Aller au contenu

Comptes rendus

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07787-9
  • ISSN: 1247-5351
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07788-6.p.0169
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 14/02/2018
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
169

Rimbaud, Verlaine, Cros…, Album zutique. Dixains réalistes, présentation par Daniel Grojnowski et Denis Saint-Amand, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2016, 304 p.

Ce nest pas sans un certain plaisir que le public aura désormais en poche lintégralité de lAlbum zutique. Non quil sagisse dun livre maudit, mais on jubile à lidée de consulter à loisir ce livre subversif qui soffre aujourdhui en sa kyrielle de poètes qui furent aussi des dessinateurs incontrôlables, de la magnifique œuvre dAntoine Cros qui sert de frontispice à lAlbum au modeste croquis dun noble établissement situé Passage Vendôme accompagnant le poème « LOrpheline » de Léon Valade. À côté des poèmes mythiques de Verlaine et de Rimbaud, comme le collaboratif « Sonnet du trou du cul » et les « Remembrances du vieillard idiot », on trouve dauthentiques pépites quasiment inconnues comme « Intérieur matinal » de Charles Cros et « Les Mobiles de la Seine » de Raoul Ponchon. Bien sûr, le format de poche ne saurait donner au lecteur une idée exacte de la nature finalement sophistiquée du manuscrit, non en ses ors et enluminures, mais par ses détails graphiques, ses jeux typographiques, les placements stratégiques et fantaisistes des poèmes qui le composent, les fraternités qui se créent sur lespace de la page, au fil des rencontres dun soir dans une turne quelque peu éthylique. Seule une nouvelle édition fac-similaire de lalbum1, dans des proportions identiques ou approchantes, pourrait donner une idée de cet objet insolite au format italien afin daboutir à une juste considération de lampleur de lœuvre et pour percevoir, sous les rires et au-delà de ceux-ci, son ambition véritable.

Cet album donne une idée de ce que peut la poésie, lorsque son exercice ne se cantonne pas à un milieu artistique en phase de figement, comme le devint finalement le cercle des Parnassiens, qui accueillit à ses débuts les esprits parmi les plus originaux et insoumis du siècle pour ensuite se scléroser sous lautorité monoculaire de Leconte de Lisle, qui ne manqua 170pas néanmoins de faire les yeux doux à lEmpire. Il donne aussi une idée de ce que peuvent les poètes, et plus largement les hommes, quand ils nabdiquent pas leurs idées, qui furent très méthodiquement rendues impossibles par la Semaine sanglante, pendant que dautres, nayant désormais damour que la République bourgeoise, entraînaient la poésie dans une atonie toute spéculaire et se préparaient à prononcer les exclusions et excommunications des auteurs parmi les plus brillants de ce siècle.

Parfaitement conscient du statut anomique et paratopique du recueil, Denis Saint-Amand ne len dote pas moins dune préface dune solide facture universitaire. La valeur de cet Album est certaine et réclame en effet une telle approche : les poèmes ne sont nullement des blagues et trouvent leur place légitime dans les œuvres de ces poètes, parmi les plus célèbres Charles Cros et Germain Nouveau et, bien sûr, Paul Verlaine et Arthur Rimbaud. Le riche propos liminaire tire le meilleur parti du livre important de Denis Saint-Amand, La Littérature à lombre. Sociologie du zutisme2, qui a pu également bénéficier des découvertes et de lénergie de Arthur Rimbaud et le foutoir zutique de Bernard Teyssèdre3, et du volume collectif La Poésie jubilatoire. Rimbaud, Verlaine et lAlbum zutique, sous la direction de Seth Whidden4, à la suite des travaux fondateurs de Michael Pakenham5 et de Steve Murphy6.

Cette approche sociocritique permet effectivement de placer les réunions zutiques et lœuvre qui en est issue parmi les milieux littéraires, tout en montrant la sociabilité particulière et paradoxale des habitués de lHôtel des Étrangers, qui écrivent bien pour eux-mêmes, entre eux, sur eux-mêmes, mais aussi pour un lectorat qui serait un peuple à venir – celui quon a empêché de sinstaller, de prospérer et simplement dexister –, bref un peuple désormais rare, décimé, improbable et à qui 171les zutistes sadressent bien, dans une langue renouvelée et subversive. Quand ces lecteurs potentiels auront tout à fait disparu (et y compris ceux qui sentrelurent), viendra le tour de Mallarmé (et de symbolistes moins doués), dont lobscurité poétique même est bien une sorte dappel à un peuple lecteur désormais presque absent et, devant recourir ainsi, désormais, à des lecteurs « privés ». Que lAlbum nait pas été publié à lépoque nempêche pas quil résonne sous la IIIe République de Thiers, à défaut comme une promesse, au moins comme un monde possible. Aussi la préface apporte-t-elle tous les renseignements nécessaires concernant le lieu, les acteurs, le moment et bien sûr lAlbum. Ce qui est nommé « la nébuleuse zutique » ou ailleurs le « foutoir » est néanmoins un groupe suffisamment charpenté en idées pour produire une littérature cohérente et compatible. On ne méconnaîtra certes pas le hasard, le caprice, le caractère informel et anti-institutionnel qui présidèrent à ces réunions irrégulières, atypiques et joyeuses, mais il y eut précisément un travail pour faire œuvre, même si limprimé ne vint que tardivement et, pour ainsi dire, accidentellement. À ce point mêlée au chaos de lexistence, lœuvre échappe à tout souci de se faire connaître, mais elle communique tous azimuts. Il est donc légitime dinscrire lhistoire du zutisme dans celle des collectivités et même des Salons (qui furent, y compris pour les aristocrates, un lieu démancipation, celle notamment des femmes contre la domination masculine) pour montrer que le groupe des zutistes achève et radicalise la fronde.

