Aller au contenu

Comptes rendus d'éditions

  • Type de publication: Article de revue
  • Revue: Revue Verlaine
    2013, n° 11
    . varia
  • Auteurs: Frémy (Yann), Dupas (Solenn), Bourdelle (Édouard)
  •  
  •  
  • Pages: 317 à 331
  • ISBN: 978-2-8124-2028-3
  • ISSN: 1247-5351
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-2029-0.p.0317
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Revue Verlaine, n° 11
  • Date de parution: 14/01/2014
  • Dernière édition: 2014
  • Langue: Français

  • Article de revue: Précédent 18/21 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
317

Paul Verlaine, Poëmes saturniens, édition critique de Steve Murphy, Paris, Honoré Champion, 2008, 676 p.

Dune richesse considérable, lédition critique des Poëmes saturniens proposée par Steve Murphy comporte des apports majeurs. Quatre points nous semblent capitaux :

Le travail philologique

Léditeur fait preuve dune certaine modestie lorsquil écrit que « [p]our les Poëmes saturniens, lapport de cette édition sera forcément modeste : une grande partie des manuscrits a échappé à nos recherches » (36). En réalité, Steve Murphy a localisé une moitié du recueil en manuscrits à la Fondation Martin Bodmer, à Coligny, en Suisse. Il sagit donc dune trouvaille considérable et cest avec un grand plaisir que lon découvre des fac-similés issus de cet ensemble, qui enrichit notre connaissance des Poëmes saturniens. Le fleuron de cette édition est incontestablement la découverte de la première version de Monsieur Prudhomme (137), datée du 29 mars 1862, et dont le manuscrit est proposé en reproduction (507). Voici la seconde partie du sonnet :

Monsieur Prudhomme songe à marier sa fille

Avec Monsieur Machin, un jeune homme rangé.

Il hait Victôre Hũgô, poursuit le Prrréjugé,

Il est utilitairre, et quant à ces maroufles,

Qui vont faisant des vers, et pourchassant des souffles

Il les prend en pitié sans daigner les juger ;

Et le printemps en fleur brille sur ses pantoufles

Ce manuscrit est particulièrement riche denseignements, non seulement du point de vue génétique, mais également au niveau de lhistoire littéraire grâce à la référence à Victor Hugo quil contient. Lédition bénéficie également dautres trouvailles, en particulier celle dun fac-similé de Nevermore retrouvé dans le Fonds Rimbaud de Charleville-Mézières (p. 88)

318

et des documents importants épars dans des catalogues de vente, qui navaient pas été signalés par la critique.

Laspect politique du recueil

Du point de vue du contenu, Steve Murphy fait notamment la démonstration que Verlaine est toujours républicain et quil ne souscrit pas à lArt pour lArt dans les Poëmes saturniens. Le point capital de cette approche réside dans lanalyse de deux poèmes : César Borgia et Grotesques. Steve Murphy avait déjà étudié la dimension politique de ce poème dans un chapitre de Marges du premier Verlaine : César Borgia est bel et bien un masque pour Napoléon III. Quant aux Grotesques, Steve Murphy montre à travers une analyse serrée de deux strophes quil sagit des « victimes à la fois des “décembres” (allusion au coup dÉtat de 1851) et des “juins” (allusion aux massacres de juin 1848) » (p. 467). Cette dimension politique a été également mise en évidence par Arnaud Bernadet dans son livre LExil et lUtopie. Politiques de Verlaine (2007). À côté de cette dimension politique, lauteur propose également une analyse précise des aspects homosexuels du recueil.

Le Parnasse

Dans un chapitre important et argumenté, Steve Murphy montre que « pour Verlaine le vrai Parnasse se trouvait dans les deux premiers volumes ; pour la critique des xxe et xxie siècles, tout se passe comme si la vérité du Parnasse se trouvait dans le troisième volume » (p. 207). Dans la continuité de la réflexion menée dans Marges du premier Verlaine, Steve Murphy continue à procéder à la déconstruction de lidée dominante selon laquelle le Parnasse était un « mouvement » uniquement anti-romantique, construit autour de Leconte de Lisle, José Maria de Hérédia, François Coppée, Théodore de Banville et Théophile Gautier, effaçant ainsi les apports spécifiques de Paul Verlaine lui-même, mais aussi de Stéphane Mallarmé, de Charles Cros et même, en un sens, de Charles Baudelaire. Léditeur redonne ainsi son image de vitalité à un courant qui fut surtout un lieu dexpérimentations, avant de se condamner lui-même au cours de cet acte dauto-sabordage qua constitué lexclusion des meilleurs poètes du siècle et dêtre finalement figé dans un discours critique univoque, ne prenant pas en compte la disparité et lhistoire du mouvement.

