Aller au contenu

Préface

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07177-8
  • ISSN: 2107-1853
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07179-2.p.0013
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 31/01/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
13

Préface

Un peu dhistoriographie simpose au commencement de notre propos. Le mieux sans doute, pour mesurer les apports du livre de Pascal Vuillemin, est dabord de porter le regard sur la grande histoire diachronique de lÉglise vénitienne, parue sous le titre général de Contributi alla storia della chiesa veneziana. Lensemble dinformations fourni est tout à fait imposant puisque cette enquête est articulée en dix copieux volumes, des origines de lÉglise de Venise jusquau concile de Vatican II. Cette somme est de surcroît assez récente, puisque les trois premiers volumes, dédiés à lhistoire de lÉglise vénitienne des premiers siècles au début de lâge moderne, sont parus en 1987, 1988 et 19891. Surtout, lentreprise est de qualité. Les meilleurs spécialistes ont contribué en effet à cette histoire collective. Une rapide lecture des tables des matières suffit pour découvrir les thématiques les plus souvent explorées. La question des origines de Venise, et donc de lorganisation ecclésiastique du duché des Vénitiens, retient en premier lattention. On sintéresse dans le même temps aux premiers établissements monastiques lagunaires puisquils constituent des jalons importants pour lhistoire du peuplement. Inutile de dire que plusieurs articles sont consacrés aux saints honorés dans le bassin des lagunes, ceux de Torcello ou dEraclea avant bien sûr le saint patron, lÉvangéliste Marc. Monastères bénédictins, chanoines réguliers, évêques, voilà quelques thématiques abordées avant de passer à linstallation des nouveaux ordres mendiants à Rialto-Venise. On néchappe pas, quoique de manière assez ponctuelle, à lexamen des rapports avec le pouvoir politique, surtout dans le contexte de la Quatrième croisade. Ce sont quelques grandes figures qui sont plutôt considérées au xve siècle, celles des humanistes dont la production concerna plus particulièrement la théologie ou le gouvernement de lÉglise, quils aient été des laïcs ou des 14ecclésiastiques, celles aussi des patriarches, à commencer par Lorenzo Giustiniani. Limportant est en effet que le 8 octobre 1451, le patriarcat de Venise est fondé du fait de la fusion de lex-patriarcat de Grado et de lex-diocèse de Castello et quil se confond désormais avec lensemble du territoire de la cité vénitienne. Mais le volume centré sur le xve siècle sintéresse aussi aux associations du clergé (neuf congrégations du clergé) ou à diverses communautés régulières particulièrement florissantes en cette fin du Moyen Âge.

Cette énumération est éclairante. Rien ou presque sur lencadrement des fidèles, à lexception dun seul article. Et cette contribution, rédigée par une des meilleures spécialistes de lhistoire ecclésiastique de Venise aux premiers siècles, D. Rando2, souvre par un constat bibliographique instructif3. Lauteur oppose en effet aux nombreuses recherches dédiées en Italie à la cura animarum, aux fidèles, au clergé séculier et de manière générale au cadre paroissial, les étonnantes lacunes de lhistoriographie vénitienne. Autant de thèmes, souligne-t-elle, où les connaissances sont encore étroitement dépendantes de la tradition érudite du xviiie siècle. Autant de raisons pour se lancer dans létude de lordonnancement paroissial vénitien. Un appel toutefois resté jusquà la thèse de Pascal Vuillemin sans écho.

