Aller au contenu

Bibliographie critique

  • Type de publication: Article de collectif
  • Collectif: Valère Novarina
  •  
  •  
  • Pages: 301 à 322
  • ISBN: 978-2-8124-3840-0
  • ISSN: 2430-9222
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3842-4.p.0301
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Écrivains francophones d’aujourd’hui, n° 2
  • Date de parution: 01/07/2015
  • Année de publication: 2015
  • Langues: Français

  • Article de collectif: Précédent 27/31 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
301

Bibliographie critique

Entretiens

Les astérisques signalent les entretiens revus par Valère Novarina.

Asholt, Wolfgang, « Saisir le langage sur le vif »*, Revue critique de fixxion française contemporaine, [en ligne], no 2, juillet 2011 [consulté le 10 septembre 2011], http://revue-critique-de fixxion-francaise-contemporaine.org/francais/publications/no2/entretien_novarina_asholt_fr.html.

Babin, Isabelle, « Le langage se souvient »*, Inculte, no 15, mars 2008, p. 9-24. Republ. dans LAnnuaire théâtral, no 42, Montréal, automne 2007, p. 69-78.

Babin, Isabelle, « Dire, donner »*, Théâtre/Public, no 189, Gennevilliers, juin 2008, p. 9-15.

Baecque, Antoine (de), « Novarina, passeur de souffle », Libération, 14 novembre 2003, p. 31-32.

Bon, François, « La parole est une image »*, Quai Voltaire, no 5, mai 1992, p. 73-82.

Bouhénic, Pascale, « Parler en couleur », Revue desthétique, no 33, printemps 1998, p. 143-148.

Bouvet, Bruno, « Les acteurs sont des animaux nourris de langage », La Croix, 10 janvier 2006, p. 22.

Buffard, Alain, Bozzini, Annie, « Le temps du danseur », Pour la danse, no 160-161, juillet-août 1989, p. 42-43.

Caran, Pierre, « La Scène », Scènes magazine, Genève, septembre 2003.

Ciret, Yan, « Langue perdue, langue sauvée »*, Cripure, no 9, juillet 1993, p. 39-42.

Clavel, André, « Laventurier des langues perdues », Journal de Genève, Genève, 25-26 février 1995, p. 21.

Clavel, Anne, « Mémoire de Crête », Le Faucigny, Bonneville, no 35, 4 septembre 1993, p. 1, 4.

302

Cloutier, Guy, « Chaque mot est un drame »*, Le Magazine littéraire, no 270, octobre 1989, p. 162-167.

Cloutier, Guy, « Valère Novarina : “Mon théâtre est un théâtre du surgissement” », Le Magazine Littéraire, no 360, décembre 1997, p. 70-71.

Cohen-Levinas, Danielle, « Prends ce qui te chante ! »*, entretien avec Valère Novarina et Michaël Levinas, Opéra de Lille-blog, [en ligne], 28 février 2011 [consulté le 15 juin 2011], http://www.opera-lille.fr/blog/?p=110.

Conrad, Sophie, « Les psaumes sont pour moi au cœur de tout », Croire aujourdhui, no 238, 1er-15 décembre 2007, p. 6-7.

Cornuz, Odile, « Linnocence victorieuse »*, dans La Pensée sans abri. Non-savoir et littérature, Muriel Pic, Barbara Selmeci Castioni, Jean-Pierre van Elslande (dir.), Nantes, Cécile Defaut, 2012, p. 301-315.

Costaz, Gilles, « La parole opère lespace »*, Le Magazine littéraire, no 400, juillet-août 2001, p. 98-103.

Costaz, Gilles, « Un laboratoire du langage », Politis, 6 janvier 2011, p. 26-27.

Couleau, Christèle, Maixent, Jocelyn, « Les langues ont commencé, mais la parole jamais »*, La Voix du regard, no 11, Fontenay-aux-Roses, printemps 1998, p. 78-90.

Dayen, Franck, « Prendre langue avec Novarina », Scènes magazine, no 211, Genève, mars 2009, p. 36-37.

Degan, Catherine, « Novarina ? Nova-Rima ! », Le Soir, Bruxelles, 17 juillet 1986, p. 18.

Demidoff, Alexandre, « En Avignon, le poète Valère Novarina déclenche un raz-de-marée poétique », Le Temps, Genève, 12 juillet 2000, p. 44.

Demidoff, Alexandre, « La beauté du théâtre, cest de faire surgir autre chose que le monde répertorié », Le Temps, Genève, 25 octobre 2003, p. 26.

Di Meo, Philippe, « Le Théâtre séparé »*, Furor, no 5, Lausanne, janvier 1982, p. 85-93. Republ. dans Lettre aux acteurs. Suivie de quelques dialogues, Valère Novarina, Saint-Julien-du-Sault, F. P. Lobies, « Gramma », 1985, p. 103-113.

Di Meo, Philippe, « Travailler pour lincertain ; aller sur la mer ; passer sur une planche »*, LInfini, no 19, été 1987, p. 197-208.

Dubouclez, Olivier, « Une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part », Littérature, no 176, décembre 2014, p. 12-26.

Fabbri, Sandrine, « Novarina : lumineusement incompréhensible », Journal de Genève, Supplément « Samedi littéraire », Genève, 9 septembre 1989, p. v.

Faure, Marion, « Rencontre avec Valère Novarina », Journal des trois théâtres, no 18, Comédie-Française, janvier 2006, p. 3-6.

Flagel, Thomas, « Cinq questions à Valère Novarina », Poly, no 129, Strasbourg, octobre-novembre 2009, p. 20.

Fournier, Anne, « Le texte nest pas traduit. Non. Il meurt et il ressuscite »,

303

entretien avec Valère Novarina et Leopold von Verschuer, Viceversa littérature, no 2, Lausanne, avril 2008, p. 110-130.

Godard, Colette, « Valère Novarina, les paroles »*, Le Monde, spécial Avignon, 4 juillet 1986, p. 2.

Gourvennec, Patrick, « Entrée perpétuelle », entretien avec Valère Novarina, Le Gai pied, no 439, 11 octobre 1990, p. 32-34.

Guichard, Thierry, « Entrée en matière »*, Le Matricule des anges, no 119, janvier 2011, p. 22-27.

Han, Jean-Pierre, « Latelier de Valère Novarina. Éloge de lacteur », LHumanité, Supplément « Les Lettres françaises », 1er avril 2006, p. iii.

Hennebert, Diane, « Valère Novarina, dessins, peintures, palette graphique »*, catalogue de lexposition à la galerie Willy Huysser, Bruxelles, 1991, n. p.

« Jai toujours en moi le désir de débuter », Haute-Savoie magazine, no 114, janvier 2008, p. 38-39. Extrait republ. sous le titre « Valère Novarina », dans LÉtrave, no 24, Thonon-les-Bains, mai-juillet 2008, p. 4.

Jungerman, Nathalie, « Entretien avec Valère Novarina », Florilettres [en ligne], no 152, mars 2014, p. 2-7 [consulté le 26 juin 2014], http://www.fondationlaposte.org/article.php3?id_article=1583.

Kaeppelin, Olivier, « Vie et viande de Valère Novarina », Libération, 1er février 1984, p. 30-31.

Kaeppelin, Olivier, « Écouter la parole de lautre »*, LAutre journal, no 4, avril 1985, p. 50-53.

Klein, Jean-Pierre, « Rien nest sans langage »*, Art et thérapie, no 26-27, Blois, juin 1988, p. 38-40.

Koble, Nathalie, Séguy, Mireille, « Désoubli. Rencontre avec Valère Novarina »*, dans Passé présent, Le Moyen Âge dans les fictions contemporaines, Nathalie Koble, Mireille Séguy (dir.), Paris, ENS rue dUlm, « Aesthetica », 2009, p. 83-95.

Laroche, Hadrien, « Une musique pour tous les animaux »*, Les Inrockuptibles, no 17, juin-juillet 1989, p. 94-96.

