Aller au contenu

Index nominum

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0076-6
  • ISSN: 2105-9950
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4449-4.p.0295
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 01/11/2009
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
295

INDEX NOMINUM

Cet index contient les noms de personnes et de lieux, ainsi que les adjectifs qui leur correspondent. Nous n’indiquons pas toujours systématiquement toutes les occurrences.

Acaste : roi de Magnésie, presqu’île de Thessalie, 1597.

Acheron : fleuve des Enfers, 1, 1190.

Acherontide : adj., de l’Achéron, fleuve des Enfers ; le creux Acherontide : le gouffre infernal, 88, 2334.

Afrique : 1954.

Alcide : d’après le grec jAlkeivdhÖ, désigne, ici comme dans la poésie gréco-latine, Héraclès (Hercule). Alcée, roi de Tirynthe, était en effet le père d’Amphitryon, lui-même père adoptif d’Hercule, 87, 941, 1630, 2333.

Alecton : Alecto, l’une des Furies, 110.

Amazonide : fils d’une Amazone ; désigne Hippolyte au vers 1599.

Amazonien : qui est de la famille ou qui possède les mœurs des Amazones. Terme appliqué à Hippolyte, fils de l’Amazone Antiope, 814.

Amour : Cupidon, ou Éros, fils de Vénus, 333, 461, 470, 477, 486, 723, 729, 741, 770, 773, 813, 898, 927, 953, 993, 1287, 1289, 1294, 1297.

Antee : géant, fils de Poséidon et de Gaia, demeurant en Afrique du Nord. Il forçait les passants à lutter contre lui, les tuait et ornait le temple dédié à son père avec les dépouilles de ses victimes. Mais il fut étouffé par Hercule, 949.

Antiope : reine des Amazones, mère d’Hippolyte ; on l’appelle aussi Hippolytè, 665 (ne pas la confondre avec une autre Antiope, aimée de Zeus et mère de deux jumeaux, Amphion et Zéthos). Elle fut tuée au combat par Thésée, mais contrairement à ses devanciers, Euripide et Sénèque, Garnier passe sous silence cet épisode, ou du moins ne l’évoque qu’à mots couverts.

Apollin : Apollon, dieu du soleil, 1420.

Aquilon : vent du nord, 1548.

Ariadne : Ariane, fille de Minos et de Pasiphaé, sœur de Phèdre. Elle fournit à Thésée le fil lui permettant de sortir du Labyrinthe. Le jeune homme avait promis de l’épouser, mais il l’abandonna sur l’île de Naxos, 53, 424, 425, 653, 1424.

Athenes : 29.

Athenien : adj., d’Athènes, 1364 ; nom, Suget de ceste tragedie.

Aurore : considérée comme une divinité, épouse de Tithon, fils de Laomédon, roi de Troie, 1021.

Averne : lac d’Italie, près de Naples, que l’on disait formé par des eaux débordant de l’Achéron, et d’où s’élevaient des émanations sulfureuses. Il était considéré comme l’entrée des Enfers, 2310.

296

Bacchus : Dionysos, dieu du vin, de l’ivresse, 1186, 2074.

Bellerophon : fils de Neptune, victorieux de la Chimère, 1590.

Boree : vent du nord-nord-ouest ou du nord (Cf. Bailly, p. 368) ; personnifié, 1805, 2005.

Busire : Busiris, tyran d’Égypte, tué par Hercule, 949.

Caucase : chaîne de montagnes, située entre la mer Noire et la mer Caspienne, 707.

Cecropienne : épithète d’Athènes. Cécrops était le premier roi de cette cité. Ville Cecropienne, 13.

Cephale : fils de Déion et petit-fils d’Éole, amant de l’Aurore, 1022.

Cerbere : chien à triple tête, portier des Enfers, 7.

Cerés : Déméter, déesse des moissons, 1616.

Charon : batelier des Enfers, 584.

Cleonean : adj., de Cléônes, ou Cléônai, ville d’Argolide. L’épithète est appliquée au lion de Némée au vers 948, les deux villes étant proches l’une de l’autre.

