Aller au contenu

Sources

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-0506-8
  • ISSN: 2107-1853
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-4356-5.p.0417
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Date de parution: 21/05/2012
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
417

Sources

Les sources retenues se répartissent suivant trois ensembles. Ceux-ci sont autant de formes, de finalités, de niveaux de lecture et de possibilités offertes à l’analyse. Ce triptyque est destiné à opérer une synthèse entre le domaine cognitif, le monde du sensible et l’ordre institutionnel, sans lesquels il n’est me semble-t-il d’étude historique des émotions.

La richesse du corpus historiographique bourguignon est l’une des raisons qui ont présidé au choix du sujet, car on n’en trouve guère l’équivalent ailleurs1. Très nombreuses sont les sources narratives d’un accès aisé, la plupart ayant fait l’objet de transcriptions et d’éditions dans la seconde partie du xixe siècle. Celles-ci mettent au jour les tensions qui s’exercent entre l’image idéalisée de l’habitus recherché pour le gouvernant d’une part, et une réalité modelée par des hommes de chair et de sang d’autre part. Les princes semblent en outre s’y distinguer par une affectivité hors normes. Ces chroniques, mémoires et récits touchent donc au plus près la personne du prince, raison pour laquelle ils constituent la base de travail. En plus de fournir des informations d’ordre événementiel et psychologique, ils sont en eux-mêmes objets d’histoire en ce qu’ils façonnent et imposent une certaine image du prince et de « réalités » qui, pour n’être pas historiques, informent sur les conditions de leur production et le dessein de leurs auteurs. Il y avait là une approche méthodologique possible et la mise en évidence d’une vision discursive de la réalité.

Si une communauté d’intérêt unit ces auteurs, on s’est efforcé cependant de faire la part de leur subjectivité propre, redevable à leur origine géographique, à leur formation initiale et à leurs intérêts professionnels. La fibre régionale est palpable et ancienne dans l’espace bourguignon,

418

mosaïque composite de peuples et de traditions. À l’échelle de l’État, il convient particulièrement de distinguer la Flandre et les anciens territoires lotharingiens. Georges Chastellain par exemple, qui dresse de Philippe le Bon un portrait aux frontières de l’hagiographie, est né en milieu rural au sud de Gand. Influencé sans doute par la légende de la forêt dite Sans-Merci, l’indiciaire de la maison de Bourgogne émaille sa chronique d’allusions au cycle du Lancelot-Graal et aux aventures héroïques fécondées par la sylve qui portent l’imaginaire flamand et trouvent un relais à la cour. Son successeur, Jean Molinet, est originaire de Valenciennes. Il a peu de connaissance de cette matière, progressivement exportée en terre lotharingienne dans le courant du xve siècle. Il montre en revanche un incomparable talent pour s’insinuer dans la psychologie de la guerre et tirer les enseignements moraux de la fin du Téméraire. Le dernier des ducs Valois-Bourgogne occupe également une place de choix dans les Mémoires de Philippe de Commynes. Passé au service de Louis XI en 1472, celui qui vit dès lors dans une « continuelle résidence » auprès du roi livre un portrait intime et désacralisé du monarque. L’observation croisée de ces deux princes rivaux, confortée par de nombreux exemples européens, lui permet d’élaborer une doctrine pragmatique du pouvoir et une psychologie du gouvernant basée sur l’observation des faits, des hommes et des peuples. Sous sa plume, ces derniers sont passés au crible d’une caractérologie fondée sur des stéréotypes qui empruntent à la géographie autant qu’à la médecine2. Chaque auteur porte donc son dessein et sa subjectivité, dont on ne peut livrer que quelques exemples dans cette brève présentation : la guerre et l’éclat de la Toison d’or pour Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, exceptionnel de longévité dans sa fonction de roi d’armes, ou pour Jean de Haynin, qui est de toutes les batailles du duc Charles, le faste de cour et la communication symbolique qui se noue dans les cérémonies pour Olivier de la Marche, la haine du Français pour l’auteur du Livre des trahisons de France envers la maison de Bourgogne. L’échelle régionale n’a pas été négligée (Chants historiques de la Flandre, Chronique des ducs de Brabant, Annales de la province et comté du Hainaut), de même que les chroniques locales (Chroniques liégeoises, Journal d’un bourgeois de Paris, Récits d’un bourgeois de Valenciennes) ou celles susceptibles d’éclairer des événements particuliers (Journal du siège d’Orléans, Kalendrier des guerres de Tournay, Journal de la paix d’Arras). Les princes de Bourgogne se situant à bien des égards dans un rapport de rivalité avec le royaume de France dont ils sont issus, des sources

419

émanant d’auteurs « français » ont également été convoquées, une lecture comparative s’avérant plus que jamais utile. Pour rétablir la vérité des faits autant que pour compléter l’information, on a également eu recours à des notations contenues dans les actes de l’administration ducale et les recueils de correspondance.

