Aller au contenu

Table des incipit

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0074-2
  • ISSN: 2417-6400
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-2911-8.p.0497
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 01/10/2009
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
497 TABLE DES INCIPIT

Amy, je t'apprendray (encores que tu sois)
R-,
141
Apres avoir long temps erré sur le rivage
R.,
 !7
Apres s'estre basty sus les murs de Carthage
R.,
162
Astres cruelz, et vous Dieux inhumains
Α.,
9
Autant comme Ion peult en un autre langage
R.,
148
Avoir veu devaller une triple Montagne
R.,
113
A vous troppe legere
J-R
-, 3
Ayant après long désir
J.R
., I 2
Ayant tant de malheurs gemy profondement
S.,
14
Baif, qui comme moy, prouves l'adversité
R.,
56
Bien qu'aux arts d'Apollon le vulgaire n'aspire
R.,
I I
Bien que du mal duquel je suis atteinte
J-R
36
Bizet, j'aymerois mieulx faire un bœuf d'un formy
R-,
143
Brusquet à son retour vous racontera (Sire)
R-,
119
Bucanan, qui d'un vers aux plus vieux comparable
R.,
187
Ce bon Hurauld, qui souloit estre
J-R
II
Ce Brave qui se croit, pour un jacque de maille
R-,
71
Celle que Pyrrhe et le Mars de Libye
Α.,
2 I
Celle qui de son chef les estoilles passoit
Α.,
4
Celuy qui d'amitié a violé la loy
R-,
134
Celuy qui de plus près atteint la Deïté
R-,
I 84
Celuy vrayement estoit et sage, et bien appris
R.,
117
Ce n'est icy que je chante
J-R
-, 15
Ce n'est l'ambition, ny le soing d'acquérir
R-,
27
Ce n'est le fleuve Thusque au superbe rivage
R.,
I 0

498 ŒUVRES POÉTIQUES II

Ce n'est pas de mon gré (Carie) que ma navire R., 128
Ce n'est pas sans propoz qu'en vous le ciel a mis R., 170
Cent fois plus qu'à louer on se plaist à mesdire R.,
Cependant (Pelletier) que dessus ton Euclide R., 189
Ce pendant qu'au Palais de procez tu devises R., 122
Ce pendant que la court mes ouvrages lisoit R.( 7
Cependant que Magny suit son grand Avanson R., 16
Ce pendant que tu dis ta Cassandre divine R., 19
Ce pendant que tu suis le lievre par la plaine R., ) 7
Ceres d'espicz je couronne J-R-, 4
Ce ruzé Calabrais tout vice, quel qu'il soit R., 62
Ces grands monceaux pierreux, ces vieux murs que tu
vois Α., i8
Ceste vigne tant utile J.R., 8
C'estoit alors que le present des Dieux S., 1
C'estoit au poinct, que la nuict hyvernale J-R. » 1
C'estoit ores c'estoit qu'à moy je devois vivre R., 3 7
C'est ores, mon Vineus, mon cher Vineus, c'est ore R., 42
Ce tableau, que pour t'estrener J-R-i 13
Ceux qui sont amoureux, leurs amours chanteront R., 5
Combien que ta vertu (Poulin) soit entendue R., 166
Combien que ton Magny ait la plume si bonne R., 164
Comme le champ semé en verdure foisonne Α., 3 ο
Comme le marinier que le cruel orage R., 34
Comme Ion void de loing sur la mer courroucée Α., 16
Comme on passe en aesté le torrent sans danger Α., 14
Comme sur l'arbre sec la veufve tourterelle J.R., 37
Comme un, qui veult curer quelque Cloaque immunde R., 109
Conte, qui ne fis one compte de la grandeur R., 21
Cousin, parle tousjours des vices en commun R., 142
Cy gist Bonnet, qui tout sçavoit J.R., 29
Dans l'enfer de mon corps mon esprit attaché R., 174
De ce qu'on ne void plus qu'une vague campagne Α., 31
De ce Royal palais, que bastiront mes doigts R-, 158
Dedans le ventre obscur, où jadis fut encloz R., 125
De fleurs, d'espics, de pampre je couronne J-R·) 5
Depuis que j'ay laissé mon naturel séjour R., 36
De quelque autre subject, que j'escrive, Jodelle R., 180
Dessous ce grand François, dont le bel astre luit R., 190
Dessous ceste motte verte J-R-> 2 7
Dessus un mont une Flamme allumée S., 1 τ
De-vaulx, la mer reçoit tous les fleuves du monde R., 138

