Aller au contenu

Notice auteurs cités

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-09041-0
  • ISSN: 2117-3575
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-09043-4.p.0923
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 04/07/2019
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
923

Notice auteurs cités

Abbati, Alfred Henry : (1899/1964) : Il nest pas un économiste « professionnel », mais un homme daffaire. Dorigine italienne, il émigrera en Pennsylvanie. Il publie en 1924 « The unclaimed wealth ; how money stops productin » (London, G. Allen & Unwin Ltd) puis « The Final buyer » (London, P.S. King & son, Ltd) en 1928. Ce sont ces deux ouvrages auquel fait référence John Maynard Keynes. Il est aujourdhui considéré comme un « Keynes Forgotten Precursor » (Selected writings, edited by Serena Di Gaspare, London Routledge, 2011).

Alexandre (Le Grand) : (356/323 avant J.C.). Il eût, notamment pour précepteur Aristote.

Andréades, Andreas Michael : (1876-1935). Économiste, historien, philologue, critique littéraire et théâtral (sous divers pseudonymes). Professeur déconomie publique et de statistique à la Faculté de droit de lUniversité nationale Capodistria dAthènes (de 1906 à 1934). Membre fondateur de lAcadémie dAthènes (en 1926) ; membre correspondant de lAcadémie française, de la Société Royale anglaise et de lAcadémie des Sciences Politiques de New York. Docteur de la Faculté de droit de lUniversité de Paris (en 1899). En plus du fait quil a écrit « Les Finances de Guerre dAlexandre le Grand » (Paris Armand Colin, 1929), il sest aussi intéressé à lHistoire de la Banque dAngleterre.

Angell, James W. : (1898/1986) Université de Columbia. A participé aux discussions préliminaires aux Accords de Bretton Wood en tant que représentant de la Foreign Economic Administration.

Bagehot, Walter : (1826/1877). Journaliste britannique, il sest particulièrement intéressé aux questions politiques et économiques. The Economist, a donné son nom à sa rubrique hebdomadaire relative à la politique britannique (Walter Bagehot a dirigé le journal à partir de 1861). Il est aussi lauteur de « Lombard Street : A Description of the Money Market » (1873).

Beckhart, Benjamin Haggot : (1898/). Professeur à la Graduate School of Business de lUniversité de Columbia, il est un expert dans les domaines du système de centralisation et des systèmes bancaires comparatifs… Avant 1930, il a écrit : « Discount policy of the Federal Reserve System » (Henry Holt & Co., New-York, 1924), Son objet est de montrer que lobjectif des Banques de Réserves nest pas « dempêcher les paniques bancaires » ou de « soulager les tensions saisonnières sur les marchés monétaires », il nest pas non plus de permettre aux Institutions de

924

Crédit de réescompter à profit. « Leur fonction est de promouvoir la stabilité des prix et, par conséquent la vie économique de la Nation ». En 1929, il publie « The Banking System of Canada » (New York : Henry Holt and Company). Son dernier ouvrage date de 1964.

Beveridge, Sir William : (1879/1963). Lord Beveridge est, bien entendu, connu pour la mise en place de lÉtat-Providence en Angleterre. Mais le rapport qui lui apporte cette réputation date de 1942. Ce nest donc pas, pour cette raison que John Maynard Keynes fait référence à ses travaux. Il est Directeur de la London School of Economics de 1919 à 1937. Ses travaux portent alors fondamentalement sur lHistoire des Prix. Il termine son livre « British Food Control » par ces mots : « Il y a des formes et des circulaires, des rapports et des instructions, des plans et des contre-projets et des plans pour une autre guerre, autant de monuments dingéniosité laborieuse, qui tombent doucement dans la poussière et loubli ».

Bouniatian, Mentor : (1877/1969). Né à Erevan, Arménien de lEmpire Russe. Il enseigne lUniversité de Moscou et à lÉcole Polytechnique de Tiflis. Après la Révolution Bolchévique, il émigre à Paris où il enseignera à la Faculté de Droit. Avant 1930, on peut retenir « Economic Crises and Over capitalisation », (Munich, 1908) ; « Les crises économiques ; essai de morphologie et théorie des crises économiques périodiques et de théorie de la conjoncture économique, par Mentor Bouniatian … Tr. du russe par J. Bernard et rev. et mis à jour par lauteur » (Paris M. Giard 1922) « La loi de variation de la valeur et les mouvements généraux des prix » (1927).

Burgess, Warren Randolph : (1889/1978). Banquier et diplomate américain, en 1920, il rejoint la Federal Reserve de New-York en tant que statisticien. Il est resté en poste pendant 19 ans. En 1927, il publie « The Reserve Banks and the Money Markets ».

Cantillon, Richard : (168./1734), financier et économiste irlandais et français. Il a fait fortune en France par ses spéculations sur le système de John Law. Il passe la plus grande partie de sa vie à Paris, où il exerça la profession de banquier. Il est connu pour un unique ouvrage théorique, « Essai sur la nature du commerce en général » publié après sa mort (1755). Du point de vue de lanalyse monétaire, il montre quune injection de monnaie dans léconomie exerce un effet progressif et différencié sur les prix au fur et à mesure que la monnaie se propage par les échanges à partir du point où elle a été injectée.

Cassel, Karl Gustav : (1866/1945). Économiste suédois, reconnu par Keynes (« Tract on Monétary Reform » – 1923), comme lun des pères fondateurs des Parités de Pouvoir dAchat.

Catchings, Waddill : (1879/1967). Économiste américain. Il a écrit de nombreux ouvrages avec William Trufant Foster qui ont eu une grande influence aux États-Unis dans les années 1920 : Money (1923), Profits (1925), Business Without a Buyer (1927), The Road to Plenty (1928) et Progress and Plenty (1930). Ces livres ont influencé de nombreux décideurs, y compris Herbert Hoover, ou Franklin Delano Roosevelt. Waddill Catchings est diplômé de Harvard. 925Il est considéré aujourdhui comme un pré-keynésien qui a travaillé la question de la sous-consommation.

Chandler, Lester Vernon (1905/1988) : Titulaire dun doctorat en économie de lUniversité de Yale. Il a enseigné à Dartmouth et Amherst Colleges avant de rejoindre lUniversité de Princeton en 1950. Il était un expert financier et sera plusieurs fois conseiller du Gouvernement Fédéral (particulièrement au cours de le seconde Guerre Mondiale). John Maynard Keynes y fait référence à propos dun article publié dans lAmerican Economic Review en mars 1926 (Chandler a 21 ans !) : « International Aspects of Federal Reserve Policy ».

Churchill, Winston : (1874/1965). Ce nest pas au Premier Ministre qui fera face à lAllemagne Nazie que fait référence John Maynard Keynes (il le côtoiera à ce moment là) mais au Chancelier de lÉchiquier (Ministre des Finances – 1924/1929) qui, pour des raisons politiques, rétablira lÉtalon-Or avec la parité davant-guerre. Ce qui conduira directement à la grève des mineurs puis à la grève générale de 1926. Et à la polémique développée par John Maynard Keynes : « Les Conséquences Économiques de M. Churchill ».

Clapham John Harrod : (1873/1946) Historien économique de lUniversité de Cambridge. Il sest inscrit au Kings College, à Cambridge en 1892. Il est nommé Fellow du Kings College en 1898. Il est le premier professeur dhistoire économique de Cambridge en 1928. À Cambridge, Il a étudié léconomie avec Alfred Marshall. À lorigine, il avait lintention de se spécialiser dans la Révolution Française, mais il passa de lhistoire politique à lhistoire économique. Il a peu à peu adopté dAlfred Marshall les conceptions du libre-échange et du laissez-faire.

Coates, William Henry : (1882/1963) Directeur de la statistique et des études de ladministration fiscale. Il a rédigé le mémorandum pour la commission Colwyn (« Colwyn report on national debt and taxation » Journal of the Royal Statistical Society 1927). Lidée directrice de ce rapport est quun impôt général sur le revenu na pas dincidence notable sur le niveau de prix des produits de base. D.H. Robertson (voir plus bas) sopposera à cette ligne directrice en montrant quelle nest pas fondée (« The Colwyn Comittee, the Income Tax and the price level » Economic Journal, 1927).

Cournot, Augustin : (1801/1877) : En quelque sorte, le précurseur de léconomie mathématique.

Crésus, (vie siècle avant J.C.) est le dernier Roi de la dynastie Lydienne des Mermnades. Il ny a donc pas de descendance à Crésus, pas de progéniture ayant régnée.

Crick, W.H. : Conseiller économique de la Midland Bank en 1927. Responsable de son Département de lIntelligence et son Économiste en Chef en 1936.

DAvenel, Georges (Vicomte) : (1855/1939). Historien et économiste français. Il eût des responsabilités éditoriale à la « Revue des deux mondes ». John Maynard Keynes fait référence à son ouvrage « Histoire économique de la propriété, des salaires, 926des denrées et de tous les prix en général, depuis lan 1200 jusquen lan 1800 ». Cet ouvrage reçu deux Prix Rossi de lAcadémie des Sciences Morales et Politiques et fut imprimé aux frais du Ministère de lInstruction Publique (1894-1926). Il fut toutefois vivement critiqué pour ses « imperfections » méthodologiques.

Darwin, Charles : (1809/1882). John Maynard Keynes ne fait référence dans « Un Traité sur la monnaie » quune fois à Charles Darwin (simultanément à William Shakespeare) afin daffirmer quen fin de compte le « génie » triomphe des obstacles (ils meurent riches et couverts de gloire). Charles Darwin devient « Secrétaire de la Société Géologique » en 1838, puis « Membre de la Royal Society » en 1839 et sera enterré à lAbbaye de Westminster.