319

La structure du recueil

Pour la première fois, un éditeur pose la question de la structure densemble du recueil. Steve Murphy fait remarquer que « [l]es Poëmes saturniens nont pas de structure en béton armé susceptible de rassurer les amateurs de formes géométriques simples » (p. 344), mais que « [l]e recueil recèle cependant plusieurs structures fédératrices, plus subtiles » (ibid.). Jusquà maintenant, les éditeurs ne prenaient en considération que les quatre sections initiales (« Melancholia », « Eaux-fortes », « Paysages tristes », « Caprices »), tout en déniant que la dernière partie du recueil possède une quelconque organisation. Contre cette idée dune hétérogénéité du recueil, Steve Murphy montre au contraire sa cohérence à travers notamment le maintien et le renforcement du thème politique. Le Prologue des Poëmes saturniens met volontairement le lecteur sur de fausses pistes. Celles-ci constituent toutefois autant de possibles pour le poète, à lorée dun recueil qui déploie une véritable aventure humaine. Steve Murphy indique que « [l]e recueil se termine [] sur une note optimiste, cette espérance retrouvée [celle dune future République libre] mettant fin à lépreuve saturnienne comme si la vision de loppression mettait nécessairement fin à toute idée de “FATALITÉ” » (p. 389). À cet égard, on lira avec grand profit le parcours de lecture proposé par lauteur à la fin de sa considérable postface (p. 382-389).

Il va sans dire que notre recension ne saurait rendre compte de la richesse durable dun tel volume qui marquera lhistoire de lédition verlainienne et de la critique. Les lecteurs trouveront également un texte parfaitement sûr. Chaque poème donne lieu à létablissement du texte de lédition originale, accompagné en bas de page de la série des variantes et parfois du fac-similé. Louvrage comporte également des comptes rendus des Poëmes saturniens et trois articles de Verlaine. Lun de ces derniers est le fameux essai consacré à Charles Baudelaire, paru dans LArt en 1865. La transcription de ce texte a certes été souvent proposée, mais de manière fautive. Steve Murphy donne une transcription enfin fiable et lon pourra ainsi retrouver avec satisfaction ce « biliosonerveux » quest « lhomme physique moderne » (p. 600), jadis mutilé en « bilionerveux ».

Yann Frémy

320

Paul Verlaine, Jadis et naguère, édition critique établie, annotée et présentée par Olivier Bivort, Le Livre de Poche, « Les Classiques de Poche », 2009, 348 p., édition numérique au format Kindle, 2012.

Paul Verlaine, Jadis et naguère, préface de Jean-Michel Espitallier, Pocket, « Texte intégral », 2009, 119 p.

On connaît la complexité génétique de Jadis et naguère, que Verlaine publie en 1884 après quatre années de préparation. Ce volume composé de quelques poèmes contemporains accompagnés dune majorité de textes plus anciens écrits depuis les années 1860, dont des pièces issues des projets de recueils Les Vaincus et Cellulairement, a longtemps été considéré comme un ensemble « fourre-tout », reflétant la hâte dun poète commençant à « sabsenter à lui-même1 ». De façon opportune, dans son édition parue au Livre de Poche, Olivier Bivort sattache au contraire à présenter Jadis et naguère comme un « volume original » qui, loin de constituer « un acte de faiblesse », (p. 9) « éclaire » et « complète » les recueils précédents.

