Aller au contenu

Bibliographie

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1719-1
  • ISSN: 2109-7623
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-1720-7.p.0037
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 08/07/2014
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
37
BIBLIOGRAPHIE




Cecil Patrick Courtney

38 39
ABRÉVIATIONS PROPRES
À LA BIBLIOGRAPHIE


ESTC
Collé, Journal et Mémoires
Correspondance litté- raire
Fromm
Mees (105)
Monglond
English Short Title Catalogue
Charles Collé, Journal et Mémoires, Honoré Bonhomme éd., Paris, Firmin-Didot, 1868, 3 volumes
Correspondance littéraire, philosophique et critique, Maurice Tourneux éd., Paris, Garnier Frères, 1877-1882, 16 volumes
Hans Fromm, Bibliographie des traductions allemandes d'imprimés fran- fais, zoo-2948, Baden-Baden, Verlag fiir Kunst und Wissenschaft, 1~So-19S 3, 6 volumes
«Bibliographie des éditions isolées des Lettres familières», dans Gébelin-Morize (1 ~ 14), p. xx1-xx111
Jean Marchand, «Les Lettres familières de Montesquieu et la mys- térieuse édition de Hollande », Bulletin de la Société des bibliophiles de Guyenne, 11° année, n°S 39-41, 1941, p. 97-IO8, et Bulletin du biblio- phile et du bibliothécaire, 1946, p.18- 3 3
Jules Mees, «L'abbé de Guasco et les Lettres familières de Montes- quieu», Kevue des bibliothèques et archives de Belgique 3, I ~0 5, p. 1 1 j -
136
André Monglond, La France révolutionnaire et impériale, annales de bibliographie méthodique, [vol. 1-5], [s.l.], chez l'auteur; [vol. 6], Gre- noble, Arthaud; [vol. 7-~], Paris, Imprimerie nationale, 1~z~-1979; Index général, Genève, Slatkine, 168
Le marquis de Ségur, Le Kayaume de la rue Sain~Honoré :Madame Geoffrin et sa Palle, Paris, Calmann-Lévy, 1897
Maurice Tourneux, «Madame Geoffrin et les éditions expurgées des Lettres familières de Montesquieu», KHLF 1, 1894, p. Sz-64

Gébelin (1914)
Marchand (1941)
Ségur (1897)
Tourneux (1894)
Bibliothèques

Abbeville, BM Amsterdam, UB Anvers, MPM Berlin, SBB Berne, BNS Besançon, BM
Bibliothèque municipale, Abbeville Universiteitsbibliotheek, Amsterdam Museum Plantin Moretus, Anvers Staatsbibliothek, Berlin Bibliothèque nationale suisse, Berne Bibliothèque municipale, Besançon
40
BIBLIOGRAPHIE

Bordeaux, BM Boston, BPL Bruxelles, BR Cambridge, Christ's Cambridge, King's Cambridge, Newnham Cambridge, UL Chalon-sur-Saône, BM Châlons-en-Champagne, BM Copenhague, KB Dijon, BM
Edimbourg, UL Florence, BNC Genève, BGE Gôttingen, NSUB
Graz, UB
Grenoble, BM Halle, ULB
Harvard, MH Heidelberg, UB Helsinki, BU
Lausanne, BCU Londres, BL
Lyon, BM
Mannheim, UB Mayence, Martinus New York, NYPL Oxford, Bod Oxford, Tay
Paris, Arsenal Paris, BI
Paris, BSG
Paris, BnF
Paris, Mazarine Paris, Opéra
Paris, Sorbonne Philadelphia, PPL Pise, BU
Rome, Angelica Rouen, BM
Soleure, Bc
Stockholm, KB
Bibliothèque municipale, Bordeaux Boston Public Library
Bibliothèque royale Albert I~, Bruxelles Christ's College, Cambridge
King's College, Cambridge
Newnham College, Cambridge University Library, Cambridge Bibliothèque municipale, Chalon-sur-Saône Bibliothèque municipale, Châlons-en-Champagne Kongelige Bibliotek, Copenhague Bibliothèque munieale, Dijon University Library, Edimbourg Biblioteca nationale centrale, Florence Bibliothèque de Genève
Nieders~chsische Staats- und Universit~tsbibliothek, Gôttingen
Universit~tsbibliothek, Graz
Bibliothèque municipale, Grenoble Universit~ts- und Landesbibliothek, Halle Harvard University Library, Cambridge, Mass. Universit~tsbibliothek, Heidelberg Bibliothèque universitaire, Helsinki
Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne
British Library, Londres
Bibliothèque municipale, Lyon Universit~tsbibliothek Mannheim Martinus Bibliothek, Mayence New York Public Library
Bodleian Library, Oxford
Taylor Institution Library, Oxford Bibliothèque de l'Arsenal, Paris Bibliothèque de l'Institut, Paris Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris Bibliothèque nationale de France, Paris Bibliothèque Mazarine, Paris
Bibliothèque-Musée de l'Opéra, Paris Bibliothèque de la Sorbonne, Paris Library Company of Philadelphia Biblioteca universitaiia, Pise
Bibloteca Angelica, Rome
Bibliothèque municipale, Rouen Bibliothèque cantonale, Soleure Kungliga Biblioteket, Stockholm
xl

41
BIBLIOGRAPHIE

Toronto, Fisher Troyes, BM Uppsala, UB Versailles, BM Washington, DLC Wolfenbüttel, HAB Yale, CtY
Thomas Fisher Rare Book Library, University of Toronto Bibliothèque municipale, Troyes
Universitetsbiblioteket, Uppsala
Bibliothèque municipale, Versailles
Library of Congress, Washington
Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel
Yale University Library, New Haven, Connecticut
42 43
LA PUBLICATION
DES LETTRES FAMILIÈRES

La première édition des Lettres familières du président de Montesquieu, baron de La Brède, à divers amis d'Italie est un petit volume in-douze de X64 pages avec page de titre et frontispice gravés. La page de titre, sur laquelle dans certains exemplaires le nom de Montesquieu est écrit «Montesgieu», est datée de 1767, mais ne fournit aucune précision sur le lieu d'impression ou sur l'identité de l'imprimeur. Ce recueil contient soixante lettres, dont la plupart sont adressées à l'abbé Guasco, à Cerati, à Venuti et à d'autres correspondants italiens, suivies de deux fragments de lettres de Jean- Baptiste de Secondat, fils de Montesquieu, et deux petits poèmes traduits du français en italien. Le nom du compilateur est absent, mais tout le monde à l'époque attribue l'ouvrage à Guasco.
Sur la publication de cette première édition, on trouve de précieux renseignements dans une série de lettres échangées en mai et juin 1767 entre Horace Walpole et Horace Mann'. Le 3o mai 1767, Walpole écrit de Strawberry Hill, près de Londres, pour remercier Mann de lui avoir envoyé de Florence un exemplaire de l'ouvrage. Dans sa réponse, datée du i8 juin, Mann fournit à son ami quelques précisions sur l'édition :les Lettres auraient été publiées à Florence par Guasco qui, grâce au comte Rosenberg2, n'aurait pas été obligé de les soumettre à la censure. Dans la même lettre Mann fait allusion à Duclos qui, de passage à Florence, avait obtenu un certain nombre d'exemplaires pour les apporter à Paris, où il était de retour le r 7 juin3.
D'après le Mercure de France de juillet r 767, la première édition aurait été imprimée «il y a un mois en Italie»4; mais il est certain que l'ouvrage était déjà en circulation à Paris avant le i8 mai, date à laquelle le libraire parisien Durand obtint une permission tacite pour en imprimer une nouvelle éditions.
Il n'est pas difficile de concevoir l'indignation éprouvée par Mme Geoffrin lisant l'ouvrage, et surtout la note qui accompagne la lettre 26 et les lettres S4, S S et S7~ dans lesquelles elle est prise à parties. Elle n'a pas mis longtemps, avec ses amis, dont

r . Horace Wa pole'a Correcpondence avitb Sir Horace Mann, Wilmarth Sheldon Lewis et al. éd., Londres,
Oxford University Press, 19S S-i97i, z~ volumes (ci-après Wapole's Corresj~ondence), t. VI (i~6o), p. Sz3-S7S•
z Franz Xaver Wolf Rosenberg-Orsini (i7z3-1796), ministre de la Guerre et des Finances en Toscane.

3. Pour le séjour de Charles Pinot Duclos à Florence, du zs au z8 avril, et son retour à Paris, le r7 juin r 767, voir son Voyage en Italie, dans Duclos, ouvres comlilètes, Louis-Simon Auger éd, Paris, Colnet & Fain, i8o6, ro volumes, t. VII, p.171 et zi6.
4. Mercure de France, juillet 1767, p. r z8 (annonce de l'édition de Vincent et Durand).
S. Paris, BnF, ms fr. zi993, n° r Sz, et ms fr. zi~8z.
6. Voir p. liii-liv
44
BIBLIOGRAPHIE
quelques-uns étalent des personnalités influentes, à lancer une contre-offensive. Le plan était très simple : il fallait d'abord, en usant de leur crédit auprès du gouver- nement, faire saisir les exemplaires de l'édition italienne introduits en France et, en même temps, empêcher que la contrefaçon qui venait de paraître fût livrée au public avant d'avoir été expurgée des passages litigieux; ensuite, il fallait publier une édition révisée qui ne contiendrait plus rien d'offensant pour Mme Geoffrin.

La contrefaçon dont il s'agit est un volume in-douze de X85 pages, sans adresse, qui reproduit le texte de l'édition de Florence'. Quant à l'édition préparée par Mme Geoffrin et ses amis, elle s'intitule Lettres familières de M. le Président de Montesquieu, Nouvelle édition, Augmentée de plusieurs Lettres e~ autres Ouvrages du même Auteur, qui ne se trouvent point dans les éditions précédentes. Elle est publiée à Paris en juillet8 en deux parties in-douze, chez Vincent et Durand et, pour lui donner un air d'authenticité, la page de titre porte l'adresse : «A Florence, et se trouve à Paris ». Dans la première partie, qui contient les lettres, tous les passages injurieux pour Mme Geoffrin ont disparu et six lettres inédites sont ajoutées ainsi que deux poèmes (le Portrait de Mme de Mirepoix et les Adieux à Gênes)9; la seconde partie est une réimpression abrégée de l'édition de 1751 de la Réponse de François Risteau aux Observations sur l'Esprit des lois de l'abbé de La Porte.
Mme Geoffrin et ses amis ont dû être satisfaits du succès de cette édition, qui fit l'objet de plusieurs comptes rendus dans lesquels se trouvaient des observations très critiques sur Guasco'0. Elle fut rééditée à deux reprises en 1768" et servit de texte de base pour la prestigieuse édition en trois volumes in-quarto des ouvres de Montesquieu publiée en 1767 avec l'adresse : «A Londres, chez Nourse», en réalité, à Paris, chez Moreau, successeur de Huart et Moreau, qui avalent publié la grande édition in-quarto de 17S 8.
Mme Geoffrin, malgré l'appui dont elle jouissait auprès des autorités, eut moins de succès quand elle tenta d'empêcher la circulation du texte original; ni la première édition ni les exemplaires non expurgés de la contrefaçon ne disparurent de la circu- lation'2, et bientôt le marché fut inondé de contrefaçons qui réimprimaient le texte

7. Pour une description de la contrefaçon (probablement lyonnaise), et sur la manière dont elle a été mutilée, voir la bibliographie, édition 67L.
8. Annonce publiée dans le Mercure de France de juillet 1767, p. r z8 : «Vincent libraire mettra inces- samment en vente les Lettres familières de M. le President de Montesquieu, in- i z.»
~. Voir dans la bibliographie, 67PVB.
ro. Mercure de France, août 1767, p. i47-i49, L'Année littéraire, V, p. 48-S6, etjournal des savants, décembre 1767, p. 919-~z3. Voir aussi le compte rendu de Grimm dans la Correspondance littéraire du r4 août 1767 (t. VII, p• 389-384)•
r r. Éditions que nous désignons dans la bibliographie par les sigles 68PDV-a et 68PVD-b.
r 2. De nombreux exemplaires de la première édition et de la contrefaçon non expurgée ont été conservés; en revanche on n'en connaît que très peu de l'édition mutilée.
xliv

