Aller au contenu

Résumés

  • Type de publication: Article de collectif
  • Collectif: Relire Le Cousin Pons
  •  
  •  
  • Pages: 313 à 317
  • ISBN: 978-2-406-08969-8
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08971-1.p.0313
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Rencontres, n° 392
  • Série: Études dix-neuviémistes, n° 43
  • Date de parution: 03/12/2018
  • Année de publication: 2018
  • Langue: Français

  • Article de collectif: Précédent 19/20 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
313

RÉSUMÉS

Marie-Ève Thérenty, « Anticonstitutionnellement. La fabrique médiatique du Cousin Pons »

En 1847, Balzac publie Le Cousin Pons en feuilleton dans la « bibliothèque de romans nouveaux » du Constitutionnel. La révolution Véron de 1845-1846 avec ses contraintes produit une grande inventivité dans le maniement du chapitrage et de nombreux effets de fictionnalisation du support dans le roman. À travers laffrontement de limaginaire sordide, « démocratophile » du rez-de-chaussée et celui, bourgeois et triomphant, de la collection se dessine la victoire de La Comédie humaine sur la littérature industrielle.

Andrea Del Lungo, « Une poétique de la composition. Les chapitres mobiles du Cousin Pons »

Le Cousin Pons constitue un cas éditorial rare : celui dun texte dont les quatre versions corrigées par lauteur, et publiées dans lespace dun an, présentent des scansions en chapitres toujours différentes. Cet article apporte des données factuelles, à laide de tableaux comparatifs, afin danalyser les enjeux dune telle mobilité et la valeur stylistique des titres, et dobserver une poétique de la composition particulièrement dynamique qui contribue à créer un texte dune grande plasticité.

Boris Lyon-Caen, « Centres de gravité, centres dattraction »

Cet article vise à identifier les principaux centres de gravité du Cousin Pons et à comprendre leur force dattraction : une façon dexaminer ce quaccorde Balzac à ses créatures. Celles-ci doivent leur envergure et leur poids respectif à trois paramètres : à leur fonction narrative, à leur singulière saillance, et à la signification qui devient la leur dans le cadre dune réverbération généralisée, valant à léchelle de La Comédie humaine tout entière.

314

Pierre Laforgue, « Fiction de lonomastique dans Le Cousin Pons »

Lonomastique balzacienne est le moteur de la fiction, particulièrement dans Le Cousin Pons où un très grand nombre de noms de personnages sont inventés. Ces noms se caractérisent par la prédominance dune onomastique envahie par des noms en [o] (Camusot, Popinot, Cibot, etc. – et Pons). Elle a une fonction sociocritique, en ce sens quelle élabore à travers le réseau romanesque et dramatique constitué par ces noms une représentation de la société des années 1844-1846.

Ada Smaniotto, « “La comédie terrible de la mort”. Relire les derniers chapitres du Cousin Pons »

Les derniers chapitres du Cousin Pons donnent à lire « la comédie terrible de la mort » de Pons. Il sagit dexplorer cette partie sépulcrale du roman : que permet ce jeu avec la convention finale de la mort du héros et lanalyse pendant plusieurs chapitres des « effets de la mort » de Pons ? Ces chapitres donnent à voir lau-delà pathétique de lhistoire dun individu, mais aussi lenvers sombre de la Comédie humaine.

Bertrand Marquer, « Le Cousin Pons, roman du parasite, roman atypique »

Cet article prend pour point de départ les hésitations de Balzac quant au titre de son roman, afin dinterroger lexemplarité trouble du personnage éponyme. Musicien, collectionneur et gastrolâtre, Sylvain Pons relève en effet de plusieurs types, qui semblent se contredire et participer de sa monstruosité. Son statut de parasite (titre un temps envisagé) fournit néanmoins une clé pour interpréter ce parent pauvre caractérisé par lécart.

Sophie Vanden Abeele-Marchal, « “Droit de fourchette” et passions démocratiques »

En 1847, avec Le Cousin Pons, Balzac met en scène la dramatique « nostalgie gastrique » et la maladie de foie mortelle dun « homme estomac ». La double image de la « Table » et de la « cuisine à la pourcheoise » sert de support à un roman que cet article lit comme une « fiction du politique », dont le mécanisme herméneutique repose, comme dans toute la Comédie humaine, sur la transposition des modèles biologiques et physiologiques.