Lappareil de notes est pertinent et sa consultation est enrichissante. Il apporte les informations nécessaires concernant la matérialité de lalbum et précise lidentité des cibles parodiques en fournissant en fin de volume les textes victimes, ce qui apporte au lecteur une prime de plaisir, une jubilation devant lesprit inventif et dévastateur de cette bande improbable, presque de ce gang. Les difficultés ne sont jamais éludées dans cette édition, notamment au niveau des questions lexicales, des implicites et des équivoques qui sont la règle même décriture des textes zutiques. Des précisions historiques sont également fournies. Parfois complexes, les textes zutiques reçoivent ainsi léclairage nécessaire pour permettre au lecteur de les comprendre en les savourant (et inversement). La figure du lecteur est en effet pensée, programmée, même au sein des pièces en apparence les plus intransitives : pour quel public est écrit lAlbum zutique, pour quel public existe-t-il ? Dans la post-histoire née de 172lécrasement de la Commune, il y a encore du lyrique dans le satirique en un verbe véritablement communicatif. Remerciements sont faits ainsi aux deux critiques pour ces précisions qui rétablissent la situation (diachronique) de communication avec le lecteur daujourdhui. Mais lintérêt et même lagrément viennent également de ce que les éditeurs proposent pour chaque poème un commentaire, qui établit avec clarté lintrigue qui a présidé au poème, en éclaire le cadre para-narratif qui est aussi le propre de la poésie et quelle nabandonnera jamais, même au plus haut des expériences dites symbolistes, comme la montré Paul Bénichou7. Les commentaires fournis jouent la carte de la clarté, sans se risquer sur un terrain trop conjecturel. Le lecteur aura le soin de monter sa propre lecture zutique. Il en deviendra lecteur zutique et peut-être, qui sait, zutiste lui-même, en cette heure qui est également celle du centenaire de Dada.

Dans le cadre dune recension dans la Revue Verlaine, nous navons pas véritablement parlé des Dixains réalistes. Auteur de LEsprit fumiste et les rires fin de siècle, Aux commencements du rire moderne : lesprit fumiste et La Muse parodique8, Daniel Grojnowski signe une préface dune grande clarté, qui bénéficie des mêmes qualités que celle de Denis Saint-Amand. Charles Cros est bien le trait dunion des deux œuvres, et, en quelque sorte, le « cerveau » des deux affaires9.

En fin de volume, un très utile répertoire des auteurs est proposé. Cette édition est donc une réussite et permettra au lecteur dexplorer un peu plus les marges de la poésie.

Yann Frémy

173

*
* *

Le Chemin des correspondances et le champ poétique. À la mémoire de Michael Pakenham, sous la direction de Steve Murphy, Paris, Classiques Garnier, coll. « Rencontres », 2016, 705 p.

Cet imposant ouvrage de quelque 700 pages adressé à la mémoire de Michael Pakenham souvre sur deux hommages de Steve Murphy et Keith Cameron dans lesquels on découvre, non seulement une personnalité, mais également une véritable éthique de recherche. La générosité, la modestie et lhumour du chercheur, qualités sans cesse rappelées aux lecteurs, témoignent dun état desprit partout sensible dans ses travaux reconnus pour leur rigueur et leur minutie, guidés par une insatiable curiosité et une patience mises au service de lhonnêteté intellectuelle. Il en résulte un intérêt particulier pour les figures mineures ou oubliées, qui témoigne dune envie de comprendre en profondeur le contexte dans lequel se sont illustrés les grands auteurs du xixe siècle. Pakenham a permis de redécouvrir Raoul Ponchon ou Jean Richepin, daccéder à certains textes de Germain Nouveau ou Catulle Mendès, de mieux percevoir lintérêt de la production parapoétique et des cercles zutiques, dapercevoir les nuances satiriques du premier Verlaine en évitant de le cantonner à la beauté naïve dune « fadeur » poétique… Les articles réunis ici cherchent à suivre cet exemple en mettant en lumière certaines productions peu commentées, voire méconnues, des auteurs sanctifiés aussi bien que de certaines figures plus ou moins délaissées par lhistoire littéraire mais qui léclairent par bien des aspects. Louvrage se focalise ainsi, dans nombre de contributions, sur des questions génétiques, offrant aux lecteurs de nombreux inédits, ce qui nest pas la moindre de ses qualités. On peut regretter parfois une hyperspécialisation et/ou une multiplication des thématiques abordées faisant perdre de vue lunité du livre (un chapitrage ou un regroupement thématique, plutôt quun classement alphabétique des contributeurs, auraient sans doute facilité la lecture) mais la profusion des contributions et la richesse de certains points de vue compensent heureusement ce manque.

