Skip to content

Table des matières

View all information ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-5585-8
  • ISSN: 2114-1223
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-5585-8.p.0784
  • Publisher: Classiques Garnier
  • Parution date: 02-28-2007
  • Language: French
Free access
Support: Digital
784
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION
Un siècle d'imprimerie; 5. H. Estienne et la «  Correction  », 6. Un déve- loppement de l'évangélisme érasmien. L'essor de la Critique. 7. Notre méthode, 8. Les Humaniores Litterae, 10.
CHAPITRE I. - A LA RECHERCHE DE LA CRITIQUE. 1560-1574
1. LES FUNÉRAILLES DE CHARLES IX ET LE DÉSARROI DES ESPRITS, 11
Le Trespas 6 Obseques, 12. L'effigie royale, 13. Les cérémonies, l'effort pour combler le vide tragique, 14. L'Histoire de Char- les IX. La célébration du nouveau règne, 15.
Courants optimistes, 15. Macrocosme et microcosme ; l'ency- cliopaideia d'Erasme. Pontus de Tyard et Du Perron, 16. L'Avant-Discours. Les Curieux, 17, Mantice, le Dieu cosmique, 18. Guy Le Fèvre de la Boderie, 19. L'Encyclie, 20. La Galliade, Arts libéraux et canons. 21. L'échelle mystique. Hymnes ecclé- siastiques. A. Thevet, 22. J. Bodin, 23. Astres et nombres. La République, 24. Blaise de Vigenère. Protestants, 25. La Primau- daye, Du Bartas et S. Goulart, 26. Un aristotélisme, 27. Un optimisme, de commande, 28,
Pessimisme augustinien. Hésuchisme et Humanisme, 29. Le Roy et la Vicissitude, 30. La terre décentrée, «  un poinct  », 31. Exten- sion de l'Arabe, 32. Les sept âges héroïques, 32. Un aristoté- lisme  ? 33. La médiation arabe, 34. Alexandre d'Aphrodise. Un Platonisme  ? 35. Homère. Les «  contraires  », 36. Un augus- tinisme  ? 37. Trois traits  : prédestination, volontarisme, hylé- morphisme. La médiation médiévale, 38. Canons Humanistes. Une espérance de progrès. Un stoïcisme platonisant. Vertus morales et intellectuelles. 39. Désir d'enracinement. La France, 40. «  Complexe augustinien  » et Hésuchisme, 41.
II. LES HUMANISTES ÉRUDITS FACE AUX CRISES
Définition, 41. Les crises. Vie active et vie contemplative, 42. Pouvoirs des Lettres. Thalès et Epaminondas, 43.
Difficultés et contradictions, 44. Les quatre générations huma- nistes, 45. Condition  : officiers, imprimeurs, professeurs, 46.
785
Une crise religieuse, 47. Un héritage, 48. Crise oecuménique, 49. Particularismes, 50. Une crise nationale et politique, 50. Sépa- ratismes. Nouveautés, 51. Une crise sociale. Idéal démocratique, 52. Une crise morale, 53. Ville ou campagne  ? Cruautés. «  Mer- veilles  ». «  Détestable époque  », 54. Crise des Lettres, 55. Huma- nisme juridique et littéraire. L'enseignement. Protestants, 56. Jésuites, Universités ; Ramus, 57. Une nouvelle encyclopédie, 58. Professeurs royaux, 59.
Grandeurs et misères. Unité et déchirements, 60. Des hommes sensibles et passionnés, 61. Cyclothymiques, 62. La fuite, l'appel à l'Autre, 63. L'appel aux morts de Lambin, 63.
La religion des Humanistes, 64. Défiance des rites, abandon à Dieu,. 65. Humanitas. L'Humanisme remplace la Théologie, 66. Un nouveau complexe augustinien. 6 traits  : Dieu supracosmique et Dieu cosmique, 66. Immanence rationnelle, Hylémorphisme, 67. Socratisme chrétien, Prédestination, 68. Déterminisme et action libre, volontarisme. Politique  : conservatisme et ouver- ture, 68.
Le tournant du siècle. L'homme «  en route  », 69. III. NOUVELLES PERSPECTIVES DE L'ÉDITION HUMANISTE
'Caractères nouveaux, 69. Le premier inventeur, Progrès. Travail collectif et corpus, 70. La somme de la Tradition. Dangers de la typographie, 71.
L 'aeuvre d'Henri II Estienne. La lettre sur son activité typo- graphique, canons des arts libéraux, 72.