Divisia, François : (1889/1964), Professeur à lÉcole polytechnique et au Conservatoire des Arts et Métiers de 1929 à 1959. Il fut le second président de la Société dÉconométrie, de la Société Américaine de Statistique et de lAssociation Américaine pour lAvancement de la Science.

Dopsch, Alfons : (1868/1953). Économiste et historien autrichien. Professeur à lUniversité de Vienne de 1898 à 1936. Spécialisé dans lHistoire Médiévale. John Maynard Keynes fait référence à son ouvrage « Naturalwirtschaft und Geldwirtschaft in der Weltgeschichte » publié en 1930. Au yeux de John Maynard Keynes sa connaissance de lAllemand ne peut lui permettre de « comprendre clairement que ce que je sais déjà » (p. 369).

Drake, William : (1540/1596). Héros national britannique (il affronte lInvincible Armada en 1588). Cest au corsaire et à ses actes de piratage que fait référence John Maynard Keynes.

Drobisch, Moritz Wilhelm : (1802/1896). Mathématicien et logicien Allemand. Ses travaux participent au renouveau de la logique au xixe siècle.

Edgeworth, Francis Ysidro : (1845/1926). Économiste et avocat Irlandais. Titulaire de la Chaire dÉconomie à lUniversité dOxford. Vice-Président de la « Royal Economic Society ». Introduit massivement lusage des mathématiques dans lanalyse psychologique du comportement économique des agents. On lui doit, par exemple, le développement des « Courbes dIndifférences ». Voir son « Mathematical psychics, an Essay on the application of Mathematics to the Moral Sciences » publié en 1881 (London C.K. Paul).

Edie, Lionel Danforth : (1893/1962). Instructeur en rhétorique, Université Colgate, 1915-1917. Division de linformation et du renseignement de New York (Marine des États-Unis), 1917-1918. Professeur agrégé déconomie, Colgate, 1918-1922. Professeur dÉconomie, Université de lIndiana, 1923-1927, également directeur Bureau Business Research, 1925-1927. Professeur de Finance, Université de Chicago, 1927-1929. Vice-président « Investment Research Corporation », 1929-1930. Président de la « Capital Research Company ». Vice-président de l« American Capital Corporation », 1938. Membre de l« American Economics Association », et de l« American Statistical Association ». 927John Maynard Keynes fait référence à son ouvrage « Capital, the money market and gold » (Chicago, University of Chicago – 1929).

Einzig, Paul : (1897/1973). Économiste britannique et journaliste daffaires. Formation initiale en Hongrie, en Angleterre et en France. Il obtient un doctorat à Paris au début des années 1920. Il sest ensuite installé en Angleterre, où il a été naturalisé en 1929. Cest à ses articles que John Maynard Keynes fait référence puisque, si Paul Einzig a publié de très nombreux livres déconomie, les premières éditions datent de 1931. Durant les années 1930, il sintéresse de près à la Finance et à lémergence dune « économie nazie ».

Elisabeth Ire : (1533/1603). Reine dAngleterre et dIrlande à partir de 1558. La durée de son règne permet de la considérer comme porteuse dune identité moderne de la Grande-Bretagne et de son développement économique et culturel.

Ferenczi, Sándor : (1873/1933). Psychanaliste hongrois, dabord proche de Sigmund Freud. Pour lui, les techniques aussi bien que les théories peuvent sajuster à chaque situation et à chaque sujet. John Maynard Keynes fait référence à deux textes « Bausteine zur Psychoanalyse » (1927) et « Zur Ontogenie des Geldinteresses » (1914).

Fisher, Irving : (1867/1947). Économiste américain. Père de léquation quantitative qui porte son nom (MV=PT ou M1V1 + M2V2 = PT) que John Maynard Keynes analyse en détail dans « Un Traité sur la monnaie ». Après la crise de 1929, les positions monétaires dIrving Fisher se transformeront radicalement avec, par exemple, la publication de son ouvrage « 100 % Money » en 1935.

Fleetwood, William : (1656-1723). Évêque dEly. En 1707, il publie anonymement son « Chronicon Preciosum », un livre de recherche sur la valeur de la monnaie, le prix du maïs et dautres produits durant les siècles précédents. La question concrète à lorigine de son travail était de savoir si les statuts dun Collège bénéficiant dune rente (suite à une succession) de 5 £. par an, lui imposant une interdiction de conserver cette rémunération, devait être interprétée littéralement, ou seulement pour ce qui concerne la variation de la valeur de la monnaie dans le temps. Fleetwood rend clairement une interprétation très libérale. Il était un Whig militant, cest à dire admirateur de la Révolution, un défenseur dun Parlement fort, au détriment du Pouvoir Royal, en opposition au « Tory ». John Maynard Keynes était lui-même un admirateur de la Révolution Anglaise.

Foster, William Trufant : (1879-1950). Président de Reed College. Fonde avec Waddill Catchings la « Pollak Foundation for Economic Research ». Ils ont notamment publié des travaux dIrving Fisher, Friedrich Hayek ou D. H. Robertson. Ils sont probablement bien plus que John Maynard Keynes les inspirateurs théoriques de la politique du New Deal.

Foxwell, Herbert Somerton : (1849-1936), assistant de William Stanley Jevons puis Professeur à la London School of Economics et à lUniversité de Cambridge, il fut un adversaire 928résolu de lÉcole Ricardienne. Bibliophile averti, il se spécialisa dans les livres imprimés avant 1848, sur les sujets de lIndustrie, du Commerce, de la Monnaie, de lHistoire Financière de lAngleterre… Sa bibliothèque personnelle (30 000 volumes) fut à lorigine de la création de la Goldsmith Library (1901). À sa mort, sa nouvelle bibliothèque (20 000 volumes) fut vendue à lUniversité de Harvard.

Frank, Tenney : (1876/1939) Historien américain. Formé à lUniversité du Kansas puis à lUniversité de Chicago. Publie en 1920 « An Economic History of Rome » (Johns Hopkins University Press). Tenney Frank y développe que limpérialisme de Rome découlait dun désir de maintenir la paix dans le monde méditerranéen en empêchant lémergence de toute puissance rivale. Ce faisant lexpansion romaine aurait introduit des masses de peuples étrangers et desclaves qui, au fil du temps, ont changé la composition ethnique de la population romaine, contribuant ainsi à la décadence de lEmpire.

Freud, Sigmund : (1856/1939). LAuri Sacra Fames (LExécrable Faim de lOr) quévoque John Maynard Keynes fait directement référence à « Charakter und Analerotik » publié en 1908 par Sigmund Freud. John Maynard Keynes était alors très proche du Groupe de Bloomsbury qui dénonce, par ses provocations, lhypocrisie de lOrdre Moral Victorien. Dans son travail, Sigmund Freud attribuait à lérotisme anal des caractéristiques dérivées de « tendances libidineuses » qui aboutissaient à une névrose obsessionnelle. Dans sa psychanalyse, il se réfère aux phases du développement psycho-sexuel (« phase anale »). Freud a attribué les fixations à la petite enfance aux interdictions des sensations anales, fixations qui exacerbent des traits de caractère tels que lamour de lorganisation, de lépargne et de lOr…

Gibson, Alfred Herbert : (1892/1991). Économiste britannique. Dans une série darticles donnés à Bankers Magazine entre 1923 et 1926, à propos de lévolution des prix et des taux dintérêts (en fait mesurés par le rendement moyen des Consols), Alfred Herbert Gibson constate une corrélation positive entre les deux ensembles et échoue à lexpliquer : la Théorie Marginaliste ne peut pas lexpliquer. Cest John Maynard Keynes qui donne le nom de « Paradoxe de Gibson » à ce phénomène. Le paradoxe réside en la contradiction entre ce que la théorie marginale régnante prédisait et ce qui était observé dans le monde réel. John Maynard Keynes remet donc en cause la pertinence théorique de lÉcole Marginaliste en matière de monnaie et fonde la pertinence de sa « deuxième » équation fondamentale.

Giffen, Sir Robert : (1837/1910). En étudiant la grande famine dIrlande (1845/1852) Robert Giffen met en évidence lexistence de biens (des pommes de terre, dans le cas despèce) dont la hausse des prix nentraine pas de baisse de la consommation. Cf son « Economic Inquiries and Studies », Londres, Bell and Sons, 1904.

Gini, Corrado : (1884/1965). Statisticien, démographe, sociologue Italien. Corrado Gini fut professeur aux universités de Cagliari (1910-1913), de 929Padoue (1913-1925), de Rome (1925-1955), où il mit sur pied lÉcole de statistique (1927), puis la Faculté des sciences statistiques, démographiques et actuarielles (1936), directeur-fondateur du Comitato Italiano per lo Studio dei Problemi della Popolazione (CISP) et des revues Metron, Genus et La Vita Economica Italiana, maître dœuvre du Trattato Elementare di Statistica. Corrado Gini sera membre de plusieurs délégations et commissions dexperts italiennes : sur les approvisionnements (1917-1919), sur les problèmes de laprès-guerre (1918-1919), sur la réforme fiscale (1920-1921), sur lindustrie (1922), sur les matières premières (1922), sur le règlement de la dette (1925). Il est très impliqué dans les arcanes du pouvoir fasciste de Rome. [Informations provenant de Jean-Guy Prévost, « Une pathologie politique. Corrado Gini et la critique de la démocratie libérale », Revue Française dHistoire des Idées Politiques 2001/1 (No 13), p. 105-128]. On lui doit le « Coefficient de Gini » qui mesure les inégalités de revenus dans une société [cf. « Measurement of inequality of income », in Economic Journal 31 (1921)]. Le « Coefficient de Gini » est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie légalité parfaite (les revenus sont parfaitement partagés : chacun dispose de la même quantité de revenu) et 1 signifie une inégalité parfaite (un seul salarié dispose de tous les revenus et les autres nont aucun revenu).

