Aller au contenu

[Histoire de amours de Valérie et du noble vénitien Barbarigo] Avertissement

  • Type de publication: Chapitre d'ouvrage
  • Ouvrage: Romans
  •  
  •  
  • Pages: 334 à 336
  • ISBN: 978-2-8124-2987-3
  • ISSN: 2109-7623
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-2989-7.p.0334
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Bibliothèque du xviiie siècle, n° 25
  • Date de parution: 16/07/2014
  • Année de publication: 2014
  • Langue: Français

  • Chapitre d'ouvrage: Précédent 12/28 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
334

335

AVERTISSEMENT1

Je nai rien à dire sur la vérité de cette histoire. Elle est trop connue en Italie. Je veux parler des faits, car pour lhistoire imprimée, elle na encore paru dans aucune langue.

Barbarigo2 mourut à quatre vingt-ans dans lannée 1718. Il avait écrit lui-même ses Mémoires dans un âge avancé. Comme il avait connu à Bologne le comte Guastavillani3 avec qui il sétait lié dune étroite amitié, il lui avait envoyé une copie de son manuscrit.

Dix ans après la mort de Barbarigo, le comte Guastavillani le fils trouva ce manuscrit dans la bibliothèque de son père, et me le prêta pour le lire. Lhistoire me parut intéressante, et je fus frappé de plusieurs traits dune morale aussi noble que puisée dans la vraie nature. Je lus ce manuscrit plusieurs fois, et jeus envie den avoir une copie. Comme je ne voulais le confier à personne, je me mis à le transcrire moi-même. Mais je navais copié que deux parties et quelques pages de la troisième que le jeune comte vint me le redemander. Le père sétait aperçu que ce manuscrit manquait dans sa bibliothèque, et mon ami en avait eu une réprimande sévère.

Les égarements de Barbarigo serviront dexemple aux jeunes gens : cest dans cette vue que je donne ses mémoires au public. Cest lui-même qui raconte son histoire. Je nai fait que traduire les deux premières parties, et les pages de la troisième que javais copiées. Je pourrais presque dire que tout louvrage nest

336

quune traduction. Cette histoire et les traits de morale qui y sont répandus, métant toujours restés dans lesprit, je ne crois pas mêtre écarté du caractère de Barbarigo ni de sa manière de raconter dans le reste du récit de ses aventures que jai écrites de mémoire.

Jai fait quelques remarques qui mont paru nécessaires, ou du moins utiles pour lintelligence de lhistoire.

1 La présente édition se fonde sur loriginale parue en 1741, et intègre les quelques corrections présentes dans lédition revue et corrigée de 1761 (Bibliothèque de campagne, t. XVIII).

2 La famille Barbarigo est une des plus anciennes de la noblesse vénitienne, à laquelle appartinrent deux doges aux xve et xvie siècles et trois cardinaux aux xviie et xviiie siècles. De nos jours encore plusieurs palais vénitiens témoignent de linfluence des Barbarigo : le Barbarigo Nani Mocenigo, qui remonte au xve siècle et se situe sur le rio (canal) San Trovaso, dans le sestriere de Dorsoduro ; le Barbarigo della Terrazza, sur le Canal Grande, bâti au xvie siècle ; le Barbarigo Minotto, sur le Canal Grande, qui réunit, au xviiie siècle, des hôtels particuliers des siècles précédents. Ce dernier fut décoré, entre autres, par Tiepolo.

3 La famille Guastavillani fait partie de la noblesse bolonaise qui avait son représentant au Sénat de la ville.