POÈTES, 72. Poètes Grecs, 73. Poésie didactique, Epigrammes. Traits hellénistiques, 74. Eloge des vertus, 75. Valeur religieuse et morale. Poésie lyrique, 76. Poésie sublime, 77. Giraldi et Camerarius. Le tragique, 78. Le style héroïque. L'Eloge de la Poésie, 79. Plaisir et 'utilité. Une poésie allégorique, inspirée, philosophique. Les Fables, 80. Parodies, 81. Triple courant, ita- lien, protestant, évangéliste; 82. De l'augustinisme au natura- ralisme, 83. Primat à l'Histoire, 84. Poètes Latins, 83. Horace, 84. Perse, la satire, 85. Virgile, 86. Les Psaumes, 87. J.-C. Sca- liger, 88. Plaute  : esprit hellénistique, vision dramatique, archaïsme et expressionisme, 89. Lucrèce. Edition de Lambin, 90. Une. poésie inspirée, divine ; les «  dépouilles d'Egypte  », 91. Génie de Lucrèce, 92. Triple influence  : véracité des sens, 93. Hylémorphisme, et liberté, 94. Edition de Gifanius  : volupté, tranquillité de l'âme et justice. Poésie et double postulation, 95.
HISTORIENS. Editions d'Estienne, 96. Confidences, 97. Valeur religieuse, 98. Bèze et Hérodote,. 99. Retournement anthropo- centrique, 100. Dilatation de l'espace et du temps, 101. Histoire et subjectivisme ; Histoire et objectivité, 102. Vain effort d'Es- tienne pour réintroduire une pensée théologique, 102.
786
ORATEURS. Eloquence et style, 103. L'art de bien dire, 104. Genres rhétoriques. Style épistolaire et «  atticisme  », 105. Elo- quence et politique, 106.
PHILOSOPHES. Diogène Laerte. Vies peu philosophiques, 107. Péripatéticiens. Recul d'Aristote, 108. Augustinisme et science moderne, 109. Médiation arabe, Avicenne, 110. «  Augustinisme avicennisan_t  ». Alexandre d'Aphrodise, 111. Conciliation d'Aris- tote et Platon. Platon «  théologien  », «  Homère des philoso- phes  », . 112. Quadruple courant  : néo-platoniciens ; courant orientalisant, 113. Courant oriental ; courant latin. Ramus, 114. La tradition de la Docte Ignorance, 114. Académiques. Hypoty- poses, 115. Estienne contre les dogmatiques. Polyhistoire. Limites du scepticisme, 116. Epicurisme, 117. Lexique cicéronien gréco- latin. Gifanius. Erasme, 118. Diogène Laerte. Introduction à la lecture de Sénèque, 118. L'Utile et l'Honnête. Le stoïcisme, 119. Fatum, hasard, et doute. Hylémorphisme et spiritualisme. Plu- tarque, 120. Dieu supracosmique et cosmique. Ame incarnée, 121. Philosophie et Révélation. De la théologie à la Critique. Le Roy, 122.
JURISPRUDENCE. Un Humanisme juridique, 123. Rationalité de la loi physique, morale et politique, 124. Le Droit entre l'Histoire et la raison. La Raison d'Etat, 125.
MÉDECINS. Médecins et philologie, 126. Arabes et Grecs ; théorie et pratique, 127.
GRAMMAIRIENS. Ramus et la démarche rationnelle. Estienne et la démarche historique, 128. Symbole et «  conformité  ». Tradition mère. Sources nationales, 129. Ramus et 1.es Gaulois, 130. Les Druides et les clercs. Exaltation nationale et religieuse, 131. Opposition de Turnèbe, 132.
LETTRES SACRÉES. Lettres Hébraïques, Grecques, 133. Le style du Nouveau Testament. Arianisme. Allégorisme et médiation, 134. Lettres Latines. Estienne, Bèze et Buchanan.
La portée du THESAURUS (1572). La disposition. Une somme repensée, 135. Traits augustiniens, Theos, 126. La «  matière  », 137. Un monisme. Les Schediasmata. Rationalité de l'Univers. Passions, 138. La déduction. Un point d'équilibre, 139. L'appa- rition de la Critique, 140.
--- Bilan de l'ceuvre d'Estienne. Respect de la transcendance et exigences scientifiques, 141.
IV. CONSÉQUENCES DU NOUVEL AUGUSTINISME
Renversement anthropocentrique, 141. Le temps et sa double perspective, 141. Image, 142. Imitation et théâtre du monde, 143-144. Héritage, 145.