45
BIBLIOGRAPHIE
de l'une ou de l'autre de ces deux éditions : on en connaît trois publiées en 1767 et quatre entre 1768 et 1775'3

Pour une édition collective des CEuvres de Montesquieu on avait désormais le choix entre deux textes différents des Lettres. C'est sans doute par prudence qu'en France, on a évité d'imprimer le texte original : c'est le texte expurgé de l'édition in- quarto de 1767 qui sera reproduit dans l'édition parisienne de 1788 en cinq volumes de Jean-François Bastien'4, première édition des ouvres à porter sur la page de titre l'adresse authentique d'un éditeur français.
Ce ne fut qu'en 179i que Bruyset frères (Lyon) publièrent pour la première fois le texte non expurgé dans une édition des ouvres qui s'annonce sur la page de titre comme française. Cinq ans plus tard («an N», soit 1796, mais en fait à la fin de 1797),1'édition monumentale de Plassan, Bernard et Grégoire reproduira le même texte, mals les notes en seront abrégées et édulcorées'S. Même après la publication des éditions de Bruyset et Plassan, certaines éditions françaises des CEuvres, pax exemple celles de Didot l'aîné (1795) et de Gueffier et Langlois (an IV), continuent à reproduire le texte expurgée.
Pour lire le texte original dans une édition des ouvres de Montesquieu, on n'avait cependant pas eu besoin d'attendre une édition imprimée en France. Déjà en 1768, Claude Philibert (Copenhague et Genève) avait joint une réimpression du texte non expurgé comme volume complémentaire à son édition des ouvres de monsieur de Montesquieu de 1764-1765 en six volumes in-douze". Il en est de même de l'édition des CEuvres publiée en 1764 en six volumes in-douze, sous l'adresse d'Arkstée et Merkus (Amsterdam et Leipzig), qui comporte comme supplément un tome VII de 2~ 5 pages avec une page de titre individuelle datée de 1775. Ce supplément, toujours de 2~ 5 pages et avec l'adresse d'Arkstée et Merkus, a été réimprimé à différentes dates pour être joint aux éditions en six volumes de 176, 1775, 1777, 1779'8
Que Mme Geoffrin ait joué un rôle actif dans l'affaire des Lettres familières et ait


r3. Pour ces éditions, voir ci-après la bibliographie.
r4. ouvres de Montesquieu. Nouvelle édition, Plus correcte etlilus comlilette que toutes leslirécédentes, Paris, Jean-
François Bastien, 1788, S volumes in-quarto et in-octavo.
r S. Pour une liste des éditions collectives, voir OC, t. r, p. xxvü-xl.
r6. Mais les éditions de Favre et Duchesne (an IV) et de Decker (1799) suivent le texte de Plassan. Dans l'Avertissement du tome I, p. iv, Decker écrit : «Notre texte a été imprimé d'après l'édition de Plas- san, Régent-Bernard et Grégoire.» L'édition de Favre et Duchesne ne comporte pas d'Avertissement, mais l'examen du texte nous permet d'affirmer que, comme celle de Decker, elle suit le texte de Plassan.
r7. Voir la bibliographie, édition 68CGP.
r 8. Parmi les autres éditions collectives qui impriment le texte original des Lettres, citons celle de Sanson &Compagnie (Deux-Ponts), publiée en r 784 en huit volumes in-douze.
xlv

46
BIBLIOGRAPHIE
profité, grâce à son crédit, du manque de liberté de la presse à cette époque n'est pas douteux'9. Elle voulait, pourtant, donner l'impression d'avoir fait preuve d'une noble indifférence : ce serait à son insu que ses amis, y compris Choiseul, auraient pris les mesures nécessaires pour entraver la diffusion de l'édition originale, mutiler la contrefaçon et publier une édition révisée. C'est ainsi qu'elle présente les choses dans une lettre adressée le i4 mal 1768 à l'abbé Joseph-Alphonse de Véri, auditeur de la Rote à Rome20

Guasco, de son côté, eut le chagrin de constater que la publication des Lettres avait été condamnée par l'opinion, non seulement en France, mals aussi en Italie. À Rome, il n'était plus reçu à l'ambassade de France, affront qu'il attribua aux mauvaises langues, notamment aux bruits que faisait courir l'abbé de Véri. Horace Mann affirme que les Français de Rome ne recevaient plus Guasco chez eux et que le même sort lui était réservé à Naples2'.
L'abbé fit tout ce qu'il put pour se défendre. Le Journal encyclopédique ayant annoncé l'édition expurgée de Vincent et Durand et nommé Guasco comme auteur de la première édition, il s'empressa d'adresser à l'éditeur, Pierre Rousseau, une lettre datée du 1 ~ octobre 1767, dans laquelle il désavouait la paternité du recuei122. Guasco s'adressa également à Cobenz123, ministre plénipotentiaire aux Pays-Bas, grâce à qui il réussit à faire placer dans la Galette de Cologne du I i janvier 1768 un article dans lequel il dénonçait l'édition Vincent et Durand24. Le 7 janvier 1768 il écrivit une seconde lettre à Cobenzl pour lui demander de faire publier un article dans la Galette de France

i~. Par exemple, elle n'est pas restée inactive devant la publication des contrefaçons. Elle écrivit au duc de Choiseul pour protester contre l'annonce d'une de ces éditions publiée dans la Galette d'Utrecht. Cette annonce, datée «De Paris, le z6 octobre 1767 », faisait allusion à M°'° Geoffrin comme «femmelette acariâtre », «harengère du beau monde », et «dame de charité de la littérature ». Grâce à l'intervention de Choiseul, le gouvernement de Hollande imposa au gazetier un désaveu formel. Une rétractation, dans laquelle l'éditeur de la Galette déclara que les lettres de Montesquieu où il était question de M°'° Geoffrin n'étaient pas authentiques, fut publiée le z7 novembre 1767 : Collé, journal et Mémoire , p. i6~-i7o; Ségur (1897), p.46z-474; Mees (i~os), p. izz. Voir aussi ci-dessus, p.xliii-xliv
zo. Tourneux (r 894), p. 6r-63, et OC, t. r 8, p. lviü-lx.
zi. Sur le mauvais accueil réservé à Guasco à Rome et à Naples, voir la lettre du z7 décembre 1767 de Horace Mann à Walpole (Wapole's Corresj~ondence, p. S7S). Mais voir aussi la lettre du zs décembre 1767 de Guasco à Cobenzl dans laquelle il affirme :«L'ambassadeur de France m'a fait dire par celui de Malte [...] que je serais bien reçu chez lui si j'allois» (Mees, i~os, p. i34, note r).
22. journal encyclo~iédique, i~ octobre 1767, et OC, t. r8, p. xliv-xlvi. Voir aussi ses lettres des 3 et i~ septembre 1767 à Merry d'Argenteau, ambassadeur de Vienne à Paris :Mees (i~o S), p. i3o-r3 S, et OC, t. r 8, p. xlii-xliii.
z3. Mees (i~os), p. iz7-iz8, et OC, t. r8, p. xlv-xlvi.
z4. Galette de Cologne, iz janvier 1768 : lettre de Guasco datée : «De Paris, le 4 janvier» (Mees, i~os, p. r z8 et OC, t. r 8, p. lvii-lviii).
xlvi

47
BIBLIOGRAPHIE
et dans le Mercure; Cobenzl, semble-t-il, n'a pas donné suite à cette demande25. Mals Guasco continue à lui répéter son innocence; le 17 février 1768 il lui écrit : «Je suis fâché que l'on m'attribue ce que d'autres ont fait, en prenant la part pour le tout. »2s Ces protestations sont peu convaincantes et, même si le recueil avait été compilé par un tiers, Guasco ne nie pas avoir fourni les textes et l'essentiel des notes.

Un problème plus sérieux est celui que pose l'authenticité des trois lettres où, indigné des accusations portées contre Guasco, Montesquieu aurait pris résolument parti pour l'abbé et proféré des remarques injurieuses sur «la Geoffrin» Mann parle des bruits qui couraient à Florence à ce sujet : un ami intime de Guasco ayant demandé à voir les manuscrits des lettres de Montesquieu publiées dans le recueil, l'abbé aurait répondu qu'il ne les avait pas sous la main à ce moment, réponse qui aurait confirmé le scepticisme du public sur leur authenticité27. Grimm, de son côté, est convaincu que Guasco avait altéré les originaux
Rien n'empêche de le soupçonner d'avoir falsifié les lettres du président au sujet de cette aventure. Un homme qui peut s'avilir jusqu'à mettre d'indignes faussetés sur le compte d'une personne dont il croit avoir à se plaindre peut bien avoir altéré quelques passages dans les lettres du président. Ce que je sais, c'est que j'ai vu le président chez Mme Geoffrin peu de jours avant la maladie qui le mit au tombeau. Il y a apparence que s'il a voulu se brouiller avec elle parce qu'elle avait fermé sa porte au chanoine de Tournai [Guasco], elle lui en a donné de si bonnes raisons que le président n'a pu se dispenser d'être de son avis.28

Une réponse à ces accusations provient d'une source inattendue. Le Gentleman's Magasine d'octobre 1767 contient un article dans lequel Sir James Caldwell, ami irlan- dais de Montesquieu et de Guasco29, affirme que, l'abbé lui ayant communiqué des copies de lettres dont un certain nombre étaient publiées dans les Lettres familières, il peut affirmer catégoriquement que «Montesquieu's letters are undoubtedly genuine»30 Comme preuve, il publie, d'après la copie manuscrite en sa possession, une traduction anglaise de la lettre 19 adressée à Guasco, du Iez mars 1747, qui se trouve conforme au texte imprimé dans le recueil. Malheureusement, cette démonstration, bonne pour la lettre 19, ne prouve pas l'authenticité des lettres S4, S S et S7, dans lesquelles il est question de Mme Geoffrin
Comme Caldwell, mais d'une manière plus systématique, François Gébelin, dans l'introduction de l'édition Gébelin-Morize de la Correspondance (1914), a contrôlé
z5. Mees (i9o5), p. iz8-iz9.
z6. Ibid., p. r3 S
z~. Lettre du z8 juin 1767 à Walpole, Wapole's Corresj~ondence, p. 5 30.
z8. Corresj~ondance littéraire, t. VII, p. 393-394; OC, t. r8, p. xil-xl.
z9. Sur Caldwell et Guasco, voir cette même lettre du i~ mars 1747. Sur Caldwell, voir lettre 594. 30. «Letters of the lote President Montesquieu to several of his friends in Italy», The Gentleman's Magasine, octobre r 767, p. 5 r z- 5 r4.
xlvii

48
BIBLIOGRAPHIE
certains textes des Lettres familières dont le manuscrit, ou une copie ancienne, était conservé. Il arrive à la conclusion que Guasco était, dans l'ensemble, un éditeur fidèle, mais, plus sceptique que Caldwell, il croit qu'en l'absence des autographes des trois lettres qui nous intéressent, il faudrait les considérer comme suspectes
Tout porte à croire que ces lettres sont pour le moins falsifiées : la déplorable réputation de l'abbé, les bonnes relations que jusqu'à sa mort Montesquieu continua d'entretenir avec Mme Geoffrin et l'aveu, semble-t-il, de Guasco lui-même, qui reconnut «avoir fourni quelques lettres qui n'étaient point comprises dans un recueil» prêté par lui aux éditeurs des Lettres familières.3'

Dans son introduction de la Correspondance (I ~ 5 5), Gébelin n'a pas changé d'avis ; le problème de l'authenticité des lettres sur Mme Geoffrin est considéré comme résolu et ne mérite même pas de discussions2
On peut se demander si Gébelin et les autres commentateurs33 qui doutent de l'authenticité de ces lettres ne se laissent pas influencer par les jugements émis par les ennemis de Guasco, notamment par Grimm dont le témoignage est loin d'être impartial. Il est vrai que pour ses ennemis Guasco était un intrigant, un ambitieux, un parasite qui forçait les portes et, ce qui était pire, un espion. Mals même si ce tableau renferme une part de vérité, il est incontestable que Guasco avait des qualités qui lui valaient l'amitié de nombreuses personnalités distinguées. Il était lié d'amitié avec le prince Cantemir, ambassadeur de Russie, avec le marquis de Saint-Germain, ambas- sadeur de Sardaigne, et plusieurs membres de l'Académie des inscriptions. L'abbé fit de fréquents séjours à La Brède et à Bordeaux où, grâce à Montesquieu, il avait de nombreux amis, notamment Sarrau, le chevalier de Vivens, Filippo Venuti, Mme de Pontac et la duchesse d'Aiguillon, qui appréciaient sa vivacité et ses connaissancessa_ Quant à son amitié avec Montesquieu, elle était solide et sincère. Montesquieu se plaisait à converser avec lui quand il préparait L'Esprit des lois, et c'est sur ses conseils qu'il publia la Défense de l'Esprit des lois.
Gébelin, d'après Grimm, insiste sur «la déplorable réputation» de Guasco; mais il ignore que la réputation de Mme Geoffrin n'était pas à l'abri de tout reproche.

