Aller au contenu

Avant-propos
La memoria en réflexivité. Naissance d’une philosophie romaine de la mémoire

  • Type de publication: Article de collectif
  • Collectif: La Mémoire en pièces
  • Auteur: Lévy (Carlos)
  •  
  • Résumé: Carlos Lévy montre dans son introduction comment à la fin de la République romaine s’élabora une structuration des opinions philosophiques rendant compte de la mémoire. Son rôle est minoré par l’Épicurien Lucrèce, qui semble avoir eu du mal à l’intégrer à son atomisme. Pour les Stoïciens, elle est une trace laissée dans l’hégémonique, sans que pour autant l’éthique cesse de se déployer dans le présent. Cicéron saura dépasser cet immanentisme pour orienter la mémoire vers la transcendance.
  •  
  • Pages: 7 à 12
  • Collection: Rencontres, n° 436
  • Série: Lectures de la Renaissance latine, n° 12

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-09550-7
  • ISSN: 2261-1851
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-09550-7.p.0007
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 12/10/2020
  • Langue: Français
  • Mots-clés: Épicurisme, représentation, sceptique, sensation, souvenir

  • Article de collectif: 1/30 Suivant
Accès libre
Support: Numérique
7

Avant-propos

La memoria en réflexivité.
Naissance dune philosophie romaine de la mémoire

Il est de tradition, lorsquon se trouve dans la situation de préfacer un ouvrage collectif de donner une présentation brève et, si possible, éclairante de chacune des communications quil comporte. Or le colloque remarquablement organisé par Anne Raffarin fut si riche, les contributions si diverses et complémentaires, le quadrillage des thèmes si serré que jen éprouvais par avance une grande fatigue. Vingt-six communications, qui sont devenues vingt-trois articles, portant sur toutes les modalités, toutes les « pièces » de la mémoire antique et humaniste, des analyses précises de memoria, uestigia, monumenta, bref un ensemble dune exceptionnelle densité, devant lequel ma bonne volonté de compilateur fut sur le point de renoncer. Je résolus ensuite de me tourner vers Ricœur qui, dans le Dictionnaire postmodernes des idées reçues, figurerait sans doute avec la mention : « A écrit sur lhistoire et la mémoire, en les différenciant ». Cest vrai, notamment, de son chapitre sur « La représentation historienne et les prestiges de limage », où il écrit à propos de la médaille : « La médaille est le procédé le plus remarquable de représentation iconique capable de simuler la visibilité et par surcroît la lisibilité, tant elle donne à raconter en donnant à voir », réflexion qui aurait toute sa place dans ce volume1 ». Mais asséner demblée au lecteur potentiel une réflexion sur la phénoménologie de la mémoire me parut en fin de compte cruel. Je me résolus donc à me débrouiller Marte nostro, et je me tournai vers celui qui ne ma jamais déçu, Cicéron2. En théorie, les choses étaient simples. Plaute et Térence avaient enrichi le lexique latin par de nombreuses références à la mémoire, puis Cicéron, dans le rôle de loiseau de Minerve arrivant toujours sur le tard, se serait engagé dans la formalisation philosophique 8de ces multiples emplois. Cétait sans compter sur Lucrèce, qui peu de temps avant lui, avait entrepris de déconstruire non pas tel ou tel aspect de la mémoire, mais le concept de mémoire lui-même. Sil est vrai que, pour des raisons de métrique, il ne pouvait utiliser memoria, impossible à faire entrer dans lhexamètre dactylique, on notera que les emplois de vestigia correspondent le plus souvent chez lui aux traces laissées par les pas de lanimal, et que ceux de monimentum se limitent à trois3. De fait, la mémoire nest pas un concept central de la doctrine épicurienne, on peut même dire quelle napparaît que dans deux cas bien précis. Elle est ce trésor de souvenirs heureux dans lequel il est possible, en tout cas au sage, de puiser la force de combattre la douleur. Au § 57 du premier livre du De finibus, Torquatus, porte-parole de lépicurisme dit : « Il dépend de nous densevelir en quelque sorte nos malheurs dans un oubli perpétuel (ut et adversa quasi perpetua oblivione obruamus) et de conserver lagréable et doux souvenir des choses heureuses (secunda iucunde ac suaviter meminerimus). » Dans le même état desprit, elle est cette faculté grâce à laquelle les disciples les moins avancés peuvent garder en eux les dogmes essentiels de lépicurisme. Dans sa Lettre à Hérodote, Épicure écrit en effet4 : « Pour ceux, Hérodote, qui ne peuvent pas se consacrer à létude détaillée de ce que jai écrit sur la nature, ni examiner avec attention les ouvrages plus longs que jai composés, jai préparé un résumé de tout le système, pour leur permettre de retenir dune manière suffisante dans la mémoire les opinions les plus fondamentales ». Dans lépicurisme originel, la mémoire peut et doit être la conservation du vrai et des instants heureux, ce qui fera delle un instrument dans le cheminement vers une vie conforme à lenseignement de la doctrine du Maître. La mémoire ordinaire, celle qui entasse comme elle peut le vrai et le faux, le plaisant et le douloureux, celle qui tantôt conserve et tantôt se dérobe ne semble pas avoir particulièrement intéressé Épicure. Mais, dans ce domaine comme dans dautres, Lucrèce va plus loin quÉpicure, toujours dans le sens de la sombre lucidité qui le caractérise. Alors que le Maître valorise les bons usages de la mémoire, il cherche aussi à en fustiger les mauvais, notamment ceux quen ont fait des philosophes quil condamne. Sil est vrai quil emploie le verbe commemorare en I, 400, pour évoquer les arguments quil va exposer afin de démontrer lexistence du vide, et memoro en II, 212, à propos de sa présentation de la 9théorie épicurienne des simulacres, et sil évoque la memor mens en II, 582, à propos de la combinaison atomique de tout ce qui existe, il souligne également lincapacité de la mémoire à explorer les espaces infinis du temps. Voici la belle traduction qua donnée de ce passage J. Kany-Turpin :