Goldenweiser, Emanuel Alexandrovich : (1883/1953). Économiste américain dorigine russe. Spécialiste en économie monétaire, il a été directeur de la Division de la Recherche et des Statistiques du Federal Reserve Board de 1926 à 1945. En 1946, il devient président de lAmerican Economic Association. Né à Kiev, il a émigré aux États-Unis à ladolescence. Il a obtenu son diplôme de lUniversité Columbia en 1903. Il a ensuite obtenu un doctorat en économie à lUniversité Cornell en 1907.

Goshen, George Joachim : (1831/1907). Homme dÉtat et homme daffaires britannique. Ses publications montrent une volonté danalyse « sage » de léconomie, teinté dun instinct pratique fondé sur lidée de progrès professionnel. Il a travaillé sur la Théorie des Échanges Extérieurs et publié nombre de brochures financières et politiques. Membre du Parti Libéral, puis membre du Liberal Unionist Party puis du Parti Conservateur en 1895. Il a été président de la Royal Statistical Society de 1886 à 1888, Chancelier de lÉchiquier de 1887 à 1892. Il fut ensuite premier Lord de lAmirauté de 1895 à 1900. En tant que Chancelier de lÉchiquier, il introduisit « La formule de Goschen » qui était un ratio quil avait conçu pour allouer les fonds à lEcosse et à lIrlande, comparés à ceux alloués à lAngleterre et au Pays de Galles.

Haber, Franz : Tout ce que dit John Maynard Keynes à son égard est quil est lauteur de « Untersuchungen über Irrtümer moderner Geldverbesserer », G. Fischer, Jena, 1926 (« Enquêtes sur les erreurs des réformateurs modernes de la monnaie »), ouvrage dans lequel il a trouvé les informations 930relatives aux réformateurs monétaires excentriques de langue allemande, dont Sylvio Gesell.

Haberler, Gottfried von : (1900/1995). Économiste américain dorigine autrichienne. Il a notamment travaillé sur le commerce international. Lune de ses principales contributions a consisté à reformuler lidée Ricardienne de lavantage comparatif dans un cadre néoclassique, abandonnant la théorie de la valeur du travail pour un concept de coût dopportunité. Gottfried von Haberler est né en Autriche-Hongrie en 1900 et a fait ses études à lécole autrichienne déconomie. En 1936, il sinstalle aux États-Unis, rejoignant le département déconomie de lUniversité Harvard. Là, il a travaillé aux côtés de Joseph Schumpeter. Les principaux ouvrages de Gottfried von Haberler sont « Theory of International Trade » (1936) et « Prosperity and Depression » (1937). John Maynard Keynes fait référence à son premier travail (« Der Sinn der Indexzahlen », 1927) qui porte sur la significations des indices. Gottfried von Haberler a été président de lInternational Economic Association de 1950 à 1953.

Hahn, Lucien Albert (1889/1968). Doctorat en Droit de lUniversité de Marburg en 1912. Il publie « The gold policy of the Bank of Sweden during the war » en 1917 et « From the War to Peace Currency » en 1918. En 1919, il travaille à la Cour de justice de Berlin. La même année, il entre au conseil dadministration de la banque familiale. Il obtient un deuxième Doctorat en Économie en 1919 à la même Université, « The object of the money and capital market in the modern economy. A contribution to the theory of the banking business ». Ce sera le sujet de son « Economic Theory of Bank Credit » publiée lannée suivante dans laquelle il développe sa thèse sur le crédit générant le pouvoir du système bancaire et ses conséquences sur la formation du capital, et sur le cycle économique. En juin 1926, il fonde la Frankfurter Gesellschaft für Konjunkturforschung (Société de recherche sur les cycles économiques de Francfort). La Société coopérait fortement avec les professeurs de lUniversité Goethe, dont il reçut une chaire honoraire en 1928. Au printemps 1933, il fait partie des 19 membres de la Faculté déconomie et des sciences sociales de lUniversité Goethe qui ont été licenciés pour des raisons raciales et/ou politiques sur la base de la loi sur le rétablissement de la fonction publique promulguée par les Nazis en avril 1933. En 1936 il émigre en Suisse où il sinstalle à Genève. De Genève, il déménage à New York en 1939, où il se convertit au protestantisme. Il travaille comme gestionnaire dactifs et donne régulièrement des conférences à la Faculté des sciences politiques et sociales de la New School for Social Research. Comme gestionnaire dactif, il gagne une fortune en achetant des actions de compagnies pétrolières américaines juste avant que les États-Unis nentrent en guerre contre lAllemagne nazie. En tant quauteur darticles économiques, il suit désormais une pente fortement anti-keynésienne : « The Economics of Illusion », publiés à New York avec une introduction de lanti-keynésien Henry Hazlitt en 1949. La même 931année, il quitte les États-Unis et retourne en Europe où il sinstalle à Zurich, puis à Paris et dans le sud de la France. De là, il se rend souvent à Francfort où il reprend sa chaire honoraire de lUniversité Goethe : il donne des conférences sur la « Théorie Générale » de Keynes, mais ne continue pas à enseigner régulièrement. En Allemagne, il est redevenu banquier et, en 1964, membre du conseil de surveillance de lancienne banque familiale. Il est maintenant un « ultra-libéral ». Il reçoit Ludwig Mises, Henry Hazlitt, Wilhelm Röpke, mais aussi Gottfried Haberler, Friedrich Lutz. Hahn est alors membre actif de la Société du Mont Pèlerin. (Informations recueillies dans : « L. Albert Hahns Economic Theory of Bank Credit » Harald Hagemann pour le Research Seminar of the Department of Economics, Université de Vienne, 2010)

Hamilton, Earl J. : (1899/1989). Historien et économiste américain, spécialiste de lHistoire des Prix dans lEspagne médiévale et moderne.

Hannibal : (247/183 avant J.C.). Général et homme politique Carthaginois, généralement considéré comme lun des plus grands tacticiens militaires de lhistoire.

Hawtrey, Ralph George : (1879/1975). Économiste et haut fonctionnaire du Trésor Britannique. Diplômé de Mathématique à lUniversité de Cambridge (comme John Maynard Keynes) en 1901 (1905 pour John Maynard Keynes). Il passe le concours de la fonction publique et est nommé au Trésor en 1904 (John Maynard Keynes suivra exactement le même cursus, mais ses résultats au concours en 1907 ne lui permettront pas dêtre nommé au Trésor) où il fera lensemble de sa carrière. John Maynard Keynes restera proche de son ainé et attentif à ses analyses. À propos des cycles en économie, Ralph George Hawtrey remarque : 1 – la phase dexpansion du cycle sexplique par une augmentation du volume et de la circulation des instruments monétaires dans un contexte de baisse du taux descompte ; 2 – la phase de dépression du cycle sexplique par lincapacité des Banques Centrales à fournir les quantités nécessaires de Monnaie Banque Centrale, ce qui conduit à une restriction de crédit, à une baisse de la consommation etc. ; 3 – la reprise éventuelle proviendra du remboursement des crédits, de lamélioration du ratio encaisse/engagements des banques et de la baisse du taux descompte. Lanalyse du « Cycle de Crédit » est un des points importants de « Un Traité sur la monnaie ».

Hayek, Friedrich : (1899 : 1992). Économiste autrichien, il acquiert la nationalité britannique en 1938, suite à lannexion de lAutriche par lAllemagne nazie. Il a travaillé, pour le gouvernement autrichien, à la résolution des difficultés économiques de son pays inhérentes au Traité de Versailles. Prix de la Banque de Suède en lHonneur dAlfred Nobel en 1974 pour ses travaux sur la Théorie Monétaire. Ces travaux, très nettement inspiré de lOrdre spontané de Carl Menger le conduiront à sopposer, épistémologiquement, à ceux de Keynes.

Hérodote : (480/425 avant J.C.). Historien et géographe grec. Souvent 932considéré comme le premier historien connu.

Hobson, John Atkinson : (1858/1940). Essayiste et journaliste économique britannique. Son livre « The Physiologie of Industry » (1889) lui vaut dêtre exclu de lunivers académique (il était alors maître de conférences à la London University Extension). Critique de la Loi de Say, reprise par John Maynard Keynes. Critique de lImpérialisme Britannique (Imperialism. A Study – 1902). Écrit dans lhebdomadaire Nation de 1906 à 1920. John Maynard Keynes rachète lhebdomadaire en 1922. En 1938, il publie son dernier ouvrage : « Confessions of an Economic Heretic ».

Holden, Sir Edward Hopkinson : (1848/1919). Banquier et politicien (libéral) britannique, connu pour son rôle dans le développement de la Midland Bank : il en fera la plus grande banque du monde. Les informations que fait valoir John Maynard Keynes dans « Un Traité sur la monnaie » à propos de la Midland Bank, indique que les deux hommes se connaissaient probablement. Sir Edward Hopkinson Holden faisait partie dune commission envoyée à New York en 1915 pour aider à stabiliser les taux de change, et a aidé à lever un emprunt négocié par la Commission financière anglo-française en 1915. John Maynard Keynes était, depuis 1914, en charge, nommé au Trésor dans sa division chargée du financement de la guerre puis participait activement aux négociations « économiques » du Traité de Versailles jusquen 1919.

Holland-Martin, Robert : (1872-1944) fils du Révérend F.W. Holland et de Penelope Martin, la sœur de Richard Martin, Président de la Martins Bank. Robert Holland-Martin sera, à partir de 1897, Directeur de cette même banque et en deviendra le Président. Chairman and Honorary Secretary, Committee of London Clearing Bankers de 1905 à 1935. Membre de la British Banker Association. Editeur du Bankers Magazine.

