Aller au contenu

Résumés

  • Type de publication: Article de collectif
  • Collectif: Penser et panser la démocratie
  •  
  • Pages: 345 à 349
  • ISBN: 978-2-406-07374-1
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07376-5.p.0345
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Rencontres, n° 330
  • Série: Science politique, n° 1
  • Date de parution: 03/12/2017
  • Année de publication: 2017

  • Article de collectif: Précédent 23/24 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
345

Résumés

Patrick Troude-Chastenet, « Introduction. Penser et panser la démocratie (avec ses amis et ses ennemis) »

À lheure de la montée des extrémismes, alors que le hiatus entre les citoyens et leurs représentants na jamais été aussi grand, le régime démocratique a-t-il dit son dernier mot ? La démocratie représentative doit-elle laisser la place à un autre modèle ? Lavenir nest-il pas déjà à lévacuation du choix politique authentique au profit de la gouvernance technocratique au nom de la recherche de lefficacité ou, au contraire, à la multiplication des formes de démocratie participative ?

Marcel Gauchet, « Pourquoi lavènement de la démocratie ? »

Lavènement de la démocratie désigne ce processus conduisant des sociétés hétéronomes vers lautonomie et substituant légalité à la hiérarchie. Lindividu y remplace le tout, la représentation la domination, lhistoire la tradition. Cet avènement consiste aussi en un enchaînement de trois vagues : la première débouche sur lÉtat-nation, la deuxième institue une communauté des citoyens, la troisième signifie linvention historique, cest-à-dire la prise de conscience de la société par elle-même.

Philippe Portier, « La conviction religieuse dans les démocraties libérales »

La sortie dun ordre théologique au profit dune nouvelle configuration instituant une séparation du légal et du moral est à la fois un processus historique et un principe politique. La relation entre la démocratie et la religion est-elle marquée par une relation dextériorité réciproque ? Répondre à cette question suppose un retour sur le modèle français de laïcité. Le schéma de la IIIe République, tel quil se constitue entre 1880 et 1905, débouche sur une excommunication politique du religieux.

346

Jean Baudouin, « Faut-il penser la démocratie avec Hayek et Popper ? »

Friedrich Hayek a toujours fait primer le libéralisme sur la démocratie allant jusquà cautionner la dictature de Pinochet sous prétexte quelle ouvrait grand les vannes de léconomie de marché. À linverse, Karl Popper considère la démocratie comme une procédure pacifique de désignation des gouvernants sinscrivant dans le cadre dune société ouverte qui en appelle aux principes de liberté et de responsabilité. Lire ces deux auteurs rappelle ainsi quêtre libéral ne signifie pas nécessairement être démocrate.

Alfio Mastropaolo, « Pas de démocratie sans démagogie »

La démagogie est ambivalente car elle peut produire tout aussi bien lÉtat-providence que de la xénophobie mais en laissant à la droite populiste le monopole de la démagogie, les partis dits de gouvernement ont fait le choix dignorer la voix du peuple au nom même de son bien. En congédiant légalitarisme des socialistes et le paternalisme des modérés, nos dirigeants ne semblent pas sapercevoir quils encouragent une démagogie néfaste qui menace les bases mêmes de la démocratie.

Dominique Rousseau, « Mais cest quoi la démocratie continue ? ! »

Alors que la démocratie représentative tient lespace public en suspicion, la démocratie continue linscrit au centre du dispositif en tant que lieu de formation de la volonté générale. Elle nexiste que par le truchement dun espace public constamment mobilisé. Cest une forme de fabrication des règles de la vie commune qui a pour principe la délibération et qui permet de mettre en scène les tensions existant entre le peuple pensé dans son unité et le peuple réel compris dans sa diversité.

Sandra Laugier, « Désobéissance civile et démocratie radicale »

Les actes de désobéissance civile qui se multiplient dans les démocraties ne doivent pas être considérés comme des dysfonctionnements mais comme un rappel de leurs propres fondements. Face à lemprise croissante des experts, la désobéissance saffiche comme un moyen pour le citoyen dépossédé de sa voix de réaffirmer sa compétence politique. Elle nest pas un refus de la démocratie mais une mise à jour du rapport entre la revendication individuelle de liberté et celle, collective, de citoyenneté.

347

Philippe Raynaud, « Lextrême gauche et la démocratie. Parasitisme ou fécondation ? »

La chute du communisme na pas éteint la critique portée à lencontre de la démocratie libérale car cette contestation est inhérente à ce type de régime pour deux raisons : linsatisfaction permanente générée par la distance incompressible entre représentant et représenté et le fait que la promesse égalitaire ne soit jamais accomplie car en perpétuelle extension. Si la gauche radicale sest recomposée autour de la dénonciation du néolibéralisme elle reste divisée entre souverainistes et mondialistes.