Cocyte : fleuve des Enfers, glacial, qui reçoit l’Achéron, et forme avec lui le marais du Styx. Il est littéralement « la rivière des gémissements » et est constitué des pleurs que répandent les méchants et les criminels,1009, 2313.

Cressien : de Crète, 1002. La forme correspond au grec KrhvsioÖ, <a, <on, que l’on trouve au vers 759 de l’Hippolyte d’Euripide <KrhsivaÖ tV ejk gaÇÖ< et que Garnier transcrit avec deux s, selon la liberté offerte par l’usage latin. Les manuscrits de Virgile présentent aussi bien Cressius que Cresius.

Crete : Suget de ceste Tragedie, 381, 724, 1424.

Cretique : de Crète – latin Creticus ; grec KrhtikovÖ, 1414.

Cupidon : fils de Vénus, dieu de l’amour, 914, 1045, 1067.

Cyclopes : monstres ayant un seul œil, au milieu du front, fabriquant la foudre de Jupiter dans la forge de Vulcain, située dans les cavernes de l’Etna en Sicile, 456.

Cynthiennne : épithète de Diane-Artémis, née sur le mont Cynthe à Délos, 1017.

Cyprine : Cypris, désigne Vénus (Aphrodite), déesse de l’amour et de la beauté, mère du dieu Amour (Eros). Vénus fut après sa naissance portée à Cythère, puis à Chypre, d’où son surnom, 781.

1 – Cythere : île située entre le sud de la Grèce et la Crète, où Vénus-Aphrodite fut transportée après sa naissance par les Zéphyrs, avant d’être installée à Chypre, 1046.

2 – Cythere : le Cithéron, mont de Béotie, consacré à Bacchus-Dionysos, 1561.

Dedalique : adj., de Dédale, l’architecte du Labyrinthe ; le logis Dedalique, la maison Dedalique : le Labyrinthe, 32, 1413.

Dele : Délos, île grecque, qui vit naître Artémis, Apollon et Aphrodite, 286.

Delien, -enne : adj., de Délos, épithète d’Artémis, née dans l’île de Délos, 282 (Le terme figure dans Les Epithetes de Maurice de La Porte, s.v. Diane.

Diane : Artémis, déesse de la chasse, fille de Zeus et de Létô, sœur d’Apollon, 371, 2375, et symbole de la beauté selon Phèdre voulant plaire à Hippolyte, 1421, de la chasteté, 288 et 1479 ; assimilée à Hécate, 1132. Elle est qualifiée de fille de Latone (285) de vierge, de forestiere (1130) de chasseresse (1137). Toutes ces épithètes figurent dans le recueil de Maurice de La Porte. Les auteurs grecs surnomment Artémis ajgrovtera, c’est-à-dire « chasseresse, champêtre, sauvage ».

Dires : Furies (latin Dirae), 2311.

297

Eac’ou Eaque : (AijakovÖ) fils de Zeus et d’une nymphe nommée Egine, 2335. Il est considéré comme le plus pieux de tous les Grecs. Sa renommée lui donne le droit de siéger aux Enfers. Selon Platon (Gorgias, 524), il juge les âmes venues d’Europe, tandis que Rhadamante juge celles qui viennent d’Asie et que Minos juge en dernier ressort les unes et les autres en cas de doute de l’un des deux premiers juges. – Socrate, dans l’Apologie de Platon (41a), ajoute un quatrième juge, Triptolème (voir Cicéron, traduisant ce passage dans les Tusculanes, I, XLI, 98 : … ad eos venire, qui uere iudices appellentur, Minoem, Rhadamantum, Aeacum, Triptolemum…).

Egee : roi d’Athènes, père de Thésée, Suget de ceste tragedie, 72.

Eleusis : ville d’Attique, qui, d’après la tradition, fut par Thésée réunie à sa voisine Athènes, 1615.

Elysez : Champs Elysez : séjour, dans les Enfers, des âmes vertueuses, héros et sages, après la mort, 2380.