Avec ces premières remarques, notre bilan historiographique préliminaire est loin cependant dêtre complet. On remarquera dabord que ces Contributi alla storia della chiesa veneziana furent publiés par les éditions du Studium Cattolico veneziano et le fait mérite quelques commentaires. Dune part, après les travaux des érudits des xviiie et xixe siècles, le champ de lhistoire de lÉglise vénitienne, dans le sens le plus large du terme, a été laissé longtemps comme en déshérence et la lecture des notes infrapaginales du livre de Pascal Vuillemin, ou celle de son abondante bibliographie, le montre de façon très nette. Rien détonnant à cela. Il faut ici répéter une donnée essentielle4. La recherche historique, pendant des décennies, a privilégié à Venise deux objets majeurs, dune part létude des particularités du système institutionnel et de la vie 15politique de cette République, dautre part celle des trafics maritimes et de laventure économique. Comment ne pas remarquer par exemple que la grande histoire de Venise de F. C. Lane, publiée en 1973 sous le titre éloquent, il est vrai, de Venice. A Maritime Republic5, ne comporte pas un seul chapitre (une seule ligne ?) sur lÉglise ? Mais là nest peut-être pas le plus notable. En 1997, la conjonction de lanniversaire de la fameuse Serrata du Grand Conseil (1297) et de la chute de la République de Venise (1797), conduisait deux historiens américains spécialistes de Venise, J. Martin et D. Romano, à organiser un colloque international, en forme de bilan, à lUniversité de Syracuse (États-Unis). Le propos était de prendre la mesure des mutations historiographiques survenues dans le champ de lhistoire vénitienne depuis deux à trois décennies, des mutations, à lire la belle présentation des organisateurs du colloque, considérables6. Or, à nouveau, dans le livre issu de cette rencontre, pas une seule contribution dhistoire religieuse, ce qui revenait tout de même à ignorer certains travaux récents qui sétaient efforcés de réécrire lhistoire du saint patron vénitien ou de lorganisation ecclésiastique des premiers siècles. En somme, dans lhistoriographie, il en est allé longtemps comme si les succès économiques, la complexité des équilibres sociaux, les richesses de la production artistique ou la profusion sémantique du mythe vénitien suffisaient à alimenter les enquêtes et leurs renouvellements.

Lhistoire religieuse de Venise a donc longtemps constitué un secteur négligé, au mieux secondarisé, ce que Pascal Vuillemin souligne avec justesse dans son introduction : « Lhistoriographie vénitienne ne sest que très épisodiquement ouverte à lhistoire religieuse, sinon pour exalter les grandes figures de la sainteté locale ou pour vanter larchitecture majestueuse de ses églises ». Quant à lhistoire des paroisses, elle constituait dans ce champ déjà peu fréquenté un véritable angle mort, un terrain quasiment vierge de toute recherche surtout pour la période prise en examen, celle des derniers siècles du Moyen Âge7.

16

Léquipement paroissial avait pourtant été considérable : soixante-dix paroisses dès la fin du xiie siècle. Certes, dautres villes italiennes, et pas seulement Rome, étaient dotées dun maillage paroissial au moins aussi dense. Mais la configuration ecclésiastique singulière de Venise, une ville divisée, jusquà la fondation du patriarcat en 1451, en trois diocèses concurrents (évêché de Castello, patriarcat de Grado, chapelle privée de Saint-Marc), pouvait concourir à rendre létude plus encore suggestive. Il était toutefois répété, et cette assertion dans le milieu des « vénétianistes » navait souffert longtemps pas même le doute, que, faute de sources, létude systématique des paroisses vénitiennes dans les derniers siècles du Moyen Âge ne pouvait être menée. Il semblait donc impossible de tester à Venise certaines des problématiques les plus neuves et les plus intéressantes de lhistoire religieuse. Or, en 2003, les inventaires des archives de lArchivio Storico del Patriarcato di Venezia avaient été achevés et de nouveaux trésors documentaires avaient été offerts à des historiens habitués jusqualors à concentrer leurs efforts sur les fonds conservés à lArchivio di Stato di Venezia : lénorme ensemble des archives publiques documentant la vie politique des conseils de la République ou laction administrative ou judiciaire de dizaines de magistratures, les riches archives notariales, les fonds des ordres religieux qui permettaient de retracer lhistoire des nombreux établissements ecclésiastiques… Désormais, de nouveaux matériaux soffraient à eux.