Les auteurs offrent donc une vision partielle et pour partie reconstruite du monde dans lequel ils évoluent et se font les vecteurs des valeurs et des représentations qui le façonnent. Celles-ci imprègnent de façon plus ou moins explicite leurs textes, et il convenait de les y traquer afin de faire la part des stratégies narratives. Une spécificité de la matière historiographique bourguignonne, malgré son hétérogénéité, est qu’elle emprunte souvent à l’univers fictionnel de la littérature épique et courtoise, ce qui constitue l’une de ses originalités. Un deuxième ensemble de textes a donc été constitué, qui introduit à un monde de sensations, au romanesque et à la fiction. Pour certains d’entre eux, la démonstration de leur influence n’était pas à faire. Les ducs de Bourgogne et leurs entourages ont en effet été des mécènes-bibliophiles qui ont financé la production de manuscrits (copies, compilations, recensions et mises en prose), souvent richement enluminés, qui opèrent un syncrétisme entre la biographie chevaleresque et le roman. Une mythologie nationale bourguignonne y trouve sa définition en empruntant ses images au fonds de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. La Bourgogne peut ainsi s’incarner dans ses propres héros, comme par exemple Girart de Roussillon (Girart de Roussillon ou l’épopée de Bourgogne), symbole de la résistance à la France, ou Jacques de Lalaing (La geste de Jacques de Lalaing), figure hainuyère issue de territoires annexés. Ce contemporain de Philippe le Bon exemplifie les valeurs de la chevalerie bourguignonne, dont témoignent deux autres textes rédigés à la même époque, l’Histoire des seigneurs de Gavre et Les faicts et les conquestes d’Alexandre le Grand. Plus largement, l’état bourguignon en construction cherche un ancrage dans un passé illustre, réel ou inventé, dans lequel il puise des images susceptibles d’offrir à ses princes modèles et miroirs. Nombreux sont les récits qui ont été consultés pour fournir à cette démarche une légitimité scientifique. Le but n’était pas ici d’en reproduire intégralement la liste, car beaucoup n’ont été lus que pour mieux appréhender le contexte culturel imaginé dans lequel les auteurs baignaient. Pour le reste, c’est la fréquentation inlassable et minutieuse des sources historiographiques qui a permis de détecter, ici des allusions éparses, là des images, des motifs et des symboles dont on avait le sentiment de les avoir lus ailleurs. Les œuvres de fiction citées

420

dans les pages qui suivent n’ont pas d’autre lien entre elles que celui d’avoir imprégné par capillarité les historiographes bourguignons de la fin du Moyen Âge. Parmi celles-ci et sans surprise, la matière bretonne et le cycle du Lancelot-Graal jouent un rôle particulier. Le goût pour les prouesses et les faits d’armes fait également aimer les gestes et les récits de conquêtes. Enfin, l’univers curial et aristocratique se montre imprégné par des récits à la coloration courtoise livrés à la postérité, dont les pages qui suivent livreront le détail. Qu’on les trouve ou non dans les bibliothèques bourguignonnes, désormais bien étudiées, ceux-ci font partie de la culture intériorisée par les élites qui fait que la société bourguignonne, plus que toute autre peut-être, autorise une perméabilité entre le monde réel et le monde fictionnel. Elle exprime sa puissance dans le second, qui influence à son tour le premier en proposant ses modèles aux pratiques et aux comportements.

Enfin, pour ancrer la réflexion dans le temps long et l’inscrire dans l’ordre de la spéculation théorique et de l’institutionnel, il a paru incontournable de constituer un troisième cercle de sources susceptible d’englober les deux précédents. Au regard de ceux-ci, cet ultime groupe de textes peut sembler plus arbitraire, plus hétérogène, en un mot plus flou. Il comprend en effet des œuvres politiques, religieuses, philosophiques, morales et médicales. Celles-ci ont fait l’objet d’une sélection sévère : seules ont été retenues celles qui pouvaient apporter, d’une façon parfois indirecte et peu attendue, à l’étude de l’affectivité princière. Au risque de choquer, on précisera que le critère de leur diffusion dans l’espace bourguignon ne fut pas exclusif. Certaines d’entre elles en effet n’y sont connues que par le biais de résumés, d’extraits ou par le medium des compilations encyclopédiques, et vouloir établir la traçabilité de chacune sur plus d’un millénaire parfois aurait considérablement alourdi l’étude pour en faire perdre le fil. Les idées qu’elles transmettent font cependant partie de la culture lettrée dans l’espace et le temps envisagés par cette étude, et jamais l’on ne s’est aventuré à l’affirmer sans l’évidence d’une ou plusieurs sources pour le confirmer. Les Miroirs et les écrits que l’on qualifiera rapidement de « politiques » ont permis de définir les contours du cadre institutionnel dans lequel le pouvoir du prince pouvait se déployer, ainsi que la pérennité du modèle organiciste de l’État, que sous-tend une vision particulière du corps révélée également par l’histoire de l’art. Ils ont également permis de cerner les règles du bon gouvernement, dans lequel l’économie des émotions tient une place essentielle. Faire une histoire de l’affectivité princière, c’est se situer à

421

la croisée des chemins entre l’univers normatif qui en limite l’exercice, conforté souvent par les injonctions religieuses et morales, et le domaine de la science et de la philosophie, qui rendent compte des mouvements de l’âme et les jugent parfois. L’étude de ces sources avait pour objectif de mieux appréhender les enjeux de l’émotion lorsque celle-ci s’insinue dans les cercles du pouvoir.

