Aller au contenu

Repères chronologiques

  • Type de publication: Chapitre d'ouvrage
  • Ouvrage: Théâtre complet
  •  
  •  
  • Pages: 11 à 18
  • ISBN: 978-2-8124-0781-9
  • ISSN: 2109-7577
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-1118-2.p.0011
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Bibliothèque du théâtre français, n° 16
  • Date de parution: 14/01/2014
  • Année de publication: 2013
  • Langue: Français

  • Chapitre d'ouvrage: Précédent 2/22 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
11

REPÈRES CHRONOLOGIQUES

1639. 22 décembre. Baptême de Jean Racine, en léglise de La Ferté-Milon. Son père, après avoir été cadet au régiment des gardes, est procureur au bailliage et greffier au grenier à sel. Son grand-père maternel est président au grenier à sel et garde du sceau de La Ferté. Cest donc une famille honorable, mais de rang modeste. Une autre branche de cette famille, les Vitart, a donné asile lannée précédente à trois « solitaires » de Port-Royal qui fuyaient des tracasseries policières (Lancelot, Antoine Le Maître et Le Maître de Séricourt), et dont le jeune Nicolas Vitart était lélève.

1641. 29 janvier. Inhumation de la mère du poète, morte des suites de couches, huit jours après le baptême de sa fille Marie.

1642. Agnès Racine, tante de Jean, entre à Port-Royal ; à lâge de 18 ans elle y prendra le voile sous le nom de sœur Agnès de Sainte-Thècle. Le père de Racine se remarie le 4 novembre.

1643. Décès du père (inhumé le 7 fév.). Succession à peu près nulle. Lenfant est recueilli par ses grands-parents maternels.

1649. Décès du grand-père paternel ; la grand-mère entre à Port-Royal en qualité de femme de service semble-t-il. Peu après, le petit Jean est admis aux Petites Écoles, à titre gracieux. Il y a pour maîtres : Arnauld, Lancelot (helléniste réputé), Nicole (latiniste réputé), Antoine Le Maître (ex-avocat, orateur réputé), M. Hamon.

1653. Racine est élève du collège de la ville de Beauvais.

1655. Il revient à Port-Royal.

12

1656. Mars. Les Petites Écoles sont dissoutes. Racine reste à Port-Royal, travaillant sous la direction dA. Le Maître, puis de M. Hamon. Il se perfectionne en grec, fait des extraits de Tacite et de Quintilien, annote Plutarque, écrit des poésies latines et les sept odes des Promenades de Port-Royal des Champs. Cest le moment où paraissent les Provinciales ; Antoine Vitart est mêlé à leur diffusion.

1658. Racine fait sa philosophie au collège dHarcourt (à Paris), dont le principal a été associé à la publication des Provinciales.

1659. Il loge un temps chez Antoine Vitart, qui est entré au service du duc de Luynes. Premiers pas dans le monde des Lettres : il se fait des amis parmi des gens desprit (La Fontaine, labbé Le Vasseur), adresse un sonnet – perdu – à Mazarin sur la paix des Pyrénées.

1660. Il présente aux comédiens du Marais une tragédie, Amasie ; refus. À loccasion du mariage du roi, il compose lode La Nymphe de la Seine à la Reine ; elle est montrée, par lintermédiaire de Vitart, à Perrault, secrétaire de Colbert, et à Chapelain, figure dominante de lAcadémie française, qui donne des éloges et des conseils. Lode est imprimée.

1661. Racine est en contact avec la troupe de lHôtel de Bourgogne pour une nouvelle pièce – perdue. En octobre, il part pour Uzès où un de ses oncles, le vicaire général Sconin, pense pouvoir lui obtenir un bénéfice ecclésiastique. Une Relation des réjouissances faites à Uzès pour la naissance du Dauphin, envoyée à la Gazette de France à la fin de lannée, est attribuée à Racine.

1662. Difficultés dans laffaire du bénéfice. Racine étudie la théologie, lit beaucoup, exerce sa plume (correspondance, vers galants : Les Bains de Vénus).

1663. Retour à Paris, sans bénéfice. À loccasion de la rougeole de Louis XIV, il compose lOde sur la convalescence du roi (juillet) qui lui vaut promesse de gratification ; doù une nouvelle ode (nov.) : La Renommée aux Muses. Il fréquente les milieux littéraires, rencontre Boileau et Molière. Le duc de Saint-Aignan le présente à la Cour.

13

1664. Première (le 20 juin) de La Thébaïde par la troupe de Molière, édition le 30 octobre. Racine figure à la fin de la liste des gratifications royales aux hommes de lettres (22 août) pour 600 livres.

1665. Création dAlexandre (4 déc.) par la troupe de Molière. Quelques jours après, Racine donne sa pièce à lHôtel de Bourgogne qui, à dater du 18 décembre, la joue concurremment avec Molière ; au bout dune semaine, ce dernier renonce.

1666. Édition (13 janv.) dAlexandre, avec une épître dédicatoire « Au Roi ». Polémique (janv.) contre Nicole qui condamnait les auteurs de théâtre : Lettre à lauteur des Hérésies Imaginaires. Quoique Racine garde lanonymat, ce texte marque sa rupture avec Port-Royal.

