Skip to content

Préface

View all information ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-3462-4
  • ISSN: 2262-4309
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3464-8.p.0011
  • Publisher: Classiques Garnier
  • Parution date: 02-12-2015
  • Language: French
Free access
Support: Digital
11

Préface

Dans un domaine encore mal appréhendé par les historiens parce que le plus souvent abandonné à la seule collecte dinformations ou de micro-informations, Matthieu Gellard nous offre un livre qui fait progresser lapproche des spécificités, des visées et des moyens de laction diplomatique à la Renaissance française. Demblée il fait le pari darticuler le principe dune confessionnalisation des relations internationales au concept de « société des princes » et il cherche à identifier les mécanismes de fonctionnement de la politique de Catherine de Médicis. Son outil, par lequel il sest mis en mesure de pénétrer dans les arcanes de la diplomatie moderne, ce sont les 5 958 lettres subsistant dun océan épistolaire : la reine mère, entre juillet 1559 et décembre 1588, aurait pu en avoir écrit ou faire écrire entre 10 000 et 30 000… Parce que la lettre était un « système de pouvoir », dans un univers humaniste qui croyait dans le pouvoir des mots. Matthieu Gellard a fait ici merveille, il faut y insister.

Il est évident quà la Renaissance ne joue pas seulement la redécouverte par Pétrarque de lart de la lettre, mais quil y a plus à distinguer : lécriture exerce une puissance de séduction sur les gouvernants, parce quelle érode ou occulte les distances, parce quencore elle projette celui ou celle qui est loin dans limmédiateté de celui ou celle à qui la lettre est destinée. Elle joue comme puissance de présentification immédiate de lacteur politique, dune translation au plus haut point performative, dans lespace et la durée, de son vouloir. Sous cet angle Catherine de Médicis ninnove pas, il suffit de penser à la correspondance-fleuve de Charles Quint, au système bureaucratique structuré qui permet à lempereur de gouverner jusquaux Indes occidentales ses sujets. Lhumanisme rhétorique joue ici à plein, dans cette certitude de ce que lécrit possède une portée presque magique, de ce que, comme la parole appliquant les règles de la rhétorique cicéronienne, elle peut non seulement exercer une action de persuasion, mais aussi activer une intentionnalité impérative. À quoi

12

il serait possible dajouter que le modus loquendi épistolaire repose sur la certitude que le langage est une création divine et que qui le maîtrise bien rentre dans les desseins divins.

Précisons toutefois que Catherine de Médicis, parce quelle sait, pour sa part, que le discours est pour elle le truchement de son jeu dactrice de la politique, avait sans doute la certitude de procéder à limage de lordonnancement du cosmos, de manière expansive à partir dune centralité qui était son savoir, une science des mots et des hommes qui était un don divin. Lécriture ne doit pas être séparée de sa parole. Elle surmultiplie la capacité de la reine mère à exister en paroles, à travers ainsi ces lettres recopiées en de multiples exemplaires, qui étaient destinées synchroniquement aux gouverneurs, lieutenants généraux, magistrats des villes…

Lépistolaire nest donc quun substitut à un art de la conversation qui faisait lessence de la conception du pouvoir au milieu du xvie siècle. Conversation qui avait pour fin de convertir les protagonistes du jeu politique ou diplomatique. En 1563, un témoin, le Vénitien Barbaro, relate ainsi la « patience » de Catherine à se mettre « au niveau de chacun », et l« infatigable constance avec laquelle elle recevait toutes sortes de gens, écoutant leurs discours et usant à leur égard de tant de politesse quon neût su désirer mieux1 ». Quant à Brantôme, il relève dans son panégyrique quelle savait bien manier les mots, « et connaissait bien où il fallait jeter sa pierre, et son mot, et où il y avait à redire2 ». Il se remémore sa capacité, qui lui venait de sa finesse et de son habileté, à « tirer les secrets » du roi François Ier, « et escouter et savoir toutes choses3 ». La reine mère, pour reprendre lexpression de lauteur des Vies des dames illustres françoises et étrangères, bien quelle fût italienne, « disoit et parloit fort bien françois4 ». Elle était une princesse qui « faisoit fort paroistre son beau dire aux grands, aux estrangiers et aux ambassadeurs », sa parole était une parole de « belle grace et majesté », elle était un savoir parler parce quelle était un savoir5. Et ce savoir parler

13

avait une fin éthique quil faut deviner : faire glisser, par lordre même émanant de sa virtuosité rhétorique et des ruses et techniques corrélatives de persuasion, ceux qui saventuraient à parler avec elle, dans un désir dordre, les faire passer du désir de mort vers le désir de vie, ou plutôt de vivre ensemble. Et ceci au sein du même système de pensée que Ronsard postulant, selon lanalyse dUlrich Langer, que l« autorité rhétorique est aussi le vinculum qui assure lexistence même de la vie commune », seule source de vie6. La lettre est un vinculum, comme la conversation. Un vinculum transportant, tel un arc-en-ciel, ce quelle se donnait comme vocation dapporter dans sa devise au royaume de France, la « lumière et la sérénité ».

Dans cette perspective, il ne faut pas oublier lemblématique de lécharpe dIris déployée, larc-en-ciel révélant le retour, après le temps sombre de la tempête ou de lorage, de la lumière du soleil sur le monde humain : Catherine de Médicis se laissait ainsi identifier à la messagère divine, fille de Thaumas et dElectre, qui était représentée ailée et revêtue dun voile léger ; la messagère dont la venue ne pouvait quinstaurer un règne de paix parce que de fécondité pour le royaume, quannoncer donc toujours et encore un âge dor7. Rappelons quIris, servante de Jupiter, et surtout truchement de Junon, telle un Mercure au féminin, est parfois la mère dEros… Et il faut rappeler encore que liris est la fleur symbolisant aussi le printemps, le temps du renouveau de la vie et de lamour8… Le motif de la fécondité, donc de la vie qui apporte la plénitude aux hommes, serait alors inhérent à la symbolique de larc-en-ciel, qui vient absorber les eaux terrestres pour en emplir les nuées afin que celles-ci les reversent sur terre et assurent ainsi éternellement la vie de

14

la nature. Lair et leau, dans ce système de communication perpétuelle, sont les sources de vie terrestre et donc humaine9. Mais larc-en-ciel aux couleurs « caméléonesques » unit aussi la terre au Ciel, napparaissant que grâce au feu du soleil qui léclaire et laissant sa voûte prendre appui doublement sur la terre. Et la devise de Catherine de Médicis voudrait signifier lengagement dans une inlassable activité tendue pour faire en sorte que cette communication soit toujours en œuvre. Disons juste que la correspondance opère comme un transfert de la symbolique dIris, liant le haut au bas, le gouvernement du royaume aux gouvernés, le royaume de France aux puissances alliées ou concurrentes. La lettre porte en elle une lumière, elle exprime un savoir qui est absolu de vérité.

Ce motif de la lumière assimilée à la sagesse divine se trouve, après la mort dHenri II, au premier plan du jeu politico-religieux du royaume. Catherine de Médicis développa un système de pouvoir au cœur duquel il y avait loutil épistolaire qui sinscrivait dans la continuité de cet idéal de lumière. Elle cherchait à créer une forme de communauté desprit par lusage de lécriture10. Limage de la corne dabondance, qui apparaît dans les dessins dAntoine Caron comme allégorisant la figure de la reine mère, nouvelle Junon, alors dédouble son sens. La cornucopia nest plus seulement symbolique de la fécondité dune union qui, avant le décès dHenri II, présageait garantir une ère de plénitude pour le plus grand des royaumes de la terre, elle exprime désormais la puissance dun règne dont lavancement et la pérennisation reposent sur labondance des mots.