Une telle démarche est dautant plus utile quaucune édition du recueil nétait parue depuis le volume établi par Jacques-Henry Bornecque aux éditions Presses Pocket2 et les Œuvres poétiques complètes présentées par Yves-Alain Favre3. Certes en 2009, Jadis et naguère a également été publié aux éditions Pocket dans la collection « Texte intégral ». Ce volume vendu à un prix très modique livre cependant le texte sans aucune annotation, alors que les poèmes appellent a minima des éclairages dordre lexical et référentiel. Dépourvu dappareil critique, il ne propose quune brève notice liminaire assimilant de façon erronée le recueil aux « derniers poèmes de Verlaine » (p. 1). Si la courte préface de Jean-Michel Espitallier présente justement « le disparate du livre » comme un trait de « modernité » (p. 8-9), elle en revient ensuite rapidement à des représentations convenues de lœuvre et de la vie de Verlaine, sous le signe de lerrance et de la débauche, « entre la grâce et la chute » (p. 10). Aucune indication nest donnée sur létablissement du texte, basé sur

321

lédition originale de 1884. On notera en outre dans la présentation des poèmes de cette édition Pocket, au-delà de la coquille sur la dédicace à Georges Rall dans Vendanges (« Georges Rail », p. 29), le manque de soin accordé à la présentation typographique des vers. Un retour à la ligne étant systématiquement opéré pour les segments de vers inachevés, la lecture des textes est rendue difficile, en particulier pour Les Uns et les Autres et les longs « récits diaboliques » de la section Jadis.

Par contraste, Olivier Bivort propose en format poche une édition critique offrant au lecteur un dense appareil de notes, de commentaires et de documents. La structure générale du volume reconduit celle des recueils quil a précédemment présentés au Livre de Poche4 : après une introduction et un commentaire sur létablissement du texte, les poèmes sont disposés en belles pages en regard des notes, ce qui en facilite la consultation5. De façon générale, les annotations apportent des éclairages très précieux, en particulier sur le lexique, les référents contextuels et les phénomènes dintertextualité interne et externe. Suit un appendice qui propose des versions de certains poèmes parus dans la correspondance, puis un relevé des variantes et un dossier consacré à la réception de lœuvre entre 1884 et 1888. Une chronologie synthétique, une bibliographie, une table des titres et des incipit complètent enfin le volume.

Pour établir le texte de Jadis et naguère, Olivier Bivort sappuie sur la première édition (Vanier, 1884), à linstar de Jacques Borel dans les Œuvres poétiques complètes. Cette version comportant davantage de fautes dorthographe et de ponctuation que lédition de 1891 choisie par Jacques Robichez dans les Œuvres poétiques6, quelques corrections sont apportées et une strophe présente dans les versions antérieures et postérieures à 1884 est ajoutée à Crimen amoris. Il faut souligner limportance et la précision du travail quOlivier Bivort a engagé pour éclairer la longue genèse du recueil. Lappareil critique mentionne lensemble des états imprimés et manuscrits connus. Il comprend également un relevé

322

exhaustif des variantes, qui permet de prendre aisément connaissance des différentes versions des poèmes.

Léditeur rend compte des difficiles questions que pose la composition du recueil, notamment de ses liens avec les poèmes issus des Vaincus et de Cellulairement. Olivier Bivort met en lumière le rôle de ce second projet dans la constitution de Jadis et naguère, tout en restant plus nuancé pour ce qui est des pièces extraites des Vaincus, le recueil socialiste sur lequel Verlaine a commencé à travailler en 1867. Il convient cependant de rappeler que cet ensemble joue lui aussi un rôle déterminant dans la genèse de Jadis et naguère et plus largement dans lœuvre de Verlaine. Les parallèles qui apparaissent entre la structure du recueil et le plan de composition des Vaincus préparé avant lété 18727 sont dailleurs relevés. Les travaux que Hun-Chil Nicolas et Steve Murphy ont consacrés à ces enjeux génétiques auraient donc pu être davantage mis en valeur dans les commentaires et les annotations. Il aurait également été intéressant dinclure en appendice les poèmes Le Monstre et Des morts, que Verlaine a cherché à retrouver en 18838. La portée idéologique de ces pièces converge en effet avec les poèmes de la section Vers jeunes, à laquelle elles auraient vraisemblablement été ajoutées si Lepelletier avait pu les adresser à Verlaine pendant la composition de Jadis et naguère.