499 TABLE DES INCIPIT 419
De voir mignon du Roy un courtisan honneste R., 10 J
De vostre Dianet (de vostre nom j'appelle) R., 159
Dictes, Nymphes, pourquoy tousjours J.R., 2 î
Digne filz de Henry, nostre Hercule Gaulois R., 172
Divins Esprits, dont la poudreuse cendre Α., ι
Doulce mere d'amour, gaillarde Cyprienne R., 93
Doulcin, quand quelquefois je voy ces pauvres filles R., 97
D'où vient cela (Mauny) que tant plus on s'efforce R., 87
D'où vient que nous voyons à Rome si souvent R., 98
Du Thier, dont la diligence J.R,,AJ)uthier
En ce moys délicieux J.R., 14
En -cependant (Clagny) que de mil argumens R., 157
Encores que Ion eust heureusement compris R., 72
En mille crepillons les cheveux se frizer R., 92
Entre tous les honneurs, dont la France est cogneu R., 160
Esperez vous que la postérité Α., 31
Esprit royal, qui prens de lumière eternelle R., 176
Et je pensois aussi ce que pensoit Ulysse R., 130
Et puis je vy l'Arbre Dodonien S., 5
Finablement sur le poinct que Morphee S., τ ;
Flatter un créditeur, pour son terme alonger R., 8 5
France, mere des arts, des armes, et des loix R., 9
Fuions (Dilliers) fuions ceste cruelle terre R., 116
Gordes, il m'est advis que je suis esveillé R., 89
Gordes, j'ay en horreur un vieillard vicieux R., 73
Gordes, je sçaurois bien faire un conte à la table R., 144
Gordes, que Dubellay ayme plus que ses yeux R·. 7 5
Heureux celuy qui peult long temps suivre la guerre R-, 94
Heureux, de qui la mort de sa gloire est suivie R., 20
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage R., 31
Icy de mille fards la traison se desguise R., 127
Icy je ne chante pas J.R., 16
Il fait bon voir (Magny) ces Coïons magnifiques R., 133
Il fait bon voir (Paschal) un conclave serré R., 81
Il me plaist icy de peindre J.R., 18
Il ne fault point (Duthier) pour mettre en evidence R., 163

J'ayme la liberté, et languis en service
J'ay oublié l'art de Petrarquizer

R., 39
J.R., 20

500 ŒUVRES POÉTIQUES II

Je fus jadis Hercule, or Pasquin je me nomme
R.,
108
Je hay du Florentin l'usuriere avarice
R„
68
Je hay plus que la mort un jeune casanier
R.,
29
Je les ay veuz (Bizet) et si bien m'en souvient
R.,
136
Je me feray sçavant en la philosophie
R.,
32
Je n'ay jamais pensé que ceste voulte ronde
R.,
III
Je ne commis jamais fraude, ne maléfice
R,
43
Je ne descouvre icy les mystères sacrez
R.,
77
Je n'escris point d'amour, n'estant point amoureux
R.,
79
Je ne suis pas de ceulx qui robent la louange
R.,
182
Je ne suis pas, Ronsard, si pauvre de raison
JR
., 38
Je ne te conteray de Boulongne, et Venise
R.,
78
Je ne te prie pas de lire mes escripts
R)
151
Je ne veulx feuilleter les exemplaires Grecs
R.,
4
Je ne veulx point fouiller au sein de la nature
R.,
I
Je ne veulx point icy du maistre d'Alexandre
P.C.
Je vis un fier Torrent, dont les flots escumeux
S.,
8
Je voy (Dilliers) je voy serener la tempeste
R.,
129
Je vy hault eslevé sur columnes d'ivoire
S.,
4
Je vy l'Oyseau, qui le Soleil contemple
S.,
7
Je vy sourdre d'un roc une vive Fonteine
s.,
I 2
La fortune (Prélat) nous voulant faire voir
R.,
169
La Grecque poësie orgueilleuse se vante
R·)
173
La jeunesse (Du-val) jadis me fit escrire
R.,
186
La nef qui longuement a voyagé (Dillier)
R.,
35
Las, où est maintenant ce mespris de Fortune
R.,
6
La terre y est fertile, amples les edifices
R.,
135
Le Babylonien ses haults murs vantera
Α.,
2
Le Breton est sçavant, et sçait fort bien escrire
R.,
58
Le Roy (disent icy ces baniz de Florence)
R.,
124
Magny, je ne puis voir un prodigue d'honneur
R.,
67
Maintenant je pardonne à la doulce fureur
R.,
13
Maintenant le vivre me fasche
JR
., 28
Malheureux l'an, le mois, le jour, l'heure, et le poinct
R„
25
Maraud, qui n'es maraud que de nom seulement
R.,
54
Marcher d'un grave pas, et d'un grave sourci
R.,
86
Mars vergongneux d'avoir donné tant d'heur
Α.,
I I
Maudict soit mille fois le Borgne de Libye
R.,
95
Mauny, prenons en gré la mauvaise fortune
R.,
Si
Mon livre (et je ne suis sur ton aise envieux) R.,
A son livre
Montigné (car tu es aux procez usité)
R.,
55
Morel, dont le sçavoir sur tout autre je prise
R.,
131