Par des milliers de lettres rédigées par elle-même ou dictées à des secrétaires, Catherine de Médicis écrit, tentant de maintenir, par le biais opératoire du discours, les liens avec les sujets du roi qui, alors, tendent à se diviser et à sopposer, à entrer dans la spirale du soupçon et donc du désir de violence. Lidéal humaniste de la philanthropia ou

15

de la benevolentia devait, dans cette optique, permettre de transcender les passions, de créer un consensus ou une concorde des acteurs sociaux du royaume autour de la volonté politique de lÉtat royal, la Loi du roi. Lumière et concorde sont liées, dans la continuité possible de limaginaire ficinien dun amour présent et toutes choses et tendant à toujours se dilater. Marsile Ficin fut un philosophe de la lumière, Eugenio Garin la relevé : « si lamour est la force intime et lâme du réel, lunivers porte un habit de lumière. La réalité est perçue comme amour grâce à lamour, et comme forme grâce à la faculté de voir11 ». Par la parole et donc lécrit de lhomme-microcosme, lâme peut sélever au-dessus du monde terrestre jusquà lEsprit divin. Écrire revenait alors à participer dun travail damour et la politique de concorde, contre ce que dénonçaient ses opposants, avait une signification sacrée. Écrire revenait à poursuivre ou remplacer les entretiens oraux quand ils nétaient plus possibles.

Sil y eut un pouvoir épistolaire au temps des derniers Valois comme Matthieu Gellard le démontre très savamment, il faut le replacer dans la perspective humaniste qui attribuait de plus, depuis Pétrarque, à lécriture une puissance de communion entre les hommes. Il sagissait dinformer et de persuader tout à la fois, mais aussi de faire se maintenir, malgré les distances, un lien humain damicitia ou de fraternitas entre Catherine de Médicis et ses correspondants, de le stimuler pour empêcher que les forces des passions ne submergent lÉtat, de faire en sorte que ses correspondants, par leur travail accompli en paroles auprès des gouvernants étrangers, en assurent la défense et la promotion. Chaque lettre, même la plus anodine, est un discours régulé qui vise à entretenir, jusquau bout de son possible, un « convivere » avec des hommes ou des femmes qui se trouvent implicitement identifiés avec des « familiares », parfois dautant plus identifiés quun message oral très spécifié sajoutait à lécrit. Chaque lettre est pour Catherine de Médicis un outil contre la tentation de violence, un appel à entrer dans le même désir quelle, le témoignage dun humanisme civil en action qui sollicite impérativement ou exige ladhésion du correspondant. On voit ainsi le président de Thou, en juillet 1563, recevoir le commandement de punir les responsables dun crime infâme perpétré à Issy. Son fils et elle, écrit la reine mère, sont résolus à ne pas tolérer de tels débordements. Il

16

faut que le président travaille au châtiment des coupables et linforme régulièrement de la progression de lenquête12. Tout doit être fait pour éviter la violence : par exemple entre le massacre de Vassy et le début de la première guerre de Religion, quand Catherine de Médicis écrit au prince de Condé, pour tenter de lempêcher de faire le choix de la guerre ; par exemple encore, au lendemain du 24 août 1572 quand, avec son fils Charles IX, elle multiplie les envois de missives aux gouverneurs de province, aux lieutenants généraux, aux officiers royaux, aux magistrats des villes, pour leur donner commandement de ne pas laisser faire violence aux huguenots et de continuer à faire appliquer les articles de lÉdit de Saint-Germain.

Doù un travail acharné qui est scruté dans toutes ses manifestations et tensions par Matthieu Gellard avec une grande réussite, un travail relevé par Brantôme qui note avoir vu la reine, une après-dîner, écrire elle-même « vingt paires de lettres et longues ». En retour, on sait que dès le premier conseil du règne de Charles IX, le 6 décembre 1560, elle commande que ce soit à elle, « premièrement » que toutes les correspondances soient adressées13. Le pouvoir comme flux et contre-flux de mots, comme abondance à la fois centripète et centrifuge de mots. Pour Catherine de Médicis, si la politique, dans son devoir de lumière, était donc écriture et mémoire, il était aussi réception et lecture, comme lécrit Brantôme : « elle nespargnoit point sa peine à lire quelque chose quelle eust en fantaisie » et elle aimait se faire lire ou acheter les œuvres des « gens sçavans14 ». Et quand elle écrit dans les périodes de transition qui doivent conduire à la paix, elle sattache à répéter à ses correspondants quelle simplique totalement, dans la conscience de limmensité des difficultés mais dans la certitude quelle se doit de sengager jusquau bout de ses forces : ainsi le 18 mai 1563 quand elle sadresse à Lansac pour lui dire que « je suis continuellement après lestablissement de tout ce qui appartient et despend de nostre paciffication qui nest pas œuvre dun jour, comme vous pouvez le penser, après tant de calamitez, ruynes et dommaiges receuz par les peuples et tant de voluntez affesées et irritées quelles ne se réconcilient pas du premier coup15 ».

17

La lettre fonctionne alors sur plusieurs registres. Le premier est tout simplement celui de la dispensation de linformation : il sagit de dire ce qui se passe, de fournir, dans un monde où chaque protagoniste articule sa propre version des faits et où en plus les faits se perdent bien vite dans la sphère plastique du discours, ce qui doit être reçu comme vérité. Il sagit de prendre le contre-pied des paroles des hommes et des textes quils peuvent faire imprimer pour tenter de sapproprier le sens de lhistoire en le façonnant à leurs propensions subversives de lordre étatique. La lettre est donc un récit, une narration, un acte dhistoire au double sens du terme : acte parce quelle est une fabrique de lhistoire telle quelle a été hors des processus de captation que les factions sautorisent de déclencher, acte parce quen disant lhistoire elle fait lhistoire, elle la tend dun présent à un futur, elle lui donne une lisibilité et cherche à la maintenir dans un champ de significations et donc dintentionnalités.

Ainsi en est-il quand Catherine de Médicis assume entre le mois doctobre 1578 et le mois de mars 1579, la figure de négociatrice avec le prince de Navarre et rend compte à Henri III de lavancée de sa mission : il sagit pour elle, à travers des missives longues, de ne rien omettre de ce qui est fait en vue de lexécution de la paix de « compromis » octroyée par lédit de Poitiers du 8 octobre 1577, de faire en sorte que le roi voit comme de ses « yeux » tout ce qui se passe loin de lui16. La reine mère, au fil des jours et des semaines qui la voient rencontrer les émissaires de Henri de Navarre et les députés des Églises de Guyenne et du Languedoc, insiste sur ce quelle appelle « lentier debvoir que je feray de delà pour vostre service, le repos de vostre royaulme et le bien de vos affaires17… » Il lui faut, écrit-elle, sans relâche essayer daccélérer les choses, parce que les longueurs de temps, que la stratégie huguenote cherche à imposer avec un certain succès, font encourir sans cesse le risque dun échec qui serait dû à une modification des rapports de forces ; il lui faut toujours et toujours mettre en avant, face à ses interlocuteurs, quil ny a quun moyen de « guérison » au « mal » dont souffre le royaume – lapplication de lÉdit de paix de Poitiers que les huguenots avaient du mal en définitive à accepter dans la mesure où ils y constataient un recul considérable par rapport aux acquis très positifs pour eux de la paix de Monsieur18.