Laroche, Hadrien, « Enveloppé de langues comme dun vêtement de joie »*, Java, no 8, été 1992, p. 41-70.

Le Roux, Monique, « Linvention dune langue », entretien avec Valère Novarina, Claude Buchvald, André Marcon, Bulletin de la Société Paul Claudel, no 183, 3e trimestre, septembre 2006, p. 9-20.

Le Tanneur, Hugues, « Le corps du texte », Les Inrockuptibles, supplément au no 604, 26 juin 2007, p. 8-9.

Liban, Laurence, « Lopérette selon Novarina », LExpress, 22 juillet 1999, p. 72.

Liban, Laurence, « Un homme de paroles », LExpressmag, 19 janvier 2006, p. 52-53.

304

Lin, Zoé, « Je cherche un état printanier de la langue », LHumanité, 24 novembre 2003, p. 18-19.

Loayza, Daniel, « “Javance par floraisons” : entretien avec Valère Novarina »*, La Lettre de lOdéon, no 18, Théâtre de lOdéon, janvier-février 2011, n. p.

Martin-Lahmani, Sylvie, « Entrée dun centaure (à propos de Daniel Znyk) »*, Alternatives théâtrales no 88, 2e trimestre 2006, p. 66-68.

Mazaud, Jean-Albert, « Lespace dun homme », Cassandre, no 18, septembre-octobre 1997, p. 14.

Méreuze, Didier, « Valère Novarina alchimiste », Acteurs, no 38-39, juillet-août 1986, p. 16-18.

Perrier, Jean-Louis, « Le souffle de la matière », Mouvement, no 38, janvier-mars 2006, p. 68-75.

Piguet, Patrick, « Reconnaissance dun drame », Communio, t. 39, no 5, 2014, p. 11-29.

Prique, Alain, « Un crime sous chaque parole »*, Théâtre en Europe, no 12, octobre 1986, p. 98-100.

Quignard, Pascal, « De lespace », dans Pascal Quignard ou la littérature démembrée par les muses, Mireille Calle-Gruber, Gilles Declercq, Stelle Spriet (dir.), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2011, p. 213-219.

Racine, Ariane, « Les folles exigences de Novarina », LHebdo, Lausanne, 31 août 1989, p. 70-71.

Renaude, Noëlle, « Le désir de vertige »*, Théâtre/Public, no 72, Gennevilliers, novembre 1986, p. 7-10.

Renaude, Noëlle, « Le théâtre doit nous sortir du sommeil matérialiste »*, Théâtre/Public, no 90, Gennevilliers, novembre 1989, p. 67-73.

Renaude, Noëlle, « Offrir le théâtre aux acteurs »*, Théâtre/Public, no 101-102, Gennevilliers, septembre-décembre 1991, p. 9-13.

Royer, Philippe, « Louis de Funès, vingt ans après », La Croix, 25-26 janvier 2003, p. 15.

Sadowska-Guillon, Irène, « Dire le théâtre pour quil soit », Action Théâtre, no 9, été 1998, p. 4-6.

Sadowska-Guillon, Irène, « Le verbe renverseur », Cassandre/Horschamp, no 93, printemps 2013, p. 15-17.

Simeoni, Charles-Éric, « Valère Novarina »*, Mars, no 9-10-11, Marseille, printemps 1986, p. 35-38.

Sueur, Monique, « Avignon 89 : la parole est aux auteurs ! Valère Novarina », LAvant-Scène Théâtre, no 852-53, 15 juin-1er juillet 1989, p. 83.

Tackels, Bruno, Weldman, Sabrina, « La combustion des mots et le sacrifice comique de lacteur »*, Mouvement, no 10, octobre-décembre 2000, p. 20-27.

Terrisse, Christine, « Voix négative »*, Barca !, no 10, mai 1998, p. 149-169.

305

Thomasseau, Jean-Marie, « Lhomme hors de lui »*, Europe, no 880-881, août-septembre 2002, p. 162-178.

Védrine, Hélène, « Valère Novarina : se relire par limage, ou “voir en face” », dans La Relecture de lœuvre par ses écrivains mêmes, t. 3, Mireille Hilsum, Hélène Védrine (dir.), Paris, Kimé, « Les Cahiers de Marge », no 10, 2012, p. 325-337.

Zahnd, René, « Le Monologue dAdramélech », Théâtre Vidy-Lausanne, no 23, Lausanne, janvier-mars 2009, p. 19.

Monographies

Barthelet, Philippe, Les Mots éclaireurs. Valère Novarina et le drame de la parole, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2014.

Buchvald, Claude, Valère Novarina en scène, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2014.

Corvin, Michel, Marchons ensemble, Novarina ! Vade mecum, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2012.

Dubouclez, Olivier, Valère Novarina. La physique du drame, Dijon, Les Presses du réel, « Lespace littéraire », 2005.

Dubouclez, Olivier, Valère Novarina, Paris, ADPF, « Portfolio », 2006.

Ramat, Christine, Valère Novarina, la comédie du verbe, Paris, LHarmattan, « Critiques littéraires », 2009.

Ouvrages en partie consacrés à Valère Novarina

Chénetier-Alev, Marion, LOralité dans le théâtre contemporain, Herbert Achternbusch, Pierre Guyotat, Valère Novarina, Jon Fosse, Daniel Danis, Sarah Kane, Allemagne, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010.

Parisse, Lydie, La parole trouée : Beckett, Tardieu, Novarina, Lettres modernes Minard, « Archives de Lettres modernes » no 292, Caen, 2008, p. 114-158.

Ouvrages collectifs

Berset, Alain (dir.), Valère Novarina. Théâtres du verbe, Paris, Corti, « Les Essais », 2001.

Detue, Frédérik, Dubouclez, Olivier, (dir.), Valère Novarina, le langage en scène, Caen, Lettres modernes Minard, « Écritures contemporaines », no 11, 2009.

306

Dieuzayde, Louis (dir.), Le Théâtre de Valère Novarina, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, « Textuelles littérature », 2004.

Ferry, Marion (dir.), Valère Novarina, LActe inconnu ; Devant la parole, Chasseneuil-du-Poitou, SCÉRÉN/CNDP, « Baccalauréat théâtre », 2010.

Jourde, Pierre (dir.), La Voix de Valère Novarina, Paris, LHarmattan, « LÉcarlate », 2004.

Sepsi, Enikő (dir.), Le Théâtre et le sacré – autour du théâtre de Valère Novarina, Budapest, Ráció Kiadó / Eötvös Collegium, 2009.

Tremblay, Nicolas (dir.), La Bouche théâtrale. Études de lœuvre de Valère Novarina, Montréal, XYZ éditeur, « Documents », 2005.

Zinguer, Ilana (dir.), Valère Novarina : Paroles de théâtre, LAnnuaire théâtral, no 42, Montréal, CRCCF/SQUET, automne 2007.

Numéros de revue ou dossiers consacrés à Valère Novarina

Artistes, no 20, Paris, Belimi, 1984, p. 46-56.

Butel, Yannick, Dieuzayde, Louis (dir.), Incertains Regards – Cahiers dramaturgiques, no 3, dossier « LEspace furieux de Valère Novarina », pièce audiophonique LEspace furieux (extraits), réal. Jean-Noël Beyssier, Benjamin Duprat, avec les étudiants de la section théâtre de luniversité dAix-Marseille, CD, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, p. 25-31.

Florilettres [en ligne], no 152 : « Jean Dubuffet et Valère Novarina – Correspondance 1978-1985 », mars 2014, p. 10-11 [consulté le 26 juin 2014], http://www.fondationlaposte.org/article.php3?id_article=1583.

Gazette Jaune (La), no 2 : « Valère Novarina », Centre de développement culturel / Théâtre dÉvreux, Évreux, juillet 1989.

Guichard, Thierry, Le Matricule des anges, no 119, dossier « Valère Novarina », janvier 2011, p. 18-27.

Java, no 8 : « Valère Novarina, poète comique », été 1992, p. 13-74.

Journal des trois théâtres, no 18, dossier « LEspace furieux », Paris, Comédie-Française, janvier 2006, p. 3-15.