Ainsi sexplique la genèse de cette thèse, commencée en 2003, soutenue en 2009, doù ce livre est issu. Cette recherche est née de la conviction, vite confirmée par la lecture des inventaires, quil existait un massif documentaire assez important pour faire sortir les paroisses médiévales de Venise de leur nuit historiographique à peu près complète. Et les espérances nont pas été déçues. Grâce aux archives du Patriarcat, une cinquantaine de paroisses sur les soixante-dix que comptaient Venise ont pu être étudiées dans le détail, en sappuyant, et je cite Pascal Vuillemin, notamment sur des registres de possessions immobilières, sur la comptabilité des messes, ou encore sur de nombreux dossiers conflictuels à propos des droits paroissiaux. En outre, cette documentation a pu également être confrontée à celle de lordinaire, afin de 17préciser les questions bénéficiales, disciplinaires et judiciaires relatives aux communautés paroissiales. Mais lapport des archives patriarcales a résidé aussi dans la présence de trente-deux coutumes paroissiales parfaitement conservées, grâce auxquelles il est devenu possible dobserver le fonctionnement des paroisses « de lintérieur », et non plus seulement par le biais dune documentation extérieure qui, à la manière des statuts synodaux, nen donnait bien souvent quune vision déformée. La masse dinformations traitée avec une acribie jamais démentie est saisissante. Il faut en effet préciser que Pascal Vuillemin est un exceptionnel historien darchives et un certain nombre de trouvailles documentaires contribuent à rendre son livre particulièrement précieux : statuts synodaux, visites pastorales… Autant de sources que sa recherche a mises au jour et dont on ignorait parfois même lexistence pour la Venise médiévale.

De même, comment ne pas souligner le caractère tout à fait remarquable des informations livrées par le manuscrit Gradenigo 176 de la bibliothèque du Museo Correr ? Aux non spécialistes de lhistoire de Venise, familiers dautres réalités urbaines et de labondante bibliographie à disposition sur la prédication en Italie, le fait semblera assurément curieux. Pourtant, on ne savait rien ou presque de la prédication à Venise avant les décennies, celles du début du xvie siècle, quéclairent les Diaires de Marino Sanudo… Cet observateur exceptionnel décrit alors lactivité des grands prédicateurs, souvent mineurs de lObservance ou Ermites de saint Augustin, mais il évoque aussi les figures, à côté de cette parole autorisé, comme dans dautres villes dItalie, dermites, pour la plupart itinérants, prêtres ou laïcs, parfois avec femme et enfants, vêtus de sacs, pieds nus, des branchages sur la tête à limage de la couronne dépines, ou tête nue, une chaîne autour du cou, un bâton à la main surmonté dune croix, qui demandent laumône, prophétisent et martèlent que le temps de la colère de Dieu est venue8. Grâce à Pascal Vuillemin, on voit désormais apparaître un peu de la prédication des plébains, même si elle reste très difficile à saisir, et lon découvre aussi les prédicateurs sollicités par les paroisses. À partir de la première moitié du xve siècle, le succès des Ermites de saint Augustin est grandissant. Il faut dire quils avaient développé une technique qui, tout en intégrant les leçons du sermo modernus, utilisaient le modus antiquus, cest-à-dire une tradition homilétique dexégèse adapté à un public peu cultivé, un discours autour de lÉcriture 18qui était en conséquence accessible. Rien détonnant, nous dit Pascal Vuillemin, à ce quils finissent par exercer un « quasi-monopole », qui nempêcha toutefois pas les succès ponctuels sur les chaires paroissiales dautres prédicateurs séculiers ou de Mendiants. Les prêches de Giovanni da Capestrano attirèrent ainsi des foules considérables. Dès le milieu du xve siècle, les prédicateurs prennent lhabitude de sortir des églises pour sinstaller sous les portiques, puis sur les campi paroissiaux. Dans le même temps, leurs sermons tendent à saccompagner de processions et de représentations sacrées… Or, sur toutes ces manifestations, avant le livre de Pascal Vuillemin, nos connaissances étaient nulles ou presque9.

