Aller au contenu

Avant-propos
France/Amérique, Verlaine entre deux continents, autour de la collection Hervé Vilez

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07787-9
  • ISSN: 1247-5351
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07788-6.p.0011
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 14/02/2018
  • Périodicité: Annuelle
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
11

Avant-propos

France/Amérique,
Verlaine entre deux continents,
autour de la collection Hervé Vilez

Le numéro 15 de la Revue Verlaine que nous présentons aujourdhui revêt un caractère très particulier, sinon inhabituel, qui risque par conséquent de surprendre nos abonnés. Il rassemble en effet les actes dun colloque qui sest tenu, du 13 au 15 mars 2017, au Centre W.T. Bandy dÉtudes baudelairiennes et françaises modernes de lUniversité Vanderbilt (Tennessee, États-Unis), sous la direction de Robert F. Barsky, à loccasion du transfert de la collection privée de M. Hervé Vilez. Comprenant plus de 1500 items, ce très riche catalogue, acquis sur une trentaine dannées, est certes lœuvre dun bibliophile patient, délicat et minutieux, mais également dun lecteur et auteur de poésies, lauréat de plusieurs prix, qui a siégé comme Secrétaire général de la Société des Amis de Rimbaud (1981-1983), accumulant pour cette raison de nombreux trésors sur Verlaine. Sous le nom de lécrivain, se trouvent ainsi regroupés des éditions originales, des publications illustrées, des périodiques et travaux critiques, des traductions au même titre que des dessins et des peintures allant du xixe au xxie siècle sans oublier les curiosa, liconographie érotique inspirée entre autres par Les Amies et Hombres. Cet ensemble représente à ce jour un fonds rare et essentiel pour le spécialiste de Verlaine, comme pour les chercheurs et érudits qui soccupent de la poésie française des deux derniers siècles. Le lecteur trouvera plus loin dans ce volume la présentation générale quHervé Vilez donne des sources et documents déposés au Centre W.T. Bandy de lUniversité Vanderbilt. Il consultera avec profit le descriptif de la bibliothèque sous longlet suivant, http://www.library.vanderbilt.edu/bandy/vilez-verlaine-collection.php, et surtout linventaire mis à jour, datations et 12cotations comprises, de toute larchive : http://www.library.vanderbilt.edu/bandy/pdf/verlaine.pdf

Les contributions réunies dans ce numéro sont pour partie un début dexégèse de ce fonds. Elles ne sy limitent pas toutefois et sattachent pour la plupart à remettre en perspective lévénement que constitue louverture publique de cette collection, en repensant notamment la place de lécrit poétique à la fin du xixe siècle, et la fortune de Verlaine spécialement dans le champ littéraire, dhier et daujourdhui. Si le catalogue Vilez bénéficie désormais dun lieu propre, gageons quil sera capable, par les découvertes à venir, de déplacer aussi le regard sur lœuvre. Celle-ci appelle en loccurrence une multiplicité dapproches possibles, qui déborde le discours nécessairement monologique dune historiographie étroitement nationale. Pour le dire abruptement, Verlaine nest pas une question française. Cest ce quont compris, et fait valoir au cours de ces trois journées, Robert Barsky (Université Vanderbilt) et, autre artisan majeur du colloque, Seth Whidden (Université dOxford), en réunissant autour de la table des chercheurs canadiens et américains, italiens et français. À mesure que tombent les préjugés longtemps entretenus devant les textes – le cliché du poète élégiaque sans égard pour lexpression comique, les dénégations qui entourent lengagement politique, léclectisme reproché aux productions de la fin, les proses (plus importantes quantitativement que les vers) passées sous silence, ou le mépris dans lequel a été tenue la filiation érotique, – on constate ces dernières années que le spectre des méthodologies sest considérablement élargi (des instruments philologiques aux Gender Studies), quun intérêt nouveau se développe par exemple pour le statut des langues chez Verlaine, la figure du critique, la pratique de lautobiographie, lart de la nouvelle ou du poème en prose, une réception qui, strictement mesurée à laune des logiques avant-gardistes du xxe siècle, semble fatalement synonyme de déclin, alors que dans le domaine des poésies russe, allemande, anglaise ou italienne on sait que lœuvre a exercé une influence aussi incontestable que durable.

Ainsi le colloque organisé par lUniversité Vanderbilt aura-t-il dabord placé Verlaine entre deux continents, motivant un dispositif croisé danalyses. Il revenait à Robert Barsky douvrir ce volume en soulignant, par-delà les parentés internes qui relient Verlaine à Genet (et lun et lautre à Villon), sous lespèce du voleur, du paria, de lalcoolique ou de 13lhomosexuel, le rôle capital qua joué la modernité poétique française de lautre côté de lAtlantique, pour nombre dauteurs nord-américains en quête de nouvelles formes dinspiration, quon parle dartistes tels que Patti Smith, Leonard Cohen ou Bob Dylan, ou des écrivains de la Beat Generation, Allen Ginsberg, William S. Burroughs et Jack Kerouac. Plus factuels, les deux articles de Seth Whidden et dHervé Vilez reconstituent brièvement la genèse de la collection, en décrivent les différentes composantes documentaires, un ensemble presque aussi important que le fonds Baudelaire acquis par le Centre W.T. Bandy. Non que larchive soit destinée à muséographier définitivement Verlaine. Le poète « traverse frontières, langues, cultures », ainsi que le rappelle Whidden. Mais il doit paradoxalement sa force à lhistoricité de lœuvre quil produit.