Holltrop, Marius Wilhem : (1902/1988). Économiste Néerlandais. Doctorat à lUniversité dAmsterdam en 1928 sur le thème de la vélocité de la monnaie.

Hull, George H. : (1892/1971). Diplômé de Yale en 1902. Courtier à New York, il fut aviateur pendant la Première Guerre mondiale et fut gérant pendant de nombreuses années du Hartshorn Estates à Short Hills. Il est, notamment, lauteur de « Industrial Depressions », publié en 1911 et de « Perpetual Prosperity », publié en 1933, une analyse du cycle économique avec des suggestions pour en prévenir les aléas.

Hume, Joseph (1777/1855). Homme politique Écossais, membre de la Royal Society. Plusieurs fois parlementaire. Joseph Hume étudia la médecine à lUniversité dEdimbourg. Il déménagea en Inde en 1797, où il fut chirurgien pour un régiment de larmée. Joseph Hume sauto-déclara « gardien des finances publiques ». En 1820, il sassura de la nomination dun comité rendant des rapports sur les dépenses liées à la collection des impôts.

Ingalls, Walter Renton : (1865/1956). Directeur de l« American Bureau of Metal Statistics ». Sest intéressé aussi 933au système de poids et mesures (« Why the Metric System should not be adopted » 1921 ; « Modern weights and measures » 1937 ; « Systems of weights ans measures » 1945), mais aussi à la richesse et aux revenus aux États-Unis « Wealth and Income of the American People : a survey of the economic consequences of the war » 1923.

Jacob : Personnage de la Bible (et du Coran). La Bible le connaît également sous le nom dIsrael. Il est, après son père Isaac et son grand-père Abraham, lun des trois Patriarches avec lesquels Dieu contracte une Alliance, lui promettant la terre qui portera désormais son nom. Au cours de son voyage vers Harran, Jacob passe la nuit à Bethel, prend une pierre comme chevet et y a la vision dune échelle atteignant le ciel et de Dieu se tenant en haut de cette échelle. La pierre que Jacob utilise comme oreiller lors de lépisode du rêve de léchelle est identifiée à la Pierre du Destin, un bloc de grès utilisé dans les rituels du couronnement au Royaume-Uni.

Jacques II : Jacques Stuart (en anglais : James Stuart, 1633/1701) fut roi dAngleterre et dIrlande sous le nom de Jacques II et roi dÉcosse sous le nom de Jacques VII de 1685 jusquà son renversement lors de la Glorieuse Révolution trois ans plus tard (1688). Les nobles anglais demandèrent laide du protestant Guillaume III dOrange qui débarqua en Grande-Bretagne à la tête dune armée hollandaise et Jacques II fut contraint de se réfugier en France. Le Parlement considéra que cette fuite équivalait à une abdication et accorda la couronne à Guillaume et Marie qui régnèrent conjointement à partir de 1689 sous les noms de Guillaume III et de Marie II. Jacques tenta de récupérer son trône en débarquant en Irlande mais ses partisans furent défaits lors de la bataille de la Boyne en juillet 1690. Il vécut le reste de sa vie en France soutenu par son cousin le roi Louis XIV.

Jevons, William Stanley : (1835/1882) Économiste et logicien britannique, considéré comme cofondateur de lécole néoclassique avec Léon Walras et Carl Menger (John Maynard Keynes ne cite ni lun ni lautre dans « Un Traité sur la monnaie »). Pour William Stanley Jevons, il est important de partir des faits. Sa réputation déconomiste est dabord venue du livre « The Coal Question » (1865) basé sur des données. Cette méthode est explicitée dans « The Principle of Science : Treatise on Logic and Scientific Method » (1874). Il publie en 1871 « Theory of Political Economy ».

Johannsen, Nicholas August Ludwig Jacob : (1844/1928). Économiste allemand. Amateur, excentrique aux yeux même de John Maynard Keynes (qui ne les rejette pas a priori. La note de bas de page quil lui consacre montre quil la lu avec attention : « …A Neglected Point in Connection with Crisis, 1908, et la fait suivre des plusieurs brochures en 1925, 1926 et 1928. Sa doctrine sur l“Épargne déficiente”, cest-à-dire sur lépargne retenue sur les dépenses de consommation, mais pas incarnée dans les dépenses en capital et impliquant ainsi les entrepreneurs qui ont produit des biens destinés à la consommation et une vente à perte, me semble se 934tenir très près de la vérité »). Il fut largement ignoré de son vivant de la communauté des économistes. Il vécut majoritairement en Allemagne, et némigra aux États-Unis quau début du xxe siècle. Autodidacte, sans diplôme universitaire, il eut de grandes difficultés à se faire connaitre, ses écrits nayant pas été publiés par des revues institutionnelles.

Jones, Ernest (1879/1958) : Psychiatre et psychanalyste britannique. Il a introduit et institutionnalisé la psychanalyse au Royaume-Uni, en créant la London Psychoanalytical Society (1913), puis lactuelle British Psychoanalytical Society (1919).

Keilhau, Wilhelm Christian Ottesen : (1888/1954) Historien et économiste Norvégien. Professeur à lUniversité dOslo à partir de 1934. Parmi ses travaux, on peut citer sa thèse « Grundrentelæren » (Raison de la Doctrine de lIntérêt) de 1917 et « Die Wertungslehre » (La Théorie de lÉvaluation) de 1923. En plus de sa carrière universitaire, Wilhelm Christian Ottesen Keilhau a dautres activités. Il a publié deux romans et des poésies. En 1918, il était PDG de la première compagnie aérienne norvégienne. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il était membre du Conseil dAdministration du département de Londonnien de la Norges Bank.

Kemmerer, Edwin Walter : (1875/1945), Docteur de lUniversité de Cornell. En 1912, il débute en tant que professeur à lUniversité de Princeton, où il est le premier directeur de la section de Finances internationales. Connu en tant que « money doctor », conseiller économique de gouvernements de divers pays, en particulier latino-américains, comme promoteur de politiques monétaires principalement dédiées au problème de linflation à travers limplantation de monnaies fortes et de budgets équilibrés.

King, Wilford Isbell : (1880/1962) Statisticien et économiste américain. Président du Comittee for Constitutional Government, Inc.. Diplômé de lUniversité du Nebraska en 1905. Docteur en philosophie de lUniversité du Wisconsin-Madison en 1913. Membre de lAmerican Statistical Association en 1917. De 1917-1920, il travaille comme Statisticien pour le United States Public Health Service. En 1920, il devient économiste pour le National Bureau of Economic Research. En 1927, il quitte la fonction publique pour devenir Professeur dÉconomie à lUniversité de New York. Opposant au New Deal (aucune intervention gouvernementale dans les affaires, réduction des impôts sur les tranches supérieures de revenu, abolition de tous les prélèvements sur les revenus des sociétés et des capitaux investis).

Kitchin, Joseph : (1861-1932) est un statisticien anglais connu pour avoir mené des travaux sur les cycles économiques, après le Français Clément Juglar. En 1923, Joseph Kitchin publie dans le Review of Economics and Statistics un article intitulé « Cycles and Trends in Economic Factors » montrant lexistence de cycles dune durée de 40 mois à partir de séries sur les prix de gros dans les économies américaine et britannique de 1890 à 1922 (les seules à même de faire émerger des vérités scientifiques, 935conformément à la tradition issue de lÉconomie Politique Anglaise).

Knapp, Georg Friedrich : (1842/1926). Économiste allemand, fondateur de lÉcole Chartaliste, qui revendique le développement de moyens de paiement sans valeur intrinsèque (monnaie fiduciaire), adversaire résolu de lÉtalon-Or : « Staatliche Theorie des Geldes » 1905 (« The State Theory of Money » 1924. Georg Friedrich Knapp remercie John Maynard Keynes dans sa préface à la traduction anglaise).

Law, John : (1671/1729). Banquier et économiste dorigine écossaise. Il est linventeur du système dit « de Law ». Contrôleur Général des Finances de la Banque Royale et de la Compagnie Perpétuelle des Indes qui ont fusionné en 1720, puis Surintendant Général des Finances du Royaume (pour peu de temps : John Law fuit la France en décembre 1720). On lui doit lintroduction du billet de banque et dune des premières bourses nationales (24 septembre 1724 à Paris) au monde (le London Stock Exchange est né en 1776). Son idée économique est que la monnaie est un moyen déchange et ne constitue pas une richesse en soi : la richesse nationale dépend du commerce. Pour la France, il est le père de la Finance et de lutilisation du papier-monnaie (et donc de la Monnaie Représentative, au sens donné par John Maynard Keynes dans « Un Traité sur la monnaie » où il la présente comme pratique dominante à partir du début du xixe siècle et à partir de la France) à la place des espèces métalliques et des factures.

Lawrence, J.S. : Professeur dÉconomie à lUniversité de Princeton. John Maynard Keynes fait référence à un article du Quarterly Journal of Economics, Oxford University Press en 1928 (« Borrowed Reserves and Bank Expansion ». Les Annals of the American Academy of Political and Social Science font référence, en date du 1 mars 1929, à un autre article « Stabilization of Prices and Farmers Income : The need for Control of the Farm Supply » où J.S. Lawrence analyse les désordres monétaires comme cause de linstabilité des revenus des Farmers.

Leaf, Walter : (1852/1927). Dabord élève puis « Classique Senior » de Trinity College de Cambridge (1874), il devient directeur (1891) puis Président (1918) de la Westminster Bank. Cofondateur (1919) puis Président (1925) de lInternational Chamber of Commerce. Elle a pour objectif de servir les entreprises mondiales en favorisant le commerce et linvestissement, les marchés ouverts des biens et services et la circulation libre du capital. Son Secrétariat International a été crée à Paris en 1923. En faisant référence à Walter Leaf, Keynes ne fait pas seulement référence au « bon sens » ou au « sens commun » mais surtout aux conceptions dominantes du monde des affaires au niveau international.