LEXI/textes, no 7 : « Valère Novarina », Paris, Théâtre National de la Colline / LArche, 2003, p. 45-67.

Littérature, no 176 : « Valère Novarina », Paris, Larousse, 2014.

Mouvement, no 10, dossier « Valère Novarina plain-chant », octobre-décembre 2000, p. 20-33.

Scherzo, no 11 : « Valère Novarina », octobre 2000, p. 3-48.

Térature, no 1, dossier « à propos du Théâtre des oreilles, de V. Novarina », Rennes, 1980, p. 7-40.

307

Théâtre/Public, no 72, dossier « Valère Novarina », Gennevilliers, novembre 1986, p. 6-22.

Théâtre/Public, no 99 : « Auteurs “en direct” au lycée », Gennevilliers, mai-juin 1991, p. 10-13.

Théâtre/Public, no 101-102, dossier « Novarina : lécriture, le livre et la scène », Gennevilliers, septembre 1991, p. 9-17.

Théâtre/Public, no 200, dossier « Valère Novarina », Gennevilliers, avril-juin 2011, p. 5-21.

Thomasseau, Jean-Marie (dir.), Europe, no 880-881 : Valère Novarina, Paris, août-septembre 2002, p. 3-178.

TXT, no 12, dossier « Valère Novarina », Paris, Christian Bourgois, 1980 p. 3-49.

Autres articles

Allet, Natacha, « “Lboucan des corps.” Artaud, Novarina », dans Du bruit à lœuvre. Vers une esthétique du désordre, Christopher Lucken, Juan Rigoli (dir.), Genève, MétisPresses, 2013, p. 157-173.

Alloy, Marie, « Le drame de la peinture de Valère Novarina », LAtelier contemporain, no 4, Besançon, automne-hiver 2001, p. 551-558.

Arrivé, Michel, « Pour un dialogue avec Valère Novarina, à propos de giromitres, de centaures et de quelques autres objets », dans Mélanges en lhonneur de Ivanka Popova-Veleva, Bulgarie, Université de Veliko Tarnovo, IVIS, 2013, p. 261-273.

Autant-Mathieu, Marie-Christine, « Auteurs, écritures dramatiques », dans Écrire pour le théâtre. Les enjeux de lécriture dramatique, Marie-Christine Autant-Mathieu (dir.), Paris, Édition du CNRS, 1995, p. 13-28.

Autrand, Dominique, « Récalcitrant », La Quinzaine littéraire, no 275, 16-31 mars 1978, p. 6.

Autrand, Dominique, « Une langue qui vient du corps », La Quinzaine littéraire, no 317, 16-31 janvier 1980, p. 8.

Babin, Isabelle, « Le “languisme” de Valère Novarina, ou la langue-utopie dune humanité nouvelle », Silène, [en ligne], Centre de recherches en littérature et poétique comparées, université Paris 10 – Nanterre, 23 mai 2007 [consulté le 17 novembre 2012], http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=87.

Babin, Isabelle, « Traduire le “théâtre des oreilles”, loralité de Valère Novarina comme problème posé à la traduction », dans Traduction et critique : colloque international pour commémorer le 500e anniversaire de la naissance dÉtienne Dolet (1509-1546), Yeonghoun Yi, Jookyoung Sohn, Jaeryong Cho (dir.), Séoul, Université Korea, Publications de lInstitut détudes de traduction et de rhétorique, 2009, p. 37-52.

308

Babin, Isabelle, « Les dramatis personae de Valère Novarina : des “zones théâtrogènes” », Coulisses, no 39, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, automne 2009, p. 119-130.

Babin, Isabelle, « Le texte de Valère Novarina : “un théâtre de forces” », dans La Littérature théâtrale, entre le livre et la scène, Matthieu Mével (dir.), Montpellier, LEntretemps, « Scénogrammes/Matériaux », 2013, p. 39-46.

Baccelli, Monique, « Pendant la matière », Europe, no 750, octobre 1991, p. 228-229.

Barbier, Christophe, « Lhomme mot et lacteur pneumatique », Théâtres, no 11, novembre-décembre 2003, p. 44-45.

Barthelet, Philippe, « Valère Novarina, le mangeur de verbe », Revue des deux mondes, mai 2013, p. 159-163.

Baschera, Marco, « Pour une pensée dramatique », LEXI/textes, no 7, Paris, Théâtre National de la Colline / LArche, 2003, p. 59-66. Repub. dans Le Théâtre de Valère Novarina. Une scène de délivrance, Louis Dieuzayde (dir.), Aix-en-Provence, Publications de luniversité de Provence, « Textuelles théâtre », 2004, p. 173-182.

Baschera, Marco, « “La danse-mère qui précède lêtre” La matérialité du dessin chez Valère Novarina », Variations, no 17, Zurich, Peter Lang Verlag, 2009, p. 15-30.

Baschera, Marco, « “Mort à la mort.” Réflexions sur un thème récurrent dans le théâtre de Valère Novarina », dans Le Discours mystique dans la littérature et les arts de la fin du xixe siècle à nos jours, Lydie Parysse (dir.), Paris, Classiques Garnier, « Études dix-neuviémistes », 2012, p. 155-168.

Benhamou, Anne-Françoise, « La chair gobée du théâtre », LArt du théâtre, no 6, Arles, Actes Sud, hiver 1986-1987, p. 78-83.

Benhamou, Anne-Françoise, « Conjointure 14 : Vous qui habitez le temps avec Les Apparences sont trompeuses », dans Écritures dramatiques. Essai danalyse de textes de théâtre, Michel Vinaver (dir.), Arles, Actes Sud, « Babel », 1993, p. 675-678.

Bessière, Jean, « Du théâtre et de sa fiction : que lanimal incarné, lhomme, est bien un sujet vivant. À propos de “Je suis” de Valère Novarina », Études théâtrales, no 19, Louvain-la-Neuve, 2000, p. 77-87.

Bobas, Constantin, « Corps lumineux incréés, gravitation des espaces autres dans le théâtre de Valère Novarina », dans Passions du corps dans les dramaturgies contemporaines, Alexandra Poulain (dir.), Villeneuve dAscq, Presses universitaires du Septentrion, « Arts du spectacle – Théâtre », 2011, p. 171-182.

Boblet, Marie-Hélène, « Le théâtre éphâtique de Valère Novarina. Le tact de la parole », Revue dHistoire Littéraire de la France, no 4, vol. 106, 2006, p. 913-925.

309

Borer, Alain, « La fuite de Bouche », Sud, no 27, Marseille, automne 1978, p. 151-152.

Borer, Alain, « La fuite de bouche », TXT, no 10, Rennes, janvier 1978, p. 107-108.

Borer, Alain, « Vive la langue ! », Phantomas, no 158-163, Bruxelles, 15 décembre 1981, p. 95-98.

Borg, Dominique, « À propos du décor et des costumes de Falstafe », Approches, no 1, Journal du Nouveau Théâtre National de Marseille, février 1976, n. p.

Bost, Bernadette, « Valère Novarina », Écrivains en Rhône-Alpes, Annecy, Office Rhône-Alpes du Livre / Paris, Le Monde, novembre 1990, p. 57.

Bost, Bernadette, « 429 fois le nom de Dieu. Une traversée mystique de Valère Novarina », Recherches & Travaux, no 58, Université Stendhal-Grenoble 3, 2000, p. 227-234.

Bouchardon, Marianne, « Théâtre-poésie. Limites non-frontières entre deux genres du symbolisme à nos jours », LInformation littéraire, no 4, vol. 57, décembre 2005, p. 38-41.

Bouchardon, Marianne, « Les “paroles dégelées” de Valère Novarina : une sottie contemporaine », RITM, no 40, Université Paris 10 – Nanterre, Marie Dollé, Nicole Jacques-Lefèvre (dir.), 2011, p. 45-55.

Bouquet, Stéphane, « Des acteurs, du théâtre et finalement de la vie », Les Cahiers du cinéma, no 612, mai 2006, p. 84-85.

