Aller au contenu

Notice biographique

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-8124-1439-8
  • ISSN: 2417-6400
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-8124-1439-8.p.0009
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 08/04/2014
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
9

NOTICE BIOGRAPHIQUE

1799. 20 MAI : Naissance d'Honoré Balzac à Tours. Il aura deux sœurs : Laure, née en 1800, Laurence, née en 1802; un frère : Henri, né en 1807, presque certai- nement fils du châtelain de Saché, M. de Margonne. 1807. Entrée au collège des Oratoriens de Vendôme. 1813-1815. Malade, Balzac quitte Vendôme, passe quelques mois à Tours; il suit sa famille à Paris et achève ses études secondaires dans deux institutions du Marais. 1816-1818. Balzac s'inscrit à la faculté de droit et fréquente la bibliothèque de l'Arsenal. Parallèlement, d'abord chez M® Guillonnet-Merville, avoué, puis chez M® Passez, notaire, il a l'occasion de méditer in vivo sur les « petites misères de la vie conjugale » et la « physiologie du mariage ». 1819-1821. Bachelier en droit, il obtient de ses parents — retirés à Villeparisis après la mise à la retraite de Bernard-François Balzac — l'autorisation de tenter sa chance d'écrivain à Paris. Divers essais littéraires; le plus important est un roman par lettres inachevé: Sténie ou les erreurs philosophiques, première « scène de la vie de province » (l'action se passe à Tours) et première mise en question du mariage et de l'adultère. 1820. 18 MAI : Mariage de Laure « femme supérieure » et future « femme-auteur », avec Eugène Surville, poly- technicien, ingénieur des Ponts et Chaussées. 1821. SEPTEMBRE ! Lautence épouse A. Michaut de Montzaigle. Après quelques années d'une vie conjugale très malheureuse, elle mourra de consomption le 11 août 1825.

10

IV

NOTICE BIOGRAPHIQUE

1822. A Villeparisis, début de la longue liaison avec Mme de Berny, âgée de quarante-cinq ans. Cette femme au passé sentimental orageux sera sa meilleure Infor- matrice sur les « souffrances inconnues » des femmes dans la société contemporaine. Pendant Tété, séjour à Bayeux chez les Surville : deuxième contact appro- fondi avec la vie de province. 1822-1825. Entrée dans la vie littéraire : romans « de jeu- nesse », pamphlets politiques, journalisme. 1825-1828. Entrée dans les affaires (édition, imprimerie, fonderie de caractères). Echec. Retour à la vie litté- raire. Installation i, rue Cassini. 1829. MARS : Le dernier Chouan, premier roman signé Balzac. DÉCEMBRE : Phjsiologie du mariage, œuvre essentielle pour l'intelligence, en profondeur, de la Muse. Début de la liaison avec Laure duchesse d'Abrantès, excellente informatrice sur l'Empire, sur la péninsule ibérique, et... sur les secrets du cœur féminin. Entrée dans les salons littéraires, en particulier celui de Sophie Gay où Balzac rencontre Delphine et son futur mari Emile de Girardin. Début d'une longue amitié avec Zulma Carraud, amie de jeunesse de Laure Surville. Le commandant Carraud, alors instructeur à Saint-Cyr, sera nommé, après 1830, à la Poudrerie d'Angoulême; puis prendra sa retraite à Frapesle, près d'Issoudun. Balzac fera de fréquents séjours chez ces amis qui lui feront connaître le Berry (sinon Sancerre), et quelques Berrichons notoires : Borget, George Sand, Jules Sandeau, Emile Regnault. Il y approfondira sa connaissance des réalités provin- ciales, et méditera sur la situation particulièrement douloureuse de la « femme de province ». 1830. JANVIER : Liaison avec l'équipe Girardin et les saint- simoniens du Feuilleton des journaux politiques. AVRIL : Première série de Scènes de la vie privée : six récits centrés sur le problème du bonheur de la femme dans le mariage. SEPTEMBRE : Après la révolution, entrée dans la vie politique. Brillante série des Lettres sur Paris dans le Voleur (bonne illustration de certaines pages de Γ Illustre G audi ssart).

