Skip to content

Résumés

  • Publication type: Article from a collective work
  • Collective work: La Littérature et la Vie
  •  
  •  
  • Pages: 327 to 330
  • Last edition: 2018
  • Collection: Encounters, n° 351
  • Subcollection: Twentieth and twenty-first century literature, n° 32

View all information ⮟

  • ISBN: 978-2-406-06741-2
  • ISSN: 2103-5636
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-06743-6.p.0327
  • Publisher: Classiques Garnier
  • Parution date: 07-11-2018
  • Language: French
Free access
Support: Digital
327

Résumés

Marine Riguet, « Pour une histoire naturelle de la littérature »

Cette étude sintéresse à la façon dont lhistoire de la littérature sérige, dans la seconde moitié du xixe siècle, comme une histoire naturelle, en empruntant conjointement aux lois taxinomiques et à la théorie de lévolution, dans un dialogue renouvelé avec les sciences de la vie.

Pierre-Héli Monot, « La lumière, la vie, la lettre et le pain. De leucharistie à la découverte de la faim »

Nous esquissons, grâce à une étude métaphorologique du pain, les étapes dune histoire sociale et littéraire de la notion de vie entre 1832 et 1892. Le pain et la vie ont été le lieu dune économie linguistique basée sur la dénotation et sur lunivocité plutôt que sur la connotation et lironie.

Xavier Le Brun, « Le concept de monde de la vie comme outil danalyse littéraire »

Cet article sintéresse à la possibilité dutiliser et/ou de repenser le concept husserlien de Lebenswelt ou « monde de la vie » pour analyser le traitement de la vie dans la littérature moderniste, et en particulier dans Mrs Dalloway (1925) de Virginia Woolf.

Michael Wiedorn, « La littérature au service de la Vie chez Deleuze, Guattari et Glissant. Vers un vitalisme esthétique »

Cet article traite de lappropriation du vitalisme chez Gilles Deleuze et chez Édouard Glissant, tous deux philosophes de la littérature. Il esquisse une histoire brève du vitalisme, puis fait lexégèse du vitalisme esthétique chez Deleuze et chez Glissant, avant de le critiquer.

328

Barbara Kaszowska-Wandor, « Literature as a speculum vitae and literature that discards life »

Larticle identifie deux exemples classiques où le concept de littérature se positionne sur le thème de lopposition de la vie et de la mort, et leurs transformations modernes, puis envisage leur révision dans le cadre dun projet de littérature comme « restitution ».

Francesca Belviso, « Lécriture de soi comme mise en scène de la (con)fusion entre la littérature et la vie. Le Métier de vivre de Cesare Pavese »

Le Métier de vivre de Cesare Pavese, chef-dœuvre de la littérature intime moderne, serait lun des modèles les plus probants dune construction poétique et existentielle, en ce quil tente précisément darriver à restituer, dans le flux du devenir, lunité métaphysique dune vie et dune œuvre.

Bianca Romaniuc-Boularand, « Le Livre brisé, une autobiographie au présent »

Dans Le Livre brisé, Serge Doubrovsky exprime une crainte majeure décrire sur des événements récents de sa vie. Derrière cette crainte, qui est dailleurs parfaitement justifiée par la mort réelle de sa femme, nous décelons un désir inconscient décrire une autobiographie au présent.

Laurence Perrigault, « Les archives fictionnelles dÉric Rondepierre »

Pierre Guyotat est revenu, dans sa biographie dÉric Rondepierre (2003), sur la mesure de placement judiciaire que ce dernier avait subie enfant. Dabord surpris par ce récit, Éric Rondepierre a fini par porter un regard nouveau sur son propre travail à la lumière de ce texte biographique.

Yue Zhuo, « “La vie comme texte”. Le devenir de la biographématique chez le dernier Barthes »

Cet article examine lémergence et le développement de la notion de « biographématique » (la double question de « lécriture de vie » et de « la vie comme écriture ») dans lenseignement du dernier Barthes (de 1973 à 1980), et notamment son rapport au « retour » du sujet et au désir « autobiographique ».

329

Éric Le Calvez, « “Cache ta vie”, Flaubert et les biographèmes »

Les biographèmes, traces biographiques que lécrivain insère dans son œuvre, se rencontrent chez Gustave Flaubert mais restent indétectables à la lecture. Ils peuvent se situer à un niveau scénique, au niveau des personnages, de façon thématique, et relever du détail ou des comparaisons.

Hélène Jaccomard, « Je est un(e) autre. Lautobiographie dans le journalisme dimmersion »

Le témoignage dimmersion contient plus dautobiographie quil ny paraît de prime abord. Létude du dispositif autobiographique dans les récits dimmersion dElsa Fayner, de Florence Aubenas et de François Bon permet daffiner la réception de ce genre.

Anne Mounic, « Du “mouvement dans les lignes”, ou “lhypothèse [] dun animal plein de génie” »

Cest du point de vue idéaliste que sétablit la rupture entre la vie et lœuvre de lesprit. Larticle, considérant principalement lœuvre de Charles Baudelaire, montre que le signe éloigne de la vie, et oppose au dualisme esthétique la continuité éthique dune approche singulière.

Raphaël Rigal, « “Ut vita poesis”. La représentation poétique de la vie par Dante Gabriel Rossetti »

Lambition dexpliquer intégralement le monde, qui domine lEurope du xixe siècle, ne fait pas lunanimité, notamment chez les Préraphaélites. Leur chef de file, Dante Gabriel Rossetti, propose au contraire une représentation de la vie matérielle, présente au monde, par lart et la poésie.

Linda Rasoamanana, « La section Bios des Cahiers valéryens de la Pléiade. Des formes de vie… aux notes à faire vivre »

Dans la section Bios de ses Cahiers, Paul Valéry analyse les origines et les manifestations de la vie. Il explore aussi le différentiel entre vie extérieure et vie intérieure. Confiant en ses lecteurs, lauteur sème ainsi des fragments comme autant de germes de son « Système » rêvé mais jamais réalisé.

330

Simon Stawski, « “La plus fidèle expression”. Écriture et expérience dans la poésie des avant-gardes »

Il sagit de questionner les rapports de lécriture et de lexpérience dans le surréalisme et plus généralement les avant-gardes des années 1920-1930 (André Breton, Henri Michaux, René Daumal, Roger Gilbert-Lecomte ou encore Antonin Artaud) – et la pensée du langage qui sous-tend ces rapports.

Édouard Marsoin, « Poét(h)ique de la citation vive dans Go Tell It On the Mountain (1953) de James Baldwin »

Cet article examine le travail poétique et éthique de la citation dans le premier roman de James Baldwin, Go Tell It on the Mountain (1953), où les usages de citations bibliques par John, le personnage principal, deviennent des actes de citation qui participent à lélaboration dune nouvelle forme de vie.

Melissa Fox-Muraton, « Le roman contre le réel. La littérature existentielle chez Milan Kundera et Imre Kertész »

Milan Kundera et Imre Kertész conçoivent le roman comme réponse à la réalité, à « linéluctable défaite » de la vie. Face aux déterminismes qui menacent de faire de lhomme un « être sans destin », ces auteurs présentent deux alternatives pour redéfinir la littérature existentielle.

Article from a collective work: Previous 21/22 Next