501 4n

Morel, quand quelquefois je perds le temps à lire
R-,
183
Muse, qui autrefois chantas la verde olive
R- !
■71
Nature à vostre naistre heureusement fécondé
R-,
168
Nature est aux bastards volontiers favorable
R„
64
Ne lira-Ion jamais que ce Dieu rigoureux
R-,
23
Ne pense pas (Bouju) que les Nymphes Latines
R-,
90
Ne pense (Robertet) que ceste Rome cy
R.,
83
N'estant, comme je suis, encor'exercité
R.,
3
N'estant de mes ennuis la fortune assouvie
R-,
41
Ne te fasche (Ronsard) si tu vois par la France
R·,
147
Ne t'esmerveille point que chacun il mesprise
R-,
66
Ne t'esbahis Ronsard, la moitié de mon ame
R-,
8
Ne vous pouvant donner ces ouvrages antiques
Α., Au Roy
Non autrement qu'on void la pluvieuse nue
Α.,
20
Non pource qu'un grand Roy ait esté vostre pere
R-,
175
Nous deux Amans, qui d'un mesme courage
J*
·> 9
Nous ne faisons la court aux filles de Mémoire
R.,
84
Nous ne sommes faschez que la trefve se face
R.,
123
Nouveau venu qui cherches Rome en Rome
Α.,
3
Ny la fureur de la flamme enragee
Α.,
13
Ο beaux cheveux d'argent mignonnement retors
R-,
91
Ο combien est heureux, qui n'est contreint de feindre
R·,
48
Ο Deesse, qui peuls aux princes égaler
R.,
96
Ο marastre nature (et marastre es-tu bien)
R.,
45
On donne les degrez au sçavant escolier
R-,
15 3
On ne fait de tout bois l'image de Mercure
R.,
[02
Ο que celuy estoit cautement sage
Α.,
23
Ο que tu es heureux, si tu cognois ton heur
R-,
r r î
Ο qu'heureux est celuy qui peult passer aon aage
R.,
38
Ores, plus que jamais, me plaist d'aymer la Muse
R-,
22
Ores, que mon Roy s'efforce
JR
■ » J7
Ο trois et quatre fois malheureuse la terre
R·,
114
Où que je tourne l'œil, soit vers le Capitole
R.,
107
Pâlies Esprits, et vous Umbres pouldreuses
A-,
15
Pan, des fbrestz habitant l'épesseur
J.R
·> 7
Panjas, veuls-tu sçavoir quels sont mes passetemps
R-,
15
Par armes et vaisseaux Rome donta le monde
Α.,
8
Par ses vers Teïens Belleau me fait aymer
R.,
I î6
Paschal, je ne veulx point Juppiter assommer
R-,
Ε 8 S

502 ŒUVRES POÉTIQUES II

Passant, ce malheureux tumbeau J.R., 31
Plus qu'aux bords Aetëans le brave filz d'Aeson Α., ι ο
Plus riche assez que ne se monstroit celle S., 13
Pour avoir songé en Parnase J.R., 30
Pourquoy me gronde-tu, vieux mastin affamé R., 69
Prélat, à qui les cieulx ce bon heur ont donné R., 161
Puis m'apparut une Poincte aguisee S., 3
Quand ce brave séjour, honneur du nom Latin Α., 2 2
Quand ceste belle fleur premièrement je vy R., 18 5
Quand d'une doulce ardeur doulcement agité R., 178
Quand je contemple les beautez J.R., 19
Quand je te dis adieu, pour m'en venir icy R., 2 8
Quand je vays par la rue, où tant de peuple abonde R., 99
Quand je vouldray sonner de mon grand Avanson R., 165
Quand je voy ces Messieurs, desquel l'auctorité R., 118
Quand je voy ces Seigneurts, qui l'espee et la lance R,, r 1 a
Quand mon Caraciol de leur prison desserre R., 110
Quand ton col de couleur de rose J.R., 24
Que dirons nous (Melin) de ceste court Romaine R., 101
Que feray-je, Morel  ? dy moy, si tu l'entends R., 3 3
Quel est celuy qui veult faire croire de soy R., 63
Que n'ay-je encor la harpe Thracienne Α., 25
Qu'heureux tu es (Baïf) heureux et plus qu'heureux R., 24
Qui a veu quelquefois un grand chesne asseiché Α., 2 8
Qui choisira pour moy la racine d'UJysse R., 8 8
Quiconques (mon Bailleul) fait longuement séjour R., 30
Qui est amy du cœur est amy de la bourse R., 61
Qui niera (Gillebert) s'il ne veult résister R,, 106
Qui voudra voir tout ce qu'ont peu nature Α.,  ;
Qui voudrait figurer la Romaine grandeur Α., 2 6
Regarde, ο Ceres la grande J.R., 2
Retirez-vous amoureuses pensées J.R., 34
Robin par bois et campaignes J.R., 6
Ronsard, j'ay veu l'orgueil des Colosses antiques R., 181
Sacrez costaux, et vous sainctes ruines Α., η
Safe De-l'hospital, qui seul de nostre France R., 167
Sceve, je me trouvay comme Je filz d'Anchise R., 137
Se fascher tout le jour d'une fascheuse chasse R., 121
Seigneur, je ne sçaurois regarder d'un bon œil R., 150