11

NOTICE BIOGRAPHIQUE

V

1831. Succès dans les salons et dans la littérature. AOÛT : La Peau de chagrin. OCTOBRE : les Contes philosophiques. DÉCEMBRE : engagement officiel dans le parti légi- timiste. Début de la liaison avec la marquise de Castries, qui s'achèvera par une douloureuse désillusion en octobre 1832. Les Contes bruns où se trouve le premier état des bis- toires du Chevalier de Beauvoir et du Grand d'Espagne. Deuxième série de Scenes de la vie privée. Parmi elles, le Conseil, avec le récit de la Grande Bretèche. 1832. AVRIL : Contes drolatiques (premier dixain). OCTOBRE : Louis Lambert (histoire d'une folie). Ces deux œuvres ont l'une et l'autre inspiré Γ Illustre Gaudissart. Début de la guerre avec les journalistes. Amitié avec G. Sand et J. Sandeau. 1833. MARS : Rupture de G. Sand et de Jules Sandeau qui sera recueilli par' Balzac. 26 SEPTEMBRE : les Causeries du monde, revue dirigée par Sophie Gay, publient : Fragment d'un roman publié sous Γ Empire par un auteur inconnu — premier état à'Olym- pia ou les Vengeances romaines, utilisé par Lousteau dans la soirée chez Dinah. Début de la liaison avec Γ « Étrangère » (Mme Hanska) autre « mal mariée ». A l'automne, mise au point de la structure d'ensemble des Études de mœurs au XIsiècle. Première organisation des Scènes de la vie de province. Préface àlEugénie Grandet. DÉCEMBRE : Publication chez Mme Vve Béchet des deux premiers volumes des Études de mœurs. Scènes de la vie de province, contenant l'Illustre Gaudissart. 1834-1836. Années d'apogée. Histoire des Treit^e (1833- 1834) ; la Recherche de l'absolu (1834) ; le Père Goriot (1834-1835); Introduction, signées Félix Davin, aux Études de mœurs et aux Études philosophiques ; Séraphîta (1835); le Lys dans la vallée (1836): Mme de Mortsauf, première grande image de la « femme supérieure » de province, mal mariée et malheureuse. Rencontre de la comtesse Guidoboni-Visconti. Il serait le père de l'enfant que la comtesse mettra au monde en 1836. Liaison tumultueuse, lente à se dénouer, peut-être par moments humiliante. En 1834, pre-

12

NOTICE BIOGRAPHIQUE

mière attaque de Sainte-Beuve dans un article sur /a Recherche de Γ absolu. Après le Père Goriot (1835) déchaî- nement contre Balzac de ses adversaires littéraires. janvier-juillet 1836 : Bataille de la Chronique de Paris. JUIN 1836 : Procès du Lys. mars 1836 : Désertion de Jules Sandeau (premier modèle de Lousteau). juillet-août : Fugue en Italie avec Mme Marbouty (provinciale mal mariée et femme-auteur). A l'automne, achèvement des Deux Poètes, la première partie àLllusions perdues. La donnée première et l'hé- roïne principale sont très proches de celles de la Muse. juillet : Publication des Portraits littéraires de G. Planche contenant un important article sur Adolphe, paru d'abord dans la Revue des Deux Mondes du août 1834. 1837. Début février : Publication des deux derniers vo- lûmes des Études de mœurs contenant, sous le titre de la Grande Bretèche, une brève scène située à Sancerre, chez Mme de La Baudraye (premier état de la Muse). juillet : Publication dans la Presse de la Femme su- périeure, premier portrait en pied de ce type féminin auquel se rattache Dinah. Début juillet : Balzac est découvert par un garde du commerce chez Mme Guidoboni-Visconti qui le sauve en réglant sa dette. décembre : Publication de Gésar Birotteau où appa- raissent nombre de personnages de la partie pari- sienne de la Muse et où l'on retrouve Gaudissart et Pinot. 1838. février-mars : Séjour chez G. Sand à Nohant. Échange de confidences sur Sandeau, Liszt, Mme d'Agoult. Balzac emporte le sujet des Amours forcés qu'il traitera (très imparfaitement) dans Béatrix (1839) et qui formera l'essentiel des dernières parties de la Muse. Éloignement progressif de Jules Sandeau qui lui fournira de nombreux traits pour le Lucien de la deuxième partie dPIllusions perdues (juin 1839) et pour le Lousteau de la Muse.

