Aller au contenu

Résumés

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-08963-6
  • ISSN: 2261-1851
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08963-6.p.0679
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 03/06/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
679

Résumés

Arnaud Bernadet, Olivier Kachler et Chloé Laplantine, « Lart, une folle question. Présentation des mélanges offerts à Gérard Dessons »

Ce texte dintroduction retrace le parcours universitaire et intellectuel de Gérard Dessons, précise les problématiques fondamentales de son travail denseignant, de chercheur et décrivain, ordonnées autour de lart et du concept anthropologique de manière. Il présente pour finir lensemble des contributions qui composent ce volume dhommages.

Henri Meschonnic (présenté par Régine Blaig), « Le temps du contre »

« Le temps du contre », pour Henri Meschonnic, en mai 1999, une réflexion en cours, concerne les œuvres dart. Il ne peut être que dans le présent, mais contre : méditation sur les temps, passé, présent, avenir (et non futur), et leurs croisements qui les multiplient ; émergence de la notion dintempestivité et de valeur. Le texte est suivi de sa reproduction en fac-similé et dune photographie du 24 janvier 2009 représentant ensemble Henri Meschonnic et Gérard Dessons.

Patrice Beray et Gérard Dessons, « La ville, le poème et le monstre de Whitechapel »

Articulant la poétique à une pensée de léthique et du politique, cet entretien sinterroge sur laction globale critique du poème dans la cité. Réaffirmant la primauté du lien entre sujet et société, Gérard Dessons y poursuit sa réflexion sur lart par létude dun fait divers dactualité.

680

Gérard Dessons (traduction par Claire Joubert), « Mon rêve dune femme assassinée » / « My dream of a murdered woman »

Cette traduction vers langlais du poème de Gérard Dessons, Mon rêve dune femme assassinée (1988) cherche à faire entendre la pratique poétique qui accompagne son travail de poéticien, tout en faisant résonner la langue anglaise qui a une présence ancienne dans sa réflexion sur la traduction. Pratiques de linconnu.

Bernard Noël, « Lettre verticale »

Ce poème offert en amitié à Gérard Dessons lui est adressé, et évoque latelier mental de qui conjugue la description et la critique, lactivité de langage et les tournants de la théorie.

Chloé Laplantine, « Benveniste en Amérique »

Ce texte évoque lintérêt constant mais grandissant du linguiste Émile Benveniste pour la recherche poétique et scientifique anglaise et américaine. On tente notamment de retracer le chemin qui le conduit à entreprendre des études de terrain sur des langues de la côte nord-ouest américaine.

Claude Sicre, « Pour Gérard chanter Benveniste »

Hommage à un Gérard venu de nombreuses fois au Forom des Langues du Monde de Toulouse, avec Henri Meschonnic ou pour prendre sa suite, sur les conseils de ce dernier, mais aussi venu en tant que musicien – on le connaît moins dans ce rôle – au festival Peuples et Musiques au Cinéma, pendant musical du Forom des Langues. Lauteur propose à Gérard de venir chanter Benveniste dans une joute poétique avec lui (tençoon) devant un large public, pour contribuer à ruiner en acte le binarisme savant/populaire.

Jürgen Trabant, « Sur le génie de mon français. Histoire très personnelle dune langue »

Après une petite histoire personnelle de la rencontre de lauteur avec la langue française suit une esquisse de lhistoire politique du français. Larticle 681essaie de comprendre la position historique spécifique du français surtout en face de celle de lallemand (et de lAllemand).

Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Lart et la manière. Au sujet du Manuel du style en quarante leçons de Raynaud (1828) »

Au milieu de la tourmente idéologique qui fait émerger le caractère national de la langue française, un obscur professeur décriture, de grammaire et de style, Raynaud dresse en quarante leçons le mémorial dune manière ancienne, qui nest plus, et lesquisse dun Style nouveau, qui demeure dans les limbes avant que les stylistiques de la langue et celles du discours, au siècle suivant, ne sen saisissent avec les technologies linguistiques.

Éric Bordas, « Pour une grammaire stylistique du français »

Quest-ce que « lexpressivité langagière », objet de la stylistique selon Bally ? Cette expressivité langagière correspond-elle à ce que la culture moderne entend en parlant de « style » ? Telles sont les deux questions auxquelles cet article tente dapporter quelques éléments de réponse.

Maïté Snauwaert, « Pour une autre vie. Réflexion sur le style tardif »

Afin de penser la relation entre vivre et écrire hors du paradigme autobiographique qui, dans la tradition française, situe son origine dans les Confessions de saint Augustin puis de Rousseau, larticle propose une poétique du vivre en sappuyant sur la notion de « style tardif » dEdward Saïd.