174

Le Chemin des correspondances et le champ poétique se caractérise donc par labondance et la variété, à même de satisfaire la curiosité de tous. Toute une frange des contributions est dabord consacrée à Verlaine, ce qui nous intéresse en premier lieu. Arnaud Bernadet met en évidence lintérêt dun compte rendu dHenry Céard pour LExpress du 23 septembre 1881 à propos de Sagesse cité dans la Correspondance Générale établie par Pakenham. La lecture nosographique de Céard, aussi stigmatisante quelle soit parfois, permet de mettre en évidence loriginalité mystique de Verlaine qui le distingue des « écrivains catholiques » traditionnels. Solenn Dupas évoque quant à elle la manière dont Verlaine et Coppée revisitent le genre de la revue dans Qui veut des merveilles ?, texte satirique publié dans Le Hanneton. Le genre habituellement consensuel, est ici utilisé pour moquer discrètement les prétentions dinnovation de lExposition Universelle de 1867, véritable vitrine du régime impérial. Jean-Louis Debauve évoque Émile Le Brun, ami de Verlaine quelque peu oublié dont nous découvrons la biographie. Larticle recense les notes et dédicaces pour sept manuscrits de Verlaine acquis par Le Brun. Ces traces dune coopération entre les deux hommes peuvent être intéressantes par la démarche plus que par les contenus proprement dits. Peter J. Edwards analyse les intertextes latins dans Les Uns et les autres : un hypotexte issu dHorace et les transformations apportées au modèle, les liens à la pastorale (via LEmbarquement pour lîle de Cythère de Watteau), léventuelle inspiration de Virgile et Théocrite. Lauteur de larticle propose finalement dobserver une dissension dans la pièce, entre le dénouement heureux conforme au modèle pastoral et les discordes émaillant laction, qui la tirent vers le dystopique. Henri Scepi enfin, analyse linfluence diffuse de Verlaine sur le Laforgue des Complaintes. Ce dernier propose un compte rendu de son propre recueil pour le numéro du 31 août 1885 de La République française dans lequel il évoque Les Déliquescences dAdoré Floupette (pseudonyme de Vicaire et Beauclair), œuvre qui lui permet de situer son entreprise poétique. Laforgue, à linstar de Verlaine, entretient un rapport ambigu dadmiration et de détachement par rapport à la décadence. Les contemporains associeront régulièrement Laforgue à Verlaine et, même si ce modèle nest pas nettement affirmé dans les textes, le paratexte mentionne plusieurs fois le recueil Sagesse sur lequel se fonde une affinité élective. Le travail dHenri Scepi est aussi loccasion de signaler la présence de deux autres 175articles sur Jules Laforgue dans louvrage (Rosemary Lloyd analyse son œuvre sous langle de la création de soi par le cliché, tandis que létude biographique de Martin Sorrell, évoque son épouse Leah Lee).

Verlaine nest cependant pas le seul poète à lhonneur. Louvrage explore largement la production des grands auteurs, quil sagisse de Rimbaud (Christophe Bataillé analyse le contenu parodique et licencieux du « Rêve de Bismarck » ; Yann Frémy approfondit lanalyse de « Délires, I » dans Une Saison en enfer ; Steve Murphy sinterroge sur un éloge étrange à Louisa Siefert dans une lettre de 1870), de Mallarmé (In-Ryeong Choi propose une réflexion sur la poétique de lévocation à travers « Soupir », poème au titre évocateur ; Peter Hambly prend au sérieux linjonction du poète qui conseille au lecteur une préparation intellectuelle pour aborder son œuvre ; Michael Tilby donne une nouvelle interprétation de « Galanterie macabre ») ou encore de Baudelaire (Marie Orr sarrête à une microlecture de « Correspondances » ; Mario Richter expose la vision nouvelle de Baudelaire à propos dAbel et Caïn dans le poème du même nom). Mais lintérêt de louvrage réside également dans le fait daccorder une place particulière à la littérature dite mineure, aussi bien à travers létude du corpus parapoétique (Jean-Jacques Lefrère et Jean-Paul Goujon apportent des informations génétique sur lAlbum zutique à travers la correspondance ; Philippe Rocher analyse un corpus darticles et de textes de Verlaine datant de 1867 afin de déterminer les éléments préfigurant la manière zutiste) quen mettant en lumière des auteurs encore confidentiels (Alain Chevrier évoquant Jean Dayros, auteur utilisant les hétéronymes et qui serait responsable des États dâme ou les Sept Chrysalides de lextase ; Joël Dalançon notant lintérêt des transpositions dart dAlbert Mérat surtout connu pour avoir été ridiculisé par Verlaine et Rimbaud).