18

Son véritable adversaire, qui est aussi dans ses lettres celui quelle dit partager avec son fils, est la violence qui tue, ruine, divise, consacrant la désobéissance… La guerre signifie pour elle le « malheur ». Écrire cest tenter daccomplir un exorcisme du malheur. Lécriture est un acte conjuratoire.

Et cette lutte contre la guerre est le second registre sur lequel fonctionne lécriture. Lépistolaire exprime un désir dunité des hommes réalisé avec les moyens du désir, en loccurrence lécriture. Il est une arme contre les armes, une arme qui ne verse pas le sang parce quil est synonyme de quête de paix, dopération de contournement des passions humaines. Son discours oppose raison et déraison et cest par la « patience » quelle dit lavoir mené à bien dans les temps des premières discussions avec la partie adverse. Son problème est de trouver un point déquilibre dans les tensions des deux partis : « cela me donne beaucoup de travail ; car quand je pense avoir fait dun côté, je trouve que je suis tracassée par des difficultés imaginaires et sans raison, et que toutefois je ne puis vaincre quavec beaucoup de patience et divers comportements envers les uns et les autres, et principalement envers ceux qui vous sont et à moi les plus obligés19 ». La lettre traduit la prévalence dun travail de raison et ce serait peut-être là que le pouvoir au féminin de Catherine de Médicis sidentifierait : pouvoir dune reine mère assurée que la femme a une supériorité sur des hommes naturellement enclin à la violence martiale, la supériorité de savoir agir dans le cours de lhistoire avec « doulceur », cest-à-dire avec humanité et raison. Il faudrait peut-être distinguer dans la correspondance de la veuve de Henri II la projection de ce quen tant que femme, elle se devait de combattre avec dautres armes que les hommes, des armes qui ne faisaient pas le mal parce quelles avaient été données par Dieu pour lutter contre le mal. Ce serait le troisième registre sur lequel lépistolaire diplomatico-politique se construit.

Car cest de la « raison » dont se prévaut Catherine de Médicis et contre laquelle se dressent plusieurs figures contre lesquelles la partie est ardue : en premier plan viennent les huguenots, attachés à leurs revendications, « durs, opiniastres et plains de mauvaise volonté20 », et pour certains qualifiés de « fascheux ». Les huguenots sont difficiles

19

à appréhender, parce que leurs pratiques de la négociation jouent sur différents axes : celui des troubles de Guyenne et de Languedoc qui risquent de connaître à tout moment des rebondissements inquiétants, mais aussi celui des événements qui pourraient à tout moment advenir dans dautres provinces, voire hors du royaume dans les Flandres : « que ces gens icy, lesquelz ont quelque chose de caché dans le cœur, comme il se congnoist assez par les remises quilz me font, ne retournassent au mal que nous debvons craindre, qui est loccasion seule qui me faict tant patienter21… » Avant dentamer le cycle des négociations directes, Catherine de Médicis sait quelle trouvera sur le chemin de la paix « beaucoup de traverses », et que rien ne sera facile. Il lui faudra changer les cœurs des hommes, les faire renoncer à cette part de « caché » quelle devine en eux et qui les retient de penser à labsolue nécessité de la paix. Elle écrit et réécrit ainsi à son fils quil y a alors une priorité pour elle : éviter de se laisser tromper par les huguenots et leurs « artifices ». Ceux-ci, depuis déjà un mois, ne parlent que de paix, et ils nont rien fait pour progresser en ce sens. Sans doute parce quils attendent de voir, répète-t-elle, ce que pourraient donner les contacts entremis avec le Bavarois Jean Casimir22. Si celui-ci entreprenait davancer des troupes en direction du royaume, il est patent que les exigences des réformés seraient beaucoup plus radicales et que le rapport de forces dans les négociations différerait : ils pourraient alors aller jusquà exiger la liberté de culte dans tout le royaume, en se fondant sur les clauses très favorables de la paix de Monsieur (6 mai 1576)…

Le quatrième registre sur lequel la correspondance interagit est un registre pédagogique, en continuité de la revendication dune priorité donnée à la raison. Le livre de Matthieu Gellard est rempli dindices dune telle dynamique. Une lettre, quelle soit adressée au roi ou à un ambassadeur ou un intermédiaire de la décision politique, est un enseignement, intrinsèquement et fondamentalement. En même temps que Catherine de Médicis, toujours dans le cours du voyage qui va la mener à Nérac, distille ses confidences à son fils, il apparaît toutefois que ses lettres, très travaillées, parfois même programmatiques, ont été conceptualisées autant comme une instruction de lart de la « négociation » de paix que comme des narrations factuelles et des sollicitations

20

dappui23 ; une pédagogie de ce que le politique doit toujours, envers et contre tout mais grâce à des techniques savantes, choisir la voie de la modération. La reine mère, dans cette optique, sexprime dans le cours de la négociation en recourant bien souvent au registre des émotions. Lorsque, le 16 décembre 1578, depuis Nérac, elle rapporte à Henri III les difficultés auxquelles elle est confrontée pour décider le roi de Navarre à ouvrir la conférence avec les députés des églises de Guyenne et de Languedoc, elle démontre que son discours sattache à toucher une cible : le « cœur » de son « filz le roy de Navarre », grâce à des « persuasions et remonstrances de toutes choses qui se peuvent dire et représenter ». Il sest agi pour elle de tenter de l« esmouvoir » pour le pousser à aller dans le sens de la paix24. Négocier cest « esmouvoir » grâce à linstrumentalisation de techniques rhétoriques. Demblée, la reine mère pense donc son rôle sous langle dun pouvoir du langage. Elle évoque plusieurs des moyens auxquels il est licite de recourir, en les nommant : la patience et la dissimulation dune part, la colère et la franchise dautre part, dont les effets cumulés lui permettent de faire surgir sur la scène de la conférence de Nérac ce quelle nomme la « résolution » ou « fermeté ».

La politique, alors, et cest le premier des enseignements qui ressort du beau livre de Matthieu Gellard, est une exercice de domination des passions qui renvoie à un travail de conception savant. Catherine de Médicis pèse tous ses mots, quelle écrive elle-même ou dicte ses lettres, en fonction non seulement de ses interlocuteurs mais aussi des finalités quelle donne à son écriture. Ainsi soulignera-t-elle, le 19 janvier 1579, aux envoyés des députés huguenots venus la trouver au Port-Sainte-Marie, quelle ne veut plus se plaindre de la « peine » quelle a prise de venir si loin dans une saison si défavorable : car seul compte à ses yeux lachèvement positif de son voyage, « que les choses prissent de bon succedz ». Seule compte donc une issue favorable quelle souhaite avec force, un « bien » « que tant de pauvres peuples attendoient » et dont les députés protestants sont à ses yeux responsables du retardement25. Selon ses propres mots dénonçant au vicomte de Turenne le refus de collaboration des députés huguenots, leur obstination, il nest

21

à aucun moment question pour elle de se plaindre de ses « peynes », parce quelle a fait, depuis quelle a quitté le roi et quelle sest engagée dans son « labeur », complètement abstraction de ce qui touche à son « particulier26 ». Son « négoce » la fait se donner entièrement à ce qui est son but : établir une paix durable, défaire les forces bellicistes. Les articles mêmes de la conférence de Nérac – elle nhésitera pas à le dire à lassemblée de la noblesse de Guyenne quelle tient ensuite à Agen – lui ont été une souffrance parce quelle a du aller contre elle-même : « il sest passé beaucoup de choses qui mont fait grand mal au cœur, et je désirerois que ce mal fût tombé sur moi seule27 ». Au sens étymologique, elle a fait preuve de « patience » par son aptitude à endurer et assumer linsupportable. Et la patience, alors, savère proche de la simulation.