En effet, de tels textes ne se comprennent pas sans lévolution qui accompagne dans la deuxième moitié du xixe siècle la poésie, et spécialement ce que Marc Angenot appelle sa « banalisation », entre autres sous leffet de limprimé et du journal ; parce que « le vers pullule », les écrivains de la période symboliste tentent de soustraire la poésie au discours social et den préserver la spécificité face aux « impuretés médiatiques et doxiques ». Cest encore le discours social qui est lenjeu de la construction mythique du poète maudit. Verlaine ne linvente pas ; il hérite de lieux communs bien mis en valeur en 2005 par Pascal Brissette dans sa thèse La Malédiction littéraire1. Cest cette filiation que remonte Seth Whidden à travers Gilbert, Malfilâtre, Chénier et Vigny, pour tenter de déverrouiller la lecture du libelle de 1884. Il reste quavant de passer pour le promoteur de Corbière et de Rimbaud, de se classer lui-même en conclusion de lanthologie maudite, et de devenir à cette occasion lune des figures de premier plan de la mouvance symboliste aux côtés de Mallarmé, Verlaine aura dû se faire un nom en négociant le legs romantique et parnassien. Cest en rouvrant le dossier des rapports complexes avec Hugo que Catherine Witt aborde la question : entérinant la coupure que lauteur établit entre le poète intime des Feuilles dautomne ou des Rayons et les ombres et le personnage public, mêlant de manière inefficace à ses yeux poétique et politique de Châtiments à LAnnée terrible, lauteure souligne « lascendant du premier 14romantisme », sa persistance en particulier dans Romances sans paroles, le recueil pourtant le plus novateur peut-être.

Cest plutôt « len-vers » des Romances et lunivers de Cellulairement que considère Nicolas Valazza sur la base du manuscrit redécouvert en 2004, en mettant laccent sur la tension qui y oppose le désir de fuite et la contrainte de lenfermement. Lui aussi attentif aux données syntaxiques et métriques, Alain Chevrier étudie en contrepoint le genre du poème onirique chez Verlaine, de nature tour à tour allégorique, religieuse, politique ou érotique. Ce dernier aspect, suscité par les curiosa du fonds Vilez, a retenu lattention de Colette Windish qui, sarrêtant à la période post-conversion de Verlaine, observe avec minutie la textualité de Femmes et de Hombres. Lauteure y observe en particulier les mutations en cours du sujet lyrique, la manière dont il tend à lier sinon à inverser les registres du sacré et du profane. Entre lalcôve et la prison, du rêve au désir de fuite, on le constate, chacune de ces études donne de lœuvre une image de durée et de diversité. Il ny manque pour en rendre pleinement compte que sa dimension interculturelle, dont la condition première est celle des langues.

Les échanges avec Mallarmé révèlent assez lintérêt linguistique et poétique que Verlaine a profondément nourri vis-à-vis de la langue anglaise à partir des années soixante-dix selon Federica Locatelli, ce que valident par ailleurs les lectures de Poe et de Swinburne ou, plus tôt encore, le projet de traduction de King Lear vers 1867 en collaboration avec François Coppée2. Si le sens des langues fait partie intégrante du geste de création, à linverse la traduction est une composante essentielle de la réception. On doit ici à Samuel N. Rosenberg davoir proposé une nouvelle version en anglais de huit pièces de Verlaine, et non seulement parmi les plus connues, « LAngoisse », « Clair de lune », « En sourdine » ou « Art poétique », puisquon y trouve, reflétant la variété de lœuvre et sa diachronie, « Gais et contents » (Amour), « Chanson à manger » (Invectives), « À Sully Prudhomme » (Épigrammes) et, last but not least, « Larrivée du catalogue », symbole bibliophilique issu du dernier recueil publié du vivant de lauteur : Biblio-sonnets. À ce stade, il nest pas inintéressant pour clore ce numéro de déplacer le curseur 15géolinguistique en confrontant, comme sy essaie Elina Absalyamova, cette même problématique à laccueil que le domaine russe a réservé à Verlaine. Nul nignore son influence auprès des symbolistes. Mais la capacité dune œuvre à rester vivante se mesure aussi à la manière dont elle informe de manière explicite ou souterraine des poétiques comme celles dAlexandre Blok, de Gerhart Hauptmann et même de Vladimir Maïakovski. De la Russie à lAmérique, ce sont là autant de signes dune mémoire encore active sous le nom et lœuvre de Verlaine.

Comme dans les numéros précédents, on trouvera à la fin de ce volume deux importantes recensions signées par Yann Frémy et Romain Courapied.

Tel quil a été adopté dans les précédents numéros de la revue, voici le système dabréviations en usage pour lensemble du volume :

CG

Correspondance générale de Verlaine (1857-1885), t. I, éd. Michael Pakenham, Fayard, 2005.

Cor. 1, 2 et 3

Correspondance de Paul Verlaine, t. I, II, III, éd. Adolphe Van Bever, Genève, Slatkine Reprints, 1983 [1922, 1923, 1929].

OP

Œuvres poétiques de Verlaine, éd. Jacques Robichez, Garnier, 1969.

OPC

Œuvres poétiques complètes de Verlaine, éd. Yves-Gérard Le Dantec, révisée par Jacques Borel, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1962.

OPr

Œuvres en prose complètes de Verlaine, éd. Jacques Borel, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972.

Arnaud Bernadet,
Bertrand Degott et Solenn Dupas

1 Pascal Brissette, La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Presses de lUniversité de Montréal, coll. « Socius », 2005.

2 Sur ce dossier voir Wafa Abid, « Le projet de traduction du Roi Lear de Shakespeare », Revue Verlaine, no 9, Charleville-Mézières, Musée-Bibliothèque Arthur Rimbaud, 2004, p. 2-20.

Article de revue: Précédent 3/18 Suivant