Actes et ordonnances

Actes des États généraux des anciens Pays-Bas, éd. par J. Cuvelier, Bruxelles, 1948, vol. 1.

Catalogue des actes de Charles le Téméraire (1467-1477), éd. par H. Stein, Sigmaringen, 1999.

Collection de documents inédits concernant l’Histoire de la Belgique, éd. par L.-P. Gachard, Bruxelles, 1833-1835, 3 vol. 

Ordonnances de Jean sans Peur (1405-1419), éd. par J.-M. Cauchies, Recueil des ordonnances des Pays-Bas, Bruxelles, 2001.

Correspondance

Dépêches des ambassadeurs milanais en France sous Louis XI et François Sforza, éd. par B. Mandrot, Paris, 1916, 4 vol.

Dépêches des ambassadeurs milanais sur les campagnes de Charles-le-Hardi, Duc de Bourgogne, de 1474 à 1477, éd. par F. De Gingins la Sarra, Paris et Genève, 1858, 2 vol.

Der Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1477). Inventaire, éd. par W. Paravicini, Francfort /s. Main, 1995, vol. 1.

La correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne (1430-1471), éd. par M. Sommé, Ostfildern, 2009.

Lettres choisies de Louis XI, éd. par H. Dubois, Paris, 1996.

422

Lettres de rémission

Documents nouveaux sur les mœurs populaires et le droit de vengeance dans les Pays-Bas au quinzième siècle. Lettres de rémission de Philippe le Bon, éd. par C. Petit-Dutaillis, Paris, 1908.

Coutumes et inventaires

Coutume de la ville de Gand, coutumes des pays et comté de Flandre, Recueil des anciennes coutumes de Belgique, éd. par A. E. Gheldolf, Bruxelles, 1868-1887.

Coutumes des pays et comté de Flandre : quartier de Bruges, coutumes des petites villes et seigneuries enclavées, éd. par L. Gilliodts Van Severen, Bruxelles, 1892.

Coutumes du pays de Liège, Recueil des anciennes coutumes de Belgique, éd. par J. J. Raikem, M. L. Polain et S. Bormans, Bruxelles, 1870.

Inventaire analytique et chronologique des chartes du chapitre de Saint-Martin, à Liège, éd. par J. G. Schoonbroodt, Liège, 1871.

Inventaire des archives de la ville de Bruges, éd. par L. Gilliodts Van Severen, Bruges, 1876, vol. 5.

Chroniques, mémoires
et récits historiques

Basin, Thomas, Apologie ou plaidoyer pour moi-même, éd. par C. Samaran, Paris, Belles Lettres, 1974.

Basin, Thomas, Histoire de Charles VII, éd. par C. Samaran, Paris, Belles Lettres, 1944, 2 vol.

Basin, Thomas, Histoire de Louis XI, éd. par C. Samaran et M. C. Garand, Paris, Belles Lettres, 1963-1972, 3 vol.

Chants historiques de la Flandre, 400-1650, éd. par L. de Baecker, Lille, E. Vanackere, 1855.

423

Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, éd. par A. Le Roux de Lincy, Paris, A. Aubry, 1857.

Chartier, Jean, Chronique de Charles VII roi de France, éd. par A. Vallet de Viriville, Paris, P. Jannet, 1858, vol. 3.

Chastellain, Georges, Chronique. Les fragments du livre IV révélés par l’« Additional Manuscript » 54156 de la British Library (1456-1457 et 1458-1461), éd. par J.-C. Delclos, Genève, Droz, 1991.

Chastellain, Georges, Œuvres, éd. par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Heussner, 1863-1866, 8 vol.

Chastellain, Georges, Le miroir de mort, éd. par T. Van Hemelryck, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1995.

Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, éd. par L. Douët-d’Arcq, Paris, Renouard, 1863-1864, 2 vol.

Chronique anonyme de Lorraine, dans D. Régnier-Bohler, Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, Paris, R. Laffont, 1995, p. 953-1025.

Chroniques de Perceval de Cagny, éd. par H. Moranvillé, Paris, Renouard, 1902.

Chronique de Pierre le Prestre Abbé de Saint Riquier et Commentaire (1457-1480), éd. par E. Vasseur, Abbeville, Abbaye de Saint-Riquier, 1971, vol. 2.

Chronique des Pays-Bas, de France, d’Angleterre et de Tournai, d’après un manuscrit de la bibliothèque de Bourgogne, Recueil des chroniques de Flandre, éd. par J.-J. de Smet, Bruxelles, Hayez, 1836-1865, 4 vol., vol. 3.

Chronique du religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. par M. L. Bellaguet, Paris, C.T.H.S., rééd. 1994, 3 vol.

Chronique et annales de Gilles Le Muisit, abbé de Saint-Martin de Tournai (1272-1352), éd. par H. Lemaître, Paris, Renouard, 1905.

Chroniques liégeoises, éd. par S. Balau et É. Fairon, Bruxelles, M. Lamertin, 1931, vol. 2.

Commynes, Philippe de, Mémoires, éd. par J. Blanchard, Paris, Librairie générale française, 2001.