Dans lensemble, Olivier Bivort tend à relativiser la portée politique du recueil. Il sinterroge sur le caractère paradoxal de la démarche de Verlaine, qui publie des poèmes marqués par une inspiration socialiste de jeunesse tout en prétendant être devenu ultramontain et légitimiste. On notera que lors de son retour sur la scène littéraire, le poète sest plu à cultiver la contradiction afin de surprendre ses lecteurs et de capter leur attention. Une continuité critique et oppositionnelle nen apparaît pas moins à travers ses écrits révolutionnaires et réactionnaires. Le souvenir de la Commune persiste ainsi jusque dans Voyage en France par un Français. Jamais Verlaine na en fait renié Les Vaincus ni « repoussé la possibilité dun retour [à ce recueil] après 1874 » (p. 29-30). Olivier Bivort le prouve dailleurs en révélant que cet ensemble est annoncé comme étant « En préparation » et même « Sous presse » dans La Revue indépendante en

323

1884 (p. 31). Sans doute le poète a-t-il profité dun contexte favorable, marqué par lamnistie des communards et le développement de mouvements anarchistes, pour exhumer des poèmes des Vaincus dans Jadis et naguère. En tout état de cause, les enjeux idéologiques des Vaincus restent prégnants en 1884, comme la montré Steve Murphy9. Jadis et naguère ayant été publié alors que le souvenir de la Semaine sanglante était encore très présent, il est assez difficile de considérer que « labsence de toute référence historique » garantit « une sorte de neutralité » dans le poème Les Vaincus (p. 29, n. 2). Difficile également de considérer que les héros réprimés « ne se laissent pas facilement identifier » (p. 22), dans un contexte où lallusion et le cryptage sont courants, notamment pour contourner les contraintes de la censure. Ajoutons que les annotations auraient pu signaler des analyses prenant en compte les enjeux politiques des poèmes, en complément de la bibliographie générale présentée en fin douvrage10.

Quoiquil tende à relativiser les implications politiques de Jadis et naguère, Olivier Bivort indique quune « franchise » nouvelle (p. 9) transparaît dans le recueil. Il relève à juste titre les manifestations dune expression homosexuelle qui, sans être nouvelle puisquelle se manifeste dès les premières compositions de Verlaine sur un mode oblique ou confidentiel, devient plus visible en 1884 dans un contexte de libéralisation de lexpression. Il est ainsi rappelé que le poète songe à inclure dans Jadis et naguère le recueil lesbien Les Amies censuré en 1868, avant de le faire paraître dans la Revue indépendante (1884) et dans Parallèlement (1889). Sappuyant sur des travaux consacrés aux enjeux hétérodoxes de lœuvre verlainienne, Olivier Bivort montre la portée de poèmes tels que La Princesse Bérénice, Vers pour être calomnié ou encore Crimen amoris. À propos des « récits diaboliques » de la section Jadis, il souligne que ces poèmes écrits avant la conversion donnent à voir une spiritualité pour le moins « étouffée », où « les délices de la tentation ne sont pas moins impérieux que ceux de la promesse divine » (p. 24).

324

Sur le plan esthétique et poétique, Olivier Bivort synthétise différents aspects du recueil. Il évoque notamment les enjeux réflexifs des personnages de clowns et de saltimbanques (cf. Jean Starobinski, Jean de Palacio) et analyse plus largement les références au théâtre dans les poèmes de Jadis et naguère et dans la comédie en vers Les Uns et les Autres. On notera dailleurs que cette dernière conserve sans doute des implications politiques obliques proches de celles des Fêtes galantes11. Limportance de la parodie, de la « poétique du second degré » (p. 17) chez Verlaine, est également rappelée. Cette propension à cultiver la distanciation pourrait être soulignée dans lanalyse dArt poétique et de Langueur, deux poèmes dont la réception joue un rôle clé dans lhistoire du Symbolisme et de la Décadence (p. 14). À propos dArt poétique, Olivier Bivort note à juste titre que Verlaine « adapte » lexercice de lart poétique à « ses propres exigences » (p. 82). Il tend cependant à présenter ces vers comme une illustration de la poétique des Romances sans paroles, alors que plusieurs études ont montré leurs ressorts paradoxaux et duplices12. Pour ce qui est de Langueur, que Jacques Borel définissait déjà comme « un jeu », « presque une satire13 » et que Jacques Robichez présentait comme une parodie à « ne pas prendre au sérieux14 », il serait intéressant de signaler la reprise distanciée de termes et de motifs splénétiques récurrents chez les imitateurs de Baudelaire15.