1667. Deuxième Lettre, et préface pour une édition des deux qui ne verra pas le jour. La gratification royale sélève (21 mai) à 800 livres. Racine pousse la comédienne Du Parc à quitter la troupe de Molière pour celle de lHôtel de Bourgogne qui crée Andromaque (17 nov.) dans lappartement de la Reine, devant le roi et la Cour ; immense succès.

1668. Édition dAndromaque (janv.). Molière monte La Folle Querelle de Subligny, une critique dAndromaque. Racine touche des revenus du prieuré de lÉpinay, en Anjou, autrefois détenu par son oncle. Saint-Évremond publie sa Dissertation sur le Grand Alexandre : la polémique entre les tenants de Corneille et ceux de Racine est engagée. Création (en nov., date exacte inconnue) des Plaideurs. La gratification royale atteint 1 200 livres (déc.).

1669. Édition des Plaideurs (janv.).

Racine vend (juin) la moitié des rentes du prieuré de lÉpinay au prête-nom dArnauld dAndilly ; ce, malgré la rupture avec Port-Royal.

Création (13 déc.) de Britannicus à lHôtel de Bourgogne.

1670. Édition (fin janv.) de Britannicus.

Racine est mentionné dans un acte (mai) comme « Prieur de Saint-Jacques de La Ferté ».

À loccasion des fiançailles du duc de Nevers, création de Bérénice devant la Cour (14 déc. ; représentation à lHôtel de Bourgogne le 21).

La gratification royale sélève à 1 500 livres.

14

1671. Édition de Bérénice (24 fév.).

1672. Création de Bajazet à lHôtel de Bourgogne (5 janv.) ; édition le 20 février. Réédition dAlexandre. Racine est élu (5 déc.) à lAcadémie française, au siège de La Mothe Le Vayer.

1673. Réception à lAcadémie (12 janv.). Création (13 janv.) de Mithridate à lHôtel de Bourgogne ; édition le 16 mars. Réédition dAndromaque avec des remaniements (6 juin).

1674. Création dIphigénie à Versailles (18 août) au cours des fêtes célébrant lannexion de la Franche-Comté.

Racine accède à la charge de trésorier de France en la généralité de Moulins (27 oct.).

Édition dIphigénie (fév.-mars). La préface participe dune polémique entre les Modernes, partisans de lopéra (Quinault, Lully, Perrault), et les Anciens, auxquels Racine se rattache. En juin, Barbier dAucour publie un Apollon vendeur de Mithridate dans lequel il récapitule les critiques faites à Racine.

Racine accède à la charge de trésorier de France en la généralité de Moulins (27 oct.).

1676. Édition collective des Œuvres de Racine : texte revu, préface pour La Thébaïde, autres préfaces refaites (achevé dimprimer du 31 déc. 1675).

1677. Création de Phèdre et Hippolyte (1er janv.) aussitôt concurrencée par la Phèdre de Pradon (3 janv.) ; édition le 15 mars.

Racine épouse Catherine de Romanet (30 mai).

Le roi, après avoir mis à lépreuve Racine et Boileau en leur demandant un panégyrique, leur alloue une gratification exceptionnelle de 6 000 livres chacun (11 sept.) et les charge dêtre ses historiographes.

1678. Racine et Boileau suivent la campagne de Gand (mars-avril).

Naissance du premier enfant de Racine, Jean-Baptiste (baptisé le 11 nov.).

1679. Racine a renoué avec Port-Royal ; il rend visite à sa tante (mai) et à cette occasion rencontre larchevêque de Paris, académicien comme

15

lui, venu édicter des mesures prises contre le monastère ; par la suite, Racine interviendra de plus en plus souvent en faveur de Port-Royal.

Dans l« Affaire des poisons », la Voisin laccuse davoir fait mourir la Du Parc (21 nov.).

1680. Louvois tient prêt un ordre darrestation contre Racine (11 janv.) mais les poursuites en restent là.

Naissance dune fille, Marie-Catherine (baptisée le 17 mai).

La gratification royale sélève à 2 000 livres (12 août).

1681. Nouvelle édition dAlexandre.

1682. Le roi examine avec Mme de Maintenon les travaux de ses historiographes.

Naissance dune autre fille, Anne (baptisée le 29 juil.).

1683. Racine et Boileau collaborent à un petit opéra pour le carnaval de la Cour. Le roi les gratifie de 10 000 livres chacun. À la demande de labbesse de Fontevrault, sœur de Mme de Montespan, Racine traduit partiellement le Banquet de Platon. Il entre à lAcadémie des Inscriptions.

1684. Directeur trimestriel de lAcadémie française au moment du décès de Corneille, il essaye dobtenir lentrée du jeune duc du Maine (12 ans) dans la compagnie. Le roi sy opposant, il doit recevoir Thomas Corneille comme successeur de son frère.

Naissance de sa fille Élizabeth (baptisée le 2 août).

Le 31 décembre, Mme de Montespan offre au roi, pour étrennes, un livre de miniatures de villes de Hollande prises en 1672 : les textes sont de Racine et Boileau. LÉloge historique du Roi sur ses conquêtes depuis 1672 jusquen 1678 date sans doute de cette même année.

