LECTEUR DE TRISTAN  ? —Dans un article sur
" Giraudoux bibliophile " (Rev. d'hist, litt. de la Fr., sept.-déc. 1983,
p. 766), Maurice Barthélemy nous apprend que Giraudoux a acquis en
voyage, avant 1914, 1"` édition Boutonné (1667) du Page disgracié de
Tristan L'Hermite, une indication sur la page de garde  : 2 Bde (pour
deux volumes) nous indiquant un achat fait en Allemagne ". Etait-ce
curiosité du XVII° siècle ou de l'aeuvre d'un compatriote marchois  ?

NÉCROLOGIE. — La fin de l'année 1983 a été endeuillée par la
disparition de deux des nôtres, l'un et l'autre très attachés à l'association.

Jeanne S$VRY-CARRIAT (Paris, 12 février 1928 - Tercillat, 11 septem-
bre 1983) était la trésorière de la Société depuis sa fondation. Sa
disparition brutale a laissé sans voix tous ses amis, qui appréciaient tant
son dévouement, son efficacité, son dynamisme et son rayonnement
amical et chaleureux. Fille de l'écrivain et journaliste André Sévry,
épouse du secrétaire de la Société  ?Amédée Carriat, elle s'était signalée à
l'attention des chercheurs et historiens de la littératuré par ses nombreux
travaux, accomplis notamment dans le cadre du Centre d'Etudes des
XVII° et XVIII° siècles. Etroitement associée aux recherches de ce Centre
sur la presse et les correspondances littéraires du XVIII° siècle, elle
collaborait au titre d'ingénieur technique au C.N.R.S., où elle pouvait
espérer accéder dans un avenir proche au rang de chercheur, à la monu-
mentale édition de Diderot en cours de réalisation auprès de Jean Varloot.
Elle avait récemment soutenu une thése remarquée sur la Correspondance
littéraire de J.H. Meister, •dont Robert Mauzi avait été le directeur.
Jeanne Sévey avait la passion du dialogue. Elle apportait à ses conversa-
tions avec les spécialistes des oeuvres qu'elle aimait une qualité d'écoute

59

60 qui n'avait d'égale que son sens de l'indépendance. Elle savait s'incliner
devant les objections irréfutables, mais aussi se tenir aux positions qu'elle
estimait justes et scientifiquement fondées. Aussi conserve-t-elle une place
de choix dans leur mémoire, comme dans le cæur de tous ses amis. —
Jean-Pierre Chauveau et Jacques Morel.

Marcel VERRIER (Janaillat, 7 mars 1912 -Clamart, I1 novembre 1983),
décédé après une longue maladie, était né au hameau de Soulier, dans la
ferme bâtie sur l'emplacement même du château natal de Tristan. C'est
son père, alors adjoint au maire de Janaillat, qui avait accueilli
N.-M. Bernardin venu enquêter aux sources en septembre 1889. Entré
dans la magistrature, Marcel Verrier avait été, dans l'immédiat après-
guerre, secrétaire de la commission de réforme du Code civil au ministère
de la Justice il était conseiller à la Cour de cassation depuis 1964.
Bien qu'il eût revendu sa propriété de Soulier en 1957, il était resté très
attaché à ses origines ;nul plus que lui ne se réjouissait que sa province rende
hommage enfin, le 11 août prochain, au plus important de ses écrivains.
A cet homme affable et discret, qui était de togtes nos réunions, la mort,
hélas, aura refusé cette ultime joie. —Amédée Carriat.

SEMAINES DU LIVRE ET DU THEATRE. — Pendant la
Semaine du livre, nos Cahiers on[ été présents à Limoges (3 mars) et à
Guéret (10 mars). Dans le cadre de la Semaine nationale du théâtre, des
poèmes de Tristan ont été dits ou chantés, le 24 mars, au cours des débats
organisés sur le baroque par le théâtre de la Fontanelle à la Cité univer-
sitaire. Le 28 mars, à l'auditorium de la FNAC Montparnasse, une
rencontre de metteurs en scène de pièces de la fin du XVI° et du XVII°
siècles apermis àJean-Marie Villégier de parler de ses créations de Cinna
et de La Mort de Sénèque.