L'augustinisme et la double perspective de l'Art, 145. Imitation. Miroir, 146. Apparence sensible et raison, 147. Poésie et pein- ture. La Lettre et le dialogue, 148.
787
L'augustinisme et la science, 148. Volonté, liberté, rationalité de l'Univers. Copernic, 149. La Méthode. Livre de la Tradition et Livre du Monde. Déduction et induction platoniciennes, 150. Le mot «  Méthode  » Le Thesaurus, 151. Ramus et la déduction, 152. L'antiplatonisme de Riolan, 153. Turnèbe et les sciences de la vie, 154. L'art impuissant à repenser la Nature, 155. Turnèbe et la monographie, 156.
L'éclatement de l'Encyclopédie, 157. Laïcisation du complexe augustinien. Un nouvel Humanisme et la Critique, 158.
NOTES, 159-180.
CHAPITRE II. - LA RENAISSANCE ET L'AFFIRMATION DE LA CRITIQUE. 1574-1579
Une époque difficile. Transformation de l'Humanisme. Estienne et le «  Triumvirat littéraire  », 181.
1. LA RENAISSANCE DE LA CRITIQUE. 1574-1580
Situation politique et sociale, 182. Politique et mystique, 183. Impuissance des lettres. Diffusion de l'augustinisme, 184. L'Aca- démie du Palais. Les six traits augustiniens, 184. Unité des mondes visible et invisible. Hiéroglyphes et Fables, Hylémor- phisme. Tripartition de l'âme. Socratisme chrétien, 185. Action libre. Développement de l'humanité, 186. Fondements de la Société, 187. Jamyn et l'histoire de la Philosophie. L'humanisme entre le sérieux et le badinage, 188.
-- Les Humanistes et la Critique. HENRI ESTIENNE. Virgile et la
poésie philosophique, Horace et la poésie de l'Ethique, 189. Estienne «  orateur & philosophe  ». Varron. Plaute, et la lutte anticicéronienne, 190. Jurisprudence, Histoire, 191. Le Platon de Serranus et d'Estienn.e. Un humanisme personnel, 192.
ISAAC CASAUBON de 1559 à 1580, 192.
JOSEPH SCALIGER de 1540 à 1580. Formation. Varron, Verrius Flaccus et Festus, 193. L'appendice virgilien et la bienséance. Les «  triumvirs de l'amour  ». L'Ajax. Critique et morale  : Ausone, 194. Critique et orientalisme  : Hermès Trismégiste, 195. Une pensée préaugustinienne, 196. Critique et médecine  : Hippocrate, 197. Critique et mathématiques  : Manilius, 198. Providence et déterminisme astral, 199. Réfutation des Arabes, 199. Le premier «  Héros des Lettres  ». La lettre à Vertunianus et la renaissance de la Critique, 200. Les trois degrés de la Grammaire, «  techni- que  », «  historique  », «  critique  ». En français, les. mots «  Cri- tique  » et «  Critiques  ».
788
JUSTE LIPSE. Le recours aux moeurs antiques, 201. Etapes de sa carrière, 202. La «  Belgique  » de Lipse et ses bouleversements, 203. Désarroi. L'action, la fuite, la solitude, 204. Origines, 205. Formation, 206. Vocation, 207. Variae Lectiones, 208. Cicéron, Properce, Varron, 209. Séjour à Rome et retour à Louvain, 209. Vienne, 211. L'épisode luthérien à Iéna, 212. Raisons, consé- quences, 213. Retour à Cologne, 214. Tacite. Morale et politique, 215. Antiquae Lectiones, 216. Sénèque et Plaute, 217. Nature et Dieu cosmique, La mort et la gloire, 218. Retour en Belgique. Stoïcisme livresque, 219, Epistolicae Quaestiones, le premier chef-d'oeuvre, 220. Vie personnelle. Horace, Plaute, 221. Apulée, Sénèque. La Critique, 222. Electorum liber 1, 222. Sénèque. Le départ pour Leyde, 223. Prières à Dieu pour la Constance, 224. Dieu cosmique et supracosmique. Attitude religieuse, 225. «  Un certain progrès vers la Science et la Sagesse  », 226. Premier bilan  : Critica, la «  Critique  », 226-227.
II. L'AFFIRMATION DE LA CRITIQUE. 1580-1589
Situation politique, 227. Echec d'Henri III. Evolution intellec- tuelle, 228. L'aristotélisme. Du Vair et l'Humanisme du Droit, 229. Hantise d'incarnation chez Ronsard, Montaigne, 230. Etrennes de Passerat. Testament de P. Pithou, 231. L'augusti- nisme et les derniers rêves d'encyclopédie, 232. L'essor de la Critique, 233.
