Skip to content

Résumés

View all information ⮟

  • ISBN: 978-2-406-06382-7
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06384-1.p.0349
  • Publisher: Classiques Garnier
  • Parution date: 12-06-2017
  • Language: French
Free access
Support: Digital
349

Résumés

Arjan van Dixhoorn, « The Law, Justice, Governance, and Theatrical Knowledge in the Sixteenth-Century Dutch-speaking Low Countries »

Afin dêtre efficaces, les autorités de la première modernité durent prendre en compte la nature des phénomènes théâtraux quelles voulaient réguler. Par suite dune censure croissante, les agents du gouvernement acquirent et créèrent plus de savoir sur le monde de la rhétorique et du théâtre ; ce savoir fut universalisé dans des lois, des ordonnances et dans la littérature juridique du xvie siècle. Ainsi, les autorités se firent agents de changement dans le monde théâtral de cette région.

Anne-Laure van Bruaene, « Le théâtre des rhétoriciens et les ambiguïtés de la censure dans les Pays-Bas pré-modernes (xve-xviie siècle) »

Cet article analyse la question de la censure du théâtre urbain des rhétoriciens dans les Pays-Bas de la période pré-moderne. Largument central est que, même si les rhétoriciens eux-mêmes, tout comme les autorités qui les sanctionnaient, étaient convaincus du besoin de poser des limites au discours et à la performance publics, ces limites sont toujours restées fluides et ont même créé de nouvelles opportunités pour une pratique littéraire riche.

Alessandra Rizzi, « Discipline in Play-related Activities in Communal Italy »

Entre le xiiie et le xvie siècle, les villes-états italiennes évoluèrent en principautés ou en républiques oligarchiques. Le jeu donna lieu à des régulations largement répandues, laïques et religieuses. Les différentes autorités publiques coopéraient plutôt quelles ne saffrontaient dans des conflits de juridictions. Cependant, à partir de la fin du xve siècle, on constate une séparation des activités et célébrations ludiques promues par les autorités laïques, et celles contrôlées par des membres du clergé.

350

Mathieu Ferrand, « “Et de ne jouer nen peut venir que bien.” Linterdiction et le contrôle du théâtre universitaire à Paris (1450-1550) »

Larticle parcourt les archives de lUniversité et du Parlement de Paris pour faire apprécier la façon dont les autorités ont tenté de contrôler le théâtre des étudiants parisiens. Ces tentatives sinscrivent dans un double contexte daffirmation de lautorité royale et parlementaire et de développement du système collégial. Au théâtre des étudiants, souvent insaisissable, soppose ainsi un théâtre signé et situé, cest-à-dire un théâtre de collègue, placé sous lautorité des maîtres.

Heidy Greco-Kaufmann, « Curbing carnival activities by staging carnival plays? Renward Cysats ambigous resolution of jurisdictional conflicts »

Le carnaval médiéval se terminait par un dépassement des limites mettant en danger la loi et lordre. À partir du Moyen Âge, les autorités de Lucerne luttèrent pour canaliser ces festivités. La mise en scène du Convivii Process de Cysat en 1593 marque le point culminant du conflit entre les défenseurs du plaisir et les promoteurs de la morale. Ce spectacle tragi-comique portait le message de la réforme catholique : les incorrigibles fêtards du carnaval devaient en subir les terribles conséquences dans lau-delà.

Olivier Spina, « Suivre la loi ou concourir au bien commun ? Les fabriques de paroisse et les lieux de spectacles dans Londres à la fin du xvie siècle »

Cet article étudie la construction des amphithéâtres londoniens à la fin du xvie siècle et la façon dont les fabriques de paroisse ont accueilli ces implantations dramatiques. Il nexiste pas de politique élisabéthaine des spectacles centralisée et formalisée dans un cadre juridique rigide. Les institutions urbaines à lautonomie grandissante peuvent largement interpréter le droit édicté par la monarchie. La politique des spectacles du Londres élisabéthain apparaît comme un champ de forces dynamique et complexe.

Walter Prevenier, « Quand un honorable bourgeois de Malines, “marié avec une bonne et honeste femme”, sencanaille dans une troupe de théâtre en marge de la bonne société (1475) »

La lettre de pardon pour Mathieu Cricke nous renseigne sur les activités dune compagnie de théâtre itinérante, et sur un conflit autour dune prostituée 351et actrice, Maria van der Hoeven. Cest la première apparition documentée dune actrice sous contrat dans les anciens Pays-Bas. Le cas souligne le mélange des publics cultivés et populaires dans les représentations en espaces fermés, et permet de mieux cerner le parcours dune troupe dacteurs professionnels, ainsi que leurs démêlés avec la justice.