31. Gébelin-Morize (IC~14), t. I, p. x. Il reprend et interprète la première lettre envoyée par Guasco à Pierre Rousseau le 1C~ octobre 1767 (OC, t. 18, p. xüv). Voir ci-dessus p. xlvi, et sur Guasco, p. xxvü-xxxii.
3z. Voir Gébelin (1~S S)~ p• 7z3, où ü est question d'une manière très expéditive des «trois prétendues lettres de Montesquieu des plus désobligeantes pour Madame Geoffrin».
3 3 • Notamment Tourneux; voir son article (1894), p. 64.
34• Voir Robert Shackleton, «L'abbé de Guasco, ami et traducteur de Montesquieu»,Actes de Pacadémie de Bordeaux, 4° série, XV, 1 ~ S S -1 ~ S 7, repris dans R. Shackleton, Essays on Montesquieu and on the Enlighten- ment, David Gilson &Martin Smith éd., Oxford, Voltaire Foundation, 188, p. 217-22C~, lcl p. 217-218; mais Shackleton (p.1~z), comme Gébelin, a des doutes sur l'authenticité des lettres dans lesquelles ü est question de M°'° Geoffrin.
xlviii

49
BIBLIOGRAPHIE

D'après certains de ses contemporains, le portrait peu flatteur qu'on trouve de cette dame dans les Lettres familières n'est pas entièrement erroné. Horace Walpole, tout en condamnant l'indiscrétion et l'indélicatesse de Guasco, affirme que les obser- vations désobligeantes exprimées dans les notes sur le caractère de Mme Geoffrin sont véridiques35. D'après Charles Collé, «le fiel et l'amertume de cette satire sont d'autant plus cruels, qu'il y a quelques vérités mêlées dans ce mensonge, dans la peinture des ridicules de Mme Geoffrin. Il est sûr, que cette bourgeoise a une vanité et des prétentions sans bornes »36. Le marquis de Ségur, qui est plein d'admiration pour Mme Geoffrin et loue surtout sa générosité, ne cache pas ses défauts, surtout «son humeur grondeuse et autoritaire »37 et la manière dictatoriale dont elle traitait les habitués de son salon.
Les relations de Montesquieu avec Mme Geoffrin remontaient aux années 173o et il affirme dans sa lettre du i8 mars 1748 qu'elle «a toujours très bonne compagnie chez elle ». Mals il est difficile de savoir la teneur exacte de ces relations. Il est en tout état de cause parfaitement vraisemblable que Montesquieu ait réagi avec indignation aux accusations portées contre l'abbé et que, dans ses lettres à ce dernier, il se soit exprimé d'une manière très vive sur «la Geoffrin». En publiant, ou en permettant la publication du vivant de Mme Geoffrin de lettres confidentielles qui étalent pour lui seul et que Montesquieu n'aurait jamais voulu livrer au public, Guasco était coupable d'indélicatesse et de perfidie. Mais il n'y a aucune preuve que les lettres en question soient apocryphes ou que l'abbé ait altéré le texte des lettres de son illustre ami dont il vénérait la mémoire.












3 S • Wa pole's Corresj~ondence, p. S z 3.
36. Collé, journal et Mémoires, p. iz3, et OC, t. r8, p.lvii.
37. Ségur (1897), p•93•
50 51
BIBLIOGRAPHIE


La présente bibliographie comprend toutes les éditions isolées des Lettres familières et des Lettres de Montesquieu au chevalier d'Aydie publiées entre 1767 et la fin du siècle. Nous avons ajouté à cette liste l'édition du Temple de Gnide, Essai sur le goût et Lettres familières de 176 et les deux éditions des ~uvresposthumes de 1798. Quant aux éditions collectives des ouvres de Montesquieu, nous nous bornerons à décrire les deux qui ont eu le plus d'influence à l'époque, les in-quarto de 1767 et de l'an N, et les deux éditions des ~uvresposthumes (in-douze et in-octavo) de 1798'. Notre bibliographie comporte aussi les traductions des Lettres familières en édition isolée en allemand, ainsi que celles en allemand et en anglais publiées dans des éditions collectives.

Liste des éditions

67F 67L 67PVD
67LL
67~
67R
67s.1.
68PVD-a 68PVD-b 68CGP
6~LN
71 s.l.
73R
7S s.l.
97P
An4~(96-97)PP ~8PP (in-8°) ~8PP (in-IZ)
[Florence], 1767, in-IZ, pp. z64
[I-Yon]~ 1767, ~-iz, pp. zBS, [I]
«A Florence, et se trouvent à Paris», 1767, z parties, in-1 z, pp. z37~ 144 À Leyde, chez P. H. Jacqueau, et à Londres, s.n., 1767, in-1 z, pp. z49~ [3] «A Londres, chez Nourse» [Paris, Moreau], 1767, in-4°, t. III «A Rome», 1767, in-1 z, pp. 347 [S]
s.l., 1767, in-8°, pp. 18z
«A Florence, et se trouvent à Paris», 1768, z parties, in-1 z, pp. z4S~ [3]~ 144 «A Florence, et se trouvent à Paris », 1768, in-1 z, pp. 39z
[Copenhague et Genève, chez Claude Philibert], 1768, in-8°, pp. zo3, [S] «A Londres, chez Nourse» [Paris, Le Clerc],176~, in-1 z (Temple de Gnide, etc.) s.l., 1771, in-IZ, pp. z9S, [I]
«A Rome», 1773 h1-1 z, pp• 347 [S]
s.l., 1775, ~-IZ, ppz9S, [I]
Paris, chez Ch. Pougens, 1797, in-8°, pp. 16
«A Paris, chez Plassan, Bernard, et Grégoire, an N», [1797], t. N Paris, chez Plassan, Bernard et Grégoire, in-8° (~uvresposthumes) Paris, chez Plassan, Bernard et Grégoire, in-IZ (~uvresposthumes)




1. Pour une liste complète des ouvres, voir OC, t. 1, p. xxvii-xliii.
li

52
BIBLIOGRAPHIE
67F

[Florence], 1767, in-12, pp. 264

Page de titre :premier état (avec coquille : «MONTESQIEU»)
Page de titre gravée, encadrée d'une torsade ; lettres ombrées :] LETTRES / FAMILIERES / DU / PRESIDENT / DE MONTESQIEU /BARON DE LA BREDE / [caractères évidés :] A /DIVERS AMIS /D'ITALIE / [triple filet] / [filet gras-maigre-gras] / r7G7
Page de titre :second état
Page de titre gravée, encadrée d'une torsade ; lettres ombrées :] LETTRES / .. . MONTESQUIEU / ...
In-12 (i~o x io5 mm non rogné) Frontispice (reproduction grossière et inversée, sauf pour les inscriptions, des deux faces de la médaille de Dassier, encadrée d'une torsade) et page de titre gravés + AlZ (± A1.12) B-L1z; pp. [4], 264; $6 signé (— F6), chiffres arabes, au milieu (G 5 signé G4) ;réclames par page.
p. [i] bl., [ü] gravure, [üi] page de titre gravée, [iv] bl. 1-6 Avis de l'éditeur, 7-261 lettres, 262-263, Traduction de la Chanson dont ü est parlé dans la note 6 de la lettre LIX, 264 Sonnet de Mr. le chevalier Adami sénateur florentin Fait à l'occasion de la mort de Mr. le Président de Montesquieu.
Papier :armoiries ;lettres C, LM, AG.
L'exemplaire de Bordeaux, BM : D.5 5694 Rés., comporte le carton A1.12 avec le feuillet primitif conservé
texte primitif carton
AI V, p. z, lignes 3-4 celles que ce grand homme celles que ce grand homme
leurs avoit écrit leurs [sic] avoit écrites
Al zv, p. z4, lignes 15-16 vous ne verrez vôtre ami vous ne verrez pas vôtre ami

Note
Première édition, publiée à Florence en mai 1767 (voir ci-dessus, p. xliü) ; 62 lettres (y compris une lettre de la duchesse d'Aiguillon et deux fragments de lettres de Secondat à Guasco), suivies de deux pièces en vers.
Tourneux (1894), p. S7 ~ Gébelin (1914), 1.
Bordeaux, BM : D.5 562 Rés; D.5 5694 Rés. —Bruxelles, BR : FS. XXXV.1.1o5A (RP). —Cambridge, UL : 7000.d.85 5 (page de titre, premier état). —Copenhague, KB
lii

53
BIBLIOGRAPHIE

180.2.5 6. —Florence, BNC :21.7.278. —Harvard, MH : Houghton *FC.M765 3.767L. — Lausanne, BCU : AA 7797 (page de titre, premier état; erreur de reliure sur le cahier C). —Londres, BL : 522.b.28. —Lyon, BM :380997 —Oxford, Bod :Shackleton As s 6 (page de titre, premier état) ; Shackleton As S7. —Paris, BnF : Z.1 s 3 I s ;Rés. P-Z- 176~ (page de titre, premier état). —Pise, BU : F.o.3.33• —Rome, Angeüca : K.2.36.

67L
[Lyon], 1767, in-I2, pp. 285, [1]

[caractères ornés :] LETTRES / FAMILIERES / DU / PI~ESIDEIVT / DE MONTESQUIEU, / BARON DE LA BREDE, /A DIVEXSAMISD'TlALIE. / [ornement typographique :une petite tête de face entourée de petits fers, parmi lesquels deux roses] / [double filet orné] / r767
Premier état
In-12 (185 x I10 mm non rogné) A-Llz Mlz (—MI2); pp. 285, [I]; $6 signé, chiffres romains, à droite (C 5 signé Ciüj) ;réclames par cahier.
p. [I] titre, [2] bl., 3-8 Avis de l'éditeur, ~-2821ettres, 283-284 Traduction de la Chan- son dont ü est parlé dans la note 6 de la Lettre LIX, 285 Sonnet de M. le chevalier Adami, sénateur florentin, Fait à l'occasion de la mort de Monsieur le Président de Montesquieu, [286] bl.
Second état (édition mutilée)
Al2 (AI + 1) B-D1z Elz (± EIO, 11) F-I1z Klz (—KI1, I2) L12 (—LI à L~) M12 (—MI2); pp. [2], [u], 3-236, ZS9-28S, [I]; $6 signé, chiffres romains, à droite (CS signé Ciüj); réclames par cahier.
p. [I] titre, [2] bl., [i] Avis de l'éditeur, [ü] bl., 3-8 Avis de l'éditeur, ~-236, Zs ~-282 lettres, 283-284 Traduction de la Chanson dont ü est parlé dans la note 6 de la Lettre LIX, 285 Sonnet de Mr le chevalier Adami, sénateur florentin, Fait à l'occasion de la mort de Monsieur le Président de Montesquieu, [286] bl.
Papier: raisin; AUVERGNE 1742 C[cceur]MISSONIER FIN.
Dans le second état, la note 3 de la lettre 26 (p. 116-117, datée du 28 mars 1748) a été modifiée au moyen d'un carton, et les pages 237 à 25 8 (lettres S4, S S~ et S7) supprimées. Le texte de la première édition (p. 106-107) était le suivant : «Femme de Mr. Geofrin [...] fort flattée» (voir OC, t. 18, p. xlx, et t. Zo, ad loc.). Il est remplacé par celui-ci : «Femme aimable, qui par le caractère de son esprit &par l'état de sa fortune, est parvenue à attirer chez elle une société de beaux esprits, de gens de lettres & d'artistes, auxquels elle donne à dîner deux fois par semaine, se rendant par-là une
54
BIBLIOGRAPHIE