Mais il ny a pas que les trouvailles documentaires, et plus largement lexploitation dune quantité de matériaux jusqualors inédits, à avoir permis de formuler bien des analyses nouvelles. Pascal Vuillemin a aussi confronté des sources complexes, souvent fragmentaires ou lacunaires, pour parvenir à monter en un mécano complexe, des données éparses tirées de fonds divers. Un exemple suffit : il concerne lhistoire de la liturgie, étudiée surtout grâce aux coutumes des paroisses mais aussi des inventaires, angle mort sil en était des études, car seules les cérémonies de la chapelle ducale, qui nétaient pourtant en rien paradigmatiques, avaient été jusqualors jugées dignes de retenir lattention. Ainsi, si la forme définitive de loffice divin est acquise à la fin du xve siècle, neuf paroisses présentent toutefois des écarts entre la norme fixée par le droit synodal et la pratique coutumière et lon peut ainsi précisément mesurer à quel point la liturgie jouait un rôle essentiel dans lexpression des solidarités paroissiales. Les variations sont multiples dune paroisse à une autre, de sorte, écrit Pascal Vuillemin, « que plus quune liturgie, ce sont bien de liturgies paroissiales dont il faudrait parler, sans oublier par ailleurs que la liturgie, bien quemployée au singulier, recouvrait trois fonctions diverses ».

Cette recherche, et cest lun de ses très nombreux prix, repose donc sur un socle documentaire aussi imposant quoriginal, des sources émanant de lArchivio storico del Patriarcato, des archives paroissiales, de lArchivio di Stato di Venezia (un échantillon de 2000 testaments par exemple), des bibliothèques vénitiennes mais aussi de lArchivio segreto Vaticano, et le croisement de toutes ces ressources a permis une 19enquête totalement neuve ; une enquête qui réussit le tour de force de fournir à la communauté scientifique des interprétations convaincantes sur nombre de sujets complexes.

Lun de ses mérites est encore, grâce à la mobilisation dune très abondante bibliographie, de rapprocher toujours le champ dobservation du reste de lItalie mais aussi dans dautres régions dEurope bien étudiées dans ces dernières années. Longtemps, lhistoriographie vénitienne, même la plus savante, a en effet cultivé le mythe de labsolue singularité de cette ville et lon devine que les particularités, réelles, de lorganisation ecclésiastique locale purent conduire à renforcer plus nettement ce type dapproche. Javais remarqué il y a plus de vingt ans, et ma voix était alors bien isolée, que du fait de ce carcan analytique, une seule démarche devait être adoptée par qui entreprenait une large recherche dhistoire vénitienne, celle de recourir à une comparaison relativement large avec les autres situations documentées en Italie du Nord et du Centre mais aussi hors de la péninsule, afin de montrer que Venise était une ville comme une autre, moins dailleurs pour réduire la singularité lagunaire que pour replacer lanalyse dans un contexte général. Cétait là le seul moyen pour que létude acquière une pertinence et pour cerner, en découvrant ce qui était irréductible à la confrontation, les originalités vénitiennes10. Pascal Vuillemin peut donc, grâce à cette lecture largement comparatiste, souligner à juste titre dans sa conclusion générale que « la situation des paroisses vénitiennes ne différait guère de celle de bien dautres paroisses urbaines à la même époque, en Italie comme ailleurs. Bien sûr, léquilibre des forces entre institutions civiles et institutions ecclésiastiques nétait pas partout le même, comme pouvait aussi varier la chronologie ou lampleur de certains phénomènes. Mais, dans lensemble, ce sont souvent des tensions identiques, des conflits comparables et surtout des enjeux similaires qui émergent, de Rodez à Grenoble ou encore de Genève à Nuremberg. Et ce sont surtout les mêmes instruments qui sont employés pour y faire face. »

