Skip to content

Dissonances et accord

  • Publication type: Article from a collective work
  • Collective work: Paul Claudel et la Bohême. Dissonances et accord
  • Authors: Alexandre (Didier), Galmiche (Xavier)
  •  
  •  
  • Pages: 9 to 10
  • Last edition: 2015
  • Collection: Encounters, n° 109
  • Subcollection: Twentieth and twenty-first century literature, n° 15

View all information ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-3071-8
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-3073-2.p.0009
  • Publisher: Classiques Garnier
  • Parution date: 05-28-2015
  • Language: French
Free access
Support: Digital
9

Dissonances et accord

De tous ces mouvements épars je sais bien quil se prépare un accord.

Dona Musique, dans Le Soulier de satin, Troisième journée, scène 1.

(Église Saint-Nicolas)

Au cours de la carrière diplomatique de Paul Claudel, les dix-huit mois passés au poste de consul de France à Prague (entre 1909 et 1911), une ville dabord qualifiée de « bivouac glacial », ne sont quun épisode, une escale entre Chine et Allemagne. Le poète retirera une opinion mitigée de la Bohême, alourdie selon lui par les discours à la fois étriqués et grandiloquents du hussitisme et du nationalisme, et restera assez réticent vis-à-vis des tentatives démancipation du peuple tchèque. Un séjour dissonant, donc : dans les heurts de la confrontation tchèco-allemande résonne le malaise de civilisation qui caractérise lempire austro-hongrois tout entier, écartelé entre affirmations des identités et utopie de la coexistence.

Cependant, ce séjour marque le poète, en dépit et peut-être à cause de ces dissonances : le baroque tchèque, sa culture visuelle autant que sa signification historique, ont passionné Claudel. Cest à Prague quil compose les Images saintes de Bohême, dont le fameux poème Saint Venceslas. Le baroque pragois lui a inspiré une scène célèbre de la Troisième journée du Soulier de satin, située dans léglise Saint-Nicolas de la Malá Strana. On connaît assez bien le rapport que le consul français a entretenu par lintermédiaire, notamment de Zdenka Braunerová, avec les représentants de la « fin de siècle » tchèques (Julius Zeyer, Arnošt Procházka, Jiří Karásek, František Bílek, Miloš Jiránek, Miloš Marten, Vojtěch Sucharda), et lon peut se demander si, dans leur esthétique proche du symbolisme, ce nest pas au baroque renouvelé quil sadresse.

10

Cette filiation du baroque et de la modernité a été refoulée par la critique officielle socialiste, du stalinisme à la « normalisation ». Une étude décisive de Václav Černý a pourtant paru, à lissue de la pause libérale des années soixante, dans les Cahiers Paul Claudel (1971) : lauteur y montre limportance pour les Pays tchèques de la période baroque, dont Claudel a proposé dans sa propre œuvre une réactivation moderne. Depuis 1989, de nombreuses recherches ont rendu justice tant à la période baroque quà sa réévaluation critique, de la fin du xixe siècle à la seconde guerre mondiale. Dans ce contexte renouvelé, il était intéressant de se ressaisir, lors dun colloque organisé à Paris et à Prague1, cent ans après cet épisode de carrière, du dossier « Paul Claudel et la Bohême » : examiner des documents inédits ; comprendre le modèle reconnu par des artistes et écrivains tchèques dans lécrivain français ; et saisir le rapport que certains Français ont, avec et après Claudel, pu nouer avec l« autre ».

Cet ouvrage fait suite au colloque bicéphale « Dissonances et accord – Paul Claudel et la Bohême » Paris, Prague, juin 2012 organisé par léquipe de recherche « Littératures françaises des xxe et xxie siècles », le Centre interdisciplinaire de recherches centre-européennes (CIRCE), la composante du CRECOB (Centre de recherches sur les cultures et littératures, dEurope centrale, orientale et balkanique), luniversité Paris-Sorbonne en collaboration avec le Centre tchèque, lInstitut français de Prague, la Faculté de lettres de luniversité Charles, le CEFRES de Prague avec le soutien de lécole doctorale III et du conseil scientifique de luniversité Paris-Sorbonne, Programme ACCES (ministère de lÉducation nationale). Nous remercions Marie-Victoire Nantet, Pavla Zelená.

Didier Alexandre,
Xavier Galmiche

1 Voir « Claudel et la Bohême », Bulletin de la Société Paul Claudel, no 199, 3e trimestre, septembre 2010.

Article from a collective work: Previous 3/30 Next