manière de Dictateur de l'esprit, des talents, du mérite & de la bonne compagnie. Sa maison est aussi le rendez-vous de plusieurs Seigneurs &Dames, qui s'arrangent pour aller souper chez elle »
En tête du second état, pour déguiser la mutilation du texte, on a encarté un feuillet, sur lequel on lit
AVIS. Cette Edition des Lettres Fmilieres de Montesquieu ayant été faite un peu à la hâte, il s'est glissé deux fautes assez essentielles, sur lesquelles on croit devoir prévenir le Lecteur, afin qu'il ne regarde pas l'ouvrage comme imparfait.
La première est qu'après le folio 236, on a mis zS 9.
La seconde est qu'ensuite de la Lettre LIII. on a mis LVIII.
Ce qui feroit croire qu'il y a une lacune dans l'Ouvrage, tandis qu'il n'y en a qu'une dans l'attention du Correcteur.
Note
Réimpression de l'édition précédente. Dans le compte rendu publié dans le Mercure de France de juillet 1767, p.128, de l'édition Vincent et Durand des Lettres familières (67PVD) on peut lire
La première édition a été faite à Florence. [...] Les Libraires de Lyon l'ont réimprimée, y ont laissé les mêmes fautes, en ont ajouté d'autres, sans y joindre de nouvelles lettres ni de nouvelles pièces. Ils ont même retranché plusieurs morceaux piquans, qui se trouvent dans l'édition de Florence. (p.147)
Il est évident qu'il s'agit ici de l'édition mutilée; et il n'y a aucune raison pour ne pas faire confiance à l'auteur du compte rendu qui affirme qu'elle est antérieure à l'édition Vincent et Durand (celle-ci étant «la troisieme édition» ). Elle peut dater de juin ou juillet 1767. Les usages et matériel typographiques ne permettent pas d'identifier l'imprimeur (les ornements utilisés, du genre Fournier, sont très répandus à l'époque), mals une provenance lyonnaise n'est pas invraisemblable.
Gébelin (1 ~ 14), i et 3.
Premier état. Besancfon, BM :26675. —Bordeaux, BM : D.5 561 Rés.; D.5 5693 Rés. ; D.5 5 697 Rés. ; D. 5 S7o8 Rés (page de titre déchirée sur la moitié inférieure droite); PF. 25931 Rés; PF. Io~~ Rés. —Cambridge, UL : 7000.d.517; 773S.d.833. — Copenhague, KB :180.2.5 6. —Halle, ULB : D143 5 ~z. —Grenoble, BM : E.18~77 (elle a été ajoutée comme tome VII pour compléter l'édition suivante : ouvres de Monsieur de Montesquieu, A Amsterdam & Leipsick, chez Arkstée & Merkus, 176, 6 volumes in-12). —Harvard, MH : Houghton *FC7.M765 3.767LB. —Lyon, BM
347651. — Oxford, Bod : Shackleton AS 5 8. —Paris, Arsenal : NF S S 3 S 9• —Paris, BnF Z.15 313 • —Rouen, BM : 0.313 ~ (~) Rés.
liv

55
BIBLIOGRAPHIE

Second état. Bordeaux, BM :8032 Rés. —Paris, BnF : Z.15 314. —Paris, BSG : 8° 836 Rés. Inv2~33
67PVD
«A Florence, et se trouvent à Paris, chez Vincent, Durand», 1767, 2 parties in-I2,

pp• 237+144
[caractères évidés :] LETTRES / FAMILIERES / De M. le Préfident de Molvz~s~uzsu. / NOUVELLE ÉDITION, /Augmentée de plufieurs Lettres &autres /Ouvrages du même Auteur, qui ne fe /trouvent point dans les éditions pré- / cédentes. / [ornement :vase, canopé, feuillages] / A FLORENCE, / Etfe trouventfl PAxts, /Chez

f VIIVCEIVT, rue Saint Severin.
l DuRAIVn, neveu, rue Saint Jacques. /
[filet gras-maigre] / MDCCI,XVII.
Faux titre :] LETTRES / FAMILIERES / De M. de Mo~sguzEU
Première partie
In-12 (165 x 95 mm rogné) a1z A-Ilz Klz (— KI2); pp. xxiv, 237, [I] (dans certains exemplaires p. xxi paginée xx; p. 121 paginée 12) ; $6 signé (— a4), chiffres romains, à droite (C3 signé Aiij); tomaison $1 : I. Part. (dans cahier C : II. Part.; dans cahier F II. Parue; dans cahiers G à K :Parue 1) ;réclames par cahier.

Les feuillets a1 et a2 sont signés et a1 comporte la mention Parsie I.
p. [i-iv] bl., [v] faux titre, [vI] bl., [vii] titre, [viii] bl., [ix]-xv Avis de l'Editeur de la première édition, avec note complémentaire, p. xiv, [xvi] bl., [xvii]-xxij Table. Première Partie, Contenant les Lettres, xxiij Seconde Partie, Contenant la Réponse aux Observations sur l'Esprit des Loix, [xxiv] bl., 1-228 Lettres, ZZC~-23o Portrait de Madame la Duchesse de Mirepoix, 231-232 Traduction de la piéce précédente, 233-234 Adieux à Gênes, en 1728, 23 5 Sonnet de M. le chevalier Adami, Sénateur Florentin, Fait à l'occasion de la mort de M. le président de Montesquieu, [236] bl., 237 Errata, [238] bl.

Seconde partie
[caractères évidés :] RÉPONSE /AUX OBSEI~UATIOIVS /SUR /L'ESPRIT DES LOIX.
In-IZ A-F12; pp. 144; $6 signé, chiffres romains, à droite; tomaison $1 : Parue II.; réclames par cahier.
p. [I] titre, [2] Avertissement, [3]-136 texte de la Réponse aux Observations sur l'Esprit desLoix [de François Risteau], [137]-144 Extrait des livres qui se trouvent aux mêmes endroits.
lv

56
BIBLIOGRAPHIE

Papier : raisin, GRAS FIN 1767. Texte de la note 1, p. xiv
M.1'abbé de Guasco, qui a présidé à la premiere édition de ces Lettres, y a, en effet, inséré beaucoup de notes, dont plusieurs nous ont paru injurieuses &indécentes, contre des per- sonnesrespectables. Nous les avons supprimées; &nous nous sommes contentés d'y laisser celles, où le susdit Editeur n'a pas négligé de se faire valoir, lui, ses amis, &ses ouvrages, toutes les fois qu'il en a trouvé l'occasion.
Texte de l'Avertissement, deuxième partie
M. de Montesquieu, dans une Lettre à M.1'abbé de Guasco, qui est la quarante-unieme de ce Recueil, parle d'une Réponse faite à une critique de l'Esprit des Loix. La part qu'a eu M. de Montesquieu à cette Réponse, ou du moins l'intéret qu'il paroissoit y prendre, nous a engagés à la placer à la suite de ces Lettres. Nous sçavons d'ailleurs qu'elle n'a point été publiée à Paris, &qu'on n'en a tiré qu'un petit nombre d'exemplaires à Bourdeaux. Nous avons cru devoir en retrancher les injures qui ne sont point des raisons.
Permission tacite : accordée à Durand lib[raire], le 28 mai 1767 (Paris, BnF, ms fr. 21993, n° 152, et ms fr. 21982).
Annonces :Mercure de France, juillet, p. 128 : «Vincent libraire à Paris mettra Incessam- ment en vente les Lettres familières de M. le Président de Montesquieu, in-I2. Ces Lettres qu'on a imprimées, il y a un mois en Italie, seront augmentées de quelques pièces de M. de Montesquieu qui n'ont pas encore été insérées dans ses oeuvres.» —Journal étranger, novembre 1767, p. 122-125.
Comptes rendus :Grimm, Correspondance littéraire, 15 août 1767, t. VII, p. 38~-394. — Mercure de France, août 1767, p. 147-149. —Nouvelles littéraires, 1~ septembre 1767. —Annonces, Affiches etAvis divers de la ville de Bordeaux, 3 septembre 1767. —Journal de Trévoux, octobre 1767, p. S 3 S • ,Journal encyclopédique, VII/3, novembre 1767, p. 60-71. — Fréron, Année littéraire, 5, 1767, lettre 3, p. 48- 5 6. —Journal des savons, décembre 1767, p.~1~-~23. — Galette de Cologne, IZ janvier 1768.
Note
Dans cette édition les notes de la lettre 26 sont supprimées ainsi que le premier paragraphe de la lettre S4. La lettre 56 est conservée sous le même numéro (mais les lettres 5 5 et S7 sont supprimées). La lettre 38 de l'édition précédente est placée sous le numéro 37 et les lettres suivantes ont été renumérotées pour tenir compte de ce décalage et de la suppression des lettres 5 5 et S7. La lettre 15 est numérotée Zo et la 27 n'est pas nutérotée.
La seconde partie comprend 65 lettres, y compris celles de la duchesse d'Aiâ ,ilion (17 février 17S 5, numérotée 63) et de Secondat (s.d. et 25 mars 1765, numérotées 64 et 65). Les lettres publiées ici pour la première fois sont les suivantes : n° 5 ~ à Solar;
lvi

57
BIBLIOGRAPHIE

S 60-61 au roi de Pologne et réponse du roi (s.d.) ; n° 62 à Solignac (4 avril 1751). On trouve ici aussi les pièces suivantes, absentes de 67L : n° 66 Portrait de Madame la Duchesse de Mirepoix; n°68 Adieux à Gênes, en 1728.
Cette seconde partie est une réimpression de l'ouvrage suivant :François Risteau (1714-1784), Réponse aux Observations sur l'Esprit des Loix, s.l., 1751, qui est une réponse aux Observations sur l'Esprit des loix ou l'art de lire ce livre, de l'entendre et d'en juger de l'abbé Joseph de La Porte (Amsterdam, Mortier, 1751; Genève, Philibert, 1751).
Tourneux (1894), p. 5 8 ; Gébelin (1 ~ 14), 4.
Bordeaux, BM : D.5S695 Rés; D.3o836; B.IIISo/1; PF.9774 Rés.; PF.IO623 Rés. — Cambridge, UL : 773S.d.21~. — Châlons-en-Champagne, BM : GT3432. —Dijon, BM :17221. —Harvard, MH : Houghton *FC7.M765 3.767LD. —Oxford, Bod : Vet. F 5 .f.49 ;Shackleton A 5 5 ~; Shackleton A 5 60 ; Shackleton A 5 61. —Oxford, Tay
VM.4 A2.1767. —Paris, Arsenal : 8-BL-31940; 8-BL-31941 ; 8-BL-31942. —Paris, BI : 12° R43 ~. —Paris, BnF : Z.15 316. —Paris, BSG :063751 • —Stockholm, KB :137 Fa. —Toronto, Fisher : B-1 O 3706.