Cest là où ce livre simpose comme un pallier dans lépistémologie des techniques de mise en œuvre de laction politique et diplomatique à la Renaissance tardive. Matthieu Gellard, en effet, a voulu demblée inscrire sa démarche dans un courant historiographique critique qui doit, à ses yeux, procéder de manière à la fois quantificative et qualitative, car il a indéniablement raison quand il affirme que, encore maintenant, « la singularité du pouvoir de Catherine de Médicis serait en partie écrasée par une approche trop institutionnelle ». Le pouvoir est peut-être, si nous le suivons, plus épistolaire que « politique » au sens restreint du terme, même si les lettres de la reine mère ne fournissent pas à lhistorien sur la longue durée de sa présence au centre ou dans une périphérie proche de la décision, un outil toujours fiable, en raison de la déperdition qui touche un tel objet et qui est en quelque sorte « naturelle ». Que penser alors des disparités chronologiques pour ce qui est de lactivité épistolaire de Catherine de Médicis ? Certes de multiples paramètres peuvent être intervenus, mais le processus de suspension décriture de la part de reine mère, peut avoir aussi un sens, faire partie de la sémiologie du politique qui est la sienne et qui pourrait avoir aussi participé de son jeu propre. Ne pas écrire peut aussi avoir une signification politique et la reine mère peut avoir, en retenant ou bridant son activité épistolaire, voulu déporter son action politique sur un autre plan. Ou même avoir désiré

22

dire plus que ce que lécrit lui permettait de signifier. Ne faudrait-il pas accepter que, participant dune science du pouvoir dans laquelle contre lincertitude, contre les blocages, contre la violence même, laphasie puisse être un instrument ? Précisément parce que les récepteurs de la correspondance ont lhabitude du rapport de force performatif inhérent aux lettres de Catherine de Médicis. Alors le silence peut porter dans ses tréfonds une extrême tension en direction de ceux qui peuvent être tentés de se désinvestir de la relation dialogique. Et alors, rien ne sert de dire que le corpus des lettres de Catherine de Médicis, par son incomplétude, ne serait pas un truchement fiable pour une approche de la figure même de la reine mère. Bien au contraire.

Car Matthieu Gellard le montre remarquablement, lépistolaire apparaît comme une expression à la fois centripète et centrifuge du pouvoir : sil est message du pouvoir vers un destinataire, il est aussi discours du gouvernement sur lui-même, élément de « construction par Catherine de Médicis de sa propre identité » et de sa position auprès du roi. La correspondance, ici, dépasse le caractère magique des mots, elle projette une part de la figure de Catherine, de la nécessité qui lanime politiquement, par delà elle-même, et de son rôle dactrice installée au cœur même du pouvoir. Elle est idéologique aussi bien dans sa symbolique que dans la praxis quelle révèle.

Cela a été une très bonne idée de sattacher, alors, aux 20 destinataires les plus importants, dans la mesure où Matthieu Gellard y a trouvé lassurance dune préoccupation axée sur les relations internationales : 2 454 des 5 958 lettres sintègrent dans « un ensemble dit de correspondance extérieure ». Une préoccupation qui doit être amplifiée encore puisque 10 % des lettres à visée intérieure comprennent un développement ayant trait à la diplomatie. Une correspondance qui est adressée dabord aux 49 ambassadeurs résidents et aux 31 agents extraordinaires qui ont été identifiés, à qui il faut rajouter dautres personnages, comme les souverains européens, etc. Un des points forts du livre est que Matthieu Gellard, sur la base dune histoire minutieuse qui procède par un comptage des lettres, des mots, des correspondants, parvient à critériser ce qui aurait été lactivité de la reine : « toutefois le fait que Catherine de Médicis écrive beaucoup ou peu de lettres extérieures pour une année donnée nest pas signifiant en soi, si cette même année est une année de pic ou de creux de la correspondance

23

générale. De manière à évaluer limportance de lactivité diplomatique de la reine mère, il faut combiner les chiffres absolus avec le ratio entre correspondance extérieure et correspondance générale pour la période en question. Alors il est possible de remarquer que sous Charles IX, la correspondance extérieure représente environ 47 % de la correspondance totale, alors que, sous Henri III, ce chiffre tombe à 33 %. » Que penser de cette diminution ? Faut-il alors évoquer la question dune réduction du rôle diplomatique de Catherine de Médicis, ou plutôt de son champ dimplication, ou ne faudrait-il pas poser lhypothèse dun recentrage sur une diplomatie qui, dans la mesure où les correspondants sont parties-prenantes dune internationalisation du conflit civil, tend à devenir intérieure ? Très marquante et remarquable est la suite de la démonstration : « en définitive, il est possible de noter que lorsquexistent des séries complètes, la reine mère sapproche dun rythme bimensuel décriture pour les ambassadeurs présents dans les postes les plus importants ». Et rien ne perturbe son implication quand en 1588, malade, probablement déprimée, elle « est encore en contact avec les résidents français à Rome, Copenhague, et Londres, Jean de Vivonne, Charles de Quissarme, et Guillaume de lAubespine ». Ajoutons que le livre de Matthieu Gellard est dautant plus important quil nous met sous les yeux une des déficiences constantes de lhistoriographie des derniers Valois, quand elle ne cherche à analyser la crise politique de royaume que de lintérieur, sans tenir compte de lemboîtement décisif des paramètres extérieurs.

Comment comprendre cette implication acharnée dans lexercice épistolaire, si lon refuse la thématique de lobstination dune femme qui aurait été fascinée par le pouvoir, ou celle de la mère abusive ne voulant rien lâcher de ce qui aurait été son appétit dautorité et de domination sur non seulement ses fils, mais aussi les clans aristocratiques etc. ? Il y a bien sûr le motif de la maternité, Catherine mère des rois, mais aussi mère des sujets des rois et donc se devant de les protéger. Elle est fondamentale, parce quelle détermine une stratégie daccompagnement de lautorité de ses fils, au nom de la défense de leur pouvoir délus de Dieu et de leur État qui est lultime barrière contre la barbarie. Catherine de Médicis écrit en effet avoir conscience de la difficulté de son entreprise, des réticences et manigances des huguenots, mais pour elle, « avec laide de Dieu », elle en viendra à bout grâce à la « patience ». Et la patience

24

saccorde avec la « doulceur », un refus de la cruauté. La douceur, de plus, nest pas seulement, une attention qui fait que la reine mère soppose à tout ce qui pourrait entraîner les sujets du roi à être acteurs ou victimes de violences, elle est aussi à lier à la parole quelle fait sienne et qui vise à « reddresser » les hommes.