315

Éléonore Reverzy, « Le Cousin Pons, “une histoire complète de la société française du xixe siècle” »

Homme entre deux siècles, Sylvain Pons, « homme-Empire », est ce survivant dune ancienne société et à ce titre un « personnage archéologique », mais il est également ce collectionneur très au fait des dernières tendances de la mode (le xviiie rococo et galant, la peinture française, les pâtes de Sèvres) qui permet à Balzac de raconter son siècle et de le juger.

Christèle Couleau, « Sublime et grotesque. Le guidage émotionnel du lecteur »

Comment faire comprendre au lecteur les comportements et les tourments intérieurs de deux personnages dont les valeurs sont étrangères à lépoque quils habitent ? À travers une réappropriation des catégories romantiques du sublime et du grotesque, Balzac met en place, dans Le Cousin Pons, des stratégies de guidage du lecteur qui sappuient sur le jeu complexe des deux registres émotionnels quelles impliquent.

Laélia Véron, « La “comédie terrible de la mort dun célibataire”. Le comique dans Le Cousin Pons »

Cet article étudie les manifestations, le rôle et les enjeux du comique dans Le Cousin Pons, en envisageant le comique comme un élément essentiel de lesthétique et de la signification du récit. Le comique est en effet très présent dans Le Cousin Pons, sous toutes ses formes, dans les discours des personnages ainsi que dans le discours du narrateur, mais il est aussi un principe structurant du récit. On peut alors lenvisager comme régime de signification.

Cécile Leblanc, « “Devenir Hérold”. Sylvain Pons et la fabrique de la musique française »

Dans Le Cousin Pons, Balzac interroge la formation du musicien français entre 1803 et 1847, et explique son échec face aux esthétiques allemande et italienne à laune des idées romantiques exprimées par Berlioz. La musique française, très juste-milieu, na pas trouvé de voie originale et se réduit à produire des « Hérold » qui règnent sur le théâtre lyrique où le compositeur, comme le copiste et le romancier, excelle dans la re-production.

316

Jacques-David Ebguy, « Un arrêt au passage. Le Cousin Pons, roman de spectralité »

Cet article considère la longue digression du chapitre xxxii sur la voyance comme une possible description de lactivité du romancier : saisir les divers spectres de lidentité de ses personnages, déceler les causalités en marche, rendre visible linvisible. Trois formes de « vision » des spectres (« liante », « saisissante », « au passage ») sont examinées, marquant à la fois le désir balzacien de totalisation et le dépassement joyeux de toute prétention à fixer le vrai.

Éric Bordas, « Le Cousin Pons, réflexions sur la question juive »

Larticle étudie les représentations du Juif dans Le Cousin Pons, entre stéréotypes fondateurs et originalités romanesques. Les choix énonciatifs invitent à prêter attention au phénomène discursif de la désignation dénominative du Juif Magus en tant que personnage. Ce pour envisager la puissance poétique supérieure de cet ontotype très précis et ethnotype très approximatif, dont la gloire morale ambiguë brille dans la partie la plus prestigieuse de La Comédie humaine, celle qui nest pas écrite mais rêvée.

Alexandre Péraud, « Ce(ux) qui compte(nt). Heurs et malheurs dans Le Cousin Pons »

Roman de la vénalité, Le Cousin Pons nest pas seulement le récit de la concurrence des cupidités, mais constitue une réflexion dramatisée sur la valeur. Celle des objets dart et de la collection, mais également celle des individus eux-mêmes qui semploient en permanence à estimer leurs actes et le prix des services rendus par les autres. Il en résulte une juxtaposition, voire une confusion des régimes de valeur qui contribue à déjouer la fiction de lobjectivité de la valeur économique.

Marion Mas, « Formes et enjeux de lécriture du droit dans Le Cousin Pons »

Le Cousin Pons peut se lire comme lun des romans « profondément juridiques » de La Comédie humaine : parce que le Code civil y a une fonction structurante, et parce quil joue avec les codes de la chronique judiciaire. Cet article se propose donc détudier les modalités dintrication du juridique, du discours judiciaire et du narratif, et les effets de cette imbrication, tant sur la poétique romanesque que sur le discours du droit dans le roman.

317

Fabrice Wilhelm, « Léventail de la marquise de Pompadour ou la largesse dun parent pauvre »

Le célibataire dans lunivers bourgeois na dautre justification possible que dêtre un oncle à succession ou un parent pauvre. Le cousin Pons devient dès lors un monstre social quand il se révèle possesseur dune grande fortune par le biais de sa collection dœuvres dart. Cette communication étudie les affects mobilisés dans la relation du parent pauvre et de sa famille en les envisageant du point de vue social, mais aussi anthropologique et psychanalytique.