HENRI ESTIENNE. L'époque parisienne. Poètes. Historiens, 234. Humanités et Humanité, Querelle cicéronienne, 235. Introduction à la lecture de Sénèque. Le style. Le stoïcisme, 236. Le Varron 1581. Aulu-Gelle et Macrobe, 237. Schediasmata, 238. Disser- tation sur les anciens Critiques, 239. Signification du nom. Idéal réservé à des privilégiés, Extension à toute sorte d'écrits, 240.
JOSEPH SCALIGER en Touraine, 240. Réfutation de l'Italien Titius,
«  Meilleur et plus savant  », Traité de la réforme du Temps,
La véritable démonstration, 243. Seulement les faits chro- nologiques, Deux Europes, 244.
DÉBUTS DE CASAUBON. Lettres sacrées et lettres profanes. Strabon. Polyen, 245. La vraie noblesse, 246.
-- JUSTE LIPSE et le séjour à Leyde. La question religieuse, 247. La religion de Lipse, 248. Problèmes politiques, 249. De la rési- gnation à l'action, 250.
L'installation résignée, 250. Lipse contre les disputes religieuses,
Stoïcisme et résignation, 252. Culte consolateur de Rome,
La Satyra Menippea et la Critique, 253. Les Saturnales et la sagesse antique, 253. La pseudo-Consolation de Cicéron. Le De Constantia, 254. Originalité et réussite littéraire, 255. Rigueur et lyrisme, 256. L'augustinisme et le renversement anthropo- centrique, 257. Aristote, Platon, 258. Un moyen-stoïcisme. Le charme du De Constantia, 259. Polémiques. La prédestination,
789
260. «  Stoïcisme  » et augustinisme, 260. L'originalité chrétienne, 262. Les «  moeurs antiques  » comme frein moral et politique. Le «  stoïcisme  » approche du christianisme, 263. Vers le rappro- chement des confessions chrétiennes, 264. Conséquences, Le programme pour le collège de Delft, 265.. De Amphitheatro  : archéologie et sagesse, 266. Le 3' Tacite  : histoire et nationalisme, Valère-Maxime, 267. Le Corpus Criticum  : Critique, science litté- raire et goût, 268. Electa II. Apulée, Sénèque. La première Centurie, 269. Un Lipse sans apprêt, 270. Etats naissants, 271. Lipse et Montaigne. Ses goûts, 272. Prière à l'étoile Venus pour son jardin, 273.
La fin du séjour à Leyde. Inscriptions antiques, 274. Institutio Epistolica, 275. Velleius Paterculus. Sénèque le Tragique, 276. Politica, Intentions, 277. Politique et augustinisme, 278. Double mouvement théologique et laïque, Originalité, 279. Méthode révolutionnaire. Contenu. Livre I : la vertu, 280. Livre II  : la souveraineté, 281. Livre III  : la prudence. Livre IV  : aggravation de la rigueur, 282. La prudence particulière. L'unité de religion, 283. Répression et tolérance. Pessimisme, 283. La prudence mili- taire. Livre VI. Guerres civiles, 285. La prière de Tibère et le réalisme antique, 286. Sources, 287. Polémiques. Le De Una Religione Liber, 287. Coornherdt et la tolérance, 288. Une reli- gion pour le peuple. L'appel au règne de la raison, 289. Les deux premières Centuries. Un art plus personnel, 296. Climat religieux et intellectuel. Montaigne, 291. Identité de vues, 292. Ecartè- lement entre transcendance et immanence. Recours au «  stoï- cisme  », 293. Médiation de la poésie grecque. «  Stoïcisme  » et patristique, 294.
NOTES, 294-314.
CHAPITRE III. - EPANOUISSEMENT ET SPECIALISATION DE LA CRITIQUE. 1590-1614
L'évolution générale, 315.
I. EPANOUISSEMENT DE LA CRITIQUE. 1590-1598
- Une nouvelle vision du monde, 316. Augustinisme et libertinage, Une poésie nouvelle. Sponde, 317. Montaigne, Mademoiselle de Gournay et les Essais de 1595, 318. Honoré d'Urfé et les Epistres Morales, 319. Courants augustiniens. Du Vair et la Constance, 320. Renversement anthropocentrique. Fleurante Rivault, Les Estats, 321. Une société ouverte, 322. Disputes théologiques, 323. Charron et les Trois Verités, L'Université, Nicolas Le Fèvre, 324, Passerat, Mondains et érudits, Humanistes et Cri- tiques, 325.