Hawad, « Sur la crête de léboulis »

Ce poème en hommage à Gérard Dessons est composés de mots et gestes furigraphiques griffonnés sur la crête de léboulis.

Henri Scepi, « Baudelaire en prose »

Le présent article se demande comment sordonne dans la prose baudelairienne du Spleen ce quil est permis dappeler une « volonté dart » – ce 682que Baudelaire nomme quant à lui « une chercherie », à la fois recherche de loriginalité (ou du spécifique) et aspiration à « létonnant », au « surnaturalisme » On insistera en particulier sur les modalités qui favorisent lémergence dune poésie en prose, qui nest ni une prose poétique, ni une poétisation de la prose.

Sandrine Bédouret-Larraburu, « “Les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages !” »

Cet article établit que le nuage est constitutif dune poétique baudelairienne. En effet, dans le Spleen de Paris, le nuage sassocie à la rêverie. Il relève de lindéfini, et suggère un je ne sais quoi. Le poème en prose peut se penser comme un nuage, à la fois insignifiant et menaçant.

Jean-Nicolas Illouz, « Mallarmé “proselibriste” »

Par le terme de « proselibrisme » (emprunté à Albert Thibaudet), il sagit de montrer comment Mallarmé déplace dans le champ de la prose les effets de la crise de vers, en faisant en sorte que la prose elle-même (celle des Divagations) participe, plus encore que le vers libre, à lindividuation des formes de la langue.

Pierre Bayard et Mireille Séguy, « Lalexandrin à longueur variable »

Ce texte vise à montrer, à partir de la poétique du rythme de Gérard Dessons, la fécondité de la notion d« alexandrin à longueur variable », en retraçant sa genèse et en étudiant ses applications possibles dans les genres littéraires les plus divers.

Armelle Hérisson, « Les ciseaux métriques de Georges Brassens »

Pour faire une chanson, Brassens emprunte des poèmes ou écrit ses propres vers. Larticle propose de regarder linvention du « poète » dans lexercice pluriel dune découpe métrique savante qui détaille les versets en vers et cisaille le continu du langage, pour créer dinsolites brèches de sens.

683

Violaine Anger, « À propos de la “musique du poème” »

Lintervention cherche à situer les conditions anthropologiques présidant aux ambiguïtés répétées entre « la musique » et « la parole », suscitant les métaphores peu précises aussi bien que la séparation dualiste et peu satisfaisante entre les deux : il en trouve une cause dans la tension organisée par la partition musicale et lécriture de la musique vue comme analyse de la parole.

Serge Pey, « Bâton de parole pour Gérard Dessons »

Texte composé pour Gérard Dessons selon le support employé par lauteur de lécriture des bâtons.

Serge Pey, [« Mon camarade… »]

Texte écrit pour Gérard Dessons et à la mémoire dHenri Meschonnic qui se noue autour de la figure du « camarade ».

Andrew Eastman, « “Le mouvement de la parole dans lécriture”. Gerard Manley Hopkins et Henri Meschonnic »

Henri Meschonnic a fait dune formulation du poète anglais Gerard Manley Hopkins, « le mouvement de la parole dans lécriture » une pierre de touche de sa poétique. Lisant les poèmes de Hopkins et de Meschonnic, cet article étudie la manière, divergente, dont lun et lautre poète mettent en œuvre le « mouvement de la parole ».

Muriel Claisse-Rinck, « “Une sorte de chant assez obscur”. La rhétorique cicéronienne et lindéfinissable à lœuvre dans la voix »

Notre enquête porte sur la « voix » de lorateur et sur la manière dont, au premier siècle avant J.-C., les traités de lorateur et philosophe Cicéron ont pensé ce qui résistait à toutes les classifications rhétoriques : limprévisible dune oralité singulière, « sorte de chant assez obscur ».

684

Jean-Marc Pelorson, « Traduire “loralité” du Quichotte. Un enjeu à méditer »

Cet article propose une analyse critique de la notion d“oralité”, agitée dans les avis liminaires de traductions récentes en français du Quichotte (Aline Schulman pour les Éditions du Seuil, Jean Canavaggio pour la collection de La Pléiade). Mieux cernée, la notion demeure un enjeu captivant pour évaluer et transposer certaines données de lécriture cervantine.

Youlia Maritchik-Sioli, « La force dun tiret. De la traduction des poèmes de Marina Tsvetaeva »

Larticle explore la spécificité de lécriture de la poète russe Marina Tsvetaeva et confronte deux traductions dun de ses poèmes en français : lune qui reste à lécoute de la poétique de Tsvetaeva et réinvente son poème en français et lautre qui, tout en cherchant lélégance, supprime la voix du poète et néglige son engagement éthique et poétique.