Bourassa, Lucie, « Passages de la voix dans le texte : lexemple de Novarina », RITM, no 9, Université Paris 10 – Nanterre, 1994, p. 93-112.

Bourgeat, François, « Marcel Maréchal : “Falstafe, cest un peu la conscience dune époque” », Approches, no 1, Marseille, Journal du Nouveau Théâtre National de Marseille, février 1976, n. p.

Buchvald, Claude, « Mettre en scène Valère Novarina », dans La Contrainte et lacte, Paris, LHarmattan, « Pratiques de la folie », 1997, p. 13-26.

Busto, Daniel, « Lhauteur nexiste pas », TXT, no 8, Rennes, 1975, p. 55-57.

Busto, Daniel, « Le babil des classes dangereuses », Phantomas, no 152-157, Bruxelles, juin 1978, p. 153-155.

Caran, Pierre, « “Le Discours aux animaux” de Valère Novarina. Jai mal au monde », Scènes magazine, Genève, février 1988, p. 17-18.

Cazaux, Laurence, Guichard, Thierry, « André Marcon : la voix de Novarina », Le Matricule des anges, no 3, avril-mai 1993, p. 5.

Chénetier-Alev, Marion, « Le Jardin de reconnaissance », Le Nouveau recueil, no 46, Seyssel, Champ Vallon, mars 1998, p. 176-178.

Cnetier-Alev, Marion, « Entrée dans la danse de Jean Dieu », Le Nouveau recueil, no 51, Seyssel, Champ Vallon, juin-août 1999, p. 5-16.

310

Chevillard, Éric, « Attention, sortie dhomme », Le Monde, « Le Monde des Livres », 22 mars 2012, p. 8.

Clavel, André, « Partition pour un gueuloir », Critique, no 393, février 1980, p. 184-185.

Clavel, André, « Entre en scène Novarina : “Guangladeblibardegladon” », [Figure dans la table des matières sous le titre « Valère Novrarina. Le grand casseur de mots »], Cactus, Annecy, janvier 1987, p. 14-19.

Cloutier, Guy, « La grande mangerie », Le Magazine Littéraire, no 331, avril 1995, p. 108-109.

Cloutier, Guy, « Valère Novarina », Le Goût de lautre. Propos sur les poètes de lAmérique française, Montréal, Éditions du Noroît, « Chemins de traverse », 2006, p. 183-192.

Cohen, Francis, « “Son héros est le son” ou la grande peur de lanuuuuuuuut », DEMéter, [en ligne], Université Lille 3, décembre 2003 [consulté le 20 septembre 2012], http://demeter.revue.univ-lille3.fr/manieres/cohen.pdf.

Cohen, Francis, « Le pornoleum se décolle et “le public demande une pénétration” », Cahier Critique de Poésie, no 7, cipM, Marseille, Farrago, 2004, p. 76-178.

Cohen, Francis, « Ec(ce)rire », Cahier Critique de Poésie, no 12, cipM, Marseille, Éditions Farrago, 2008, p. 142-143.

Cohen, Francis, « Anthropopodulologie de lacteur novarinien. (Prolégomènes jouissifs à une ethnologie en territoire novarinien) », Ligne 13, no 7, Montrouge, automne-hiver 2013-2014, p. 97-107.

Conio, Gérard, « Devant la parole. Valère Novarina », Théâtre du Blog, [en ligne], 14 décembre 2008 [consulté le 16 novembre 2012], http://theatredublog.unblog.fr/2008/12/14/devant-la-parole-valere-novarina/.

Conio, Gérard, « Pour Louis de Funès », Théâtre du Blog, [en ligne], 16 décembre 2008 [consulté le 16 novembre 2012], http://theatredublog.unblog.fr/2008/12/16/pour-louis-de-funes/.

Corvin, Michel, préf., notes et dossier, Valère Novarina, LActe inconnu, Paris, Gallimard, « Folio théâtre », 2009, p. 7-39, p. 189-235.

Corvin, Michel, LHomme en trop. LAbhumanisme dans le théâtre contemporain, Besançon, Les Solitaires intempestifs, « Essais », 2014, p. 86-90, 263-268, 292-294.

Costaş, Coralia, « Le théâtre de Valère Novarina. Illustration de ses textes théoriques », Coulisses, no 34, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, octobre 2006, p. 243-254.

Costaz, Gilles, « Pauvres classiques, heureux modernes ! », Le Nouveau bulletin, no 107, SACD, 3e trimestre 1989, p. 70-75.

311

Coulange, Alain, « Dialogue de sourds », Impasses no 9-10, Gourdon, 1978, p. 77-79.

Crozals, Jean-Marie (de), Jeanjean, Anne-Marie, « Novarina actheur », Textuerre, no 23-24, Montpellier, juin 1980, p. 58-61.

Curmi, André, « Une relation difficilement définissable. Entretien avec André Marcon », Théâtre/Public, no 64-65, Gennevilliers, juillet 1986, p. 47-49.

Darrault-Harris, Ivan, « Comme si partout des doubles sétaient glissés », Sémiotiques, no 3, octobre 1992, p. 137-148.

Delfour, Jean-Jacques, « Le repas de Valère Novarina : à boire et à manger », Cassandre, no 21, février 1998, p. 14.

Delfour, Jean-Jacques, « Lopérette imaginaire », Cassandre, no 26, décembre 1998, p. 16.

Dessons, Gérard, « Valère Novarina : le metteur en trou », Écrivains présents / La Licorne, dossier « Êtes-vous fous ? », Poitiers, novembre 1993, p. 81-88.

Di Meo, Philippe, « Du berceau à la tombe », La Quinzaine littéraire, no 414, 1er-15 avril 1984, p. 11.

Di Meo, Philippe, « Laventurier intérieur », La Quinzaine littéraire, no 467, 16-31 juillet 1986, p. 8.

Di Meo, Philippe, « Valère Novarina. Le Monologue dAdramélech (par André Marcon) », ORACL, no 19-20, Poitiers, été 1987, p. 127-128.

Di Meo, Philippe, « Lacteur des langues », Théâtre/Public, no 82-83, Gennevilliers, juillet-octobre 1988, p. 77-79.

Di Meo, Philippe, « Lexistence comme lapsus », Les Lettres françaises, no 2, octobre 1990, p. 26.

Dubouclez, Olivier, « La dormition de Polichinelle. Un dispositif théologique pour le témoignage chez Valère Novarina », dans Le Geste de témoigner. Un dispositif pour le théâtre, Jean-Pierre Sarrazac, Catherine Naugrette, Georges Banu (dir.), Actes du colloque de Paris (25 mars 2011) et Louvain-la-Neuve (13-14 mai 2011), Études théâtrales, no 51-52, 2011, p. 65-71.

Dubouclez, Olivier, « Pour une philosophie de linintentionnel. Penser lacteur avec Novarina et Tchouang-tseu », Philosophie, no 119, automne 2013, p. 78-90.

Dubuffet, Jean, « Une petite annonce avant que le rideau se lève », TXT, no 17, Rennes, décembre 1984, p. 80.

Dubuffet, Jean, « Préface au livre de Valère Novarina : “Le drame de la vie” », dans Prospectus et tous écrits suivants, Paris, Gallimard, « nrf », t. 3, 1995, p. 269-270.

Dupont, Nathalie, « Valère Novarina, érudit réducteur et collectionneur didioties », dans Tout peut servir. Pratiques et enjeux du détournement dans le

312

discours littéraire des xxe et xxie siècles, Nathalie Dupont, Éric Trudel (dir.), Québec, Presses de luniversité du Québec, 2011, p. 121-135.

Durozoi, Gérard, « Langue/Mémoire », Canal, no 34, décembre 1979, p. 16-17.

Duteurtre, Benoît, « Lhumanité sublime dans sa bassesse même », LHumanité, Supplément « Les Lettres françaises », 1er avril 2006, p. v.

Fenczak, Sylvie, « Valère Novarina : Le Drame de la vie », Art et Psyché, Tourcoing, mai 1987.