67LL
À Leyde, chez P. H. Jacqueau, et à Londres, s.n., 1767, in-I2, pp. 249, [3]

Édition de Leyde :] LETTRES / DE MONSIEUR / DE MONTESQUIEU / à / DIVERS AMIS D'ITALIE /Avec des Notes de l'Editeur. / [ornement :rinceaux et feuillages] / à T F.IDE /Chez P. H. JACQUEAU / M. DCC. LXVII.
Variante :page de titre de l'émission de Londres :] LETTRES / DE MONSIEUR / DE MONTESQUIEU / à /DIVERS AMIS D'ITALIE /Avec des Notes de l'Editeur. / [filet] / [ornement typographique] / à LOIVDI~ES, / AU DÉPENS DE L'EDITEUR / M. DCC. LXVII.
Édition de Londres, avec erreur sur la page de titre : «AU DÉPENS» au lieu de «AUX DÉPENS»; nouvelle émission de la précédente :] In-IZ (1~o x IZO mm) A-K1z Le; pp249, [3] ~ $7 signé (— L5, 6), chiffres arabes, au milieu; réclames par page. Édition de Londres :] Al2 (± Ai) B-K1z L6; pp. 249, [3] ; $7 signé (— L5, 6), chiffres arabes, au milieu; réclames par page.
p. [I] titre, [2] bl., [3]-IZ Avis de l'éditeur, 13-249 texte, [ZSo-252] Table des lettres. Papier :FIN D'ANGOUMOIS.
Note
Édition non expurgée, qui se fonde sur 67F, imprimée en Hollande; de nombreux exemplaires mis en circulation en Angleterre avec une page de titre cartonnée. Date
lvii

58
BIBLIOGRAPHIE

de publication incertaine, peut-être août 1767, peu après l'édition 67PVD; elle ne tient pas compte des inédits et des errata signalés dans celle-ci, mals elle comporte deux corrections importantes :c'est la seule édition de 1767 qui corrige les noms anglais «Cesterfield» et «Forthis» en «Chesterfield» et «Fordyce» (lettres 3 3 et 3 S
1 i mars et 23 octobre 17So).
Édition de Leyde
Amsterdam, UB : 248.F8. —Cambridge, UL : Leigh d.S.3S2 (relié avec le Supplé- ment, seconde partie de l'édition 67R). —Copenhague, KB :180.2.56. — G~ttingen, NSUB : HL BI III 3185 . —Halle, ULB : Pon IId 2775 . —Mannheim, UB : Sch 7S /3 32• —Oxford, Bod : Vet.B 5 f.15 6. —Stockholm, KB : Litt. Fransk.
Édition de Londres : ESTC T168~44•
Cambridge, Christs, Collection particulière. —Cambridge, King's : M.81.5. — Cam- bridge, UL : S73 5.d.76.3 8/2 (relié à la suite du Docteurphilosophe). —Édimbourg, UL
D.S.a.1.4. —Oxford, Bod : Vet.A 5 e.415 6. —Paris, BnF : 16-Z-417o. —Yale, CtY : Bei- necke Hfd 2946pL. —Toronto, Fisher : B-I Z 7226. —Uppsala, UB :Lit. Fransk 60.5 64.

67~
«A Londres, chez Nourse», 1767, in-4°, t. III

OUVRES / DE MONSIEUR / DE MONTESQUIEU / NO UVE7.7.F, ÉDl110N, / revue, corrigée e~ confidérablement augmentée par l'auteur. /TOME TROISIEME. / prolem fine matre creatam / Ovin. /ornement typographique / A LONDRES, / Chez NouxsE. / [filet gras-maigre] / M. DCC. LXVII.
T. III. pp. [iv], 747, [I]. Comprend, p. [643]-747 Lettres familières de M. le président de Montesquieu
p. [643] Titre :LETTRES FAMILIERES / DE / M. LE PRÉSIDENT / DE MONTESQUIEU., [644] Avertissement, 645-747 texte, [648] bl.
Avertissement, p. [644] -
Nous joignons ici les Lettres familières de M. de Montesquieu, qui viennent de paroître en Italie. Celui qui les a publiées n'a pas prétendu augmenter la gloire de M. de Montesquieu, en rendant publiques des lettres qui n'étoffent pas écrites pour le devenir. Il a cherché à se satisfaire lui-même; &nous ne les mettons à la fin de notre édition que pour ne laisser rien à désirer au Public.
Note
Nouvelle édition des ouvres de Monsieur de Montesquieu, Nouvelle édition, A Amsterdam, & à Leipsick, chez Arkstée & Markus [Paris, Huart &Moreau], 17S 8, 3 volumes in-4° Cette édition, qu'on peut attribuer à Moreau, successeur de Huart &Moreau, se fonde
lviii

59
BIBLIOGRAPHIE

principalement sur 67PVD, avec changement de numérotation de certaines lettres. Par exemple dans l'édition 67PVD la lettre à la comtesse de Pontac figure sous le n° S7 avec cette note : «cette Lettre est déplacée; elle devait être a la p. 4o avant celle de M. Cerati». Dans la présente édition la correction a été faite et la lettre ramenée du n° 7 au n° 1 i. La lettre 5 6 est numérotée 5 5. Un certain nombre de notes ont été supprimées, d'autres abrégées. Ces révisions ne sont pas favorables à Guasco.
L'«Extrait des livres qui se trouvent aux mêmes endroits» imprimé à la fin de l'édi- tion 67PVD comporte les entrées suivantes : «ouvres de Montesquieu, in 4°, 3 vol., noue éd. 361.»; «Les mêmes, 6 vol. noue éd. I Sl.»
Il est probable qu'il s'agit ici, non de la nouvelle édition de 1767, mais des deux «nouvelles éditions» de 17S 8, publiées avec l'adresse «Amsterdam et Leipsick, chez Arkstée & Merkus» [A Paris, chez Huart &Moreau].
ESTC T~83 So.
Bordeaux, BM : GF. 28~ (t. III) ; MF.3 ~ 1 (t. III) ; MF 3 ~o Rés. (t. III) ; B.1679 (t. III). — Cambridge, UL : Nn. 4. 48 ; Leigh.b. 5.117 (t. III). —Oxford, Bod : Vet.E 5 d.66 ; Shackleton AS 5 ; AS 8. —Paris, Arsenal : 4° B. S 322 (3) ; 4° Z.125o (3). —Paris, BnF
Rés. M.Z.243 (4)~ Z•5194 (3)•

67R
«A Rome», 1767, in-12, pp. 347, [S]

[Titre entouré d'un cadre de deux filets ornés d'une torsade :] LETTRES / FAMILIEXES/ DU / [caractères ornés] PRÉSIDENT / DE MONTESQUIEU, / BA1~ON DE LA BI~EDE; / A /DIVERS AMIS D'ITALIE. / [ornement typographique] / A ROME / [filet gras-maigre] / r767
In-12 (18o x Io5 mm non rogné) Frontispice gravé + A-HlZ I6 K-PlZ Qe; pp• 347 [S] ~• 214 paginée 114) ; $6 signé (— I4, S ~ 6, Q4~ S ~ 6), chiffres arabes, à droite, dans cahiers A-I; chiffres romains, à droite, dans cahiers K-Q; réclames par page.
p. [I] bl. [2] gravure, [i] titre, [ü] bl., [iü]-vüj Avis de l'éditeur, [I]-192 texte des Lettres, 193-194 Traduction de la chanson dont ü est parlé dans la Note 6 de la Lettre LIX, 194-195 Sonnet de Mr. le chevalier Adami, sénateur florentin, Falt à l'occasion de la mort de M. le Président de Montesquieu, [1~6] bl., 197 Titre : SUPPT,F.MENT/ AUX /LETTRES / FAMILIEXES/ DU PRÉSIDENT / DE MONTESQUIEU, [1~8] Avis de l'Éditeur, 199-20~ texte, 210-211 Portrait de Madame la Duchesse de Mirepoix, 212-213 Adieux à Gènes, 114 [- 214] Errata, [215] RÉPONSE /AUX OBSEI~UATIONS /SUR /L'ESPRIT DES LOIX., / [216] Avertissement, [217]- 347 Texte des Observations, [348-352] Table des Lettres.
lix

60
BIBLIOGRAPHIE

Frontispice (gravure) :copie inversée de celui de la première édition. Papier :raisin, filigrane :AUVERGNE 1742 ; C [coeur] CHAPON FIN. Avis de l'éditeur, p. [I ~ 8]
Nous croyons devoir prévenir les Lecteurs que l'Edition des Lettres de M. de Montesquieu, qui vient d'être publiée à Paris sous le nom de Florence, a été faite d'après celle-ci; & en diffère à quelques égards. La transposition de la Lettre No. LIX, transférée au No. XX~~VII, n'est pas un changement fort essentiel. Ce qui l'est davantage, est la suppression totale des trois Lettres qui se trouvent dans notre Collection, sous les Num. LN, LV & LVII, &que les Libraires de Paris ont fait disparoîtte de la leur, (pour des motifs qui nous sont étrangers,) quoiqu'également curieuses &intéressantes.
Mais, d'un autre côté, ayant recouvré cinq nouvelles Lettres du même Auteur, &trois autres Pieces, qui sont, le Portrait de Madame la Duchesse de Mirepoix, en Vers François; les Adieux de Genes, & la Réponse aux Observations sur l'Esprit des Loix, ils en ont augmenté leur Edition. Nous nous empressons de les joindre ici par forme de Supplément; de maniere que la nôtre conservera toujours l'avantage d'être la plus complette. Nous pensons que c'est bien mériter du Public, que de ne lui rien dérober de ce qui est sorti de la plume d'un Ecrivain aussi illustre.
Supplément
Le Supplément comprend les lettres suivantes : 61. A l'abbé comte de Guasco, 5 Décemb. 17So, p.1~~-zoz. — 6z. Au grand prieur Solar, A Turin, p. zoz-zo5. — 63. Fragment d'une Lettre de M. de Montesquieu, au roi de Pologne, Duc de Lorraine, p. zo5-zo6. — 64. Fragment de la Réponse du Roi de Pologne à la Lettre précédente, p. zo6-zoz. — 65. A M. de Solignac, Secrétaire de la Société Littéraire de Nancy, p. zoé-zoo.
Errata p.144 [_ z14] : p.18, 137, I Sz.
Note
Cette édition reproduit le texte non expurgé de la première, mais elle suit, pour les lettres et autres pièces dans le Supplément, l'édition in-4° des ouvres, t. III. Il s'agit peut-être de la présente édition dans les documents suivants, cités par Marchand (1941), p.1oo
Le 1 z août, [1767] Sartine, lieutenant-général de police, écrivit à Gaveau, syndic de la librairie «Il y a à la chambre syndicale, Monsieur, deux balles contenant une édition faite à Florence des Lettres familières de Mr. de Montesquieu, et qui sont arrivées de Lyon. Je vous prie de les faire conduire chez moy». Le 4 septembre, Sartine, au nom du garde des sceaux, fit rendre à la librairie des Lettres, «édition de Lyon », suspendues sur Panckoucke, libraire dans la visite du Ier septembre. (Paris, BnF, ms. fr. zz168, f. 14S et 1 S 3)
D'après Marchand : «Il s'agit [...] de l'édition de Florence en z64 pages, venue par la voie de Lyon, car on ne connaît pas d'édition exécutée dans cette dernière ville»
lx

61
BIBLIOGRAPHIE
(p. 100, note 10). Mais l'édition de Florence, ainsi que celle de Vincent et Durand (la seule qui porte «Florence» sur la page de titre), était déjà en circulation en France bien avant le 1 i août. Il est possible que l'édition dont il est question dans le document cité par Marchand soit la présente et on peut se demander s'il agit d'une réédition italienne; mais le papier est français et il est probable qu'il s'agit tout simplement d'une contrefaçon française (de Lyon ?) qui, pour donner le change à la censure, porte sur la page de titre une adresse italienne et reproduit le frontispice de l'édition de Florence. Voir aussi, sur cette édition et les documents cités ci-dessus, Françoise Weil («Batailles d'éditeurs autour des ouvres de Montesquieu», Revue Montesquieu 4, Z000, p. 238-246), qui écrit, page 244: «[...] la restitution des ballots à la chambre syndicale laisse entendre qu'il s'agit bien de contrefaçons d'une édition parisienne. Quel rôle joua Panckoucke, c'est ce que nous ignorons. On sait que Panckoucke devait avoir par la suite des relations étroites avec les libraires lyonnais.»