Lexis, Wilhem : (1837/1914). Statisticien, économiste et démographe allemand. En statistique, il est le créateur de ce quil a appelé le Ratio Q qui dit que si la valeur de ce ratio est proche de 1, alors la série statistique connait une « dispersion normale », si cette valeur sen éloigne, alors la série statistique connait une « dispersion super-normale » (Q > 1) ou une « dispersion sous-normale » (Q < 1).

936

Locke, John : (1632/1704). Philosophe anglais. Animateur des débats et des théories alors naissantes du Contrat Social, de la Loi, du Droit Naturel, et de lÉtat de Nature. Ses écrits sur la tolérance sont liés aux évènements qui caractérisent une période où sopère un profond réajustement des champs politiques et religieux. Pour lui, la politique soccupe du monde présent et la religion soccupe du monde de lau-delà, les deux ne devant pas interférer. Sa théorie politique soppose à labsolutisme qui se rencontre alors en France et qui échoue à simposer en Angleterre, en partie grâce à lui. Il est aussi un des fondateurs de la notion dÉtat de droit. Son « Essai sur lEntendement Humain » (1689) est un ouvrage dans lequel il construit une théorie des idées et une philosophie de lesprit. Tout en sopposant au matérialisme de Hobbes, il estime que lexpérience est à lorigine de la connaissance et rejette la notion didées innées soutenues par Descartes. Sa théorie de la connaissance est qualifiée dempiriste.

Lyon-Bowley, Arthur : (1869/1957). Statisticien et économiste anglais spécialisé en économétrie, pionnier de lutilisation de techniques déchantillonnage dans les enquêtes sociales. La rédaction du premier véritable manuel de statistique en anglais lui est attribué (« An Elementary Manual of Statistics » (1909)). Il a aussi publié « The Mathematical Groundwork of Economics » (1924) auquel John Maynard Keynes fait référence.

March, Lucien : (1859/1933). Démographe et ingénieur statisticien français. À la suite du Congrès International dEugénisme qui sest tenu à Londres en 1912, Lucien March appelle à lorganisation dune Association Française dEugénisme. Il a dirigé la Statistique générale de la France de 1896 à 1920. Il a, notamment, écrit en 1925 « Mouvement des prix et des salaires pendant la guerre », publication de la Dotation Carnegie pour la Paix internationale, Paris, Puf.

Marshall, Alfred : (1842/1924), proche de John Neville Keynes, il a été professeur dÉconomie à Kings College, Cambridge, de 1885 à 1908. Keynes, né en 1883, entre comme étudiant à Kings College, Cambridge en 1902. Dabord diplômé en Mathématique. John Maynard Keynes sinscrit pour passer un concours dentrée dans la haute administration publique. Le concours suppose des connaissances en économie, et cest Alfred Marshall, lami de la famille, qui le forme. Alfred Marshall remarque les capacités du fils de son ami et tente de le convaincre dentreprendre véritablement des études approfondies dans ce domaine. Ce que John Maynard Keynes refuse. Il est nommé à lIndian Office quil quitte au bout de deux ans. Il devient ensuite Fellow à Kings College et y enseigne, à propos de la monnaie, la plus pure tradition Marshallienne.

Maxwell, W. Floyd : Assistant statisticien au Comittee on Economic Research, Cambridge, Massachusetts au moins de 1924 à 1927.

Meyer, Eduard : (1855/1930). Historien, égyptologue et assyriologue allemand dont la formation sest déroulée aux universités de Bonn et de Leipzig. Il est nommé professeur à Breslau en 1885, à Halle en 1889, à Berlin 937en 1902. Il enseigne à Harvard en 1909. Docteur Honoris Causa des Universités dOxford, de Fribourg, de Chicago. Son œuvre principale est « Geschichte des Altertums » (Histoire de lantiquité), publié en 1884, 1902, et 1913. Elle est traduite en français en 1912 : Histoire de lantiquité, t. Ier, « Introduction à létude des sociétés anciennes (évolution des groupements humains) », traduit par Maxime David, agrégé de lUniversité. Paris, Paul Geuthner, 1912, in-8o, vin-284 pages.

Midas : Roi légendaire de Phrygie. La Phrygie disparait vers le VIIème siècle avant J.C., vaincu par le Royaume de Lydie. Midas est le Roi qui transformait tout ce quil touchait en Or. Pour se débarrasser de ce sort, il se lave les mains dans le fleuve Pactole.

Mill, John Stuart : (1806/1873). Philosophe, logicien et économiste britannique. Fils aîné de James Mill, Il est instruit par son père, sur les conseils et avec laide de Jeremy Bentham et David Ricardo. Entre lutilitarisme de Jérémy Bentham et lÉconomie Politique Classique (valeur travail) de David Ricardo, John Stuart Mill tentera une synthèse : il est le dernier grand classique. Il fait partie des penseurs libéraux les plus influents du xixe siècle. Il finira sa vie en France, près dAvignon, où sa femme est enterrée.

Miller, Adolph Caspar : (1866/1953). Après avoir été diplômé de lUniversité de Californie, il a étudié à Paris et à Munich. Miller a enseigné à lUniversité Harvard puis à lUniversité Cornell avant dêtre embauché comme professeur titulaire de finance à lUniversité de Chicago. En 1902, Benjamin Wheeler, président de luniversité de Californie, persuada Adolph Caspar Miller de revenir à Berkeley en tant que professeur de Finances, et de prendre la direction du College of Commerce. Adolph Caspar Miller y resta jusquen 1913. Cette année-là, Franklin Knight Lane, un de ses amis fut nommé Secrétaire à lIntérieur par Woodrow Wilson, et Lane persuada Adolph Caspar Miller de venir à Washington. En 1914, Adolph Caspar Miller a été nommé en tant quun des Gouverneurs originaux du Federal Reserve System, qui a été créé à la fin de lannée précédente. Adolph Caspar Miller était le seul économiste au Conseil dAdministration pendant la Première Guerre mondiale. Il est resté Gouverneur pendant 22 ans avant de prendre sa retraite en 1936.

Mills, Frederick Cecil : (1892/1964) : économiste américain, il fut Président de lAmerican Economic Association en 1940. « The behaviour of prices » a été publié par le National Bureau of Economic Research à New York en 1927.

Mises, Ludwig von : (1881/1973). Lune des principales figures de lÉcole Autrichienne dont le père fondateur fut Carl Menger. À propos de la monnaie, il soppose à la conception classique qui la représente comme un voile (cest probablement là ce qui a retenu lattention de John Maynard Keynes) et la présente comme un bien économique comme un autre, ce qui le différencie radicalement de John Maynard Keynes. Le titre même de louvrage (La stabilisation et la politique économique monétaire) montre une préoccupation commune aux 938deux auteurs. De la même manière que John Maynard Keynes, Ludwig von Mises sinquiète beaucoup de linflation. Durant les années 1920, il organise à Vienne des séminaires dont lun des participants les plus assidus est Friedrich Hayek.

Mitchell, Wesley : (1874/1948). Professeur déconomie américain, connu pour ses travaux empiriques sur le cycle. Il a été Directeur de Recherche de 1920 à 1940 au National Bureau of Economic Research (Cambridge, Massachussets). Cest ce National Bureau of Economic Research qui a « inventé » le PNB. Il a publié en 1913 « Business Cycles ».

Morgan, J.P. (Messieurs) : John Maynard Keynes fait référence au fils et petit fils de J.P. Morgan (mort en 1913). John Pierpont Morgan Jr. (1867/1943), également connu sous le nom de Jack Morgan, banquier américain, directeur financier Morgan Jr. a hérité de la fortune familiale et a pris en charge les intérêts commerciaux, notamment J.P. Morgan & co. Après son père, J. P. Morgan qui est décédé en 1913. Diplômé de Harvard et de St Pauls School. Diplômé de St. Pauls School & Harvard, il a été formé en tant que directeur financier dans le monde des affaires, ayant travaillé pour son père et son grand-père, ce qui lui servirait bien en tant que financier et prêteur bancaire, et directeur de plusieurs entreprises. John Pierpont Morgan Jr. a négocié un accord qui faisait de son entreprise le seul fournisseur de munitions pour les gouvernements Britanniques et Français pendant la Première Guerre mondiale. Junius Spencer Morgan III (1892/1960), Banquier américain, directeur de la Morgan Guaranty Trust Company. Diplômé de Harvard en 1914, il rejoint J.P. Morgan & Co en 1917.

Mourre, Baron Charles : (1873/1951). Outre la référence quen fait John Maynard Keynes à propos de la relation entre volume des transactions et vitesse de circulation de la monnaie, le Baron Charles Mourre est lauteur de deux ouvrages : Doù vient la décadence économique de la France ? Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1899 ; Les fluctuations de lactivité économique : les périodes de longue durée et les crises. Paris, Librairie Felix Alcan. De plus, le Baron Charles Mourre propose une communication sur le thème des « Méthodes récentes de prévention des crises aux États-Unis » le 20 juin 1928 dont le Journal de la Statistique de Paris rend compte dans son numéro 7.

Neisser, Hans, Philipp : (1895/1975) : Économiste dabord allemand, puis américain, à partir de larrivée au pouvoir de Hitler. Son livre, La Valeur dÉchange de la Monnaie, lui vaut une reconnaissance mondiale. Ce sera ensuite lun des tout premiers professeurs à propager lœuvre de Keynes aux États Unis.