Dadizeele, Jean de, Mémoires (1431-1481), éd. par Kervyn de Lettenhove, Bruges, Vandecasteele-Werbrouck, 1850.

Du Clercq, Jacques, Mémoires sur le règne de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, éd. par F. de Reiffenberg, Bruxelles, J. M. Lacrosse, 1835-1836, 4 vol.

Dynter, Edmond de, Chronique des ducs de Brabant, éd. par P. F. X. de Ram, Bruxelles, Hayez, 1854-1860, 3 vol.

Escouchy, Mathieu d’, Chronique, éd. par G. du Fresne de Beaucourt, Paris, Renouard, 1833-1864, 3 vol.

424

Fauquembergue, Clément de, Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris, 1417-1435, éd. par A. Tuetey et H.-M. Lacaille, Paris, Renouard, 1903-1915, 3 vol.

Fenin, Pierre de, Mémoires de Pierre de Fenin, Le récit des événements qui se sont passés en France et en Bourgogne sous les règnes de Charles VI et Charles VII (1407-1427), éd. par Mlle Dupont, Paris, Renouard, 1837.

Fribois, Noël de, Abrégé des Croniques de France, éd. par K. Daly, Paris, H. Champion, 2006.

Froissart, Jean, Chroniques, Œuvres, éd. par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Devaux, 1867-1877, 25 vol.

Froissart, Jean, Chroniques, éd. par S. Luce et G. Raynaud, Paris, Renouard, 1869-1899, 13 vol.

Froissart, Jean, Chroniques (ms. de Rome, Reg. lat. 869), éd. par G. T. Diller, Genève, Droz, 1972.

Haynin, Jean de, Les mémoires de Messire Jean, Seigneur de Haynin et de Louvegnies, chevalier – 1465-1477, éd. par R.-H.-G. Chalon, Mons, Hoyois, 1842, 2 vol.

Ingulph’s Chronicle of the Abbey of Croyland, with the continuations by Peter of Blois and anonymous writers, éd. par H. T. Riley, Londres, H. G. Bohn, 1854.

Journal d’un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, éd. par C. Beaune, Paris, Librairie générale française, 1990.

Journal du siège d’Orléans, 1428-1429, augmenté de plusieurs documents, notamment des comptes de la ville, 1429-1431, éd. par P. Charpentier et C. Cuissard, Orléans, H. Herluison, 1896.

Juvénal des Ursins, Jean, Histoire de Charles VII, roi de France, Choix de chroniques et mémoires sur l’Histoire de France, Paris, 1841.

Kalendrier des guerres de Tournay (1477-1479) par Jehan Nicolay, éd. par J.-B. Hennebert, Tournai, Malo et Levasseur, 1853-1856, vol. 2.

Knighton’s Chronicle, 1337-1396, éd. par D. E. Greenway, B. F. Harvey et M. Lapidge, Oxford, Clarendon Press, 1995.

La geste des ducs Phelippe et Jehan de Bourgongne (1393-1411), Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, éd. par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Hayez, 1873, vol. 2.

La Marche, Olivier de, Mémoires, éd. par H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, 1883-1888, 4 vol.

La Taverne, Antoine de, Journal de la paix d’Arras (1435), éd. par A. Bossuat, Arras, Imprimerie de la S. A. l’Avenir, 1936.

425

Le Bel, Jean, Chronique, éd. par J. Viard et E. Déprez, Paris, Renouard, 1904, 2 vol.

Le Fèvre de Saint-Rémy, Jean, Chronique, éd. par F. Morand, Paris, Renouard, 1876-1881, 2 vol.

Le livre des trahisons de France envers la maison de Bourgogne, Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, éd. par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Hayez, 1873, vol. 2.

Le Pastoralet, Chroniques relatives à l’histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, éd. par Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Hayez, 1873, vol. 2.

Lemaire de Belges, Jean, Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye, Œuvres, éd. par J. Stechner, Louvain, J. Lefever, 1882-1891, vol. 1-2.

Les chroniques du roi Charles VII par Gilles le Bouvier dit le Héraut Berry, éd. par H. Courteault et L. Celier, Paris, Klincksieck, 1979.

Les gestes des ducs de Brabant, par Jean De Klerk d’Anvers, Collection des chroniques belges inédites, éd. par J.-F. Willems, Bruxelles, Hayez, 1839-1843.

Les poèmes de langue française relatifs aux sacs de Dinant et de Liège, 1466-1468, éd. par C. Thiry, dans Liège et Bourgogne, vol. 66, Liège, Université de Liège, 1972, p. 101-127.

Los, Jean de, Chronique : documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de Horne, éd. par P.F.X. de Ram, Bruxelles, Hayez, 1844.

Mémoires en forme de chronicque, ou Histoire des guerres et troubles de Flandre, mutinations et rébellions des Flamens contre Maximilien, roy des Romains, d’après un ms. de la bibliothèque d’Arras, Recueil des chroniques de Flandre, éd. par J. J. de Smet, Bruxelles, Hayez, 1836-1865, 4 vol., vol. 4.

Molinet, Jean, Chroniques, éd. par G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, Palais des Académies, 1935, 3 vol.