790
HENRI ESTIENN.E. Du désespoir à une Critique dégagée de l'Hu- manisme. Musa Admonitrix, 325. La différence de l'éthique aris- totélicienne et de l'éthique historique et poétique, 326. Estienne désabusé. La Chasse de la Saint-Martin, Humanisme humoris- tique en liberté, 327. Discours à, Rodolphe II. L'OEuvre de Bèze. Les Premices, et un monde abandonné de la Grâce, 328. L'insti- tution des Princes, 329. De la Latinité de Lipse. Estienne contre l'affectation archaïsante et l'expressionisme moderniste. Limites de la Critique, 330.
JOSEPH SCALIGER. De la Critique aux Mathématiques, 330. Atta- ques. «  Palinodies  ». Foi en la Gloire, 331. Poésie didactique, 332. Cyclometrica. Canon Pascal. Manilius, 333. Le progrès des sciences, La lettre à Scriverius, 334, et la Critique inspirée des Hébreux. Vers la science objective, 335.
ISAAC CASAUBON. Carrière. Amitiés passionnées, 336. Totale résignation, 337. Mais action par les lettres, reprise scientifique de la Tradition, 338. Un stoïcisme mitigé, et une éthique laïcisée,
Erudition pure et monographies. Vers les sciences humaines,
Aristote. Le vieux rêve d'encyclopédie. Cicéronianisme, 341. Théophraste et la science des caractères, 341. Histoire, Poésie, Philosophie et Caractères, 342., Connaissance rationnelle de l'homme. Apulée, 343. Suétone. Athénée, 344. La Critique, d'après les livres et le génie ; jugement, érudition, pratique, 345. La Critique inspirée des Hébreux, 345.
JUSTE LIPSE et le retour définitif en Belgique, 345. Raisons du départ, 346. Ralliement et «  conversion  », 347. Sa «  faute  », 348. Augustinisme, 349. Mysticisme et action, 350. La consécration politique, 351. La situation, 352. Misères. De Cruce. De la dévo- tion à l'érudition, 353. Difficultés, 353. Reprise de la querelle cicéronienne, 354. Historica Fax. Faiblesse de l'homme, 355. Admiranda, 356, Dieu cosmique et supracosmique, 357. Empires, providence, et ordre rationnel, Mystique politique, 358. Le Pape et l'Empereur. L'apogée 'de la Critique. Scioppius et De Arte Critica, 359. La double fonction du Critique, «  corriger  », «  expli- quer  ». Les «  années 65  ». La Critique entre la méthode et le goût, 360.
II. SPÉCIALISATION DE LA CRITIQUE. 1598-1614
Lettres et fins mondaines. Malherbe, 361. Honoré d'Urfé et la suite des Epistres Morales, 362. L'Astrée, 363. Fleurance-Rivault et l'Institution du Prince. La satire et la soif d'enracinement,
Barclay. Apologie d'Euphormion, Le Pourtrait des Esprits,
Les controverses religieuses. Charron et les Discours Chres- tiens, 366. Augustinisme et naturalisme, Tripartition psycholo- gique, 367. Evolution de la Critique, 368.
-- LA FIN DE SCALIGER, 1598-1609. Amertumes, 369. Un génie pas- sionné, 370. Culte de l'amitié, 370. Lettres et érudition, Critique
791
et sciences annexes, 371. Opuscula, 372. Orientalisme, Chrono- logie, 373. Tradition et méthode ; tradition calcul, expérience, Copernic, 374. Histoire et démonstration, 375. Eusèbe, 376. Une science toujours à compléter, 377. L'Europe à l'heure de Scaliger. Galilée, 378. Augustinisme, science et vie morale, Scaligerana, Un jugement intrépide, 379. L'abandon à Dieu. Les Conso- lations, 380. Dernières paroles, 381. Patristique orientale et latine. La vie au monde, 382. Etre utile aux hommes, Scaliger et le Mouvement mécaniste, 383.