Endymion : berger aimé de la Lune (Sélénè, assimilée à Diane-Artémis). Plongé dans un sommeil éternel, il reste toujours jeune, 1018.

Eolien : d’Eole, le dieu des vents ; creux Eolien : caverne d’Eole, 1847.

Erebe : les ténèbres infernales, 2313.

Erymanthean : d’Erymanthe, montagne située aux confins de l’Arcadie, de l’Achaïe et de l’Elide, où vivait un redoutable sanglier, qui fut tué par Héraclès, 947.

Espagnole : l’adjectif caractérise, au vers 1284, la mer où le soleil se couche.

Etnean : adj., de l’Etna, mont volcanique de Sicile. Le creux Etnean : la caverne des Cyclopes, 457. Les freres Etneans : les Géants, fils de la Terre, conçus pour venger les Titans, leurs frères : les uns et les autres furent vaincus par les Olympiens, 624.

Eurypyle : roi de l’île de Cos, fils de Poséidon, tué par Héraclès, 949.

Furies : Erinyes, déesses de la vengeance et des châtiments infligés aux criminels dans les Enfers, 95.

Gange : fleuve de l’Inde, 1487.

Garamante : territoire des Garamantes, peuple établi en Afrique, au sud de la Numidie et au nord du Sahara, 1807.

Getes : peuple installé sur les bords du Danube, 705.

Getulin : de Gétulie, région du nord-ouest de l’Afrique, 1582.

Gnide : Cnide, ville de Carie, probablement confondue avec Cnossos au vers 1432.

Gnossien : Cnossien, de Cnossos, ville de Crète, 132.

Hecate : déesse que l’on a d’abord apparentée à Artémis et à la Lune. Peu à peu, elle devint la déesse de la magie, des spectres et des frayeurs nocturnes. Elle est dite Triviane, c’est-à-dire déesse des carrefours, d’après le latin Trivia, 1137.

Helene : fille de Tyndare, roi de Sparte, et de Léda (cf. Helene Ledeanne au vers 649). D’abord mariée à Ménélas, frère d’Agamemnon, puis à Pâris, fils de Priam, le roi de Troie.

Hercule : Héraclès, fils de Zeus et d’Alcmène (épouse d’Amphitryon, général thébain). Il réussit à arracher Thésée des Enfers, mais non Pirithoos, 1620.

Hippolyte : fils de Thésée et d’une Amazone (le nom de cette dernière varie selon les auteurs : Mélanippé, Antiopé, Hippolyté), Suget de ceste tragedie, 135, 464, 465, 651, 999, 1007,

298

1010, 1019, 1047, 1139, 1306, 1348, 1408, 1434, 1481, 1483, 1830, 1852, 1967, 1979, 2049, 2089, 2107, 2173, 2177, 2198, 2207, 2229, 2350.

Hydre : monstre à sept têtes, que combattit Hercule, 950.

Hymette : montagne de l’Attique, au miel très apprécié, 203.

Hyperboree : région de l’extrême nord, 1806.

Hyrcanique : adj., d’Hyrcanie, région de la Perse, au sud de la mer Caspienne. Ses tigres étaient célèbres, 1956.

Ixion : roi des Lapithes, originaire de Thessalie, père de Centauros, lui-même père des Centaures, et de Pirithoos, qui perpétue la race des Lapithes. Après son mariage avec Dia, fille du roi Déionée, il assassina son beau-père, afin de ne pas lui donner les cadeaux qu’il lui avait promis en échange de la main de sa fille. Il devint fou à cause de son crime. Personne ne voulant le purifier, Zeus prit pitié de lui et consentit à la fois à le laver de son crime et à le délivrer de sa folie. Ixion ne manifesta aucune gratitude à l’égard de Zeus, puisqu’il tenta de faire violence à l’épouse du roi des dieux, Héra. Zeus lui envoya un nuage ressemblant à la déesse et Ixion osa commettre le sacrilège de s’unir à ce simulacre. Le maître de l’Olympe l’attacha à une roue enflammée qui tournait sans cesse et volait dans les airs, 118.

Jupin : autre nom de Jupiter (voir ce nom), 263, 458, 1544.