Michel Favriaud, « Ponctuation étendue, unités de discours et manières de phraser dans la poésie de Césaire et Jaccottet »

La phrase est pour Benveniste la seule unité discursive ; le poème, la seule unité de poésie, pour Meschonnic et Dessons. Le rythme, ici de Jaccottet et Césaire, nest-il pas léquilibrage de plusieurs unités sous différents types de syntaxe et de ponctuation ? Si oui, quel est le rôle du lecteur ?

Elena Truuts, « “On parle à tort et à travers”. Lécriture dramatique de Nathalie Sarraute »

Les pièces de Nathalie Sarraute mettent en œuvre une poétique du silence. Elles ouvrent des brèches dans la conversation mondaine et déploient une critique de la parole, de sa capacité à représenter le monde, pour faire valoir la double dimension de linvisible et de lindicible que nous dissimule le quotidien.

Isabelle Babin, « Valère Novarina. “Vue négative” »

Pour Novarina, lactivité du « niement » – cette voie négative, à la fois passage et méthode, qui commande toute parole véritable – produit un 685« renversement de la vue » : paradoxalement, cest dans lentendement du lecteur et du spectateur, que surgit lœuvre dans lévidence de sa manière.

Daniel Delas, « Du biographique au poétique. Posture/Postures : Tchicaya U Tamsi »

Cette contribution se propose dappliquer à un poète francophone congolais, Tchicaya U Tamsi, deux types de concepts opératoires complémentaires : dune part la distinction meschonnicienne entre sujet individuel et sujet du poème, dautre part la notion de posture formulée par Jérôme Meizoz.

Serge Martin, « Une poignée de main. Une manière de poème »

Une réflexion sur lamitié et le poème à partir de motifs corporels et relationnels (la main, le cœur) que voix et rythme permettent de situer dans une anthropologie historique du langage où le tu devient linterlocuteur dune résonance infinie dont linconnu serait la manière de faire poème et amitié à la fois.

Jérôme Roger, « Les voix (non) parallèles. Artaud Michaux »

Il est intéressant de confronter la relation dAntonin Artaud et dHenri Michaux ave la « folie », problématique majeure de la création artistique au xxe siècle. La proximité entre les deux artistes ne doit toutefois pas occulter des choix diamétralement opposés. Tandis quArtaud endosse sans retour possible le rôle de sujet psychiatrique, Michaux assume celui de médecin des états extrêmes.

Pascal Maillard, « Griffures »

Les 24 tercets de Griffures ont été écrits en lien avec une photographie de la plasticienne Valérie Graftieaux (Crissements, 2009, série de 8 photographies). Le poème a été lu par lartiste lors du vernissage dune exposition à Strasbourg le 29 mai 2016 (galerie In Extremis). Ce dialogue entre le poème et limage interroge le regard, la trace et le quotidien. Il construit une calligraphie de « la petite vie » (Baudelaire) et peut être compris dans un rapport aux travaux de Gérard Dessons sur la manière.

686

Vincent Capt, « À lire et à lier. La folie du poème »

Cet article explore le poème comme manière dengendrer le collectif à venir à partir de soi, dans et par la lecture des textes et des œuvres. Même quand le poème est fou. Surtout quand il lest ! La folie du poème est une sagesse pour lire en insufflant la vie au cœur de ce qui nous fonde et qui nous lie. Par-delà toute forme de binarisme.

Céline Delavaux, « Pourquoi parler de “Dubuffet écrivain” ? »

Jean Dubuffet fournit un cas exemplaire dans le but de démontrer la valeur théorique et poétique de la pratique écrite dun artiste. Au fil de ses écrits, il a développé une pensée de lart – quil a nommée « art brut » – ainsi quun programme de rénovation littéraire prônant un « écrire brut ».

Charles Greiveldinger-Winling, « Se faire un nom / se faire un corps. À propos du poète Mathieu Bénézet »

Autour de lœuvre de Mathieu Bénézet (1946-2013), cet article explore le continu entre le langage et le corps en le mesurant notamment aux thèses lacaniennes. Il cherche à montrer comment le poète tente de lancer ou darticuler de nouveaux modes décriture, de sy faire un nom pour désespérément se faire un corps.