Benjamin Loveluck, « La démocratie au prisme du numérique »

Linternet a soulevé de grands espoirs pour sa capacité supposée à revitaliser la démocratie, en faisant résonner la voix des citoyens en dehors des élections. En effet, il reconfigure trois grandes dimensions de la vie démocratique : la nature de lespace public, les modalités de la délibération collective, et les formes de lengagement citoyen. Mais ces transformations nont rien dunivoque. Elles peuvent même, à certains égards, porter atteinte aux fondements du débat public.

Dario Battistella, « Kant trahi. De la paix perpétuelle aux guerres démocratiques »

La multiplication des guerres démocratiques ne réfute pas seulement limage de soi complaisante que les régimes démocratiques ont deux-mêmes mais contredit les postulats de base de lapproche dominante en relations internationales. Le comportement guerrier des démocraties libérales contemporaines trahit les principes posés par Kant pour atteindre lobjectif de la paix perpétuelle quant au choix des moyens et des justifications, au consentement des citoyens et à la séparation des pouvoirs.

Pierre Bourgois, « De la démocratie libérale chez les néoconservateurs américains »

Faut-il exporter la démocratie libérale aux quatre coins du monde ? Persuadés de la supériorité de ce régime sur tous les autres, les néoconservateurs américains en sont convaincus. Pour autant, on aurait tort de réduire le néoconservatisme 348à sa version musclée. En dépit de son hétérogénéité ce courant didées fait émerger une véritable conception de la démocratie libérale, en politique intérieure comme en politique étrangère, domaine où les divergences avec Donald Trump sont les plus grandes.

Nathalie Blanc-Noël, « Les démocraties nordiques et le paradoxe du populisme »

Les pays nordiques sont systématiquement en tête des classements mesurant les différentes dimensions de la qualité de vie démocratique, ils peuvent même se targuer de truster les meilleures places du monde des pays où il fait bon vivre. Paradoxalement, les partis populistes ne cessent dy progresser. Si lon peut y voir le symptôme dune crise des démocraties nordiques on peut tout aussi légitiment interpréter leur succès comme le signe du bon fonctionnement dun pluralisme jamais démenti.

Slobodan Milacic, « Les ennemis de la démocratie. Éléments pour une problématique systémique »

Qui sont les ennemis de la démocratie et comment sont-ils traités ? La démocratie libérale est dabord un système bipolaire dont les deux branches constitutives se retrouvent dans lexigence juridique incarnée par lÉtat de droit. La libérale y voit la garantie des droits de lhomme, la démocratique y trouve la garantie des droits collectifs acquis dans la lutte politique. A prévalu dans la culture démocratique la foi en la capacité intégrative du système à transformer ses ennemis en adversaires.

Daniel Bourmaud, « Concept mou, idéologie dure. La gouvernance contre la démocratie »

Au pluralisme démocratique, la gouvernance substitue un principe unique dorganisation collective. Indissociable de lemprise néolibérale, elle vise à régenter sphère économique et politique. Appliquant le postulat de la neutralité axiologique à laction publique, elle promeut lhorizon indépassable du marché à travers le règne des experts. En généralisant lemprise de la technique sur les décisions affectant nos sociétés, elle conduit à un processus de dépolitisation qui ruine lesprit même de la démocratie.

349

Farhad Khosrokhavar, « Les jihadistes contre la démocratie »

La chute du Mur a entrainé une crise des utopies immanentes qui a profité à lislam radical en tant quutopie transcendante susceptible de combler le vide idéologique des démocraties. Le malaise est dautant plus profond que visible est le hiatus entre lidéal promu par le discours démocratique et la réalité. Lislam radical se substitue alors au projet citoyen. Légalité se réalise dans la mort, la fraternité dans la mise à mort de lennemi et la liberté dans la volonté dinfliger la mort au nom de Dieu.

Dominique Schnapper, « LIndividu contre la démocratie ? »

Alors quil faut du temps pour construire des institutions démocratiques et de la patience pour faire naître des mœurs démocratiques, les individus de lère numérique sont enclins à critiquer la lenteur inhérente au fonctionnement de ces institutions. De cette capacité réflexive qui leur est propre, les démocrates en viennent à remettre en cause la règle de droit censée protéger la liberté politique. Si les symptômes de corruption du modèle sont observables, il appartient à tous de contribuer à sa guérison.

Yves Sintomer, « Démocratisation de la démocratie ou post-démocratie ? »

La publicité des débats a laissé la place au secret de décisions prises par des instances techniciennes, les élections ne permettent pas de vrai choix, le pouvoir des agences de notation et des firmes est supérieur à ceux des États dont les dirigeants interchangeables naviguent dune sphère à lautre, la concentration des médias menace le pluralisme et la logique commerciale le projet éducatif. Mais existent également des contre-tendances qui laissent espérer une véritable démocratisation de la démocratie.