On saperçoit donc que les études réunies dans Le Chemin des correspondances et le champ poétique sattachent dans la grande majorité des cas aux objets de recherche et aux auteurs qui étaient chers à Michael Pakenham – nous pourrions mentionner encore Tristan Corbière analysé par Benoît de Cornulier, Benoît Houzé ou Samuel Lair ; un manuscrit de Jean Richepin évoqué par Cyril Lhermelier et Seth Widden explicitant lactivité de Germain Nouveau à Londres –, mais on nous donne accès en outre à des documents rares. On découvrira avec plaisir un inédit de Charles Cros dans larticle de Louis Forestier, deux traductions de 176José-Maria de Heredia dans celui de Yann Mortelette ou encore le compte rendu de Charles Morice pour Les Poètes maudits dans celui dOlivier Bivort. Dautres documents sont susceptibles dintéresser le lecteur, quil sagisse des correspondances inédites de la mère de Mallarmé reproduites dans larticle de Bertrand Marchal ou de celle entre Louis-Xavier de Ricard et Edgar Quinet dans celui de Rose Blin-Mioch (on notera que la question des correspondances, annoncée comme un biais danalyse, nest en réalité soulevée que partiellement dans louvrage), ou du travail en cours de Jean-Louis Aroui constituant un répertoire des dizains réalistes. Signalons enfin lapport des illustrations : les caricatures dans larticle sur Les Hommes daujourdhui de Luce Abelès, la reproduction de ffocsoR ou de « LAlbum Noir », notamment « Poésie-Portrait de Rosalba », permettant de mieux comprendre les intentions de Tristan Corbière dans larticle de Benoît de Cornulier, ou encore le visage de Michael Pakenham, aux seuils de ce travail denvergure, qui semble apprécier dun regard bienveillant et expert la richesse des études dix-neuviémistes.

Romain Courapied

1 Lédition en fac-similé du manuscrit original par Pascal Pia au Cercle du livre précieux date de 1961. Elle est désormais introuvable.

2 Denis Saint-Amand, La Littérature à lombre. Sociologie du zutisme, Paris, Classiques Garnier, 2012.

3 Bernard Teyssèdre, Arthur Rimbaud et le foutoir zutique, Paris, Léo Scheer, 2011.

4 Seth Whidden (dir.), Rimbaud, Verlaine et lAlbum zutique, Paris, Classiques Garnier, 2010.

5 Voir Michael Pakenham, « Sur lAlbum zutique », Paris, Mercure de France, no 1176, 1961, p. 746-748 ; « LAlbum zutique », Revue dhistoire littéraire de la France, no 1, janvier-mars 1964, p. 135-136 ; « Une revue davant-garde au lendemain de 1870 : La Renaissance littéraire et artistique, dirigée par Émile Blémont ». Chapitre iv : « Bonshommes et Zutistes » dans Seth Whidden, op. cit., p. 13-32.

6 Voir Steve Murphy, Le Premier Rimbaud ou lapprentissage de la subversion, Éditions du CNRS / Presses universitaires de Lyon, 1990 et Rimbaud et la ménagerie impériale, Éditions du CNRS / Presses universitaires de Lyon, 1991.

7 Paul Bénichou, Selon Mallarmé, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Idées », 1995.

8 Daniel Grojnowski et Bernard Sarrazin, LEsprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, José Corti, 1990 ; Daniel Grojnowski, Aux commencements du rire moderne : lesprit fumiste, Paris, José Corti, 1997, Daniel Grojnowski, La Muse parodique, Paris, José Corti, 2009.

9 On se reportera concernant les Dixains réalistes à la recension inspirée de Jean-Pierre Bobillot, « Rimbaud, Verlaine, Cros…, Album zutique. Dixains réalistes », Recherches & Travaux, nº90, 2017, mis en ligne le 1er juin 2017, consulté le 12 septembre 2017, URL : http://recherchestravaux.revues.org/912

Article de revue: Précédent 16/18 Suivant