- LA FIN DE CASAUBON, 1598-1614. Vers «  l'archéologie ecclésias- tique  »> 383. Vie inquiète, 384. Tracasseries en France et en Angleterre, 385. Une religion de salut, 386. Action efficace. Besoin de communion, 387, et de livres, 388. Goûts littéraires, Orientalisme, 389. Tradition et pensée moderne, Critique et sciences, 390. Connaissance de l'Histoire. Histoire Auguste, 391. Spectacles tragiques et personnages représentatifs. Polybe, .392. Préface. Théocentrisme et prudence au monde, 393. Utilité de Polybe, historien et philosophe ; sa passion pour la Vérité, 394. Machiavélisme et réalisme politique fondé en raison et en vérité. L'Histoire comme «  expérience méthodique  », 394. Le style. Les grands Historiens, 395. Dénonciation de Tacite. L'Humanité au niveau des moyens, 396. Commentaire du Livre I, 397. Un augus- tinisme sacralisant la raison d'Etat, 398. Des lettres aux sciences humaines. Dion Chrysostome et la philosophie pratique, 399. Perse. Une philosophie tournée vers la morale, une poésie débar- rassée des fables, 400. Les satiriques latins, 401. Commentaire à Perse. Poésie «  satyrique  » et «  satire  » romaine, 402. Varron, 403. Satire et poésie ; poésie dramatique et lyrisme primitif, 404. La Poésie selon les Hébreux, 405. «  L'archéologie ecclésiastique  » et la vie au monde, 406. Grégoire de Nysse. Un volontarisme, 407. Genre épistolaire et patristique. Sur la liberté ecclésiastique, 408, Appel aux Politiques, 409. Contre les rigueurs de la prédes- tination, 410. Sur Baronius, théologie et histoire. Le diable, 411. Rôle de la Critique, 412. Ecrits intimes et rationalisme, L'indé- niable piété, 413.
- LA FIN DE JUSTE LIPSE, 1598-1606. La Dissertatiuncula et le contexte cosmique, 414. Le prince «  âme  » du peuple. Pline, 415. Idéal littéraire. Moyen-stoïcisme. Mysticisme solaire, 416, -L'ul- time leçon. Six nouvelles Centuries. Des manifestes politiques, 417, Genre épistolaire, 418. Affirmation du moi, 419. Allure matérialiste et morale d'action, 420. De Bibliothecis. Une méthode historique, 421. De Vesta, 422. Supériorité des vierges sur les anges, La primitive Eglise, 423. Physiologia. L'apport antique selon Clément et Tertullien, 424. Manuductio. Pharisiens et Stoïques, 425. La filiation des philosophes culmine en Sénè- que. La vie au monde, Notre Dame de Halle, 426. Diva Siche- mensis, 427. Monita et Exempla Politica, 428. La politique lip- sienne, 429. Le Sénèque, 430. Innovations. Jugement, 431. Un Sénèque «  pré-augustinien  ». Lovanium, 432. L'enracinement
792
dans la petite patrie. Les derniers moments, 433. L'énigme de cette fin, 434. Frontispice du Sénèque, 435. Augustinisme et «  stoïcisme  », 436.
NOTES, 436-447.
CHAPITRE IV. - DE L'AUGUSTINISME
AUX MŒURS ANTIQUES. LIPSE ET LE MOYEN-STOICISME
Une double postulation, Sincérité et cohérence, 449.

LIPSE ET HOMÈRE, 450. Homère dans les Politica. Idéal politique et religieux, 451. Homère dans les Centuries, 452. Idéal politique et moral. 453. Ulysse. Vision théocentrique, 454. Une théologie,
Prédestination. Adorer sans comprendre, agir sans illusion,
Lipse juge d'Homère, princeps sapientum. Exégèse allégo- rique, 457. Symboles. Velleius Paterculus. Théologie homérique et Fatum, 458. Poètes Grecs. Homère et la vérité chrétienne, 459. La ressemblance à Dieu, 460. Clément d'Alexandrie. Le plagiat, 461. L'inspiration, les Génies, 462. Homère et la Révé- lation. Un gibier d'abord protestant, 463.
-- LES ÉDITIONS D'HOMÈRE. De Chalcondyle à Portus, 464. Gifanius. Sponde. Sa formation, 465. Caractère religieux d'Homère, 466. L'origine et la dignité de la Poétique. Poésie énigmatique, 467. Poésie et mystère. Le Commentaire perpétuel, 468. Le quadruple Index. La prédestination. Les Pères d'Alexandrie, 469. Allégorie homérique et vérité chrétienne, 470. Lipse, Homère et la Gnose. Un Homère catholique, 471. Lambin, Paquelin, 472. La médiation homérique entre la vision théocentrique et l'anti- quité païenne, 473.
LIPSE ET LES PÈRES. Défiance de la théologie, 473. Augustin, Tertullien, Eusèbe, Clément, 474. Rôle de la patristique, 475. Les Pères et la philosophie, 476. Condamnation d'Aristote, indul- gence pour Platon, faveur au «  stoïcisme  », 476. Manuductio. Le «  stoïcisme  » a mené Lipse à «  la vraie piété  », 477. Rôle d'Alexandrie.