Monstrelet, Enguerrand de, Chroniques, éd. par L. Douët-d’Arcq, Paris, Renouard, 1857-1862, 6 vol.

Récits d’un bourgeois de Valenciennes (xive siècle), éd. par Kervyn de Lettenhove, Louvain, J. Lefever, 1877.

Relation des troubles de Gand sous Charles-Quint par un anonyme, éd. par L.-P. Gachard, Bruxelles, Hayez, 1846.

Roye, Jean de, Journal de Jean de Roye, connu sous le nom de Chronique scandaleuse, 1460-1483, éd. par B. Mandrot, Paris, Renouard, 1894-1896, 2 vol.

426

Tafur, Pero, Andaças e viajes de un hidalgo español, éd. par M. Jiménez de la Espada, Madrid, 1872.

Vigneulles, Philippe de, Chronique, éd. par C. Bruneau, Metz, Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine, 1932, 3 vol.

Vinchant, François, Annales de la province et comté du Hainaut, contenant les choses les plus remarquables advenues dans ceste province, depuis l’entrée de Jules César jusqu’à la mort de l’infante Isabelle, Bruxelles, Librairie scientifique et littéraire, 1848-1854, 6 vol.

Wavrin, Jean de, Anchiennes chronicques d’Engleterre, éd. par Mlle Dupont, Paris, Renouard, 1858-1863, 3 vol.

Wielant, Philippe, Recueil des Antiquités de Flandre, Collections de Chroniques belges inédites, éd. par J.-J. de Smet, Bruxelles, C. Murcquardt, 1865, vol. 4.

Littérature de fiction
et biographies chevaleresques

Aliscans, éd. par B. Guidot et J. Subrenat, Paris, H. Champion, 1993.

Béroul, Le roman de Tristan, éd. par P. Jonin, Paris, H. Champion, 1975.

Champier, Symphorien, Les gestes ensemble la vie du preulx Chevalier Bayard, éd. par D. Crouzet, Paris, Imprimerie nationale, 1992.

Cleriadus et Meliadice. Roman en prose du xve siècle, éd. par G. Zink, Genève et Paris, Droz, 1984.

Érec et Énide, Les Romans de Chrétien de Troyes, éd. par M. Roques, Paris, H. Champion, 1955, vol. 1.

Girart de Roussillon ou l’épopée de Bourgogne (ms. de Vienne, codex 2549), éd. par M. Thomas, M. Zink et R. H. Guerrand, Paris, P. Lebaud, 1990.

Histoire de Gilion de Trasignyes et de dame Marie, sa femme, éd. par O. L. B. Wolff, Leipzig, Weber, 1839.

Histoire des seigneurs de Gavre, éd. par R. Stuip, Paris, H. Champion, 1993.

Joinville, Jean de, Vie de Saint Louis, éd. par J. Monfrin, Paris, Garnier, 1995.

La chanson de Bertrand du Guesclin de Cuvelier, éd. par J.-C. Faucon, Toulouse, Éditions universitaires du Sud, 1998, vol. 1.

La chanson de Roland (ms. d’Oxford), éd. par G. Moignet, Paris, Bordas, 1969.

427

La Halle, Adam de, Les Jeux-Partis d’Adam, Œuvres complètes, éd. par P.-Y. Badel, Paris, Librairie générale française, 1995.

Lancelot. Roman en prose du xiiie siècle, éd. par A. Micha, Paris et Genève, Droz, 1978, 9 vol. 

Lancelot du Lac : roman français du xiiie siècle, éd. par M. Zink, Paris, Librairie générale française, 1991.

Le Charroi de Nîmes. Chanson de geste du Cycle de Guillaume d’Orange, éd. par C. Lachet, Paris, Gallimard, 1999.

Le Franc, Martin, Le Champion des Dames, éd. par R. Deschaux, Paris, H. Champion, 1999, 5 vol.

Le Livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre dit Bouciquaut, Mareschal de France et Gouverneur de Jennes, éd. par D. Lalande, Paris et Genève, Droz, 1985.

Le Roman de Hugues Capet au xive siècle, éd. par F. Suard et J. Subrenat, Troesnes, Corps 9, 1987.

Le Roman de Thèbes, éd. par L. Constans, Paris, F. Didot, 1890, vol. 1.

Le Roman de Tristan en prose, éd. par R. L. Curtis, Cambridge, D. S. Brewer, 1985, vol. 3.

Les Cent Nouvelles nouvelles, éd. par R. Dubuis, Paris, H. Champion, 2005.

Marot, Clément, Œuvres poétiques complètes, éd. par G. Defaux, Paris, Bordas, 1990, t. 1.

Troyes, Chrétien de, Cligès, éd. par C. Méla et O. Collet, Paris, Librairie générale française, 1994.

Troyes, Chrétien de, Le chevalier au lion (Yvain), éd. par C. Buridant et J. Trotin, Paris, H. Champion, 1971.

Troyes, Chrétien de, Le chevalier de la charrette (Lancelot), éd. par J. Frappier, Paris, H. Champion, 1970.

Villon, François, Lais, Testament, Poésies diverses, éd. par J.-C. Mühlethaler, Paris, H. Champion, 2004.