Newcomb, Simon : (1835/1909). Astronome, mathématicien, économiste et statisticien américain. Éditeur de lAmerican Journal of Mathematics (1885-1900). Il a publié en 1885 « Principles of political economy ».

Newton, Isaac : (1643/1727). Philosophe, mathématicien, physicien, alchimiste, astronome et théologien anglais, puis britannique. Il est surtout reconnu pour avoir fondé 939la mécanique classique, pour sa théorie de la gravitation universelle et la création, en concurrence avec Gottfried Wilhelm Leibniz, du calcul infinitésimal. En 1696, les amis de Newton au gouvernement le nommèrent Directeur de la Monnaie (Warden of the Mint). Cette situation lobligea à vivre à Londres, où il résida jusquà sa mort. Newton fut chargé de la réforme complète de la monnaie. Afin de combattre la contrefaçon, il introduisit des standards de poids et de composition. Newton accomplit sa tâche avec une grande réussite jusquen novembre 1699, tâche qui demandait de grandes compétences techniques et administratives.

Norman, Montagu Collet : (1871/1950). Diplômé dEton et de Kings College (Cambridge). Il devient un des directeurs de la Banque dAngleterre en 1907. Durant la Première Guerre mondiale, il est le conseiller financier de plusieurs services du gouvernement. Il devient vice-gouverneur en 1917 et gouverneur de la Banque dAngleterre en 1920. Il le restera jusque 1944.

Ohlin, Bertil : (1899/1979). Économiste et homme politique suédois. Doctorat à lUniversité de Stockholm en 1924, professeur à celle de Copenhague à partir de lannée suivante. Son nom est attaché au modèle économique standard du libre échange international, le modèle Heckscher-Ohlin-Samuelson (HOS) qui lui a valu le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire dAlfred Nobel en 1977.

Olivier, Maurice : John Maynard Keynes fait référence à la Thèse soutenue pour le doctorat sciences politiques et économiques, Faculté de Droit, Paris, par Maurice Olivier en 1926, et qui sera publié lannée suivante (Librairie Giard 1927).

Overstone, Lord (Samuel Jones-Loyd) : (1796/1883) Banquier et homme politique (Whig) Britannique. Diplômé dEton puis de Trinity College, Cambridge. Le père de Loyd est le fondateur de la succursale londonienne de Jones, Loyd & Co. Samuel Jones-Loyd a rejoint la banque de son père en 1844. Mais, dès 1832, il était reconnu comme lune des principales autorités bancaires, et il jouissait dune grande influence auprès des ministères successifs et des Chanceliers de lÉchiquier. Samuel Jones-Loyd est lune des grandes figures de lhistoire monétaire britannique, en particulier à propos du Bank Charter Act de 1844. En 1850, il fut élevé à la pairie sous le nom de Baron Overstone.

Peake, E.G. : John Maynard Keynes fait référence à un article de E.G. Peake, paru dans Bankers Magazine(no 125, 1928, sans en donner le titre qui est « Connection between the prices of commodities and the prices of securities ». E. G. Peake a fait paraitre, 5 ans plus tôt, un livre (Londres, P.S. King and Sons, Ltd) : « An Academic Study of Somme Money Market and Other Statistics ».

Pearson, Franck Ashmore : (1887/? ? ? ?) Économiste Américain de lUniversité de Cornell, spécialisé dans le domaine de lagriculture. Sest aussi intéressé aux Cycles [« Gold and Prices » in Proceedings of the Academy of Political Science, vol. 16, (Avril, 1934)].

940

Persons, Warren N : Warren M. : (1878-1937). Économiste Américain. Il a fait ses études à lUniversité du Wisconsin (1899) où il obtient plus tard son Doctorat en 1916. Il a enseigné léconomie à lUniversité du Wisconsin de 1901 à 1906, puis il a été professeur adjoint déconomie au Dartmouth College de 1906 à 1910 puis professeur déconomie au Colorado College de 1913 à 1918 et enfin à lUniversité de Harvard de 1918 à 1928. Il a été membre de lAmerican Statistical Association en 1914, et devint son président en 1923. Éditeur de The Review of Economics and Statistics.

Pease, Beaumont (John William) 1er Baron Wardington : (1869/1950), Banquier britannique. Il a été président de la Lloyds Bank de 1922 à 1945 et de la Bank of London South Africa de 1922 à 1947. En 1936, il fut élevé à la pairie sous le nom de Baron Wardington, dAlnmouth dans le comté de Northumberland.

Petty, Sir William : (1623/1687). Précurseur de léconomie, scientifique, médecin, philosophe, homme daffaires, membre du parlement et de la Société Royale britannique. John Maynard Keynes fait référence à ses conceptions monétaires quil considère comme origine de la Théorie Quantitative Classique. Pour William Petty, il est nécessaire quune nation dispose dun montant minimal de monnaie pour réaliser son commerce. Il peut advenir quelle souffre dun manque de monnaie circulant dans léconomie, ce qui contraint ses habitants à se contenter du troc. Il se peut aussi quil y ait trop de monnaie. Les difficultés liées à ces variations de la quantité de monnaie se règlent par sa vitesse de sa circulation. Il établit que si la production de richesse saccroît tandis que loffre de monnaie est déterminée et constante, alors il est nécessaire que la vitesse de circulation de la monnaie soit plus élevée. Ce phénomène pourrait être permis par lactivité bancaire.

Phillips, Chester Arthur : (1882/1976) Président de lUniversité de lIowa en 1940. Lensemble de ses travaux porte sur la banque.

Phipps, Sir William : (1651/1695). Officier de marine puis premier gouverneur royal de la colonie du Massachusetts. Phipps se rendit à Londres en 1683 pour financer une campagne de recherche dépaves dans la mer des Caraïbes. En 1687, il découvrit lépave dun galion espagnol, le Concepcion. Cela lui vaut dêtre fait chevalier par le roi Jacques II le 28 juin 1687.

Pigou, Arthur Cecil : (1877/1959). Économiste britannique. Élève dAlfred Marshall, Arthur Cecil Pigou fut également le mentor de John Maynard Keynes à Cambridge (John Maynard Keynes fut son assistant quand il a été nommé Professeur, et cest Arthur Cecil Pigou qui encadrait son initiation à lÉconomie quelques années plus tôt). Pour lui, les crises des années 1920 et 1930, durant lesquelles il élaborait ses théories, sexpliquent par les rigidités qui affectent le marché du travail et perturbent la flexibilité salariale : salaire minimum, allocations chômage, coalitions de salariés (syndicats) etc. Cette analyse, très classique, a été vivement critiquée par John Maynard Keynes dans la Théorie Générale, ouvrage dans lequel 941Arthur Cecil Pigou joue exactement le même rôle que celui que jouaient les Mercantilistes chez Adam Smith : les énoncés dont le rejet fonde la possibilité dune analyse scientifique.

Pizarro, Francisco : (1475/1541). Conquistador espagnol. Cest lui qui conquis le Royaume Inca du Pérou. Il deviendra gouverneur de lactuel Pérou.

Polybe : (vers -206/vers -124). Homme dÉtat, historien et théoricien politique, est sans doute le plus grand historien grec de son temps.

Pope, Alexander : Poète anglais. Considéré comme le plus grand poète anglais du début du xviiie siècle, connu pour ses poèmes satiriques et sa traduction dHomère. Il est lécrivain anglais le plus souvent cité après William Shakespeare et Alfred Tennyson dans lOxford Dictionary of Quotations.

Ricardo, David : (1772/1823). Économiste britannique, également agent de change et député. Il est lun des économistes les plus influents de lécole classique. David Ricardo commence ses travaux en économie par lécriture de trois articles sur les problèmes monétaires liés aux guerres napoléoniennes, qui paraissent dans le Morning Chronicle entre 1809 et 1810. Il publie un an plus tard « Essai sur le haut prix du lingot : preuve de la dépréciation des billets de banque » (1811) : il y développe une thèse où cest lexcès démission de billets qui est jugé responsable de la dépréciation de la devise anglaise lors des guerres napoléoniennes. Ce livre influencera la rédaction du « Bullion Report » (1810). Et donc tout le Système Monétaire Britannique.

Richards, R.D. : Ph.D., B.Sc. (Econ.) London. John Maynard Keynes fait référence à un article « The pioneers of banking in England » (Economic Journal History supplement, Jan. 1929). Toujours dans lEconomic Journal History supplement, on en trouve un autre (1930) « The Stop of the Exchequer ». Tout au long des années 1920, on trouve nombre de collaboration avec The Quarterly Journal of Economics, notamment pour des comptes-rendus.

Riefler, Winfield W. : (1897-1974). Économiste et statisticien américain. Il a contribué à la Federal Housing Administration et au Trésor-Fed Accord qui garanti lindépendance du Federal Reserve System (1951). Winfield W. Riefler est le propagateur de lamortissement moderne des hypothèques. Ce nouveau type de prêt hypothécaire a été conçu pour être plus stable que les hypothèques ayant cours dans les années 1920, qui étaient jugées responsables de la crise hypothécaire nationale des années 1930. En 1935, il a été élu membre de lAmerican Statistical Association. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a participé activement aux activités de la Société des Nations. Il a été président de lAmerican Statistical Association en 1942 et membre du corps professoral de lInstitute for Advanced Study de 1935 à 1949. Winfield W. Riefler a servi comme assistant du président du Federal Reserve System de 1948 à 1959.