Tout se passe comme sil y avait là la mise en valeur dun glissement dans la mythographie personnelle de Catherine de Médicis. Elle sétait déjà prévalue fortement de lappropriation dune figure maternelle dans les années 1550-1560, à travers les poésies et les représentations qui la glorifiaient, nouvelle Junon providentielle, davoir donné naissance grâce à sa fécondité, à des enfants qui feraient régner sur la France et la chrétienté un nouvel Âge dor28. Dès 1571 cependant et dès les Entrées de Charles IX et Élisabeth de Habsbourg dans Paris, une certaine évolution avait été mise en perspective. Simon Bouquet avait bien sûr signifié que cétait « par don et speciale grace » que, « guidée de lesprit de Dieu », la reine mère avait pu parvenir à la paix, confédérant dans la concorde les catholiques et les huguenots29. Catherine de Médicis conservait sa vocation de fécondité, dans un des tableaux qui avaient donné lieu à une composition hiéroglyphique : une femme, dotée de plusieurs mamelles et entourée de petits enfants, y était peinte couchée, appuyée sur son coude. Au milieu dune nature remplie de fruits, dépis de blé, de grappes de raisin, elle tenait à la fois la corne dAmalthée et la boite de Pandore… Image dun bonheur qui revenait, symbole dune reine mère remplie damour et nourricière des peuples du royaume de France…

Dans lexpression de ce désir dêtre mère des sujets du roi, il faudrait deviner une ligne de continuité avec certaines assertions de Catherine de Médicis, dès lannée 1563, avançant une supériorité des femmes sur les hommes : tous les maux qui se sont lors de la première guerre civile, avait-elle alors écrit au maréchal de Cossé, auraient pu être évités si les hommes navaient pas imposé leur vouloir : « et daurnavent, si lon ne mempesche encore, jespère que lon conestra que lé femme aunt milleur volanté de conserver le royaume que seulx qui lont mis a létat e, quoy yl est30… » Marguerite de Navarre lavait puissamment valorisé dans

25

lHeptaméron, il y a un honneur féminin supérieur à lhonneur masculin qui conduit les hommes à tuer et à sentre-tuer : cest un honneur qui les porte à lamour, à ne pas avoir en elle une disponibilité à faire le mal. Au contraire, elles ont en elle une aptitude plus forte que celle des hommes à aimer et donc à aimer Dieu31. Ce qui renverrait à la « reputacion » quentend défendre la reine mère tout au long des discussions, son honneur dêtre une femme et, parce quelle est femme, de sopposer aux tentations de violences, de rechercher la concorde et la paix contre le « mal » et le « malheur ». Lhonneur que dépeignait le Magnifique dans le Corteggiano, quand il glorifiait les exemples historiques de femmes telles que les Sabines ayant trouvé en elles le courage dapaiser les hommes les plus martiaux. Lhonneur dun courage digne et prudent qui est douceur et qui table sur le pouvoir magiquement apaisant de la parole pour pouvoir parvenir, loin de la violence, à ses fins32. Lépistolarité de Catherine de Médicis renverrait à cet honneur féminin, honneur de protéger à travers le royaume de ses fils, les Français, souvent contre eux mêmes ou contre les puissances étrangères.

Mais il faudrait plutôt porter lattention sur la vocation sacrificielle du travail de composition épistolaire de Catherine de Médicis. Et ce travail inlassable attribué à Catherine de Médicis permet aux poètes Mellin de Saint-Gelays et Estienne Jodelle de prouver que, comme la sainte dont elle porte le nom et qui fut suppliciée sur la roue avant dêtre décapitée, la « mère de France » a souffert « tant de maux, tant dennuys, tant de facheux perils33… » Une conscience sacrificielle dont, de manière évidemment fort apologique, Brantôme a détaillé dailleurs lexpression symbolique assumée par Catherine de Médicis dans la transformation de son emblématique après la mort dHenri II : « or notre Reyne, autour de sa devise que je viens de dire, y avoit fait mettre des trophées, des miroirs cassez, des éventails et pennaches rompus, des carcans brisés et ses pierreries et perles esplanades par terre, les chaises toutes en pièces ; le tout en signe de quitter toutes bombances mondaines puis que son mary estoit mort, duquel na jamais pu arrêter le deuil ; et, sans la grâce de Dieu, et sa constance dont il lavoit doüée, elle eust succombé

26

à cette grande tristesse et ennuy : et aussi quelle voyait que ses enfant fort jeunes, et la France, avoient grandement besoin delle, comme nous lavons veu despuis par experience ; car, comme une Semiramis, ou une autre Athalia, elle entreprit, sauva, garantit et préserva sesdits enfants et leurs regnes de plusieurs entreprises qui leur estoient préparées en leur bas aage, avec telle prudence et industrie… »

Catherine de Médicis le clame en juin 1569 à Charles IX : son royaume, du fait de la méchanceté daucuns de ses sujets, est devenu un royaume de « mysaire », mais elle se consacre à être comme la gardienne de tous les instants, veillant à ce que le pire narrive pas : il faut que son fils ait à lesprit quelle est « mère » et quelle est aux aguets pour tout ce qui peut advenir et surtout que « ryen ne vous peult aulter set beau royaume que Dieu vous ha donné tent que demeurerés en vie, quelque fortune qui aveigne34 ». Amadis Jamyn compose ainsi, à loccasion de la mort de Charles IX, une élégie dans laquelle il dépeint la France vivant un siècle de fer, mais maintenue en vie par « un esprit », celui de Catherine de Médicis, lui permettant de triompher du mal. Et si les misères subies ont été « estranges », cest parce que se sont multipliés les « accidens de Fortune diverse, / Prompts à tourner lestat à la renverse ». Dun côté, il y a eu les malheurs, qui, comme des chocs se succédant les uns aux autres, ont secoué la France. De lautre, il y a eu la reine Catherine de Médicis qui leur a résisté. Prudente, « en bons conseils fertile », la reine sest dressée contre les malheurs parce quelle a eu surtout un « œil » dont la vigilance est inégalée et qui est comme un soleil35. Elle a ainsi libéré les Français de leurs violences civiles. Mais quand elle dit pourquoi elle a agi, il y a le service du roi son fils, et surtout celui de Dieu dont elle rapporte quil laccompagne dans ses missions et devoirs de paix. Et il nous faut imaginer que cet « œil » put se focaliser aussi, entre autres objets, sur ces lettres que la reine mère écrivait, faisait écrire, et dans lesquelles chaque mot était pesé, soupesé. Lettres qui commandaient dagir, mais aussi demandaient que soient renvoyées des nouvelles permettant à la reine mère de pouvoir mettre en œuvre un regard panoptique sur la situation intérieure et extérieure du royaume.

27

Tout au long de son livre, Matthieu Gellard multiplie les informations à la fois significatives et nouvelles. Il donne beaucoup à son lecteur qui ne peut quêtre peu à peu happé. Catherine reçoit ainsi des ambassadeurs résidents à Madrid environ 50 % de dépêches en plus quelle ne leur en écrit. Surtout surgit le motif de la double correspondance : dès décembre 1560, « la résolution et Response qui devra estre faicte … accompagnée dune lettre de la dicte Dame mère ». Ce qui pose la question des relations de la reine mère au roi et des mythes qui ont été construits à ce propos. La correspondance de Catherine de Médicis nous indique quil ne faut pas appréhender une volonté dimposition à sens unique par la reine mère de sa présence active, mais bien plutôt une théâtralité permettant douvrir en permanence la sphère de la gestion du politique et de la diplomatie au plus large de léventail du possible et donc de maintenir la liberté daction des acteurs du pouvoir dans une plénitude. Matthieu Gellard, dans des pages excellentes, nous aide à appréhender ce mécanisme.