Les premiers chapitres mettent au clair certains des dossiers les plus nébuleux de lhistoire de Venise. Une fois les droits de la cathédrale définis et la cohésion du diocèse établie de façon très claire, lexposé en vient à lépineuse question du rôle des matrices pour démonter un présupposé actif dans lhistoriographie. Il est ainsi établi que les trois matrices vénitiennes, 20de création en fait tardive, ne furent pas les premières paroisses à avoir obtenu de la cathédrale le monopole paroissial, monopole quelles auraient ensuite transmis à leurs filiales. Lattention, dans toutes ces pages passionnantes, est donc portée sur la paroisse en tant quespace et dans ce cadre les rapports instaurés entre lespace urbain et les espaces paroissiaux sont lobjet dune attention particulière. Ces derniers sont considérés dans leur dynamisme, déterminé moins par des questions dordre juridique que par les fluctuations démographiques. On ne peut quapprouver la démonstration qui, avec une grande clarté dexposition, est menée de la progressive territorialisation des espaces paroissiaux et cette étude vient éclaircir une des particularités majeures de lorganisation administrative vénitienne : les cellules administratives des contrade vinrent ici se couler dans le dernier tiers du xiie siècle dans les territoires paroissiaux. On soulignera que lun des apports les plus étonnants pour qui connaît les sources à disposition est, dans ces pages, lessai de calcul systématique des densités, paroisse par paroisse, un essai qui navait jamais été tenté pour cette ville et qui est tout simplement impressionnant.

On soulignera aussi que Pascal Vuillemin, analysant la question des trois matrices vénitiennes manifeste une sensibilité très vive à la chronologie et ainsi parvient-il, sous la sédimentation des traditions, à individualiser des évolutions, voire des ruptures et à faire apparaître comment certaines des particularités de la situation vénitienne, loin dêtre nées en même temps que lorganisation ecclésiastique, furent en fait le fruit de transformations de la fin du Moyen Âge. Sa méthode qui consiste souvent à partir de lobservatoire des derniers siècles du Moyen Âge pour tenter de retracer lhistoire de processus complexes et très féconde. Un autre exemple pourrait être lanalyse qui est conduite du juspatronat, dans la deuxième partie de louvrage. Au xve siècle, dans toutes les paroisses qui nétaient pas soumises à des communautés religieuses, et moins bien sûr la chapelle de San Marco, le choix du recteur procédait dun vote conjoint des communautés de fidèles et des chapitres paroissiaux et cette pratique était interprétée comme une caractéristique en quelque sorte ontologique des paroisses vénitiennes. Or Pascal Vuillemin démontre comment ce droit délection du plébain, loin dêtre actif dès lorigine, remplaça le droit de présentation au terme dune évolution longue et complexe. La définition progressive, entre la moitié du xive siècle et la fin du xve siècle, de la major pars qui élisait 21le plébain, permit ainsi aux fidèles de sinsérer de manière plus active au sein du fonctionnement de la paroisse et de faire valoir leurs droits face aux clergés.