Robertson, Dennis Holme : (1890/1963). Il fut lélève de Keynes puis son collègue à Cambridge. Il fut élu fellow du Trinity College en 1914. John Maynard Keynes fut le 942superviseur du mémoire que Dennis Holme Robertson soutint à cette occasion. « A Study of Industrial Fluctuations » en 1915. Et « Money » en 1922 de Dennis Holme Robertson, représentent aussi bien les idées de John Maynard Keynes que celles de lauteur de louvrage. « En conséquence de son opposition aux thèses de la Théorie Générale, lentourage de Keynes (ainsi que Keynes) lui était devenu assez hostile, de sorte quil partit de Cambridge pour devenir professeur à la London School of Economics de 1938 à 1944 » [Commentaire de la Théorie Générale de Keynes à sa parution (Tortajada) Villeneuve dAscq, Septentrion, 2009, p. 31, 32]. Il a, au niveau de lanalyse monétaire, été influencé par Knut Wicksell et lÉcole de Stockholm.

Roelse, H.V. : Au non du National Bureau of Economic Research, lors de la mise en œuvre des politiques du New-Deal, H.V. Roelse fait savoir que laccumulation et le versement de fonds sociaux auraient peu deffet sur les affaires et que, de plus les éventuels effets auraient probablement plus à voir avec la stabilité du cycle économique plutôt que vers son accentuation. Plus tard, HV. Roelse sera Associate Economist au Board of Governors of the Federal Reserve System, et Vice-President Federal Reserve Bank de New-York. Federal Open-Market Committee.

Rogers, Thorold James Edwin : (1823/1890), généralement appelé Thorold Rogers, est un économiste, historien et homme politique libéral anglais. Il fit ses études au Kings College de Londres et au Magdalen College dOxford. Il sengage hors du champ universitaire, dabord dans le mouvement coopératif (il fut président du Cooperative Congress en 1875), puis en politique (il fut élu de Londres au Parlement pour le parti libéral de 1880 à 1886).

Rokeling, G.D. : Statisticien et fonctionnaire Britannique, outre son Indice de la production pour la Grande Bretagne que John Maynard Keynes retient (Economist 6 octobre 1928), il a aussi publié une étude « The Civil Servants Share of National Income » pour lInstitute of Professional Civil Servants en 1931. On retrouve sa trace, plus tard (1947) en tant quAssistant Secretary at the Ministry of Education (1947).

Rorty, Malcolm Churchill : (1875/1937). Ingénieur, économiste, statisticien américain. Directeur de lAmerican Telephone and Telegraph Company. Fondateur de l« Econometric Society », co-fondateur du « National Bureau of Economic Research », élu en 1931 Président de l« American Statistical Association ». Président de lAmerican Management Association de 1934 à sa mort en 1937. Le colonel Malcolm C. Rorty a écrit de nombreuses monographies sur des sujets économiques dans lesquels il a défendu une approche du laissez-faire aux affaires. Le colonel Malcolm C. Rorty a suggéré que la théorie de la sur-construction soit intégrée à la théorie du « sur-engagement » et renforcée par lanalyse des processus financiers. Ainsi, pour lui, au début de nombre de périodes de prospérité, une accumulation simultanée de croissance dans les entreprises et dapparition de nouvelles entreprises se propage dans la plupart des branches dindustrie. Cela conduit à la création, à travers des extensions de 943crédit, dun nouveau pouvoir dachat. Étant donné que le pouvoir dachat supplémentaire nest pas compensé rapidement par une augmentation correspondante de la production, les prix augmentent. Ce processus sajoute à la croissance des stocks de marchandises. Vient alors une contraction des achats, et une crise.

Rostovtzeff, Mikhaïl Ivanovitch : (1870/1952). Historien russe de lAntiquité. Son œuvre porte essentiellement sur lhistoire économique et sociale des mondes romain, iranien et hellénistique. Fortement marqué par la révolution russe de 1917, qui le poussa à lexil, il consacra une grande partie de sa carrière à analyser léconomie de lAntiquité classique, quil concevait, pour ses périodes les plus prospères, à limage du capitalisme. Il sexile en Suède, puis à luniversité dOxford entre 1918 et 1920. Enfin, après avoir enseigné cinq ans à luniversité du Wisconsin, il enseigne à Yale (1925).

Rowe, John Wilkinson Foster : (1897/? ? ? ?). En 1915, il fait partie du 3rd Battalion, The Royal West Kent Regiment. Il publie « Wages in practice and theory » (London, G. Routledge & Sons) en 1928. Lannée précédente, en 1927, il avait publié « Stocks of staple commodities » (London, Royal Economic Society) avec pour co-auteurs John Maynard Keynes, G L Schwartz, Harry Campion et Alfred George Charles.

Runciman, Walter, 1er vicomte Runciman de Doxford : (1870/1949) Homme politique dabord Libéral, puis National Libéral au Royaume-Uni entre les années 1900 et 1930. Il a fait ses études à South Shields High School et Trinity College, Cambridge, où il a obtenu un MA en histoire en 1892. Il a cumulé les plus hautes et prestigieuses fonctions : President du Board of Education du 12 Avril 1908 au 23 Octobre 1911 ; President du Board of Agriculture du 23 Octobre 1911 au 6 Août 1914 ; President du Board of Trade du 5 Août 1914 au 5 Décembre 1916 (cest à ce propos que John Maynard Keynes y fait référence) puis du 5 Novembre 1931 au 28 Mai 1937 et enfin, Lord President of the Council du 31 Octobre 1938 au 3 Septembre 1939.

Sauerbeck, Augustus : (? ? ? ?/1929). Autorité britannique reconnue en matière de commerce de la laine britannique (Schartze et Co., Londres). Il est ensuite devenu une autorité reconnue dans les cercles statistiques après avoir conçu son indice des prix. Il devient membre de la Royal Statistical Society en 1886 et contribue régulièrement au Journal de la Société. La Royal Statistical Society lui décerna la Médaille Guy (Argent : La médaille dargent est décernée seulement à ses membres et est une reconnaissance dune ou plusieurs publications dont le mérite est particulier, ayant été présentées à la Royal Statistical Society ou publiées par elle) en 1894 et en fit un membre honoraire en 1920 ; il est mort en 1929. Il a, entre autres, publié : « Prices of Commodities and the Precious Metals » (p. 581-648) Journal of the Statistical Society of London Vol. 49, No 3, Sept. 1886 ; « Sauerbecks chart of English prices. Course of average prices of general commodities in England … Comp. by Augustus Sauerbeck » (New 944York, 1894) ; « The course of average prices of general commodities in England » (London, P. S. King & son, 1908).

Schumpeter, Joseph Aloïs : (1883/1950). Économiste et Professeur en Science Politique Autrichien naturalisé américain, connu pour ses théories sur les fluctuations économiques, la destruction créatrice et linnovation. De plus, il est lauteur dune Histoire de lanalyse économique, parue en 1954, mais qui nest traduite en Français quen 1983. Parfois présenté comme proche de lÉcole Autrichienne déconomie, mais Ludwig von Mises considérait quil nen faisait pas partie. Parfois qualifié déconomiste hétérodoxe pour ses théories sur lévolution du capitalisme dans la démocratie, quil estime voué à disparaître pour des raisons sociales et politiques, mais cette vision pessimiste est conforme à la tradition classique britannique : Adam Smith, David Ricardo.

Scott, William Robert : (1868-1940) a été Professeur dÉconomie Politique à lUniversité Adam Smith de Glasgow de 1915 à 1940. Diplômé du Trinity College de Dublin : BA (1889), MA (1891), DLitt (1902). Chercheur à lUniversité de St Andrews. Chargé dÉtude sur les Highland Home Industries en 1911. Il a été membre du Comité britannique pour lhistoire économique de la guerre. Président de la Royal Philosophical Society de 1931 à 1934 et de la Royal Economic Society de 1935 à 1937.

Shakespeare, William : (1564/1616). Le Poète, Le Dramaturge, LAngleterre. John Maynard Keynes, ne le cite que parce quen fin de compte, son génie la rendu riche.

Smith, Adam : (1723/1790). Traditionnellement considéré comme le Père de lÉconomie Politique et comme le Fondateur du Libéralisme en Économie. À chaque fois que John Maynard Keynes le cite (7 fois, en courtes notes de bas de page), cest à la fois pour sen différencier et pour fonder ses propres analyses sur la Tradition.

Snyder, Carl : Formé à lUniversité de lIowa et à Paris, Carl Snyder (1869/1946) est embauché comme statisticien au Département de Recherche de la Federal Reserve Bank de New York dans les années 1910 et 1920. En 1940, il publie « magnum opus Capitalism the Creator » qui semble avoir retenu lattention de Friedrich Hayek.

Soetbeer, Adolf : (1814/1892). Publie à Berlin en 1885, 1886 « Materialen zur Erläuterung Beurteilung der wirtschaftlichen Edelmetallverhältnisse und der Währungsfrage », livre dans lequel, à partir de ses travaux antérieurs à propos de lanalyse des prix de gros à Hambourg (1858), il synthétise son Indice à partir des prix de gros de 114 produits présent dans la ville (Hambourg est un port), sans pondération.

Solon : homme dÉtat athénien (viie siècle avant J.C.) connu pour ses nombreuses réformes notamment en matière de réduction des dettes publiques et privées.

Spiethoff, Arthur August Caspar : (1873/1957) Économiste allemand. Diplomé de lUniversité de Berlin (1893). Thèse de Doctorat sur la théorie des cycles économiques (1905). La théorie des cycles de Spiethoff (1902, 1903, 1923) sest appuyée sur celle de 945la théorie de surinvestissement de Tugan-Baranovsky. Il a développé la théorie en y incorporant un caractère endogène : linnovation. Nommé à la chaire dÉconomie Politique à lUniversité de Prague. En 1918, il enseigne à lUniversité de Prague où il rencontre Joseph Aloïs Schumpeter. Ainsi, Arthur August Caspar Spiethoff est souvent crédité davoir eu une certaine influence sur ce dernier, comme sur Karl Gustav Cassel.