Jupiter : Zeus, dieu du ciel, de la lumière, de la foudre et du tonnerre, de la justice, maître des dieux et des hommes, 22, 23, 469, 760, 929, 1243, 1369, 1439, 2042. – Voir aussi Jupin.

Latone : Létô, mère d’Apollon et de Diane-Artémis, 285.

Ledean, -anne : voir Helene.

Lethean : adj., du Léthé, le fleuve de l’oubli dans les Enfers, 450.

Leucate : promontoire de l’île de Leucade, située en mer Ionienne, à proximité de l’Acarnanie, 2009.

Magnesien : de Magnésie, région située en Thessalie, épithète d’Acaste, roi de ce pays, au vers 1597.

Mars : dieu romain de la guerre, Arès chez les Grecs ; le mot désigne souvent la guerre elle-même ; 706, 761.

Medee : fille du roi de Colchide, Æétès (AijhvthÖ), épouse de Jason. Par jalousie et pour punir son mari, elle tua les enfants qu’elle lui avait donnés. Elle est connu comme magicienne et comme empoisonneuse. Belle-mère de Thésée, elle tenta vainement de faire assassiner le fils d’Égée par son propre père, 1273.

Megere : l’une des trois Furies, 111, 2251.

Menade : bacchante, femme du cortège de Bacchus-Dionysos, 1555.

Minerve : nom romain d’Athéna, déesse de la guerre, 1533.

Minoïde : descendant (e) de Minos, désigne au vers 127 Phèdre, fille du roi de Crète Minos, devenu juge des Enfers, 127.

Minos : roi de Crète, puis juge des Enfers, père de Phèdre, Suget de ceste tragedie, 58, 109, 1426, 2356.

Mopsopienne : adjectif, ville Mopsopienne : Athènes, dite parfois Mopsopie, ancien nom de la ville ou de l’Attique, dont les habitants étaient primitivement les Mopsopiens, 2285.

More (= Maure) : habitant de Mauritanie, Sonnet de Ronsard (Mauritania désignait, en latin, la partie occidentale de l’Afrique).

299

Naxean : adj., de l’île de Naxos, 426, 657.

Neptune ou Neptun : Poséidon, dieu de la mer, Suget de ceste tragedie, 1369, 1744, 1823, 1920, 1941, 2183, 2373.

Nort : vent du Nord, 1548, 2005, 2006.

Nymphes : déesses habitant les bois, les fontaines, les cours d’eau, 1016.

Olympien : de l’Olympe ; le foudre Olympien : le foudre de Jupiter, souverain de l’Olympe, 1456.

Orque : autre nom de Pluton, qui sert souvent à nommer les Enfers, comme au vers 1897.

Osse : Ossa, montagne de Thessalie, séjour des centaures (grec Ossa), 628.

Pallas : autre nom d’Athéna (Minerve), déesse de la guerre, de la sagesse, de l’intelligence, protectrice d’Athènes et de l’Attique, 15, 1524.

Paphien, -enne : de Paphos, ville de l’île de Chypre, où se trouvait un temple d’Aphrodite, nommée saincte Paphienne au vers 722.

Parque : divinité de la destinée et de la mort, 2293. Les Parques ou Moires sont au nombre de trois : Clotho, qui tient le fuseau et préside à la naissance, Lachésis, qui distribue les lots du destin, tourne le fuseau et dévide le fil, et Atropos, qui le coupe au moment de la mort.

Pasiphe : Pasiphaé, femme de Minos et mère de Phèdre. Accouplée à un taureau, elle enfanta le Minotaure, 969.

Pelé : Pélée, fils d’Eaque et d’Endéis, époux de Thétis, déesse marine, père d’Achille et roi de Phthie. Durant son séjour à la cour d’Acaste, à Iolcos, il fut faussement accusé de tentative de viol par la femme d’Acaste, Astydamie, qui était tombée amoureuse de lui. Le chœur établit un parallèle entre sa mésaventure et celle d’Hippolyte au vers 1596.

Pelion : montagne de Thessalie (grec Phvlion), 628.