503 423

Seigneur, ne pensez pas d'ouïr chanter icy R,, 60
Si après quarante ans de fïdele service R., 49
Si celuy qui s'appreste à faire un long voyage R., 2 6
Si fruicts, raisins, et bledz, et autres telles choses R., 104
Si je monte au Palais, je n'y trouve qu'orgueil R., 80
Si je n'ay plus la faveur de la Muse R., Λ M. d'Av.
Si la perte des tiens, si les pleurs de ta mere R,, 103
Si la vertu, qui est de nature immortelle R., 177
Si l'aveugle fureur, qui cause les batailles Α., 24
Si les larmes servoient de remede au malheur R., 5 2
Si l'importunité d'un créditeur me fasche R., 14
S'il m'en souvient, vous me distes un jour J-R·, 21
Si mes escripts (Ronsard) sont semez de ton loz R., 152
Si mon esprit, qui peult sortir dehors J.R., 3 5
Si onques de pitié ton ame fut atteinte R., 47
Si par peine, et sueur, et par fidélité R., 46
Si Pirithois ne fust aux enfers descendu R., 70
Si pour avoir passé sans crime sa jeunesse R., 44
Sire, celuy qui est, a formé toute essence R., 191
Si tu m'en crois (Baïf) tu changeras Parnasse R., 154
Si tu ne sçais (Morel) ce que je fais icy R., 18
Si tu veuls seurement en court te maintenir R., 140
Si tu veulx vivre en court (Dilliers) souvienne-toy R., 139
Si vostre esprit, qui de son origine J-R-> 3 3
Si vous regardez, ma Dame J.R., 22
Sortons (Dilliers) sortons, faisons place à l'envie R., 50
Souvent nous faisons tort nous mesme' à nostre ouvrage R., 146
Sur la croppe d'un mont je vis une Fabrique S., 2
Sur la rive d'un fleuve une Nymphe esploree S., 10
Sus ma petite Columbelle J.R., 23
Tant que l'oyseau de Juppiter vola Α., 17
Telle que dans son char la Berecynthienne Α., 6
Telz que Ion vid jadis les enfans de la Terre Α., 12
Thiard, qui as changé en plus grave escriture R., 155
Tout ce qu'Egypte en poincte façonna Α., 29
Tout effroyé de ce monstre nocturne S., 9
Tout le parfait dont le ciel nous honnore Α., 19
Toy qui de Rome emerveillé contemples Α.,
Tu dis que Dubellay tient reputation R., 74
Tu m'as faict un chappeau de roses J-R·, 26
Tu ne crains la fureur de ma plume animee R., 65
Tu ne me vois jamais (Pierre) que tu ne die R., ; 9

504 ŒUVRES POÉTIQUES II

Tu sois la bien venue, ô bienheureuse trefve
R-,
126
Tu t'abuses (Belleau) si pour estre sçavant
R„
I4Ï
Une Louve je vis sous l'antre d'un rocher
S.,
6
Une vierge chasseresse
JR
., 10
Un peu de mer tenoit le grand Dulichien
R-,
40
Un plus sçavant que moy (Paschal) ira songer
R-,
2
Ursin, quand j'oy nommer de ces vieux noms Romains
R-,
100
Veu le soing mesnager, dont travaillé je suis
R-,
I 2
Veulx-tu sçavoir (Duthier) quelle chose c'est Rome
R.,
82
Vieille plus vieille que le monde
JR
·, 32
Vineus, je ne viz one si plaisante province
R-,
132
Vivons (Gordes) vivons, vivons, et pour le bruit
R.,
 ! 5
Voicy le Carneval, menons chacun la sienne
R.,
120
Vous dictes (Courtisans) les Poëtes sont fouis
R.,
149
Voyant l'ambition, l'envie, et l'avarice
R.,
179

Chapitre d’ouvrage: Précédent 14/15 Suivant