Jean-François Savang, « De la peinture entre les fleurs au langage entre les mots. Langages du Body Art »

En référence au body art qui, aujourdhui, travaille le corps comme matériau problématique de lart, et en sappuyant sur les différents Manifestes de lart corporel de François Pluchart, cet article met en évidence limplication de lactivité du langage dans linvention du corps, et prend pour ce faire comme exemple lœuvre de Gina Pane qui constitue moins laventure dune représentation du corps quun questionnement de ses manières de signifier.

687

Katalin Bartha-Kovács, « La légèreté du pinceau. La manière de Watteau et de Chardin »

La contribution interroge la notion de légèreté en rapport avec la peinture de Watteau et de Chardin : sur la base des écrits de leurs contemporains, elle montre comment la légèreté se manifeste dans la manière dexécution de ces deux peintres.

Steve Murphy, « “Simplement dire” ? Baudelaire, Manet et la légende de Lola de Valence »

« Lola de Valence » de Baudelaire est un étrange supplément du portrait fait par Manet. Cette légende ajoutée à lévocation-épitaphe dune légende moderne rend hommage par sa suggestivité érotique aux libertés prises par la danseuse, non sans lien avec celles osées par le peintre et le poète.

Joël Dalançon, « Albert Mérat au salon de 1872. Portrait dun poète en bouquet dhortensias ou en saint Jean-Baptiste »

Le portrait du poète Albert Mérat, prévu pour figurer dans Le Coin de table dHenri Fantin-Latour (Salon de 1872) en a disparu suite à une querelle avec Rimbaud. Sa place est occupée par un bouquet dhortensias. Ses traits apparaissent néanmoins dans ceux du Saint-Jean Baptiste décapité peint par Lévy (Hérodiade, Salon de 1872). Que nous dit ce « transfert » sur Mérat, ses rendez-vous avec la mort, sa place originale au sein du Parnasse ?

Jacques Dürrenmatt, « Genet face à Rembrandt et Giacometti. Une question de manière ? »

Alors que la célébrité lui tend enfin les bras, Genet connaît une terrible crise existentielle qui le condamne pendant un certain temps au silence. Cest à travers la rencontre avec les portraits de Rembrandt et de Giacometti quil va trouver des solutions pour se réinventer stylistiquement et ainsi échapper à limpuissance.

688

Christian Doumet, « Lart comme parenthèse ouverte. Sur le concept dentre-deux-guerres »

À travers la lecture de quelques textes « politiques » de Thomas Mann, depuis les Considérations dun apolitique jusquà Cette guerre, cet article tente de comprendre la signification et la fonction, dans notre représentation du xxe siècle, de lexpression « entre-deux-guerres ».

Jean-Patrice Courtois, « Descriptions »

Ces poèmes sont extraits de Descriptions, deuxième livre dune trilogie qui a commencé avec Théorèmes de la nature, NOUS, 2017.

Arnaud Bernadet, « Lordinaire de la manière. Michel de Certeau : regards sur une “épistémologie pluraliste” »

Centrée sur trois œuvres majeures de Michel de Certeau, La prise de parole, La culture au pluriel et Linvention du quotidien, létude questionne les enjeux du concept de « manière » qui, à côté des « arts », « usages » ou « procédures », constitue le socle critique dune théorie de la culture ordinaire.

Olivier Kachler, « Errance et utopie. Tsiganes, poètes, vagabonds »

Cet article tente de formuler des propositions pour une poétique de lerrance. Il essaie notamment de mettre en résonance la façon dont les discours sur les Tsiganes ont constitué un mythe de lerrance, caractérisé par la figure marginale du vagabond et le travail de déconstruction et de réinvention critique dans les poétiques fin xixe début xxe siècles, notamment en mobilisant les notions de fantaisie, de manières clownesques, ce qui permet denvisager une errance du sujet et de la langue.

Pino Guzzonato, « Une lunga e profonda amicizia »

Quand jai rencontré Gérard Dessons la « première fois » à Poitiers, cela sest passé dans les années 80 ; de là sont nées une amitié et une collaboration culturelles qui durent depuis, avec bien des lettres et plusieurs rencontres dart.

689

Gérard Dessons, « Lénigme de lart »

On fait lhypothèse quŒdipe a vaincu le sphinx parce quil connaissait la réponse avant dentendre lénigme. Cest la situation de lart : le problème nest jamais la réponse, qui est toujours la même, mais la question. Quelle folie, alors, inventer pour que la réponse soit encore une fois lhomme ?

Gérard Dessons, « Bibliographie »

On trouvera, mises à jour et regroupées selon un ordre thématique, les publications que lauteur a réalisées des années 80 à aujourdhui sous la forme de préfaces, catalogues, comptes rendus, articles ou livres.

Article de collectif: Précédent 48/49 Suivant