LA MORT DE SENEQUE A LA COMÉDIE-FRANçA1SE. — Le
24 mars 1984, La Mort de Sénèque a été créée à la Comédie-Française
dans une mise en scéne de Jean-Marie Villégier, avec un décor de Carlo
Tommasi, des costumes de Patrice Cauchetier, des éclairages de Philippe
Arlaud, et, pour interprètes, Claude Winter (Pâuline), Jacques Destoop
(Scaevinus), Nicolas Silberg (Procule), Richard Fontana (Néron),
Jean-François Rémi (Rufus), Marcelline Couard (Sabine Poppée;. Claude
Mathieu (Epicharis), Jean-Philippe Martin (Le Centenier), Marcel
Bozonne[ (Lucain), Hubert Gignoux (Sénèque), Alain Rimoux (Pison),
Christophe Galland (Tigellin) et Rémi Riflade (Milichus). Jouée en alter-
nance avec Cinna et dans un même décor, la tragédie de Tristan a été
saluée comme une révélation ; il en sera reparlé dans le prochain numéro
des Cahiers.

Pour en signaler l'intérêt (et la modernité), le revue Comédie-
Française (n° 127/128, mars-avril 1984) a consacré à l'événement une
trentaine de pages richement illustrées, avec des parallèles Corneille/
Tristan de Jean-Marie Villégier (L'alexandrin au corps à corps) et Carlo
Tommasi (Palais à volonté), de belles études de Noêlle Guibert (A la
rencontre de Tristan) et Jacques Mocel (Tristan poète tragique) et des
documents tirés de P. Grimai, Renan, Diderot, Sénèque. L'édition
dramaturgique de La Mort de Sénèque de la collection du Répertoire
reproduit le texte de l'originale de 1645 en l'accompagnant d'extraits des
Anna/es de Tacite narrant cet épisode de l'histoire romaine.

JOURNÉE TRISTAN L'HERMITE A JANAILLAT (11 AOUT
1984). —Pour rappeler sa naissance en 1601, près de Janaillat, entre
Guéret et Bourganeuf, une Journée Tristan est organisée par notre asso-


60

61 ciation, en collaboration avec la municipalité de Janaillat et le concours
financier du Conseil général de la Creuse, de la Direction régionale des
affaires culturelles du Limousin et du Centre national des lettres. Sont
prévus à cette occasion une table ronde avec la participation de
spécialistes français et ëtrangers ;l'inauguration d'une plaque commémo-
rative ;une exposition d'éditions anciennes et modernes, d'ouvrages et de
documents sur l'écrivain et son ëpoque  ; un récital poétique, théâtral et
musical ;une vente de rééditions récentes des æuvres de Tristan...


ADHESIONS NOUVELLES. —Dominique BELLETE[X, Fretel,
Champagnat, 23190 Bellegarde-en-Marche Yves FAURY, Souliers,
Janaillat, 23250 Pontarion ;Frédérique LAFOND, 71, rue de Corgnac,
87100 Limoges ;Christiane LARRUE, 21, rue des Martyrs, 31400 Tou-
louse Massimo L'HERMITE, Piazza Santa Croce 5, 50125 Firenze

(Italie) Noël de L'HERMITE, Fayolle, Abzac,  !6500 Confolens  ;
Germain POIRIER, 17 bis, avenue des Salines, 44500 La Baule ;Auguste
PRAUD, 102, route de La Roche, Les Clouzeaux, 85430 Nieul-le-Dolent ;
Keiko NOIKE, Shakujii-machi, Nerima-ku, Tokyo (Japon) ;Gabrielle
THEVENOT, 9, rue Colonel-Fossey, 23000 Guéret.




A Janaillat, sur une cheminée, les armes des L'Hermite
D'argent à trois chevrons de gueules  »


61