Depuis 2012, une édition numérique du recueil établi par Olivier Bivort est disponible au format Kindle, il en va de même pour les autres volumes verlainiens publiés au Livre de Poche. Ces ouvrages offrent les fonctionnalités classiques des livres numériques (signet, annotations, surlignage et recherche plein texte). Lédition de Jadis et naguère reprend à lidentique la version papier de 2009 et en conserve la structure générale, laccès aux notes et aux variantes seffectuant à partir de liens vers les pages concernées. Cette version au format Kindle présente lintérêt

325

considérable de rendre une importante édition accessible sur des supports numériques. On aurait pu imaginer quelle soit loccasion dactualiser certains éléments de lappareil critique. La bibliographie, par exemple, aurait pu être complétée avec des références parues depuis 2009, telles que la réédition de Romances sans paroles suivi de Cellulairement au Livre de Poche en 2010. Annoncée comme une édition « enrichie », cette version propose en fait moins dillustrations que la version imprimée. Il serait intéressant denvisager une édition de Jadis et naguère qui exploiterait les potentialités des formats numériques pour inclure divers enrichissements. Outre des documents iconographiques, on pourrait par exemple proposer aux lecteurs des liens vers des documents autographes et allographes ou vers lédition originale accessible via Gallica, vers des intertextes et des exégèses à la fois contemporaines et récentes. Cette initiative ouvre ainsi des perspectives éditoriales des plus stimulantes, à même de contribuer à la reconnaissance dun recueil déterminant dans lœuvre verlainienne.

Solenn Dupas

326

Paul Verlaine, Hombres/Chair – Manuscrits, éd. Pierre-Marc de Biasi, en collaboration avec Seth Whidden et Deborah Boltz, Paris, Textuel, coll. « LOr du Temps », 2009.

Recueils posthumes de Verlaine, Hombres et Chair ont tous les deux été décriés par la critique, qui les a très vite rangés dans la catégorie des « derniers vers », et na pas cherché à les publier. Ils ont longtemps été considérés comme « indignes » à la publication, à cause des sujets abordés qui auraient marqué une « trahison » de lesthétique verlainienne ; la « galanterie » verlainienne naurait su salourdir de cette pornographie… Ce rejet semble avoir été la première raison de cette édition de manuscrits : les trois responsables dédition font part de leurs regrets quant à la violence critique qui a été déployée à légard de lœuvre tardive de Verlaine. Considérons donc cet ouvrage comme une réhabilitation qui sinscrit dans un mouvement de redécouverte des facettes plurielles et contrastées de la création verlainienne. Le recueil Hombres en particulier a fait lobjet de deux éditions importantes ces dernières années : la première due à Jean-Paul Corsetti et Jean-Pierre Giusto et la seconde, dotée dun riche appareil critique, établie par Steve Murphy16.

Pour aborder ces recueils, les éditeurs invitent à se défaire de certains automatismes de lecture et à se concentrer sur les textes poétiques : la préface de Seth Whidden prévient le lecteur du parti pris de séloigner dune approche strictement biographique de lœuvre pour sattacher à la constitution dune persona verlainienne. Ainsi louvrage propose-t-il des éléments contextualisés de la vie du poète – comme indices des circonstances décriture – mais il sattarde surtout à analyser ce que le texte lui-même dégage, plus que ses significations dans un référent biographique souvent appauvrissant ; car dans une telle perspective, Hombres et Chair ne concerneraient que lévolution des orientations sexuelles du poète.

La préface de Pierre-Marc de Biasi est à cet égard lumineuse : y voyant un acte de dissidence autant formelle que morale, il relève trois questions pour approcher ces deux recueils : la poésie a-t-elle le droit de parler de tout ? De quel droit une préférence érotique peut-elle être interdite ? Ne se peut-il que lamour purifie tout, ne le sanctifie ? Ces

327

poèmes ne parlent pas tant de Verlaine quils ne parlent damour et de désir, dun désir authentique où le commentateur relève une spontanéité, une humanité, qui suppose de la part du lecteur une certaine empathie pour les déguster. Un jeu sinstalle entre scripteur et lecteur, entre le non-dit et lexplicite ; et les frontières entre érotisme et pornographie se troublent. Grâce au caractère ludique et onirique de ces poèmes quil qualifie de « profondément païens » et qui renouent avec un hédonisme épicurien, Pierre-Marc de Biasi attire lattention sur le plaisir de ces textes : celui qui parle dans ces poèmes nest pas Verlaine, nest pas non plus le lecteur, mais un sujet anonyme qui samuse, qui fait part de ses amours, de ses fantasmes, et de sa solitude. Très vite lon comprend que ces recueils nont de choquant que leur puissance imageante, alliant la puissance hallucinatoire de la poésie au plaisir solitaire. Ils sont un cri de désir, lécriture du « désir à bout portant » pour reprendre le titre de la préface.

