Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-08287-3
  • ISSN: 2493-8947
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08289-7.p.0235
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 14/09/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
235

RÉSUMÉS

Yves Krumenacker, « Le chercheur et la foi. Quelle distance avoir ? »

Alors que certains pensent quil faut être croyant pour étudier la religion, la plupart des chercheurs préconisent plutôt un gnosticisme méthodologique. Une empathie avec son sujet est nécessaire, car la connaissance est toujours relation interpersonnelle. Mais il faut aussi sen détacher pour combiner analyses interne et externe. Limportant est surtout de pouvoir réfléchir à sa pratique et dêtre capable de la théoriser.

Jean-Philippe Pierron, « La dialectique vive de la conviction et de la critique »

Foi et recherche en sciences humaines ne peuvent être ni confondues ni séparées, mais sans cesse confrontées. La recherche philosophique est désir et attention constante, ce qui lui donne une dimension spirituelle. Mais la foi du chercheur doit passer au crible de la raison. Elle lui permet daspirer à la recherche de la vérité dans ce quelle a de plus universel, mais aussi de plus personnel, rejoignant ainsi la quête existentielle du chercheur.

Pierre-François Moreau, « Le savoir et lappartenance »

Sil faut être croyant pour parler de religion, cela interdit toute recherche, car on nest jamais exactement de la religion étudiée. Cela revient en réalité à sopposer à ce que lautre pénètre dans sa propre croyance. Cest souvent une exigence des dominés dont lhistoire est confisquée. Mais toute croyance est vécue subjectivement, ce qui nécessite aussi un regard extérieur attentif aux points communs et aux variations, capable déchapper aux formes dominantes de la croyance.

236

Céline Borello, « Histoire confessionnelle et histoire scientifique. Enjeux et jalons autour du protestantisme »

Le propos vise à comprendre comment lhistoire de la Réformation en France sest progressivement émancipée dune plume engagée dans la défense de la foi protestante pour adopter des méthodes conformes aux pratiques scientifiques de la discipline historienne. Cette interrogation croise diverses questions : celle des enjeux dune écriture historique, celle dune scientifisation de la narration du passé et celle de lappartenance confessionnelle des historiens.

Noémie Recous, « De la sympathie à létude. Faire lhistoire religieuse des individus »

Travailler sur la religion dun individu, son rapport au sacré et à la transcendance permet de mettre en lumière ces structures plus générales, tout en questionnant les appropriations et reformulations personnelles. Si une certaine sympathie peut se développer entre lhistorien.ne et son objet détude, un des enjeux majeurs de lécriture historienne réside dans la distance, qui permet de trouver un équilibre entre une familiarité perçue et létrangeté irrémédiable liée à la distance temporelle.

Cherif Ferjani, « Étude des faits islamiques et combat contre lislamisme et lislamophobie »

Des engagements politiques peuvent amener à létude scientifique des faits islamiques pour lutter contre lislam radical. Grâce à lislamologie orientaliste, il est possible de se dégager des approches théologiques traditionnelles. Mais elle a souvent étudié les faits islamiques à travers le prisme des orthodoxies dominantes. Cest pourquoi il est nécessaire dexplorer de nouvelles approches historicisant les catégories de la pensée musulmane comme celles des autres religions et cultures.

Éric Geoffroy, « Lécriture académique est-elle “objective” ? »

Lobjectivité nexiste dans aucune science, toute recherche est à la fois académique et personnelle. La spiritualité musulmane montre que toute réalité a plusieurs aspects, une idée partagée par bien des scientifiques actuels. Il sagit donc de reconnaître sa propre subjectivité et daccepter une réalité plurielle, 237darticuler lapproche doctrinale et lapproche historique, sociologique ou anthropologique.

Sébastien Tank-Storper, « Le judaïsme comme un autre. Identité, réflexivité et sciences sociales du judaïsme »

Les études juives ont longtemps été soupçonnées dêtre fermées aux non-Juifs et de viser à élaborer une identité juive. Y échapper suppose de poser un écart par rapport à lidentité juive, de penser le judaïsme comme pluriel, aux identités multiples et mouvantes dont la légitimité est revendiquée par diverses institutions ; cela conduit à remettre en cause les classifications habituelles des courants juifs, à partir de concepts internes et externes.

Christine Barralis, « La déconfessionnalisation de lhistoire du christianisme en France »

Le processus de déconfessionnalisation de lhistoire du christianisme à lœuvre au cours du xxe siècle en France peut sobserver à travers deux phénomènes distincts : le « décentrement » du regard des historiens et la part décroissante au fil du temps, non seulement des clercs mais même des croyants, parmi les historiens du christianisme. Cela a permis de penser lhistoire du religieux comme un simple élément dune histoire plus large.

Olivier Chatelan, « Catholicisme et sociologie en France, des années 1880 aux années 1960. Réflexions densemble »

La « sociologie catholique » a-t-elle existé en France ? Au début du xxe siècle, des clercs sessaient à une science du social souvent largement inspirée des enseignements de lÉglise. Restée peu visible et marginale, elle est à rapprocher de méthodes denquête, qui inspirent plusieurs mouvements. Les années 1950 sont marquées par les questions de linstitutionnalisation et de la déconfessionnalisation. Coexistent alors plusieurs manières de « faire de la sociologie ».

Lionel Obadia, « Regards (de) civilisés sur les religions (de) sauvages. Lanthropologie, lanthropologue et la croyance de lautre »

La question du rapport de lanthropologue à la religion en général serait moins délicate quailleurs, en raison de la distance quil entretient avec les 238systèmes de croyances de sociétés traditionnelles supposées pleines de sacré. Mais ce rapport est bien plus complexe, et oscille entre scepticisme plus ou moins froid et affirmé, adhésion plus ou moins clandestine, ou, le plus souvent, attitude bienveillante mais épistémologiquement réservée.

Pierre Gisel, « De la théologie aux sciences religieuses. Quels déplacements et quelle relance pour chacun ? »

Au cœur des déplacements de la théologie aux sciences religieuses est dabord en cause la question du type dinterrogation, ainsi que le passage de réalités religieuses vues pour elles-mêmes à leur articulation à la scène sociale, dont elles sont notamment un lieu de symptômes, ouvrant du coup la question de leur régulation, interne et externe. Les déplacements indiqués peuvent, enfin, être loccasion dune relance de questions de fond, pour chacun et sur son terrain propre, différemment donc.

Olivier Servais, « De lobjet religieux à distance à lengagement à objectiver sa subjectivité »

Le positionnement du chercheur sexplique par sa trajectoire, quil doit pouvoir lire et dire. Missionnaires, ethnologues, anthropologues revendiquent en effet presque tous un engagement, religieux, ou pour une cause temporelle. La subjectivité est donc toujours présente, mais il faut lobjectiver, déconstruire ses propres catégories afin de se rapprocher de celles des autres et avec lintention de les exposer le mieux possible, ceci pour établir les faits dans la vérité dautrui.