Ferrand, Brigitte, « Le monologue dAdramélech de Valère Novarina », Europe, no 676-677, août-septembre 1985, p. 189-190.

Ferrari, Jean-Marc, « Un drame dans la fosse. Une journée de dessins », Météores, no 1, 1980, p. 3-11.

Ferry, Marion, « Sur Soliloques », Théâtre/Public, no 109, Gennevilliers, janvier-février 1993, p. 32-33.

Fournier, Bernard, « LEspace furieux de Valère Novarina », Aujourdhui poème, no 69, mars 2006, p. 8.

Françon, Alain (dir.), Quittez le théâtre affamés de changements. 12 saisons à la Colline avec Alain Françon, Paris, Biro / Théâtre national de la Colline, 2009, p. 86-89.

Gaspary, Rolino, « Valère Novarina : Purgatorius », Axe-Sud, no 7, Toulouse, hiver 1983, p. 24-25.

Gay, Annie, « Notes sur “Le Drame de la vie” de Valère Novarina », TXT, no 17, Rennes, décembre 1984, p. 81-82.

Gay, Annie, « Lacteur suspendu. Le Monologue dAdramélech », LÂne, no 21, avril 1985, p. 37. Republ. sous le titre « Monologue à trois », LAvant-Scène Théâtre, no 776, octobre 1985, p. 26.

Gay, Annie, « Lacteur délié. André Marcon dans Le Monologue dAdramélech », Théâtre/Public, no 66, Gennevilliers, 1985, p. 13-14.

Gérard, Naly, « Marionnette high tech », Mouvement, no 14, octobre-décembre 2001, p. 27.

Gillibert, Jean, « Babil », Acteurs, no 18, mars-avril 1984, p. 11.

Golfier, Bernard, « Dune frustration », LÂne, janvier-mars 1988, p. 34.

Gontard, Denis, « Falstafe », Cahiers élisabéthains, no 10, Montpellier, Université Paul Valéry, octobre 1976, p. 103-105.

Grosjean, Bernard, et al., « Carnet de route : autour de lAtelier volant de Novarina », Cahiers du Nouveau Théâtre dAngers, hors série, 1994, n. p.

Guichard, Thierry, « Novarina, naissance par les gouffres », Le Matricule des anges, no 4, octobre-novembre 1993, p. 12.

Guichard, Thierry, « Novarina tchi-tchi », Le Matricule des anges, no 26, mai-juillet 1999, p. 9.

313

Guichard, Thierry, « Le théâtre de la parole », Le Matricule des anges, no 85, juillet-août 2007, p. 52.

Guiguet, Jean-Claude, « À propos de La Chair de lhomme », Limelight, no 45, Strasbourg, janvier 1996, p. 24-25.

Gunthert, André, Rivière, Jean-Loup, « Le Discours aux animaux », Encyclopædia Universalis, Supplément, Paris, Encyclopædia Universalis, 1987, p. 471-472.

Hersant, Céline, « Lœuvre dans tous ses états, trois histoires de recyclage (V. Novarina, M. Duras, Th. Bernhard) », Registres, no 6, Institut dÉtudes Théâtrales Paris 3 – Sorbonne nouvelle, novembre 2001, p. 111-112.

Hersant, Céline, « Entrée dans latelier décriture de Valère Novarina », Registres, no 7, Institut dÉtudes Théâtrales Paris 3 – Sorbonne nouvelle, décembre 2002, p. 90-103.

Hersant, Céline, « Le Drame de la vie de Valère Novarina : une radiographie humaine », Zoos Humains ou la créature exposée, Actes du colloque du 16 et 17 mai 2003 organisé par lÉcole Doctorale de lUniversité Paris 3 (Assic), Paris, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, 2003, p. 75-80.

Hordé, Jean-Marie, « Lettre à Valère Novarina », Le Journal du théâtre de la Bastille, no 3, avril-juin 2006, p. 2.

Hubin, Christian, « Novarina ou la fatrasie de lorigine ventriloque », Le Mensuel littéraire et poétique, Bruxelles, décembre 1991, p. 8.

Hubin, Christian, Parlant seul, Paris, José Corti, « En lisant en écrivant », 1993, p. 93-94, p. 161.

Jourde, Pierre, « Ascèse du bouffon », dans Littérature et authenticité, Paris, LHarmattan, 2001, p. 86-191.

Jourde, Pierre, « Lopérette de Valère Novarina : la rédemption par lidiotie », dans La Littérature sans estomac, Paris, LEsprit des péninsules, 2002, p. 247-272. Rééd. Paris, Pocket, « Agora », 2003.

Klein, Jean-Pierre, « Théâtres en V.O. », Cultures en mouvement, no 7, février-mars 1998, p. 14-15.

Klein, Jean-Pierre, « Valère Novarina, la descente au corps », Atelier Européen de la Traduction, [en ligne], « Traduire Valère Novarina », Scène Nationale dOrléans, décembre 1998 [consulté le 8 juillet 2007], http://www.atelier-traduction.com/atelier/vn/la-descente.shtml.

Koble, Nathalie, « “Tout du corpus sans rien pensant.” Le Moyen Âge englouti de Valère Novarina », dans Passé présent. Le Moyen Âge dans les fictions contemporaines, Nathalie Koble, Mireille Séguy (dir.), Paris, Éditions Rue dUlm, « Æsthetica », 2009, p. 99-110.

Kurts-Woeste, Lia, « Poétique du rythme dans La Chair de lhomme de Valère Novarina : la liste, ou lavènement dune parole à la “quatrième personne

314

du singulier” », dans Une langue à soi. Propositions, Cécile Ligneux, Julien Piat, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, « Stylistique et poétique », 2009, p. 303-320.

Laroche, Hadrien, « Le verbe incarné », Les Inrockuptibles, supplément Spécial Avignon, juillet 2003.

Laurent, Anne, « Acteurs à lépreuve », Journal du Théâtre National de Strasbourg, no 9, Strasbourg, septembre 1985, p. 32-34.

Lèbre, Jérôme, « Mélodrome – le théâtre de Novarina », dans Vitesses, Paris, Hermann, « Le Bel Aujourdhui », 2011, p. 209-214.

Legros, Hervé, « Portrait », Beaux Arts, no 85, décembre 1990, p. 112-113.

Lemaire, Gérard-Georges, « Léchonomie du texte », dans « Valère Novarina, La Fuite de Bouche », porte-folio de sept photographies du spectacle, Images Nuit Blanche, Genève, 1978.

Lemaire, Gérard-Georges, « Les conciliabules de bouche à oreille », Opus international, no 66-67, mai-juin 1978, p. 107-108.

Lemaire, Gérard-Georges, « Le carnaval de la folle nation », Textuerre, no 12, Montpellier, 1978, p. 64.

Lemaire, Gérard-Georges, « Lorgie textuelle de Valère Novarina », Le Temps de lire, no 5, Nancy, novembre 1979, p. 65.

Lemaire, Gérard-Georges, « La Byzance de la Psychanalyse », Impasses, no 13-14, Gourdon, 1979, p. 108.

Lemaire, Gérard-Georges, « Les classes dangereuses du langage », LHumanité, Supplément « Les Lettres françaises », 1er avril 2006, p. iv.

Le Pichon, Alain, « Valère Novarina », dans Dictionnaire des littératures de langue française, Jean-Pierre de Beaumarchais, Daniel Couty, Alain Rey (dir.), Paris, Bordas, 1987, p. 1786.

Leroudier, Henri, « Trois réussites. Du meilleur Maréchal… à Marseille hélas ! », Résonance, Lyon, 1er avril 1976.

Leroudier, Henri, « Falstafe », Résonance, Lyon, 15 mars 1977.

Le Roux, Monique, « La parole et lacteur », La Quinzaine littéraire, no 586, 1-15 octobre 1991, p. 29.

Le Roux, Monique, « Le Vrai sang », La Quinzaine littéraire, no 1030, 16-31 janvier 2011, p. 24.