Cette « inscription du désir » dans lœuvre justifie lédition de manuscrits, dabord en fac-similés dans le deuxième livret qui compose louvrage, puis recopiés et commentés dans le troisième et dernier livret. Les éditions posthumes peinent à rendre la présence physique du poète ; or voir les manuscrits, voir lécriture hésiter sur un mot, raturer, se soucier de la musicalité du vers sont autant façons de sentir une présence dans des poèmes qui traitent du corps. Pierre-Marc de Biasi signale que les manuscrits dœuvres posthumes ont dautant plus dintérêt quil sagit « dun destin qui leur a été infligé : un destin et une chance [] car cest sous cette forme originale quelles persistent à être le plus intensément ce quelles sont » (p. vii). Une édition de manuscrits, donc, pour rendre lintensité des recueils.

Mais cette édition était aussi nécessaire pour signaler que ces deux recueils nétaient pas « gratuits ». La préface de Déborah Boltz montre bien que Hombres et Chair étaient destinés à être publiés. Les manuscrits reproduits sont en effet des mises au net, et témoignent de recueils en phase dimpression. Les trois commentateurs sattachent à montrer le travail de Verlaine sur le vers et ses virtualités, son rythme ; et les manuscrits témoignent de ce souci dans le choix dun mot, dun vers. « Derniers vers » peut-être, mais surtout « œuvre tardive » reconnue par son auteur.

328

À ces fac-similés succède une reproduction des poèmes, commentés linéairement folio par folio. Outre leur précision, leur problématisation rigoureuse et éclairante, et les informations contextuelles quils apportent, ces commentaires mêlent une rigueur intellectuelle à une grande liberté de ton. Pierre-Marc de Biasi avait signalé dans sa préface lempathie nécessaire à la lecture de ces poèmes : ses commentaires témoignent dune connaissance intime de ceux-ci, et manifestent une très grande familiarité – avec le texte et avec le lecteur. Alors que des commentaires détaillés pourraient en dissuader plus dun, cette familiarité en rend agréable la lecture, car elle rend aux poèmes de Verlaine leur caractère badin. Certes, nous avons là une édition extrêmement savante, mais il sagit de ne pas oublier lessentiel : se faire plaisir. Ainsi les commentateurs peuvent-ils imaginer la rencontre de Verlaine avec Champsaur pour savoir comment est venue la définition de « balanide » en exergue de Hombres, ou indiquer avec humour le seul défaut de la position dAndromaque…

Cette familiarité nest pas seulement faite pour rendre la lecture plus facile, elle était nécessaire pour lire ces poèmes ; son ton provocant justifie les trouvailles du poète. La lecture de Fog ! est exemplaire : à partir de la provenance du papier, les commentateurs imaginent les circonstances décriture dun poème qui clôt un recueil consacré au plaisir féminin. Ne se concentrant plus sur la vue, mais sur louïe, comme dans un brouillard, ils en viennent à considérer quun mot peut en valoir un autre, et proposent de comprendre Fog ! en lien avec son homophone Fuck ! Ainsi achèvent-ils de convaincre le lecteur que le génie verlainien na rien perdu de sa superbe dans ses dernières années.

Édouard Bourdelle

329

Paul Verlaine, Romances sans paroles, édition avec dossier établie par Arnaud Bernadet, Paris, GF-Flammarion, 2012, 250 p.

Succédant à celle – vieillissante – de Jean Gaudon, une nouvelle édition des Romances sans paroles établie par Arnaud Bernadet est aujourdhui disponible. Il est vrai que, depuis 1976, la recherche verlainienne a enregistré des progrès spectaculaires. Le recueil, initialement publié en 1874, a déjà fait lobjet de deux éditions importantes ces dernières années, celle dans la collection Le Livre de Poche dOlivier Bivort (2002, réed. 2010) et celle – savante – de Steve Murphy aux éditions Honoré Champion (2003, disponible depuis 2012 au format classique). Le présent travail a été confié à lun des meilleurs spécialistes de Verlaine, ce qui est perceptible dès la présentation, débarrassée enfin des clichés sur le poète. La critique verlainienne atteint désormais sa maturité.