Pour ce qui est de lAngleterre, Matthieu Gellard, avec bonheur, souligne en effet quil sest agi prioritairement de maintenir Élisabeth dans la neutralité et que domine la crainte dune alliance protestante internationale, à quoi sajoute la méfiance face à lexistence dun « shadow resident », le cardinal de Chatillon. La politique française veut avant tout éviter la déclaration de guerre, et lambassadeur a la mission de présenter les événements de France de la manière mécontentant le moins possible la reine Élisabeth. Mais les choses sont plus compliquées que ce premier niveau de sens le donne à penser, car il faut aussi faire semblant, feindre, en fermant les yeux sur les agissements dissimulés dElisabeth en faveur des huguenots, il faut faire comme si rien ne sétait passé ; « il existe une zone de tolérance, le rôle du résident étant de la limiter au maximum », écrit de façon très pertinente Matthieu Gellard qui est là au cœur du dispositif intellectuel de la diplomatie française. Cette zone de tolérance, elle sappelle la « dissimulation » et pour mieux lévaluer, il faut porter lattention sur lescalade dramatique des relations franco-anglaises de lhiver 68-69, parce quil y a alors lémergence dune véritable politique des apparences, dans laquelle Charles IX et sa mère se partagent les rôles et donc les mots. Comme ils le feront à propos du soutien aux Gueux de mer durant le premier semestre 1572.

28

Gouverner, et donc promouvoir une diplomatie travaillant dans lambiguïté, opérant parce que les hommes et leur histoire sont contingents dans la contingence, cest être toujours dans la mobilité, linstabilité, et donc le double langage que le couple roi/mère du roi autorise si ce nest facilite. Cest Catherine de Médicis donnant le conseil à son ambassadeur : « et en apparence, garderez de mesme envers ceste princesse, et, en effect, mieulx quelle na faict envers vous, les trettez de paix, lesquelz depuys ung an, vous luy avez promis dinviolablement observer ». Dualité du pouvoir, dualité du discours, parce quil faut toujours être en mesure dopérer des correctifs sur ce que lon a fait ou dit. Lors de la révolte des barons du Nord, il y a dune part la satisfaction de Charles IX face à la défaite des révoltés, exprimée dans une missive destinée à être lue en audience. Des révoltés sont des révoltés et, implicitement, Charles IX pose que les huguenots ne doivent pas être soutenus par la reine dAngleterre car ils sont des révoltés à mettre sur le même plan que ceux quelle affronte. Et Matthieu Gellard de nous dire que la position de Catherine, au même moment, est tout à fait différente, contenant des instructions particulières visant à chercher à conforter les chefs du Nord si cest encore possible. Si jamais ces derniers sont défaits, ce sera seulement alors quil faudra aller voir la reine « et luy user du langaige que vous escript le Roy ». Un épisode remarquable, car mettant bien en exergue cette dualité fonctionnelle sexprimant ici par le truchement de la lettre. Un travail non pas de rivalité, mais de connivence plaçant le roi et sa mère chacun dans un champ possible de lengagement politique.

Nous est présentée une excellente étude de lévolution de la situation de Catherine de Médicis entre les règnes de Charles IX et de Henri III, même si la méfiance encore doit être introduite face à ce que les lettres expriment. Sous Charles IX, elle est au gouvernement du royaume, elle gouverne, sous Henri III elle serait la reine qui conseille, avec des facteurs comme lécart physique qui est instauré (changement de localisation parisienne par exemple). Faut-il vraiment poser que Henri III a été mécontent de la conclusion de la paix de Monsieur, conclue le 6 mai 76, et que son mécontentement aurait contribué à une certaine secondarisation de sa mère ? Ou ne faudrait-il pas avancer quil joue à se montrer mécontent ? Toujours surgit la même difficulté à percer le domaine des démonstrations orales ou écrites auxquelles les acteurs de la politique, au xvie siècle, se livrent. Ils sont tout le temps dans le champ

29

de la mise en scène deux-mêmes, il ne pensent pas, ils jouent seulement, et la correspondance nest quune pièce, essentielle certes, dans leur jeu.

On ne peut, dautre part, quêtre daccord avec la vision de Matthieu Gellard, qui ne croit pas à un mouvement de lente continuité qui aurait vu Catherine de Médicis séclipser peu à peu de la scène politique. Comme il lécrit, elle conserve une place centrale dans le cérémonial, et aussi et bien sûr dans les prises de contacts avec les ligueurs. Plus quune transformation de son rôle dans une posture qui serait plus de lordre du conseil que de la décision, ne faudrait-il pas se demander si ce nest pas aussi la représentation du pouvoir qui change à partir de 1578 et si elle ne participe pas, dans sa relative secondarisation sur le champ dune politique pensée comme un théâtre des apparences, dune reconfiguration de la sphère royale désormais polarisée sur la symbolique christique de Henri III ? Une hypothèse sur laquelle le beau livre de Matthieu Gellard donne fortement à réfléchir.

Il faudrait des pages et des pages pour évoquer, également, la richesse des apports que létude fine de la correspondance de la reine mère autorise, tant à propos des 305 agents identifiés, des 60 personnages qui interviennent dans le cadre de 75 missions permanentes, mais dont 47 neffectuent quune seule mission, de la durée même des missions. Ou encore à propos des ambassades extraordinaires et de juillet 1559 à août 1589, des 413 missions accomplies par les 269 ambassadeurs – donc une à deux missions par tête –, des 10 ambassadeurs extraordinaires totalisant le plus de missions, de la ventilation sociale – 41 % hommes de guerre, 21 % des robins, 16 % des hommes dÉglise… Apport important encore sur la temporalité de la diplomatie, les conditions matérielles de lacheminement des lettres, sur le message oral accompagnateur, les litanies de lambassadeur ruiné, sur Raymond de Fourquevaux et son hostilité à la concorde religieuse : « il fault que la religion catholique ne reçoyve aulcun detriment en vostre royaulme… ». Fourquevaux est-il un gallican antihispaniste ? Sans doute et il est fascinant de voir que son patriotisme va jusquà la conceptualisation dun projet dinvasion de lEspagne dont Matthieu Gellard a fait la découverte.

Tout à fait stimulante est létude de cas qui a été élaborée autour de laction diplomatique par voie de pratique épistolaire sur la période 1567-1571 : « il va sagir de sintéresser aux dépêches diplomatiques pour ce quelles sont avant tout, soit loutil de la politique extérieure menée par

30

la France, et pour ce quelles contiennent principalement, soit le récit par les résidents de leurs audiences, le compte-rendu de leurs négociations, la somme des informations quils ont pu rassembler et des rumeurs quils ont entendues ». Sans doute sagit-il ici de la partie la plus novatrice du livre, dautant quelle repose sur le principe dune interpénétration politique intérieure/politique extérieure. Est ainsi proposé un modèle de compréhension dynamique de la politique fondé sur ce qui est son outil, la lettre ; la lettre qui nest alors pas seulement un contenu informatif, mais qui auto-fabrique le projet politico-diplomatique en le réactualisant sans cesse et en le mettant et remettant en mouvement. Elle participe bien donc dune culture arquée sur laxiome de la métamorphose et de la mutabilité des hommes exigeant une constante métamorphose ou mutabilité de laction.