LIPSE ET L'ECOLE D'ALEXANDRIE. Apologie pour la philosophie. Clément, 478. Histoire de la Révélation, 479. Diffusion de la Tradition, 480. Philosophie Italique  : Pythagore, 481. Platon après Homère et Pythagore, Philosophie Ionique  : Thalès, 482. Ecole de Socrate. Eléates. Stoïques, 483. De Zénon aux Cyni- ques, 484. Une philosophie de l'histoire de la philosophie. Primat à la morale. Un moyen-stoïcisme, 485. Sénèque, Cicéron, Pané- tius, Posidonius. Morale individuelle, moralité moyenne, 486.
793
LE «  STOÏCISME  » ET SES COMPOSANTES. Stoïcisme et «  éclectisme  » antiaristotélicien, 487. De Mundo, Sur la Philosophie, le Protrepr tique, 488. Lipse et la pensée orientale. Philon, 489. Josèphe. Hermès Trismégiste, 490. Courants platoniciens et pythagori- ciens, 491. Un Platon pythagoricien ; 492. Art du dialogue ; vocabulaire ; dualisme ; songes, étymologies, nombres, noms, 'enthousiasme. Un Platon dégagé ,du néoplatonisme, 493. Ma- crobe, Apulée, 494. Médecins. Plutarque. Un Platon stoïcien, 495. Dieu hypercosmique et Dieu cosmique. Antiochus d'As- calon. Parti-pris éclectique, 496.
L'ÉCLECTISME. Sens et portée du «  stoïcisme  ». Immanence et transcendance. Sagesse et mystique, 497. Limitations du stoï- cisme. L'Idée, 498. Le «  mélange total  ». Matérialisme spiritualisé, 499. «  Vivre suivant la Nature  », 500. Limitations du platonisme. La Théodicée, 501. La transcendance et les «  trois voies  », 502. Dieu ineffable, abstrait, «  inscrutable  », immuable, 503. Déter- mination divine. Immanence et action, 504. Les preuves de l'existence de Dieu, 504. Les cinq premières preuves. Quatre autres séries d'arguments, 505. La Cosmologie. Dieu et le monde, 506. Echelle des êtres. Dieu âme ,du Monde, 507. Pluralité des mondes, éternité, 508. Valeur de la Création. Astres, 509. Gé- nies, 510. Rationalité du monde. Le miracle, 511. Un dépôt intan- gible, 512. Triomphe de l'optimisme. Impuissance du diable, 513. L'anthropologie. Nature de l'âme, 514. Monisme et enracine- ment. L'eschatologie, 515. Les contradictions. Le péché, 516. Rigueur augustinienne, 517, et objectivité scientifique. Triomphe de l'ordre rationnel, 518.
LA SINCÉRITÉ DE LIPSE, 518. Trois attitudes ambivalentes. Le style, 519. La sagesse. Le Christ, 520. L'objectivité, 521. L'augus- nisme, 522. Lipse «  Alombrado  »  ? 523. Rôle de Clément, 524. Propédeutique et vie au monde, 525. Le moyen-stoïcisme, 526- 527. La Tradition. Les «  moeurs antiques  », 528. L'humanisation latine de la pensée grecque, 529. Sénèque et Tacite. La média- tion de Rome, 530.
NOTES, 530-560. CHAPITRE V. - L'HUMANISME A L'ECOLE DU GENIE ROMAIN
ROME DANS L'AMÉNAGEMENT DE LA VIE AU MONDE. Rome et ses pouvoirs, 561. Rome symbole du génie humain, 562. La vertu et la fortune, 563. Pouvoirs et limites. Les Romains chez Muret, 564. Rome, un éternel présent. Le temps lipsien, 565. Un Nunc fluens, 566. L'époque de Sénèque et Tacite, 567. L'exemple romain. L'Idée et l'exemple, 568. Imitation dynamique. Enra-
794
cinement, 569. Théâtre du monde, 570. Fragilité et grandeur de l'Homme, 571. Le Théâtre. L'Héritage romain, 572. Pouvoirs modernes, 573. Héritage et avenir. Utilitarisme, 574. L'Utile et l'Honnête, 575. La raison, 576. Vie politique et vie contempla- tive, Tacite et Sénèque, 577.