Arnaud Bernadet indique, à juste titre, que « lannée 1873 [] constitue un tournant majeur dans lhistoire de la poésie dexpression française » (p. 9) : sont composés à cette époque non seulement les Romances sans paroles, mais également Une saison en enfer de Rimbaud, Le Coffret de santal de Charles Cros, Les Amours jaunes de Tristan Corbière. Arnaud Bernadet indique que cette révolution des lettres fut dabord invisible, en raison des « nouvelles conditions économiques et sociales qui entravent lexpression de lartiste contemporain dans le champ littéraire » (p. 11), faisant des écrivains précédemment cités autant de « Poètes maudits », selon lexpression employée par Verlaine.

Les Romances sans paroles sinscrivent ainsi dans un cadre de radicale nouveauté, Verlaine recherchant une « mutation beaucoup plus rapide » (p. 17) de la forme poétique. Une fois ceci établi, léditeur affronte les problèmes épineux et, tout dabord, celui du rôle de Rimbaud à cette époque. Il récuse toute idée dun « ascendant intellectuel » (p. 21) du cadet de Verlaine : ce dernier était parfaitement maître de son art qui comportait, bien avant Rimbaud, « sa part de violence et de provocation » (p. 22). Il y a donc dabord eu une rencontre poétique entre les poètes et un enrichissement mutuel. On notera toutefois chez Arnaud Bernadet une tendance textualiste qui le mène à récuser lapproche autobiographique des Romances sans paroles : sans entrer dans la divination anecdotique (la démarche de Jacques Robichez, p. 21, est à juste titre contestée), il est clair que le recueil offre un cadre para-narratif intermittent et que

330

le « je » et le « vous » ne sont pas construits « dabord » ou en tout cas pas seulement « sur la base du discours et de son énonciation » (p. 21). En effet, il convient de ne pas réduire à cette dimension un recueil qui possède une incontestable charge dexistence.

Arnaud Bernadet apporte par ailleurs nombre de précisions et de rectifications précieuses : il analyse notamment les enjeux politiques des Romances sans paroles, dans la continuité des Vaincus, éclairant lun des poèmes les plus captivants du recueil, « Bruxelles. Chevaux de bois », et prolongeant sa réflexion à travers Cellulairement. La synthèse sur le genre de la « romance » est dune grande clarté et apporte toutes les informations utiles au lecteur. Les contraintes dune présentation globale ninterdisent pas des moments de belle hauteur critique : lanalyse de la « poétique du dire » dans le recueil constitue un passage réellement lumineux (p. 31-36). Arnaud Bernadet établit une distinction éclairante entre les notions de dire dune part, et dexprimer, parler, nommer dautre part. Il met également en avant la façon dont la poésie de Verlaine devance ou plutôt se démarque des postulats de la science linguistique alors naissante.

Concernant le choix de lédition, Arnaud Bernadet a opté, comme lavait fait auparavant Jacques Robichez (Classiques Garnier, 1969), pour lédition de 1887. Olivier Bivort avait choisi lédition de 1874, tout en reconnaissant que la présence de Verlaine en prison et le travail plus ou moins complet effectué par Lepelletier, en tant quassistant éditorial, avaient nui à la qualité de cette première édition. Selon Arnaud Bernadet, « le texte de 1887 dont Léon Vanier a assuré à lépoque la publication se révèle plus stable et rigoureux » (p. 41).

Le texte, établi scrupuleusement, bénéficie dun ample appareil de notes. Lédition dOlivier Bivort se caractérisait par la qualité de ses éclairages référentiels et linguistiques. Ceux-ci sont encore précisés dans la présente édition qui nélude aucune difficulté. Certains tours font lobjet de commentaires poussés : « Parmi létreinte des brises » (« Ariettes oubliées », i), « Où tremblote [] / Lariette [] » (« Ariettes oubliées », ii) ou encore le vers 13 de « Bruxelles. Chevaux de Bois » : « Cest ravissant comme ça vous soûle ». Lapproche linguistique est donc renforcée, mais les notes fournissent également des analyses stylistiques et métriques souvent décisives. Surtout, le lecteur bénéficiera de véritables explications de texte de haut niveau en agrégeant les notes. On

331

notera toutefois une tendance de lauteur à minorer la part dauto-ironie dans le recueil : il est vrai quil est singulier de penser conjointement lémergence dune nouvelle manière et de son discours critique, mais la triple répétition de ladverbe « bien » au vers 4 de la cinquième ariette nous semble bien correspondre à un poème de Verlaine « à la manière de Paul Verlaine », selon un régime du pastiche et du détournement, dailleurs mis en lumière par le dossier (p. 150-151). Lariette médiane pourrait bien constituer un point de basculement auto-ironique, celle-ci explosant pleinement dans la sixième ariette dans laquelle Verlaine part à la recherche dune généalogie à la fois réelle, affective et grotesque.