Contemple derrière toi cet espace immense

du temps passé et songe à tous les mouvements

de la matière, ainsi tu ten convaincras aisément :

les atomes dont nous sommes aujourdhui formés

se rangèrent souvent dans le même mouvement quaujourdhui

mais notre mémoire ne peut ressaisir le passé

car la vie entre-temps a marqué une pause

et tous ses mouvements sont allés çà et là

voguer à laventure, loin de la sensation.

Même idée, exprimée un peu différemment, en V, 1447, à la fin de la longue description des débuts de lhumanité :

Aussi les faits antérieurs échappent-ils à notre époque,

sauf pour les traces que la raison nous fait entrevoir.

Par elle-même la mémoire ne peut rien, elle est soumise à la ratio qui lui donne un sens et même une légitimité, en particulier lorsquelle la charge de la transmission des dogmes, ceux du Jardin évidemment, qui disent le vrai.

Le foisonnement des allusions littéraires à la mémoire, chez les auteurs comiques mais aussi chez Catulle5 contraste donc avec la dévalorisation du sens général de celle-ci chez Lucrèce. Pour le poète épicurien, la mémoire comportait le danger de figer une réalité dont il sefforçait de démontrer, au contraire, quelle était, dans son principe même, mouvement perpétuel. Penser la mémoire dans un système matérialiste sans recourir à la métaphore de la cire, présente chez Platon et reprise par les Stoïciens, comme cela est rappelé plusieurs fois dans ce volume, nétait guère simple. On ne peut rien inscrire ni sur latome lui-même ni dans le vide. De surcroît, il était sans doute insupportable à Lucrèce de penser que la valorisation de la mémoire pût constituer une voie daccès à la réminiscence platonicienne, et donc à une pensée qui, plus que toute autre, pouvait faire fi de la sensation, fondement de la connaissance dans lépicurisme.