Gébelin (1914), Errata, t. II, p.638.
Anvers, MPM : BH.2 3 s 8 (sans Supplément). —Bordeaux, BM : D. s s 6~6 Rés. ; PF.2 s 913 Rés. —Bruxelles, BR : FS.XXXV.1.1 o4A (RP) (sans Supplément). —Copenhague, KB 180.2.56. — G~ttingen, NSUB : HL. BI III 3184 (sans frontispice). —Harvard, MH Houghton *FC7.M765 3.767LF. — Oxford, Bod : Vet.F 5 f. Zo. —Paris, Arsenal : 8 ° NF S S 3 S 9• —Paris, BnF : 8-Z-ZO431. —Paris, Sorbonne : C.934S. —Pise, BU : Q.r.7.12.
67s.1.
1767, in-8o, pp. 182
[Page de titre encadrée d'une bordure ornée ~ [caractères évidés :] T,F,TTI~ES/ [caractères ornés :] F~4MILIEXES/ Du / PXESIDEIVT/ De / [caractères ornés :] MOIVTESQUIEU, /Baron de la Brède, /A / DIVEXSAMIS/d'Italie. / [ornement; un Amour assis dans une coquille, tenant une guirlande de roses] / [filet orné] / zJ6J.

In-8° (17S x 110 non rogné) A-L$ M4 (—M4); pp. 182; $5 signé; chiffres arabes, au milieu ou à droite ;réclames par page.
p. [1] titre, [2] bl., [3]-6 Avis de l'Editeur, [7]-178 lettres, 179-18o Traduction de la chanson Dont il est parlé dans la note 6. de la lettre LIX, 181-182 Sonnet de Mr. le chevalier Adami sénateur florentin, Falt à l'occasion de la Mort de Mr. le Président de Montesquieu.

Papier :armoiries ;lion [?].
Note
L'imprimeur de cette édition, qui est une réimpression (avec quelques corrections)
lxi

62
BIBLIOGRAPHIE

de la première, n'a pas été identifié. Notons cependant que la présentation du texte est flamande ou hollandaise plutôt que française (format in-8°, réclames par page, les cinq premiers feuillets de chaque cahier signés à droite ou au milieu, chiffres arabes). Guasco, dans sa lettre du 3 septembre 1767 à Mercy d'Argenteau (OC, t. 18, p. xlii- xliii), fait allusion à un voyageur flamand à qui il aurait communiqué des documents pour un recueil de lettres de Montesquieu, ce qui conforte cette hypothèse.
D'après Marchand (1941), elle «n'est pas une contrefaçon [...] mais une véritable originale, due aux soins de Guasco lui-même et à peu près contemporaine de la florentine. —Elle l'aurait elle-même sans doute précédée.» Ces hypothèses sont impossibles à vérifier; il nous semble certain que la première édition en date est la florentine et que l'auteur du compte rendu du Mercure d'août 1767 a raison de décrire celle de Vincent et Durand comme «la troisième », la deuxième étant celle qui a été mutilée. La présente édition serait donc postérieure à la troisième. Inconnue aux auteurs des comptes rendus de l'édition de Vincent et Durand et absente des bibliothèques françaises, elle semble avoir été peu diffusée en France.
Tourneux (1894), p. S7-S8; Marchand (1941), p. 1oS-ION.
Berne, BNS : A14443 Rés. —Bordeaux, BM : PF.8o3o Rés. —Cambridge, UL : Leigh d S • 3 S 3 • — Genève, BGE : Hf.768. —Harvard, MH : Houghton *FC7.M76S 3.767LC. —Heidelberg, UB : H.744 Res. —Mannheim, UB : Mf.fr.466. —Soleure, ZB : QB1823. — Wolfenbüttel, HAB : Lm i63o.

68PVD-a
«A Florence, et se trouvent à Paris, chez Vincent, Durand», 1768, i parties in-r i,

pp• 245 [3]~ 144

Tome I
[caractères évidés :] LETTRES / FAMILIERES / De M. le Préfident de Mo1v7~s~urEU. / NOUVELLE ÉDITION, /Augmentée de plufieurs Lettres &autres /Ouvrages du même Auteur, qui ne fe /trouvent point dans les éditions pré- / cédentes. / [ornement :coupe de fruits, console, feuillages] / A FLORENCE, / Et fe trouvent
A PAxzS, /
Chez ~ VIIVCEIVT, rue Saint Severin. DURAND neveu, rue S. Jacques. /
[filet gras-maigre] / MDCCLXfIIII.
Première partie
In-1 i (18o x I ro mm non rogné) a$ A-K1z L4; pp. xvi, i4S, [3] (dans certains exem- plaires p. 132, 194 paginées 32, 19; p. 146 paginée à droite; $6 signé (— aS, 6, I3, Li à
63
BIBLIOGRAPHIE

4), chiffres romains, à droite; tomaison $1 (— LI) : I. Parl: (cahiers A, B, D, F, G, 1); Tome I. (cahier C) ; I Partie (cahiers E, H, I~ ;réclames par cahier.
p. [i] titre, [ü] bl., [iü]-vüj Avis de l'Editeur de la première édition, [ix]-xvj Table Pre- mière Partie, Seconde Partie, Contenant la réponse aux observations sur l'Esprit des loix, [I]-238, lettres, 239-24o Portrait de La duchesse de Mirepoix, 241-242 Traduc- tion de la pièce précédente. 243-244 Adieux à Gênes, 24S Sonnet de Mr le chevalier Adami sénateur florentin fait à l'occasion de la mort du Président de Montesquieu, [246] AVERTISSEMENT [réclame], [247] titre : REPONSE /AUX OBSEXUA- TIONS /SUR /L'ESPRIT DES LOIS, [248] bl.
Deuxième partie
[caractères évidés :] RÉPONSE /AUX OBSEI~UATIONS /SUR /L'ESPRIT DES LOIS.
A-Fiz; pp. 144; $6 signé, chiffres romains, à droite; tomaison $1 : IlPart:; réclames par cahier.
p. [I] titre, [2] Avertissement, [3]-136 texte de la Réponse aux Observations sur l'Esprit des Loix, [137]-144 Extrait des livres qui se trouvent aux mêmes endroits.
Papier :raisin, FIN JN.
Note
Cette édition de 6~ lettres se fonde sur 67PVD mais avec des additions
— la lettre 65 de Montesquieu à Warburton du 16 août (publiée dans 67~ sous le numéro 62) ;
— la lettre 66 de la duchesse d'Aiâ ,ilion du 3 décembre 17S 3 (publiée dans 67~ sous le numéro 63) ;
—deux lettres inédites de Montesquieu à Duclos (numérotées 28 et 42).
La note complémentaire de l'Avis a disparu, ainsi que celle du titre de départ de ce même Avis et les errata. La lettre à la comtesse de Pontac porte le numéro I2. Il y a plusieurs modifications dans la numérotation, par exemple la lettre à Charles Édouard (n° 28 dans 67~) porte le numéro 2C~.
Tourneux (1894), p. 5 8 ; Gébelin (1 ~ 14), 5 .
Bordeaux, BM : AP.293o0; PF.124o. Rés. — Chalon-sur-Saône, BM :ancien in-12, 8~6 (Première partie uniquement. —Paris, BnF : Z-15 317. —Oxford, Bod :Shackleton A s 62. —Oxford, Tay : Vet.4.A2.1768 (2) (Première partie uniquement, dans laquelle les pages 243-248 manquent). —Paris, BnF : Z-1 s 317. —Philadelphie, PPL : O Fran Mont Let 1768 (Première partie uniquement, dans laquelle les pages 247-248 manquent).
64
BIBLIOGRAPHIE


68PVD-b
«A Florence, et se trouvent à Paris, chez Vincent, Durand», 1768, in-1 i, pp. 392

[caractères évidés :] LETTRES / FAMILIERES / De M. le Préfident de Mo1v7~sgU~u / NOUVELLE ÉDITION, /Augmentée de plusieurs Lettres &autres /Ouvrages du même Auteur, qui ne fe /trouvent point dans les éditions pré- / cédentes. / [orne- ment :coupe de fruits, console, feuillages] / A FLORENCE, / Etfe trouventfl PAxrS, /
Chez ~ VIIVCEIVT, rue Saint Severin. DURAND neveu, rue Saint Jacques. /
[filet gras-maigre] / MDCCLXfIIII.
In-12 (1~o x 115 mm non rogné) a$ A-K1z L4 M-QlZ R$ c4; pp. xvi, 245, [t] (dans certains exemplaires p. 132 et 194 paginées 32, 1~); p.146 paginée à droite; $6 signé (—a5, a6, I3, LZ à 4), chiffres romains, à droite; tomaison $1 (—LI) : I. Parl: (cahiers A, B, D, F, G, 1) ;Tome I. (cahier C) ; I Partie (cahiers E, H, ~ ;Partie II. (cahiers M-R)
réclames par cahier.
p. [i] titre, [ü] bl, [iü]-vüj Avis de l'Editeur de la première édition, [ix]-xvj Table Pre- mière Partie, Seconde Partie, Contenant la réponse aux Observations sur l'Esprit des loix, [1]-238, lettres, 239-24o Portrait de La duchesse de Mirepoix, 241-242 Traduc- tion de la pièce précédente. 243-244 Adieux à Gênes, 24S Sonnet de Mr le chevalier Adami sénateur florentin fait à l'occasion de la mort du Président de Montesquieu, [246] réclame :AVERTISSEMENT, [247] titre : REPONSE /AUX OBSERVA- TIONS /SUR L'ESPRIT DES LOIS, [248] bl., [249] Avertissement, [2So] bl., [251]- 384 texte de la Réponse, [38S]-392 Extrait des livres qui se trouvent au même endroit.
Papier :raisin, FIN JN.
Note
Cette édition se fonde sur 67~, t. III : 6~ lettres, y compris l'addition de deux lettres à Duclos (numérotées 28 et 42). La note complémentaire de l'Avis a disparu ainsi que celle du titre de départ de ce même Avis et les errata. Il y a plusieurs modifi- cations dans la numérotation, par exemple la lettre à Charles Édouard (n° 28 dans 67~) devient le n° 2C~.
Tourneux (1894), p. 5 8 ; Gébelin (1 ~ 14), 5.
Besançon, BM :223826. —Bordeaux, BM : D.5 568 Rés. —Oxford, Tay : VM4. A2.1768 (I).


lxiv

65
BIBLIOGRAPHIE


68CGP
[Copenhague et Genève, chez Claude Philibert], 1768, in-8°, pp. zo3 [S]

LETTRES /FAMILIÈRES, / De M. le Préfident de MOIVTESQuIEU, / A DIVERS AMIS D'Italie, &c. /Nouvelle Edition, Augmentée de plufieurs /Lettres, Poëfies, &c. [marque de Philibert, successeur de Barrillot] / [filet gras-maigre] / MDCCI,XVIII. In-8° (16o x zoo mm rogné) 1[4 A-N8; pp. VIII. zo3, [5]; $5 signé (I.5 signé L4), chiffres arabes, au milieu; réclames par cahier.
p. [III] titre, [IV] bl., [V]-VIII Avis de l'Editeur de la première édition imprimée à Florence, [I]-16z texte (Lettres I—LXVIII), 163 Poésies, 163-164 Portrait de Madame la duchesse de Mirepoix, 164-165 Traduction de la pièce précédente, 165-166 Adieu à Gênes en 17z8, 167 Sonnet de M. le Chevalier Adami, Sénateur Florentin, fait à l'occasion de la mort de M. le président de Montesquieu, 168-197 Avertissement à l'occasion de la nouvelle edition des Oeuvres de M. de Montesquieu, in 4~° 3 vol. 1767 [par Richer], 1~8-zo3 Remerciment sincère à un homme charitable, [zoo-zo7] Table des lettres, Poesies. [zoé] bl.
Papier : filigrane :armes d'Amsterdam. Note, p. VIII, à la fin de l'Avis de l'éditeur
Cette nouvelle édition ayant été exactement revue sur celles de Florence & de Paris, in 4 & in 1 z ;nous l'avons rendue la plus complette de toutes.
Celle de Florence, qui est l'originale, contient 6z Lettres; celle de Paris in 1 z. en contient 65. & in 4. 66. Il y en a dans celle-ci 68. &les autres pieces qui se trouvent dans ces diverses éditions.
Toutes les notes marquées d'une * ne sont pas dans l'édition in 4. mais dans l'in 1 z. Quelques autres ne sont pas entieres dans la premiere.
Note
Cette édition isolée, qui porte sur la page de titre la marque de Philibert, est jointe, pour former le tome VII, aux ouvres de Montesquieu, [Copenhague et Genève :Claude Philibert, 1764-1765], 6 volumes in-8°.
Halle, ULB : D143 6o a. —Oxford, Bod : Shackleton A 5 63 ; A43, t. VII. —Stockholm, KB :137 Fa, t. VII. —Uppsala, UB :Lit. Fransk.