Wauquelin, Jean, Les faicts et les conquestes d’Alexandre le Grand, éd. par S. Hériché, Genève, Droz, 2000.

428

Littérature politique

Sources médiévales

Beaumanoir, Philippe de, Les coutumes du Beauvaisis, éd. par A.-A. Beugnot, Paris, Renouard, 1842, vol. 1.

Chartier, Alain, Le quadrilogue invectif, éd. par E. Droz, Paris, H. Champion, 1923.

Crapillet, Pierre, Le « Cur Deus homo » d’Anselme de Canterbury et le « De arrha animae » d’Hugues de Saint-Victor traduits pour Philippe le Bon, éd. par R. Bultot et G. Hasenohr, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1984.

Deschamps, Eustache, Œuvres complètes, éd. par A. de Queux de Saint-Hilaire et G. Raynaud, Paris, F. Didot, 1878-1903, 11 vol.

Du Bus, Gervais, Le Roman de Fauvel, éd. par A. Längfors, Paris, F. Didot, 1914-1919.

Fillastre, Guillaume, Le premier volume de la Toison d’Or, Paris, F. Regnault, 1517, 2 vol.

Gerson, Jean, Vivat rex, Œuvres complètes, éd. par P. Glorieux, Paris, Desclée et Cie, 1968, vol. VII.

Jean de Lannoy le Bâtisseur, éd. par B. de Lannoy et G. Dansaert, Bruges, Desclée de Brouwer, 1937.

Lannoy, Ghillebert de, L’Instruction d’un jeune prince, Œuvres de Ghillebert de Lannoy, voyageur, diplomate et moraliste, éd. par C. Potvin, Louvain, P. et J. Lefever, 1878.

Le Mirouer exemplaire et tres fructueuse instruction selon la compillation de Gilles de Romme, tres excellent docteur, du régime et gouvernement des Roys, Princes et grands seigneurs, trad. par H. de Gauchy, Paris, G. Eustace, 1517.

Le Rosier des Guerres, enseignements de Louis XI Roy de France Pour le Dauphin son fils, éd. par F. Diamant-Berger, Paris, F. Bernouard, 1925.

Machiavel, Le Prince, Œuvres, éd. par C. Bec, Paris, R. Laffont, 1996.

Meschinot, Jean, Les Lunettes Des Princes, avec aucunes balades et additions nouvellement composées, Paris, G. Du Pré, 1528.

Mézières, Philippe de, Le songe du vieux pèlerin, éd. par J. Blanchard, Paris, Pocket (Agora), 2008.

Molinet, Jean, Les faictz et dictz, éd. par N. Dupire, Paris, Société des anciens textes français, 1936-1939, 3 vol.

429

Montreuil, Jean de, Traité contre les Anglais, À toute la chevalerie, dans Opera, éd. par N. Grévy-Pons, E. Ornato et G. Ouy, Turin, Giappichelli, 1975.

Pisan, Christine de, Epistre à la reine (B.N. F.FR. 580), éd. par A. J. Kennedy, Revue des langues romanes, t. XCII/2, no 1, 1988, p. 253-264.

Pisan, Christine de, L’Avision-Christine, éd. par M. L. Towner, Washington D. C., The Catholic University of America, 1932.

Pisan, Christine de, La Lamentacion sur les maux de la France, éd. par A. J. Kennedy, Mélanges Charles Foulon, Rennes, 1980, vol. 1, p. 177-185.

Pisan, Christine de, Le Livre de la Mutacion de Fortune, éd. par S. Solente, Paris, Picard, 1959-1966, 4 vol.

Pisan, Christine de, Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. par S. Solente, Paris, H. Champion, 1936-1940, 2 vol.

Pisan, Christine de, Le Livre des trois vertus, éd. par C. Cannon Willard et É. Hicks, Paris, H. Champion, 1989.

Pisan, Christine de, Le Livre du chemin de long estude, éd. par R. Püschel, Berlin, Damköhler, 1881.

Pisan, Christine de, Le Livre du corps de policie, éd. par R. H. Lucas, Genève, Droz, 1967.

Salisbury, Jean de, Policraticus, éd. par C. J. Webb, Oxford, Clarendon, 1909, 2 vol.

Salmon, Pierre, Les demandes faites par le roi Charles VI touchant son état et le gouvernement de sa personne, avec les réponses de Pierre Salmon, son secrétaire et familier, éd. par G. A. Crapelet, Paris, Crapelet, 1833.

Soillot, Charles, La Moelle des affections des hommes, dans B. Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel. Normative Adelsliteratur und politische Kommunikation im burgundischen Hofadel, 1430-1506, Turnhout, Brepols, 2005, p. 590-597.

Trémaugon, Évrart de, Le Songe du vergier publié d’après le manuscrit royal 19 C IV de la British Library, éd. par M. Schnerb-Lièvre, Paris, C.N.R.S., 1982, 2 vol.

Sources antiques

Ésope, Fables, éd. par C. Terreaux, Paris, Arléa, 1994.

Homère, L’Iliade, éd. par E. Lasserre, Paris, Garnier-Flammarion, 1965.

Apollinaire, Sidoine, Lettres, éd. par A. Loyen, Paris, Belles Lettres, 1970, vol. 2.