10

La réflexion théorique romaine sur la mémoire doit donc tout, ou presque, à Cicéron. Ce thème est omniprésent chez lui, plus de sept cents occurrences pour ce seul terme, sans que les variations génériques changent quoi que ce soit à cette fréquence. À lorigine il y a bien sûr la rhétorique, dont la mémoire constitue lune des cinq parties canoniques. Nous nentrerons pas ici dans le détail des multiples références quil fait à ce type de mémoire. Rappelons simplement que nous lui devons une bonne partie du peu que nous savons de la théorie des lieux de mémoire, qui permettait à lorateur de retenir une masse de textes, à une époque où le support matériel était rare et cher. Mais Cicéron ne se contente pas de reproduire ce quil a appris dans les manuels de rhétorique. Son travail sur la langue est permanent, intense. Nous nen donnerons ici que quelques exemples6 :

Inu., I, 39, passage important pour la différenciation entre memoria et monumenta :

…ceux qui se sont déroulés il y a longtemps déjà et qui ont presque disparu de notre mémoire mais dont nous sommes pourtant convaincus quils viennent dune tradition authentique, parce quil y a deux des témoignages écrits précis (quia monumenta certa in litteris extent) ;

en De or., I, 18, Cicéron combine la définition de la mémoire conçue comme un précieux dépôt de sensations et sa fonction de gardienne des représentations, sans laquelle tout le travail dinvention et de réflexion de lorateur se révélerait vain :

Que dire de ce trésor de toutes les connaissances, la mémoire ? Si elle ne conserve pas fidèlement en dépôt tout ce qui a été trouvé et médité, idées et expressions, les autres facultés de lorateur, fussent-elles en lui les plus éclatantes, seront évidemment comme perdues ;

dans Part. or. 26, Cicéron associe la théorie rhétorique des lieux et la métaphore, dorigine platonicienne, de lesprit comme un morceau de cire sur lequel viennent se graver les sensations. Cela correspond bien à la présentation quil fait lui-même de cet ouvrage, dont il dit quil a été puisé au cœur de lAcadémie (e media illa Academia au § 139), ce qui nous oriente vers lenseignement de son maître Philon de Larissa, qui lui avait enseigné à la fois la philosophie et léloquence :

11

…la mémoire qui est comme la sœur jumelle de lécriture et qui a tant de ressemblance avec elle, bien que dans un genre différent. Dans lécriture, on distingue les caractères et la matière sur laquelle on grave ses caractères ; de même, la mémoire a comme tablettes ses catégories propres, où elle place les images, qui sont comme ses lettres.

Mais cest dans lœuvre philosophique de la toute fin de sa vie, alors même quil est très âgé et accablé tant par la mort de sa fille que par la disparition du système républicain, quil va approfondir sa réflexion sur la mémoire. On peut imaginer quen cette période de sa vie, la mémoire alimenta sa souffrance, en même temps quelle lui donnait des raisons de vivre. Il faut partir du débat quil met en scène dans le Lucullus, entre Lucullus et lui-même. Pour le premier, qui en loccurrence se fait le porte-parole de la doctrine stoïcienne de la connaissance, il ne peut y avoir de mémoire quà partir de représentations cataleptiques, autrement dit de celles correspondant à des objets réels et auxquelles le sujet a donné son assentiment. Doù son exclamation en Luc. 22 : « Que peut être une mémoire des choses fausses ? » Pour lui, la mémoire est une fonction qui na de sens que dans le contexte général dun accord entre le sujet humain et la nature. Elle est lenregistrement dun moment dans lequel, au niveau de la sensation, le sujet, sans pour autant perdre sa liberté, prend acte des informations que lui donne la nature, laquelle, dans la doctrine stoïcienne, ne cherche jamais à le tromper. Il ne peut y avoir de mémoire sans assentiment, parce que autrement cela la réduirait à un enregistrement mécanique duquel la liberté du sujet se trouverait exclue. À quoi Cicéron a beau jeu de lui répondre en lui opposant la capacité des Épicuriens à mémoriser des dogmes quun Stoïcien ne pouvait considérer que comme faux : « Le mathématicien Polyaenus », demande-t-il, « oublia-t-il sa science antérieure une fois quil adhéra à lépicurisme7 ? ». Dans ce dialogue toutefois, lArpinate se contente de réfuter une doctrine quil estime être manifestement fausse, sans pour autant exposer sa propre conception de la mémoire. Ce sont les Tusculanes qui lui permettront de sortir de cette attitude exclusivement critique et, une fois encore, ce sera le recours à Platon qui marquera le terme de sa réflexion. La mémoire ne peut pas être de nature matérielle, elle est comme lintelligence, un don divin, une uis diuina, et à ce titre elle représente une porte ouverte 12sur la transcendance. Cest sur la mémoire du Ménon quil sappuie pour renvoyer dos à dos les sceptiques et les dogmatiques immanentistes8 :