Lescot, David, « Valère Novarina », Encyclopædia Universalis, Paris, Encyclopædia Universalis, 2008, t. 17, p. 364-365.

Le Tanneur, Hugues, « Le corps du texte », Les Inrockuptibles, Supplément au no 604, 26 juin 2007, p. 8-11.

Liger, Baptiste, « Valère Novarina. Musicien des mots », Lire, mars 2006, p. 66-67.

Loayza, Daniel, « Au fond des mots », Programme du Vrai sang, Odéon-Théâtre de lEurope, janvier 2011, n. p.

315

Lorent, Claude, « Inquiétude rythmique », Art & culture, no 10, Bruxelles, juin 1991, p. 43.

Mambrino, Jean, « LEspace furieux de Valère Novarina », Études, t. 404, no 4, avril 2006, p. 529-531.

Manganaro, Jean-Paul, « Commentaire », Frictions, no 4, printemps-été 2001, p. 24-30. Republ. dans Confusion de genres, articles et études (1975-2010), Paris, P.O.L, 2011, p. 476-482.

Marchal, France, « Rencontre avec un créateur protéiforme », Coulisses, no 22, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, mai 2000, p. 106-109.

Marest, Étienne, « Novarina », Carnet de lecture, no 4, 2004, p. 7.

Marioge, Philippe, « Scénographies pour un auteur-peintre. Valère Novarina », Études théâtrales, no 30, Louvain-la-Neuve, 2004, p. 110-113.

Minière, Claude, « Le Nô dune époque glacière », +0, no 31, Genval-Lac, décembre 1980, p. 34-35.

Minière, Claude, « Novarina, celui qui latin », Tartalacrème, no 12, Brunoy, décembre 1980, p. 15-18.

Minière, Claude, « Pour compagnie : Valère Novarina, Le Monologue dAdramélech », TXT, no 20, Rennes, 1986, p. 63.

Mordillat, Gérard, « Voltige », Sauf mardi, no 15, Centre Georges Pompidou, janvier 1980, p. 2.

Née, Laure, « Valère Novarina, “lacte inconnu ou lévénement à venir” », Trans–, [en ligne], no 10, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3, été 2010 [consulté le 5 août 2011], http://trans.univ-paris3.fr/spip.php?article417.

e, Laure, « “Connais-tu la région où fleurit le citron ?” ou Valère Novarina, la pratique du dépaysement », Agôn, [en ligne], no 3, École Normale Supérieure Lyon, 7 décembre 2010 [consulté le 5 août 2011], http://agon.ens-lyon.fr/index.php?id=1270.

Née, Laure, « Le théâtre de Valère Novarina : une partie sans fin ou lappétit vient en parlant », Samuel Beckett Today/Aujourdhui, no 23, Yann Mével, Dominique Rabaté (dir.), Amsterdam/New York, Sjef Houppermans Éditions, 2011, p. 111-125.

e, Laure, « Valère Novarina : le “débordre” du NON et du OUI : Insurrection – Résurrection », dans Le Refus. Esthétique, littérature, société, musique, Christian Gutleben, Michel Remy, (dir.), Paris, LHarmattan, 2012, p. 141-151.

Nicole, Eugène, « Petite introduction à larchitexte novarinien », Canal, no 4, avril 1990, p. 34-35.

Nicole, Eugène, « Valère Novarina ou le langage à linvectif », Critique, no 635, avril 2000, p. 288-297.

Ollivier, Éric, « Falstafe », Réalités, mars 1977, p. 9.

Omhovère, Pascal, « Dun soir dorage à un autre », Théâtre/Public, no 109, Gennevilliers, janvier-février 1993, p. 35.

316

Omhovère, Pascal, « Nella i di qui », [« Sur le i de ici »], Coulisses, no 22, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, mai 2000, p. 112-115.

Oualid, Philippe J., « Note sur la saison 77-78 du N.T.N.M. », Sud, no 27, Marseille, automne 1978, p. 148-150.

Ouellet, Pierre, Le Sens de lautre. Éthique et esthétique, Montréal, Liber, 2003, p. 23-39.

Para, Jean-Baptiste, « Valère Novarina : Le drame de la vie », Europe, avril 1984, p. 217-218.

Parant, Jean-Luc, « Linfini dans linfime : devant les 2587 dessins de Valère Novarina », dans Le Carnet pour Jean-Pierre Bertrand, Jean Dubuffet, Jean Fautrier, Jean-Olivier Hucleux, André Raffray, Valère Novarina, Besançon, Éditions Virgile, « Carnet dateliers », 2006, p. 91-99.

Paré, Zaven, « Sur le théâtre des oreilles. Sur le théâtre de leffacement », Alternatives Théâtrales, no 72, Bruxelles, avril 2002, p. 17-20.

Parisse, Lydie, « Défaut des langues et parole trouée au théâtre : Tardieu, Beckett, Novarina », Revue de didactologie des langues-cultures et de lexicultorologie, no 147, mars 2007, p. 297-305.

Perrier, Jean-Louis, « La note Novarina », entretien avec Daniel Znyk, Mouvement, no 58, janvier-mars 2011, p. 82-85.

Pierron, Agnès, « Le Babil des classes dangereuses », Dictionnaire des œuvres du xxe siècle, Paris, Le Robert, « Les Usuels », 1995, p. 47-48.

Pierron, Agnès, « Le Discours aux animaux », Dictionnaire des œuvres du xxe siècle, Paris, Le Robert, « Les Usuels », 1995, p. 132.

Plassard, Didier, « La traversée des figures », Puck, no 8, Charleville-Mézières, 1995, p. 15-19.

Plassard, Didier, « Valère Novarina : la béance et le fruit », dans Écrire pour le théâtre. Les enjeux de lécriture dramatique, Marie-Christine Autant-Mathieu (dir.), Paris, Édition du CNRS, 1995, p. 109-125.

Plassard, Didier, « Kantor, Gabily, Novarina : fragiles territoires de lhumain », Puck, no 11, Charleville-Mézières, 1998, p. 10-16.

Plassard, Didier, « Valère Novarina, Didier-Georges Gabily : pour un potlatch des représentations », Études Théâtrales, no 19, Louvain-la-Neuve, 2000, p. 67-77.

Plassard, Didier, « Lauteur, le marionnettiste et le veau à deux têtes », Alternatives théâtrales, no 72, Bruxelles, avril 2002, p. 10-16.

Plassard, Didier, « Espace es-tu là ? Espace scénique et dramaturgique chez Valère Novarina », dans Théâtre : espace sonore, espace visuel, Actes du colloque du 18 au 23 septembre 2000, Christine Hamon-Siréjols, Anne Surgers (dir.), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 277-285.

Plassard, Didier, « Lacrobate et le clown : notes sur la corporéité comique

317

dans lœuvre de Valère Novarina », Recherches & Travaux, no 69, Université Stendhal-Grenoble 3, 2007, p. 91-95.

Poiret, Marie-Françoise, « Préface », dans Catalogue de lexposition Valère Novarina au Musée de Brou, Bourg-en-Bresse, 1986, p. 3-6.

Poncet, Henri, « La Lutte des morts », Actuels, no 12-13, Frangy, 1980, p. 95-98.

Prigent, Christian, « Novarina contrôleur général des bouches », CEE, no 6, septembre 1978, p. 105.

Prigent, Christian, « Supernova contre Big Brother », dans La Langue et ses monstres, Montpellier, Cadex, « LOstiaque », 1989, p. 179-196.

Prigent, Christian, « La démiurgie comique de Valère Novarina », Ceux qui merdrent, Paris, P.O.L, 1991, p. 294-299.

Prigent, Christian, « La langue contre les idoles », Frictions, no 4, printemps-été 2001, p. 31-39.

Quirot, Odile, Klausner, Emmanuelle, « Valère Novarina », dans Festival dAvignon 89, Paris, Colette Godard, Christian Dupeyron et al., Paris, Le Monde / Actes Sud, « Papiers », 1989, p. 56-61.

