Aller au contenu

Glossaire

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-07918-7
  • ISSN: 2109-7623
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-07920-0.p.0293
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 29/10/2018
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
293

Glossaire

Administration : Se dit de la direction des affaires publiques. Parfois synonyme de « gouvernement », mais le plus souvent renvoie à une « partie du gouvernement », soit à un « ministère ».

Cabinet : Les secrets, les mystères les plus cachés de la Cour. Le terme renvoie aux « arcanes du pouvoir ». Le terme peut aussi désigner le lieu où sassemblent les « conseillers » et où travaillent leurs « commis », il est alors synonyme de « bureau ».

Circulation : Dispositif imaginé par labbé de Saint-Pierre pour faire passer les « conseillers » et les « présidents » dun « conseil » à lautre pour maintenir une émulation et permettre une bonne administration.

Commission : Mandement du prince, dun ministre ou de quelque autre personne ayant autorité de commettre, de « députer », cest-à-dire denvoyer pour traiter une affaire particulière.

Confédération : Une association de petits États. Labbé de Saint-Pierre pense lEurope comme une République-fédération de souverains. Dans le langage diplomatique « confédération » peut avoir le sens de « ligue », et ne renvoie alors quà une « union » reposant sur un accord circonstanciel.

Congrès : voir Diète.

Conseils : Assemblées établies par lautorité du prince pour administrer les affaires importantes de lÉtat (conseil den-haut, conseil des dépêches, conseil des finances, etc.). Le Discours sur la Polysynodie examine en ce sens les réformes de ladministration centrale de la monarchie française mises en place après la mort de Louis XIV. Les « conseillers » sont ceux qui participent à ces assemblées, à ces « compagnies ».

Constitution : La forme du gouvernement, son organisation, sans connotation juridique.

Corps Germanique : Union des souverainetés dAllemagne – que labbé de Saint-Pierre appelle aussi « Union germanique » – qui sert de modèle à labbé pour penser une « Union européenne ».

Département : Désigne les différentes parties des affaires dÉtat, sous la responsabilité dun « ministre » ou « secrétaire », et, pendant la Polysynodie, des différents « conseils ».

Despotisme : Chez labbé de Saint-Pierre désigne un mauvais usage de lautorité politique.

Diète : Assemblée des États. Labbé de Saint-Pierre imagine une « Diète européenne » où seraient assemblés les représentants des différentes 294puissances européennes. Elle sinstallerait à Utrecht pour donner corps à sa « République européenne ». Il utilise également le terme de « congrès » dans ce sens.

Droit public : Dans les textes sur la guerre et la paix, équivalent de « Droit des gens » ou droit public externe, soit ce que nous appelons le Droit international.

Équilibre : Option diplomatique associée à une lecture des relations internationales européennes. Les traités dUtrecht entérinent lidée dun équilibre européen, entre la maison de France et dAutriche, qui fait fonction didéal régulateur et qui est censé mettre fin aux guerres européennes et aux ambitions des plus puissants monarques rêvant de « monarchie universelle ».

Établissement : Institution qui est établie pour lutilité publique.

Gouvernement : Chez labbé de Saint-Pierre le terme désigne soit un régime (gouvernement monarchique ou républicain essentiellement) soit lorganisation institutionnelle de ceux qui ont à charge dadministrer les affaires dun État. Chez Rousseau cest la distinction du « gouvernement » et du « souverain » qui est au cœur de sa réflexion sur les fondements du corps politique.

Ligue : Accord défensif ou offensif entre souverains.

Loi fondamentale : Cette appellation regroupe, depuis le xvie siècle, les principes directeurs de la monarchie dAncien Régime. Si le roi souverain a le droit de changer les lois ordinaires, il ne peut supprimer ou abroger celles qui sont fixes et immuables, et qui assurent sa légitimité. Ces lois, non strictement énumérées ou officiellement transcrites, reposent sur lacquis dune tradition pluriséculaire. Il sagit essentiellement de régler la succession à la couronne (loi salique) et des usages qui assurent linaliénabilité du domaine royal.

Magistrat : Celui qui est dépositaire dune autorité administrative, qui prend soin de la « police » ou du « gouvernement ».

Maison : Lignée royale (maison de France, dAutriche, etc.).

Maxime : Proposition générale qui sert de principe, de règle dans un art et particulièrement en matière de « politique ».

Ministère : Le gouvernement dun ministre dÉtat. Le terme peut renvoyer dune façon générique à ladministration centrale de la monarchie, à son « gouvernement ».

Ministre : Celui que le prince a choisi pour lexécution des principales affaires de lÉtat. En langage diplomatique le terme peut désigner un ambassadeur ou un représentant que le prince envoie dans une Cour étrangère.

Monarchie universelle : Expression utilisée pour désigner et stigmatiser les ambitions dun État ou dun prince à dominer lEurope, à la façon dont Rome avait pu le faire.

Police : Lordre et la bonne administration dun État – visant sa sûreté et sa puissance. Le terme peut aussi être étendu aux relations entre États : labbé de Saint-Pierre parle ainsi de « police européenne ».

295

Politique : « La première partie de la Morale, qui consiste en lart de gouverner & de policer les États pour y entretenir la sûreté, la tranquillité, & lhonnêteté des mœurs. La bonne politique ne consiste pas seulement à faire des conquêtes, mais à gagner lamour de son peuple. », Furetière (1690).

Polysynodie : Gouvernement des conseils ou de la pluralité des assemblées (synodes). Système dadministration mis en place par Philippe dOrléans au début de la Régence qui consiste à remplacer chaque ministre par un conseil.

Potentat : Celui qui a la puissance souveraine dans un grand État.

Président : Celui qui préside lun des conseils institués au moment de la Régence.

République européenne : Une des appellations que labbé de Saint-Pierre donne à son « système » ; également : « Union européenne », « Société permanente de lEurope », « Société européenne ».

Scrutin perfectionné : Méthode délection entre pairs des conseillers quimagine labbé de Saint-Pierre.

Secrétaire : Titre de chacun des « ministres » qui ont un « département », et qui contre-signent les ordonnances du roi.

Sénat : À Rome, assemblée composée danciens magistrats, et par extension toute assemblée qui rappelle cette institution. Parfois synonyme de « conseil ».

Souverain : Puissance indépendante ; chez labbé de Saint-Pierre généralement synonyme de « prince ».

Système : Dans le langage diplomatique, une méthode daction pour régler les rapports internationaux (par exemple « système de léquilibre ») ; le terme renvoie aussi à lensemble des principes daprès lesquels une chose sexécute et sur lesquels repose un « projet », un « dessein », un « plan » ; en général, un ensemble de rapports caractérisé par sa cohérence et/ou son harmonie.

Tribunal européen : Instance commune imaginée par labbé de Saint-Pierre pour arbitrer et prévenir les litiges entre souverains.

Visir : Chez labbé de Saint-Pierre, conformément à ce que lon trouve dans les dictionnaires de lépoque, le terme « visir » est donné pour un terme turc, avec le sens de ministre dÉtat.

Visirat : Une des « formes de ministère » dans la typologie quinstaure labbé de Saint-Pierre ; il y a « visirat » lorsquun prince nécoute quun seul homme (un « visir ») et lui confie toute lautorité politique, à la différence du « demi-visirat » et de la « polysynodie ».