Les dépêches sont, Matthieu Gellard le démontre parfaitement, des instruments, sans cesse réadaptés ou reformulés, dune tension dajustement qui ne doit jamais être suspendue ; faute de quoi la maîtrise du politico-diplomatique est définitivement perdue : « car il serait naïf de croire que Catherine de Médicis, Charles IX et Henri III, les secrétaires dÉtat disposent dune vision préexistante de la géopolitique européennes et des grands enjeux propres à la France, en fonction de laquelle ils construiraient laction extérieure. Celle-ci est avant tout le fruit dajustements constants et réciproques du gouvernement central et de ses agents à létranger en fonction des dépêches quils échangent. Ce qui nempêche pas pour autant la possibilité que puissent exister de grandes directions idéologiques : celles-ci cependant nont de réalité que dans leur application pragmatique sans cesse renégociée en fonction du feed-back permanent que constitue léchange diplomatique. Enfin, insister sur les allers et retours épistolaires de linformation et les instructions politiques, cest redonner toute leur importance aux ambassadeurs résidents et sautoriser à mesurer clairement la manière dont ils pèsent sur laction diplomatique de leur pays, non plus comme simples exécutants, mais également comme relais importants dans son élaboration ». Gérer lincertitude, certes, on la dit, mais gérer aussi un monde gouverné par la fortune. Et sont riches denseignements les développements qui sont consacrés à Bertrand de Salignac et à ses 148 audiences avec Élisabeth, le double de celles que Fourquevaux a obtenues de Philippe II, excellents ceux qui scrutent le cérémonial de laudience, qui mettent en valeur

31

non seulement la nécessité, dans la pratique diplomatique, de tenir compte du paramètre de la rumeur, de réfléchir sans saccorder de répit au ciblage de largumentaire.

Très bien appréhendée est la mort dÉlisabeth de Valois qui est capitale parce quelle reconfigure le paysage européen et joue comme facteur daffaiblissement de la politique du sang de France qui était pensé comme le sang fédérateur de la paix européenne, par dessus les clivages confessionnels, mais qui, en réalité, détermine une relance de lentreprise matrimoniale de Catherine de Médicis. Il demeure quil est difficile de comprendre pourquoi Philippe II semble avoir joué la politique du pire face à la France ; ce qui lui vaut de se retrouver finalement confronté à la mise en œuvre, voulue par Catherine de Médicis, du projet de mariage Marguerite de Valois/Henri de Navarre. Et le mariage portugais prend une dimension que les historiens ont sous-estimée, si lon suit Matthieu Gellard : « toutefois, il faut souligner que dans son esprit, le mariage portugais est la dernière pierre de lédifice quelle sest efforcé de construire et sans lui, la combinaison matrimoniale acceptée au début de lannée 1569 perd de son sens : si Marguerite népouse pas Sébastien, lunion des princes catholiques quelle a tant cherché à réaliser sévanouira une nouvelle fois, tandis que la France, qui a perdu son lien familial direct avec lEspagne lors de la mort dÉlisabeth de Valois, ne laura pas compensé par des mariages croisés ».

Limportant, pourrait-on ajouter, est que laction se déploie toujours de manière duale. Parce que ladversaire est toujours double, et parce que contre lui il faut être soi-même double. Lennemi toutefois, dont il faut savoir quil use de la duplicité, de la feinte, du double langage et face auquel la patience simpose, nest pas que huguenot, Catherine de Médicis le sait ou le devine tout de suite : il y a, en second plan, des catholiques qui sont hostiles à la paix – dont ceux qui se sont ingérés de surprendre la place de la Réole et qui obéiraient à un mot dordre mystérieusement venu de Bordeaux, ou ceux encore qui peuplent certaines confréries de Condom ou de Bordeaux –, il y a des agents de lentourage du duc dAnjou, il y a des officiers du roi et des gentilshommes qui ont pris la fâcheuse habitude de vivre de la guerre.

Mais il ne sagit pas seulement dune lutte ouverte contre des adversaires qui se révèlent d« opiniastres » pratiqueurs au fil des événements et face auxquels la patience est dactualité. Le combat pour la paix se

32

déroule également de manière couverte. Il ny a pas que les ennemis du repos du royaume à faire preuve de dissimulation, protestants et catholiques. Il faut soi-même, en instruit-elle Henri III, la mettre en pratique. Lexercice de la patience passe par là. Car la reine mère met en avant, dans son jeu diplomatique, son aptitude à ne pas « descouvrir » ses actions et intentions36. Parfois il vaut mieux, dans ce cadre, repousser dans un avenir indéterminé la punition des méchants. Catherine de Médicis déclare se heurter ainsi, dans son œuvre de désarmement des parties conflictuelles, à des « mauvais bruicts » répandus contre le roi. Pour changer les cœurs, il faut dabord masquer son propre cœur. Catherine de Médicis pense cependant quil faut avoir confiance dans lavenir immédiat, que les rumeurs se dissiperont delles-mêmes quand la paix aura été définitivement conclue, « qui est ce quil fault tascher doulcement et dextrement de le faire ». Une forme dimpassibilité ou de détachement est alors temporairement dactualité, redit-elle à une autre occasion. Il ne faut surtout pas manifester de « grande démonstration et effect extérieur ». La patience est synonyme dun art du contrôle de soi. En tout cas, cest à « un aultre temps », et « comme les occasions se présenteront », quil est nécessaire de remettre « de le faire sentir à ceulx qui en sont les autheurs et coupables37 ».

La dissimulation envisagée donc comme outil diplomatique sinscrit dans la perspective de lexercice de cette vertu qui semble capitale aux yeux de la reine mère, la « patience ». Et alors, peut-être la lecture de ces milliers de lettres permet-elle à lhistorien de mieux identifier ce quétait la politique à la Renaissance : ce qui est dit dans ces lettres nappartient quau registre de linstrumentation et ne veut rien dire en réalité sur ce que pouvait penser Catherine de Médicis. Son temps politique est un temps spécifique, qui se déploie et se redéploye sans cesse dans la durée, qui est toujours en attente dun autre temps ; patience signifie quil en faut pas croire au présent, à ce que lon fait ou écrit surtout, que ce qui compte est de peser sur le présent suivant pour ne pas encourir le risque dêtre piégé par lavenir. Parce que gouverner, cest se placer dans les attentes dun Dieu tout-puissant, qui se dévoile et se cache tout à la fois dans les développements successifs de lhistoire et dont il faut essayer danticiper sur la volonté. Gouverner cest rester

33

dans une indétermination prouvant à Dieu quen tant que croyant, le gouvernant ne se substitue pas à Lui, et entreprend toute sa vie durant de laccompagner fidèlement dans le règne de Sa plus grande Gloire. En ce sens, ce formidable corpus de lettres étudiées par Matthieu Gellard parle à lhistorien de la foi dune reine mère qui se voulait au service de Dieu contre le mal, moins un mal synonyme dhérésie quun mal qui attirait les hommes des deux confessions en lutte dans l« inhumanité ».

Revenons ici aux entretiens qui se déroulent à Nérac. La reine mère peut enfin quitter la petite cité du roi de Navarre, après désignation de délégués chargés de se rendre dans les villes pour y faire appliquer les articles enfin co-signés, sur le début mars 1579. Elle gagne Agen où elle tient encore une assemblée de la noblesse catholique de Guyenne devant laquelle elle entreprend de justifier laccord. Elle reprend le thème dune guerre quil ne fallait pas faire parce que, jusquà présent, « par expérience, et tout chacun la aussi pu voir, …, les armes nont apporté que mal38 ». Et donc la paix était plus que nécessaire. Et elle avait fait cette paix.

Ce nest quau début du mois de juin quelle délaisse le Languedoc pour la Provence, avec, sans aucun doute, le sentiment davoir réussi dans cette mission de mère protectrice des sujets du roi son fils39. Elle prend alors la plume directement. Elle peut ainsi écrire à sa « comère », la duchesse dUzès : « jay vu tous les huguenots du Languedoc ; et Dieu, qui maide toujours, ma tant favorisée que jen suis venue à bout aussi bien quen Guyenne40 ». Elle se devait désormais de poursuivre son « œuvre » en Provence, en Dauphiné, avant de regagner la capitale.