430

Suétone, La vie des douze Césars, Clermont-Ferrand, Paléo, 2006.

Tacite, La Germanie, éd. par J. Perret, Paris, Belles Lettres, 1949.

Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, éd. par L. Bodin et J. de Romilly, Paris, Belles Lettres, 1955.

Tite-Live, Histoire romaine, éd. par J. Bayet, Paris, Belles Lettres, 1982.

Xénophon, Hiéron, éd. par M. Casevitz, Paris, Belles Lettres, 2008.

Œuvres morales, médicales et philosophiques

Aquin, Thomas d’, Les passions de l’âme, Paris, Desclée et Cie, 1949, vol. 1.

Aristote, Éthique de Nicomaque, éd. par J. Voilquin, Paris, Flammarion, 1965.

Aristote, Histoire des animaux, éd. par P. Louis, Paris, Belles Lettres, 1969, 3 vol.

Aristote, L’homme de génie et la Mélancolie. Problème XXX, 1, éd. par J. Pigeaud, Paris, Rivages, 1988.

Aristote, Les Économiques, éd. par J. Tricot, Paris, J. Vrin, 1958.

Aristote, Politique, éd. par J. Aubonnet, Paris, Belles Lettres, 1991.

Aristote, Problèmes, éd. par P. Louis, Paris, Belles Lettres, 1991, 3 vol.

Aristote, Rhétorique, éd. par M. Dufour, Paris, Belles Lettres, 1938.

Barthélemy l’Anglais, Le Grand Propriétaire de toutes choses, trad. fr. par J. Corbechon, Paris, E. Grouleau, 1556 ; Le Livre des propriétés des choses. Une encyclopédie du xive siècle, éd. par B. Ribémont, Paris, Stock, 1999.

Bellevaux, Burchard de, Apologia de Barbis, éd. par R. B. C. Huygens, Turnhout, Brepols, 1985.

Bingen, Hildegarde de, Causae et curae, éd. par P. Kaiser, Leipzig, Teubner, 1903, trad. fr., Les causes et les remèdes, éd. par P. Monat, Grenoble, J. Millon, 1997.

Cassiodore, De anima, P.L., t. LXX.

Chauliac, Gui de, La grande chirurgie de M. Guy de Chauliac, éd. par L. Joubert, Cambridge (Mass.), Omnisys, 1990.

Christine de Pizan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, le débat sur le Roman de la rose, éd. par É. Hicks, Genève, Slatkine, rééd. 1996.

Dante, La Divine comédie, trad. par A. Pératé, Paris, J. de Bonnot, 1971, t. 1.

431

Fournival, Richard de, Le Bestiaire d’amour, éd. par C. Hippeau, Paris, A. Aubry, 1860.

Galien, De la bile noire, éd. par V. Barras et alii., Paris, Gallimard, 1998.

Galien, Œuvres anatomiques, physiologiques et médicales, éd. par C. Daremberg, Paris, J.-B. Baillière, 1854-1856, 2 vol.

Hippocrate, Des Airs, des Eaux et des Lieux, éd. par É.-L. Geoffroy, Paris, 1822.

Hippocrate, Du régime, éd. par R. Joly, Paris, Belles Lettres, 1967.

Hippocrate, Œuvres complètes, éd. par É. Littré, Paris, J.-B. Baillière, 1839-1861, 10 vol.

Hippocrate, L’ancienne médecine, éd. par A.-J. Festugière, Paris, Klincksieck, 1948.

Lactance, La colère de Dieu, éd. par C. Ingremeau, Paris, Cerf, 1982.

Le Ménagier de Paris, traité de morale et d’économie domestique, composé vers 1393, par un bourgeois parisien, Paris, Crapelet, 1846, 2 vol.

Marc-Aurèle, Pensées, éd. par A. I. Trannoy, Paris, Belles Lettres, 1964.

Mondeville, Henri de, Chirurgie de maître Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe le Bel, composée de 1306 à 1320, éd. par E. Nicaise, Paris, F. Alcan, 1893.

Platon, La République, Œuvres complètes, éd. par É. Chambry, Paris, Belles Lettres, 1989, t. VI.

Platon, Timée, éd. par É. Chambry, Paris, Garnier-Flammarion, 1969.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, éd. par J. Beaujeu, Paris, Belles Lettres, 1950.

Plutarque, Du contrôle de la colère, Œuvres morales, éd. par J. Dumortier, Paris, Belles Lettres, 1975, t. VII.

Quintilien, Institution oratoire, éd. par J. Cousin, Paris, Belles Lettres, 1979.

Saint Augustin, Les Confessions, éd. par M. Skutella et alii, Paris, Desclée de Brouwer, rééd. 1980.

Saint-Victor, Hugues de, Expositio in regulam beati augustini, P.L., t. CLXXVI.

Sénèque, De la clémence, éd. par F. R. Chaumartin, Paris, Belles Lettres, 2005.

Sénèque, De la colère, éd. par A. Bourgery, Paris, Belles Lettres, 1971.

Sénèque, Lettres à Lucilius, Les Stoïciens, Paris, Flammarion, 2008.