Dylan Reid, « “Chevauchees, mascarades et jeux acoustumez”. Jurisdiction over carnival in sixteenth-century Rouen »

LAbbaye des Conards, lassociation qui organisait les festivités du carnaval à Rouen au xvie siècle, revendiquait une juridiction facétieuse sur ces fêtes. Les autorités judiciaires rouennaises, au contraire, intervenaient dans le carnaval suite à leurs inquiétudes concernant le respect de lordre public (notamment sur le port de masques ou la musique). Grâce à une interaction complexe entre ces organisations, les Conards obtinrent une juridiction réelle sur le carnaval, accordée par les autorités de la ville.

Antonio Sánchez Jiménez, « Conflicts of Jurisdiction in Golden Age Spanish Theater. A Panoramic Overview and Enquiry into Antonio de Sorias 1644 Trial vs. the Villa de Madrid Regarding the Ban on the Comedia »

Afin dexaminer les conflits de juridiction dans le théâtre du Siècle dOr espagnol, cet article analyse une étude de cas à partir dune procédure juridique en 1644-1645, mettant en cause Antonio de Soria, exploitant des corrales de Madrid. Après avoir décrit les pratiques qui touchent aux corrales, larticle se concentre sur des exemples de conflit légal entre institutions civiles. Lanalyse du procès de Soria montre ensuite comment le système espagnol cherchait à prévenir et résoudre les conflits de juridiction.

Frans Camphuijsen, « “In hemde ende in broeck”. The performance of justice in late medieval Utrecht »

À partir de létude dun procès à Utrecht à la fin du Moyen Âge, et en sappuyant sur les théories anthropologiques du rituel, cet article propose une interprétation socio-communicative de lhistoire des punitions en public. Parce quelles combinaient des aspects textuels, oraux, visuels, symboliques et performatifs dans des événements ritualisés spécifiques, les performances pénales à Utrecht nétaient pas de simples éléments de répression, mais formaient un espace ouvert aux revendications de vérité sociale.

352

Denis Hüe, « La Vierge et la loi, Marie Avocate »

Si la figure de Marie avocate des croyants est présente dans liconographie dès le haut Moyen Âge, cest dans le cadre dune réflexion théologique sur la faute originelle et son rachat quelle prendra sa dimension exemplaire. Le personnage de Marie interviendra dès lors dans une situation dialectique où à la justice et au droit, soppose la miséricorde qui les dépasse et transcende. Le théâtre médiéval sera le lieu privilégié de ces procès où Marie illustre droit et miséricorde.

Camille Salatko-Petryszcze, « La figure de linquisiteur et le visage de laccusé dans le Mystère de la sainte Hostie »

Quand le théâtre du xve siècle sapproprie le miracle du Juif parisien profanateur dhostie, il choisit dintroduire sur la scène la figure de linquisiteur. Bien que fort discrète, cette originalité dramatique invite à ouvrir le texte du Mystère de la sainte Hostie à des visées nouvelles. Face à ce nouveau juge, le personnage du Juif pourrait servir à dénoncer le judaïsant grandement redouté à la fin du Moyen Âge.

Estelle Doudet, « Dame Justice et ses suppôts, un personnel dramatique sur la scène des moralités et sotties (xve-xvie siècle) »

Cette contribution étudie les figurations de Justice sur les scènes allégoriques des xve et xvie siècles, en particulier moralités et sotties, à partir de lhypothèse que les mises en scène de la loi interagissent avec le statut que les pièces donnent à la notion. Autorité régulatrice du monde dans les moralités, Justice prend des traits dune institution sociale discutée dans les sotties, son corps théâtral sentourant daccessoires et de commentateurs à mesure que sa force saffaiblit.

Christian Biet, « Séance, assemblée, médiation spectaculaire et comparution théâtrale »

Cet article est une réflexion inachevée qui fait le lien entre lhistoire du théâtre, lhistoire des théories juridiques sous lAncien Régime, la dramaturgie de cette époque et son rapport aux spectateurs. Avant de formuler lirruption du théâtre sous une forme dabord métaphoriquement judiciaire puis principalement juridique, létude le décrit en quelques mots comme phénomène en tension et comme événement complexe.

Article from a collective work: Previous 19/20 Next