Cétait ainsi une force lui venant de Dieu, qui lui avait permis de vaincre le « mal » des tensions bellicistes hostiles à lÉdit en recourant aux artifices savants dune nouvelle rhétorique et en se fondant sur la défense de sa « reputacion » ; une grâce dont elle imaginait quelle avait favorisé ses entreprises et dont elle semblait avoir été assurée quelle lui était accordée par un Dieu toujours propice parce quà lécoute de ses

34

prières. Elle lavait écrit le vendredi 31 octobre 1578, elle avait accepté la charge confiée par son fils daller travailler à la paix, par quelle ne désirait « rien épargner pour lespérance que javoys que Dieu seroit par ce moien mieulx servy41… » Un Dieu quelle relatait implorer « dévotement, que nous puissions par voie doulce nous accorder pour lexécution et establissement de vostre édict42 ». À la source de son « désir » dêtre la « mère » de tous les sujets du roi de France, à la source de cette conscience dun honneur féminin la vouant à négocier savamment pour la paix du royaume et à faire surgir une vertu dans sa parole même, au fond de son « cœur » et dans son travail pour recréer un ordre de « droicte raison », il y avait donc une pensée croyante qui sexprimait autant de manière épistolaire quorale et immédiate43.

Denis Crouzet

Université Paris-Sorbonne

1 Lucien Romier, Le Royaume de Catherine de Médicis. La France à la veille des guerres de Religion, 2 vol., Paris, 1922, p. 4-5.

2 Edith Sichel, Catherine de Médicis and the French Reformation, Londres, 1905, p. 11.

3 Brantôme, Œuvres complètes de Brantôme augmentées de plusieurs fragments inédits extraits des manuscrits de la Bibliothèque du roi, éd. M. Petitot, Paris, 1823, t. V, p. 35.

4 Ibid., t. V, p. 62.

5 Sur ce rôle du savoir dans un processus de distinction de la personne royale, Ralph Roeder, Catherine de Médicis and the Lost Revolution, New York, 1937, p. 42.

6 Cf. Ulrich Langer, Vertu du discours, discours de la vertu. Littérature et philosophie morale au xvie siècle en France, Genève, 1999, p. 82-84.

7 Étienne Jodelle, Œuvres complètes, Eneas Balmas éd., 2 vol., Paris, 1965, t. II, p. 231 : « Le recueil des inscriptions, figures, devises et masquarades ordonnées en lHostel de ville à Paris le Jeudi 17 de febvrier 1558 » : y sont visibles l« Iris de la Royne », le croissant dHenri II, le chardon de Marie Stuart… Sur ce problème, voir Alain Michel, « Rhétorique et philosophie de lemblème : allégorie, réalisme, fable », in Emblèmes et devises au temps de la Renaissance, Paris, 1981, p. 23-31.

8 La fleur a été créée par la nymphe Chloris devenue Flora après son mariage avec Zéphyr. Liris blanc est le symbole de Florence et dans le printemps de Botticelli, des iris jalonnent la terre sous les pieds de Flora (M. Levi dAncona, Botticellis Primavera. A Botanical Interpretation Including Astrology, Alchemy and the Médici, Florence, 1983). On peut relever que Catherine de Médicis est née un 13 avril…

9 Il sagit dun motif présent dans la poétique de Mellin de Saint-Gelais, Œuvres complètes françaises, publ. par Donald Stone, 2 vol., Paris, 1995, t. II, p. 318 (« Chanson des Astres » qui dépeint des dames de la cour de François Ier). Lune des dames, après Junon en qui se reconnaît aisément la reine Éléonore « regente au firmament », pourrait être Catherine de Médicis, incarnant cette puissance de vie et de renouveau : « Larc en ciel, qui boire souloit / En toutes eaux où il alloit, / Maintenant se transforme / En Iris, qui tant le vouloit. Quelle aussi prenne sa forme ».

10 Une analyse du « gouvernement épistolaire » dans Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, 1984, p. 213-235, qui insiste sur la lettre comme contrepoint à la multiplication des imprimés, mais qui ne parle pas de laspect affectif.

11 Eugenio Garin, Moyen Age et Renaissance, Paris, 1969, p. 249-250.

12 Lettres de Catherine de Médicis, éd. Hector de La Ferrière, 10 vol. (1890-1909), Paris, 1885, t. II, p. 68.

13 Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, op. cit., p. 214.

14 Brantôme, Œuvres complètes…, op. cit., t. V, p. 61.

15 Lettres de Catherine de Médicis…, op. cit., t. II, p. 42.

16 Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. VIII, p. 115, lettre du 11 novembre 1578.

17 Ibid., p. 92-93, lettre du 21 octobre 1578.

18 Ibid., p. 181, lettre du 22 décembre 1578.

19 Ibid., p. 87, lettre du 15 octobre 1578.

20 Ibid., p. 97, lettre du 29 octobre 1578.

21 Ibid., p. 152-153, lettre du 4 décembre 1578.

22 Ibid., p. 92, lettre du 29 octobre 1578.

23 Ibid., p. 206, lettre du 5 janvier 1579.

24 Ibid., p. 176, lettre du 16 décembre 1578.

25 Ibid., p. 224, lettre du 19 janvier 1579.

26 Ibid., p. 228-229, lettre du 23 janvier 1579.

27 Discours du Ms. Fr. 3319 de la B.N.F., cité in G. Baguenault de Puchesse, « Catherine de Médicis et les conférences de Nérac, 1579-1579 », Revue des Questions historiques, t. 61, 1867, p. 337-363, ici p. 359-360.

28 D. Crouzet, Le Haut Cœur de Catherine de Médicis. Une raison politique au temps de la Saint-Barthélemy, Paris, 2005, p. 55-59.

29 Ibid., p. 61-62.

30 Cité in ibid., p. 123-124.

31 Ibid., p. 125.

32 Ibid., p. 128.

33 Amadis Jamyn, Œuvres poétiques dAmadis Jamyn. Avec sa vie par Guillaume Colletet, éd. Charles Brunet, Paris, 1878, p. 36.

34 Lettres…, op. cit., t. III, p. 244-245.

35 Amadis Jamyn, « Elegie A la Royne, mere du Roy, Regente, faicte apres la mort du Roy Charles IX », in Les œuvres poétiques. Premières poésies et Livre premier, Samuel M. Carrington éd., Genève, 1973, p. 184-187.

36 Lettres…, op. cit., t. VII, p. 107, lettre du 6 novembre 1578.

37 Ibid., p. 111, lettre du 9 décembre 1578.

38 Discours du Ms. Fr. 3319 de la BN, cité in G. Baguenault de Puchesse, « Catherine de Médicis et les conférences de Nérac… », loc. cit., p. 359-360.

39 Lettres…, op. cit., t. VII, p. 361, le 27 avril, à Castelnaudary elle assiste à la réunion des États de Languedoc, obtenant le vote des subsides pour lapplication de la paix quelle fait requérir par le maréchal de Damville et Paul de Foix.

40 Ibid., t. VI p. 381, lettre du 28 mai 1579.

41 Ibid., p. 100, lettre du 31 octobre 1578, « et vous recongneu et obey… »

42 Ibid., p. 106, lettre du 6 novembre 1578.

43 Si lon suit le Discours de lhonneur et de lambition. Premier discours prononcé à lAcadémie du Palais, par Amadis Jamyn, en présence de Henri III, reproduit in Ed. Frémy, LAcadémie des derniers Valois, Paris, 1887, p. 306, lhonneur est selon Homère donné par Jupiter, il « vient de la main de Dieu, il fault penser quil en a faict la part aux Rois et monarques, comme à ses filz aisnez, beaucoup meilleure quà nul autre des humains… »