Ramat, Christine, « La cure didiotie contre le culte de la bêtise : les représentations du non-savoir sur la scène novarinienne », Ritm, no 40, Marie Dollé, Nicole Jacques-Lefèvre (dir.), Paris, Presses université de Paris Ouest, 2011, p. 29-44.

Ramat, Christine, « Le non-savoir dans le théâtre de Novarina ou la gai savoir de rien », dans La Pensée sans abri. Non-savoir et littérature, Muriel Pic, Barbara Selmeci Castioni, Jean-Pierre van Elslande (dir.), Nantes, Cécile Defaut, 2012, p. 287-299.

Regnault, François, « Linquiétude de Valère Novarina. Poésie orale », Rond-Point, no 1, automne 2002, Arles, Actes-Sud, p. 28-30.

Renaude, Noëlle, « André Marcon, Le Monologue dAdramélech », Théâtre/Public, no 64-65, Gennevilliers, juillet-octobre 1985, p. 74-75.

Renaude, Noëlle, « Lacteur prédicateur », Théâtre/Public, no 6, Gennevilliers, juillet 1987, p. 45-47.

Roques, Sylvie, « Des organes hors du corps chez Valère Novarina », dans Projections : des organes hors du corps, actes du colloque international des 13-14 octobre 2006, Hugues Marchal, Anne Simon (dir.), Épistémocritique, littérature et savoirs[en ligne], septembre 2008 [consulté le 5 août 2011], p. 92-100, http://www.epistemocritique.org/IMG/pdf/ProjectionsRoques.pdf.

Rosset, Clément, « Le syndrôme Novarina », dans Le Régime des passions et autres textes, Paris, Les éditions de Minuit, 2001, p. 57-63.

Ryga, Pierre-Paul, « Lacquiescement au réel : Valère Novarina et Michel Vinaver », Atlantiques, no 106, Bordeaux, février 1996, p. 15-16.

318

Rykner, Arnaud, Paroles perdues, faillite du langage et représentation, Paris, José Corti, « Les Essais », 2000, p. 56-58.

Ryngaert, Jean-Pierre, Lire le théâtre contemporain, Paris, Dunod, 1993, p. 134-137, 168-169.

Ryngaert, Jean-Pierre, Introduction à lanalyse du théâtre, Paris, Nathan, « Lettres Sup. », 2002, p. 40-44.

Ryngaert, Jean-Pierre, Sermon, Julie, « Les Machines à dire dans LOrigine rouge et La Scène de Valère Novarina », dans Le Personnage théâtral contemporain : décompositions/recompositions, Montreuil-sous-Bois, Éditions Théâtrales, « Sur le théâtre », 2006, p. 41-45.

Sadowska-Guillon, Irène, « Démiurges à lœuvre », Cassandre, no 21, février 1998, p. 12.

Sadowska-Guillon, Irène, « Un théâtre de la geste logoclaste : Valère Novarina », Critical Stages / Scènes critiques, [en ligne], no 4, juin 2011 [consulté le 5 août 2011], http://www.criticalstages.org/criticalstages4/entry/Un-theacuteacirctre-de-la-geste-logoclaste-Valegravere-Novarina.

Saint-Onge, Alexandre (de), « Le corps étrange(r) », dans Communauté de sens, Pierre Ouellet (dir.), Montréal, UQAM, « Cahiers du Célat », 2002, p. 161-168.

Sandier, Gilles, « Lair marin réussit à Marcel Maréchal », La Quinzaine littéraire, no 230, avril 1976, p. 26-27.

Sarrazac, Jean-Pierre, « Le geste testamentaire, notes brèves sur les pouvoirs du théâtre », Alternatives théâtrales, no 37, Bruxelles, 1990, p. 12-15.

Sarrazac, Jean-Pierre, LAvenir du drame, Lausanne, LAire théâtrale, 1981, p. 140-143. Rééd., Belval, Circé, « Poche », no 24, 1999, p. 140-143.

Sarrazac, Jean-Pierre, « Récits de vie, jeux de mort (à la Comédie de Reims) », dans Théâtres du moi, théâtres du monde, Rouen, Médianes, « Villégiatures/essais », 1995, p. 213-219.

Sermon, Julie, « Matière-langue et effigies novariniennes », entretien avec Aurélia Ivan et Nicolas Gousseff, Théâtre/Public, no 193, Gennevilliers, mai 2009, p. 103-105.

Sevestre, Robin, « LHortus Deliciarum de Novarina », Frictions, no 20, octobre-décembre 2012, p. 83-85.

Simon, Daniel, « Le monologue dAdramélech : un clown tragique », Art & culture, no 8, Bruxelles, novembre 1987, p. 23.

Steinmetz, Jean-Luc, « Fractures dêtres (Lettre aux acteurs) », Textuerre, no 21-22, Montpellier, mars 1980, p. 59-61.

Struve, Nicolas, « Novarina, Vous qui habitez le temps. Fragment », dans Écritures dramatiques. Essai danalyse de textes de théâtre, Michel Vinaver (dir.), Arles, Actes Sud, « Babel », 1993, p. 661-674.

319

Szebesta, Audrey, « La scène lieu ultime des dépassements en tous genres ? Lexemple de Valère Novarina », Sens Public, [en ligne], octobre 2008 [consulté le 5 août 2011], http://www.sens-public.org/article.php3?id_article=605.

Temkine, Raymonde, « Orfèvres de la langue », Europe, no 818-819, juin-juillet 1997, p. 251-255.

Temkine, Raymonde, « LOrigine Rouge de Valère Novarina », Encyclopædia Universalis, Paris, 2001, p. 370.

Teulon-Nouailles, Bernard, « Valère Novarina », Axe-Sud, no 8, Toulouse, printemps 1983, p. 55.

Teulon-Nouailles, Bernard, « LOpérette imaginaire », Regarts, no 23, Montpellier, décembre 1998, p. 44.

Thierry, Carole, « Valère Novarina, “La lutte des morts” », Opus International, no 75, hiver 1980, p. 61.

Thomas, Chantal, « Cest la fête à la langue maternelle », Digraphe, no 22-23, printemps 1980, p. 239-242.

Thomasseau, Jean-Marie, « Un journal de genèse. LAtelier volant de Valère Novarina », Revue dhistoire du théâtre, no 249, janvier-mars 2011, p. 93-104.

Thumerel, Fabrice, Le Champ littéraire français au xxe siècle. Éléments pour une sociologie de la littérature, Paris, Armand Colin, « U », 2002, p. 107-112.

Thumerel, Fabrice, « De TXT à Europe : Valère Novarina en revues », La Revue des revues, no 32, 2002, p. 79-83.

Thumerel, Fabrice, « Theatrum mundi, mundum theatri. Étude sociogénétique de la première pièce de Novarina », Cahiers Robinson, no 15, Université dArtois, mai 2004, p. 175-204.

Thumerel, Fabrice, « Novarina au Français, itinéraire dun classique de notre modernité », LÉcole des lettres II, no 5, décembre 2005, p. 57-63.

Thumerel, Fabrice, « Du sacre de LOrigine rouge à la consécration de Novarina (ou comment un avant-gardiste devient classique) », dans Comment sont reçues les œuvres. Actualité des recherches en sociologie de la réception et des publics, Isabelle Charpentier (dir.), Grâne, Créaphis, 2006, p. 61-75.

Thumerel, Fabrice, « Le Comique dans le théâtre davant-garde : de Jarry à Novarina », LÉcole des lettres, [en ligne], 2006, http://www.ecoledeslettres.fr, Espace abonnés « Lycée ».

Thumerel, Fabrice, « Nouvelles de Novarinie », Libr-critique.com, [en ligne], 21 mai 2007 [consulté le 5 août 2011], http://www.t-pas-net.com/libr-critique/?p=643.

Thumerel, Fabrice, « Novarina, LAtelier volant (1966-2010) », Libr-critique.com, [en ligne], 8 mai 2010 [consulté le 5 août 2011], http://www.t-pas-net.com/libr-critique/?p=2231.