Bien dautres sections de létude comportent aussi leur lot de clarifications historiographiques à linstar, et il ne sagit que dun exemple significatif, de lanalyse dédiée aux dîmes vénitiennes. Mais avec le calcul des densités paroissiales, le lecteur était déjà passé de la clarification des dossiers obscurs aux apports dune totale nouveauté et cest dans cette catégorie quil faut par exemple ranger lexcellente étude des clergés paroissiaux. Sur tous les points abordés, et les notes en témoignent, bien peu de données jusquà cette thèse car cest au clergé régulier que les historiens sétaient en priorité intéressés. Ce vide est aujourdhui magnifiquement comblé. Et une nouvelle fois, la thèse propose des chiffres, précise la composition des chapitres paroissiaux et surtout fait apparaître ce qui est sans doute le plus intéressant, cette énorme population cléricale flottante du fait dune hausse des ordinations qui crée un prolétariat que le système bénéficial vénitien nest pas capable dabsorber. De la sorte, ce livre offre aussi une très belle étude dhistoire sociale, une histoire sociale que la prosopographie des clercs paroissiaux vient enrichir. Mais rappelons aussi quon ne savait quasiment rien des fabriques dont ce livre propose désormais une histoire, ou bien peu de chose sur les confréries paroissiales dont la trajectoire, de leur rôle initial au cœur des solidarités paroissiales à la faillite que consacre leur nouvelle mixité géographique, vient enrichir une historiographie qui les avait ignorées. Quant à lanalyse qui est menée de la transformation des échanges paroissiaux, elle fait mieux quemporter ladhésion. Une première évolution voit les fidèles intervenir plus directement dans léconomie paroissiale, quil sagisse de négocier léconomie des sacrements et de gérer les patrimoines. Le deuxième mouvement en apparence contradictoire retrace une déprise et les nouvelles pratiques des fidèles et ce sont des pages qui retracent une unification sacrale qui est comme la tension même de lhistoire religieuse médiévale de la ville. Mais la crise des échanges paroissiaux est surmontée et lon assiste à un véritable renouveau de linstitution paroissiale dans la deuxième moitié du xve siècles grâce à un mouvement de réforme que lon suit au rythme des synodes, de la fixation des coutumes paroissiales, du processus de disciplinement des clercs ou du développement des visites pastorales.

22

Importance des résultats, capacité de renouveau, volonté de toujours ouvrir lanalyse et de comparer, force de la démonstration, ampleur des thématiques traitées avec une constante finesse danalyse, telles sont quelques-unes des qualités qui caractérisent ce livre écrit dans une langue claire et élégante, et dont il est impossible de rendre compte ici de façon exhaustive tant ses apports sont nombreux. On laura compris, le remarquable et magistral livre de Pascal Vuillemin est appelé à faire date, à faire date dans lhistoire de Venise comme dans le champ de lhistoire ecclésiastique et religieuse de lEurope médiévale.

Élisabeth Crouzet-Pavan (Paris-Sorbonne)

11 Le origini della Chiesa di Venezia, éd. F. Tonon, Venise, 1987 ; La Chiesa di Venezia nei secoli XI-XII, éd. F. Tonon, Venise, 1988 ; La Chiesa di Venezia tra Medioevo ed Età Moderna, éd. G. Vian, Venise, 1989.

2 D. Rando, Una chiesa di frontiera. Le istituzioni ecclesiastiche veneziane nei secoli VI-XII, Bologne, 1994.

3 Id., « Aspetti dellorganizzazione della cura danime a Venezia nei secoli XI-XII », La Chiesa di Venezia nei secoli XI-XII, op. cit., p. 53-72 .

4 É. Crouzet-Pavan, Le Moyen Âge de Venise. Des eaux salées au miracle de pierre, Paris, Albin Michel, 2015.

5 F. C. Lane, Venice. A Maritime Republic, John Hopkins U. P. ; la traduction italienne (Turin, 1978) est parue sous le titre modifié de Storia di Venezia, alors que la traduction française (Paris, 1985) reprend le titre originel Venise, une république maritime.

6 J. Martin et D. Romano éd., Venice Reconsidered. The History and Civilization of an Italian City-State. 1297-1797, Baltimore-Londres, 2002.

7 La question des « privilèges de majorité » accordées à trois églises de Venise (« matrices ») en raison de leur ancienneté supposée avait été examinée par M. Rosada dans son édition consacrée à léglise de Santa Maria Formosa : Santa Maria Formosa, M. Rosada éd., Venise, 1972. Les interprétations de Rosada sont dailleurs remises en question par P. Vuillemin dans son analyse des « matrices » et de larticulation territoriale du Patriarcat.

8 É. Crouzet-Pavan, Venise. Une invention de la ville, Seyssel, 1997, p. 297-298.

9 Si lon excepte par exemple les quelques données dont on disposait pour les mystères joués lors de la fête des Marie.

10 É. Crouzet-Pavan, Le Moyen Âge de Venise, op. cit., p. 18-19.

Chapitre d’ouvrage: Précédent 3/18 Suivant