Aller au contenu

Résumés

  • Type de publication: Article de collectif
  • Collectif: Passerelles, entre sciences et littératures
  •  
  •  
  • Pages: 313 à 314
  • ISBN: 978-2-406-08010-7
  • ISSN: 2103-480X
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08012-1.p.0313
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Collection / Revue: Perspectives comparatistes, n° 80
  • Série: Littératures et sciences, n° 2
  • Date de parution: 08/03/2019
  • Dernière édition: 2019
  • Langue: Français

  • Article de collectif: Précédent 10/11 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
313

Résumés

Zékian, Stéphane, « Penser lopposition des lettres et des sciences autour de 1800. Le cas Rœderer »

Le xixe siècle est souvent considéré a posteriori comme celui de la séparation des sciences et des lettres. En retraçant la manière dont Pierre-Louis Rœderer, académicien, directeur de lInstruction publique, publiciste et patron de presse, prit position dans la proverbiale mais douteuse « guerre des sciences et des lettres », cet article creuse lécart entre la proclamation de cette séparation et sa réalisation effective.

Marchal, Hugues, « Dire et lire lexpérience dans lœuvre de Jacques Delille »

En déclarant « la seule expérience est un guide pour moi », Delille fait écho à la manière dont les savants des Lumières ont valorisé lexpérimentation. Lœuvre de Delille a-t-elle réellement réservé à lexpérience scientifique une place comparable à celles que lui reconnaissait cinquante ans plus tôt un savant comme dAlembert ? Si lexpérience est essentielle à la poiesis des connaissances, est-elle pour autant poétisable ? Peut-elle enfin produire, dans son champ propre, une innovation dordre esthétique ?

Weber, Anne-Gaëlle, « Fictions géologiques (xviiie-xixe siècles) »

Lé définition et la visée de la « fiction » sont à lorée du xixe siècle la pierre de touche à la fois de lémergence dune science géologique et du renouveau du genre romanesque. En étudiant la manière dont les géologues élaborent de nouvelles catégories de la fiction savante et la fonction de lusage, par les romanciers contemporains, des théories savantes, cet article dessine les diverses articulations possibles entre les deux sphères, sans nier la spécificité des enjeux et des pratiques.

314

Chassay, Jean-François, « Le monstre et ses doubles, de la science à la littérature »

On aurait pu croire que les monstruosités, devenues objets de science, se soient débarrassées de leurs atours mythologiques. Cet article montre quil nen est rien et que le mythe fait retour, dans les récits savants ou littéraires des poètes et des médecins, contribuant à créer limaginaire social de la dégénérescence. En se concentrant sur le cas de lhermaphrodite, il mesure la part que les textes littéraires, composés par des savants ou des écrivains, prennent dans la constitution dun imaginaire social.

Marquer, Bertrand, « La maladie comme métaphore. Littérature et médecine de lesprit dans la seconde moitié du xixe siècle »

Centré sur les métaphores cliniques, cet article interroge le rôle de la littérature dans le « durcissement » (I. Stengers) de la médecine des maladies mentales, et évalue en retour lusage métaphorique des concepts médicaux dans la propre ambition de « durcissement » dune partie de la littérature. Ce faisant, il met en relief les conséquences de cette interaction : négatives, dans le cas des idéologies scientifiques ; positives, lorsquil sagit du pouvoir poétique de linvention médicale et de lefficience du langage.

De Mulder, Caroline, « “Lépopée de la femme qui dissèque”. La femme de sciences dans le roman français entre 1880 et 1914 »

La femme de sciences apparaît comme personnage romanesque dans les années 1880. À partir de sa caractérisation et des particularités narratives du corpus de romans (1880-1914) qui la prennent pour sujet, cet article tente de dégager les idéologies sous-jacentes. De manière générale, il sagit de déterminer comment la littérature exprime, par les moyens narratifs qui lui sont propres, les évolutions sociétales accompagnant les récents développements scientifiques.