Phase : fleuve de Colchide, 708.

Phebus : Apollon, dieu de la lumière et du soleil, fils de Jupiter et de Latone, 142, 606, 968, 1095. Il est mentionné comme ancêtre de Phèdre, 1114.

Phedre : fille de Minos et de Pasiphaé, épouse de Thésée, belle-mère d’Hippolyte, Suget de ceste tragedie, 129, 415, 1011, 1159, 1299, 1640, 1654, 1851.

Phlegethon : fleuve infernal roulant des flammes, 2313. On le nomme parfois, par redondance, Pyriphlégéthon.

Phlegrean : adj., le champ Phlegrean : plaine de Macédoine, qui fut le théâtre de la lutte entre les Géants et les Dieux, 626.

Pirithois : Pirithoos, fils d’Ixion et de Dia. Il est comme son père, de la race des Lapithes. Il est aussi le demi-frère des Centaures. Il se lie d’amitié avec Thésée. Les deux héros se portent mutuellement secours. Pirithoos aide Thésée à enlever Hélène et Thésée accompagne son ami aux Enfers pour participer à l’enlèvement de Perséphone. Suget de ceste tragedie, 85, 439, 551, 830.

Pluton : Hadès, dieu des Enfers, Suget de ceste Tragedie, 93, 109, 121, 440, 555, 556, 558, 559, 568, 1190, 1372, 1842, 2333.

Plutonien : adj., de Pluton, 82.

Plutonique : adj., de Pluton, 1358.

Porte-trident : épithète employée comme nom propre, pour désigner Neptune.

Prœte : Prétus (ou Prœtus), époux de Sthénobée, 1587.

Promethee : Titan, fils de Japet, protecteur de l’humanité, qui, pour avoir dérobé le feu et l’avoir donné aux hommes, est cloué à un rocher par Zeus et condamné à subir un horrible supplice sans fin, puisqu’un vautour lui dévore le foie, qui repousse sans cesse, 118, 930.

300

Proserpine : Perséphone, fille de Déméter, épouse de Pluton, Suget de ceste tragedie.

Pucelles : fatales Pucelles : les Parques, 2236.

Rhadamante : l’un des trois juges des Enfers, avec Minos et Eaque, 1841. – D’après Platon, Gorgias, 524, il juge les âmes venues d’Asie.

Sarmate : peuple scythe,venu d’Asie centrale, 707, 1805.

Saturne : nom d’un très ancien dieu romain, assimilé au dieu grec Cronos, fils d’Ouranos, le Ciel, et de Gaia, la Terre. Il est le père de nombreux dieux, et des plus importants, tels que Jupiter, Junon, Pluton, Neptune, 385.

Saturnien : de Saturne ; pere Saturnien : désigne Jupiter, fils de Saturne et père des dieux et des hommes, 1455.

Scythe : habitant de la Scythie, pays situé au Nord-Est de l’Europe et au Nord-Ouest de l’Asie. Les Scythes étaient considérés par les Anciens comme des barbares, rustres, sauvages, voire cruels, 706 ; Sonnet de Ronsard.

Sisyphe : fils d’Eole. Il dénonça Zeus pour le rapt d’Egine. Le maître des dieux lui infligea un châtiment, consistant à rouler un rocher jusqu’à un sommet d’où il retombait sans cesse. Son travail était donc toujours à recommencer, 120.

Sœurs : Furies, ou Erynies, déesses qui, aux Enfers, infligeaient des châtiments aux criminels ; les noires Sœurs, 85.

Sthenobee : Sthénobée (ou Sthénébée), épouse de Prétus (ou Prœtus), amoureuse de son beau-fils Bellérophon, 1590.

Stygieux, -euse : adj., du Styx, fleuve infernal, 573, 1622, 1735.

Styx : fleuve des Enfers, 936.

Tantale : fille de Zeus et de Ploutô (fille de Cronos, selon les uns, d’Atlas, selon les autres). Il fut puni pour avoir dérobé le nectar et l’ambroisie et il subit aux Enfers le châtiment d’une faim et d’une soif éternelles, 119.