Sienne, Aldebrandin de, Le régime du corps, éd. par L. Landouzy et R. Pépin, Paris, H. Champion, 1911.

Valère Maxime, Actions et paroles mémorables, éd. par P. Constant, Paris, Garnier, 1935, vol. 2.

432

Voragine, Jacques de, La Légende dorée, éd. par T. de Wyzewa, Paris, Perrin, 1960, 2 vol.

Vitruve, Les dix livres d’architecture, trad. par C. Perrault, Paris, Errance, 1986.

Postérité littéraire et historiographique

Hénault, Charles-Jean-François, Nouvel abrégé chronologique de l’Histoire de France, Paris, Prault, 1768, 2 vol.

Matthieu, Pierre, Histoire de Louys XI, Roy de France, et des choses mémorables advenües en l’Europe durant les vingt et deux années de son Regne, Paris, P. Mettayer, 1610.

Maurey d’Orville, Pierre-Claude, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Séez, Séez, 1829.

Mézeray, François-Eudes de, Abrégé chronologique de l’Histoire de France, Amsterdam, A. Wolfgang, 1687-1688, 6 vol.

Shakespeare, William, Hamlet, Paris, Aubier, trad. 1981.

Smits, Édouard, Marie de Bourgogne, tragédie en 5 actes, Bruxelles, A. Stapleaux, 1823.

Velly, Paul-François, Histoire de France, depuis l’établissement de la monarchie jusqu’au règne de Louis XIV, continuée par M. Villanet et M. Garnier, Paris, Saillant et Nyon, 1765 sq.

Sources iconographiques

Anjou, René d’, Le Livre du cœur d’amour épris, ms. 2597, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek.

Bruegel, Une dynastie de peintres, Catalogue d’exposition, Bruxelles, Palais des Beaux Arts de Bruxelles, 1980.

Brunel, G., Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, xiiie-xve siècle, Paris, Somogy, 2005.

Illuminating the Renaissance. The triumph of Flemish manuscript painting in Europe, édit. T. Kren, S. McKendrick, Los Angeles, J. P. Getty Museum, 2003.

433

Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, 1397-1471, Catalogue d’exposition, Bruxelles, Bibliothèque royale Albert Ier, 1991.

L’art à la cour de Bourgogne. Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), Catalogue d’exposition, Paris, Musées nationaux, 2004.

Le faste des ducs de Bourgogne, Dossiers de l’Art, no 44, déc. 1997-janv. 1998.

Les fastes du gothique. Le siècle de Charles V, Catalogue d’exposition, Paris, Musées nationaux, 1981.

Les Pleurants dans l’Art du Moyen Âge en Europe, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée des Beaux Arts de Dijon, 1971.

Les Primitifs flamands et leur temps, dir. B. de Patoul, R. Van Schoute, Tournai, La Renaissance du Livre, 2000.

Les Très Riches Heures du duc de Berry, éd. par E. Pognon, Fribourg et Genève, Minerva, 1979-1989.

Mâle, É., L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France : étude sur l’iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d’inspiration, Paris, A. Colin, rééd. 1995.

Margaret of York, Simon Marmion and the Visions of Tondal, édit. T. Kren, Malibu, J. P. Getty Museum, 1992.

Marijnissen, R. H., Ruyffelaere, P., Jérôme Bosch : tout l’œuvre peint et dessiné, Anvers, Fonds Mercator, 1987.

Mélancolie : génie et folie en Occident, Catalogue d’exposition, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 2005.

Paris 1400. Les arts sous Charles VI, Catalogue d’exposition, Paris, Musées Nationaux-Fayard, 2004.

Pupil, F., La mort du Téméraire. Peintures d’histoire, Catalogue d’exposition, Nancy, Musée des Beaux Arts de Nancy, 1997.

Smeyers, M., Flemish Miniatures from the 8th to the mid-16th century. The Medieval world on parchment, Louvain, Davidsfonds, 1999.

Splendours of Flanders. Late medieval art in Cambridge collections, édit. A. Arnould, J.-M. Massing, Catalogue d’exposition, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

The Limbourg Brothers. Nijmegen Masters at the French Court 1400-1416, Catalogue d’exposition, Anvers, Ludion, 2005.

Van der Velden, H., The Donor’s image. Gérard Loyet and the Votive portraits of Charles the Bold, Turnhout, Brepols, 2000.

(1433-1477). Charles le Téméraire. Splendeurs de la cour de Bourgogne, Catalogue d’exposition, Bruxelles, Fonds Mercator, 2009.

1 Le ducs de Bretagne partagent avec ceux de Bourgogne certaines caractéristiques : rivalité avec d’autres maisons aristocratiques, invention d’une mythologie nationale pour ancrer leur lignée dans un passé reculé et héroïque, médiatisation des émotions. Toutefois, la chronique de Bouchard, assez isolée et bien moins féconde que celle de Chastellain par exemple, n’aurait pas permis les observations qui ont pu être faites ici (Alain Bouchard, Grandes croniques de Bretaigne, éd. par M.-L. Auger et G. Jeanneau, Paris, C.N.R.S., 1986-1998, 3 vol.).

2 J. Blanchard, Commynes l’Européen. L’invention du politique, Genève, Droz, 1996.