320

Todrani, Jean, « Je parle donc je suis », LÉveil, no 533, Marseille, 1992.

Toudoire-Surlapierre, Frédérique, « Du théâtre à en perdre le souffle ? », La Voix du regard, no 17, Fontenay-aux-Roses, hiver 2004-2005, p. 120-129.

Toulze, Thierry, « Les 400 coups dun Écolier Sacripant. Une approche du comique chez Valère Novarina », Recherches & Travaux, no 69, Université Stendhal-Grenoble 3, 2007, p. 97-108.

Vaquin, Agnès, « Novarina, tel quon le parle », La Quinzaine littéraire, no 752, 16-31 décembre 1998, p. 28.

Vasak, Anouchka, « Le théâtre. Festival dAvignon : novlangue, pataquès et trapèze volant », La Nouvelle Revue Française, no 441, octobre 1989, p. 123-125.

Verheggen, Jean-Pierre, « Cest vraiment nouveaurina », TXT, no 10, Rennes, 1978, p. 106-107.

Vernier, Jean, « Théâtre », Le Français aujourdhui, Supplément au no 140, mars 2003, p. 27.

Verschuer, Leopold (von), « Libre chute et danse dans la parole », Atelier Européen de la Traduction, [en ligne], « Traduire Valère Novarina », Scène Nationale dOrléans, décembre 1998 [consulté le 8 juillet 2007], http://www.atelier-traduction.com/atelier/vn/libre-chute.shtml.

Vignal, Philippe (du), « Valère Novarina, La Fuite de Bouche », Art Press International, no 16, mars 1978, p. 36.

Vincent, Jean-Pierre, Le Désordre des vivants, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, 2002, p. 121-122.

Vuarnet, Jean-Noël, « Le babil des classes dangereuses », Critique, no 381, février 1979, p. 215-216.

Weiss, Allen S., « Onomastique et accumulation : traduire Valère Novarina », Atelier Européen de la Traduction, [en ligne], « Traduire Valère Novarina », Scène Nationale dOrléans, décembre 1998 [consulté le 8 juillet 2007], http://www.atelier-traduction.com/atelier/vn/onomastique.shtml.

Weiss, Allen S., « Dix thèses pour détourner une œuvre », Alternatives Théâtrales, Bruxelles, no 72, avril 2002, p. 21.

Weldman, Sabrina, « La langue quand elle tangue », Art & culture, 4e saison, no 3, Bruxelles, novembre 1989, p. 41-43.

Weldman, Sabrina, « Cosmogonie », Art & culture, 5e saison, no 10, Bruxelles, juin 1991, p. 42.

Zobel, Éric, « La parole, le théâtre, la vie », Coulisses, no 22, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, mai 2000, p. 110-111.

321

Thèses de doctorat

Al-Hamdani, Ilham, Le Corps dans le théâtre de Valère Novarina, thèse de doctorat de Lettres modernes, sous la direction de Daniel Leuwers, Université François Rabelais, Tours, 2010.

Bouchardon, Marianne, Théâtre-Poésie. Limites non-frontières entre deux genres du symbolisme à nos jours, thèse de doctorat de Langue et Littérature françaises, sous la direction de Claude Leroy, Université de Paris 10 – Nanterre, 2004.

Buchvald, Claude, Dans le buisson ardent : être artiste dans et hors luniversité Paris 8, thèse de doctorat dÉtudes théâtrales, sous la direction de Stéphanette Vendeville, Université de Paris 8 – Vincennes, 2009.

Chénetier-Alev, Marion, LOralité dans le théâtre contemporain : Herbert Achternbusch, Pierre Guyotat, Valère Novarina, Jon Fosse, Daniel Danis, Sarah Kane, thèse de doctorat dÉtudes théâtrales, sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, 2004.

Dieuzayde, Louis, Le Corps du comédien : ses traitements et ses fonctions dans lexpérience théâtrale, thèse de doctorat de Lettres et Arts, sous la direction de Marie-Claude Tarranger et Ursula Meyer-Lapuyade, Université de Provence, 1997.

Hersant, Céline, Recyclage et fabrique continue du texte. Valère Novarina, Noëlle Renaude, Daniel Lemahieu, thèse de doctorat dÉtudes théâtrales, sous la direction de Jean-Pierre Sarrazac, Université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle, 2006.

Nachi, Ghada, Valère Novarina : une écriture de la subversion, thèse de doctorat de Littérature française, sous la direction de Martine Mathieu-Job et Hédia Balafrej, Université de Bordeaux 3, 2009.

Née, Laure, Valère Novarina, linactuel – une poétique du devenir, thèse de doctorat de Littérature française, sous la direction de François Noudelmann, Université de Paris 8 – Vincennes, 2010.

Padovani, Delphine, Le Théâtre du monde chez les auteurs dramatiques contemporains francophones. Valère Novarina, Pierre Guyotat, Didier-Georges Gabily, Olivier Py, Joël Pommerat, Daniel Danis, thèse de doctorat détudes théâtrales, sous la direction de Gérard Lieber, Université de Montpellier 3, 2011.

Ramat, Christine, La Comédie du verbe. Le comique et le sacré dans lœuvre de Valère Novarina, thèse de doctorat de Littérature française et Arts du spectacle, sous la direction de Pierre Jourde, Université de Stendhal-Grenoble 3, 2007.

Robert, Danielle, Esthétique de limmanence dans lœuvre de Valère Novarina, thèse de doctorat dÉtudes théâtrales, sous la direction de Jean-Marie Thomasseau, Université de Paris 8 – Vincennes, 2010.

Sermon, Julie, LEffet-figure, états troublés du personnage contemporain (Valère

322

Novarina, Noëlle Renaude, Philippe Minyana, Jean-Luc Lagarce), thèse de doctorat dÉtudes théâtrales, sous la direction de Jean-Pierre Ryngaert, Université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle, 2004.

Toulze, Thierry, Le Sacrifice comique de Valère Novarina. Étude rhétorique de la période 1975-2004, thèse de doctorat de Lettres et Arts, sous la direction de Bernadette Bost, Université de Lyon 2, 2010.

Tremblay, Nicolas, Le Théâtre et lorigine dans lœuvre de Valère Novarina, thèse dÉtudes littéraires, UQAM-Université du Québec à Montréal, 2008.

Films documentaires

Bouhénic, Pascale, LAtelier décriture de Valère Novarina, DVD, Paris, Centre Georges Pompidou, 1996.

Cros, Jean-Louis, « Lécriture en dialogue avec les arts », dans Pascal Quignard, « Tous les matins du monde », DVD, Chasseneuil-du-Poitou, SCÉRÉN/CNDP-CRDP, « Présence de la Littérature », 2010.

Lebesson, Jean-Paul, Paroles et pinceaux, vidéo couleur, Lyon, Cargo, 1986.

Leleu, Jacques, Néplaz, Marianne, Valère Novarina, mots et pinceaux, vidéo couleur, Cinétec/Deltascope, 1988.

OByrne, Raphaël, Ce dont on ne peut parler, cest cela quil faut dire, Les Films à Lou / ARTE France, diffusion Arte, 15 novembre 2002. Rééd. dans LActe inconnu de Valère Novarina, DVD, livret de Marion Ferry, Chasseneuil-du-Poitou, SCÉRÉN/CNDP-CRDP, « Œuvres accompagnées », no 3, 2010.

OByrne, Raphaël, « Biographie », voix dAgnès Sourdillon, Issy-Les-Moulineaux, Compagnie des Indes, 2007. Rééd. dans LActe inconnu de Valère Novarina, DVD, livret de Marion Ferry, Chasseneuil-du-Poitou, SCÉRÉN/CNDP-CRDP, « Œuvres accompagnées », no 3, 2010.

Ouanounou, Colette, « Dans latelier de Valère Novarina », dans LActe inconnu de Valère Novarina, DVD, livret de Marion Ferry, Chasseneuil-du-Poitou, SCÉRÉN/CNDP-CRDP, « Œuvres accompagnées », no 3, 2010.