1685. Dans son discours pour la réception de Thomas Corneille à lAcadémie (2 janv.) Racine fait léloge de Pierre Corneille.

Lors des fêtes données à Sceaux pour le roi, son Idylle sur la Paix est chantée sur une musique de Lully.

1686. Racine et Boileau préparent les inscriptions qui doivent remplacer celles de Charpentier au bas des peintures de Le Brun à Versailles.

16

Le roi, lors dune maladie (mars), se fait lire les travaux de ses historiographes et sen montre satisfait. Le nom de Racine vient en tête de la liste des gratifications aux gens de lettres.

Naissance de sa fille Françoise (baptisée le 29 nov.).

1687. Deuxième édition collective des Œuvres avec quelques retouches.

Racine a composé des Hymnes traduites du Bréviaire romain (qui datent de 1687 au plus tard).

1688. Naissance de la cinquième fille, Madeleine (baptisée le 18 mars).

Nouvelle gratification exceptionnelle à Racine et Boileau : 1 000 pistoles (soit environ 10 000 francs dalors) chacun ; Boileau, malade, ne peut guère travailler à lhistoire du roi.

Racine prête 22 000 livres au duc de Chevreuse (3 juil.).

Il travaille à Esther ; en novembre, il en dirige les répétitions par les élèves de la maison fondée à Saint-Cyr par Mme de Maintenon.

1689. Création dEsther devant le roi (26 janv.) ; grand succès mondain, édition peu après (début mars).

Racine est reçu dans la Cour restreinte qui accompagne le roi à Marly (sept.).

Il prête 6 000 livres à Boileau (20 déc.).

Il travaille à Athalie, destinée à Saint-Cyr.

1690. Répétitions dAthalie (mars). Racine accède, par brevet du roi (12 déc.), à une des 24 charges de gentilhomme ordinaire de la chambre, moyennant un versement de 10 000 livres à la veuve du précédent détenteur ; la charge en vaut 50 000.

1691. Création (5 janv.) devant le roi et un public restreint, et édition (3 mars) dAthalie.

1692. Par brevet, les deux historiographes se voient allouer une pension de : 2 000 livres pour Boileau et 4 000 pour Racine (15 avril).

Racine suit le siège de Namur (mai-juin) dont il donne une Relation.

Naissance dun second fils, Louis (baptisé le 2 nov.).

Réédition dAthalie.

17

1693. Cette année est marquée par la querelle autour des deux Parallèles entre Corneille et Racine : celui de La Bruyère – qui déclare Racine égal à Corneille – et celui de Fontenelle – favorable à son oncle Corneille.

Racine suit la campagne des Pays-Bas. Le roi lui octroie par brevet la survivance de sa charge de gentilhomme ordinaire pour son fils aîné (2 nov.).

1694. Racine suscite lintervention dArnauld dans la Querelle des Anciens et des Modernes pour réconcilier Boileau et Perrault.

Après la mort dArnauld, il assiste, seul des courtisans, au service funèbre célébré à Port-Royal. Il intervient en faveur du monastère auprès de larchevêque de Paris, et le fera sans cesse les années suivantes.

Il collabore assidûment aux travaux de lAcadémie des Inscriptions.

Il compose des Cantiques spirituels.

1695. Opérations financières : remboursé de 22 000 livres prêtées au duc de Chevreuse (25 mai), il en prête 13 000 puis encore 3 000 à Boileau.

Le roi lui attribue un logement à Versailles (20 juin).

1696. Racine négocie toujours pour Port-Royal.

Acquisition dune charge de conseiller secrétaire du roi : 55 000 livres (13 févr.).

Il est dispensé dassister aux séances de cette chambre (10 mars) en raison de ses obligations à la Cour.

Septembre. Le roi, malade, se fait lire par lui du Plutarque (Vie dAlexandre).

1697. Troisième édition collective, revue, de ses Œuvres.

1698. Racine semble avoir des difficultés financières. Par ailleurs, il aurait commis quelque maladresse qui lui vaut la froideur du roi et de Mme de Maintenon. Toujours lié à Port-Royal, il se défend cependant dêtre janséniste. Il retire sa fille aînée du monastère, où elle espérait pouvoir être reçue novice si linterdiction du noviciat faite à Port-Royal était levée. Sa fille cadette prend le voile aux Ursulines de Melun (5 nov.).

Rédaction de lAbrégé de lHistoire de Port-Royal (date exacte inconnue : entre 1695 et 1699).

18

1699. Mariage de sa fille aînée (7 janv.).

Une maladie grave se déclare, on le dit à lextrémité (15 mars). Il meurt le 21 avril (diagnostic : abcès au foie). Le lendemain, par autorisation du roi, son corps est transféré à Port-Royal, où il est enseveli, selon ses volontés, près de M. Hamon. (Après la destruction de Port-Royal, les restes de Racine seront transférés à Saint-Étienne du Mont.)

Le roi donne 1 000 livres de pension à son fils aîné, autant à sa veuve.

A. V.