« Si lâme humaine navait pas dautre faculté que le désir ou laversion, là encore je dirais quelle partage le sort des bêtes. Ce qui nappartient quà elle, cest dabord la mémoire, et la mémoire est sans limite et porte sur des objets sans nombre, au point que Platon y voit le souvenir dune vie antérieure. Ainsi, dans le célèbre ouvrage qui est intitulé Ménon, Socrate pose à un certain petit bonhomme des questions de géométrie, sur la mesure du carré. Sur ce sujet, celui-ci répond en enfant, et cependant les questions sont posées de façon si adroite que, de réponse en réponse, il finit par arriver au même résultat que sil avait étudié la géométrie. Cette expérience, Socrate veut quelle démontre quapprendre nest pas autre chose que se souvenir. »

En quelques décennies, et sans quil y eût de véritables innovations terminologiques, la langue et la pensée romaines accueillirent trois grandes orientations pour penser la mémoire : comme danger potentiel, pour lÉpicurien Lucrèce qui ne voulait pas quelle servît déchappatoire à la prise en compte du réel dans sa déconcertante dualité, des atomes et du vide ; comme trace pour les Stoïciens, que représente Lucullus dans le dialogue éponyme, à la fois inscription dans lesprit des représentations du passé et rappel de ce que même la remémoration est conditionnée par notre liberté ; présence du divin en lêtre humain et moyen privilégié pour laider à sortir de sa finitude, faisant de la connaissance une réminiscence. Pour autant, la réflexion collective sur la memoria nétait pas achevée. Citons, entre autres, ce quécrit Sénèque dans une de ses lettres9 (33, 9) : « autre chose est la mémoire, autre chose est savoir. » La mémoire, dit-il, conserve des connaissances acquises, tandis que savoir, cest être autonome par rapport à celles-ci. La mémoire est à la fois ce qui permet la liberté et ce qui peut la menacer par son encombrante présence. Il nest pas sûr que nous soyons sortis de cette problématique.

Carlos Lévy

1 P. Ricœur, La mémoire, lhistoire, loubli, Paris, Seuil, 2000, p. 348.

2 Voir p. 103 à 136 larticle dErmanno Malaspina.

3 Voir DRN, V, 311, 329 ; VI, 342.

4 Épicure, Lettre à Hérodote, 35, trad. M. Conche, Paris, PUF, 20037.

5 Voir Catulle, Carmen 30, 1 ; 62, 13 ; 64, 58, 117, 231, 248 ;

6 Les traductions sont celles de la CUF.

7 Luc., 106 : quid Polyaenus, qui magnus mathematicus fuisse dicitur, is postea quam Epicuro adsentiens totam geometriam falsam esse credidit, num illa etiam quae sciebat oblitus est ?

8 Tusc., I, 56-57.

9 Ep., 33, 9.

Article de collectif: 1/30 Suivant