lxv

66
BIBLIOGRAPHIE


6~LN
«A Londres, chez Nourse» [Paris, chez Le Clerc], 176, in-1 i, pp. [4], viii, ~-2~6

LE TEMPLE / DE GNIDE, /ESSAI SUR LE GOUT, / ET /LETTRES FAMILIERES / DE MONSIEUR / DE MONTESQUIEU. /NOUVELLE EDITION. /ornement :ruche, abeilles trompettes, ailes] / A LONDRES, /Chez NouxsE. / [filet gras-maigre] / M. DCC. LXIX
Faux titre :] LE TEMPLE / DE GNIDE, /ESSAI SUR LE GOUT, / ET / LETTRES FAMILIERES.
In-12 1LZ A- M12 OZ; pp. [4], viii, 9-291, [I]
p. [1] faux titre, [2] bl., [3] titre, [4] bl., [i]-viii, [~]-66 Le Temple de Gnide, [67]- 111 Essai sur le goût, [112] bl., 113-116 Poésies (Portrait de madame la duchesse de Mirepoix et Adieux à Gênes), [117] Titre :LETTRES FAMILIERES. / DE MON- SIEUR LE PRESIDENT / DE MONTESQUIEU., [118] bl., [I 1 ~] Avertissement, [I Zo] bl., 121-283 texte des Lettres, [284] bl., 285-ZC~1 Discours prononcé le 24 Janvier Par M. le Président de Montesquieu lorsqu'il fut reçu à l'Académie Française à la place de feu M. de Saci, [2C~2] bl., 293-295 Approbation et privilège (approbation datée du 15 juillet 1767; privilège, accordé àLaurent-François Leclerc, pour six ans, daté du 31 août 1767, registré le 1 ~ septembre 1767), [2~6] bl.
Note
Cette édition, qui reproduit le texte de l'édition des ouvres, in-4° de 1767, t. III, est un tirage à part du tome VII des ouvres de Monsieur de Montesquieu, Nouvelle édition, corrigée, e~ considérablement augmentée par l'auteur, A Londres, Chez Nourse [Leclerc], 176, 7 volumes in-I2.
Abbeville, BM :180508, t. VII. —Besançon, BM :266776, t. VII. —Boston, BPL Res. 4679.8 t. VII. —Graz, UB : I 5 S97o3. —Heidelberg, UB : Schlosser Ioo, t. VII. —Oxford, Bod :Shackleton A7o. —Paris, Arsenal : 8-B-34466, t. VII. —Paris, Opéra C.1656 (joint, comme tome VII, aux ouvres de Montesquieu, Amsterdam, et se débite à Lausanne, chez François Grasset, 1761, 6 volumes in-IZ).

71 s.l.
1771, 1n-I2, pp. 295, [I]

LETTRES / FAMILIERES / DU PRÉSIDENT / DE MONTESQUIEU. /

NOUVST T F. EDTI7ON, / t~evue, corrigée e~ augmentée de / plufieurs Lettres. / [ornement typographique] / [filet orné] / r77r.
lxvi

67
BIBLIOGRAPHIE

In-12 (165 x 95 mm rogné) A-M12 N4; pp. 2C~5, [I]; $6 signé (— N3, 4), chiffres romains, à droite; réclames par cahier.
p. [I] titre, [i] bl., 3-8 Avis de l'Éditeur, ~-287 Lettres, 288-28~ Portrait de Madame la Duchesse de Mirepoix, Zao-i~ 1 Traduction de la chanson dont il est parlé dans la note 6 de la lettre XX~~VII, i~i-i93 Adieux à Gênes, en 1728, X94-i9S Sonnet de Mr le chevalier Adami sénateur florentin, fait à l'occasion de la mort de Monsieur le Président de Montesquieu, [2~6] bl.
Papier :raisin, armoiries, fleur de lys, CHALARD FIN FORES 1742.
Note
Texte non expurgé; 671ettres (y compris une lettre de la duchesse d'Aiguillon et deux fragments de lettres de Secondat à Guasco). La lettre à la comtesse de Pontac porte le n° 60. L'ornement typographique de la page de titre est identique à celui de la page de titre des tomes II et V de l'édition suivante : ouvres de Monsieur de Montesquieu. Nouvelle Édition, t~evue, corrigée e~ considérablement augmentée par l'auteur, à Amsterdam et à Leipsick, chez Arkstée et Merkus, 176, 6 volumes in-I2, et du tome VI des ouvres, mêmes éditeurs, 17642. Le tome VII des ouvres in-1 i publiées par Arkstée et Merkus en 1772, est une réimpression, datée de 1771, de la présente édition.
Gébelin (1 ~ 14), 6a.
Bordeaux, BM : P.F.1241 Rés (1771) ; P.F.ZO271 Rés (1772). —Cambridge, UL 7000.d.438. —Oxford, Bod :Shackleton A65 (1771).

73 R
«A Rome», 1773, In-I2, pp. 347 [S]

Titre entouré d'un cadre de deux filets ornés d'une torsade :] LETTRES / FfIMILIEKES / DU / PKÉSIDENT / DE MONTESQUIEU, / BAKONDE LA BXEDE, / A /DIVERS AMIS D'ITALIE. / [ornement typographique] / A ROME. / [filet gras-maigre] 1773.
In-IZ (185 x I ro mm non rogné) A-H12 I6 K-Plz Q6; pp. viii, 347 [S] (p• ZZO, 222, 342, 343 paginées Zoo, Zog, 142, 243 ; $6 signé (— I4 à I6, Q4 à Q6), chiffres arabes à droite dans cahiers A à I; chiffres romains, à droite, dans cahiers K à Q; réclames par page.

2. Il n'est pas certain, cependant, qu'on puisse attribuer ces éditions à Arkstée et Merkus, dont l'adresse est empruntée parfois pas des éditeurs français (pas exemple par Huart et Moreau pour leur édition des ouvres de Montesquieu, 3 volumes in-4°, de i7S 8). L'ornement typographique dont il est question se trouve également sur la page de titre des ouvres de Maupertuis, publiées en i7S6 en 4 volumes in-8° par Jean-Marie Bruyset (Lyon).
lxvii

68
BIBLIOGRAPHIE

p. [i] titre, [ü] bl., [iü]-vüj Avis de l'Editeur, [I]-192 Lettres, 193-194 Traduction de la chanson Dont ü est parlé dans la Note 6 de la Lettre LIX, 194-1 ~ 5 Sonnet de M. le chevalier Adami, sénateur florentin, Falt à l'occasion de la mort de M. le Président de Montesquieu, [1 ~6] bl., [I 97] titre : SUPPT.FMENT /AUX /LETTRES / FAMILIErES/ DU PRESIDENT / DE MONTESQUIEU, [1~8] Avis de l'édi- teur, 199-20~ Lettres, 2IO-2I I Portrait de Madame la Duchesse de Mirepoix en Vers François, 212-213 Adieux à Gênes, en 1728, 214 Errata, [215] titre :RÉPONSE / AUX OBSErUATIONS /SUR /L'ESPRIT DES LOIX, [216] Avertissement, [217]-347 texte, [348-352] Table des lettres.
Papier :raisin, 1771. TOUSSAINT.
Note
Un exemplaire de cette édition, faite sur 67R, est joint comme tome VII à l'édition suivante : CEuvres de Monsieur de Montesquieu. Nouvelle édition, revue, corrigée et considé- rablement augmentée par l'Auteur, à Amsterdam et à Leipsick, 1773, 7 volumes in-12. Les bandeaux, p. iü et p. ix de cette édition, sont identiques à ceux de la page 1 des ouvres, tomes III et N, et le même ornement typographique se trouve sur la page de titre du tome V des ouvres et sur celle de l'édition isolée. On peut conclure que l'édition isolée est du même atelier que les ouvres.
Tourneux (1894), p. 6o; Gébelin (1913), 7. Bordeaux, BM : PF.1242 Rés; D.3o837; D.5 5972. —Cambridge, UL : Acton.d.51.352, t. VII. —Harvard, MH : HD Hough- ton 39594.9.5 S• —Lausanne, BCU : AZ 366. —Londres, BL : Io~23.a.2o. —Paris, Arsenal : 8-BL-31943. —Philadelphie, PPL : O Fr Mont Log 14~ 1.ID —Troyes, BM
d.g 17327. —Uppsala, UB : Litt. Fransk nyare, t. VII.
7S
s.l.
1775 1n-I2, pp. 295, [I]

T.F.TTrES / FAMILIERES / DU PrESIDENT / DE MONTESQUIEU. / NOUVELLE ÉDITION, /revue, corrigée d~ augmentée de / plufieurs Lettres. / [ornement] / [filet orné] / r77f.
In-12 (1~o x 110 mm rogné) A-M1z N4; pp. viü, 2C~5, [I] ; $6 signé (— N3, 4), chiffres romains, à droite.
p. [I] titre, [2] bl., 3-8 Avis de l'Éditeur, ~-287 Lettres, 288-28~ Portrait de Madame la duchesse de Mirepoix, Zao-ZC~ I Traduction de la chanson dont 11 est parlé dans la note 6 de la lettre LIX, 2C~2-293 Adieux à Gênes, 294-2C~ 5 Sonnet de Mr le chevalier Adami sénateur florentin fait à l'occasion de la mort du Président de Montesquieu, [2~6] bl.
lxviii

69
BIBLIOGRAPHIE

Note
Cette édition, qui est une réimpression de 71 s.l., est également le tome VII (toujours daté de 1775) des éditions suivantes de Montesquieu, ouvres complètes, Amsterdam et Leipsick, Arkstée et Merkus, in-1 i, 1775, 1777 et 1779.
Bordeaux, BM : D.5 5151 Rés (1779) ; B.10340/7 (1777). —Oxford, Bod :Shackleton A32 (1775) ~ Shackleton A43 (1775)• —Oxford, Tay : VM1.1771 (1777) ~ X1.1779
(1779)•
97P
Paris, chez Ch. Pougens, 1797, in-8°, pp. 16

LETTRES /ORIGINALES / DE MONTESQUIEU, / AU CHEVALIER D'AYDIE. / [filet enflé] /PARIS, Chez Ch. PouGElvs, Imprimeur-Libraire, rue Saint-Thomas-du-Louvre, N° 246. / [filet] / AN V. (août 177.)
8° (21 o x 14o mm rogné) A$ ; pp. 16 ; AZ à 4 signé, chiffres arabes, à droite.
p. [I] titre, [2] Note de l'éditeur, [3]-16 texte. Colophon, p.16 : De l'Imprimerie de Ch. PouGElvs, rue Saint- / Thomas-du-Louvre, N° 246.
Comprend 8 lettres à d'Aydie
Bordeaux, ce 11 janvier 1749, p. [3]-4. —Bordeaux, ce 27 janvier 1749, p. 5-6. — Bor- deaux, ce 24 février 1749, p. 7-8. —Bordeaux, ce 24 novembre 1749, p. ~. — La Brède, ce premier juin 1751, p.1o. —Bordeaux, ce 2 janvier 1752, p. 11-12. — La Brède, ce 8 novembre 1753 p 13. — IZ mars 1754 p• 14-16•
Note de l'éditeur, p. [2]
Ceux qui connaissent bien Montesquieu et son siècle, n'ont pas besoin qu'on leur fournisse aucunes preuves de l'authenticité de ce manuscrit :elles seroient inutiles pour ceux qui sont étrangers à l'un ou à l'autre.
Note
Nous décrivons ci-dessus la seule édition isolée de ces Lettres, publiée en 177. Voir aussi ci-après l'édition An4(~6-97)x, PP, tome N, et les éditions ~8PP (in-8°) et ~8PP (in-12), qui semblent avoir utilisé la même source que la présente édition.
Bordeaux, BM : Br. ~ S72 Rés. ; Br. 312 Rés. (sans page de titre). —Cambridge, UL 8250. d. 28 (5). —Harvard, MH : Houghton *FC7.M765 3.797L. —Paris, BnF : Zp 2868.
70
BIBLIOGRAPHIE