13

NOTICE BIOGRAPHIQUE

VII

novembre : AfFairc Peytel, dénouement tragique d'une situation classique de la vie conjugale en pro- vince. Ami de Peytel, Balzac essayera, en vain, de sauver ce mari accusé du meurtre de sa femme. 1839. avril-mai : Publication dans /e Siècle des deux pre- mières parties de Béatrix. juin : Publication de la deuxième partie ^Illusions perdues. Attaque en règle contre le journalisme et certains milieux littéraires parisiens. Jules Janin, modèle principal de Lousteau, publie dans la Revue de Paris un éreintement du roman. Mais le i6 août, Balzac est élu président de la Société des gens de lettres. juin-juillet: Publication dans la Presse àcYéronique, - première partie du Curé de village — lucide analyse de la vie d'une jeune provinciale mal mariée, adultère, moralement complice du crime de son amant. 23 novembre : Balzac vend à Curmer, pour les Français peints par eux-mêmes, la Femme de Province, qu'il réuti- Usera dans la Muse. L'éditeur Charpentier publie une nouvelle édition àlAdolphe accompagnée de l'article de G. Planche. 1840. mars : Désastre au théâtre : interdiction de Vautrin; nouveau déchaînement des adversaires de Balzac qui riposte par l'éreintement de Port-Royal dans la Revue parisienne (juillet) et par Un prince de la Bohème (août). Automne : Balzac s'installe à Passy avec Mme de Brugnol, servante-maîtresse. 1841. mars-avril : Publication du Martyr calviniste {Les Lecamus, nouvelle étude sur l'histoire des guerres de religion). août-septembre : Publication, dans le Messager, àlUrsule Mirouët, importante scène de la vie provinciale. 2 octobre : Traité avec Furne, Hetzel, Paulin et Dubochet pour la publication de la Comédie humaine. novembre-décembre : Publication dans la Presse des Mémoires de deux jeunes mariées, roman par lettres, la plus longue et la plus nuancée des méditations du romancier sur la situation de la femme devant l'amour et le mariage. Dédicace solennelle à George Sand.

14

VIII NOTICE BIOGRAPHIQUE

1842. 5 JANVIER : Balzac apprend, sans chagrin, la mort du comte Hanski. MARS-AVRIL : Nouvel et grave échec au théâtre avec /es Ressources de Ouinola. Vigoureuses attaques des journalistes. JUIN : Publication dans le Siècle àTAlbert Savarus (excellente étude d*une jeune fille « supérieure » en province). OCTOBRE : Commencement puis abandon du Député d*Arcis (peinture de la vie politique en province). OCTOBRE-NOVEMBRE : Publication dans la Presse de la sordide histoire d'Un ménage de garçon en province, (ha Rabouilleuse ). NOVEMBRE : Publication d^Ange de Spola, de Caroline Marbouty, contenant la nouvelle autobiographique Cora, publiée en 1836 dans la Chronique de Paris. 1843. JANVIER : Début de la publication de la Monographie de la presse parisienne. 20 MARS-29 AVRIL : Publication dans le Messager de la Muse du département. MARS : Réédition d^Adolphe et de Particle de Chasles chez Charpentier. 9 AVRIL : Balzac informe Mme Hanska qu'un tumulte s'est produit à la Chambre à la suite de la publi- cation d'un passage scabreux de la Muse. 27 AVRIL : Le tome VI de la Comédie humaine qui contient Gaudissart et la Muse est achevé d'imprimer, sous le titre collectif Ces Parisiens en province. 22 JUILLET : Publication chez Souverain des Mystères de province contenant la Muse du département. Parai- lèlement, Balzac corrige le tome VIII de la Comédie humaine qui contient la trilogie d'Illusions perdues et en publie dans Γ État la troisième partie qui se déroule en province, à Angoulême, et porte le titre de David Séchard ou les Soujfrances d'un inventeur. 1844. AOÛT : Balzac corrige le texte de la Muse une dernière fois, dans son exemplaire de l'édition Furne, en vue d'une réédition de la Comédie humaine. 1850. 14 MARS : Mariage avec Éveline Hanska à Berditchefî (Ukraine). 18 AOÛT : Mort de Balzac à Paris dans l'hôtel de la rue Fortunée.

Chapitre d’ouvrage: Précédent 2/17 Suivant