Aller au contenu

Note d’édition

Afficher toutes les informations ⮟

  • ISBN: 978-2-406-09172-1
  • ISSN: 2258-3556
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-09172-1.p.0033
  • Éditeur: Classiques Garnier
  • Mise en ligne: 18/03/2020
  • Langue: Français
Accès libre
Support: Numérique
33

Note dédition

Le choix du texte à traduire, comme celui du texte à éditer, ne va pas de soi. Pour commencer, lœuvre originale Pompey the Little est publiée cinq fois du vivant de son auteur entre 1751 et 1753. Les trois premières éditions le sont en 1751, les deux premières (A et B1) par Mary Cooper à Londres et la troisième (C) par George Faulkner à Dublin2. Les deux dernières éditions (D et E), signalées comme troisième et quatrième, paraissent respectivement en 1752 et 1753 à nouveau chez Mary Cooper puis George Faulkner. A, B et C diffèrent très peu lune de lautre, B et C étant, selon Norman Dean Wheatcraft, probablement établies à partir de A. Les trois premières éditions diffèrent radicalement des deux dernières, qui elles-mêmes diffèrent lune de lautre sur six points3. D, lédition revue et corrigée, est probablement imprimée à partir dun nouveau manuscrit et présente notamment la dédicace à Fielding. Enfin, E reprend dans ses quatre premiers chapitres une grande partie du texte de C qui avait été supprimé dans D4.

Sil existe cinq versions du vivant de lauteur, deux éditions scientifiques ont également paru au xxe siècle, en 1974 et en 2008. Dans son étude textuelle des versions auctoriales de Pompey the Little, Norman Dean Wheatcraft suggère pour une édition moderne le choix de lédition E assortie dune liste complète des variantes entre C et E5. De son côté, au même moment, Robert Adams Day choisit en 1974 déditer un texte pratique qui enrichit C des nouveaux chapitres et de quelques passages de E6 à lendroit où 34lauteur les a placés, signalés entre crochets7. Les nouveaux chapitres sont, au livre I, les chapitres vii, xi, xii, xiii, xviii, xix et xx, et au livre II, les chapitres iv, vi, ix, x, xi, xii et xv. Certains courts passages de C supplantés par le texte de D sont par conséquent retirés, ce qui est signalé par des points de suspension entre crochets. Ainsi, une scène de C (la fin du chapitre ix du livre II) difficile à conserver est renvoyée en annexe à la fin du texte. Le texte établi par Day repose pratiquement sur lédition E, plus aboutie, mais conserve les sept chapitres des premières éditions qui avaient été supprimés par la suite. Il sagit, au livre I, de « Généalogie dun chat » (chapitre x) et, au livre II, de « Dissertation sur Rien », « Relatant lhistoire dune marchande de modes », « Où il advient à Sir Thomas Frippery un funeste accident dans la nuit, suivi dun pire dans la journée », « Montrant les effets néfastes des dames ayant des vapeurs », « Autre personnage du collège » et « Court chapitre prodigieux » (chapitres i, v, vii, xiii, xvi, xvii).

En 2008, Nicholas Hudson se montre comme Day en faveur dune édition exhaustive afin de ne perdre aucune miette de lensemble des versions de lauteur8. Il établit son texte selon le même principe que Day mais ce sont les premières versions qui ont sa préférence, ce qui donne lieu à trois différences majeures. Tout dabord, il conserve des premières éditions la partie du chapitre iv du livre II concernant le vieux galant et qui nest pas présente dans lédition de Day, ce qui occasionne des redites9. De plus, là où Day ajoute au livre II le chapitre vii de D « Amusements matrimoniaux » et renvoie la scène remplacée en annexe, Hudson conserve la scène en question et renvoie en annexe les « Amusements matrimoniaux » précédés de la fin du chapitre précédent. Enfin, livre II, cest « Le caractère dun maître ès-lettres » (chapitre xiv) qui apparaît au lieu des « Aventures à Cambridge » (chapitre xv).

Afin que le lecteur puisse disposer de lensemble de lœuvre de Coventry de façon linéaire et dans le corps du texte, la présente traduction se fonde principalement sur lédition de Day, qui est plus fidèle aux dernières intentions de lauteur et témoigne dune écriture plus aboutie. Elle ne correspond cependant pas à une version authentique de lauteur car elle assemble les versions E et C.

1 B, la deuxième édition, est signalée comme telle.

2 Le texte est suivi de la traduction anglaise des Lettres dune péruvienne, 1747, de Françoise de Graffigny.

3 Wheatcraft, 1974, p. 71, 75-79.

4 Ibid., p. 72.

5 Ibid., p. 83-84.

6 Tandis que Norman Dean Wheatcraft étudie cinq éditions distinctes, Robert Day et Nicholas Hudson distinguent simplement une première édition (qui pourrait être A, B ou C) et une édition revue et corrigée (qui pourrait être D ou E). Létude comparative de D et E par Wheatcraft permet de montrer que lédition revue et corrigée utilisée par Day est la version E (ibid., p. 75-78).

7 Day, 1974, p. xxviii-xix.

8 Hudson, 2008, p. 29.

9 Ibid., p. 151.

Chapitre d’ouvrage: Précédent 2/17 Suivant