Taure : Taurus, chaîne de montagnes d’Arménie, très élevée (jusqu’à 2000 ou 3000 mètres selon les régions), 174, 1120.

Terre mere : la Terre Mère, divinité de la fécondité universelle, 2309.

Thesee : (variante Thesé) héros de l’Attique, roi légendaire d’Athènes. La tradition situe son existence entre la jeunesse d’Héraclès et la guerre de Troie. Fils d’Égée, lui-même roi d’Athènes, il s’illustra d’abord en combattant les monstres et les brigands qui infestaient l’Attique. Il se rendit célèbre ensuite en triomphant du Minotaure de Crète, qui vivait enfermé dans le Labyrinthe. Après avoir tué le monstre, il put trouver la sortie grâce au fil que lui avait confié Ariane. Celle-ci avait fait promettre à Thésée de l’épouser et de l’emmener à Athènes, en échange du service rendu. Mais lors d’une escale à Naxos, le jeune homme y abandonna sa fiancée et épousa ensuite Phèdre, sœur d’Ariane. Plus tard, il remporta la victoire dans la bataille qu’il dut livrer aux Amazones, qui avaient envahi l’Attique. Ami du Lapithe Pirithoos, il participa au combat des Lapithes contre les Centaures. Il consentit à accompagner son ami aux Enfers pour l’aider à ravir Perséphone, épouse d’Hadès, Suget de ceste Tragedie, 35, 43, 62, 77, 431, 472, 473, 549, 552, 561, 642, 829, 1364, 1407, 1410, 1665, 1851, 1941, 2169, 2258.

Thriasien : adj. (cf. latin Thriasius), de Thrie, bourg situé en Attique, 204.

Tigre : fleuve de Mésopotamie, 1487.

301

Tirynthien : adj., de Tirynthe, cité d’Argolide. Employé comme nom pour désigner Héraclès, qui resta longtemps au service d’Eurysthée, roi de Tirynthe, 561.

Tisiphone : l’une des trois Furies, les deux autres étant Mégère et Alecto, 111.

Titanien, -ienne : adj., de Titan, 624. Les Titans, fils d’Ouranos et de Gaia, furent détrônés par Zeus. La race Titanienne dont il est question au vers 624 est celle des Géants conçus par Gaia, la Terre, pour venger les Titans.

Tithonienne : adj., de Tithon. Terme appliqué à la déesse Aurore, qui était l’épouse de Tithon, fils de Laomédon, roi de Troie, 1021.

Titye : (Tityos). Géant, fils de Zeus et d’Elara. Héra, jalouse de Létô, déchaîna le géant contre sa rivale. Zeus le foudroya, puis le précipita aux Enfers, où deux serpents (ou deux aigles) lui dévoraient le foie, qui renaissait sans cesse à chaque phase de la lune. Son supplice resssemble à celui de Prométhée, 119.

Triviane : surnom d’Hécate, signifiant « aux trois voies », d’après le latin Trivia. Elle est donc la déesse des carrefours, souvent assimilée à Diane, 1137.

Typhon ou Typhée : monstre intermédiaire entre l’homme et le fauve, fils de Gaia (la Terre) et du Tartare. Ses bras étendus couvraient le monde, de l’orient à l’occident, et ses doigts, au nombre de cent à chaque main, étaient des têtes de dragons. Le bas de son corps était entouré de serpents. Il portait des ailes, et des flammes sortaient de ses yeux. Il combattit Zeus après la guerre des dieux et des géants. Il fut poursuivi par le maître de l’Olympe, sur qui il lança les montagnes de Thrace. Zeus, à l’aide de sa foudre, les faisait retomber sur son adversaire, qu’il finit par écraser sous le mont Etna, projeté contre lui. Depuis, Typhon vomit éternellement les flammes du volcan, 120.

Venus : (Aphrodite), déesse de la beauté et de l’amour, 505, 965, 1046, 1470.

Vulcan : (Vulcain), dieu du feu et des forgerons, qui fabrique la foudre de Jupiter, 765.