Du CÔTÉ DE CHEZ TACITE. La Prudence et la vie au monde, 578. La Prudence face au sort. Prudence domestique et civile, 579. Prudence et Histoire. Vérité, explication, jugement, 580. Histoire et avenir. Cicéron, 581. Historiens italiens, byzantins, grecs, 582. D'abord les Latins. Histoire Auguste, Suétone, 583. Défiance envers César. Tite-Live, 584. Salluste. Tacite, 585. Le parfait historien et la Prudence, 586. Lipse et Cicéron, Cicéron et Tacite, 587. Rationalisme et vie civile, 588. L'Humanité et son destin. Un «  langage humain  », 589. Optique théocentrique. Nationalisme, oecuménisme, 590. Enracinement, 591. Langues nationales et Latin. Les armes et la suprématie, 592. Le Latin et la grande patrie, 593. Lipse guelfe et gibelin, 594. Les deux Cités, 595. Réalisme politique, 596. Le Corps social, le peuple et le prince, 597. Un paternalisme autocratique, 598. L'art de gouverner, 599. Vertus royales. Raison et raison d'Etat,. 600. Le peuple et l'obéissance. Les trois degrés 'de la gloire, 601. Fama, gloria, claritas, 602. Un Humanisme laïcisé. Rôle de Rome, 603.
Du CÔTÉ DE CHEZ SÉNÈQUE, ou la vie contemplative. Vers la Sagesse et l'autonomie du Sage, 604. Le frontispice du Sénèque. Pouvoirs de Sénèque, 605. De la politique au style, à la morale, 606. L'homme et l'oeuvre, 607. La forme et le fond, 609. Un côté passionnel. Héroïsme de lucidité, de volonté, 609. La vertu romaine. Sénèque et le «  stoïcisme  », 610. Dans le sillage de Sénèque. Poètes, 610. Epicure, 611. Lucrèce, Varron, 612. Pline l'Ancien, 613. Un naturalisme, 614. L'autonomie du Sage. A-t-il existé  ? 615. La sagesse s'enseigne et s'apprend.
Le Sage devant Dieu. Vivre suivant la Nature, 616. Biens et Indifférents, 617. Paradoxes. L'humanité réalise Dieu, 618.
Le Sage face à ses démons. Un enracinement, 619. Réconcilier l'esprit et le corps, 620. Le style. Les Passions, 621. Ordonner les passions selon la raison, 622. Jugement, lucidité, volonté. Joie et bonheur, 623. Epictète. Les faiblesses de Sénèque, 624.
-- Le Sage face à autrui. Rôle de la société. Etat ecclésiastique, état matrimonial, 625. Réalisme et verdeur, 626. L'amitié plus que l'amour, 627. Communia et consortium. Amitié et raison, 628. Couronnement religieux. Pardon, pitié, clémence. La vie et la mort à la lumière de la raison, 629. Leur fin  : passage à la vraie Vie, 630, élan vitaliste, et vie collective, 631. Culte des Héros. Une sensibilité parachrétienne, 632. Les Consolations  : schéma, 633. Triomphe du rationalisme et du naturalisme, 634. L'Humanité garante des morts, 635. Le Suicide. Arria, 635. Distinctions. La Manuductio, 637. Des cas particuliers, 638.
795
- Nature, réalisme mystique, et méthode, 639. Hylémorphisme. La vie est une «  roseraie  ». L'éloge des Jardins, 640. La Physiologia et l'élargissement cosmique. Réalisme divin, 641. «  Connais-toi  », d'après Sénèque. Raison et ordre, 642. Vers la méthode. L'ordre et la cohérence logique, 643. Divisions, distinctions, induction et déduction, 644. Doute méthodique. L'Académie, 645. Aucune limitation. Des monographies. L'Utilité, 647. Vers les sciences humaines, 648. Stoïcisme. Janus burons, 649. L'homme toujours «  in via  ». L'originalité de Lipse, 650.
NOTES, 651-662.
CONCLUSION GENERALE
Premiers résultats. Le triomphe des Politiques, 663. La renaissance de la Critique, 664. Les Héros des Lettres, 665. L'augustinisme et la science, 667. L'augustinisme et l'art, 669. Les quatre voies de la Critique, 670. De la Critique érudite à la critique mondaine, 671,
LES ÉTAPES DE LA CRITIQUE 673
INDEX ANALYTIQUE 679
RÉPERTOIRE BIBLIOGRAPHIQUE 683
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE 695
LES GRANDES COMPOSITIONS DE L'HUMANISME ÉRUDIT 699
L' OEUVRE D'HENRI ESTIENNE 703
RÉPERTOIRE CHRONOLOGQIUE DES PUBLICATIONS 747
TABLE DES PRINCIPAUX AUTEURS 755
ERRATA 763
TABLE DES MATIÈRES 765
Book chapter: Previous 18/18