Le dossier apporte enfin tous les éclairages contextuels nécessaires en lien avec le travail effectué jusqualors par léditeur : il comporte non seulement la partie attendue sur la « Genèse et composition du recueil », mais également une autre – particulièrement détaillée – consacrée à « Penser lart : peinture, musique, poésie ».

Ce qui caractérise ce volume, cest donc la cohérence et la densité intellectuelle du travail mené par Arnaud Bernadet. Débarrassée des clichés verlainiens, prenant appui sur les travaux exigeants et fortement novateurs de lauteur, cette édition est donc « moderne » et simpose comme la meilleure édition en poche des Romances sans paroles.

Yann Frémy

1 Verlaine, Œuvres poétiques complètes, éd. Jacques Borel, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1962, p. 315.

2 Verlaine, Jadis et naguère, Romances sans paroles, Parallèlement, éd. Jacques-Henry Bornecque, Presses Pocket, 1982.

3 Verlaine, Œuvres poétiques complètes, éd. Yves-Alain Favre, Laffont, 1992.

4 Verlaine, Fêtes galantes, La Bonne Chanson précédées de Les Amies en 2000, Romances sans paroles suivi de Cellulairement en 2002 (édition revue en 2010), et Sagesse en 2006.

5 Une liste des « Avant-textes et publications pré-originales » figure au seuil du recueil, comprenant une erreur de date pour « Les poètes [Les vaincus] » paru dans La Gazette rimée le 20 et non le 10 mai 1867 (p. 43). Dans le texte lui-même, une erreur ponctuelle apparaît au vers 26 de Don Juan pipé, où le verbe « prie » qui ne figure dans aucune version apparaît au lieu de « paie » (p. 231).

6 Verlaine, Œuvres poétiques, éd. Jacques Robichez, Garnier Frères, 1969.

7 André Vial, Verlaine et les siens, heures retrouvées : poèmes et documents inédits, Nizet, 1975, p. 132.

8 Lettre à Edmond Lepelletier, s. d. [1883], Correspondance générale, éd. Michael Pakenham, Fayard, 2005, p. 792.

9 Voir notamment Steve Murphy, Marges du premier Verlaine, Champion, 2003, p. 294-298 et plus récemment « Trois sonnets dun vaincu », Plaisance, no 22, 2011, p. 57-68 ; sur Les Vaincus, voir également Arnaud Bernadet, LExil et lutopie. Politiques de Verlaine, Publications de lUniversité de Saint-Étienne, 2007, p. 149-180.

10 Sur Le Soldat laboureur, voir en particulier Steve Murphy, édition de Romances sans paroles, Champion, « Classiques Littératures », 2012 [2003], p. 15-16 ; sur Les Loups, voir du même auteur, Marges du premier Verlaine, op. cit., p. 273-292 ; sur La Soupe du soir, voir Arnaud Bernadet, LExil et lutopie, op. cit., p. 163-168.

11 Voir Olivier Bivort, Fêtes galantes, La Bonne Chanson, précédées des Amies, éd. citée, p. 15-17 et Arnaud Bernadet, LExil et lutopie, op. cit., p. 161-162.

12 Voir notamment Michel Grimaud, « “Art poétique” de Verlaine, ou la rhétorique du double-jeu », Romances Notes, no 20, 1979-1980, p. 195-201 et Jacques Bienvenu, « L“Art poétique” de Verlaine, une réponse au traité de Banville », Europe, no 936, 2007, p. 97-107.

13 Jacques Borel, Œuvres poétiques complètes, éd. citée, p. 307.

14 Jacques Robichez, Œuvres poétiques, éd. citée, p. 649.

15 Sur ce poème, voir notamment Arnaud Bernadet, « En sourdine, à ma manière ». Poétique de Verlaine, Paris, Classiques Garnier, à paraître.

16 Femmes, Hombres, Terrain Vague, 1990 ; et Hombres, H&O Éditions, 2005, respectivement.