Stamp, Sir Josiah Charles : (1880/1941) Industriel, économiste, fonctionnaire, statisticien, écrivain et banquier. Directeur de la Banque dAngleterre et Président du London, Midland and Scottish Railway. Diplômé de lUniversité de Londres (1911), Docteur de la London School of Economics (1916). Sa thèse, « British Incomes and Property », fait autorité et sa réputation : Membre de la Royal Commission on Income Tax (1919), du Northern Ireland Finance Arbitration Committee (1923-1924), du Committee on Taxation and National Debt (1924), de la Dawes Reparation Commissions Committee on German Currency and Finance (1924), du Young Committee (1929), de lEconomic Advisory Council (1930–39) ; Président de la Royal Statistical Society (1930-1932).

Strong, Benjamin : (1872/1928). Banquier Américain. Il fut le premier gouverneur de la Federal Reserve Bank of New York de 1914 à sa mort. Il exerça une grande influence sur le Federal Reserve System (créé lannée précédente).

Taussig, Frank William : (1859/1940). Économiste Américain. Frank William Taussig est crédité davoir posé les bases de la théorie du commerce moderne. Rédacteur en chef du Quarterly Journal of Economics de 1889 à 1890 puis de 1896 à 1935, Président de lAmerican Economic Association (1904/1905), Président de la United States Tariff Commission (1917/1919). En 1919, il participe à la finalisation des accords commerciaux liés au Traité de Versailles.

Tooke, Thomas : (1774/1858) Économiste Britannique de la « Banking School » qui dit que la quantité de monnaie en circulation doit avant tout dépendre des besoins des agents économiques : la masse monétaire doit être adaptée aux besoins des affaires. Limportance de lor et de largent est donc minimisée.

Tugan-Baranovski, Mikhail Ivanovitch : (1865/1919). Économiste, politicien, homme dÉtat Ukrainien. Représentant typique du marxisme légal dans lEmpire russe tsariste, il est lauteur de nombreux ouvrages traitant de la théorie de la valeur, de la distribution dun revenu social, de lhistoire du développement managérial et de ses principes fondamentaux. Il publie en 1894 « Industrial Crises in Contemporary England : Their Causes and Influences on the Life of the People », ce qui lui vaut son Diplôme dÉconomie Politique de lUniversité de Moscou. Il meurt dune cries cardiaque, sur le chemin qui le menait à Versailles, afin de participer aux négociations en cours.

Walsh, C.M. : Le livre auquel fait référence John Maynard Keynes, et qui fait autorité à propos de la mesure 946de lévolution des prix, sappelle « The Measurement of General Exchange Value » (New York : Macmillan and Co) et date de 1901. Lindice des prix de Walsh y est défini comme la somme pondérée des prix de la période en cours, divisée par la somme pondérée des prix de la période de base, avec la moyenne géométrique des deux quantités de période servant de mécanisme de pondération. De C.M. Walsh, on trouve des traces de collaboration avec The Quarterly Journal of Economics, en 1896 (« Shaws History of Currency »), 1897 (« The Steadily Appreciating Standard »), mais aussi 30 ans plus tard, en 1924 (« Professor Edgeworths Views on Index Numbers »). En 1921, il a publié à Londres (P.S. King & Son) « The Problem of Estimation », et, dans le cadre de la Quarterly Publication of the American Statistical Association, a proposé « The Best Form of Index Number : Discussion ».

Warren, George Frederick : (1874/1938). Le Hall de lUniversité Cornell porte son nom. Étudiant et enseignant au Nebraska, sinstalle ensuite à lUniversité Cornell pour étudier avec Liberty Hyde Bailey. Il a un rôle clé dans le développement de la gestion agricole comme domaine détude dans les années avant la Première Guerre mondiale. Chef de département en 1907 (Collège de lAgriculture). Avec Frank A. Pearson, qui fut son élève, il créa Farm Economics en 1923. Ils devinrent les chefs de file de lanalyse des prix agricoles dans les années 1920 et 1930 lorsque la dépression agricole des années 1920 devançait la Grande Dépression du début des années 1930. Il était un conseiller important du Gouverneur Franklin Roosevelt (1929-1933) sur la politique de développement rural, et quand Franklin Delano Roosvelt est devenu président des États-Unis, George Frederick Warren a continué à servir comme lun de ses conseillers économiques clés. George Frederick Warren était reconnu comme un ardent défenseur de lÉtalon-Or et de la transition vers une monnaie gérée par le gouvernement fédéral, que Franklin Delano Roosvelt a mise en œuvre en 1933-1934 comme une étape importante pour sortir les États-Unis de la Grande Dépression.

Whetham, William Cecil Dampier : (1867-1952). Scientifique spécialisé dans lagriculture, historien des sciences. Fellow de Trinity College en 1891. Membre de la Royal Society en 1901. De 1931 à 1935, il fut le premier secrétaire du Agricultural Research Council.

Wicksell, Knut : (1851/1926) : Économiste suédois. John Maynard Keynes reprend, en se lappropriant, largement la conception centrale chez Knut Wicksell (« Geldzins und Güterpreise » 1898, traduit en anglais par R.F. Kahn « Interest and Price » Londres, Macmillan, 1898) dune division entre « Taux dIntérêt Naturel » et « Taux dIntérêt Monétaire ».

Wiebe, Georg : (1867/1915). Auteur de « Zur Geschichte der Preisrevolution des xvi et xvvii Jahrhunderts » (Sur lhistoire de la révolution des prix des xvie et xve siècles), une étude qui fait autorité, au moins tout au long de la première moitié du xxe siècle, publié à Leipzig en 1895.

Wieser, Friedrich Von : (1851-1926). Sociologue et économiste Autrichien. 947Membre de lécole autrichienne déconomie fondée par Carl Menger et Eugen von Böhm-Bawerk. Enseignant en économie à luniversité de Vienne et de Prague. Introduit Friedrich von Hayek, qui fut un de ses étudiants, auprès de Ludwig von Mises.

William III : Guillaume III dOrange-Nassau (1650/1702). En 1677, Guillaume épousa la princesse Marie dAngleterre, fille aînée de lhéritier du trône anglais Jacques, duc dYork. Lorsque Jacques II devient roi en 1685, son catholicisme et ses politiques impopulaires lui aliénèrent lopinion anglaise majoritairement protestante. Dans ce qui fut appelé la « Glorieuse Révolution » de 1688, Guillaume renversa Jacques II et obtint les couronnes dAngleterre, dÉcosse et dIrlande.

Williamson, William : (1875/1972). Professeur, avocat, juge. Élu représentant Républicain du Dakota du Sud au Congrès de 1921 à 1933.

Willis, Henry Parker : (1874/1937). Docteur de lUniversité de Chicago en 1897. Professeur déconomie à lUniversité George Washington et à lUniversité de Columbia. Expert auprès du Banking and Currency Committee of the United States, House of Representatives. Henry Parker Willis fut le premier secrétaire du Federal Reserve Board entre 1914 et 1918. En 1926, il fut nommé président de la Commission denquête sur les banques et lémission monétaire, un comité établi par le gouvernement de lÉtat Libre dIrlande pour déterminer les changements nécessaires en matière de banque et de billets de banque, en vue de la création dune nouvelle monnaie.

Wingo, Otis Theodore : (1877/1930). De 1907 à 1909, Membre du Sénat de lÉtat de lArkansas. Membre du Congrès des États Unis (Démocrate) de 1913 à sa mort.

Withers, Hartley : (1867/1950). Journaliste et économiste Britannique. « The Business of finance » (New York : Dutton, 1918), « The meaning of money » (London : Smith, Elder & Co, 1911 – 3e édition).

Working, Holbrook : (1895/1985). Professeur américain déconomie et de statistique à lInstitut de Recherche Alimentaire de lUniversité de Stanford connu pour ses contributions sur la théorie des prix à terme, sur une théorie du comportement des investisseurs. et sur la théorie du stockage (y compris la courbe de travail qui trace la différence entre les prix à terme des céréales à court terme et à long terme par rapport aux stocks actuels). Professeur à lUniversité Cornell puis à lUniversité du Minnesota avant de rejoindre lInstitut de Recherche Alimentaire de Stanford en 1925. Membre fondateur de lEconometric Society, membre de lAmerican Agricultural Economics Association, de lAmerican Statistical Association et de lAssociation américaine pour lavancement des sciences. En 1981, il a reçu le Wilks Memorial Award de lAmerican Statistical Association.

Young, Allyn Abbott : (1876/1929). Économiste américain. Docteur de lUniversité du Wisconsin (1902). et de l(1925). Il a une carrière mouvementée avant la première Guerre Mondiale : Professeur à la Western Reserve University, de 9481902 à 1904, puis à Dartmouth, de 1904 à 1905, puis au Wisconsin, de 1905 à 1906. Chef du département déconomie à Stanford, de 1906 à 10, suivi dune année à Harvard en 1910, 1911, et deux ans à lUniversité de Washington, St Louis, 1911-1913. En 1914, il devint lun des membres fondateurs de lAmerican Statistical Association (il en sera le Président en 1917). De 1913 à 1920 il fut professeur à luniversité de Cornell, mais la guerre le conduisit à Washington DC en 1917 pour diriger le Bureau of Statistical Research du War Trade Board et à New York en 1918 pour diriger la division économique dun chargé de jeter les bases de la Conférence de paix de Paris. Après la guerre, Allyn Abbott Young déménagea à Harvard en 1920. En 1925, il devient Président de lAmerican Economic Association. En 1927, il accède à la présidence de la London School of Economics. En 1929, il préside (à Paris) à la rédaction dun rapport sur les Réparations Allemandes, préconisant, notamment, lorganisation dune Banque des Règlements Internationaux.