An4(96-97)~, PP
A Paris, chez Plassan, Bernard, et Grégoire, an N, tome N

OUVRES / DE / MONTESQUIEU /TOME QUATRIÈME / [filet enflé] / A PARIS, CHEZ PLASSAN, BERNARD, ET GRÉGOIRE. / L'AN N - 1796.
Tome IV. pp. [4], iv, 487, [I]
Comprend :Avertissement des éditeurs, Considérations, Dissertation sur la politique des Romains dans la religion, Table des matières, Dialogue de Sylla et d'Eucrate, Discours prononcé à la rentrée de l'Académie des Sciences de Bordeaux, Discours sur les causes de l'écho, Discours sur l'usage des glandes rénales, Projet d'histoire physique de la terre ancienne et moderne, Discours sur la cause de la pesanteur des corps, Discours sur les causes de la transparence des corps, Essal d'observations sur l'histoire naturelle, Discours sur les motifs qui doivent nous encourager aux sciences, Discours contenant l'éloge du duc de La Force, Discours de réception à l'Académie Française, Pensées diverses, Lettres familières, Anecdotes, Table.
Avertissement, p. 3S2 :
Par-tout nous avons respecté le texte et les notes de l'édition de 1767.
Des lettres piquantes nous ont été communiquées par des amis de Montesquieu; elles commencent à la soixante-dixième.
Nous avons rétabli les lettres relatives à madame Geoffrin, qui ne sont pas dans toutes les éditions. Le public jugera la querelle de cette dame célèbre avec l'abbé de Guasco.
Les lettres dans ce volume sont les suivantes
70-76 : sept lettres au chevalier d'Aydie (réimprimées d'une manière moins complète que les Lettres originales de Montesquieu au chevalier d'Aydie, Paris, Chez Ch. Pougens, An V. Août 1797). — 77-79 : trois lettres àGuasco. — 80 : lettre à Maupertuis, du 17 février 17S 5. Certaines pièces jointes aux Lettres familières dans les éditions isolées sont imprimées dans le tome V : p. 465 Portrait de Madame la duchesse de Mirepoix, 466- 467 Adieux à Gênes, 471 Sonnet de M. le chevalierAdami sur la mort de Montesquieu.
La lettre 77, du 8 décembre 17S 4, est le premier paragraphe de la lettre S 4 de la première édition. Les lettres 78 et 79, du 25 décembre 1754 et de janvier 175 5, sont les lettres 5 5 et S7 de la première édition. Les notes sont rétablies ;mais bien que dans l'Avertissement, les éditeurs déclarent qu'ils ont respecté le texte et les notes de l'édition originale, celle de la lettre 5 5 est remplacée par un texte plus anodin.
Note
Sur la date de publication de ce volume (vers septembre 177), voir Pierre Rétat, «La publication des derniers fragments de l'Essai sur le goût», Kevue Montesquieu 6, Zoo2, p. 231-240 (p. 237 et note 21).
lxx

71
BIBLIOGRAPHIE

Monglond, III, col. 736-737.
Amsterdam, UB 263.B.1-5. —Bordeaux BM : GF.2C~o Rés.; GF.941 Rés.; GF.1162 Rés. —Cambridge, UL :7000. a. 8. —Harvard, MH : Houghton Typ 715.6.79, t. N (grand papier, gravures avant la lettre, relié en maroquin rouge par Lefuel). — Hel- sinki, UB :377. III.6. —Londres, BL : 681.h.1 ~. —Oxford, Bod : Shackleton A161; Shackleton A166. —Oxford Tay : VM.I.1796 (t. IV). —Paris, BI : 4° R65A. —Paris, BnF :Rés. Z. 1282 ;Rés. Z. 379 (sur grand papier). —Paris, Mazarine : 716 (t. IV). — Troyes, BM : Y.51o28. —Washington, DLC : PQZO11.A1 1796a. Coll. fol. (t. IV) — Versailles, BM : Pernot in-4° EH 18.

~8PP (in-8o)
Paris, chez Plassan, Bernard et Grégoire, 1798, in-8°

OEUVRES POSTHUMES / DE / MONTESQUIEU, /Pour servir de supplément aux différentes éditions / in-8° qui ont paru jusqu'à présent. / [filet gonflé] / A PARIS, /
PLASSAN, rue du Cimetière André-des-Arcs, n° 10; / Chez BERNARD, quai des Augustins, n° 37;
GRÉGOIRE, rue du Coq-Honoré, n° 13 5 bis. /
[filet] /L'AN VI. - 178.
Faux titre :] OEUVRES POSTHUMES / DE / MONTESQUIEU.
In-8° (ZZO x 137 mm non rogné). [1]$ 2-2I8; pp. 336; $1 signé; sans réclames.
Comprend, p. [177] titre :LETTRES FAMILIÈRES, [178] b1.,179-Zoo texte des Lettres familières [ZO1] titre :ANECDOTES., [ZO2] bL, [ZO3]-ZO8 texte des Anecdotes, [ZOO]-211 Des Règles, Chapitre qui termine l'Essai sur le goût, [212] bl., [213] titre : POESIES., [214] bl., [ 215] Portrait de Madame la duchesse de Mirepoix, 216-217 Adieux à Gênes, 218 Chanson : «Nous avons pour philosophie », 21 ~ Chanson : «Amour, après mainte victoire», ZZO Madrigal : A deux soeurs qui lui demandoient une chanson, ZZO Épitaphe de Montesquieu, par Piron, 221 Sonnet de M. le chevalier Adami, senateur florentin, Sur la mort de Montesquieu, Lettre de Montesquieu à l'abbé Bertolini, [33S]-336
Note
Comprend les lettres suivantes, d'après le texte de l'édition Plassan des ouvres Lettres 1 à 5 au chevalier d'Aydie
Lettres 8 à 10 à Guasco (8 décembre 1754, 25 décembre 1754, janvier 17S S) Lettre 11 à Maupertuis (s.d.)
Lettres I2 et 13 à Duclos (15 août 1748 et 4 mars 1751)
72
BIBLIOGRAPHIE

Monglond, t. N, col. 604.
Berlin, SBB : Ai 21 13. — Chalon-sur-Saône, BM :Salle de travail in-8 ° 878. — G~ttingen, NSUB : HG-FB 8 SVA VII 3135. —Lausanne, BCU : M654. —Londres, BL :632. d. 8. —Mayence, Martinus :4/922. —Oxford, Bod :Shackleton A251 ;Shackleton A252(2). —Paris, BI : 8° R232A*; G. R.248. —Troyes, BM : ebe.8.2232. —Uppsala, UB :Lit. Fransk.

98PP (in-I2)
Paris, chez Plassan, Bernard et Grégoire, 1798, in-I2

OUVRES POSTHUMES / DE / MONTESQUIEU, /Pour servir de SUPPLÉMENT aux différentes /éditions in-I 2 qui ont paru jusqu'à présent. / [filet enflé] / A PARIS /
PLASSAN, rue du Cimetière André-des-Arcs, n° Io; / Chez BERNARD, quai des Augustins, n° 37;
GRÉGOIRE, rue du Coq-Honoré, n° 13 5 bis. /
[filet] /L'AN VI. — 1798.
Faux titre :] OUVRES POSTHUMES / DE / MONTESQUIEU.
I11-i2 (1~S x I2o mm non rogné). [I]$ 24 34$/4 354 pp• 4i 5, [i]; $8/4 signé, chiffres arabes, à droite; sans réclames.
Comprend : [titre] ; p. 2 3 7 LETTRES FAMILIÈRES, [2 3 8] bl., 2 3 ~-26 3 texte des Lettres familières, [264] bl., [265] titre :ANECDOTES., [266] bl., [267]-273 texte des Anecdotes, [274] bl., [27S]-277 Des Règles, Chapitre qui termine l'Essai sur le goût, [278]-28o Invocation aux Muses, bl., [281] titre : POESIES., [282] bl., [ 283]- 290 texte des poésies (Portrait de Madame la duchesse de Mirepoix, Adieux à Gênes, en 1728, Chanson : «Nous avons pour philosophie», Chanson : «Amour, après mainte victoire », Madrigal : A deux soeurs qui lui demandoient une chanson, Épitaphe de Montesquieu, par Piron, Sonnet de M. le chevalier Adami, senateur florentin, Sur la mort de Montesquieu), Lettre de Montesquieu à l'abbé Bertolini, [413]-415 DE
L'IMPRIMERIE DE PLASSAN, [416]
Monglond, t. N, col. 60 5 .
Cambridge, Newnham : 765.1.4h. — Ha11e, ULB : D143S3a 8°. —Oxford, Bod : 70 c.52. —Oxford, Tay : VM.Z.1798. —Paris, BI :Rés. R232A. —Troyes, BM : d.g.17317.
73
BIBLIOGRAPHIE


Traductions


ALLEMAND


1768

Briefe des Herrn von Montesquieu an verschiedene Freunde in Italien, nebst den Anmerkungen des franz~sischen Herausgebers. Aus dem Franz~sischen übersetzt. Leipzig, bey, Siegfried Leberecht Crusius, 1768. In-8°, pp. LX, [4], 31 i•
Comprend : p. [III]-VI V rrede des deutschen Herausgebers, VII-LVI Z,ob des Herrn von Montesquieu [par Maupertuis], LVII-LX Tlorbericht des fran~ô'sichen Herausgebers, [I]- 1~6 71 lettres, [197]-312 Anhang : Antwort auf die Anmerkungen über der Geist der Gesetze [par Bertolini].
Note :édition non expurgée. G~ttingen, NSUB : 8 HL BI III 3186.

1799

Des Herrn von Montesquieu S~mmtliche Werke, I-VIII Theile, Wien, gedruckt und verlegt bey B. Ph. Bauer, 1799. 8 volumes in-8°.
Tome VII comprenant : Vertraute Briefe an verschiedene Gelehrte und Freunde
Fromm 183 ~ 1.
G~ttingen, NSUB : DD~2 A 34088: 7. — Wolfenbüttel, HAB. T~pfer 651. —Oxford, Tay : Vet.Fr.II.B 1799 (t. VII).

ANGLAIS


1777

The Complete Works of M. de Montesquieu. Translated from the French. In four volumes. London, Printed for T. Evans, in the Strand; and W. Davis, in Piccadilly. M DCC I,XXVII. 4 volumes in-8°.
Tome N, p. [I-112] Familiar Letters by president de Montesquieu. Note :traduction de l'édition 67~, t. III.
74
BIBLIOGRAPHIE

ESTC T8~o67.
Cambridge, UL : N.17.1-4. —Londres, BL : 1 ~.a.4-7. —New York, NYPL : NKE. —Oxford, Bod :Shackleton A24o-243. —Yale, CtY :Law Library SSR M765 c 1777 (t. II-I~ ; Mudd. Ocg 5 5 M765 777g

1777

The Complete Works of Monsieur de Montesquieu. Translated from the French. In four volumes. Dublin. Printed for W. Watson, W. Whitestone, J. Williams, W. Colles, W. Wilson, T. Walker, C. Jenkin, L. L. Flin, E. Lynch, R Moncrieffe, L. White, E. Cross, M. Mills, P. Wogan, T. Armitage, J. Beatty, and J. Exshaw MDCCLXXVII.4 volumes in-8°. Frontispice (portrait).
Note :réimpression de l'édition précédente.
ESTC T8~o68.
Cambridge, UL : Hib. S •777.14-17. —Harvard, MH : HD 3 ~ s ~ Z. I o (t. II-I~. —Londres, BL : 13 39.f.13. —New York, NYPL : KKE. —Oxford, Bod :Shackleton A244-247•